Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Come in un giudizio. Vita di Salvatore Satta. Vanna Gazzola Stacchini

Rome, Donzelli, 2002, 170 pages, 17,82 euros.
Paolo Carta
Traduction de Laura Fournier-Finocchiaro
p. 250-253
Référence(s) :

Come in un giudizio. Vita di Salvatore Satta. Vanna Gazzola Stacchini. Rome, Donzelli, 2002, 170 pages, 17,82 euros.

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Laura Fournier-Finocchiaro

Texte intégral

1Le volume de Vanna Gazzola Stacchini, publié à l’occasion du centenaire de la naissance de Salvatore Satta, constitue aujourd’hui la biographie la plus complète et la plus articulée du giuristascrittore, tel qu’il a été défini lors d’un colloque organisé à Nuoro en 1989 (Salvatore Satta giuristascrittore, U. Collu éd., Nuoro, Consorzio per la pubblica lettura « S. Satta », 1990). Ce n’est pas la seule étude éditée pour cette circonstance, et l’on peut rappeler également l’étude d’Ugo Collu, La scrittura come riscatto (Nuoro, Edizioni della Torre, 2002) et le récent essai sur la « philosophie » de Satta, œuvre d’un magistrat passionné (M. Corda, La filosofia della vita in dimensione esistenzialista. Salvatore Satta filosofo, Rome, Armando, 2004). À signaler aussi le travail d’édition critique du texte de Satta, Il giorno del giudizio, G. Marci éd., Cagliari, CUEC, 2003. Toutefois, aussi bien pour la sensibilité littéraire particulière qu’il manifeste dans la reconstruction de l’itinéraire doctrinaire de Satta, que pour le matériel inédit dont il a bénéficié (une partie de la correspondance, dévoilée pour la première fois par la veuve Laura Boschian Satta), ce volume, sans prétention particulière, est certainement le plus réussi. L’idée de l’auteur semble avoir été avant toute chose de comprendre Satta comme auteur et romancier. Il s’agit là d’une tâche ardue, car elle demande, outre la maîtrise de la technique propre à la critique littéraire, une véritable disposition pour aborder en profondeur la dimension strictement juridique et politique de l’ensemble de l’œuvre de l’auteur, souvent plus complexe que les rapports habituels existant entre droit et littérature. Dans le cas de Satta, on se trouve en effet face à une pensée difficilement classable dans des schémas et des orientations doctrinales, pour ainsi dire « préconstitués », qu’on trouve par exemple dans les manuels d’histoire de la pensée juridique et politique. Si ce n’était pour son caractère timide et introverti, que le désenchantement et l’urgence d’une recherche personnelle solitaire ne feront qu’amplifier par la suite, nous n’hésiterions pas à définir Satta comme une personnalité héroïque, et cela en mettant de côté toute considération idéologique. L’appel incessant et malgré tout courtois d’un juriste, catholique et tardivement libéral, à ne pas céder aux tentations idéologiques éphémères du présent, possède en effet quelque chose d’héroïque. D’autant plus que ces dernières, supplantant le discours scientifique et ne s’appuyant sur aucune tradition, peinaient à se doter d’un statut épistémologique propre. La pensée de Satta suit un parcours qui débute à partir des années 1930 et s’étend jusqu’au début des années 1970 du siècle dernier, c’est-à-dire à une période où il devient de plus en plus difficile et impopulaire de se définir d’abord libéral, puis catholique et même juriste.

2Et c’est justement Salvatore Satta, malgré lui, qui a eu le privilège de perpétuer, dans l’histoire de la littérature italienne, la longue tradition des « juristes écrivains », et comme cela a été dit par ailleurs, des humanistes. Malgré lui, car son chef-d’œuvre, Il giorno del giudizio (Le Jour du jugement, traduit en français par Nino Frank chez Gallimard en 1981, aujourd’hui disponible en « Folio »), qui a marqué son succès mondial, a été publié de manière posthume, d’abord par l’éditeur de textes juridiques padouan Cedam en 1977, auquel il était lié dès ses premiers écrits, bien qu’en 1948 il eût déjà publié sans écho De profundis, si mal interprété. C’est pourtant la maison d’édition Adelphi de Roberto Calasso qui garantit deux ans plus tard la diffusion de cette œuvre, ovationnée immédiatement par la critique italienne, européenne et américaine, qui la compare pour sa valeur, et pour son destin, au Guépard de Tomasi di Lampedusa. Calasso, dans un entretien au Monde en 1981, révélait avoir connu personnellement Satta, qui était le collègue de son père, le célèbre historien du droit Francesco Calasso de la faculté de droit de Rome : « Quand je lus cet ouvrage, je fus tout de suite frappé par ce que j’appellerai la dimension métaphysique du roman. La “tristesse démoniaque”, la face obscure de l’âme de la Méditerranée, un nihilisme archaïque, parlent en ces pages. » Outre la particularité du Jour du jugement, auquel elle consacre une section importante, la biographie de Vanna Gazzola Stacchini dessine une image claire de Satta, de sa personnalité naturellement portée à un discours politique élevé et limpide, comme on l’attend d’un juriste. Pour comprendre pleinement cet aspect particulier, les passages concernant sa formation juridique, mûrie dans les universités de Pavie, Pise et Sassari, sont d’une efficacité exceptionnelle. Parmi ceux-ci, on peut citer les souvenirs de sa jeunesse passée dans l’ombre du notariat de son père, « ministre du sort des autres », et au moins deux portraits de ses maîtres, tracés par Satta selon le modèle des biographies de l’humanisme juridique, c’est-à-dire en récupérant la valeur politique élevée, et donc morale, que le sens d’une vie, dans ses particularités publiques et privées, prend pour le monde :

Mes premiers livres ont été ces gros volumes, qui recueillaient chaque année les actes consignés toujours par la même écriture sévère, que je lisais furtivement, certes sans les comprendre, mais en ayant peut-être l’intuition qu’ils gardaient, réduite sous forme juridique, la somme de tant de vies; et mes premiers devoirs ont été la copie de ces actes, que mon père faisait faire à ses nombreux fils, car la machine à écrire n’avait pas été inventée.

3C’est ainsi que Salvatore Satta se rappelait, « plus avec le cœur que l’intellect », les premiers germes de sa recherche de la vérité, conduite dans le milieu de la science juridique. Sa rencontre à Sassari avec Lorenzo Mossa fut déterminante sur ce point. Avec une habileté et une sensibilité extraordinaires, Satta se rappelle sa première visite chez le professeur :

Il me fit asseoir, me regarda derrière ses verres épais, me demanda, comme Farinata, qui étaient mes ancêtres. Puis il parla de lui. Il en parla pendant une heure, deux, je ne sais plus, tout comme je ne sais plus ce qu’il dit. Je sais que tandis qu’il parlait, la pièce, dans laquelle s’insinuait le crépuscule, se peuplait de fantômes : parfois il prenait un livre, il l’ouvrait, il prenait du plaisir à caresser ses pages brillantes, puis il lisait quelques extraits, en oubliant que je ne pouvais absolument pas comprendre. Quand il m’accompagna à la porte, il me regarda fixement dans les yeux : « Dans la vie on peut faire beaucoup de choses, dit-il, et on peut se passer d’étudier le droit. Pour moi – et sa voix devient grave – le droit c’est tout. » Je me précipitai dans les escaliers, je m’élançai joyeusement dans la nuit. J’avais trouvé ma vocation, j’avais trouvé l’absurde.

4Autre rencontre, celle de Marco Tullio Zanzucchi, professeur à l’Université catholique de Milan, chez qui Satta fit son stage d’avocat. À l’occasion de la commémoration de sa disparition en 1948, Satta écrit : « Il fut un professeur, il ne fit pas le professeur, c’est-à-dire qu’il enseigna par ses écrits, par sa parole, par sa vie. »

5Satta l’élève et Satta le maître; on ne peut pas comprendre l’un sans comprendre l’autre. Et ce volume, en parcourant à nouveau avec intelligence les étapes cruciales de sa biographie, nous aide – à travers ses écrits – à saisir sa pensée inquiète constamment en mouvement. Le lecteur redécouvre donc l’œuvre de Satta en suivant un parcours chronologique qui faisait encore défaut dans l’histoire littéraire du xxe siècle. On peut rappeler l’épisode de la tuberculose qui frappa Satta en 1926, et qui le conduit à un internement forcé de deux ans au sanatorium de Merano. C’est à cette occasion qu’il fit ses premières tentatives littéraires et qu’il composa le roman La Veranda, resté longtemps inédit et comparé, après sa publication, à La Montagne magique de Thomas Mann. On découvre les difficultés de l’enseignement universitaire pendant les années du fascisme; la polémique enflammée avec Francesco Carnelutti sur la nature privée du procès, aussi hardie que chargée politiquement; l’exil auquel il est contraint pendant la guerre; la rédaction de cette fresque émouvante sur la mort de la patrie au lendemain du 8 septembre 1943 dans son De profundis, refusé par la maison d’édition Einaudi parce qu’écrit par un auteur « étranger aux milieux de la Résistance »; le travail indéfectible sur la doctrine juridique, le Commentario au code de procédure civile et sur le manuel; l’engagement politique comme éditorialiste du Gazzettino di Venezia; l’abandon de l’enseignement et l’édition dans la plus complète solitude des six Quaderni, une sorte de publication à mi-chemin entre la revue et le soliloque, auquel il admit seulement très peu d’amis, parmi lesquels Riccardo Orestano; et encore la campagne pour défendre le caractère sacré de la famille, qui le replaça au centre du débat politique à l’époque du référendum sur le divorce; la rédaction du Jour du jugement à Fregene et enfin le succès posthume.

6En somme, il s’agit de l’histoire d’une vie, mais aussi d’une réflexion profonde sur la manière dont une génération de juristes – des hommes comme il faut, avant tout – qui a aujourd’hui disparu à tout jamais, a vécu et a participé, parfois de façon dramatique, à l’histoire italienne du siècle dernier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paolo Carta, « Come in un giudizio. Vita di Salvatore Satta. Vanna Gazzola Stacchini », Laboratoire italien [En ligne], 6 | 2006, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/248

Haut de page

Auteur

Paolo Carta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page