Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Sabrina FERRI, Ruins past : modernity in Italy, 1744-1836

Oxford, Voltaire Foundation, 2015, 258 p., 71 € (Oxford University studies in the Enlightenment)
Pierre Musitelli
Référence(s) :

Sabrina Ferri, Ruins past : modernity in Italy, 1744-1836, Oxford, Voltaire Foundation, 2015, 258 p., 71 € (Oxford University studies in the Enlightenment).

Texte intégral

1Dans les pages conclusives de Ruins past : modernity in Italy (1744-1836), Sabrina Ferri cite l’une des dernières scènes de la Ginestra : un paysan de l’antique Pompéi, fuyant sa demeure détruite par la lave du Vésuve, se retourne pour lancer un regard sur « l’usato / suo nido ». Elle fait de cette image un emblème du rapport de l’Italie à son passé : « a country that, emerging into the modern world, moves hesitantly and yet forcefully into the future, as if compelled by a sense of emergency and need, but unable to turn its face away from the past ». Tel est le fil conducteur de cette passionnante enquête sur la relation complexe que les hommes de lettres italiens du secondo Settecento et primo Ottocento entretiennent à l’idée de modernité : alors que l’Europe affirme sa confiance dans le progrès politique, technologique et industriel, et tend à rompre avec le passé pour instituer l’« avenir » en l’idéal, on assiste en Italie à la construction d’un récit “inverse” (« a counter-narrative »), empreint de pessimisme, hanté par la ruine, la décadence et la nostalgie d’un passé irrémédiablement perdu. S’appuyant sur l’ouvrage classique de Renzo Negri (Gusto e poesia delle rovine in Italia fra il Sette e Ottocento, 1965), ainsi que sur les analyses de Georg Simmel, Jean Starobinski, Roland Mortier et Marc Augé (il manque sans doute une référence au bel essai de Michel Makarius, Ruines, 2004), Sabrina Ferri interroge à la lumière de la ruine, entendue dans sa double dimension matérielle et métaphorique, la nature de la relation que scientifiques, artistes, romanciers, philosophes et poètes italiens entretiennent avec l’histoire. De la Scienza nuova de Vico (1744) à la Ginestra de Leopardi (1836), en un siècle marqué par la naissance de l’archéologie moderne, par l’essor de la géologie et des sciences naturelles qui informent les discours littéraires et artistiques, Ferri ménage un itinéraire de lectures richement documenté et illustré, qui met en lumière les nombreuses modalités d’une « obsession » italienne pour le passé, oscillant entre préservation de la mémoire, transmission du patrimoine culturel, mélancolie de la perte et quête contrariée d’un renouveau senti comme nécessaire.

2C’est Vico, pourtant peu lu en son siècle, qui inaugure ce que Ferri interprète comme un rapport inquiet à l’histoire, repris en héritage par la génération suivante d’historiens et de poètes italiens (chapitre 1). La reconstitution du passé, la transmission de sa vérité grâce aux efforts conjoints de la philosophie et de la philologie, apparaît dans la Scienza nuova comme une chance pour sauver l’humanité de la décadence inhérente au corso e ricorso des changements historiques (« the only way to save the present from the promise of decay and oblivion »). Il s’agit même d’un impératif de salut (« an imperative of salvation »), aux yeux de Vico, qui adresse une mise en garde aux penseurs de sa génération « whose commitment to progress seemed to require that tradition be effaced ». Seul le lien renoué avec la mémoire historique serait capable de conjurer un avenir perçu comme le lieu d’une possible réitération de la ruine.

3Poursuivant son cheminement chronologique, Ferri consacre les chapitres 2 et 3 à la naissance en Italie d’une pensée du ‘temps long’ (« deep history »). Les avancées scientifiques et l’analyse des traces matérielles du passé permettent la formulation d’hypothèses nouvelles sur l’histoire des ères géologiques, une histoire faite de mutations constantes dans laquelle s’inscrit, éphémère et labile, l’histoire des civilisations humaines. À partir de sources moins connues (archives, lettres, journaux de voyage scientifiques, essais poétiques), l’auteur montre comment l’étude des catastrophes naturelles et des ruines que génèrent ces dernières, depuis la découverte d’Herculanum et de Pompéi jusqu’aux séismes de Lisbonne et de Messine, qui frappent l’imaginaire artistique et littéraire de l’époque, modifient la façon dont se pense le rapport de l’homme à la nature – et comment vient se greffer sur le topos de la ruine contemporaine un discours tantôt moral, tantôt civil et politique, de la reconstruction et du progrès. Si, d’un côté, les Visions pénitentielles et apologétiques d’Alfonso Varano instituent le tremblement de terre de Messine, en 1783, en une chance de palingenèse morale et éthique, de l’autre, certaines figures des Lumières napolitaines y voient une occasion de remédier à un ordre socio-économique imparfait, en refondant une société plus juste et plus égalitaire, à l’instar de Francesco Mario Pagano (« In a way, the Italian illuministi attenuated the destructive impact of the earthquake by projecting it onto the long term and by reading it etymologically as a ‘katastrophé’ – not an apocalypse but a radical change of direction, an overturning »).

4De l’utopie politique de Pagano aux visions eschatologiques de Varano, du songe géologique d’Alberto Fortis depuis le sommet du mont Summano jusqu’aux visions piranésiennes des ruines naturalisées et aux relevés de Spallanzani sur les colonnes du temple de Serapis, Ferri envisage les différentes manières dont « l’imagination historique », dans sa position intermédiaire « between the faculties of poetic creation and scientific ratiocination », vient au secours de la synthèse historique, pour donner un sens et une direction au devenir d’un monde dont la science moderne rend sans cesse plus tangibles les incessantes transformations.

5C’est un rapport à la nature et au paysage empreint de mélancolie et de nostalgie qui s’impose sous la plume d’Aurelio de’ Giorgi Bertola et de Carlo Castone della Torre di Rezzonico, dont les journaux de voyage sont examinés au chapitre 4. Ces sentiments, dont Ferri estime qu’ils sont au cœur de la perception moderne de la condition humaine en Italie, naissent d’une tension « between the longing for a pristine, idealized past, and the rational awareness of the impossibility of a return to nature » ; ils témoignent, au cours du secondo Settecento, d’une modification de la perception du temps (« a distincly moderne awareness of the irreversibility of time ») et de la perception du rapport entre l’homme et la nature (« the awareness of a shared destiny of dissolution ») à laquelle Leopardi donnera au siècle suivant ses lettres de noblesse.

6Au débouché de cette tension entre passé et présent, s’enracine aussi, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, un mouvement artistique et littéraire, le néoclassicisme, défini comme un rêve impossible de retour à l’antique, dont le projet est précisément de « sauver » le patrimoine classique, par l’entremise de sa préservation et de sa réappropriation. Le chapitre 5 est consacré à l’un des romans italiens les plus représentatifs de ce courant, les Nuits romaines d’Alessandro Verri. Immense succès d’édition en Europe, ce texte met en scène une série d’entretiens entre les ombres des grands hommes de l’antiquité romaine, surgies des sépulcres des Scipions, et un narrateur contemporain qui, à la manière d’un cicérone, faire visiter à ces dernières la Rome apostolique moderne, héritière de la Rome classique. Sabrina Ferri s’intéresse tout particulièrement à l’une des scènes conclusives du second tome : la visite du musée Pio-Clementino, au Vatican. Ce lieu, qui possède une fonction de sanctuaire (ou de mausolée) de la culture classique, dont les vestiges « morts » sont comme embaumés et soustrait à la violence de l’histoire, leur offre aussi la possibilité d’une renaissance, d’une revitalisation symbolique, à l’opposé de la dynamique de la ruine (« the museum symbolizes the restitution of meaning to what death has shattered »). Le néoclassicisme, pour suivre l’analyse de Ferri, répond tout à la fois au besoin de légitimation des modernes (« the recovery of historical memory establishes a legacy of authority that empowers the present ») et met en œuvre une « stratégie » de soumission (« subjection ») du passé au service d’une idéologie nouvelle. Si Foscolo, qui transforme les monuments funéraires en symboles d’inspiration patriotique (Dei Sepolcri, 1807), est représentatif de la fonction politico-civile du néoclassicisme en littérature, le roman de Verri en incarne le versant religieux, lui célèbre tout à la fois le lien de filiation grandiose entre les deux Rome et le dépassement de la première par la seconde. Les Nuits romaines annoncent ainsi les nouveaux instruments culturels dont allait se prévaloir l’Église de la Restauration pour affirmer son primat universaliste et apparaître comme une force capable de juguler la violence de l’histoire.

7La dimension apologétique de ce texte ne doit pas faire oublier qu’Alessandro Verri avait été, dans le Caffè, l’auteur de textes sur l’ennui et l’amour-propre, ainsi que d’une philippique contre les délires et les méfaits de la raison qui faisaient de lui le précurseur d’un Leopardi, par ailleurs son lecteur attentif comme en atteste Crestomazia. Le sixième et dernier chapitre parcourt l’œuvre de ce dernier, du Discorso di un Italiano intorno alla poesia romantica au poème All’Italia, des Operette morali au Zibaldone et à la Ginestra, pour mettre en évidence les indices d’un rapport au passé marqué par l’angoisse de la perte, par la conviction que « the moderns were estranged forever from that world of antiquity to which he felt that genuine poetry belonged ». La ruine, chez Leopardi, devient une projection du paysage mental de l’homme moderne, l’emblème du « sense of loss and decay » qui assaille ce dernier, définitivement coupé du monde de la nature par le développement de ses facultés intellectives. Ferri lie le mal-être leopardien à la diffusion de cette conscience du « deep time », qui s’était communiquée de la pensée géologique et archéologique à la sphère philosophique et littéraire. « The progress of knowledge, instead of improving the human condition, has only increased the awareness of how little we know, making us feel more and more disoriented in the world ». La conclusion rappelle toutefois la façon dont Leopardi assigne, en dernière instance, une fonction heuristique et consolatoire à la poésie, seule capable d’embrasser du regard la nature et d’en révéler (par son « colpo d’occhio »), l’essence, les processus et les dynamiques, indiscernables « under the ‘anatomic knife’ of reason ».

8C’est donc en suivant le fil directeur de la ruine, de la perception du passé et des usages de l’histoire que Sabrina Ferri met en lumière la singularité de la pensée italienne de la modernité (même si comme l’a montré notamment Gilles Bertrand dans Le Grand tour revisité, en 2008, la vision « antiutopique et désabusée » de la péninsule fut également celle des voyageurs étrangers qui contribuèrent à la diffuser dans toute l’Europe), s’attachant à dégager les diverses modalités d’une relation à l’antiquité tour à tour familière et étrangère, objet d’investigation scientifique et de méditation mélancolique, objet d’un deuil impossible et perpétuellement recommencé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Sabrina FERRI, Ruins past : modernity in Italy, 1744-1836 », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1236

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page