Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La foule en Italie (XIXe-XXe siècles)

De la folla delinquente à la follacultura : Scipio Sighele et Pasquale Rossi prophètes italiens de la modernité au tournant du siècle

Olivier Bosc
p. 37-56

Résumé

La naissance de la psychologie des foules en Italie, dans le creuset de la pensée criminologique lombrosienne, demeure encore largement méconnue. Les précurseurs italiens de Gustave Le Bon et de sa Psychologie des foules ont pour noms C. Lombroso, G. Sergi ou A. Niceforo. Mais les deux personnages les plus saillants de ce courant sont Scipio Sighele (1868-1913) et Pasquale Rossi (1867-1905). À la frontière entre savoir et politique ils définissent une science typiquement moderne, loin des fantasmes réactionnaires de domination des foules barbares. Authentiquement de gauche cette psychologie des foules prêche, non sans fantasmes hygiénistes et repentirs, la libération de la foule criminelle. Ces auteurs font de l’Italie à la charnière entre XIXe et XXe siècles le laboratoire d’une certaine modernité politique et esthétique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Du point de vue épistémologique l’existence d’un tel courant n’est plus discutable. Il est plus dif (...)

1La naissance de la psychologie des foules, à la charnière entre XIXe et XXe siècles, constitue l’un des points d’émergence de la modernité. Faire l’histoire de cette science, de sa constitution et de sa diffusion, c’est contribuer à mieux comprendre la genèse du XXe siècle. L’Italie apparaît justement comme le laboratoire scientifique et politique de l’émergence des foules qui, dans l’arc de temps allant de 1890 à 1900, deviennent objet de science. C’est ce que démontre l’étude de l’école italienne de psychologie collective1 à travers ses deux pionniers les plus connus. La folla arrachée, non sans quelques repentirs, aux domaines du fantasme et de l’imaginaire par Scipio Sighele (1868-1913) s’incarne ensuite comme réalité sociale et politique à travers l’œuvre de Pasquale Rossi (1867-1905).

2La publication de la Folla delinquente en 1891 – ouvrage traduit en français l’année suivante sous le titre La foule criminelle – est aux yeux des historiens l’événement qui marque le point de départ de la diffusion d’une nouvelle science : la psychologie collective. La notoriété dont Sighele jouit encore de nos jours auprès des spécialistes et de quelques érudits, est essentiellement liée à cet ouvrage. Une œuvre dont les contributions ultérieures dans ce champ de connaissance – des best sellers de Le Bon aux thèses de Freud – seront peu ou prou tributaires. Cette influence durable et profonde s’explique de fait assez mal aujourd’hui. Comment un livre de criminologie écrit par un disciple de Cesare Lombroso, en d’autres termes par le partisan d’un courant qui, de par son obsession anthropologique, est considéré comme la plus caricaturale expression de la science du XIXe siècle, a-t-il pu représenter le premier jalon d’une discipline typiquement moderne ayant ouvert la voie à la psychologie sociale ? Le titre du livre de Sighele a trop souvent fait office de résumé pour quelques auteurs pressés, encore affermis dans leur idée par ce qu’en avait écrit Gustave Le Bon dans sa Psychologie des foules :

  • 2 G. Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Puf, 1991, p. 6 en note.

Les rares auteurs qui se sont occupés de l’étude psychologique des foules, les ont examinées, je le disais plus haut, uniquement au point de vue criminel. N’ayant consacré à ce dernier sujet qu’un court chapitre, je renverrai le lecteur aux études de M. Tarde et à l’opuscule de M. Sighele : Les foules criminelles2.

  • 3 M. Ridolfi, Il PSI e la nascita del partito di massa 1892-1922, Roma-Bari, Laterza, 1992.

3Donc les commentateurs, jusqu’aux plus contemporains, ont considéré La foule criminelle comme un ouvrage d’anthropologie criminelle où se rencontraient dans leur plus simple appareil les pires fantasmes des classes dominantes concernant les classes dangereuses. Certes, il ne faut pas négliger cet aspect des choses. C’est effectivement une œuvre qui, sous le couvert du droit pénal, véhicule, et dans une certaine mesure exploite, les peurs concernant le refoulé – peuple, classes dangereuses, classes subalternes –, recouvert sous le terme générique de foule. Et la foule constitue justement le refoulé de la société italienne de l’époque dont l’œuvre de Scipio Sighele symbolise, en quelque sorte, le retour. La psychologie collective dont Sighele se fait, avec d’autres, le théoricien apparaît comme l’instrument essentiel et involontaire d’un processus, encore peu affermi dans ses moyens et ses méthodes. Il déclenche, pour reprendre une image forte empruntée au vocabulaire de la psychanalyse, le retour du réprimé – la foule, le peuple – dans la science, un réprimé jusqu’alors cantonné au domaine de la fiction et du roman. Cette irruption de la foule dans la science est concomitante de son incarnation en tant qu’acteur politique. Il revient au PSI, fondé par F. Turati en 1892, d’avoir été pionnier dans la mise en forme de l’action politique des foules3. La fécondité de l’école italienne de psychologie collective, dont les personnages principaux sont aujourd’hui nimbés d’oubli, est à la mesure de cette innovation. Et l’on doit à Pasquale Rossi d’avoir mis en forme, dans le prolongement des travaux de Scipio Sighele, une psychologie collective effectivement socialiste.

4Ainsi l’expression de « foule criminelle » contient-elle bien plus que l’univoque préoccupation d’ordre public qu’elle semble, pour unique contenu, renfermer. La foule criminelle annonce la politique de masse dont l’Italie des années 1890-1900 est le laboratoire en Europe.

Scipio Sighele : un criminaliste devant la foule

  • 4 Beaucoup plus tard, Sighele continuera à justifier cette proximité dans un texte intitulé « Cesare (...)
  • 5 Dans un ouvrage illustré sur Enrico Ferri (B. Franchi, Enrico Ferri, il noto, il mal noto e l’ignor (...)
  • 6 La teoria positiva della complicità, Torino, Bocca, 1894 et La coppia criminale, Torino, Bocca, 189 (...)

5En 1891 Scipio Sighele est un jeune juriste, élève d’Enrico Ferri à l’Université de Milan. Il est l’auteur remarqué d’une étude d’anthropologie criminelle intitulée La folla delinquente. Le titre choisi par Sigheleest un hommage direct à son second maître, Cesare Lombroso, symbole vivant de l’anthropologie criminelle et à son livre phare L’uomo delinquente4. Issu d’une vieille famille de la région de Trente, né à Brescia en 1868, Sighele est fils et petit-fils de magistrat. C’est sous l’impulsion de Ferri qu’il se forme aux théories de Lombroso et rejoint la phalange des disciples de la scuola positiva. Sighele passe pour avoir été l’étudiant préféré de Ferri5 à cette époque. L’apparente proximité affective se double d’une forte dépendance intellectuelle. De l’aveu même de Sighele, les Sociétés Criminelles, vaste œuvre en plusieurs volumes inaugurée vers 1891 et dont La folla delinquente constitue l’un des pans, fut entreprise sur le conseil de Ferri. La fresque est demeurée inachevée6, éclipsée par le succès international de La folla delinquente.

 « La foule criminelle », une œuvre criminologique. Le fantasme en majesté

6La folla delinquente ne dépare pas la Biblioteca di antropologia giuridica dirigée par Lombroso. Sighele s’y attache en effet à décrypter les causes mystérieuses d’un type particulier de criminalité : le crime de la foule. Empruntant la méthode de Lombroso et les objectifs de Ferri, Sighele tente d’appliquer à un nouveau secteur du droit les principes de la scuola positiva. Ce faisant, il va systématiser, de la même manière que Lombroso était parvenu à le faire au sujet du délinquant individuel, les peurs suscitées par la foule tout au long du XIXe siècle. Il peint le fantasme de la foule en majesté.

7Il est un trait caractéristique des travaux de l’école lombrosienne : chaque monographie émanant de la scuola positiva n’est jamais un texte figé et nécessite du coup une « généalogie » particulière. Nouvelles éditions, refontes, ajouts, suppressions, font qu’il est impossible et souvent nuisible à l’interprétation, de considérer isolément un volume. Le cas de la Foule criminelle est tout à fait significatif. Ce sont d’une part plusieurs livres qui se cachent sous un titre identique – les différentes éditions de 1891, 1892 et 1895 recèlent des évolutions notables – et d’autre part des titres nouveaux – I delitti della folla (1902) et L’Intelligenza della folla (1903) – qui recouvrent une œuvre déjà ancienne. Plus d’une vingtaine de versions et traductions différentes de La folla delinquente verront le jour. L’édition française de 1892, très proche de la version italienne de l’année précédente et qui sert de support à la plupart des traductions étrangères, doit servir de texte de référence.

  • 7 S. Sighele, « La folla delinquente », Archivio di Psichiatria e di Antropologia Criminale, XII, 189 (...)

8Lorsque Sighele publie en volume La folla delinquente, il est un jeune juriste venant d’achever sa tesi di laurea. Âgé d’une vingtaine d’années, il a déjà contribué aux grandes revues juridiques et criminologiques de son temps : l’Archivio Giuridico et surtout l’Archivio di psichiatria de Lombroso. Au début de l’année 1891 il a donné à cette revue un article en deux parties sur la question du crime des foules7. La première édition italienne de La folla delinquente n’est, en fait, que la reprise dans la Biblioteca Antropologico-giuridica (vol. XV, seconde série) de cet article. Le texte est complété d’un appendice comportant un jugement du tribunal de Bologne annoté par Ferri et des extraits de la jurisprudence naissante concernant le délit collectif. Encore rudimentaire, la première version italienne servira de noyau aux éditions successives et enrichies de l’œuvre. La première édition française, l’année suivante, intègre critiques et commentaires suscités par la première version ; elle offre surtout une audience internationale au texte.

  • 8 G. Pugliese, Del delitto collettivo, Trani, tip. Valdemaro, 1887. C’est à l’origine un article : «  (...)
  • 9 S. Sighele, La foule criminelle, P. Vigny (trad.), Paris, Alcan, 1892, p. V.

9Le sujet choisi par Sighele, montrant la fécondité de la scuola positiva, est d’actualité. Plusieurs études consacrées au délit collectif et à la responsabilité ont en effet été publiées précédemment en Italie, illustrant le caractère stratégique de la question sur le plan juridique8 et politique. « L’étude des crimes de la foule, écrit Sighele, est, en effet, très intéressante, surtout pendant cette fin de siècle durant laquelle – de la grève des ouvriers aux soulèvements publics – les violences ne manquent pas. Il semble qu’elle veuille de temps en temps soulager par un crime, tous les ressentiments que les douleurs et les injustices souffertes ont accumulés en elle »9. Sighele, à l’image de ses confrères, ne veut pas se perdre dans des considérations inactuelles. Une étude positive est avant tout une étude pratique. Elle doit viser à faire progresser le droit, encore empêtré dans des conceptions surannées.

  • 10 Ibid., p. VI.

La science, écrit-il, pas plus que les tribunaux, n’avait jamais pensé que parfois, au lieu d’un seul individu, le coupable pût être une foule. Lorsqu’on voyait paraître devant la justice quelques individus, qu’on avait pu arrêter au milieu d’un tumulte, les juges croyaient avoir devant eux des hommes qui d’eux-mêmes, volontairement, étaient venus s’asseoir sur ces bancs infâmes, tandis qu’ils n’étaient que les quelques naufragés jetés là par la tempête psychologique qui les avait entraînés à leur insu10.

10L’étude de la foule criminelle vise aussi à remettre en cause la théorie du libre-arbitre, lutte chère à Ferri. L’homme est déjà victime de ses propres instincts, mais il s’avère sensible à une influence extérieure tout aussi négative : la suggestion de la foule. Ce sont les circonstances qui motivent alors son action et l’homme impliqué dans ce type de délit s’apparente au criminel d’occasion. Les juristes positivistes substituent alors au principe du libre-arbitre celui de la défense sociale ; puisque certains individus sont dangereux malgré eux, il faut instituer des mécanismes pour protéger la société de leurs méfaits. Les études anthropologiques sur les criminels visent justement à informer la société sur les dangers qui la menacent. Sighele, en considérant le phénomène de la délinquance collective, met en lumière l’inadaptation des instruments habituels d’analyse, incapables d’expliquer un processus inquiétant : dans la foule l’homme sain se transforme en homme pervers. Cette perspective, l’abolition des frontières tracées par l’investigation anthropologique lombrosienne entre le normal et le pathologique, appelle de la part de la défense sociale la mise au point d’un nouvel instrument d’analyse. La psychologie collective, cette science « encore enfant » selon Sighele, est cet instrument.

  • 11 Une théorie forgée à la même époque par l’anthropologue romain Giuseppe Sergi.

11La physio-psychologie de la foule, premier volet de l’œuvre, constitue une sorte de tribut payé à la théorie du maître, Cesare Lombroso. Sighele adopte sa méthode et valide, en la transformant, l’hypothèse développée dans L’Uomo delinquente. Par une définition essentiellement négative de la foule, il focalise le regard sur son expression la plus pathologique : la foule criminelle. Lorsqu’il évoque le facteur anthropologique, c’est-à-dire la composition anthropologique de la foule, il adopte – même s’il estime dans le même temps que la foule est plus que la somme de ses parties – une approche strictement lombrosienne. Une foule criminelle, c’est avant tout une foule composée d’hommes criminels, ces criminels-nés dont Lombroso a révélé dans ses travaux la tendance à se réunir pour mal faire. Mais ce n’est plus l’atavisme physique – réapparition à l’époque moderne d’un sauvage préhistorique : l’homme criminel – qui est seul en œuvre mais l’atavisme psychique11, régression mentale subie par les hommes présents au cœur de la foule. Sighele combine cette influence avec les phénomènes psychologiques d’imitation, de contagion et de suggestion. Autant d’explications nouvelles avancées pour justifier une thèse unique et inchangée : le comportement violent et la nature atavique de la foule.

12Dans le livre de Sighele le fantasme de la foule apparaît en majesté. L’empire de la foule s’exerce principalement sur les classes dangereuses et va, s’élargissant, jusqu’aux parties réputées saines de la société. En effet, les individus dotés de raison et éduqués peuvent être, eux aussi, victimes d’un phénomène de régression instantané qui les transforme en primitifs. Une conception qui, d’une certaine façon, rend caduque une lecture de classe trop univoque de la foule criminelle sighelienne.

Un ouvrage psycho-sociologique

13Bien que l’essentiel de la conception socio-politique de cette œuvre réside en une vision péjorative et barbare de la foule en tant qu’émanation des classes dangereuses, le texte va donc beaucoup plus loin. L’introduction, « La sociologie et la psychologie collective », ouvre des perspectives bien plus larges. Elle se veut l’approfondissement d’une pensée de Ferri selon laquelle « dans les faits psychologiques, la réunion des individus ne donne jamais un résultat égal à la somme de chacun d’eux ». Le développement de cette intuition proprement sociologique constitue l’aspect le plus innovant du travail de Sighele. L’analyse que le fameux sociologue Robert Park, fondateur de l’école de Chicago, met en exergue dans sa thèse, combinée avec la contribution sighelienne à l’anthropologie criminelle, illustre bien la manière dont Sighele est conduit, nolens volens, à s’éloigner de son lombrosisme initial.

  • 12 R. E. Park, Masse und Publikum, Bern, Lack und Grunau, 1904, trad. américaine de C. Elsner, The Cro (...)

Pour Sighele et pour d’autres membres de son école, écrit R. Park, le problème de la foule était socio-psychologique. Ceci induisait une rupture complète avec les méthodes de l’école juridique positiviste italienne dont l’approche de Sighele était dérivée, car l’école italienne ne recherchait l’explication à l’immoralité de la foule que par une investigation anthropologique des caractéristiques physiques et mentales de chaque individu en faisant partie12.

  • 13 D’où son texte de 1895 contre le parlementarisme, largement surestimé d’ailleurs : Contro il parlam (...)

14La première version de la Foule criminelle contient in nuce cette orientation malgré des tentatives, sans cesse réitérées, de trouver dans les déterminations individuelles, jusqu’aux plus infimes, une prise pour l’investigation anthropologique. L’étude juridique sur le crime collectif oblige Sighele à dégager des lois psychologiques générales qui échappent à son champ scientifique initial. Bien qu’il reconnaisse l’existence de l’âme de la foule – une concession que ses vrais ennemis se refuseront toujours à faire – et qu’il déclenche en quelque sorte le retour du refoulé, il marque de manière très nette sa défiance envers elle. Une défiance qu’il aura tendance à étendre de manière uniforme à toutes les manifestations de l’action collective13. C’est à ce titre que sur le plan sociologique l’œuvre est véritablement pionnière.

La portée juridique : tribut à la défense sociale

15Si, sur le plan de la méthode, Sighele oscille dans La foule criminelle entre diverses orientations, les objectifs de l’ouvrage sont clairement posés. Il poursuit la réflexion entamée dans sa première recherche sur la complicité et tire de sa démonstration des conclusions essentiellement juridiques. Sighele s’attache en premier lieu à prouver que les idées de l’école classique de droit pénal en matière de délit collectif sont dépassées. Il présente ensuite des solutions positives et pratiques à la question de la foule criminelle en accord avec les nouveaux principes de la défense sociale. Rappelant la parenté du criminel passionnel et du criminel suggestionné par la foule, l’auteur pense entrevoir une solution pour pallier ces insuffisances :

  • 14 S. Sighele, La foule criminelle, op. cit., p. 29.

Avec notre code, et dans un cas particulier tel celui qui offrit l’occasion à M. Pugliese de formuler sa théorie on ne peut mieux arriver au but désiré de faire punir les crimes d’une multitude avec plus d’indulgence que ceux des simples individus autrement qu’en invoquant la demi-responsabilité14.

16La remise en cause de la responsabilité est l’axe principal de la révolution pénale menée par les juristes positivistes. Sighele, par son étude, lui offre un nouvel objet. Le criminel n’est pas, au sens large du mot, responsable de ses actes puisque ses instincts, sa psychologie et le milieu sont les véritables facteurs du délit. Appliquée à la foule, la notion de responsabilité au sens de l’école classique devient tragiquement inconsistante. La foule ne peut pas être pénalement responsable, puisque la sanction de cette responsabilité se révèle inapplicable. Du coup, on transfère vers les individus composant la foule, vers ceux qui ont commis un délit au milieu d’une foule, la responsabilité. Sighele, qui a évoqué les récentes découvertes en matière de suggestion hypnotique, s’appuie sur ces dernières pour bouleverser cette interprétation. Certains individus sont plus disposés que d’autres à la suggestion hypnotique. Ce sont eux qui, au milieu d’une foule, étant donné leur prédisposition, deviennent criminels.

  • 15 Ibid., p. 149.

Le crime commis par un individu dans la fureur d’une foule, affirme-t-il, aura donc toujours une partie (si petite qu’elle soit) de ses causes dans la constitution physiologique de son auteur. Celui-ci en sera par conséquent toujours légitimement responsable15.

17La temibilità de certains individus – pour l’école positiviste nouveau fondement du droit de punir – se mesure à leur degré de moindre résistance à la suggestion de la foule. Foule dont la puissance est telle qu’elle transforme des hommes honnêtes en criminels. L’examen de ces conclusions juridiques prouve qu’à nouveau l’auteur se conforme à l’orthodoxie lombrosienne en recherchant in fine dans la constitution psycho-physiologique de l’individu la source de sa responsabilité. La vulnérabilité à la suggestion hypnotique, expression d’une faiblesse morale dangereuse pour la société, devient alors le critère individuel de la culpabilité.

  • 16 Carlo Lessona réagit dans La giustizia, Giovanni Pugliese dans la Rivista di giurisprudenza et R. G (...)
  • 17 Raffaele Garofalo, à la différence de Lombroso ou Ferri, n’est pas socialiste. Son objection à la d (...)

18Sur le plan pratique, la procédure à suivre lorsqu’une juridiction doit se prononcer sur le cas d’un homme reconnu coupable d’un délit ou d’un crime commis dans le tumulte d’une foule, découle de cette découverte. Sighele affirme le principe de la demi-responsabilité. Un point sur lequel les critiques positivistes, par ailleurs assez favorables à l’ouvrage, se focalisèrent en Italie16. Garofalo pensait notamment que les criminels-nés devaient être considérés comme pleinement responsables et les criminels d’occasion demi-responsables seulement17. Sighele objecte qu’une telle différenciation dans le traitement pourrait se justifier mais rendrait les choses confuses. Aussi affirme-t-il la nécessité d’appliquer la demi-responsabilité à tous les individus impliqués dans des délits commis sous la suggestion d’une foule, quels qu’ils soient. Cette conclusion, renforcée par une abondante jurisprudence, fera, accessoirement ou non, de l’interprétation juridique sighelienne un outil de défense des propagandistes socialistes accusés par le pouvoir, au regard de leurs activités politiques, d’association de malfaiteurs.

Entre appropriation et détournement : le destin de « La folla delinquente » en Italie

  • 18 G. Fioretti, « S. Sighele, La folla delinquente », La Scuola Positiva, I, 4, 1891, p. 177-179.
  • 19 A. Dello Sbarba, « Un’altra vittoria della teoria sulla folla delinquente », La Scuola Positiva, 22 (...)

19Le livre fut assimilé au reste de la production de la scuola lombrosiana et loué et contesté en conséquence. La scuola positiva, revue pénale de Florence dirigée par l’avocat Fioretti, parle du début « triomphal » de la carrière du jeune Sighele18. Le texte, prolongement d’une idée de Ferri et soutien sur le terrain des tribunaux de la conception de Pugliese, a, il est vrai, une véritable finalité pratique. La revue recensera scrupuleusement par la suite les victoires de cette théorie devant les tribunaux italiens19.

  • 20 G. Fioretti, « S. Sighele, La folla delinquente », art. cit., p. 179.

En plus de ces enseignements, commente Fioretti dans sa recension de 1891, une autre considération peut se déduire du livre de Sighele. Aujourd’hui où l’on aborde sans cesse la question sociale et que nous craignons tous plus ou moins ouvertement le renouvellement des scènes sanglantes de la Révolution Française, parmi les nombreuses œuvres qui sont écrites pour ou contre, parmi les nombreux remèdes plus ou moins utopistes que l’on imagine, aucun moyen ne serait plus efficace pour éloigner le péril des révolutions violentes que celui de démontrer que ces révoltes sanglantes, injustifiables devant la complète liberté d’opinion et le suffrage universel, sont facilement provoquées par la présence dans la foule de types criminels. Et la douceur excessive de nos juges et de nos lois, dont la sévérité se déchaîne seulement contre les malheureux contrevenants honnêtes à l’enregistrement et au droit de timbre, ne sert qu’à accroître le nombre des criminels oisifs dans nos rues, alors que la fermeté devrait non seulement servir à garantir la société contre le délit commun, et à l’orienter pacifiquement, sereinement, sans violence ni bain de sang à la résolution, si elle est concevable, des grands problèmes sociaux et à la prévention des crimes politiques20.

20Le commentaire de Fioretti révèle la portée politique sous-jacente du livre de Sighele. La foule n’est pas criminelle parce qu’elle est la foule. Les classes dangereuses ne sont pas les classes laborieuses, ce que Sighele démontre en brisant l’amalgame injuste dont les tribunaux se satisfont sans états d’âmes.

  • 21 Dans le bulletin bibliographique de la revue socialiste Critica Sociale, Adolfo Zerboglio qualifiai (...)

21Adolfo Zerboglio, criminaliste et socialiste, réagit dans La Critica sociale, la revue de Filippo Turati21. Une recension bienveillante, mélange de connivence intellectuelle – la revue accueille souvent des lombrosiens – mais aussi de clairvoyance quant aux retombées concrètes sur le plan juridique de cette théorie. Les socialistes réformistes italiens apparaissent concernés au premier chef par une théorie leur permettant de répondre sur le terrain du droit aux attaques dont ils sont victimes. En effet, la justice italienne tranche à l’époque le cas de militants socialistes accusés d’association de malfaiteurs. Cette entrave à la propagande du parti et particulièrement aux rassemblements accompagnant les épisodes de contestation sociale, grèves et manifestations, est effectivement contrée par les avocats positivistes à l’aide de la théorie juridique forgée par Sighele.

  • 22 Une divergence qui retrouve son écho dans les parcours de Ferri et de Sighele. Le premier ira jusqu (...)

22Il faut cependant demeurer prudent sur la portée pratique de ce livre pour les socialistes. La polémique courtoise sur l’intelligence de la foule développée ultérieurement entre Ferri et Sighele, laisse entrevoir une différence d’appréciation notable entre les deux hommes22. L’ambivalence marquée de l’ouvrage – il condamne l’action violente de la foule criminelle et cependant énonce une théorie juridique disculpant les individus qui y sont associés – correspond cependant bien à la propagande socialiste réformiste de l’époque : tout en refusant la révolution sur le plan politique, elle défend ses militants impliqués dans des actions collectives et traînés devant les tribunaux.

23Sighele, de sensibilité plus radicale que socialiste, n’ira pas plus loin dans cette voie, au grand regret de Ferri. Il trouvera en Pasquale Rossi, autre figure de l’école italienne de psychologie collective, un relais plus efficace et l’amorce d’une psychologie collective d’inspiration socialiste.

Une psychologie collective socialiste : Pasquale Rossi

  • 23 T. Cornacchioli, Questione culturale e Mezzogiorno. La svolta culturale dell’Accademia Cosentina du (...)

24Pasquale Rossi est de la même génération que Sighele et malgré leur positivisme commun, tout les sépare : l’un est méridional, l’autre homme du Nord, l’un est médecin, l’autre juriste, l’un est socialiste, l’autre irrédentiste. Pasquale Rossi, encore jeune étudiant, est arrêté à Naples lors d’une émeute et se retrouve condamné à six mois de prison. L’épisode marque sa première rencontre avec la foule. Devenu chirurgien, il s’établit à Cosenza en Calabre. Socialiste, personnalité et élu local23, il ouvre une consultation pour les pauvres. En 1898, au plus fort de la répression antisocialiste, il organise un comité pour venir en aide aux détenus politiques victimes de la répression gouvernementale. C’est à cette époque que Rossi publie ses premiers travaux consacrés à la psychologie collective. Ami de Paolo Orano, en délicatesse avec Turati, il est proche des socialistes intransigeants dirigés par Enrico Ferri. Son décès précoce en 1905 met un terme à sa carrière savante et politique.

  • 24 Cf. notice « Pasquale Rossi », in Il movimento operaio italiano. Dizionario biografico 1853-1943, F (...)
  • 25 L’anima della folla, Cosenza, Riccio, 1898 ; Mistici e settari : studio di psicopatologia collettiv (...)
  • 26 Les suggesteurs et la foule, A. Bouchard (trad.), Paris, Alcan, 1904.
  • 27 Cinq fascicules seront publiés en 1901 et un seul en 1902 au moment où la revue cessera de paraître

25Encore jeune militant socialiste, Rossi avait adressé à Turati une lettre ouverte publiée sous la forme d’un volume intitulé I perseguitati24 où il s’en prenait ouvertement à la posture réformiste du grand leader socialiste. Ses études dans le champ de la psychologie ne sont pas à proprement parler politiques, mais elles prolongent dans un sens plus révolutionnaire le programme d’éducation socialiste des foules dont le PSI est le promoteur dans les années 1890. En quelques années il publie plusieurs monographies très complètes25, dont l’une est traduite en français chez Alcan26. Rossi fonde même en 1900 une revue consacrée à la psychologie collective, L’Archivio di psicologia collettiva e scienze affini27, qui rassemble des collaborateurs prestigieux : B. Alimena, J. Destrée, E. Ferri, L. Ferriani, A. Groppali, G. Lebon (sic), A. Marro, F. Puglia, A. E. Schaeffle, F. Squillace, S. Sighele, G. Tarde, G. Vadalà Papale et E. Vanderwelde. L’aspect le plus marquant de ses travaux fut sans doute la mise au point, sous les auspices du socialisme, d’une science d’éducation de la foule baptisée « démopédie ».

Esquisse d’une éducation de la foule

  • 28 E. Ferri, I delinquenti nell’arte, Genova, Libreria editrice ligure, 1886-1888, p. 485-488.

Esquisse d’une éducation de la foule : voilà le nouveau monde d’où l’art doit tirer désormais inspiration et tourments, imprécations et vœux [...]. Foule émaciée, mal « nourrie », sale, grossière, pervertie – mais cependant simple, laborieuse, altruiste, sans en avoir conscience, et bonne et humaine dès qu’un rai de lumière descend dans les antres moisis ou dans les cavernes boueuses, où la vermine humaine s’enchevêtre, par les villes et par les campagnes désertes ; et dans l’adulte où se corrompt chaque fibre du corps et de l’âme ; dans la femme où s’empoisonne toute source de la sainte maternité, chez l’enfant à qui l’on vole chaque lueur de joie infantile ; avilis tous, abandonnés, oubliés – tourbe anonyme – à la croix sanglante du travail séculaire d’ilotes28.

26Ces lignes du juriste Enrico Ferri remontent aux années où sa défense des paysans mantouans lui assure une popularité grandissante. Elles sont typiques du socialisme éducateur de la plèbe dont Ferri se fait, durant ces années, le promoteur. Il s’y révèle une prescience du rôle que les foules ont à jouer dans l’avenir. Elle fait alors défaut à la plupart des leaders socialistes, convertis seulement beaucoup plus tard, et avec beaucoup de réticence, ainsi que le prouve le cas de Filippo Turati méfiant envers les emballements ponctuels de la foule. La vision animale des classes subalternes, typique des représentations en vigueur dans la criminologie lombrosienne, se mélange chez Ferri d’une approche plus positive de ces dernières. C’est à partir de cette conviction encore peu affermie que le sociologue positiviste, Rossi, presque dix ans plus tard, jette les bases de sa follacultura.

La « follacultura »

  • 29 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 269.
  • 30 Ibid., p. 270.
  • 31 Rossi souligne les mérites de Sighele en la matière : « Ce qui n’empêche pas, ajoute-t-il, que le p (...)
  • 32 Ibid.

27Dans ses recherches sur la foule il prolonge les pistes ouvertes par les lombrosiens et par Sighele en particulier. La Biblioteca antropologico-giuridica, la collection phare des anthropologues criminalistes, accueille d’ailleurs ses travaux sous un titre évocateur : La psicologia colletiva morbosa. Il s’agit d’un texte essentiel pour comprendre la longue marche des intellectuels socialistes vers la foule. Délibérément, Rossi s’écarte de la vision pathologique et criminelle de la foule, orientation considérée cependant avec bienveillance en tant qu’archéologie nécessaire d’un nouveau savoir. Il prolonge le travail entrepris par Sighele et prouve la possibilité et la nécessité de l’élévation morale de la foule. « Ce n’est qu’aujourd’hui, affirme-t-il, qu’il est possible de parler d’une science de l’éducation de la foule, puisque ce n’est que depuis peu que la foule appartient et coopère à l’histoire, qu’elle a conscience d’elle-même […] »29. Il ne rejette pas l’ensemble des présupposés théoriques établis jusqu’ici par les études des criminalistes, études précieuses qui forment le point de départ d’une « éducation collective scientifique »30. Rossi, brisant néanmoins ici un dogme central, estime que la foule est éducable. Les prophètes de la mort de l’art à l’âge des foules, ou Sighele avec ses funestes prédictions31, se sont trompés. « C’est moi qui, affirme-t-il […], considérant avec raison et amour la foule, en découvris les composantes qui témoignent non seulement d’une vie normale, mais encore d’une capacité nouvelle à l’éducation »32. Rossi se félicite que désormais d’autres savants s’accordent avec lui sur cette éducabilité des foules, nouveau produit de l’évolution.

  • 33 Ibid., p. 272. La leçon en question fut reprise sous la forme d’un article publié sous le titre : « (...)

Je suis heureux, poursuit-il, de voir Sighele dans une leçon – la dernière d’un cours à l’Université libre de Bruxelles – élever un hymne aux gloires de la foule, répéter mes observations sur son œuvre géniale et annonciatrice, soulever le problème de l’éducation qui tourmentait mon âme33.

28Ce programme correspond trait pour trait à la mission de civilisation des foules que les intellectuels socialistes se sont assignée. Rossi en délimite avec précision les étapes :

  • 34 Ibid.

Une éducation de la foule doit se proposer : 1° d’être complète – c’est-à-dire, non seulement physique, mais intellectuelle et morale – ; 2° d’annuler dans la foule les états de conscience passés, pour en créer de nouveaux et de supérieurs et en les rendant stables ; 3° d’éduquer les actifs, afin qu’ils ne projettent pas une ombre triste et grave sur la foule et d’élever les amorphes, composante principale de la foule et d’en faire des caractères passionnés, afin qu’ils ne soient pas l’objet de suggestions criminelles ; 4° de favoriser les formes dynamiques de la foule au détriment des formes statiques, spécialement dans les aspects de la vie trop sentimentaux et passionnels (éventualités politiques, religieuses, etc.)34.

29Il baptise cette mission de follacultura, un terme sans équivalent acceptable en français, quelque chose qui s’apparenterait à la fois à la culture populaire et à la culture de masse.

  • 35 Ibid., p. 279-280.

La follacultura, poursuit Rossi, puise son origine dans le rôle croissant assumé par le prolétariat ayant conquis la conscience historique de sa mission, d’où découle sa croissante et grandissante importance politique […] Si les classes élevées sentent qu’il faut que la foule s’éduque, que ce soit afin de répondre aux besoins de la production ou à ceux plus élevés et plus généraux de la civilisation, celle-ci, à son tour, a l’intuition que sa libération réside au terme de son éducation35.

30Rossi conçoit la relation entre la foule et ses éducateurs de manière dialectique, ce qui tranche nettement avec les représentations en vigueur habituellement dans les élites socialistes. Le processus de civilisation de la foule n’est plus seulement l’œuvre d’une élite intellectuelle socialiste déversant sa science sur les sauvages assemblées.

  • 36 Il cite d’ailleurs de nombreux extraits du livre du socialiste belge Jules Destrée : Préoccupations (...)

31Rossi donne en exemple le socialisme belge dans lequel la follacultura, partie intégrante du programme politique de cette formation, est mise en œuvre avec grand succès36. En Belgique le parti socialiste a créé de grandes coopératives, des bibliothèques populaires, et surtout un vaste réseau d’universités populaires dont l’Université Nouvelle de Bruxelles est, selon l’Italien, l’application la plus heureuse.

  • 37 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 280.

Mais, écrit-il encore, là où l’action éducatrice apparaît de la manière la plus complète et la plus évidente, c’est dans le champ de la culture esthétique, que beaucoup dénient à la foule, en ignorant que d’elle procèdent l’inspiration et la technique des artistes les plus choisis alors que les premiers et solennels monuments artistiques furent son œuvre37.

  • 38 P. Rossi fait sans doute référence ici à l’Université Populaire du faubourg Saint-Antoine fondée et (...)
  • 39 Il évoque le Ruskin Hall du collège ouvrier d’Oxford crée par John Ruskin.

32Là encore, le socialisme belge peut mettre à son actif des réalisations dont le socialisme italien devrait s’inspirer. À la maison du peuple de Bruxelles sont dispensés des cours populaires d’esthétique et l’on y donne des concerts de Brahms et de Wagner. Ces initiatives rejoignent et complètent celles qui sont menées dans le domaine moral : conférences contre l’alcoolisme, contre les spectacles licencieux, campagne contre le carnaval. La plupart des pays européens, des University Extension londoniennes à l’Université Populaire de Paris38, possèdent des institutions de follacultura. Mais c’est en Allemagne que ce mouvement est le plus vivace. Rossi y dénombre 343 bibliothèques ouvertes aux ouvriers, et en un an 508 spectacles et 3300 conférences dispensées en direction du public populaire. Les Circoli di cultura et La società per la cultura scientifica del popolo compensent en Italie bien modestement l’absence de véritables universités populaires. Rossi insiste surtout sur le rôle de l’art dans l’éducation des masses, ou de certains de ses secteurs, en louant tout particulièrement les bienfaits du théâtre sur le public populaire39.

Présupposés, méthodes et moyens de la « follacultura »

33En fait, la follacultura ne peut s’enraciner que dans une population saine sur le plan de l’hygiène et chez des individus équilibrés sur le plan psychique. C’est en ce sens qu’elle complète et prolonge l’entreprise hygiéniste promue par les socialistes positivistes. Dans l’esprit de Rossi le socialisme municipal et la législation sociale étatique doivent prendre en charge ces objectifs d’hygiène élémentaire. Cette lutte contre la dégénérescence fait partie intégrante du programme socialiste. Ce n’est qu’une fois ces objectifs atteints que l’on peut envisager la mise en œuvre de la follacultura destinée à élever moralement la collectivité dans un processus de civilisation non plus seulement physique mais moral, non plus seulement individuel mais collectif.

  • 40 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 289.

La follacultura, explique Rossi, est la science qui vise à élever l’âme de la foule, aussi bien en dissolvant et en étouffant dans la mer de l’oubli et de l’inconscient les vieilles couches de conscience pour en créer de nouvelles, qu’en rendant continue son action dans le champ de la vie et de la pensée, en renforçant l’habitude du bien et en chassant l’intermittence du délit, de l’égoïsme, du préjugé40.

  • 41 G. Sergi, « Psicosi epidemica », Rivista di filosofia scientifica, 1889, p. 151-172.

34Le vocabulaire criminel, comme chez les leaders socialistes, sert ici à caractériser ces foules barbares et immatures, foules du passé, qu’une action éducative doit rendre modernes. Leur transformation vise à les délivrer des instincts primitifs, qu’ils soient dominants de manière permanente, c’est-à-dire propres à l’âme de la foule, ou temporaires, c’est à dire imposés par une volonté extérieure. Il faut abolir la prédominance des strates ataviques, celles dont Sergi41 avait démontré la prégnance dans la foule. C’est une manière d’éteindre l’influence néfaste des « suggesteurs » dont Rossi a montré la puissance dans un autre ouvrage.

  • 42 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 298.

L’œuvre d’éducation de la foule, explique-t-il, doit contribuer à la formation du caractère ; élever la foule fera sortir de sa masse amorphe – sur le plan psychique – une autre foule, forcément dotée de certains caractères anciens, mais enfin immune de l’influence des fous ou des criminels ordinairement capables de l’entraîner, en exploitant son altruisme impulsif inné et paradoxal42.

35Nous sommes bien loin d’une foule assemblée et sous le contrôle d’une élite ou d’un leader.

36Les positions de Rossi dans le domaine de la psychologie collective sont parallèles à celles des représentants du socialisme juridique dans le domaine du droit pénal. Cela transparaît dans le programme d’éducation intégrale jugé nécessaire au regard du poids de l’exploitation capitaliste – responsable du sort terrible des classes inférieures – et dont Rossi assigne à l’État, en écho à E. Ferri, la réalisation :

  • 43 Ibid., p. 301.

Nous demanderons en vain à la foule émaciée et mal nourrie qu’elle s’éduque ; nous lui demanderons en vain l’éclair du génie et la pratique constante et éclairée du bien avant qu’une vie plus humaine, un salaire plus élevé, une hygiène plus amoureusement répandue, plus jalousement observée, ne descendent revivifier la foule. Elle exige, plus encore que l’oxygène qu’elle respire dans les antres moisis, que l’État ne lui conteste plus cette liberté, pour laquelle, dans la lutte continuelle contre le capital, elle puisse revendiquer des conditions fondamentales sans lesquelles la dégénérescence organique, fruit d’une douleur séculaire et de l’exploitation, perdure et qui en perdurant, la prive de l’espoir d’un avenir plus heureux. Elle demande la liberté, afin qu’ayant conquis elle-même l’air et la lumière, la dignité d’homme et de citoyen, elle ne demeure pas plus longtemps étrangère à sa propre terre, étrangère à cette civilisation qu’elle crée, mellifère éternelle – selon la parole biblique – non pour elle mais pour autrui. Cependant, si avec un peu de temps la classe qui dirige sait témoigner d’un intérêt conscient et bien compris, rien ne doit l’emporter sur le souci de cette foule, qui vit et s’agite, aussi bien saine et normale, laborieuse et moderne. Il suffit que la classe dirigeante pense de quelles épidémies psychiques et de quels délits la foule est capable, et elle sentira qu’il faut éduquer cette immense horde de barbares non plus aux frontières de son empire, mais dans les fondements de la civilisation, car elle est prête à exploser comme le plus grand amas de poudre que l’ignorance et l’exploitation séculaire aient jamais accumulé43.

37Le crime de la foule est une sentinelle qui témoigne de l’urgence de la réforme en matière sociale. Le cycle doctrinal de la science de la foule révéla dans ses premières études sa puissance destructrice, ses ultimes recherches doivent désormais montrer ce qu’il faut mettre en œuvre pour l’élever.

La démopédie

  • 44 P. Rossi, « La demopedia », Rivista di filosofia e scienze affini, Année VII, vol. II, 4-6, octobre (...)

38Rossi va poursuivre dans la voie inaugurée lors de la publication de La psicologia colletiva morbosa. L’un des derniers articles qu’il ait publié avant sa disparition précoce, dans une revue de sociologie dirigée par Giovanni Marchesini, est de première importance44. Rossi se fait dans ce texte le théoricien de la démopédie. La démopédie, par opposition à l’orientation plus générale définie dans la follacultura, est pensée par Rossi en tant que science.

  • 45 Ibid., p. 724.

39Pour Rossi, le développement de la psychologie collective et sociale est le reflet de la participation grandissante des masses à la vie moderne. L’éducation de la foule, déjà mise en valeur auparavant, doit désormais être l’objet d’une discipline scientifique autonome : la démopédie, définie en tant que « science de l’éducation des attitudes organiques et psychiques de la foule, considérées tant sur le plan dynamique que statique »45.

40À cette définition de base Rossi ajoute plusieurs compléments :

41a) L’objectif de la démopédie est que le prolétariat acquière une éducation intellectuelle et morale propre et de son temps, qui le rapproche des éléments des classes cultivées ; que les individus des classes cultivées intègrent sa culture ; que la foule, dans son ensemble, s’éduque à l’exercice de nouvelles fonctions, en relation avec des idéalités sociales toujours renouvelées.

42b) La démopédie, en tant que méthode, utilise les enseignements destinés aux grandes masses tirés des lois de l’esprit collectif ; c’est pourquoi celle-ci est collective dans sa finalité comme dans ses méthodes.

43c) La démopédie, comme fonction, de façon générale, est tout d’abord réalisée par l’œuvre des classes supérieures et des couches intellectuelles d’une société donnée, puis elle est poursuivie par la foule elle-même. En tous les cas, le besoin de l’éducation de la foule est provoqué et assouvi pour des raisons historiques, d’où émerge le prolétariat moderne.

44d) La démopédie, considérée dans sa nature, est en même temps art et science. Et si, comme science, elle étudie et découvre des lois, c’est en les déduisant des autres disciplines par rapport à elle fondamentales ; en tant qu’art, ces lois posent que la foule doit éduquer.

  • 46 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 725.

45e) Enfin la démopédie, en tant qu’orientation, se divise en une section générale et une autre particulière et différentielle46.

  • 47 Dans le chapitre de L’animo della folla intitulé « Il valore sociale della folla e la sua educabili (...)
  • 48 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 726.
  • 49 Ibid., p. 727.

46La question de l’éducation de la foule, déjà abordée dans ses travaux précédents47, est ici définitivement résolue. La formule de Sighele (« dans la foule si la pensée se soustrait, le sentiment s’additionne, surtout s’il est atavique et criminel, si bien que s’unir au fond signifie se rendre pire »), est jugée sans nuances, fruit d’une confusion grave entre l’aspect statique et l’aspect dynamique de la foule. En quelque sorte Rossi dépasse et féconde les positions sigheliennes en démontrant « le profond dynamisme et l’utilité sociale des états psycho-collectifs sains »48. La foule primitive a créé le langage, les légendes, les mythes, les rudiments de l’industrie et des arts. La foule, dynamiquement, pense et crée, on lui doit les premiers produits socio-psychiques, et statiquement elle diffuse, intègre et corrige la pensée de l’homme exceptionnel, le génie. La transformation de la société, l’évolution humaine sont les fruits d’une œuvre individuelle géniale mais qui ne pourrait pas s’imposer si elle n’était pas validée par la foule. « Or donc, affirme Rossi, si, du point de vue dynamique on ne peut pas nier à la foule la pensée ; si statiquement, on doit lui reconnaître un magistère de pensée partiel ; il est possible de créer en elle, avec le temps, des tournures d’esprits nouvelles »49. La foule est bel et bien éducable et ceux qui font appel à l’histoire pour démontrer son caractère incorrigible se trompent, car ils attachent trop d’importance aux grands événements, aux grands crimes collectifs. Rossi évoque les héroïsmes anonymes de la plèbe, les expressions de son génie collectif. La foule est capable de ressentir le plaisir artistique, la sensation du beau éprouvée par l’intermédiaire des sens les plus simples, la vision et l’audition.

  • 50 Ibid., p. 729.

Mais il y a encore plus, ajoute-t-il. À chaque époque son idéal animant l’esprit public et se reflétant dans de grandioses conceptions scientifiques et artistiques. Par le passé ce fut la religion ; puis la patrie ; c’est aujourd’hui au tour de la foule, par ses douleurs et ses espérances, ses joies et ses peurs, ses crimes et ses héroïsmes, d’offrir à l’art des inspirations nouvelles et puissantes. […] Je sais que le jour où la foule sera ouverte au plaisir esthétique, la fonction sociale de l’art en sera intensifiée50.

Éducateur contre meneur

  • 51 Ibid., p. 730.

47La démopédagogie, dont les lois de la psychologie collective prouvent l’existence, demeure une tâche difficile. L’Histoire a montré comment les foules pouvaient être façonnées et éduquées par les meneurs. Mais comme le déplore Rossi « aucune science n’a pu créer ces intentions heureuses et ces dispositions innées, non de domination, mais d’éducation de la foule »51. Citant William James, le savant italien estime que si la psychologie est une science, la pédagogie, elle, est un art. La démopédie exige, certes, des connaissances théoriques, mais elle appelle surtout des conditions de milieu et des dispositions qui différencient radicalement le meneur de l’éducateur :

  • 52 Ibid., p. 731.

En vérité, alors que le meneur exerce sur la foule une action toujours fugitive, parfois méchante, l’éducateur moins suggestif dans l’instant présent, mais non pas moins dépourvu d’intuitions heureuses à propos de l’âme collective, laisse des empreintes durables et crée lentement ces nouvelles habitudes physiques, mentales et morales, qui font de la démopédie une science et un art52.

  • 53 R. Resta De Robertis, « La psicologia collettiva come scuola », Rivista Italiana di sociologia, sep (...)
  • 54 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 732.

48La démopédie est une sorte de pédagogie en grand. L’auteur revendique d’ailleurs une proximité avec les travaux de Raffaele Resta De Robertis53 et avec la pédagogie sociale, tout en rejetant l’élitisme. « Pour le sujet éducateur, écrit Rossi, la démopédie en tant qu’art et en tant que science, ne descend d’aucun pouvoir spirituel, constitué de manière erratique : elle germe de l’état concret de la foule, produit de l’élan initial des éléments les plus intellectuels et les plus avancés de la bourgeoisie »54. Cette science répond à des besoins concrets : 1) Intégrer collectivement la culture là où elle est déficiente. Cela concerne les classes cultivées encore rétives à l’évolution sociale. 2) Créer collectivement la culture là où elle manque. Cela s’adresse surtout aux classes ouvrières auxquelles :

  • 55 Ibid., p. 733.

l’occupation constante du travail manuel enlève toute sorte de culture de l’esprit, à tel point qu’elles vivent dans l’ignorance des lois de la vie et de la pensée, ce qui fait d’elles des sauvages perdus au milieu de notre civilisation. Jusqu’à maintenant, tant que ces masses ouvrières demeuraient au-dehors de la civilisation, leur ignorance était dangereuse, quand bien même elle serait compatible avec l’organisation de la société. Mais du moment que l’industrie moderne associe un peu plus les masses ouvrières à la production des richesses et suscite en elles le besoin de revendications nouvelles, leur éducation devient nécessaire : nécessaire pour la fonction sociale qu’elles remplissent, qui appelle une compétence technique et une culture particulière : indispensable à les rendre simultanément prudentes et hardies dans le chemin escarpé des revendications ouvrières55.

49La modernité du propos ne peut laisser d’étonner et on serait tenter d’évoquer en guise de conclusion les manes des futurs educatori et domatori de la foule moderne : Roberto Michels, Gabriele D’Annunzio, Paolo Valera ou bien encore Benito Mussolini. Il paraît cependant plus percutant d’évoquer Filippo Tommaso Marinetti.

  • 56 Turati fut arrêté et l’on dit que, lors d’une visite à sa prison, Enrico Ferri lui remit un exempla (...)

50Alors qu’il fait en France ses premières armes de journaliste, Marinetti donne en 1898 à la Revue blanche un article sur les émeutes ouvrières de Milan dont il a été le témoin. Bien qu’il soit alors un habitué du cercle Turati, qui a vécu avec angoisse ces événements56, il décrit avec emphase et enthousiasme la transfiguration de la métropole lombarde sous la fièvre du soulèvement populaire.

  • 57 F. T. Marinetti, « Les émeutes milanaises de mai 1898 », La revue blanche, août 1898, p. 565.

Milan, écrit-il, la ville germanique avec son air de rond de cuir allant au bureau, Milan… avait un visage frénétique. Dieu ! quels gestes méridionaux dans les groupes, sur les tables de cafés, autour des journaux étalés comme des cartes d’état-major sur le champ de bataille57.

51L’esthétique de la ville développée ensuite avec grand succès par Marinetti et les futuristes, trouve l’une de ses toutes premières expressions dans ce portrait de la foule milanaise de 1898, une foule urbaine devenue criminelle, violente, et par-là esthétique. Marinetti, en creusant cette veine, ne se pose pas en interlocuteur, voire en démiurge de la foule, contrairement à D’Annunzio dont il moque alors les velléités et la prétention.

  • 58 F. T. Marinetti, Les Dieux s’en vont, d’Annunzio reste, Paris, E. Sansot, 1908, p. 87.

Toujours et partout, écrit-il à son propos en 1908, Gabriele rêve de bouleverser le monde d’un tour de phrase. Il attribue au livre et au poème une influence directe sur les foules. Hélas, les foules vivent dans une ignorance parfaite des poètes, et c’est uniquement la Foscarina, l’artiste de génie, affolée d’amour pour D’Annunzio, qui peut avoir les troubles et les éblouissements qu’il voudrait communiquer au peuple58 !

  • 59 Ibid., p. 95.

52Les petites secousses du poète sont insignifiantes devant ces foules milanaises « habituées aux paraboles véhémentes de Turati, aux coups de massue de Ferri et à son style couleur de pain blanc »59.

  • 60 Ibid.

53Le lien entre les pionniers italiens de la psychologie collective et la première moitié du XXe siècle est clairement établi. Il va bien au-delà de la simple explication d’un phénomène politique italien circonscrit dans le temps. Le retour du refoulé de la société italienne – la foule – préfigure l’avant-garde et la modernité. « Une foule, écrivait encore Marinetti, de quatre cent mille habitants en marche a tôt fait de créer de la Beauté suivant les lois d’une esthétique toute spéciale d’ampleur, d’intensité et de violence »60. Rossi et Sighele annoncent le déferlement de ces foules belles, modernes et violentes.

Haut de page

Notes

1 Du point de vue épistémologique l’existence d’un tel courant n’est plus discutable. Il est plus difficile de tracer ses frontières précises. Au sein du grand fleuve positiviste, la criminologie lombrosienne sert de véritable catalyseur sous l’impulsion de Cesare Lombroso et de Rodolfo Laschi (cf. Il delitto politico e le rivoluzioni, Torino, Bocca, 1890). Enrico Ferri et Giuseppe Sergi proposèrent des approches plus sociologiques et psychologiques ouvrant la voie à d’autres précurseurs : Raffaele Resta De Robertis ou Paolo Orano. Cf. O. Bosc, La foule criminelle. Positivisme, politique et criminologie en Italie et en France à la fin du XIXe siècle. Scipio Sighele (1868-1913) et l’école lombrosienne, Thèse de doctorat en science politique, Paris IX-Dauphine, 2001, 928 p.

2 G. Le Bon, Psychologie des foules, Paris, Puf, 1991, p. 6 en note.

3 M. Ridolfi, Il PSI e la nascita del partito di massa 1892-1922, Roma-Bari, Laterza, 1992.

4 Beaucoup plus tard, Sighele continuera à justifier cette proximité dans un texte intitulé « Cesare Lombroso e la psicologia collettiva », contribution à l’ouvrage commémoratif L’opera di Cesare Lombroso nella scienza e nelle sue applicazioni, Torino, Bocca, 1908.

5 Dans un ouvrage illustré sur Enrico Ferri (B. Franchi, Enrico Ferri, il noto, il mal noto e l’ignorato…, Milano-Buenos Aires, Bocca-Cerboni, 1908) figure une photographie de 1889 où plusieurs étudiants, dont Sighele, sont assemblés autour du maître.

6 La teoria positiva della complicità, Torino, Bocca, 1894 et La coppia criminale, Torino, Bocca, 1892 constituent les seuls autres volumes publiés.

7 S. Sighele, « La folla delinquente », Archivio di Psichiatria e di Antropologia Criminale, XII, 1891, p. 10, 122.

8 G. Pugliese, Del delitto collettivo, Trani, tip. Valdemaro, 1887. C’est à l’origine un article : « Del delitto collettivo », Rivista di Giurisprudenza, XII, 1887, p. 203-226.

9 S. Sighele, La foule criminelle, P. Vigny (trad.), Paris, Alcan, 1892, p. V.

10 Ibid., p. VI.

11 Une théorie forgée à la même époque par l’anthropologue romain Giuseppe Sergi.

12 R. E. Park, Masse und Publikum, Bern, Lack und Grunau, 1904, trad. américaine de C. Elsner, The Crowd and the Public, Chicago-London, The University of Chicago Press, 1972, p. 7.

13 D’où son texte de 1895 contre le parlementarisme, largement surestimé d’ailleurs : Contro il parlamentarismo.

14 S. Sighele, La foule criminelle, op. cit., p. 29.

15 Ibid., p. 149.

16 Carlo Lessona réagit dans La giustizia, Giovanni Pugliese dans la Rivista di giurisprudenza et R. Garofalo dans la Tribuna giudiziaria en 1891.

17 Raffaele Garofalo, à la différence de Lombroso ou Ferri, n’est pas socialiste. Son objection à la demi-responsabilité des criminels-nés est conforme à son opposition constante au socialisme. Une attaque indirecte contre Ferri, et dont Sighele est suspecté, avec sa théorie de la foule criminelle, de faciliter les menées.

18 G. Fioretti, « S. Sighele, La folla delinquente », La Scuola Positiva, I, 4, 1891, p. 177-179.

19 A. Dello Sbarba, « Un’altra vittoria della teoria sulla folla delinquente », La Scuola Positiva, 22, 1893, p. 1054.

20 G. Fioretti, « S. Sighele, La folla delinquente », art. cit., p. 179.

21 Dans le bulletin bibliographique de la revue socialiste Critica Sociale, Adolfo Zerboglio qualifiait ce travail comme « uno dei migliori lavori usciti in questi ultimi tempi dalla scuola positiva » : « La criminalità della folla a proposito di La folla delinquente di S. Sighele », CS, 1891, p. 174.

22 Une divergence qui retrouve son écho dans les parcours de Ferri et de Sighele. Le premier ira jusqu’à prendre la tête du parti socialiste au début du siècle, alors que le second deviendra un leader irrédentiste promoteur du parti nationaliste.

23 T. Cornacchioli, Questione culturale e Mezzogiorno. La svolta culturale dell’Accademia Cosentina durante la vice presidenza di Pasquale Rossi (1903-1905), Cosenza, Fasano, 1981.

24 Cf. notice « Pasquale Rossi », in Il movimento operaio italiano. Dizionario biografico 1853-1943, F. Andreucci (dir.), Roma, Editori Riuniti, 1979.

25 L’anima della folla, Cosenza, Riccio, 1898 ; Mistici e settari : studio di psicopatologia collettiva, Milano, Battistelli, 1900 ; Psicologia colletiva morbosa, Torino, Bocca, 1901 ; I suggestionatori e la folla, Torino-Milano-Roma, Bocca, 1902 ; Sociologia e psicologia collettiva, Roma, Colombo, 1904.

26 Les suggesteurs et la foule, A. Bouchard (trad.), Paris, Alcan, 1904.

27 Cinq fascicules seront publiés en 1901 et un seul en 1902 au moment où la revue cessera de paraître.

28 E. Ferri, I delinquenti nell’arte, Genova, Libreria editrice ligure, 1886-1888, p. 485-488.

29 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 269.

30 Ibid., p. 270.

31 Rossi souligne les mérites de Sighele en la matière : « Ce qui n’empêche pas, ajoute-t-il, que le parti réactionnaire se réclame encore des conceptions lucides de Sighele contre la foule ! » (Psicologia colletiva morbosa, op. cit., p. 271 en note).

32 Ibid.

33 Ibid., p. 272. La leçon en question fut reprise sous la forme d’un article publié sous le titre : « Le problème moral de la psychologie collective », L’Humanité nouvelle, IV, 1900, t. 1, p. 550-559.

34 Ibid.

35 Ibid., p. 279-280.

36 Il cite d’ailleurs de nombreux extraits du livre du socialiste belge Jules Destrée : Préoccupations intellectuelles, esthétiques et morales du parti socialiste belge, Paris, 1897. Jules Destrée et Émile Vandervelde furent les collaborateur de L’Archivio di psicologia collettiva.

37 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 280.

38 P. Rossi fait sans doute référence ici à l’Université Populaire du faubourg Saint-Antoine fondée et dirigée par le positiviste Georges Deherme.

39 Il évoque le Ruskin Hall du collège ouvrier d’Oxford crée par John Ruskin.

40 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 289.

41 G. Sergi, « Psicosi epidemica », Rivista di filosofia scientifica, 1889, p. 151-172.

42 P. Rossi, Psicologia collettiva morbosa, op. cit., p. 298.

43 Ibid., p. 301.

44 P. Rossi, « La demopedia », Rivista di filosofia e scienze affini, Année VII, vol. II, 4-6, octobre-décembre 1905, p. 723-735.

45 Ibid., p. 724.

46 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 725.

47 Dans le chapitre de L’animo della folla intitulé « Il valore sociale della folla e la sua educabilità », Rossi abordait dès 1898 ce problème.

48 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 726.

49 Ibid., p. 727.

50 Ibid., p. 729.

51 Ibid., p. 730.

52 Ibid., p. 731.

53 R. Resta De Robertis, « La psicologia collettiva come scuola », Rivista Italiana di sociologia, septembre-décembre 1901.

54 P. Rossi, « La demopedia », art. cit., p. 732.

55 Ibid., p. 733.

56 Turati fut arrêté et l’on dit que, lors d’une visite à sa prison, Enrico Ferri lui remit un exemplaire de la Psychologie des foules de Gustave Le Bon.

57 F. T. Marinetti, « Les émeutes milanaises de mai 1898 », La revue blanche, août 1898, p. 565.

58 F. T. Marinetti, Les Dieux s’en vont, d’Annunzio reste, Paris, E. Sansot, 1908, p. 87.

59 Ibid., p. 95.

60 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Bosc, « De la folla delinquente à la follacultura : Scipio Sighele et Pasquale Rossi prophètes italiens de la modernité au tournant du siècle », Laboratoire italien [En ligne], 4 | 2003, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/325 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.325

Haut de page

Auteur

Olivier Bosc

Olivier Bosc est conservateur à la Direction des collections de la Bibliothèque nationale de France et chercheur. Docteur en science politique, il a étudié sous l’angle de l’histoire des idées et de l’histoire sociale l’école italienne de criminologie et des auteurs comme Cesare Lombroso, Enrico Ferri ou Scipio Sighele, en centrant son propos sur le concept de foule criminelle entre XIXe et XXe siècles. Plus largement, il s’attache à l’histoire intellectuelle européenne entre science, art et politique ainsi qu’à ses liens avec la pensée criminologique italienne. Il est membre du comité de rédaction de la Revue Mil Neuf Cent (anciens Cahiers Georges Sorel) et dirige actuellement un Dictionnaire des nationalismes aux Éditions Ellipses.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page