Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
IV. Des républicains en résistance aux républicains aux portes du pouvoir

L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil

L’idea repubblicana nell’emigrazione antifascista in esilio
The republican idea in antifascist emigration
Éric Vial

Résumés

L’émigration antifasciste de l’entre-deux-guerres, où se forme une partie de la classe politique de la république italienne, peut sembler peu concernée par la question institutionnelle, que cette émigration soit perçue comme unanimement républicaine ou qu’il y soit jugé préférable de taire les possibles divergences. Pourtant, le débat existe, même s’il est rudimentaire et souvent instrumentalisé, car les socialistes réformistes ont un temps l’illusion de pouvoir s’appuyer sur les libéraux monarchistes, voire sur la Couronne. Les polémiques agitent la Ligue italienne des droits de l’homme et la Concentration antifasciste avant de s’éteindre à la fin des années vingt avec une républicanisation globale, que la tentative de très large union nationale, voulue par le parti communiste au temps du front populaire, ne perturbe que passagèrement, tant elle est contraire à l’identité des partis, PCI compris, à l’opinion des militants et à l’influence de la France républicaine comme principal lieu d’exil.

: klémaux

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir A. Garosci, Storia dei fuorusciti, Bari, Laterza, 1953 ; J. Droz, Histoire de l’antifascisme (...)

1L’émigration antifasciste de l’entre-deux-guerres, surtout présente en France, a une réelle importance dans l’histoire de l’Italie d’après la seconde guerre mondiale, car on y trouve de futurs responsables politiques, au gouvernement et/ou dans l’opposition : maires, députés, ministres, ainsi que deux présidents de la République, Giuseppe Saragat et Sandro Pertini, plus maints militants de base ou cadres intermédiaires, exilés politiques ou migrants politisés dans le pays d’accueil1. C’est dire que les débats et les polémiques de l’exil antifasciste n’ont pas pu être sans effet à moyen et court terme, y compris sur l’idée républicaine.

  • 2 Voir S. Fedele, I repubblicani in esilio nella lotta contro il fascismo, Florence, Le Monnier, 198 (...)
  • 3 Voir par ex. F. Barbagallo, Nitti, Turin, UTET, 1984 ; R. Morozzo della Rocca, « Carlo Sforza e l’ (...)
  • 4 Sur le PSI, voir par ex. Coll., L’emigrazione socialista nella lotta contro il fascismo (1926-1939 (...)

2Dans ce domaine, l’influence de l’exil pourrait sembler devoir être minime, l’expérience concernant de façon quasi exclusive une gauche a priori peu attachée à la Couronne et dont les choix sont antérieurs, en particulier avec le Parti républicain italien, plutôt bien implanté dans l’émigration2. Reste que cette dernière comporte aussi des personnages n’ayant au départ rien de républicain, comme l’ancien président du conseil Francesco Saverio Nitti ou le comte Carlo Sforza, ancien ministre des Affaires étrangères et ambassadeur à Paris3. S’y ajoutent des exilés agnostiques sur ce plan, du côté des assez rares démocrates-chrétiens mais aussi des socialistes réformistes, qui ont du poids grâce au prestige de leurs leaders (Filippo Turati, Claudio Treves ou Giuseppe Emanuele Modigliani) et d’un minimum d’appui matériel et moral de l’Internationale socialiste4. L’émigration politique peut donc être moins uniformément républicaine qu’on ne l’imaginerait.

  • 5 Sur la LIDU, voir É. Vial, « La Ligue italienne des Droits de l’Homme (LIDU) de sa fondation à 193 (...)
  • 6 Voir S. Fedele, Storia della concentrazione antifascista, Milan, Feltrinelli, 1976.
  • 7 Voir É. Vial, L’Union populaire italienne 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste (...)

3Par ailleurs, le problème institutionnel semble peu agiter les partis : si la réponse est évidente, la question n’a nul besoin d’être posée ; et s’il existe des tensions entre réactions spontanées et choix tactiques, comme chez les réformistes souhaitant s’appuyer sur les libéraux-démocrates monarchistes, il ne faut surtout pas qu’elle apparaisse. Le débat naît pourtant, dans des structures apparues lorsque s’organise l’antifascisme et rassemblant diverses organisations ou leurs militants. Il s’agit surtout de la Ligue italienne des droits de l’homme ou LIDU5, et de la Concentration antifasciste, cartel de l’antifascisme non communiste, à laquelle participe la précédente6. Ensuite, on en trouve trace au cours de l’existence de la Concentration, jusqu’à la dissolution de celle-ci en 1934, puis à partir de 1936 autour du PCI, le Parti communiste italien, et en 1937 à l’Union populaire italienne ou UPI, son organisation de masse7. Il faut cependant reconnaître que ce débat institutionnel, plutôt rudimentaire, s’intègre toujours à d’autres conflits, ou à des manœuvres, où il reste assez secondaire.

La républicanisation de la LIDU

  • 8 Sur Triaca, voir C. Di Ciommo Laurora, « L’asilo politico nelle relazioni franco-italiane. I signo (...)
  • 9 Voir Coll., Luigi Campolonghi, une vie d’exil (1876-1944), Paris, CEDEI, 1989.
  • 10 Voir Y. Gastaut, « La France de Nice et du Sud-Est : journal-événement (1926-1928) », Cahiers de l (...)
  • 11 Voir H. Delpont, Ernesta et Luigi Campolonghi. Immigration italienne et antifascisme en Albret, Né (...)
  • 12 Voir E. Serventi Longhi, Alceste De Ambris. L’utopia concreta di un rivoluzionario sindacalista, M (...)
  • 13 Voir H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14. Splendeurs et misères des Chemises rouges en France de la (...)

4La LIDU, créée en 1923, est d’abord un bureau d’assistance parisien, vivotant à l’ombre de la Ligue française. Elle est dirigée par un cadre de la Chambre de commerce italienne, monarchiste, Ubaldo Triaca8. Mais on y trouve aussi le journaliste Luigi Campolonghi, arrivé en France après les événements de 18989 et qui a servi durant la guerre d’intermédiaire entre son beau-frère, le ministre Leonida Bissolati, et les milieux politiques français, d’où maints contacts et appuis. Ses sympathies vont à la fois aux réformistes et aux républicains, en tout cas à une république parlementaire à la française. Dans la tourmente qui précède et suit la Marche sur Rome, il pense que les partis politiques vont disparaître, et cherche des solutions alternatives autour d’élites militantes plutôt que des masses. Il a des points d’appui dans le Midi français, entre la « Page italienne » de la France de Nice et du Sud-Est [FNSE], qu’il dirige10, et son implantation personnelle à Douazan11, dans le Sud-Ouest où des syndicats agricoles sont animés par son ami Alceste De Ambris, syndicaliste révolutionnaire, interventionniste de 1915, bras droit de D’Annunzio à Fiume puis exilé antifasciste12. Quand le régime de Mussolini vacille après l’assassinat de Giacomo Matteotti, les deux hommes se lancent dans l’équipée des Légions garibaldiennes, supposées intervenir en Italie à la façon de l’expédition des Mille mais s’effondrant sans gloire, leur porte-drapeau, Ricciotti Garibaldi, petit-fils du « Héros des deux mondes », se révélant stipendié par Rome13.

5En 1926, la reconstitution des partis en exil met fin à tout rêve de restructuration de l’opposition contre ou sans eux, et la LIDU apparaît à Campolonghi comme le moyen d’avoir une influence politique, en mettant ses relations au service des exilés, en rassemblant les militants par-dessus les directions et en menant une action antifasciste unitaire. Pour cela, il s’appuie sur le PRI sur la base d’une lutte contre les alliés du fascisme, à commencer par la monarchie, en réclamant constituante et république. Cela correspond à ses aspirations, d’autant que son antimonarchisme est catalysé au printemps 1926 par la mort de Giovanni Amendola, ancien ministre du roi et leader d’une potentielle opposition constitutionnelle, par ailleurs de plus en plus hostile à la Couronne : le silence de celle-ci lors de ce décès lié aux violences fascistes a accru le républicanisme de Campolonghi, qui mène une campagne d’avril à juin, avec des prolongements jusqu’en septembre : ainsi, avec une ironie amère, il explique qu’Amendola

dans son délire aurait proféré « Le Roi est vil et égoïste » (mais il ne parlait pas de Votre Majesté mais du roi d’un malheureux pays très lointain où un sinistre charlatan s’était emparé du pouvoir et assassinait ses adversaires, même ceux qui avaient servi le Roi comme ministres et qui continuaient à le servir comme simples citoyens, sans qu’un mot de protestation ou de condoléances sorte du palais). (FNSE, 24 avril 1926)

6Puis il fait mine de féliciter le roi pour son « stoïcisme » : « Votre Majesté s’est abstenue de verser des larmes impuissantes sur la tombe de celui qui avait été son fidèle serviteur » (FNSE, 6 mai 1926).

7L’autre tendance dans la Ligue, c’est le comité Paix et Liberté, autour d’Ubaldo Triaca, projet moins ambitieux, satisfaisant davantage les réformistes car refusant tout a priori institutionnel ou social. Il s’agit de ne pas effaroucher l’opinion et l’armée, réputées attachées à la Couronne, de ne pas laisser le fascisme se poser en seul défenseur de celle-ci, de ne pas se couper de libéraux, Giolitti en Italie ou Nitti en exil, de ne pas agiter l’épouvantail d’une révolution. C’est en théorie raisonnable, surtout dans la perspective erronée d’un effondrement rapide de Mussolini. Cependant, Campolonghi a beau jeu d’affirmer qu’après l’échec de l’Aventin, on ne peut être monarchiste et antifasciste, et que bien des forces comme l’armée se retourneraient contre le roi si celui-ci était réellement menacé : cette vision répond en tout cas aux humeurs et aux espoirs des militants.

8Ces manœuvres, ces positionnements, perdent de l’importance quand s’esquisse la Concentration antifasciste : on change d’échelle, même si Campolonghi, là encore, entend se placer au centre du dispositif. Quand, à l’automne 1926, après une dernière tentative de campagne sur le thème des élites dans la France de Nice et du Sud-Est, et l’effet repoussoir d’une proposition communiste de front unique, des réformistes et des républicains se réunissent chez lui à Douazan pour organiser l’opposition à l’étranger, il lui semble encore possible, avec l’appui du PRI, d’aboutir à un programme condamnant les alliés du régime, donc la monarchie, contre le possibilisme réformiste :

Le but de la réunion était de tracer les grandes lignes d’un programme d’action, acceptable par les hommes des différents partis, mais avec l’idée que ce programme, prenant son inspiration dans une grande idée morale, contienne la condamnation explicite de tous les partis, de tous les groupes, de toutes les institutions, de tous les individus qui ont directement contribué à créer en Italie la situation actuelle. (FNSE, 22 octobre 1926)

9Reste que les socialistes réformistes sont, on l’a dit, forts du prestige de leurs leaders et de l’appui de l’IOS. On parle donc certes de complicités, mais de façon vague : il ne faut fermer aucune porte. Par ailleurs, la fin de toute vie politique légale en Italie éloigne certes la perspective d’une entente antifasciste allant jusqu’à la Cour et condamne à moyen terme cette vision, mais à court terme, elle amène en exil des leaders d’envergure nationale, en particulier réformistes, ce qui renforce les positions de prudence. Campolonghi se retrouve donc dans sa situation initiale, en ce qu’il doit tenir en main la LIDU pour peser sur la future Concentration, même s’il ne s’agit plus de restructurer l’antifascisme mais seulement d’exister dans le champ politique. Début 1927, il lance donc une offensive interne. Il a pour lui ses réseaux, ses contacts, son activité qu’il oppose à l’apathie de Triaca, comme l’indiquent en février-mars divers rapports de la police mussolinienne. Il joue aussi de son antimonarchisme et s’appuie sur la province, entre La France de Nice et du Sud-Est et, côté Sud-Ouest, le journal des syndicats influencés par De Ambris, Il Mezzogiorno. La section de Nice réclame ainsi l’incompatibilité entre monarchisme et adhésion à la Ligue, puis toutes celles du Sud-Est, réunies à Draguignan, demandent un référendum parmi les militants afin de mettre en avant « la lutte pour remplacer le fascisme par une république sociale » :

Vu que le but principal de la Ligue est de combattre le fascisme pour donner au peuple italien la liberté ; vu que la liberté est un très beau mot, mais que ce mot est privé de toute valeur s’il ne s’accompagne pas d’institutions prolétariennes, les seules qui, en jetant bas les privilèges politiques au même titre que les privilèges sociaux, la garantissent contre le retour périodique de dictatures ou de tyrannies monarchico-capitalistes ; considérant que le programme de la Ligue des Droits de l’Homme se montre de ce point de vue trop vague et imprécis ; invite le Comité Central à organiser un référendum dans les sections, pour la modification du statut pour y inclure comme élément fondamental la lutte pour remplacer le fascisme par une république sociale. (Il Mezzogiorno, 5 mars 1927).

10À Draguignan, on ne relève aucun vote hostile à ce texte, mais tout de même un quart d’abstentions, venant de réformistes comme Dino Rondani, sans sympathie pour la Couronne mais soucieux de ne pas se couper des libéraux. À Paris même, Campolonghi est suivi par la majorité des inscrits, entre républicains et proches de De Ambris.

11Triaca tente de contre-attaquer lorsque les autorités françaises interdisent le congrès national de la Ligue, et que le ministre de l’Intérieur Albert Sarraut convoque Campolonghi. Le courant modéré croit triompher en dénonçant les dangers de l’activisme et de la politisation, mais Campolonghi offre maintes garanties de légalisme et de francophilie, et retourne l’effet de sa convocation en se posant en interlocuteur reconnu par le gouvernement français. De plus, l’attitude du roi lors de l’affaire Matteotti et son soutien passif à Mussolini ont déçu l’essentiel des rares libéraux en exil, en particulier les journalistes Alberto Cianca et Alberto Giannini, tout comme leur confrère catholique Giuseppe Donati : tous trois appuient Campolonghi. Et si Nitti veut encore disjoindre monarchie et fascisme, c’est pure tactique ; de plus, peu aimé à gauche, il constitue plutôt un repoussoir pour la masse des militants en exil. Bref, les ordres du jour antimonarchistes se multiplient, répercutés par La France de Nice et du Sud-Est. La direction réformiste, après quelques velléités, renonce à soutenir Triaca, à cause de son incapacité politique, de l’absence de tout signe de disjonction entre le roi et Mussolini, de l’utilité immédiate des relations de Campolonghi parmi les autorités françaises, et des vœux de la base. En mai, un vote des inscrits à la Ligue aboutit à un équilibre entre républicains et socialistes dans la commission administrative, où Campolonghi et le trésorier Ferdinando Bosso se retrouvent en situation d’arbitres, en état de faire pencher la balance du côté du PRI et d’écarter Triaca.

12En juillet, lors du congrès général de la LIDU, une motion condamne la monarchie de Savoie. Si elle n’exclut aucun inscrit, elle demande de ne plus admettre à l’avenir de monarchistes déclarés :

La Ligue Italienne des Droits de l’Homme, interprétant de bonne foi son statut, se réaffirme, du point de vue des principes, respectueuse de toutes les opinions politiques ou religieuses mais fermement hostile, du point de vue des réalités contingentes, à toutes les institutions, du fascisme à la monarchie, et à toutes les forces réactionnaires, bourgeoises, militaires ou ecclésiastiques, qui ont rendu possible la mise sous le boisseau, en Italie, de tous les droits contenus dans la déclaration révolutionnaire de 1789, et tout en déclarant qu’aucune profession de foi politique ou religieuse ne constitue, aujourd’hui moins que jamais, un motif d’exclusion de la ligue, invite les sections à ne pas admettre dans leurs rangs [quelqu’un] qui croira en pratique ne pas pouvoir réunir toutes ces institutions et toutes ces forces dans un même jugement et une même condamnation. (FNSE, 20 juillet 1927)

13Fernando Schiavetti a expliqué plus tard les raisons du PRI pour demander « l’incompatibilité entre la qualité de monarchiste et celle de ligueur » :

  • 14 Cité dans P. Alatri, L’antifascismo italiano, Rome, Editori riuniti, 1973 (3e édition), p. 531.

Il ne s’agissait pas […] d’une affirmation sectaire, mais d’une manifestation de cette exigence même de lutte à mort contre le fascisme, qui tirait sa raison d’être de la conviction que le fascisme n’était pas un « gouvernement comme un autre » ou de toute façon un phénomène passager, mais un fait historique contre lequel il était indispensable de s’engager en coupant derrière soi tous les ponts des petites manœuvres et des actions concertées avec l’antifascisme de quelques milieux monarchistes et d’une partie de la bourgeoisie industrielle et terrienne déjà préoccupée par les aspects ambigus et démagogiques de l’aventure fasciste. La chose était d’autant plus nécessaire […] qu’il fallait donner à l’émigration antifasciste clarté d’idées et unité de buts afin qu’elle puisse accomplir le travail auquel elle était destinée vis-à-vis des antifascistes restés en Italie : élaborer dans la liberté de contacts et de discussion, possible seulement à l’étranger, une nouvelle plate-forme idéologique et politique qui s’inspirât des revendications fondamentales de la démocratie républicaine et du socialisme.14

14La décision de la Ligue soulève les protestations des leaders réformistes, qui parlent de démissionner, mais la menace symétrique d’une autre motion condamnant l’idée même de monarchie permet un accord. L’opération bénéficie en fait à ces réformistes : elle montre qu’ils ont de fait un droit de veto, utilisé contre la seconde motion même s’il leur a fallu avaliser la première, laquelle précise :

Le congrès de la Ligue Italienne des Droits de l’Homme, considérant que la monarchie italienne est inséparablement liée au régime fasciste par des rapports de solidarité dans l’actuel martyre du peuple italien, déclare inadmissible la présence dans la Ligue de citoyens qui persistent encore à attribuer à la monarchie de Savoie la possibilité d’une fonction historique dans le développement de la vie nationale. (La Libertà, 24 juillet 1927)

15Campolonghi va dans le sens de la modération, en rappelant dans La France de Nice et du Sud-Est que les démocraties belge ou britannique sont des monarchies, et que les régimes portugais ou hongrois des républiques, preuve que la question institutionnelle ne relève pas de principes mais de situations concrètes. Cela dit, pour l’Italie, le verdict est clair. L’exclusion des monarchistes de la Ligue est votée à une forte majorité : trois délégués hostiles, cinq abstentions, quarante-sept approbations. Ceci malgré un réformiste selon lequel « quand quelqu’un suffoque, il accepte toujours un verre d’eau, quel que soit celui qui le lui tend », formule reprise ensuite sur un mode railleur par les anarchistes :« le verre d’eau du roi » (Il Risveglio anarchico, 20 août 1927).

  • 15 Voir A. A. Mola, Storia della Massoneria italiana dall’Unità alla Repubblica, Milan, Bompiani, 197 (...)

16Triaca, marginalisé, disparaît du paysage de l’émigration. Avec son Union démocratique italienne, il espérait rassembler les modérés effrayés par l’alliance des gauches non-communistes et la pression pro-républicaine. Mais ce public potentiel a le défaut de ne pas exister : il n’y a pas d’espace politique entre le relatif modérantisme du cartel dominé par les réformistes, et l’acceptation pure et simple du fascisme. L’UDI rassemble au plus une vingtaine d’inscrits en 1930, et ne donne plus signe d’activité : selon des informateurs de la police mussolinienne, c’est « un manipule composé de trois hommes et d’un caporal [jeu de mots sur le nom du syndicaliste Ernesto Caporali] » (Archivio Centrale dello Stato [ACS], G1 233, Paris 13 janvier 1931) et son fondateur « cherche à s’agripper aux brins d’herbe pendant que le courant le submerge et l’emporte » (Archives du ministère italien des Affaires étrangères, Rappresentanza italiana in Francia, 172-1, Rome 22 avril 1930). Bientôt, il ne peut plus compter sur le soutien de Nitti, d’où son remplacement comme vénérable de la loge parisienne « Italia » par Eugenio Chiesa, auquel s’applique bien la vieille formule française sur les républicains modérés mais pas modérément républicains15.

  • 16 Voir B. Tobia, « Il Corriere degli Italiani : la parabola di un quotidiano antifascista in Francia (...)
  • 17 A. Giannini, Io, spia dell’OVRA, romanzo politico dal taccuino di un fesso, vol. I, Da Stresa a Mo (...)

17Dans ces conditions, au sein de la LIDU, dès son premier congrès, la défense de l’idée monarchique ne relève même plus de la bataille d’arrière-garde, et à peine d’escarmouches sans conséquence. Elles viennent surtout de l’extérieur, et d’un extérieur en difficulté, le Corriere degli Italiani, journal se voulant une alternative à la Concentration : partisan de toutes les alliances contre le fascisme, et d’abord avec les monarchistes16, il n’a guère de public et cesse vite de paraître. Ses rédacteurs s’en prennent à la motion de la LIDU, affirment fin juillet que la mise en accusation de la bourgeoisie suivra celle de la Couronne, puis, dans ses numéros des 6 et 26 août, que la Ligue va abandonner sa fonction d’assistance car « quand on fait de la politique on néglige la protection des persécutés », que celui qui ne veut ou ne peut crier « à bas le roi », par ignorance, conviction ou agnosticisme, « n’a plus aucun droit. Et personne ne le protège plus », ajoutant que « ce même procédé, en Italie, nous l’appelons fascisme ». C’est oublier que, surtout dans une période favorable comme celle d’avant la grande crise économique, l’assistance de la Ligue n’est pas réservée à ses adhérents, comme en attestent au même moment des articles de La Libertà, l’hebdomadaire de la Concentration, mais aussi du Corriere lui-même, et ce malgré le souci de la direction de voir une partie des bénéficiaires venir renforcer l’organisation. En tout état de cause, l’accusation fait long feu, et on ne la retrouve guère ensuite que dans les mémoires de Giannini, rallié au fascisme17.

La Concentration antifasciste

  • 18 Voir P. Colombo, La monarchia fascista 1922-1940, Bologne, Il Mulino, 2010, p. 171.

18Cette première républicanisation acquise, celle de la Concentration suit. À l’origine, s’y opposait la domination des réformistes, renforcés par leur contrôle sur la CGL, dissoute en Italie mais dont un bureau est maintenu en exil. Ainsi sont-ils assurés de manière automatique d’une deuxième voix sur cinq, dans ce qui a été construit non comme rassemblement de militants mais comme cartel, où on les a vus obtenir de facto un droit de veto sur les décisions de la LIDU, et où les deux autres groupes, républicains et socialistes maximalistes, ont peu d’affinités entre eux, même s’ils se rejoignent sur l’idée de république. En même temps, l’attitude des réformistes face à la monarchie n’est que tactique ; il leur faut tenir compte des sentiments de leur base et de l’attitude du roi, soutien de Mussolini, ce dont tous les opposants ont pris acte – on constate de façon significative une disparition des suppliques d’adversaires du fascisme dans les archives royales après 192718. D’où un premier programme prudent, publié en avril de cette année 1927, évoquant certes une constituante et condamnant « les institutions politiques qui […] ont favorisé le développement [du fascisme] et laissé détruire les libertés publiques et asservir le pays », mais sans utiliser les mots « monarchie » et « république » (S. Fedele, ouvr. cité, p. 27-29).

19À ce moment-là, au moins selon leurs alliés et concurrents comme Ferdinando Schiavetti, déjà cité, ces mêmes réformistes croient encore à un effondrement rapide du régime, et entendent donc ménager ses successeurs potentiels, les libéraux démocrates – ce n’est donc pas tout à fait par erreur qu’un rapport de la police française parle de « socialistes de droite (nuance Nitti) » (Archives nationales, F7 13460, Toulouse 2 janvier 1927). Mais le temps dément cette hypothèse et la LIDU sert de levier contre la tactique qui en découlait. Les républicains, on l’a vu, y sont désormais en position sinon de force, du moins meilleure que dans l’appareil dirigeant de la Concentration. L’équilibre entre eux et les socialistes au sein de la commission exécutive de la Ligue, où Treves a été élu de justesse et dont Modigliani est écarté, implique que des militants réformistes ont voté républicain, ce qui inquiète leur direction.

  • 19 Sur Trentin, voir par ex. F. Rosengarten, Silvio Trentin dall’interventismo alla resistenza, Milan (...)

20Certes, à l’automne 1927, après une dernière campagne antimonarchiste dans La France de Nice et du Sud-Est, à l’anniversaire du décès d’Amendola, et après avoir demandé à Rondani de céder au républicain Natoli la représentation de la section de Nice au congrès de la LIDU, parce que sa présence créerait des difficultés, Campolonghi se rallie aux réformistes par souci d’équilibre et d’unité, et reconnaît de façon claire leur suprématie dans son organisation, mais sans pour autant s’opposer aux républicains ; par ailleurs d’autres prennent son relais. Ainsi, un congrès des sections de la Concentration du Sud-Ouest, qui sont surtout celles de la Ligue et des syndicats agricoles de De Ambris, conclut à la « capacité inépuisable de trahison de la monarchie savoyarde » et à la nécessité de lutter contre le fascisme « et tous ses complices et associés sans exception aucune », sans qu’il s’agisse d’une « simple manifestation verbale » pour éviter que « sur les ruines de la dictature fasciste, puisse se reconstruire intacte cette organisation de la vie politique et sociale italienne qui mena insensiblement mais inéluctablement » au triomphe de Mussolini, ceci visant en particulier « la monarchie savoyarde et […] les classes qui l’appuient le plus directement ». Par la même occasion, sont demandés des éclaircissements sur le mot « constituante » (La Libertà, 9 octobre 1927). La cible est évidente. D’ailleurs, dans une première mouture, était dénoncé « le danger de prédominance » de la « fraction modérée » (ACS AGR 1928 180, Toulouse, 20 octobre 1927), mais Francesco Ciccotti a plaidé la nécessité de recruter aussi parmi les réfractaires au discours révolutionnaire. La notion finale est reprise par la Concentration à Nice et la Ligue à Genève, où est demandé un programme « fixant comme but de la lutte engagée contre le fascisme, le régime républicain à tendance socialiste »(La Libertà, 29 janvier 1928). Silvio Trentin, juriste et ancien député libéral19, ajoute que le roi a trahi en acceptant l’abolition pratique du statuto de 1848 auquel il a juré fidélité, et qu’il faut donc proclamer la déchéance de la monarchie.

21La seule réaction réformiste semble alors de gagner du temps, de jeter un peu de lest, d’accepter, avant le congrès général de la Ligue, la publication d’un manifeste de la Concentration d’inspiration antimonarchiste, qui semble contenter nombre de ceux qui leur reprochaient leur complaisance envers la Couronne. Ainsi, quelques mois plus tard, De Ambris évoque la Concentration comme « l’organisme unitaire du mouvement antifasciste qui a défini son objectif lumineux dans la république démocratique des travailleurs italiens » (La Libertà, 11 juin 1928). Cela ne signifie pas que le congrès de la Ligue ne soit pas tendu. Modigliani y explique que son parti a fait une concession extrême aux républicains, altérant ses principes mêmes. Treves, pour des raisons de concurrence interne, ne peut se laisser déborder et se montre au moins aussi ferme. L’on maintient donc le statu quo, avec une proclamation républicaine relevant de la satisfaction morale donnée à la majorité, et en contrepartie un contrôle de facto par la minorité modérée. En réalité, le débat s’est déplacé et la question institutionnelle a perdu de son importance, par rapport à celles relevant de l’organisation pratique et plus immédiate, autour des rapports entre majorité et minorité, et surtout entre centre et périphéries, entre directions des partis contrôlant la Concentration et assemblées locales, en particulier celles de la Ligue où les militants de base se mélangent et influent les uns sur les autres, d’où des rapports de force plus incertains.

  • 20 À ce sujet, voir N. Sabattucci, « Ritratto del partito repubblicano », Il Ponte, 1953, p. 635-636.

22Au total, le débat institutionnel paraît avoir été une phase transitoire de la concurrence entre modérés et radicaux, entre traditions socialiste et républicaine, entre pacifistes et interventionnistes de 1915, ces clivages ne se recouvrant pas totalement. On comprend donc que la gauche du PRI parle de dépasser l’étape du cartel ou dénonce l’hégémonie réformiste, considérée par la section républicaine de Paris comme empêchant un programme positif au bénéfice d’un simple retour à l’Italie libérale préfasciste. Le reste du parti est moins agressif, mais estime que la monarchie a longtemps favorisé les socialistes modérés, contre lui20. S’ajoutent des divergences sur les causes du fascisme et des accusations croisées, dénonciation des fréquentations interventionnistes d’un côté, évocation de ralliements au régime de l’autre. Le débat institutionnel réapparaît pourtant dès 1928 : en avril, à Nice, le congrès de la fédération des sections du Sud-Est de la LIDU permet au républicain Roberto Marvasi de proposer un ordre du jour affirmant non seulement une complicité, mais une « identification de la monarchie avec le fascisme ». Certains réformistes expriment la crainte « qu’une réaffirmation trop bruyante de la délibération antimonarchiste puisse être comprise comme un asservissement de la Ligue à des partis politiques déterminés », formulation imprécise due à la peur d’être mis en minorité de façon spectaculaire, et donc dépossédés de leur hégémonie. Un accord est trouvé grâce à un autre réformiste, Sandro Pertini, qui propose une motion de compromis, formellement centrée sur le cœur même des activités de la Ligue, clairement républicaine mais où, de ce fait même, la monarchie n’est pas nommée : « il n’y a qu’en régime républicain et démocratique que l’on peut avoir la réalisation et la défense pleine et entière des droits de l’homme et du citoyen » (La Libertà, 29 avril 1928). On peut s’étonner de voir un accord sur une formulation très générale, touchant aux principes, qui avait été évitée avec soin quelques mois plus tôt, quand avait été jugé préférable de se prononcer sur le seul cas concret des Savoie. Encore une fois, cela renvoie à l’artificialité du débat, à l’absence de vrais monarchistes et aussi de toute nécessité de conquête républicaine dans une émigration où la cause, en pratique, est entendue de longue date : il ne s’agit que de positionnements pour se compter et manifester à la fois l’importance de chaque groupe et sa capacité à négocier. Le statu quo n’est d’ailleurs pas bouleversé, la motion Pertini est largement approuvée mais celle de Marvasi, reproposée au nom du fait que les derniers monarchistes mêmes se détournent du roi, n’est approuvée que de justesse, par dix délégués contre huit.

23De façon paradoxale, cela ouvre la voie à la républicanisation de la Concentration, le mois suivant, quand elle « déclare considérer comme [une chose] unique la lutte contre le fascisme et [celle contre] la monarchie italienne » (La Libertà, 20 mai 1928). Cela peut désormais faire consensus puisqu’une formulation plus pugnace permet aux républicains et aux réformistes de se différencier. Ensuite, les seconds ont fini par désespérer de toute intervention royale, en particulier après la constitutionnalisation du Grand Conseil fasciste avec droit d’intervention sur la succession au trône : l’entorse au statuto est trop criante pour que les chefs réformistes puissent désormais espérer quoi que ce soit. La dernière touche est donnée en juin à Marseille, au congrès général annuel de la Ligue, avec une motion républicaine destinée à écarter Nitti, jusque-là représentant de la LIDU auprès de la Fédération internationale des Ligues en vertu de ses compétences diplomatiques selon Treves, alors qu’il n’est pas formellement adhérent.

Polémiques républicaines et velléités communistes

24Ainsi, à la fin des années vingt, la cause est entendue dans l’émigration, même si on peut trouver au début des années trente quelques allusions positives à la Couronne chez les réformistes, qui n’ont pas tous cessé d’espérer, et si le PRI, de façon symétrique, continue de s’interroger de façon plus ou moins sincère sur l’attitude de ses alliés, voire de craindre que ceux-ci soient « prêts à aller au pouvoir avec les Savoia » (ACS G1 233, Paris 29 mai 1929) et de soupçonner des contacts secrets. La question institutionnelle devient alors un serpent de mer, ou peut-être un épouvantail agité pour tenter de délégitimer l’aile modérée ou réformiste quand elle prend trop de poids ou semble menacer d’abuser de sa suprématie.

  • 21 Sur Rosselli et Giustizia e libertà, voir Coll., Giustizia e Libertà nella lotta antifascista e ne (...)
  • 22 Voir Emilio Lussu (1890-1975). Politique, histoire, littérature et cinéma, P. De Capitani-Bertrand (...)
  • 23 Voir E. Signori et M. Tesoro, Il verde e il rosso. Fernando Schiavetti e gli antifascisti nell’esi (...)

25C’est le cas après la création en 1929, autour de Carlo Rosselli, du mouvement libéral-socialiste Giustizia e libertà, vite intégré à la Concentration21. Dans un premier temps, il a pu sembler relayer l’influence de Nitti, du fait de l’adhésion d’un de ses fils, de liens personnels avec Rosselli et de la présence d’un de ses cousins, Fausto Nitti, aux côtés de ce dernier et de l’autonomiste sarde Emilio Lussu22 dans le trio d’évadés des îles Lipari dont l’arrivée à Paris a permis la création de l’organisation. Les rapports de Giustizia e libertà et des réformistes sont complexes et changeants, mais en 1932, une alliance de fait paraît renforcer l’hégémonie des seconds. D’où des tensions. Début 1932, Marvasi présente Giustizia e libertà comme dirigée par « les vieux hommes des gouvernements d’autrefois et qui aujourd’hui sont antifascistes parce que le fascisme a pris leur place » (ACS G1 235, Chambéry 27 janvier 1932), et quelques mois plus tard, au congrès de la LIDU, Schiavetti s’en prend, entre autres, aux « socialistes de papier qui maintenant sont pieds et poings liés face aux monarchistes de Giustizia e Libertà maquillés en républicains »(L’Iniziativa, 20 mai 1932), mais cette dernière attaque, outrée, s’annule d’elle-même et suscite un tir de barrage tant de Lussu dans Italia libera que de l’aile droite des républicains au cours de polémiques internes au parti ; par ailleurs, même si l’on trouve encore des appels de membres de Giustizia e libertà à ménager la monarchie, comme une lettre d’Ernesto Rossi à Carlo Rosselli conservée à l’Istituto Storico delle Resistenza in Toscana, à Florence, les anciens libéraux-monarchistes comme Cianca prononcent un confiteor, et l’activisme de l’organisation séduit bien des éléments radicaux ; enfin, quelques années plus tard, Schiavetti lui-même, s’étant détaché de son parti, rejoint Giustizia e libertà avec son groupe23, illustrant le caractère instrumental de ses diatribes antérieures.

  • 24 Voir par ex. E. Decleva, « Le delusioni di una democrazia. Carlo Rosselli e la Francia 1919-1937 » (...)

26En pratique, malgré des accrochages au sein de la LIDU, dont on trouve les traces dans les rapports de police mais qui portent sur Giustizia e libertà en général plus que sur ses supposées velléités monarchistes, tout ceci n’intéresse plus grand monde ; les monarchistes ont même été potentiellement réadmis dans la LIDU en 1931 dans la mesure où ils ne représentent plus aucune organisation et n’ont plus de poids : le marqueur institutionnel n’est plus pertinent dans les débats. Comme chacun, dans l’émigration, semble désormais républicain, le seul débat possible porte sur la nature de la République. On a ainsi la définition d’une république des autonomies fondée sur les fédéralismes internes et externes, pour l’aile gauche de Giustizia e libertà avec Trentin et Lussu. On a aussi la mise en cause du caractère a priori positif de la forme républicaine, certes pas au nom de la monarchie mais de la nécessité d’une conception plus avancée du régime : la concentration géographique de l’émigration politique en France fait de la république une chose à la fois évidente et insuffisante, ne garantissant en tout cas pas à elle seule la justice, et propre à créer des désillusions – surtout avec la crise mondiale, entre chômage et xénophobie24. S’il peut être tactiquement délicat de critiquer le régime du pays dit d’accueil, ces désillusions s’expriment de façon claire à propos d’une autre république, celle née en Espagne en 1931, qui a suscité des espoirs appuyés sur un exil partagé, et dont l’involution conservatrice déçoit. Les libertaires, en particulier, en font un repoussoir, disant par la suite que la Concentration donnerait à l’Italie « au plus une république à l’espagnole » ou parlant de « république bourbonne » (L’Adunata dei Refrattari, 18 mars 1933, 3 février 1934).

  • 25 Les Cahiers des Droits de l’Homme, 1932 p. 631-635, rééd. dans S. Trentin, Antifascismo e rivoluzi (...)
  • 26 Id., Lauro De Bosis, chantre et héros de la liberté, Paris, Flory, 1939, trad. partielle dans Id., (...)

27Malgré ces tensions, ou au-dessus d’elles, l’évidence républicaine est installée. C’est le cas chez Trentin qui détaille « Le déclin de la monarchie » à partir d’une incompatibilité avec la dictature, peut-être en souvenir de sa formation libérale, et en tire des conclusions radicales. En effet, selon lui, le roi parjure, ne faisant d’ailleurs que mettre un point final à une dynastie appuyée depuis toujours sur l’étranger et sur l’oppression, a condamné son propre régime, s’en est fait le « croque-mort officiel » et n’a plus désormais qu’une fonction décorative des plus révocables : « Plus humaine que la dictature bolchevique, la dictature italienne se contente d’obliger le roi et ses princes à servir d’ornement avec leurs uniformes vénérables à ses manifestations “historiques” »25. Si Trentin commémore la dernière tentative d’antifascisme monarchiste, l’Alleanza Nazionale décapitée par des arrestations en 1930 puis par le sacrifice de Lauro De Bosis dans une tentative de raid aérien sur Rome en 1931, il la décrit comme la poursuite d’un rêve impossible26. Dans un autre genre, début 1936, quand l’antifascisme prévoit en Éthiopie une déroute fasciste emportant le régime, Campolonghi veut rassurer les autorités françaises et montre que cela amènerait l’arrivée au pouvoir de démocrates francophiles et que la république qui suivrait renforcerait les liens entre les deux pays ; à la fin de la même année, cet espoir s’étant évanoui, il plaide dans l’émigration pour un volontariat aux côtés de la France et propose comme perspective la libération d’une parcelle de terre italienne pour y proclamer une république à laquelle, dit-il, se rallieraient nombre de ses compatriotes dans la péninsule, militaires compris.

28De façon curieuse, la dernière tentative de rupture avec cette évidence républicaine, donc la dernière velléité plus ou moins monarchiste dans l’émigration, vient du PCI, à travers l’UPI, organisation de masse créée en 1937, visant en particulier l’émigration apolitique voire « influencée par le fascisme ». On peut y voir une esquisse de la stratégie de Togliatti à la fin de la seconde guerre mondiale avec la Svolta di Salerno : l’intégration à la société italienne réelle, avant tout projet de prise de contrôle, et la mise de côté des débats institutionnels jusqu’à la victoire. En tout cas, des contacts sont pris début 1936 avec Nitti, malgré son impopularité parmi les militants. Et dans le quotidien de l’UPI, La Voce degli italiani, on trouve des références positives à un libéralisme antifasciste vague mais a priori monarchiste. Par ailleurs, lorsque ce journal naît, des tractations échouent du fait de l’intransigeance antimonarchiste du PRI, que le PCI, maître du jeu, rejette nettement.

29Cependant, les positions de ce dernier ne convainquent ni les autres groupes antifascistes, ni les masses réputées apolitiques, ni sa base, où des rejets encore plus forts sont provoqués par la main tendue aux « frères en chemise noire » et la répudiation de l’anticléricalisme traditionnel de la gauche italienne. On constate d’ailleurs vite, à l’été 1938, un changement de ton, lié peut-être à la défense de la république espagnole même si l’ennemi franquiste ne se dit pas exactement monarchiste, et peut-être aussi à l’ambiance française, car l’UPI se veut avant tout francophile et participe à la préparation du cent-cinquantenaire de 1789, avec des références convenues à l’hécatombe de travailleurs pour construire Versailles, ou aux distractions de Marie-Antoinette, « puérile parodie de la dure vie du peuple » (La Voce degli italiani, 12 mars 1939), ou encore avec cette formule curieuse : « ce Versailles où furent abattus les rois » (14 mars 1939). Ce changement de ton est sans doute lié enfin à la défense de la démocratie libérale, effet de la stratégie communiste des fronts populaires, et on retrouve un discours présent ailleurs dans les années vingt, réactualisé du fait du remplacement du Parlement italien par la Chambre des faisceaux et des corporations, « trahison définitive de la constitution » (6 août 1939), d’autant que la législation raciste elle aussi est incompatible avec le Statuto prohibant toute discrimination, et que la responsabilité de la monarchie est également engagée par la politique extérieure du régime. Au total, la Couronne est désormais présentée comme étrangère à la nation, usurpatrice de ses symboles, à commencer par le drapeau tricolore, et pour le moins vide de sens. On pourra penser que la défense du Statuto de 1848 par le PCI préfigure celle de la constitution républicaine des années cinquante, puis l’insistance sur la notion d’« arc constitutionnel » dans les années soixante-dix.

30En conclusion, on peut être frappé par la solidité du consensus républicain dans l’antifascisme. Les organisations réticentes soit n’ont aucune consistance réelle, soit obéissent non pas à une conviction, mais à des calculs tactiques, au désir de ménager de potentiels alliés, supposés attachés à la Couronne. Mais ce choix, venu d’en haut, ne satisfait pas la base, ni n’enthousiasme les chefs eux-mêmes ; ainsi, il est caractéristique que le repli du PCI à l’été 1938 coïncide avec une réaffirmation identitaire. Le choix républicain est facile à accepter, quitte à ce que ce soit dans le cadre de marchandages globaux où l’on donne les allures d’un sacrifice à une opération au pis idéologiquement neutre.

31Les racines de ce consensus pratique se trouvent sans doute dans l’histoire de la gauche italienne d’avant 1922. Mais l’histoire de la domination fasciste en Italie, et celle de l’exil, le renforcent. Il faudrait aussi remonter à 1915 et aux responsabilités du roi dans l’entrée en guerre, auxquelles les républicains, interventionnistes, sont peu sensibles, mais qui touchent les socialistes pacifistes et limitent leur agnosticisme institutionnel. De plus, les uns et les autres se rejoignent pour marquer d’infamie l’inaction du monarque face à la violence fasciste, son refus anticonstitutionnel d’en appeler à l’armée alors qu’il pouvait faire échouer la Marche sur Rome, sa complaisance envers Mussolini au moment de l’affaire Matteotti, l’acceptation de violations du Statuto. L’exil joue aussi, avec le modèle français qui banalise mais légitime l’idée républicaine, même si la république réelle est fatalement imparfaite, et avec le modèle surajouté, positif et négatif, de l’Espagne. Certes, il ne faut pas non plus exagérer l’importance numérique des exilés rentrés après la chute de Mussolini en 1943 ou à la Libération, et il faudrait suivre les cheminements intellectuels et idéologiques d’autres groupes – à commencer par les catholiques, jamais très favorables à la maison de Savoie depuis 1860 et 1870. Mais on a dans l’exil, partagé par nombre de cadres de la gauche, un élément de la généalogie de la République italienne.

Haut de page

Notes

1 Voir A. Garosci, Storia dei fuorusciti, Bari, Laterza, 1953 ; J. Droz, Histoire de l’antifascisme en Europe 1923-1939, Paris, La Découverte, 1985 ; Les Italiens en France de 1914 à 1940, P. Milza éd., Rome, ÉFR, 1986 ; S. Tombacini, Storia dei fuorusciti italiani in Francia, Milan, Mursia, 1988.

2 Voir S. Fedele, I repubblicani in esilio nella lotta contro il fascismo, Florence, Le Monnier, 1989.

3 Voir par ex. F. Barbagallo, Nitti, Turin, UTET, 1984 ; R. Morozzo della Rocca, « Carlo Sforza e l’emigrazione democratica antifascista », Studi Emigrazione, juin 1985, p. 268-274.

4 Sur le PSI, voir par ex. Coll., L’emigrazione socialista nella lotta contro il fascismo (1926-1939), Florence, Sansoni, 1982 ; L. Rapone, Da Turati a Nenni. Il socialismo italiano negli anni del fascismo, Milan, Angeli, 1992. Pour des exemples récents d’assimilation hâtive entre PSI et républicanisme, voir F. Le Moal, Victor-Emmanuel III. Un roi face à Mussolini, Paris, Perrin, 2015.

5 Sur la LIDU, voir É. Vial, « La Ligue italienne des Droits de l’Homme (LIDU) de sa fondation à 1934 », dans Les Italiens en France de 1914 à 1940, ouvr. cité, p. 407-430 ; A. Baglio, « Campolonghi, la LIDU e la lotta per la pace », p. 141-225, dans Per la pace in Europa : istanze internazionaliste e impegno antifascista, Id., S. Fedele et V. Schirripa, Messine, Università degli Studi di Messina, 2007 ; P. Pinna, Migranti italiani tra fascismo e antifascismo. La scoperta della politica in due regioni francesi, Bologne, CLUEB, 2012.

6 Voir S. Fedele, Storia della concentrazione antifascista, Milan, Feltrinelli, 1976.

7 Voir É. Vial, L’Union populaire italienne 1937-1940. Une organisation de masse du Parti communiste italien en exil, Rome, ÉFR, 2007 ; P. Pinna, ouvr. cité.

8 Sur Triaca, voir C. Di Ciommo Laurora, « L’asilo politico nelle relazioni franco-italiane. I signori nessuno e l’impossibile status dell’opposizione italiana all’estero (1920-1986) », thèse dirigée par M. Turchetto et M. Lazar, Università Ca’Foscari de Venise et IEP de Paris, 2014.

9 Voir Coll., Luigi Campolonghi, une vie d’exil (1876-1944), Paris, CEDEI, 1989.

10 Voir Y. Gastaut, « La France de Nice et du Sud-Est : journal-événement (1926-1928) », Cahiers de la Méditerranée, 62, 2001, p. 175-182.

11 Voir H. Delpont, Ernesta et Luigi Campolonghi. Immigration italienne et antifascisme en Albret, Nérac, Amis du Vieux Nérac, 1991.

12 Voir E. Serventi Longhi, Alceste De Ambris. L’utopia concreta di un rivoluzionario sindacalista, Milan, Angeli, 2011.

13 Voir H. Heyriès, Les Garibaldiens de 14. Splendeurs et misères des Chemises rouges en France de la Grande Guerre à la Seconde Guerre mondiale, Nice, Serre, 2005, p. 318 et suiv.

14 Cité dans P. Alatri, L’antifascismo italiano, Rome, Editori riuniti, 1973 (3e édition), p. 531.

15 Voir A. A. Mola, Storia della Massoneria italiana dall’Unità alla Repubblica, Milan, Bompiani, 1976, p. 544.

16 Voir B. Tobia, « Il Corriere degli Italiani : la parabola di un quotidiano antifascista in Francia », Les Italiens en France de 1914 à 1940, ouvr. cité, p. 285-321 ; D. Zucaro, « L’emigrazione politica italiana », Mondo operaio, 9, 1970, p. 46, doc. Modane, 11 novembre 1927.

17 A. Giannini, Io, spia dell’OVRA, romanzo politico dal taccuino di un fesso, vol. I, Da Stresa a Monaco, Rome, Società editoriale italiana, 1946, p. 81.

18 Voir P. Colombo, La monarchia fascista 1922-1940, Bologne, Il Mulino, 2010, p. 171.

19 Sur Trentin, voir par ex. F. Rosengarten, Silvio Trentin dall’interventismo alla resistenza, Milan, Feltrinelli, 1980 ; Coll., Silvio Trentin e la Francia, Venise, Marsilio, 1991 ; P. Arrighi, Silvio Trentin. Un Européen en résistance 1919-1943, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 2007.

20 À ce sujet, voir N. Sabattucci, « Ritratto del partito repubblicano », Il Ponte, 1953, p. 635-636.

21 Sur Rosselli et Giustizia e libertà, voir Coll., Giustizia e Libertà nella lotta antifascista e nella storia d’Italia. Attualità dei fratelli Rosselli a quaranta anni del loro sacrificio, Florence, La Nuova Italia, 1978 ; Carlo e Nello Rosselli e l’antifascismo europeo, A. Bechelloni éd., Milan, Angeli, 2001 ; I fratelli Rosselli, antifascismo e esilio, E. Vial et A. Giacone éd., Milan, Carocci, 2011 ; D. Dilettoso, La Parigi di Carlo Rosselli. Sulle orme di un umanista in esilio, Milan, Biblion, 2013.

22 Voir Emilio Lussu (1890-1975). Politique, histoire, littérature et cinéma, P. De Capitani-Bertrand, C. Mileschi et É. Vial éd., Grenoble, MSH-Alpes, 2007.

23 Voir E. Signori et M. Tesoro, Il verde e il rosso. Fernando Schiavetti e gli antifascisti nell’esilio fra repubblicanesimo e socialismo, Florence, Le Monnier, 1987 ; S. Prezioso, Itinerario di un « figlio del 1914 ». Fernando Schiavetti dall trincea all’antifascismo, Manduria, Lacaita, 2004.

24 Voir par ex. E. Decleva, « Le delusioni di una democrazia. Carlo Rosselli e la Francia 1919-1937 », Nuova rivista storica, 62, 1979, p. 570-602 ; R. Schor, L’Opinion française et les étrangers en France 1919-1939, Paris, Publications de la Sorbonne, 1985 ; Id., Français et immigrés en temps de crise (1930-1980), Paris, L’Harmattan, 2004.

25 Les Cahiers des Droits de l’Homme, 1932 p. 631-635, rééd. dans S. Trentin, Antifascismo e rivoluzione. Scritti e discorsi 1927-1944, Venise, Marsilio, 1985, p. 99-110.

26 Id., Lauro De Bosis, chantre et héros de la liberté, Paris, Flory, 1939, trad. partielle dans Id., Antifascismo e Rivoluzione, ouvr. cité, p. 363-388. Voir aussi par ex. J. Sapori, « Le vol sur Rome de l’antifasciste Lauro De Bosis », dans Id., Il était une fois l’Italie de Mussolini. Petites et grandes histoires d’un pays disparu, Avon-les-Roches, Anovi, 2015, p. 39-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Vial, « L’idée républicaine dans l’émigration antifasciste en exil », Laboratoire italien [En ligne], 19 | 2017, mis en ligne le 16 février 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1292 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.1292

Haut de page

Auteur

Éric Vial

Après l'École normale d'instituteurs de Grenoble, l'École normale supérieure (rue d’Ulm) et l'École française de Rome, Éric Vial a été maître de conférences en Histoire contemporaine à Aix-en-Provence, puis professeur à Grenoble et depuis 2005 à Cergy-Pontoise (laboratoire Agora). Il travaille sur l'histoire politique italienne et française à partir de l'exil antifasciste, ainsi que sur les liens entre Histoire et science-fiction. Il a publié ces dernières années La Cagoule a encore frappé - L’assassinat des frères Rosselli, Paris, Larousse, 2010, I fratelli Rosselli, antifascismo e esilio, Milan, Carocci, 2011 (éd. avec A. Giacone), Jean Moulin. L’âme de la Résistance, et Léon Blum. Républicain, démocrate et socialiste (éd. et présentation), Paris, Garnier classiques, 2012, Présages, prophéties et fins du monde de l’antiquité au XXIe siècle, Paris, L’Amandier, 2014 (éd. avec F. Pernot), L’Uchronie : l’Histoire telle qu’elle n’a pas été, telle qu’elle aurait pu être, Ivry, L’Œil, 2016 (éd. avec F. Pernot), et Charles De Gaulle « portrait-mosaïque », Paris, H. Champion, 2017.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page