Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2017

Baldassarre Castiglione, Il Libro del Cortegiano

Rome, Bulzoni, 2016, 3 vol., 1660 p., 150 €
Raffaele Ruggiero
Référence(s) :

Baldassarre Castiglione, Il Libro del Cortegiano, édité par Amedeo Quondam, Rome, Bulzoni, 2016, 3 vol., 1660 p., 150 €

Notes de l'auteur

Cette édition se présente en trois volumes :
Volume I. La prima edizione nelle case d’Aldo Romano e d’Andrea d’Asola suo suocero, Venezia, aprile 1528, edizione semidiplomatica con edizione interpretativa a fronte.
Volume II. Il manoscritto di tipografia (L). Biblioteca Medicea Laurenziana, Ashburnhamiano 409, trascrizione codicologica corredata da Index Locorum e inventario delle varianti.
Volume III. A. Quondam, L’autore (e i suoi copisti), l’editor, il tipografo. Come il Cortegiano divenne libro a stampa. Nota ai testi di L e Ad

Texte intégral

1Cette majestueuse édition – qui sera bientôt complétée par un quatrième volume avec la transcription codicologique du manuscrit autographe (A) du Courtisan, toujours conservé dans les archives de la famille Castiglioni à Mantoue – constitue le couronnement d’un travail de recherche de plusieurs années, qui avait entre autres choses débouché en 2002 sur l’édition commentée du Courtisan publiée par Amedeo Quondam auprès de la maison Mondadori, dans la collection de poche, et de large diffusion, des « Oscar ». Dans la monographie intitulée Questo povero Cortegiano, parue en 2000, le chercheur avait déjà démontré que le cas de l’édition du Courtisan était emblématique de l’influence exercée par la naissante industrie du livre sur l’économie textuelle, à savoir sur l’atelier de composition de l’œuvre littéraire dans l’Europe du XVIe siècle. Avant cette entreprise philologique de Quondam, le texte du Courtisan avait été, presque un siècle plus tôt, l’objet des recherches de Vittorio Cian (qui avait établi la subdivision en chapitres devenue canonique) et, surtout, de Ghino Ghinassi, à qui on doit aussi bien l’édition de l’importante étape intermédiaire dans la genèse du livre, le ms. D (Vat. Lat. 8206, datable aux dernières années de la papauté de Léon X, 1518-1520 : La seconda redazione del Cortegiano, Florence, Sansoni, 1968), que l’identification du dernier réviseur de la première édition imprimée, Giovanni Francesco Valier (L’ultimo revisore del Cortegiano [1963], l’article maintenant a été recueilli dans le volume posthume Dal Belcalzer al Castiglione. Studi sull’antico volgare di Mantonva e sul Cortegiano, Florence, Olschki, 2006, p. 161-206).

2L’identification du réviseur et l’appréciation de son rang littéraire avaient d’une certaine façon satisfait la critique : le mérite des travaux de Quondam est d’avoir problématisé l’interaction entre l’auteur (et ses chanceliers) et le réviseur (mais aussi avec le compositeur à l’œuvre au sein de l’atelier d’imprimeur), en proposant du coup une reconstruction historique des stratégies culturelles qui conduisirent à l’impression de ce livre dans une des maisons d’édition les plus célèbres de l’Europe à cette époque, à savoir la maison d’Aldo Manuce, qui avait assuré entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle la survivance de nombreux classiques grecs et latins dans le passage de manuscrits à l’impression.

3Du moment que la rédaction du ms. L – le dernier manuscrit, celui destiné à la typographie – est terminée à Rome en 1524, juste avant le départ de Castiglione pour l’Espagne en tant que nonce apostolique auprès de la cour impériale, jusqu’au début de l’impression, il y eut une véritable galaxie de personnages influents et d’interventions importantes qui favorisèrent le processus d’édition du Courtisan, avec, par exemple, la prise en charge par l’auteur des frais de papier pour une moitié du tirage. Bartolomeo Navagero, frère d’Andrea, ambassadeur de Venise en Espagne dans les mêmes années que Castiglione, fut responsable de l’arrivée du manuscrit à Venise depuis l’Espagne ; le manuscrit fut remis à Giovanni Battista Ramusio, chancelier de la république de Venise et collaborateur de la maison d’édition de Manuce. Pendant ce temps, une série de lettres de Castiglione à son « fermier » Girolamo Tirabosco (qui est son homme de confiance) transmettent des instructions minutieuses concernant l’achat du papier pour l’impression, les interventions de Ramusio, et enfin, dans la lettre de Tirabosco du 21 novembre 1527, le nom du réviseur : « Appresso li sta datto el libro al magnifico messer Giovan Francesco Valerio da remendarlo et apontarlo, però cossì ha dimandato li stampadori » (Quondam, p. 47). Il s’agit effectivement d’une lettre remarquable, non seulement pour l’évaluation du livre (comparé à un tissu qui nécessite de fins reprisages et d’habiles coutures), mais aussi pour la participation à cette entreprise d’un groupe d’hommes de lettres qui fournissent assistance et soutien à l’auteur et à l’éditeur, y compris dans le choix du bon réviseur et dans le maintien de l’intérêt de la maison d’édition pour le livre. « Davvero curiosa – Quondam conclut – questa storia del Libro del Cortegiano : uno dei più grandi libri europei, anzi uno dei più grandi successi editoriali nelle lingue dell’Europa moderna, entra in tipografia solo grazie all’intervento finanziario del suo autore » (Quondam, p. 49). On pourrait ajouter que le texte arrive aux imprimeurs grâce à l’appui d’un groupe d’amis influents, comme s’il ne s’agissait pas seulement du livre du nonce pontifical auprès de la cour impériale, un homme de lettres déjà connu et apprécié, mais aussi d’un livre attendu et concernant un sujet pour lequel l’auteur était considéré comme une référence.

4Juste après la mort du duc Guidubaldo de Montefeltro, en avril 1508, tous les écrivains qui gravitaient autour de la cour d’Urbino, y compris Pietro Bembo, furent engagés dans une série d’initiatives ayant pour but de célébrer cette cour et son duc à peine disparu. Parmi ces œuvres se distinguent une lettre latine de Castiglione au roi d’Angleterre avec l’éloge de Guidubaldo ainsi qu’un dialogue de Bembo intitulé De Guidubaldo Feretrio, également en latin, qui nous donnent le cadre politique et culturel dans lequel ces manifestations furent entreprises. Et c’est justement dans ce même cadre que le projet du Courtisan – à ce moment-là conçu encore sous forme d’annotations latines qui furent publiées par Guido La Rocca (dans Italia medievale e umanistica, 23, 1980, p. 341-373) – voit le jour. Une cour exemplaire, mais dépourvue de pouvoir effectif, est choisie comme berceau de la civilisation courtisane qui aurait influencé l’éducation et la vie des élites européennes pendant les trois siècles suivants : le livre de Castiglione fut donc attendu en tant que portrait efficace et utile de cette cour, attendu au point que Bembo, qui avait aussi traduit en langue vernaculaire son dialogue, renonça apparemment à sa publication (l’œuvre de Bembo circula sous forme manuscrite, et elle fut mise sous presse seulement en 1530 dans sa version latine, au sein d’un recueil d’autres écrits latins de l’auteur).

5S’il est manifeste que l’attente et la réception du Courtisan jurent avec les conditions de publication et les anxiétés de Castiglione, suivant une logique presque paradoxale, une réflexion sur les choix de langue qui accompagnèrent la composition de l’œuvre est aussi importante : après les premières annotations latines, contemporaines de la lettre-éloge sur Guidubaldo, la première forme italienne du Courtisan est documentée par le ms. A, l’autographe qui remonte aux années 1513-1514, le tout début de la papauté de Léon X, lorsque Castiglione est engagé, à travers l’impression de la biographie de Guidubaldo, dans une campagne de propagande visant à défendre l’autonomie du duché d’Urbino. Ensuite, toujours pendant les pauses accordées par les continui travagli de l’activité diplomatique, la révision du Courtisan se déroule à travers trois manuscrits rédigés par les secrétaires de Castiglione sous sa directe supervision et elle est marquée par des interventions fréquentes de l’auteur lui-même ; il s’agit des manuscrits Vat. Lat. 8204, 8204, 8206, respectivement B, C, D selon les sigles de Ghinassi, qui publia la rédaction D en tant que seconda redazione. Enfin, le 23 mai 1524, le dernier manuscrit (L) est terminé : ce manuscrit suivit Castiglione en Espagne et il fut renvoyé à Venise en 1527 ; peut-être qu’un jumeau de L fut remis à Marco Antonio Flaminio avant le départ de Castiglione pour l’Espagne (Valier essaya d’obtenir ce manuscrit, copie de L mais comportant peut-être des corrections linguistiques de Flaminio lui-même, pour une collation ; voir Quondam, p. 53-55).

6Également intéressante est l’histoire du ms. L après l’impression de l’editio princeps : la maison d’édition utilisa une deuxième fois l’exemplaire en vue de la réimpression de mai 1533 ; ensuite L fut acheté par le trésorier de France et expert bibliophile Jean Grolier (qui avait connu autrefois Aldo Manuce à Venise en 1511), lequel fit réaliser pour lui une précieuse reliure. Après 1675, le ms. L entra dans la collection de la bibliothèque de Carpentras jusqu’au vol de Guglielmo Libri qui vendit le manuscrit à Lord Ashburbham en 1847. Après la mort de ce dernier, une grande partie de sa bibliothèque fut acquise par le gouvernement italien sur la recommandation de Pasquale Villari, et cette collection se trouve aujourd’hui à Florence au sein de la Biblioteca Medicea Laurenziana.

7Pendant les passages de A jusqu’à L, les attentions continuelles de Castiglione concernèrent presque exclusivement la structure de l’œuvre, son architecture, l’efficacité des dialogues et des exempla narratifs. Cette apparente indifférence de Castiglione pour la texture linguistique du Courtisan est déjà évidente dans l’autographe A, où l’auteur lui-même oscillait, dans le mot le plus important du texte, entre les graphies cortigiano, cortegiano, cortiggiano, corteggiano ; et il s’agit d’une indifférence qui est même avouée à Pietro Bembo, dans la lettre du 20 octobre 1518 : « non guardi alla scrittura perché quella sarà poi fatica d’un altro » (déjà avec la prévision de la nécessaire intervention d’un réviseur auprès de la maison d’édition). Aujourd’hui, Quondam a pu démontrer de façon philologique (grâce à une enquête à la fois codicologique et bibliologique) que, dans la rédaction et la révision du ms. L, la perspective de l’auteur par rapport à la langue et à la structure phonétique et morphologique de son œuvre semble se modifier profondément : l’intérêt de Castiglione pour les faits de langue semble devenir un intérêt politique. Ainsi, au moment de la rédaction et de la révision du ms. L, Castiglione décide de revendiquer la pleine responsabilité de la texture linguistique de son œuvre, comme le montrent les traces laissées par cette opération pendant les dernières révisions du texte en Espagne (traces méticuleusement examinées maintenant par Quondam et sur lesquelles on reviendra) : on relève d’ailleurs à ce sujet une (célèbre) déclaration explicite de Castiglione dans la dédicace à l’évêque portugais Miguel da Sylva, un texte qui fut conçu en Espagne et envoyé à l’éditeur dans un deuxième temps. Plusieurs pages dans cette dédicace sont consacrées à la question de la langue, parce que l’auteur a compris l’exigence de se défendre envers « alcuni che mi biasimano perch’io non ho imitato il Boccaccio, né mi sono obligato alla consuetudine del parlar thoscano d’hoggidì » (Cortegiano, dedica 16, dans cette édition p. 13 ; parmi les Strumenti à la fin du deuxième volume, Quondam rédige aussi une table de comparaison entre la pagination du ms. L, la subdivision en chapitres de Cian, et sa propre subdivision du texte en petits paragraphes). En fait Castiglione, qui pendant les longues années de gestation du Courtisan a progressivement expurgé sa langue des idiotismes mantouans, revendique maintenant son droit à l’usage d’une langue mélangée et éclectique, capable de conserver les meilleures expressions de différentes variétés régionales « perché (al parer mio) la consuetudine del parlare dell’altre città nobili d’Italia […] non deve essere del tutto sprezzata » (Cortegiano, dedica 23). Et, à la fin, il souligne avec fierté son origine lombarda : « Penso adunque, e nella materia del libro e nella lingua, per quanto una lingua poì aiutar l’altra, haver imitato authori tanto degni di laude quanto è il Boccaccio, né credo che mi si debba imputare per errore lo haver eletto di farmi più tosto conoscere per lombardo, parlando lombardo, che per non thoscano parlando troppo thoscano » (Cortegiano, dedica 29). Mais, de ce fait, le livre qui aspire à devenir le manuel de la cortigiania, c’est-à-dire un manuel conçu afin de présenter les pratiques de la cour et de les transmettre dans les nouvelles structures politiques de l’Europe d’Ancien Régime, adopte une langue qui aspire elle-même à se présenter en tant que langue nationale : « Questa ricerca porta Castiglione dal lombardo materno a un volgare eloquente, “italiano” perché “cortigiano”, ma di una nuova cortigiania che vuole e sa resecare i suoi legami con l’obsoleto sistema “padano” » (Quondam, p. 125).

8Il n’est pas possible, dans un compte rendu, de parcourir de façon exhaustive tous les exemples étudiés par Quondam à propos de cette délicate opération linguistique, mais il sera quand même utile d’en rappeler quelques-uns. Le premier cas analysé par le chercheur concerne la disparition de l’appellatif Madonna (pour les dames de la cour d’Urbino et notamment pour Emilia Pio) et son remplacement par l’expression Signora. Quand le ms. L fut rédigé, il y avait 75 occurrences de Madonna, alors que dans l’editio princeps il n’en reste que 12 ; et la chose la plus remarquable est qu’à 56 reprises c’est directement la main de Castiglione qui prend en charge la correction sérielle (en biffant Ma et en le remplaçant dans l’interligne avec La S.ra) : cette méticulosité atteste de l’importance culturelle que l’auteur attribua à cette intervention. Il s’agit d’« un piccolo emblema di quella radicale risemantizzazione della cortigiania che Castiglione persegue con l’approdo alla terza, e finale, redazione del suo libro ». Il y a en effet une raison politique précise au fondement de cette correction aussi constante et attentive : « Perché Madonna è parola antica e talmente radicata nella tradizione letteraria da risultare troppo compromessa con quella esperienza delle corti padane quattrocentesche da cui il Cortegiano prende risolutamente le distanze (ma solo nella terza redazione), in termini definitivi e irreversibili, sia con questo tipo di interventi discreti, nell’ombra dell’officina testuale, sia con il clamore del polemico prologo al secondo libro » (Quondam, p. 84). Un cas analogue concerne la disparition de la forme ponno remplacée par possono : ici les rasurae, les biffages et les corrections dans l’interligne du ms. L nous démontrent une oscillation et une incertitude de l’auteur ; au début, Castiglione avait indiqué qu’il fallait écrire ponno, mais ensuite lui-même change d’avis et exécute personnellement la correction ad hoc 38 fois (Quondam, p. 157).

9Bien sûr, le contrôle de Castiglione sur son propre texte se manifeste aussi dans le cas de macro-variantes conçues dans le but de constituer la liste des personnages du Courtisan selon des orientations culturelles et politiques précises. Quondam, bien qu’il n’ait pas pu donner des preuves définitives, considère de façon convaincante que ce fut Castiglione lui-même qui donna depuis l’Espagne ses instructions sur ce point à Valier (ou aux autres amis engagés dans le processus d’édition), afin de supprimer par exemple l’allusion au gentilhomme véronais Michele Verità (ms. L, f. 169r = éd. Quondam, vol. II, p. 205 = Cortegiano III iv 49, p. 304-307 vol. I Quondam = III 27 éd. Cian). Cette suppression est due à la très probable antipathie de l’élite vénitienne à l’égard de ce personnage suspect, mais aussi à la volonté de supprimer le rappel au fils de Michele Verità, le poète Girolamo Verità. Cette dernière hypothèse est une intéressante suggestion de Quondam : dans un premier temps, Castiglione disait du poète Girolamo Verità « per esser tra li poeti, che hoggidì vivono, meritamente celebre, et famoso, so che è notissimo » mais, au moment de l’impression et de la publication du Courtisan, le canon des hommes de lettres de Castiglione a désormais profondément changé, dans la mesure où ce canon de la nouvelle littérature classique, qui va s’imposer dans les cours européennes d’Ancien Régime, ne saurait désormais prendre en considération des personnages comme Girolamo Verità, qui sont restés liés au système (et aux valeurs culturelles) des petites cours italiennes septentrionales du Quattrocento (Quondam, p. 100). Castiglione nous donne une illustration de cette même volonté d’orienter politiquement la liste des personnages, mais aussi des adjectifs et autres expressions emphatiques qui les accompagnent, lorsqu’il évoque le roi de France François Ier (nous ne pouvons pas oublier que Castiglione met la dernière main à son texte alors qu’il vit à la cour impériale en Espagne) ou bien les nouveaux seigneurs d’Urbino, Francesco Maria Della Rovere et Éléonore Gonzague (Quondam, p. 110-112).

10On remarquera, enfin, la mise en évidence de certains phénomènes graphiques pendant la révision qui concernent et préfigurent l’impact esthétique du livre imprimé : c’est le cas, par exemple, de l’oscillation graphique dans l’écriture du mot palazzo (« palagio, pallagio, pallazzo » etc., aussi bien majuscule que minuscule), ou encore de l’adoption presque systématique de la majuscule pour Cortegiano et Donna di palazzo, à savoir pour les protagonistes du livre (Quondam p. 367 et 415).

11Le laborieux parcours philologique de la recherche d’Amedeo Quondam nous mène donc dans l’atelier (et notamment dans l’atelier espagnol) de Castiglione, et nous permet de prendre en considération le but de l’auteur lorsqu’il décida la publication de son livre. Quinze ans après la première formulation de son projet littéraire, le monde a changé : la dimension et le rôle politique de la cour d’Urbino (et d’autres cours identiques) sont devenus marginaux et négligeables ; l’activité diplomatique, dont Castiglione est l’un des protagonistes, se déroule désormais suivant des dimensions et des scénarios profondément différents ; l’exercice de la puissance économique et militaire est manifeste et le sac de Rome semble sceller emblématiquement une époque. Cependant, le livre du Courtisan n’est pas l’éloge d’un passé irrémédiablement perdu, mais le traité qui aspire à donner un cadrage théorique à l’expérience diplomatique de son auteur, même si cet effort nécessite une transfiguration. Il s’agit d’un livre qui arrive chez l’imprimeur post res perditas, après que les milices allemandes, commandées par un prince français rebelle, ont pillé la ville de César et de Pierre, mais ce livre est encore capable de cacher un fort élan : les valeurs idéologiques et culturelles qui sont au fondement du Courtisan sont l’héritage d’un passé lointain et presque mythique, et pourtant ils deviendront le lexique des élites dirigeantes européennes et seront capables de garder, dans l’esprit de l’auteur, une efficacité pédagogique. Bien sûr, il ne sera jamais possible de construire une grammaire des comportements politiques à partir du Courtisan, mais le succès international et immédiat du livre nous démontre que reste irrésolu un problème crucial pour la construction de l’équilibre des États modernes : dire au prince « la vérité sur toute chose qu’il convient à ce dernier de savoir, sans crainte ou danger de lui déplaire » (Courtisan, IV ii 15). Cela nécessite de nouvelles compétences dans la maîtrise de la communication politique, et cet apprentissage sera le fondement rhétorique (classique) de la nouvelle éthique du gentilhomme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raffaele Ruggiero, « Baldassarre Castiglione, Il Libro del Cortegiano », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 03 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/1686

Haut de page

Auteur

Raffaele Ruggiero

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page