Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Marco Bresciani, Quale antifascismo? Storia di Giustizia e Libertà

Rome, Carocci, 2017, 307 p., 27 €
Antonio Bechelloni
Référence(s) :

Marco Bresciani, Quale antifascismo? Storia di Giustizia e Libertà, Rome, Carocci, 2017, 307 p., 27 €

Texte intégral

1Nous avons affaire ici à un livre important qui s’impose à l’attention du lecteur à plusieurs titres. L’approche adoptée est, de façon presque archétypale, celle d’une histoire intellectuelle, courant auquel l’historiographie italienne a donné plusieurs de ses lettres de noblesse, y compris dans le domaine de l’histoire contemporaine. Dans cet ouvrage, Marco Bresciani marie finement une étude fouillée des réseaux de sociabilité politico-intellectuelle qui constituaient l’essentiel de ce sujet collectif connu sous le nom de Giustizia e Libertà (GL dorénavant) à une pluralité de biographies intellectuelles individuelles, exercice dans lequel il avait déjà fait largement ses preuves en 2009 avec une remarquable monographie consacrée à Andrea Caffi, un des hérétiques parmi les plus attachants de la galaxie en question.

2Marco Bresciani adopte une stratégie d’écriture qui mêle trajectoires de vie et questionnements de tous ordres : idéologique, politique, intellectuel, philosophique, historiographique. C’est grâce à ces approches multiples qu’il parvient à nous faire prendre toute la mesure de la complexité d’une expérience collective relativement courte vécue par un nombre de figures de l’antifascisme italien finalement très réduit. Après tout, le mouvement GL n’exista en bonne et due forme que de 1930 à 1940. On pourrait même dire que dès juin 1937, date de l’assassinat de Carlo Rosselli, son fondateur et principal mentor, le mouvement n’était plus tout à fait ce qu’il avait été à sa naissance. Les noms évoqués à longueur de pages dans l’ouvrage ne sont en effet pas très nombreux, sans compter qu’ils désignent des personnes dont l’étroitesse du lien avec l’organisation fut éminemment variable : Gaetano Salvemini, Carlo et Nello Rosselli, Lionello et Franco Venturi, Leone Ginzburg, Mario Levi, Augusto Monti, Vittorio Foa, Ernesto Rossi, Riccardo Bauer, Massimo Mila, Carlo Levi, Norberto Bobbio, Aldo Garosci, Silvio Trentin, Emilio Lussu, Max Ascoli, Alberto Tarchiani, Vittorio Cianca, Umberto Calosso, Nicola Chiaromonte, Andrea Caffi, Renzo Giua, Barbara Allason, Leo Valiani. Et pourtant, sur l’arrière-fond commun d’un engagement antifasciste partagé et jamais démenti, M. Bresciani fait ressortir avec éclat la grande variété des profils et des parcours en fonction de paramètres objectifs divers, au-delà de la différence des personnalités individuelles : génération, entendue, d’après Karl Mannheim, comme « partage stratifié d’expériences », exil (français pour la plupart d’entre eux, avec des dates d’arrivée en France échelonnées dans le temps, mais aussi anglais ou américain pour Salvemini et Max Ascoli), prison (avec des périodes d’emprisonnement plus ou moins longues : Leone Ginzburg, Carlo Levi, Riccardo Bauer, Ernesto Rossi, Vittorio Foa, Massimo Mila, Augusto Monti), relégation ou assignation à résidence (encore Leone Ginzburg, Ernesto Rossi et Riccardo Bauer), ville italienne d’origine et donc de première socialisation politico-culturelle (essentiellement Florence, Turin, Milan, Rome et Trieste).

3L’auteur prête à juste titre une attention très particulière, au-delà de la chronologie au sens strict, aux différentes mesures du temps au double sens des temps, courts ou longs, dans lesquels les acteurs eux-mêmes entendaient situer leur action, mais aussi, objectivement, en distinguant les phénomènes se situant dans les temps courts des contingences d’une époque riche en rebondissements, des autres relevant de celle que Bresciani appelle la longue durée. Le clin d’œil aux Annales, et notamment à Braudel, est évident, mais en l’occurrence il ne nous paraît pas tout à fait pertinent, car la longue durée de l’historien français ne coulait non pas le long des décennies, comme ici, mais le long des siècles, quand ce n’était pas des millénaires. Quoi qu’il en soit du terme, ce qu’il entend désigner par là est très important, et sur ce point Bresciani touche parfaitement juste : la commune appartenance de l’ensemble des représentants de GL à cette culture, à la fois italienne et européenne, des vingt premières années du XXe siècle, marquée à la fois par la Grande Guerre, la révolution d’Octobre et la crise de la démocratie.

4Une culture, paradoxalement, qui avait nourri cette partie du milieu intellectuel italien qui se laissa séduire par le ou les fascismes et qui entra donc dans ce que Philippe Burrin a appelé le champ magnétique du fascisme. L’insistance sur ce paradoxe apparent (Bresciani prend appui d’une façon pertinente sur Marc Bloch là où, dans Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, ce dernier écrit « Se passionner pour un même débat, fût-ce en sens opposés, c’est encore se rassembler […] »), est certainement un des points forts de l’ouvrage, et aussi un des plus novateurs. Bresciani, en effet, a tout à fait raison quand il fait remarquer que, depuis l’origine, l’antifascisme de GL était presque ontologiquement lié au fascisme, sans lequel il n’aurait pas eu de sens, contrairement aux autres partis qui existaient auparavant et qui continueront d’ailleurs d’exister une fois le fascisme tombé.

5Un des mérites de GL était justement celui d’avoir pris toute la mesure de la redoutable nouveauté que le fascisme représentait non seulement pour l’Italie depuis 1922 mais aussi pour l’Europe tout entière à partir de 1933. Ce qu’avait bien vu Carlo Rosselli dans un article célèbre qui prenait involontairement le contrepied de la célèbre phrase de Piero Gobetti, pourtant une des références de nombreux giellistes, qui n’avait vu au départ dans le fascisme que la révélation des tares propres à l’histoire de la péninsule.

6Combattre, donc, le fascisme, sans pour autant se faire la moindre illusion sur un retour possible, et même souhaitable, à l’univers à la fois social, politique et mental que ce dernier avait balayé. C’est là le sceau, en quelque sorte, de l’originalité de GL, d’après Marco Bresciani, sa marque de fabrique. Il la résume en une phrase qui revient souvent au fil des pages, tel un leitmotiv wagnérien : imparare dal nemico (retenir les leçons apprises auprès de l’ennemi). Personnellement, nous pensons que ce n’est pas là que l’auteur est le plus convaincant. La formule est ambiguë. Après tout c’était, dit d’une autre manière, ce qu’avait cherché à faire Marcel Déat en reprenant à son compte les mots d’ordre avec lesquels le fascisme avait prétendument séduit les classes moyennes : Ordre, Autorité, Nation. Léon Blum en avait été, à juste titre, horrifié. Carlo Rosselli au contraire avait été intéressé par Déat et ses amis, mais, heureusement, il s’en détourna vite. Mais deux autres exemples du caractère discutable de la formule que Bresciani affectionne viennent à l’esprit. Le premier, c’est Bresciani lui-même qui nous l’offre involontairement sur un plateau quand il cite Umberto Calosso, un des militants parisiens de GL, expliquant qu’il fallait, pour éduquer les jeunes générations ayant grandi sous le fascisme, faire appel à une « propagande très élémentaire… suivant en cela l’exemple de Hitler ». Le deuxième exemple est celui offert par André Malraux qui, convaincu évidemment lui aussi qu’il fallait imparare dal nemico, s’inspira, en tant que metteur en scène des grands meetings du RPF de De Gaulle, dans les années 1947-1950, du décor des meetings nazis de Nuremberg en se limitant à remplacer la croix gammée par la croix de Lorraine !

7Le titre du livre me semble rendre beaucoup plus justice à l’originalité et à l’intérêt de l’ouvrage. Car finalement la force et la faiblesse de GL ont été justement d’explorer dans des directions multiples, sans fausses pudeurs et en payant le prix de ruptures et de scissions douloureuses, toute la complexité de la lutte antifasciste. Pouvait-on être à la fois antifasciste et anticommuniste ? Ou bien devenait-on, en cédant à l’anticommunisme, l’allié objectif des fascistes ? Ou ne fallait-il pas, dans l’impossibilité de choisir entre anticommunisme et antifascisme, prendre ses distances avec la politique, au moins pour un temps, et s’éloigner de l’action immédiate ? Voilà quelques exemples des apories propres à l’expérience d’un petit groupe d’hommes courageux et littéralement dévorés par la passion à la fois d’agir et de comprendre – sachant que les deux démarches pouvaient souvent être incompatibles. Il faut savoir gré à Marco Bresciani d’avoir réussi à en suivre le parcours avec cette empathie et cette distance lucide qui font rarement bon ménage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Bechelloni, « Marco Bresciani, Quale antifascismo? Storia di Giustizia e Libertà », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1684

Haut de page

Auteur

Antonio Bechelloni

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page