Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
I. Héritages et mémoires des expériences républicaines italiennes

Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise

Memoria, racconti, eredità del quarantotto veneziano
Memory, stories and heritage of 1848 in Venice
Eva Cecchinato
Traduction de Laura Fournier-Finocchiaro

Résumés

La Révolution de 1848 à Venise fut une des expériences les plus importantes des deux années révolutionnaires (1848-1849) en Italie et en Europe. Toutefois, dans les décennies suivantes, les narrations des événements ne valorisèrent pas du tout son caractère révolutionnaire et son héritage démocratique. La comparaison avec la République romaine de 1849, qui eut une grande importance dans le débat politique français au cours des événements, fut un des aspects fondamentaux de ces relectures qui, dans certains cas, amenèrent à représenter le gouvernement de Daniele Manin comme la restauration légitime de l’ancienne République de Saint-Marc. Si, pendant la troisième domination autrichienne (1849-1866), la dernière expérience révolutionnaire fut représentée comme le fruit d’une assemblée de criminels qui avait embrigadé le peuple vénitien, pendant les décennies postunitaires, l’usage public de l’histoire fut adapté tour à tour par les forces dominantes : les modérés qui dirigèrent la ville, l’alliance entre cléricaux et conservateurs puis le « nationalisme adriatique ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1  F. Dall’Ongaro, Venezia l’11 agosto 1848. Memorie storiche, Capolago, Tipografia Elvetica, 1850, p (...)

C’era stata, in una parola, rivoluzione completa, governo, come dicono, in piazza, stampa libera, circoli, associazioni, tutto ciò che l’entusiasmo della idea repubblicana porta con sé.1

  • 2  Cité par P. Ginsborg, Daniele Manin e la rivoluzione veneziana del 1848-49, Turin, Einaudi, 2007 [ (...)

Finché a Venezia il governo rivoluzionario sopravvive come un simbolo vivente dello spirito sovversivo che suscita l’Italia, finché la cosiddetta Repubblica di San Marco offre asilo a tutti i fautori di rivoluzione che non hanno ottenuto successo altrove, nel resto della penisola non potranno trionfare idee d’ordine.2

1Ces deux citations font référence à la Révolution de 1848 à Venise : la première est signée de la plume de Francesco Dall’Ongaro, mazzinien vénitien, qui eut pourtant de nombreux démêlés avec le gouvernement de Daniele Manin à cause de ses prises de position radicales. La seconde remonte à février 1849 et exprime le point de vue du prince Felix Schwarzenberg, l’un des hommes d’État les plus intransigeants de l’Empire d’Autriche. De fait, le républicain italien et le réactionnaire autrichien, depuis des positions opposées, reconnaissaient une nature authentiquement révolutionnaire et un rôle de tout premier plan aux événements vénitiens de 1848-49 parmi les expériences démocratiques qui se développèrent dans la péninsule.

  • 3  A. De Giorgi, « Venezia nel 1848 e 1849. Supplementi storici », Archivio Veneto, VI, 1876, vol. XI (...)

2Mais dans les décennies suivantes, après l’annexion de la Vénétie au Royaume d’Italie en 1866, la lecture principale fut tout autre : ce furent des interprétations édulcorées – voire falsifiées – qui dominèrent, construisant l’image d’une Révolution modérée et dévote, distincte des autres expériences républicaines ; comme nous le verrons, on trouvait également des lectures selon lesquelles la Révolution aurait été en fait une restauration de l’ancienne Sérénissime, donc un retour à l’Ancien Régime. Ces reconstructions avaient comme noyau argumentatif l’opposition entre la République vénitienne et la République romaine. En 1876, une prestigieuse revue vénitienne publiait le texte d’Alessandro De Giorgi qui, en 1848-1849, avait été député dans la première Assemblée, réélu dans la deuxième et avait été un des secrétaires du gouvernement dirigé par Daniele Manin. La ligne interprétative peut être résumée par cette affirmation complaisante : « Il vessillo che sventolava sopra Sant’Angelo [Castel S. Angelo] era troppo diverso da quello che sventolava sopra S. Marco »3. Pour appuyer son raisonnement, il soulignait que :

I consoli esteri, che assistevano alle tornate della prima Assemblea, trovavano degni di nota l’ordine, il decoro, la serietà che presiedevano a tutte le sue deliberazioni ; questa vita pubblica che, dopo cinquant’anni di silenzio, d’un tratto si ridestava vigorosa insieme e assennata. Si bramerebbe poter dire della seconda Assemblea tutto quel bene che si dice della prima. […] come si poteva decentemente escludere dall’Assemblea di Venezia quelli che pugnavano per la difesa di Venezia ? Ma pur troppo l’effetto mostrò che fu un fallo, forse generoso, ma assai grave. Non dico riguardo a tutti, ma certo ad alcuni. Il Governo, aiutato anche dal sentimento comune a Venezia, tutto altro che vago delle fantasticherie mazziniane, fece del suo meglio per temperarne le conseguenze ; ma rimuoverle del tutto era impossibile. (p. 33-34)

3La seconde Assemblée avait été élue en janvier 1849 au suffrage universel masculin ; quelques sièges avaient été ajoutés pour donner le droit de vote aux volontaires non vénitiens qui participaient à la défense de la ville, parmi lesquels se trouvaient de nombreux mazziniens. Cet organe était donc pleinement représentatif des transformations subies par la société de la lagune dans les mois qui suivirent la Révolution, formant une sorte de portrait collectif de Venise encerclée par l’Autriche, mais certainement pas un corps corrompu par des éléments étrangers aux événements que la ville était en train de vivre. Dans sa reconstruction, De Giorgi s’en prenait justement à ceux qui pour lui étaient simplement des « ospiti incomodi » (p. 35) : ses polémiques étaient dirigées par exemple contre « le arruffate e focose dicerie del Gavazzi e del Bassi » (p. 15), représentants éminents des groupes radicaux actifs en 1848-1849 entre Venise et Rome (p. 35). Mais bien avant les interprétations abusives des conservateurs, il faut admettre que l’opposition entre les deux Républiques s’affirma déjà au cours des événements et se développa en particulier au sein du débat politique français. En effet, les Français observaient les sièges des deux villes, pendant et après le déroulement des faits, selon deux perspectives antithétiques :

  • 4  P. Finelli et G. L. Fruci, « “Que votre révolution soit vierge”. Il “momento risorgimentale” nel d (...)

Dallʼinterno e con gli occhi dei difensori e della popolazione provata dai bombardamenti e dal colera nel caso di Venezia […] ; dallʼesterno e quindi oggettivamente dalla parte dellʼesercito repubblicano, ripristinatore del potere papale nel caso di Roma.4

4Si une partie des démocrates français rapprochait le sort de la République romaine et celui de la République française, et interprétait cette expérience comme la dernière étape décisive de la révolution européenne, toutefois,

la leggenda nera costruita da cattolici, conservatori e bonapartisti intorno allʼesperienza romana – presentata come « la repubblica del pugnale » a causa dellʼassassinio di Pellegrino Rossi allʼorigine del moto insurrezionale – riesce […] a fare breccia anche nell’immaginario democratico. (p. 766)

  • 5  Voir à ce sujet les analyses de J.-Y. Frétigné, « Mazzini e la Francia », Pensiero e azione. Mazzi (...)

5La Révolution romaine restait entachée du crime d’un innocent, tout comme la république modérée de Cavaignac après les journées de juin 1848, mais surtout, la réception mitigée de la République romaine dans les milieux démocratiques français était largement due à la réception négative de la figure de Giuseppe Mazzini5. Autant Mazzini et la République romaine étaient l’objet de condamnations et ressentiments, car fauteurs de divisions, autant Daniele Manin et la République de Venise suscitaient l’admiration et la compassion au-delà des milieux démocratiques et atteignaient d’amples secteurs de l’opinion libérale, voire catholique.

  • 6  Voir X. Tabet, « Daniele Manin e la storiografia repubblicana francese : un ambasciatore dell’esil (...)
  • 7  H. Martin, Daniel Manin, Paris, Furne et Cie, 1859.

6L’image positive de Manin et de sa « bonne république » demeura et se consolida même après 1848-1849. L’ex-dictateur avait en effet choisi Paris pour son exil et réitérait sa confiance dans la France, assumant le rôle d’un anti-Mazzini. Grâce au réseau étendu de relations qu’il réussit à nouer, avec l’aide précieuse de l’historien Henri Martin6, Manin devint rapidement le représentant démocrate principal de la cause italienne, opposé clairement au bonapartisme. Cette lecture était au centre de la belle biographie que lui consacra Martin deux ans avant sa mort7. Dans sa narration,

  • 8  P. Finelli et G. L. Fruci, art. cité, p. 771.

Manin è altresì colui che più di ogni altro si è impegnato, a Venezia nel 1848-49 come nell’esilio di Parigi, nell’intento, consapevolmente avvertito come prioritario, di rovesciare e smentire gli etnotipi negativi che sull’Italia e sugli Italiani si sono addensati nell’opinione francese ed europea nel corso dei secoli, ostacolando indirettamente con la loro efficacia il riscatto morale e politico della penisola.8

7Tandis qu’en France Manin retrouvait à sa façon un rôle politique jusqu’à sa mort en 1857, à Venise, pendant la troisième domination autrichienne, aucun débat ne put se développer dans la presse et dans l’opinion publique sur les événements de 1848. Dans un contexte de censure et de répression policière s’affirma donc seulement une mémoire officielle, dont le porte-parole fut la Gazzetta di Venezia. Dès le lendemain de la capitulation, ce quotidien gouvernemental commença à poursuivre l’objectif de combattre les dynamiques spontanées de sédimentation de la mémoire en « éradiquant » de Venise la Révolution de 1848. Il offrait ainsi l’image d’une révolution sans consensus, sans racines, mais surtout sans héritage et sans idéaux authentiques. Dans cette optique, qui exprimait une vision favorable au gouvernement autrichien et aux milieux locaux philo-autrichiens, il n’y avait plus aucune différence entre la République de Manin et celle de Mazzini, entre les Vénitiens et les non-Vénitiens qui avaient participé activement à la vie publique pendant les dix-sept mois de la Révolution, qui étaient tous considérés pareillement responsables d’une expérience subversive et sacrilège, porteurs d’une sorte d’infection qui avait corrompu une communauté innocente. Par conséquent, il fallait nécessairement considérer que le peuple vénitien avait été victime d’une maladie dont il devait payer les conséquences, mais son essence restait saine. Les révolutionnaires étaient présentés comme des fourbes, des « sirènes » capables de réveiller les pires instincts subversifs du peuple : c’est pourquoi le mal devait être extirpé de la société vénitienne, mais une période d’expiation était nécessaire.

8Le 28 août 1849, la Gazzetta décrivait de cette façon l’entrée à Venise du comte Gorzowsky, gouverneur civil et militaire de la ville :

  • 9  Gazzetta di Venezia, 234, 31 août 1849. Le quotidien, après le retour de l’Autriche, prit le titre (...)

Tanti e tanto grandi furono i dolori di questo povero popolo, tanti gli inganni, le speranze deluse, i gemiti vani, i voti inesauditi dal fatal marzo 1848 all’agosto 1849, che la maestosa e solenne cerimonia d’ieri non poteva non essere da tutti guardata con profonda commozione e con religioso stupore : il popolo veneto provò quello stesso sentimento che assale il malato la prima volta che ricupera i sensi e la memoria smarrita.9

9Quelques mois plus tard, en décembre de la même année, la Gazzetta publiait un long article tiré du Messaggere de Modène, présenté comme la lettre d’un témoin présumé des événements révolutionnaires vénitiens et destiné avant tout à faire savoir

quale si fu veramente la condizione di questa povera città, e quali i patimenti cui furono costretti sottostare i miseri suoi abitanti. Voi sapete come il popolo di Venezia mettesse sin dal bel principio ogni sua fede nell’avvocato Manin. Uomo di mediocre ingegno, d’una forsennata ambizione, di una caparbietà senza misura non avendo fatto cosa veruna che alla pubblica opinione lo raccomandasse per altezza d’ingegno, da una mano di gente affamata e screditata, che si riproponeva fortuna nella scatenatasi bufera, fu improvvisamente acclamato uomo di alto senno, di mente sublime, un’aquila, un eroe, il grande cittadino […]. Così fu subitamente stabilita una fazione dominante, che racchiudeva in sé tutta la quisquiglia cittadina, cui si associava quella che da varie parti d’Italia qui venne calando.
Predicando per le vie, per le taverne, sui giornali, lusingando e careggiando la plebe, minacciando ogni altro, impose l’ammirazione del suo capo.

10En poursuivant dans l’évocation, on arrivait au 2 avril 1849 et au choix de la résistance à tout prix, comble de la « perfidie » des gouvernants :

  • 10  Gazzetta Uffiziale di Venezia, 334, 13 décembre 1849.

Da questo decreto cominciano gli estremi mali […] che nelle loro conseguenze perdurano tuttavia e che lungamente perdureranno. Alla città mancarono di certo le vettovaglie e il benefico Governo per resistere più a lungo pensò come cacciare in corpo ai poveri cittadini ogni maniera di cereali, di legumi, d’immondizie raccolte spazzando i granai e i magazzini, […] un pane che le bestie rifuggivano da mangiare […]. Eravamo ridotti a questi estremi quando incominciò a manifestarsi il colera e a lentamente diffondersi […]. Il Governo guardava incurante allo stato della città.10

11La raison et le sens des responsabilités ne revenaient pas, même face aux bombardements : « l’impudenza dei governanti non avea più misura […]. E chi governava stavasi indifferente a guardare tanta carnificina, e insisteva nel suo pazzo proponimento di resistere ad ogni costo » (ibid.). L’effondrement de toutes les fondations dans l’ordre moral et social atteignait son maximum, également de façon symbolique, dans l’assaut de la maison du patriarche Jacopo Monico, coupable d’avoir péroré sur la capitulation.

Il Governo lasciò fare, non cercò impedire quel delitto […]. Nessuno fu arrestato o processato : questo delitto passò non altrimenti che se avvenuto non fosse. Ai nostri immensi mali aggiugnevasi il terrore inspirato dai governanti […], di strage e di saccheggio era minacciata la città da una mano di furenti che apertamente agognava alla rapina sotto il pretesto dell’eroica resistenza. (Ibid.)

12Ce témoignage rassemble tous les motifs fondamentaux autour desquels s’articule le récit de la Révolution de 1848, forgé, et plusieurs fois reproposé, par la Gazzetta ; il est l’incarnation de l’attitude culturelle et idéologique qu’elle promeut. On y retrouve en effet la célébration de l’héroïsme passif et silencieux du « bon peuple vénitien », l’image du gouvernement provisoire comme conglomérat criminel, qui avait conquis par la violence et tyrannisé une ville à laquelle il n’était nullement lié, le bon sens de la majorité qui, à la fin, avait imposé la capitulation.

  • 11  K. Schönhals, Memorie della guerra d’Italia degli anni 1848-1849 di un veterano austriaco, vol. I, (...)
  • 12  [N. Foramiti], Storia dell’assedio di Venezia 1848-1849, Venise, Tip. Fontana, 1850, p. 3-4.

13Il faut dire que ce récit de la Révolution structuré autour des motifs – moraux, religieux et politiques – de la faute et de l’expiation était particulièrement adapté au régime d’état de siège imposé à Venise : tout ce qui avait suivi la proclamation de la république était « un’indegna gherminella da saltimbanco »11 et était représenté comme une succession de « molte colpe, di molte vergogne, di molte sventure », imputées à la « perversità di quelli che si posero alla testa del movimento rivoluzionario »12. Il est possible d’affirmer que cette interprétation fut dictée par le patriarche Jacopo Monico lui-même, avant d’être reprise par la presse et par les livres et opuscules mis en circulation.

  • 13  Voir G. Vian, « La Chiesa », Venezia e l’Austria, G. Benzoni et G. Cozzi éd., Venise, Marsilio, 19 (...)
  • 14  I. Brovelli, « Rivoluzione e religione nel Quarantotto veneziano (1848-1851) », Studi veneziani, n (...)

14Pendant la Révolution, le patriarche avait déjà fortement critiqué la liberté de presse et l’attribution de rôles politiques, institutionnels et administratifs à des juifs et à des grecs-orthodoxes. Après le retour des Autrichiens, Monico s’était clairement engagé sur une ligne intransigeante et avait lancé une action de marginalisation du clergé libéral13. Dans un manifeste rédigé le 9 novembre 1849 pour la Fête de la Salute, c’est lui qui avait utilisé la dialectique traditionnelle du péché et du rachat à propos des événements récents, et qui avait invité à cette occasion les fidèles « a pregare perché finisse la guerra implacabile contro la religione, la morale e ogni potere divino e umano »14. Afin de dissiper toute équivoque, l’année suivante, Jacopo Monico se chargeait de tirer les conclusions définitives :

  • 15  Voir P. Pecorari, « Motivi d’intransigentismo nel pensiero del patriarca di Venezia Jacopo Monico (...)

Due anni fa i male accorti poteano esser tratti in inganno, credendo di potersi fare partigiani di una causa, che chiamavasi santa, senza disertare dal vessillo di Cristo […]. Ma ora non è più tempo di farsi illusione : ora il velo è levato, e si muove aperta guerra a quanto v’ha di più sacro e venerabile in terra […]. Dunque ora convien decidere a qual parte vogliamo attaccarci : giacché non è più possibile conciliar l’una con l’altra. […] No, tra il Cattolicismo, ed il liberalismo inteso nel senso dei moderni riformatori, non può, non potrà esservi mai accordo, più che tra l’Arca e Dagone, tra Cristo e Belial, tra la luce e le tenebre.15

  • 16  Sur ces thèmes, voir E. Cecchinato, La rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia fra memoria (...)
  • 17  A. Bernardello, « La paura del comunismo e dei tumulti popolari a Venezia e nelle province venete (...)

15Pendant la troisième domination autrichienne, le discours public officiel dessina cette parabole pour Venise : la forteresse extrême et solitaire de l’insurrection européenne était devenue le dernier rempart de la domination autrichienne en Italie, érigé en défense de la religion, de la famille, du travail, de l’harmonie sociale, pris d’assaut par les offensives du libéralisme, de l’idéal national, du progrès et du changement. Tandis qu’autour, dans la péninsule, le monde de la Restauration s’écroulait petit à petit, Venise était chargée de conserver le flambeau de la tradition16. De temps à autre, pourtant, la réalité faisait irruption et des fissures apparaissaient fatalement dans la représentation d’un contexte totalement pacifié sous les ailes de la cour de Vienne : certes, la Gazzetta n’avait pas manqué de dénoncer, le cas échéant, les arrestations et les confiscations de matériel de l’époque de la Révolution, mais les signaux les plus évidents d’un héritage qui n’était pas tout à fait éteint, même à Venise, furent les événements passés à la postérité comme la « conspiration de Mantoue » et les « martyrs de Belfiore ». Le Comité insurrectionnel constitué dans la ville de Mantoue en novembre 1850 faisait partie d’un vaste réseau de conspiration mazzinien présent dans de nombreuses provinces du Royaume lombard-vénitien, mis en place par les hommes les plus combatifs de la Révolution de 1848, pour la plupart vétérans des assauts de Rome et de Venise. Déjà, en octobre 1851, Venise avait été le théâtre de l’interminable agonie d’Angelo Dottesio, pendu sur le Campo di Marte ; les événements les plus dramatiques se déroulèrent en 1852-1853, après le procès pour haute trahison de cent dix participants à la conspiration mazzinienne. Le tribunal militaire autrichien de Mantoue prononça des dizaines de condamnations, dont neuf pendaisons : en décembre 1852 montèrent à l’échafaud, entre autres, les Vénitiens Angelo Scarsellini, Giovanni Zambelli et Bernardo Canal, journaliste militant pendant les années 1848-1849. Dans ses mémoires d’exil, Marco Antonio Canini faisait justement référence à ces hommes qui, dès le retour du gouvernement autrichien, s’étaient engagés à reprendre l’action. Canini, fils d’un tanneur vénitien aux idées jacobines, avait fait partie en 1848-1849 des milieux les plus radicaux de Venise : actif dans la presse et dans les associations, il avait des opinions républicaines et protosocialistes. Il entra en conflit avec Manin et subit en particulier la persécution du très influent Comité de surveillance publique (Comitato di pubblica vigilanza), l’organe le plus autoritaire et conservateur du gouvernement. Libéré après une période de réclusion, en mars 1849, il fut autorisé à quitter Venise et à se rendre à Rome, où il fut secrétaire de la Commission des barricades. Après la chute de la République, il se déplaça à Athènes : il commença à parcourir l’Europe, « a portare in paesi stranieri la sua vena di rivoluzionario sconfitto »17, en s’engageant notamment pour la cause grecque et celle des peuples balkaniques. C’est en France, là où avait pris forme une sorte de sanctification de la figure de Manin, que Canini fit imprimer ses mémoires qui revendiquaient son lien avec une école révolutionnaire différente ; en récupérant le souvenir des démocrates les plus fervents, il se sauvait lui-même de l’oubli, puisqu’il continuait à s’identifier avec ces hommes en termes politiques et générationnels :

  • 18  M. A. Canini, Vingt ans d’exil, Paris, Dramard-Baudry et Cie, 1868, p. 12 et 75-76.

Les Bandiera, en 1844, comme, après 1849, les Canal, les Zambelli, les Scarsellini, ne se rattachent pas à l’école de Manin, mais à une autre école trop calomniée. […]
Ici, à Paris, où moi et plusieurs de mes concitoyens nous avons été injustement accusés, j’ai élevé la voix pour réfuter ces accusations. Oui, je parle au nom de tous ceux qui, dans les journaux ou dans les clubs, ont été les adversaires du chef du gouvernement de Venise en 1848-49, et qui ont été persécutés par lui et par les historiens à lui [sic]. Je parle au nom de tous ces anciens démagogues, de ceux qui sont morts et de ceux qui sont encore en vie, de ceux qui sont devenus célèbres et de ceux qui sont restés obscurs, de mes amis et de mes adversaires. Nous étions tous des jeunes gens fougueux, pleins de patriotisme. Nous avons tâché d’agiter le peuple de Venise contre la politique de Manin, car nous prévoyions ce que cette politique a produit, des désastres, la ruine de la patrie. Nous ne voulions pas de doge de Venise ; nous voulions un président de la République italienne ou un roi d’Italie. Nous avons tous été éprouvés par le martyre, par la prison ou par l’exil. Aucun de nous n’a été mauvais citoyen ou traître. Nous avons été tous de vertueux patriotes, de bons enfants de notre chère mère à tous, de Venise18.

  • 19  Sur le programme de Manin et sur la construction de l’image du héros vénitien dans l’Italie postun (...)

16Dans ces lignes, Canini reprochait à Manin, parmi d’autres choses, sa vision étriquée des intérêts locaux pendant la Révolution de 1848, tandis qu’il revendiquait pour lui-même et pour ceux qui lui étaient proches une ouverture de vue vers une perspective nationale, qui allait au-delà de la question de la forme institutionnelle : en réalité, on retrouvait là le point d’arrivée politique de Manin pendant son exil19. Pour cette raison, tandis qu’à Venise, dans le discours public, l’ex-président de la République vénitienne était frappé par une sorte de damnatio memoriae, à Turin, le 22 mars 1861, était inaugurée sur la place Bonelli, dans le jardin de Ripari, une sculpture à sa mémoire qui représentait l’Italie tenant à la main un portrait de Manin :

  • 20  Voir Discorsi italiani e francesi pronunciati nella inaugurazione del monumento a Daniele Manin su (...)
  • 21  C. Lanfranco, « L’uso politico dei monumenti. Il caso torinese », Il Risorgimento, 2, 1996, p. 218

Fu proprio nel momento della inaugurazione che lʼiniziativa per lʼesule veneto assunse un più deciso sapore politico. Tutti gli interventi oratorii20 si caratterizzarono infatti per i continui richiami alla servitù politica in cui Venezia ancora versava e alle speranze di una riscossa italiana contro lʼoppressione austriaca. Ma contemporaneamente, vennero sottolineate la moderazione e la ponderatezza delle posizioni politiche tenute da Manin, la sua capacità di attirare alla lotta della città veneta le simpatie generali e soprattutto la sua accettazione della monarchia.21

  • 22  Ses membres étaient Nicolas-Louis Planat de la Faye (président), Anatole de la Forge, Taxile Delor (...)
  • 23  C. Lanfranco, art. cité, p. 216.

17Le monument inauguré dans la capitale du tout jeune Royaume d’Italie avait été promu au lendemain de la mort de Manin par Niccolò Tommaseo et d’autres protagonistes de la Révolution de 1848 à Venise en exil à Turin. Pour mener à bien sa réalisation, la contribution d’une prestigieuse commission française22 avait été fondamentale, ainsi que celle de la ville de Turin, mais les oppositions conservatrices et « philo piémontaises » au sein du conseil municipal n’avaient pas manqué, de ceux qui ne pardonnaient pas à Manin son républicanisme originel23.

  • 24  M. Isnenghi, « La Repubblica di Venezia », Almanacco della Repubblica. Storia d’Italia attraverso (...)
  • 25  C. Pisani, Lettura sul bozzetto Vela pel Monumento Manin, Venise , Tipografia del Rinnovamento, 18 (...)

18Il fallut attendre encore quatorze ans avant que Venise puisse avoir un monument dédié au leader de sa Révolution. En effet, entre le 2 octobre 1866 – date de la première proposition – et le 22 mars 1875 – date de son inauguration –, « il monumento a Manin scatena una ridda di passioni e contrapposizioni »24 : les points de friction furent le choix de l’emplacement de la statue et, surtout, le choix du modèle, à savoir le type d’interprétation de l’expérience révolutionnaire que la sculpture devait codifier. À la fin, le monument ne réussit pas à conquérir la place Saint-Marc ou d’autres zones symboliques de la ville ; il fut érigé devant la maison de Manin, dans le petit campo S. Paternian élargi et rebaptisé à son nom. Les polémiques soulevées à propos du modèle présenté par l’artiste commissionné furent encore plus emblématiques. Le sculpteur tessinois Vincenzo Vela, lui-même protagoniste des événements de 1848, avait choisi d’honorer la mémoire de Manin en le représentant juste après sa sortie de prison le 17 mars 1848, porté sur les épaules d’un marin et d’un docker de l’Arsenal. Cette solution sculpturale soulignait la signification collective et populaire de la Révolution de 1848-1849 et était particulièrement appréciée par les milieux progressistes d’opinion démocrate et républicaine, mais elle dut affronter d’insurmontables résistances. Explicitement, les critiques du modèle pointaient l’inopportunité formelle du choix opéré par Vela, puisque le but de l’initiative était de représenter Manin et non la Révolution ; mais il était évident que le projet était désapprouvé car il était teinté d’illégalité et de populisme. En effet, en représentant Manin au moment de sa libération, porté sur les épaules du peuple, la célébration mettait en relief les aspects les plus visiblement subversifs – objectivement révolutionnaires – du Printemps des peuples à Venise et de la vie du patriote. L’un des principaux défenseurs du projet fut le journaliste Carlo Pisani, alors directeur du journal vénitien Il Rinnovamento, déjà présent sur la scène publique pendant la Révolution de 1848-1849 avant d’être contraint de se réfugier au Piémont. Après l’Unification, Pisani ne pouvait certes pas être défini comme un progressiste, mais il refusait de se soumettre à ces formes de censure (et d’autocensure) qui pesaient sur l’image de la Révolution intériorisée et promue par la classe dirigeante conservatrice qui gouvernait la ville. Le sujet du monument, rappelait-il, était bel et bien Manin, mais Manin en 184825 :

perché è l’epoca della sua grandezza, perché quella è l’epoca gloriosa del popolo Veneziano […].
[…] Manin l’ha fatto Venezia, l’ha fatto la Rivoluzione, l’ha portato in trionfo il popolo, se l’è adottato lui. Manin è stato dominatore a sua volta, ma a sua volta esecutore della volontà del popolo di Venezia. […] La sintesi vera del 48, è il popolo di Venezia che strappa al Governatore straniero l’ordine di far libero Manin, che va alle Carceri, e se lo trae sulle spalle in trionfo, e se lo porta là sotto le finestre di quel Governatore che mesi prima l’avea fatto imprigionare. Manin portato dal popolo in trionfo, è l’annuncio della Rivoluzione che ha vinto, è la sfida di guerra che Venezia fa all’Austria, è la voce del popolo che intima al Governo la resa. Quel momento è più che la Rivoluzione – è la Risurrezione. (p. 7-8)

19En s’adressant directement à ceux qui accusaient Vela de falsification historique, étant donné que Manin avait toujours agi en respectant la légalité, Pisani répliquait :

Se Manin volle la legalità, il popolo, Venezia, l’Italia vollero la Rivoluzione, ed egli s’è lasciato portare, bandiera non di legalità, ma di Rivoluzione. Non è atteggiamento legale il passar per le piazze sulle spalle del popolo. Il fatto dunque vinse le sue intenzioni.
[…] Sopprimete il 48 e diteci che cosa resta di Daniele Manin ? ?…
[…] fare un Monumento al solo individuo, al solo nome, alla figura isolata di Manin, sarebbe un non aver intesa la Storia, sarebbe anzi falsarla, perché Manin non sarebbe se non vi fosse stato il 48, mentre il 48 sarebbe stato egualmente se non vi fosse stato Manin ! (p. 15-21)

20Dans son raisonnement, Pisani évoquait l’exemple de la France – toujours sujette à une vibrante admiration de sa part – pour réfléchir sur les potentialités du souvenir d’une expérience révolutionnaire afin de mobiliser le peuple dans la construction et dans la consolidation du sentiment d’identité collective. Pour un monument, faisait-il remarquer, il était opportun de choisir un sujet qui sache parler puissamment aux sentiments du peuple :

In Francia il popolo vi sa la sua storia perché la impara sulla sua colonna della Bastiglia, su quella di Piazza Vendôme eretta coi cannoni fusi delle vittorie dell’impero, sulle tele di Vernet che vi coprono il Louvre e Versailles delle patrie battaglie. […] Manin portato dal popolo è la bandiera di Venezia, che il popolo porta a sventolare in viso al signore straniero. (p. 15)

  • 26  L’auteur du monument fut le Vénitien Luigi Borro.
  • 27  Pour une vision plus ample du débat sur le choix du modèle, cf. E. Cecchinato, ouvr. cité, p. 445- (...)

21Pour que les implications du discours de Pisani ne prêtent pas à équivoque, il faut souligner qu’il fut toute sa vie un modéré, un anticlérical convaincu et un fervent patriote, promoteur du progrès industriel, mais socialement traditionaliste. Tout comme ce modèle de modérantisme incarné par Pisani n’eut jamais véritablement droit de cité à Venise à cette époque, de même ses argumentations en faveur du modèle de statue n’eurent aucun effet : la représentation proposée par Vela fut jugée inacceptable par les représentants conservateurs du Conseil municipal, qui la repoussèrent. Ainsi, en 1875, le portrait en bronze de Manin, qui fut inauguré sans remous, était plus traditionnel26, et il se dresse depuis dans le campo vénitien qui a pris son nom27.

22L’échéance de l’inauguration du monument fut décisive pour stimuler la résolution du grand problème laissé ouvert, qui était devenu un cas épineux. Quelques mois à peine après l’annexion des provinces de la Vénétie au Royaume d’Italie, le 17 mars 1867, un décret royal confiait au gouvernement la charge des frais de transport des cendres de Daniele Manin dans sa ville natale. Un an plus tard environ, le 21 mars 1868, la dépouille de Manin entrait à Venise : le jour suivant avait lieu sur la Place Saint-Marc la cérémonie civile solennelle, suivie du rite funèbre dans la basilique. Le 23 mars, les cendres de l’ex-dictateur, de sa femme et de sa fille étaient déposées dans le sarcophage provisoire posé dans l’entrée de la basilique Saint-Marc. En réalité, tout ne s’était pas déroulé comme prévu : la dépouille de Manin, selon les accords préliminaires, aurait dû être remise à Paris à la commission italienne nommée en février 1868. Il n’en fut pas ainsi : le gouvernement français, pour des raisons d’ordre public et pour conjurer le risque de démonstrations anti-bonapartistes, décida de faire exhumer en toute hâte le corps enterré au cimetière de Montmartre et de le faire transporter à la frontière, où put avoir lieu la transmission.

  • 28  « Le ceneri di Manin », Il Tempo, 68, 9 mars 1868.
  • 29  Ainsi s’exprimait Daniele Francesconi dans son intervention devant le conseil municipal en juillet (...)

23Le dépôt de Manin à Saint-Marc devait être une solution provisoire, du reste déjà contestée par ceux qui déclaraient qu’au titre de la laïcité de l’État, il n’était pas souhaitable de « comandare in casa dei preti », ni d’obliger en quelque sorte le patriote à une soumission posthume à l’autorité religieuse28. Toutefois, des pourparlers avec le patriarcat de Venise furent entrepris pour que les cendres puissent rester à l’intérieur de la basilique : les premières difficultés apparurent à propos de la compatibilité artistique entre celle-ci et le dessin du sarcophage, si bien que dès le mois de juin 1868, l’hypothèse d’une tombe dans ce qui était par excellence le lieu de culte de Venise sembla écartée. Mais « Manin a San Marco » était en train de devenir un mot d’ordre en ville, et ce qui était né avec les caractères du provisoire était à présent présenté comme « voto della intera popolazione »29. Dans ce climat, la majorité ne tenait pas compte du fait que Saint-Marc était une église ; l’idée qui triomphait était l’identification entre Saint-Marc et Venise. Ceux qui, à l’opposé, défendaient un choix laïc, sans toutefois sacrifier la noblesse et la centralité du site, soutenaient que le sarcophage pouvait être placé dans l’entrée du Palais des Doges, mais un avis contraire de la Giunta di Belle Arti rendit impossible cette solution, non sans soulever des soupçons chez les progressistes :

  • 30  « Sarcofago Manin », Il Tempo, 116, 16 mai 1871.

È inutile farsi illusioni. Nelle alte sfere del potere è assolutamente deciso che il sarcofago […] non debba rimanere a S. Marco, lo si vuole lontano dal centro della città, in un luogo riposto […].
Manin rappresenta la memoria di un’epoca che non gode più le simpatie dei presenti nostri rettori. Gli uomini del 1848-49 di cui egli è campione non sono più di moda. Essi furono sostituiti dai servi fedeli dei governi caduti e quell’epoca, quelle memorie si vorrebbero sopprimere se fosse possibile.30

24Les faits prenaient désormais la tournure d’une dispute sans fin ; une fois écartée l’hypothèse du Palais des Doges, il était décidé de loger les cendres de Manin dans l’entrée de la basilique, où demeurait depuis des siècles le sarcophage de Bartolomeo Gradenigo : mais ses descendants, Pietro et Federico, s’insurgèrent, arguant que le monument funèbre de Manin aurait caché celui du doge.

25Quelques semaines plus tard, le journal clérical intransigeant Il Veneto cattolico exprimait sans hypocrisie sa propre position :

  • 31  « Sarcofago Manin », Il Veneto Cattolico, 79, 10 avril 1874.

[…] a noi non importa nulla, proprio nulla, che il sarcofago del Manin sia collocato qua piuttosto che là, noi lo avremmo lasciato in pace a Parigi. Ma giacché è venuto a Venezia, noi faremo una sola raccomandazione […] : che le chiese si lascino per i Santi, e che coloro che hanno promosso quella rivoluzione che dovea combattere direttamente gli altari, si pongano dappertutto tranne che all’ombra degli altari. Ci starebbero male doppiamente.31

  • 32  AMV, Atti del Consiglio Comunale, séance du 27 février 1874. La définition est du maire Antonio Fo (...)

26C’était toutefois un message qui peinait à être accepté, si bien que l’attention de la municipalité se déplaça alors sur la basilique Santa Maria Gloriosa dei Frari – considérée comme l’une des « Sante Croci di Venezia »32 –, en particulier sa chapelle qui accueillait les cendres du sénateur Federigo Corner, lequel, en 1379, à l’époque de la guerre de Chioggia, avait acquis une grande considération politique et économique de la part de la République. Mais ce projet non plus ne put être réalisé, car il se heurta à la protestation de deux descendants du sénateur sortis soudain de l’anonymat. Ils s’opposaient à l’hypothèse que puisse être introduit

  • 33  AMV, 1870-74, IX, 7/14.

un moderno sarcofago che coprirà l’antica tomba rispettata da cinque secoli. […] Se dalla malvagità dei tempi e dalle politiche rivoluzioni fu cangiata la posizione sociale-economica della nostra Illustre Famiglia, non si estinsero però in noi sottoscritti li sentimenti di nobiltà, e di decoro eguali a quelli che indussero i Conti Gradenigo ad impedire che sia turbata la memoria d’un [sic] antica famiglia.33

27C’est in extremis seulement, le 17 mars 1875, quelques jours avant l’inauguration de son monument, que la proposition de loger le sarcophage de Daniele Manin sous le portique à colonnes externe de la basilique fut approuvée : il s’agissait d’un choix assez discutable – du point de vue artistique et pour son manque de visibilité – qui avait toujours été considéré comme une hypothèse à écarter et que personne n’accueillait avec une évidente satisfaction.

28Du reste, selon Il Veneto cattolico, l’enthousiasme collectif des Vénitiens s’était éteint depuis longtemps et les événements décriés de 1848-1849 avaient uniquement contribué à répandre le désenchantement :

  • 34  « Venezia e le feste di questi giorni », Il Veneto Cattolico, 77, 8 avril 1875.

A Venezia l’entusiasmo è morto da gran tempo. Esso s’accendeva nel suo petto allorquando udiva gridare Viva San Marco ! Grido sublime col quale le sorti della patria s’identificavano a quelle della sua fede. Oggi Religione e Stato son due cose, non solo separate, ma quasi opposte e guerreggiantesi a vicenda […]. È necessario, signori liberali, che troviate un grido vivificante che, come quello dei nostri gloriosi secoli trascorsi, […] in un sol vincolo stringa patria e religione.34

  • 35  Voir G. Sbordone, Nella Repubblica di Santa Margherita. Storie di un campo veneziano nel primo Nov (...)

29Les vœux des cléricaux intransigeants semblaient loin de pouvoir se réaliser : l’héritage de la Révolution de 1848-1849 paraissait à ce moment-là, à leurs yeux et à ceux de leur hiérarchie, totalement inconciliable avec l’orthodoxie catholique. Du reste, en 1882, un temple évangélique voyait le jour à Venise35, ou plus précisément un lieu de culte de l’Église chrétienne libre fondée par l’ex-barnabite qui, en 1848, avait prouvé efficacement – avec son ami et confrère Ugo Bassi – sa capacité à parler aux foules. Pendant le Printemps des peuples, Gavazzi avait été à Venise et à Rome, puis il s’était exilé à Londres, où il s’était rapproché des milieux évangélistes. De retour en Italie, il rejoignit Garibaldi en 1859, le suivit en 1860 en Sicile, participa, en 1866, à la troisième guerre d’Indépendance avec les volontaires garibaldiens et, en 1867, à la bataille de Mentana. Pour finir, il mena une propagande enflammée contre le pouvoir temporel du souverain pontife.

  • 36  AMV, 1875-1879, IX, 7/13.
  • 37  Ibid., 1880-1884, IX, 7/11.
  • 38  Ibid., 1885-1889, IX, 7/16 et 1890-1894, IX, 7/8.
  • 39  Ibid., AMV, 1885-89, IX, 7, 6.
  • 40  Ibid., 1890-1894, IX, 7, 11. Sur cette initiative, voir aussi Per la inaugurazione del ricordo mon (...)
  • 41  Ibid., 1910-1914, IX, 7/18.
  • 42  « Il monumento a Gustavo Modena », L’Adriatico, 81, 23 mars 1910.

30De nombreux hommes qui, dans les années suivantes, militèrent sous les ordres de Garibaldi, avaient transité par Venise en 1848-1849. Le plus célèbre d’entre eux fut peut-être le lombard Giuseppe Sirtori, arrivé dans la lagune après avoir été un des protagonistes des Cinq Journées de Milan. Il appartenait au groupe des « étrangers » élus dans la seconde Assemblée vénitienne, était une figure de proue des milieux mazziniens, et ses actions militaires contre l’offensive autrichienne avaient fait de lui, dans les derniers mois de la Révolution, sans doute l’un des personnages les plus puissants et populaires après Manin. Un médaillon dédié à son souvenir fut inauguré en 187636 dans le complexe monumental du cimetière d’honneur (Famedio) du Risorgimento, à l’entrée de la Place Saint-Marc : au moment où naissait la gauche historique, il s’agissait de célébrer l’héroïsme de Giuseppe Sirtori dans la résistance de Venise à l’Autriche en 1849, sa participation à l’expédition des Mille et sa parabole de révolutionnaire qui finissait par reconnaître la monarchie. Rapidement, sur la Bocca di Piazza, les effigies des protagonistes vénitiens de la Révolution vinrent se placer aux côtés de son médaillon : d’abord celles de Francesco Avesani37 et Jacopo Castelli38, auxquelles s’ajoutèrent celles de Giambattista Varè39 et d’Isacco Pesaro Maurogonato40, en 1894. À partir de l’année suivante, Venise expérimenta une nouvelle forme politique et administrative qui fut élargie rapidement à une grande partie du pays : le modèle clérico-modéré, c’est-à-dire l’alliance entre cléricaux et conservateurs dans une optique antimoderniste et antisocialiste. Désormais, la vie publique de la ville était pilotée par un axe qui reliait le maire Filippo Grimani – qui se maintint à sa tête pendant 25 ans – et le patriarche Giuseppe Sarto, futur pape Pie X. Grimani inaugura en 1910, dans les jardins de Sainte-Hélène, le monument consacré à un autre protagoniste de la Révolution, le vénitien Gustavo Modena41, acteur et dramaturge mais surtout mazzinien pendant toute sa vie, mort en 1861 sans manifester aucun enthousiasme pour l’Italie monarchiste. Dans les discours officiels qui accompagnèrent l’inauguration, la figure de Modena était falsifiée et neutralisée dans ses aspects les plus dérangeants, les sujets de contrastes étaient totalement noyés. Le maire Grimani célébra le travail du temps, qui calme les passions et fait disparaître « certi dettagli », et en arriva même à décrire mensongèrement le mazzinien – qui ne mit jamais au second plan ses propres convictions – comme celui qui « ogni cosa sacrificò devotamente perché l’Italia fosse »42. Ce n’est pas un hasard si, consciente de la tournure que prendrait la commémoration, l’association républicaine vénitienne qui tira son nom du patriote s’était depuis longtemps dissociée du projet. En 1903, lors du centenaire de sa naissance, les républicains avaient apposé une plaque commémorative dans la Salizada San Giovanni Grisotomo, près de son habitation, qui rappelait le « mazziniano indomito » qui avait affronté exil et prison. Du reste, ce n’était pas fortuitement que la statue de Modena avait été placée dans les Jardins publics, dans une zone périphérique, ce qui excluait son souvenir du cœur de la ville : c’était clairement des prétextes qui avaient motivé le refus de plusieurs localisations autour de San Giovanni Grisostomo, parmi lesquelles le Campo dei Santi Apostoli, lieu de passage très fréquenté. Par ailleurs, le monument de Manin et sa tombe, à une époque plus proche des événements du Risorgimento, n’avaient pas non plus obtenu de localisations à grande visibilité : il serait exagéré de prétendre qu’il y eut une parfaite continuité entre la troisième domination autrichienne et le Royaume d’Italie, mais il est sûr qu’aucune personnalité importante de la Révolution de 1848-1849, ni modérée ni radicale, n’arriva à la tête de la politique de la ville. En outre, des groupes de pression liés à l’aristocratie et au patriarcat, hormis de brèves parenthèses, exercèrent sans interruption un rôle significatif, comme le démontre bien l’affaire du sarcophage de Manin.

31À la fin du xixe siècle, sous l’administration clérico-modérée, le binôme aristocratie-patriarcat avait atteint les plus hautes positions à Venise : c’est dans ce climat qu’en l’espace de deux ans furent célébrés le centenaire de la chute de la Sérénissime et le cinquantième anniversaire de 1848. La première occurrence vit les catholiques en première ligne : ils dominèrent le discours public et donnèrent le rythme de la commémoration.

  • 43  « 22 marzo », La Difesa, 65, 22-23 mars 1897.
  • 44  F. Apollonio, « Sulla caduta della Repubblica di Venezia. Conferenza letta nella sala dei Banchett (...)

32Le 22 mars 1897, lors du quarante-neuvième anniversaire de la Révolution, le quotidien clérical La Difesa, prenant la suite de ceux qui avaient « excommunié » le Printemps des peuples, décrivait avec un ton étonnamment enthousiaste les « numerose […] bandiere ai pubblici e privati edifici per festeggiare l’anniversario della difesa di Venezia »43. Quelques semaines plus tard, une conférence était organisée au palais patriarcal en souvenir du 12 mai 1797, lorsque les patriciens du Grand Conseil de Venise coopérèrent « a quel mistero di iniquità e di perfidia esecranda che fu la caduta della loro Repubblica », tandis que le « peuple », s’opposant « a sì malvagia opera di sette tenebrose […] in quel giorno stesso erompeva in tutta la piazza col grido di : Viva S. Marco ! »44. Il faudra attendre près de cinquante ans pour voir un soulèvement collectif comparable,

quando la splendida storia di Venezia aprirà le sue pagine d’oro e vi scriverà gli entusiasmi del ’48, le resistenze del ’49 ; col suo governo di veneziani, con le magnanime ed ardite resistenze di Marghera e del Ponte. Brevi dì, ma di tali impressioni che non si cancelleranno mai dal cuore di un veneziano che li abbia visti e goduti e in essi abbia sofferto. (Ibid.)

33Ce qui compte, dans cette intervention, est sans aucun doute le lien de continuité établi, du point de vue des valeurs de référence, entre la Sérénissime et la République de Manin, et le silence qui est fait à propos des aspects libéraux et démocratiques de la Révolution de 1848-1849 qui avaient induit les cléricaux à s’en dissocier pendant plusieurs décennies. Étaient ainsi posées les prémisses conceptuelles d’une lecture conservatrice, voire réactionnaire, du Printemps des peuples à Venise ; mais le succès de cette interprétation fut alimenté par la place centrale occupée par l’opinion conservatrice dans le récit officiel de la Révolution vénitienne depuis 1866. En 1898, il n’y eut pas une seule intervention publique, pas un seul article dans la presse, pas une seule publication de circonstance qui n’évoquât les événements de 1848 en termes de continuité avec l’ancienne République de Venise, de rachat de sa chute, de réparation du traité napoléonien de Campoformio. Voici ce qu’on pouvait lire dans le numéro unique publié à l’occasion du cinquantenaire :

  • 45  R. Manzato, « 1848-49 », Venezia 1848-49. Numero unico edito a cura del Comitato Cittadino nel cin (...)

Dopo cinquant’anni dalla caduta, da quel luogo della vecchia potenza, sacro per le memorie del vecchio valore, […] Venezia antica baciava la nuova […].
[…] E, all’indomani, nella piazza gremita di popolo, Venezia si proclamava repubblica, e, fra le lacrime di gioia risalutava il suo vecchio San Marco. Non fu errore […]. […] fu ineluttabile necessità ! A quale altra forma poteva appigliarsi Venezia ? […] Far così, d’altronde, era senno politico […]. Venezia intendeva denunciare l’illegittimità dei fatti donde era sorto il dominio straniero, e, per farlo, le conveniva ricollegare la nuova sua storia a quella dell’antica e gloriosa Repubblica, per quanto gli ordini di governo, conforme ai concetti e alle attitudini e ai bisogni dei nuovi tempi, dovessero esser diversi. Né, certo, Venezia voleva far rivivere pretese di dominante o restaurar gare municipali. Non ostante la forma che si dava, Venezia […] affermava altamente l’italianità dei suoi propositi.
[…] Da quel luogo che aveva visto le viltà del 12 Maggio 1797, l’eroismo del nuovissimo dì cancellava l’antica macchia ! Santo entusiasmo !45

34L’insistance sur le traité de Campoformio et son illégitimité était fondamentale pour défendre la thèse du caractère exceptionnel et irréductible de l’expérience vénitienne par rapport aux autres révolutions du Printemps des peuples, puisqu’à Venise, suivant cette lecture, il ne s’agissait pas d’une rébellion contre le pouvoir constitué, mais du rétablissement d’un ordre légal.

  • 46  S. Soldani, « Il silenzio e la memoria divisa. Rispecchiamenti giubilari del Quarantotto italiano  (...)
  • 47  M. Tesoro, « Lo Statuto albertino : lʼanniversario dei primi cinquantʼanni », in Celebrare la nazi (...)
  • 48  S. Soldani, art. cité, p. 109.

35Dans le contexte vénitien aussi, comme ailleurs, le cinquantenaire fut caractérisé par la mise en avant d’une perspective fortement locale et par d’amples « projections identitaires »46. Tandis qu’au niveau national la mémoire officielle insista surtout sur la célébration des cinquante ans du Statut albertin47 – face à l’affirmation de poussées autoritaires qui souhaitaient un retour à l’interprétation littérale et conservatrice de cette constitution octroyée – en divers lieux comme à Venise, à Milan ou à Bologne, les forces politiques progressistes organisèrent des commémorations séparées, exprimant des « fratture della memoria » et des « volontà incrociate di esclusione e di auto esclusione »48. L’année 1898 fut donc, à Venise comme ailleurs, un rendez-vous commémoratif où des lectures fragmentaires, partielles, divisées empêchèrent de repenser à la Révolution de 1848 dans une optique plus ample et aux transformations globales que le Printemps des peuples avait mises en route.

  • 49  « Il 1848 a Venezia e a Trieste », Il Dovere Nazionale, 5, 6 juin 1914.

36Après avoir été un laboratoire du clérico-modérantisme, Venise fut, au début du xxe siècle, la capitale d’une déclinaison spécifique du nationalisme italien, dit le « nationalisme adriatique », qui récupérait l’exemple millénaire de la République de Saint-Marc comme l’accomplissement de la domination vénitienne terrestre et maritime qui devait inspirer l’Italie unifiée. Entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, la lecture dominante avait assimilé tous les grands événements de l’histoire de la ville – y compris le Risorgimento – à l’intérieur d’une continuité pluriséculaire : dans cette optique, la Révolution de 1848-1849 était récupérée comme un appendice de l’ancienne expérience républicaine, comme la preuve de l’héroïsme et de l’abnégation collective. Dans la presse nationaliste, comme dans les journaux catholiques, l’année 1848 était le moment où « dopo cinquant’anni la bandiera di S. Marco tornava a sventolare sull’Adriatico e i viva repubblicani risonavano nell’aria »49.

  • 50  « S. Marco ! », La Difesa, 101, 24-25 avril 1916.

[…] Il 1848 certo fu sommossa di popolo contro il mercato di Campoformio e la recente servitù straniera, ma nei cui rifioriti eroismi era ancora l’eco lontana delle menomazioni che Venezia, rivendicatrice di diritti latini, in altri giorni aveva dovuto subire.50

  • 51  « Il saluto di Venezia patriottica a Daniele Manin. Un discorso dell’on. Orsi », L’Adriatico, 127, (...)

37En mai 1915, à la veille de l’intervention de l’Italie dans la Première guerre mondiale, on rendait hommage à Manin et on le plaçait idéalement « a duce della impresa guerriera che l’Italia va ad ingaggiare »51. Pendant le conflit, d’après ce qu’on peut trouver dans les journaux, dans les interventions publiques et dans les œuvres réalisées ou rééditées au vu des circonstances, toute occasion était bonne pour alimenter la conviction des Vénitiens d’être en train de revivre l’assaut de 1848-1849 :

  • 52  « Il grande convegno di ieri alla “Fenice”. I discorsi di Luigi Luzzatti e Luigi Rava sul “Prestit (...)

come al tempo dell’assedio glorioso, su Venezia si rivolgono da mesi le menti degli italiani patriotticamente ansiosi : e si confortano della sua fierezza.
[…] qui parlano le memorie grandi del passato. Venezia insegnò, dopo Roma, a tutto il mondo civile. Essa cadde e risorse. […] Nel ’48-’49 Venezia insegnò e insegna.
[…] E Venezia, nel 1915 torna la Venezia del 1849.52

  • 53  A. Pascolato, Manin e Venezia nel 1848-1849. Pagine postume a cura di Maria Pezzè Pascolato, Milan (...)
  • 54  A. Pilot, « Il popolo di Venezia nel 1848-49 e Nicolò Tommaseo », Rivista Mensile della Città di V (...)
  • 55  « Commemorazione del XXII marzo a Venezia », Il Gazzettino, 70, 23 mars 1923.

38L’image de Venise en 1848, de la dernière « cittadella dell’indipendenza italiana »53, qui « bella nel martirio, confortata dall’amore consapevole del suo popolo, […] procedeva […] alla gloria e alla morte »54, prospéra également dans l’après-guerre et en plein régime fasciste. C’était les années où la « Sortita di Forte Marghera », quand les Vénitiens tentèrent une action de force pour libérer Mestre, était célébrée concomitamment avec la Marche sur Rome, et le 22 mars, on fêtait la proclamation de la République en même temps que la fondation des faisceaux de combat : la mémoire de Manin était rapprochée de celle du « manipolo di fanciulli che più recentemente salvò l’Italia non più dal nemico esterno ma dai bolscevichi interni ! »55

  • 56  « Nel primo centenario dei Martiri di Belfiore », Il Gazzettino, 289, 6 décembre 1952.

39C’est seulement après une autre guerre mondiale que la mémoire du Risorgimento à Venise put être célébrée dans un tout autre climat politique. En 1955 – bien que l’inscription soit datée « 1952 » – furent inaugurés dans le Famedio du Risorgimento les médaillons en l’honneur de Bernardo Canal, Angelo Scarsellini et Giovanni Zambelli, les trois républicains pendus en 1852 à Belfiore parce qu’ils n’avaient pas voulu trahir l’héritage de 1848. L’épigraphe les évoquait comme ceux qui « testimoniarono con la vita il risorgere della patria », et à l’occasion du premier centenaire, le Conseil municipal, sous l’égide d’une majorité politique du centre, soulignait que le sacrifice des victimes du « capestro austriaco » devait résonner comme une condamnation « di tutte le oppressioni e di tutte le violenze ». Mais encore une fois, au nom de la cohésion, toute politisation de la mémoire était stigmatisée : on recommandait à la population de se recueillir « in pienezza di concordia ed in affratellamento di intenti »56.

  • 57  P. Ginsborg, ouvr. cité, p. 392.
  • 58  S. Soldani, « Il 1848, memoria d’Europa », Passato e presente, XVIII, 46, 1999, numéro spécial 184 (...)

40En faisant abstraction des mémoires partisanes, il est indubitable que ni dans l’Italie libérale, ni évidemment dans l’Italie fasciste, mais seulement après la naissance de l’Italie républicaine, dans un contexte démocratique, les citoyens vénitiens – et aussi à présent les citoyennes – purent jouir des droits politiques que leurs ancêtres « avevano goduto nelle elezioni delle assemblee di Manin del 1848 e del 1849 »57. C’est en se basant sur ces données que l’on peut mieux estimer l’héritage sur le long terme de la Révolution de 1848 et redonner au Printemps des peuples de Venise sa place au sein de la révolution européenne, qui, au milieu du xixe siècle, changea radicalement la distribution des droits et décréta de fait « la fine dellʼancien régime in tutto il continente, lungo una via lastricata coi princìpi dellʼOttantanove »58.

Haut de page

Notes

1  F. Dall’Ongaro, Venezia l’11 agosto 1848. Memorie storiche, Capolago, Tipografia Elvetica, 1850, p. 59.

2  Cité par P. Ginsborg, Daniele Manin e la rivoluzione veneziana del 1848-49, Turin, Einaudi, 2007 [1978], p. 339.

3  A. De Giorgi, « Venezia nel 1848 e 1849. Supplementi storici », Archivio Veneto, VI, 1876, vol. XI, parte I, p. 34.

4  P. Finelli et G. L. Fruci, « “Que votre révolution soit vierge”. Il “momento risorgimentale” nel discorso politico francese (1796-1870) », Storia d’Italia, Annali 22, Il Risorgimento, A. M. Banti et P. Ginsborg éd., Turin, Einaudi, 2007, p. 768.

5  Voir à ce sujet les analyses de J.-Y. Frétigné, « Mazzini e la Francia », Pensiero e azione. Mazzini nel movimento democratico italiano ed internazionale, Atti del LXII Congresso di storia del Risorgimento (Genova, 8-12 dicembre 2004), Roma, Istituto per la storia del Risorgimento italiano, 2006, p. 449-462. Voir aussi A. Morabito, La construction nationale italienne dans le miroir français. Représentations croisées des « Pères de la Patrie italienne » en France du Printemps des Peuples à la Grande Guerre (1848-1914), thèse de doctorat, Université Paris-Est - Université de Pise, 2012, dactyl.

6  Voir X. Tabet, « Daniele Manin e la storiografia repubblicana francese : un ambasciatore dell’esilio », Fuori d’Italia : Manin e l’esilio, M. Gottardi éd., Venise, Ateneo Veneto, 2009, p. 85-111.

7  H. Martin, Daniel Manin, Paris, Furne et Cie, 1859.

8  P. Finelli et G. L. Fruci, art. cité, p. 771.

9  Gazzetta di Venezia, 234, 31 août 1849. Le quotidien, après le retour de l’Autriche, prit le titre de Gazzetta Uffiziale di Venezia à partir du numéro 51 du 22 février 1850.

10  Gazzetta Uffiziale di Venezia, 334, 13 décembre 1849.

11  K. Schönhals, Memorie della guerra d’Italia degli anni 1848-1849 di un veterano austriaco, vol. I, Milan, Tipografia Guglielmini, 1852, p. 242.

12  [N. Foramiti], Storia dell’assedio di Venezia 1848-1849, Venise, Tip. Fontana, 1850, p. 3-4.

13  Voir G. Vian, « La Chiesa », Venezia e l’Austria, G. Benzoni et G. Cozzi éd., Venise, Marsilio, 1999, p. 122 : « La reazione della Chiesa cattolica ai fatti del’ 48 causò l’abbandono da parte della Santa Sede e dell’episcopato di ogni possibile alternativa alla linea intransigente e l’inasprimento della lotta contro la civiltà moderna ». Voir aussi B. Bertoli, Le origini del movimento cattolico a Venezia, Brescia, Morcelliana 1965, p. 9-37.

14  I. Brovelli, « Rivoluzione e religione nel Quarantotto veneziano (1848-1851) », Studi veneziani, n.s. XLV, 2003, p. 156.

15  Voir P. Pecorari, « Motivi d’intransigentismo nel pensiero del patriarca di Venezia Jacopo Monico durante il biennio 1848-49 », Archivio Veneto, CII, s. V, 128, 1902, p. 61-62.

16  Sur ces thèmes, voir E. Cecchinato, La rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia fra memoria e oblio, Padoue, Il Poligrafo, 2003, p. 239-308.

17  A. Bernardello, « La paura del comunismo e dei tumulti popolari a Venezia e nelle province venete nel 1848-49 », in Id., Veneti sotto l’Austria. Ceti popolari e tensioni sociali (1840-1866), Vérone, Cierre, 1997, p. 111.

18  M. A. Canini, Vingt ans d’exil, Paris, Dramard-Baudry et Cie, 1868, p. 12 et 75-76.

19  Sur le programme de Manin et sur la construction de l’image du héros vénitien dans l’Italie postunitaire, voir L. Fournier-Finocchiaro, « Daniele Manin et la réflexion sur le destin national de Venise après 1848 », Le mythe de Venise au xixe siècle, C. Del Vento et X. Tabet éd., Caen, Presses universitaires de Caen, 2006, p. 113-126.

20  Voir Discorsi italiani e francesi pronunciati nella inaugurazione del monumento a Daniele Manin sul giardino pubblico e raccolti a cura del Municipio, Turin, Tipografia eredi Botta, 1861.

21  C. Lanfranco, « L’uso politico dei monumenti. Il caso torinese », Il Risorgimento, 2, 1996, p. 218.

22  Ses membres étaient Nicolas-Louis Planat de la Faye (président), Anatole de la Forge, Taxile Delord, Ferdinand de Laysterie, Auguste Dumond, Louis Havin, Henri Martin, Félix Mornand, Jules Simon, Lanfrey et Senard.

23  C. Lanfranco, art. cité, p. 216.

24  M. Isnenghi, « La Repubblica di Venezia », Almanacco della Repubblica. Storia d’Italia attraverso le tradizioni, le istituzioni e le simbologie repubblicane, M. Ridolfi éd., Milan, Mondadori, 2003, p. 80.

25  C. Pisani, Lettura sul bozzetto Vela pel Monumento Manin, Venise , Tipografia del Rinnovamento, 1870.

26  L’auteur du monument fut le Vénitien Luigi Borro.

27  Pour une vision plus ample du débat sur le choix du modèle, cf. E. Cecchinato, ouvr. cité, p. 445-451. Sur l’histoire générale du monument, cf. L. Alban, La statuaria pubblica di Venezia italiana (1866-1898), Tesi di Laurea, Università di Venezia, Facoltà di Lettere e Filosofia, a.a. 1993-94, sous la dir. de M. Isnenghi, p. 10-67.

28  « Le ceneri di Manin », Il Tempo, 68, 9 mars 1868.

29  Ainsi s’exprimait Daniele Francesconi dans son intervention devant le conseil municipal en juillet 1868 : Archivio comunale di Venezia (AMV), Atti del Consiglio Comunale, séance du 20 juillet 1868.

30  « Sarcofago Manin », Il Tempo, 116, 16 mai 1871.

31  « Sarcofago Manin », Il Veneto Cattolico, 79, 10 avril 1874.

32  AMV, Atti del Consiglio Comunale, séance du 27 février 1874. La définition est du maire Antonio Fornoni.

33  AMV, 1870-74, IX, 7/14.

34  « Venezia e le feste di questi giorni », Il Veneto Cattolico, 77, 8 avril 1875.

35  Voir G. Sbordone, Nella Repubblica di Santa Margherita. Storie di un campo veneziano nel primo Novecento, Portogruaro, Nuova Dimensione, 2003, p. 38-41.

36  AMV, 1875-1879, IX, 7/13.

37  Ibid., 1880-1884, IX, 7/11.

38  Ibid., 1885-1889, IX, 7/16 et 1890-1894, IX, 7/8.

39  Ibid., AMV, 1885-89, IX, 7, 6.

40  Ibid., 1890-1894, IX, 7, 11. Sur cette initiative, voir aussi Per la inaugurazione del ricordo monumentale a Isacco Pesaro Maurogonato. Discorsi e commemorazioni. 22 Marzo 1894, Venise, Visentini, 1894.

41  Ibid., 1910-1914, IX, 7/18.

42  « Il monumento a Gustavo Modena », L’Adriatico, 81, 23 mars 1910.

43  « 22 marzo », La Difesa, 65, 22-23 mars 1897.

44  F. Apollonio, « Sulla caduta della Repubblica di Venezia. Conferenza letta nella sala dei Banchetti del Palazzo Patriarcale il giorno 25 aprile 1897 », La Scintilla, 22, 30 mai 1897.

45  R. Manzato, « 1848-49 », Venezia 1848-49. Numero unico edito a cura del Comitato Cittadino nel cinquantesimo anniversario della gloriosa epopea, Venise, Prem. Stab. Tipo- Litografico Carlo Ferrari, 1898, p. 2-5.

46  S. Soldani, « Il silenzio e la memoria divisa. Rispecchiamenti giubilari del Quarantotto italiano », in Memoria, rappresentazioni e protagonisti del Quarantotto italiano, R. Camurri éd., Vérone, Cierre, 2006, p. 107.

47  M. Tesoro, « Lo Statuto albertino : lʼanniversario dei primi cinquantʼanni », in Celebrare la nazione. Grandi anniversari e memorie pubbliche nella società contemporanea, M. Baioni, F. Conti et M. Ridolfi éd., Milan, Silvana Editoriale, 2012, p. 74-93.

48  S. Soldani, art. cité, p. 109.

49  « Il 1848 a Venezia e a Trieste », Il Dovere Nazionale, 5, 6 juin 1914.

50  « S. Marco ! », La Difesa, 101, 24-25 avril 1916.

51  « Il saluto di Venezia patriottica a Daniele Manin. Un discorso dell’on. Orsi », L’Adriatico, 127, 17 mai 1915.

52  « Il grande convegno di ieri alla “Fenice”. I discorsi di Luigi Luzzatti e Luigi Rava sul “Prestito della vittoria” », Gazzetta di Venezia, 31, 31 janvier 1916.

53  A. Pascolato, Manin e Venezia nel 1848-1849. Pagine postume a cura di Maria Pezzè Pascolato, Milan, Alfieri e Lacroix, 1916, p. 88.

54  A. Pilot, « Il popolo di Venezia nel 1848-49 e Nicolò Tommaseo », Rivista Mensile della Città di Venezia, VI, 4, avril 1927, p. 140.

55  « Commemorazione del XXII marzo a Venezia », Il Gazzettino, 70, 23 mars 1923.

56  « Nel primo centenario dei Martiri di Belfiore », Il Gazzettino, 289, 6 décembre 1952.

57  P. Ginsborg, ouvr. cité, p. 392.

58  S. Soldani, « Il 1848, memoria d’Europa », Passato e presente, XVIII, 46, 1999, numéro spécial 1848. Scene da una rivoluzione europea, H. G. Haupt et S. Soldani éd., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eva Cecchinato, « Mémoire, récits et héritage de la Révolution de 1848 à Venise », Laboratoire italien [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 14 mars 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1265 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1265

Haut de page

Auteur

Eva Cecchinato

Eva Cecchinato est chercheure en histoire contemporaine à l’Université de Venise Ca’ Foscari. Ses travaux portent surtout sur le Risorgimento italien, sur le garibaldisme au XIXe et au XXe siècle, sur le volontariat militaire et politique international. Elle a publié La rivoluzione restaurata. Il 1848-1849 a Venezia fra memoria e oblio, Padoue, Il Poligrafo, 2003 ; Camicie rosse. I garibaldini dall’Unità alla Grande Guerra, Rome-Bari, Laterza, 2007 (2e édition 2011) ; Fare l’Italia : unità e disunità nel Risorgimento (avec M. Isnenghi), Turin, Utet, 2008. Elle prépare actuellement un travail sur les volontaires italiens antifascistes en Espagne pendant la guerre civile (1936-1939).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page