Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le peuple. Formation d'un sujet politique

Populisme et communisme, l’Union Populaire Italienne, une organisation de masse du PCI en exil (1937-1940)

Éric Vial
p. 99-108

Texte intégral

  • 1 M. Lazar, Maisons rouges. Les partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, (...)
  • 2 Sur l’UPI, cf. les ouvrages sur l’antifascisme et le PCI, A. Garosci, Storia dei fuorusciti, Bari, (...)
  • 3 Pour le sens du terme, on a suivi ici Y. Mény et Y. Surel, Par le peuple, pour le peuple - Le popul (...)

1Avec sa capacité d’encadrement, le partito nuovo togliattien d’après 1943 rompt avec l’élitisme léninien et ses avatars, et, quelles que soient leurs convergences1, il peut être opposé au PCF, et surtout à la secte qu’il était avant-guerre, état-major coupé de l’Italie mais aussi des militants dans l’émigration (rattachés aux partis des pays d’accueil), et désorganisé par le Komintern à la veille de 1939. Entre les deux, le rôle de chaînon manquant peut être tenu par une organisation de masse, fort importante malgré la brièveté de son existence, l’Union Populaire Italienne ou UPI2. Or, celle-ci est peut-être aussi « populiste »3 que « populaire », si tant est que l’un et l’autre ne sont pas le revers et l’avers d’une même médaille. Elle mérite d’être examinée de ce point de vue.

  • 4 Fondazione Gramsci, Rome, APC 1455, 18 X 1938.
  • 5 Pour comparaison, au plus haut, en 1931, la LIDU regroupant les antifascistes non-communistes a prè (...)

2Créée à partir d’une organisation de masse communiste visant l’émigration italienne en France et liée au mouvement « Amsterdam-Pleyel », les Comitati di Fronte unico, lors de leur dernier congrès à Lyon en mars 1937, elle est contrôlée et financée par le PCI, animée par ses militants, et entend répondre aux reproches du Komintern par de vagues projets de travail vers l’Italie, préserver une spécificité italienne face au PCF qui reprend en main ses « groupes de langues » jusque-là semi-autonomes, tourner les anathèmes lancés par le PSI contre les Comitati avant le pacte d’unité d’action de 1934 et toujours en vigueur, esquisser un Front populaire italien, et surtout attirer l’émigration apolitique, voire « influencée par le fascisme ». Elle assure une aide dans des démarches administratives et juridiques, et est un lieu de sociabilité intégrant des fratellanze régionales, des groupes de femmes et de jeunes, mêlant loisirs et culture et se dotant dans quelques villes de Maisons des Italiens concurrentes des structures consulaires. De plus, même si elle naît alors que le Front populaire est en déclin, elle fournit l’illusion d’une insertion dans un mouvement global de la société française, entre promesses de Statut juridique des étrangers et aide à l’Espagne. Elle affiche son succès, parle de 17000 adhérents à Lyon, de 40000 dès l’été suivant, chiffre réitéré et aussi canonique que peu crédible — mais même les 14000 indiqués à l’été 1938 par un cadre communiste hostile à son secrétaire Romano Cocchi4, en font de loin la plus importante organisation de l’antifascisme italien5, et elle est la seule à publier un quotidien, La Voce degli italiani, qui augmente encore sa visibilité. Et si elle disparaît très vite, c’est du fait du pacte germano-soviétique, qui la fait éclater, puis de l’effondrement de la France, qui balaye ce qui restait de ses structures, ou ce qui se reconstruisait.

  • 6 Giustizia e Libertà (GL) 8 VII 1938.
  • 7 ACS PPM 38, Paris 23 VII 1938, Il nuovo Avanti (NA) 30 VII, 6, 20 VIII 1938.
  • 8 NA 29 V, 19 VI 1937, 13 VII 1938, sous la signature de « Lombardi ».
  • 9 NA 6 VIII 1938.
  • 10 Ainsi, le PSI dénonce « cette loi selon laquelle tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les positi (...)

3Sur le moment, il arrive qu’elle soit qualifiée de populiste. Du côté de Giustizia e Libertà, l’organisation libéral-socialiste créée en 1929 par Carlo Rosselli, on refuse la main tendue aux fascistes et un « populisme sans principes »6. Au PSI, on emploie le même terme. Au congrès national de l’UPI en 1938, Pietro Nenni, chef du parti et favorable au PCI, invité, parle des dangers de ce qu’il appelle lui aussi populisme sans principes, comme du sectarisme ou du monopole d’un parti, et obtient d’ailleurs approbations et mea culpa formel7 ; moins amène, Giuseppe Faravelli, représentant de la minorité réformiste et anticommuniste, insiste sur l’identité de classe et prône une « rééducation marxiste » en Italie, aux antipodes du populisme, du rêve d’unité nationale et du « Front italien » calqué sur le « Front français » thorèzien8. Et la chute d’un article, « le parti doit se retrouver lui-même en se détachant de l’enchevêtrement populiste », est coupée à l’été 1938, puis rétablie une semaine plus tard devant les protestations de l’auteur9. Bref, sans être omniprésent, le mot est attesté, et fâche. Il est sans doute suggéré par le nom même de l’UPI, et par Cocchi qui vient du catholicisme politique, du Parti populaire italien de don Sturzo ; dans la polémique, il est parfois question de « popularisme »10.

4Au-delà des polémiques, l’UPI présente de fait des traits considérés comme caractéristiques du populisme, dans sa façon d’exalter une unité du peuple italien dépassant les clivages sociaux et politiques, de construire cette unité en la tenant pour naturelle, de désigner des minorités comme repoussoirs. Ce qui n’implique pas qu’on ne puisse pas pointer de fortes différences.

  • 11 Par ex. L’Ides popolare, 30 XI 1935.
  • 12 Cf. D. Peschanski, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Kl (...)
  • 13 Archives départementales des Alpes-Maritimes, Rapports 48, Nice 14 VI 1937.
  • 14 Voce 29 X, 21 XII 1937.
  • 15 On peut tenir pour emblématique la lettre de l’épouse de militant du PCI, parlant d’Unione Operaia (...)

5L’UPI manifeste un interclassisme déjà présent dans le Fronte unico réputé ouvert à toutes les catégories sociales11 — sur le modèle du PCF passé du vocabulaire « classe » au vocabulaire « peuple »12. Cela peut être lié à l’antifascisme. Ainsi, à l’unisson du communiste Ruggero Grieco, le socialiste Giuseppe Saragat décrit les classes moyennes comme « indispensables à la constitution d’une masse susceptible d’anéantir le fascisme »13. Pourtant, il ne peut s’agir de recruter, même si le quotidien de l’UPI en appelle à « l’ouvrier, l’artisan, le commerçant, l’employé, le chercheur, l’artiste »14 : les derniers cités sont rares dans une immigration très prolétaire, où les efforts de recrutement hors du monde ouvrier ont peu de succès15.

  • 16 Cf. J.-B. Urban, Moscow and the italian communist party - From Togliatti to Berlinguer, London, Tau (...)
  • 17 Pour l’Italie, sauf exception (Voce 21 VII 1948), l’expression est transposée, on parle de cinq cen (...)
  • 18 Voce 10 X 1937.
  • 19 Cf. P. Birnbaum, Le peuple et les gros. Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1979.
  • 20 Voce 7 XI 1937, 20 I, 8 III, 6V, 23 VI, 16, 18 VII 1939.
  • 21 Pour Velio Spano, en Sardaigne ils sont si appauvris qu’ils ne sont pas responsables des salaires d (...)
  • 22 Dans la rubrique cinéma même, Nino Frank oppose les structures françaises de production et de diffu (...)
  • 23 Voce 4 III 1938.
  • 24 Voce 28 IX, 20 X 1937 et 28 III 1939, 23 XII, 28 VIII 1937, 12 VI, 16 XII 1938.

6L’interclassisme est donc moins tactique que de principe. Il renvoie au discours communiste contre « une poignée de parasites » 16, les « deux cents familles »17 : on rêve d’unifier une société où « tous (seraient) d’accord, sauf les profiteurs de guerre, les marchands de canons et les potentats du grand capital »18. D’où une solidarité proclamée avec tous les « petits » contre de rares « gros »19, des protestations antifiscales20 et la volonté de rapprocher les ouvriers des propriétaires fonciers21 ou des petits et moyens industriels22, supposés hostiles au « grand capital » ce qui « signifie tendance à la démocratie et à la liberté »23. On est « petit » à bon compte : métallurgistes réputés sacrifiés aux sidérurgistes, patrons lainiers de Biella, entreprises portuaires pâtissant de l’autarcie, gros négociants dont des Allemands s’emparent des marchés, « partie de la grande industrie, celle qui n’est pas fascistisée, celle qui travaille pour l’exportation ». On défend aussi le « petit » fraudeur, car il « est humain que (celui) qui a une petite somme tente de la mettre en sécurité à l’étranger, étant donné qu’en Italie elle finirait dans les caisses des grands capitalistes des trusts »24.

  • 25 Voce 4 III, 1 IV, 7 VII, 30 VIII, 21 X 1938, 2 II, 9 VIII 1939, etc. On s’interroge pour savoir « q (...)
  • 26 Voce 27 III 1939.
  • 27 Voce 3 XI 1937, 11 I 1939, etc. On évoque une haute finance en principe italienne, en fait internat (...)
  • 28 Grido, 20 II 1937 et passim. ACS G1 316, Paris 28 VIII 1937, etc.
  • 29 Cf. par ex. H. Carrère d’Encausse, « Communisme et nationalisme », p. 466-498 de RFSP, 1965.

7S’ajoutent le mot « ploutocratie », fort fréquent, au lieu de « capitalisme » et souvent accompagné par « internationale »25, ainsi qu’une interrogation : « qui est plus étranger que la bande de ploutocrates qui affame et saigne le peuple italien »26. Dans le vocabulaire communiste, « international » ne qualifie alors plus guère que le capitalisme, la finance27, et le fascisme28 — on est dans un temps de néo-nationalisme stalinien29 assimilable au populisme.

  • 30 La focalisation sur quelques grands capitalistes dédouane jusqu’aux fascistes, à quelques individus (...)
  • 31 Il Grido del popolo (Grido) 21 III 1937.
  • 32 Voce 31 X, 17, 22 II 1938.
  • 33 ACS G1 303, Rome 25 X 1937, ACS CPC 3553, fascicule « Noce Teresa », Paris 9 XII 1937, ou ACS AGR 1 (...)
  • 34 Voce 19 IV 1938, ACS G1 322, s.d., « commissione giovanile centrale », 1938.
  • 35 Voce 22 1 1938. Le Fronte unico organisait déjà plus de bals que de meetings (ACS AGR 1936 18, Rome (...)
  • 36 Voce 31 VII et 25 XI 1938.
  • 37 Voce 1 II 1938.
  • 38 Par ex. P. Spriano, Il compagno Ercoli. Togliatti segretario dell’internazionale, Roma, Editori riu (...)
  • 39 Par ex. S. Bertelli, Il gruppo. La formazione del gruppo dirigente del PCI 1936-1948, Milano, Rizzo (...)

8Socialement homogène, le peuple ne doit pas se diviser sur des idées30. La soif d’unanimisme entraîne un rejet du politique, autre trait populiste. Avant le congrès de Lyon, Cocchi s’en prend à des comités du Fronte unico, « infestés de politicards », car l’organisation « n’est pas une arène (pour d’) interminables discussions politiques (mais) un mouvement de masse (où) doivent se sentir à l’aise aussi les innombrables immigrés qui savent peu de choses ou rien des questions politiques »31. À l’automne 1937, il loue une section de l’UPI où « on ne fait pas de grandes discussions politiques abstraites ; il n’y a pas de “vieux politiciens” pour perturber les réunions avec leurs disputes haineuses, (ce) n’est pas une académie, ni un cercle politique comme ceux qui plutôt que d’unir, divisent ». C’est encore plus net pour les organisations périphériques de l’UPI. Cocchi enjoint aux fratellanze d’éviter la politique, les « déchets des mouvements politiques populaires et prolétariens » qui pourraient avoir une action désagrégatrice, les sectaires qui en feraient de « petite(s) académie(s) où les ennemis de la politique d’union du peuple sont à la noce »32. Les sections féminines sont censées faire « la politique des femmes qui ne font pas de politique », « la politique du pain et contre la guerre »33. Les groupes de jeunes doivent limiter les discussions politiques à la préparation du projet de manifeste de l’organisation34. L’UPI insiste sur les activités de pure distraction, faisant l’éloge de ce qui s’est organisé entre adhérents à Vienne (Isère), autour de la pêche, de la chasse, des champignons, des excursions, etc. On y donne en exemple un groupe, la « compagnie des treize (...) qui n’a pas de programme sinon celui de (...) prendre la vie comme elle vient et de ne pas se faire de mauvais sang »35. De même on parle du concours du plus gros mangeur de spaghettis sans les mains, à Waziers (Nord), ou de la fête des « catherinettes » des sections de Pierrefitte et de Fontenay-sous-Bois (région parisienne)36. Et Cocchi rabroue des cercles de jeunes d’Issy-les-Moulineaux ou de la rue d’Avron à Paris, qui ont organisé des conférences politiques, lesquelles n’intéresseraient « qu’une partie de la jeunesse et ainsi non seulement on n’atteint pas l’union fraternelle des jeunes du quartier, mais on ne réalise même pas l’union des seuls adhérents au cercle », alors que jouer au football passionnerait tout un chacun sans exception37. Bien entendu, il y a là une part de pure tactique. La « réconciliation du peuple italien » inspirée de la « main tendue » française38 et débouchant sur un « appel aux frères en chemise noire » a été revue dès novembre 1936, avant la création de l’UPI39, mais celle-ci en pratique une forme atténuée en direction d’éléments « influencés par le fascisme », selon la formule canonique, et qu’il ne faut pas effaroucher.

  • 40 Formule employée pour l’équivalent arménien de l’UPI par P. Robrieux, L’affaire Manouchian, vie et (...)
  • 41 NA 31 VII 1937.

9Le rejet du politique se retrouve dans la pratique d’une organisation où « comme partout au sein du parti, en ratifiant avec enthousiasme les propositions nouvelles qu’émettent les “responsables”, chacun a le sentiment de prendre des décisions historiques »40 mais où la discussion est très limitée. Ainsi, les congrès fédéraux consistent en rapports d’activité sans débat, les résultats sur le terrain primant sur la confrontation politique41. En fait, on écoute la bonne parole d’un envoyé de la direction, si possible Cocchi lui-même, qui dispense félicitations, conseils et critiques après avoir contrôlé l’application de directives d’ailleurs fort vagues.

  • 42 Cf. M. Dreyfus, « Un courant socialiste original : les maximalistes italiens dans l’émigration (192 (...)
  • 43 Voce, 29 I, 6, 24 II, 17 VII 1938.

10Cette ligne est liée à la désignation d’une autre minorité exclue non de la nation comme la « ploutocratie », mais de l’antifascisme, le parti socialiste maximaliste, réduit à un groupuscule depuis 193042, proche du POUM, pacifiste radical, hostile au caporalisme kominternien comme à la main tendue, voué aux gémonies comme trotskyste, et réputé ennemi de l’unité, « désagrégateur »43. On retrouve au moins en partie la méfiance populiste envers les minorités qui divisent.

  • 44 La direction de l’UPI vise en particulier les émigrés venus de régions sans grande tradition d’oppo (...)
  • 45 Voce 29 X, 21 XII, 21 I, 13, 25 II 1938.

11L’unité du peuple est aussi affirmée par opposition aux clivages régionaux. Cela procède de la même volonté d’homogénéisation44, cette fois sans exclusive. L’UPI insiste sur la fraternité nationale. Ainsi, lors d’un banquet à Châteauneuf-les-Martigues, le responsable local invite à s’asseoir les « Italiens du Piémont, de la Toscane, de la vallée du Pò, des Abruzzes, de la Campanie » ; en Lorraine, on dit rassembler « tous les accents, de celui des Pouilles au toscan et au piémontais » ; à Marseille, la variété des origines est soulignée, à Martigues ou à Villeurbanne, on affirme avoir mis fin aux tensions antérieures45.

  • 46 Voce, 28 VI, 17 V 1938, et Unione Popolare Italiana. Congresso di Lione 28-29 Marzo 1937, Paris, UP (...)
  • 47 ACS AGR 1938 54, Paris 29 VIII 1938, Voce 27 I 1938.
  • 48 On s’inquiète plus de lire que la « masse ethniquement compacte » de l’Italie explique que le racis (...)
  • 49 Adunata dei Refrattari, 29 VIII 1936.
  • 50 Voce 17 X 1937.

12L’unité est également liée à l’exaltation de l’italianité, des vertus supposées propres au peuple italien, depuis l’appétit spontané de culture né d’une brillante tradition nationale jusqu’aux vertus militaires et à l’éminente dignité collective prouvée par l’héroïsme des garibaldiens en Espagne46. Au point que l’antisémitisme fasciste est condamné au nom des traditions et non des principes, avec la valorisation du stéréotype « italiani brava gente » ennobli en « tactique de l’humanité du peuple italien », et la mise en avant du fait que « la haine de race répugne à notre peuple civilisé et généreux »47. Le propos n’est pas antipathique48, mais s’y dessine une définition du peuple comme donnée, entité naturelle et non comunauté politique contractuelle : on retrouve le populisme. Cette conception du peuple se lie à la politique de main tendue : avant la création de l’UPI des anarchistes italo-américains notent que les fascistes sont appelés « frères » par le PCI « non parce qu’ils auraient l’amour de la liberté ou l’aspiration à l’émancipation, mais parce qu’ils sont italiens »49. Enfin, la naturalisation du lien politique se retrouve dans le discours sur les femmes dont les associations naîtraient « parce qu’elles sont femmes et parce qu’elles veulent se réunir de la façon qu’il leur plaît, et donc avec des formes d’organisation et de réunion qui leur sont propres (et) parce qu’elles sont italiennes et veulent renforcer les liens qui unissent les filles d’une même terre »50.

13Reste que d’autres traits, non moins populistes, sont absents. Et que ceux qui viennent d’être énumérés, s’ils sont manifestes dans le discours de la direction, ne sont pas toujours acceptés par la base.

  • 51 Par ex. APC 1357-1 ; Bureau politique 10 I 1936.
  • 52 Comme la critique d’une « élite restreinte de fainéants argentés et d’intellectuels décadents qui e (...)
  • 53 Avec même dans les débuts du quotidien, trois colonnes à la une sur le neuvième congrès internation (...)
  • 54 C. Sebastiani, « Organi dirigenti nazionali : composizione, meccanismi di formazione e di evoluzion (...)
  • 55 Voce 4 XI, 27 XII, 22 I, 24 II, 23 VI, 31 VII, 1 VIII, 10 XI 1938, 10 VIII 1939.
  • 56 Voce 2 XI 1937, 8 I, 24 V, 22 VI, 6 VII 1938, 9, 12 III 1939.
  • 57 Voce 2 II, 21 VII, 19, 27 XI 1938, etc.
  • 58 Comme pour faire le lien avec ce qui précède, la culture officielle fasciste est mise en cause entr (...)

14Ainsi, il ne saurait être question de protectionnisme ou d’interventionnisme : on a vu l’attention portée aux industriels lésés par l’autarcie. On ne peut non plus envisager un culte du chef comme facteur unificateur. Cocchi et les délégués de la direction nationale sont valorisés, leurs interventions locales pèsent très lourd, mais la tendance à l’autonomisation du Fronte unico était déjà un motif de tension avec la direction du PCI51 et une valorisation personnelle abusive ne serait pas acceptée ; par ailleurs, la volonté de ne pas apparaître comme une organisation communiste interdit de trop mettre en avant les chefs du PCI ou du PCF, même si cela évolue dès l’été 1938, avec un contrôle plus étroit du quotidien par le parti. L’anti-intellectualisme est banni, en dehors de rares embardées52, il y a un réel souci pédagogique et culturel53, qu’on ne peut expliquer par le seul rappel du poids des intellectuels à la tête du PCI54, et qui s’appuie sur une culture, sur des références tout aussi bien à l’École républicaine française55 qu’à des structures culturelles soviétiques supposées assurer l’accès du peuple au savoir56 et qu’au rejet instinctif de l’anti-intellectualisme populiste tel qu’il est reconnu dans le fascisme ou le franquisme57. Quant à la méfiance envers l’étranger, en dehors des diatribes contre la finance internationale, elle est incompatible avec la volonté d’insertion en France comme avec les nécessités géostratégiques sous-tendant la politique des fronts populaires, qui supposent un éloge non seulement de l’Union Soviétique mais aussi de la France, de l’Angleterre, des États-Unis58.

  • 59 Voce 17 II 1938, NA 30 VII 1938, G. Amendola, Comunismo, antifascismo, resistenza, Roma, Editori ri (...)
  • 60 Voce 12, IV 1938, 27, 28 IV, 23 VII 4 VIII 1939 etc.
  • 61 Voce 17 VIII, 1 IX 1938, ACS PPM 38, Paris 14 XI 1938. Jacques Duclos est présenté comme député et (...)

15De plus, alors que c’est un des principaux traits du populisme, il ne saurait être question d’une régénération de la démocratie par l’appel au peuple et le refus des institutions et médiations parlementaires et notabiliaires. Au soutien aux démocraties occidentales, qui vient d’être cité, se sont ajoutées les électionss de 1936 avec, pour les cadres du PCI, la première vraie possibilité de s’adresser à des masses, d’où un émerveillement sensible tant chez Cocchi que dans les mémoires publiées après coup59. De plus, à Londres, une alternance préfigurée par des élections partielles, ou les interpellations de députés, peuvent faire abandonner l’apaisement60. Enfin, non seulement, dès l’origine, Edouard Herriot, président de la Chambre est le président d’honneur de l’UPI, mais encore, quand en 1938 les décrets Daladier aggravent la situation des étrangers, consigne est donnée d’offrir la présidence d’honneur des sections « à des personnalités françaises influentes ou à des élus du front populaire », « députés, sénateurs, maires, conseillers généraux, chefs de syndicats » de préférence radicaux61.

  • 62 Dès la création de l’UPI, l’apolitisme fait problème, et le PCI promet une ligne antifasciste (NA 8 (...)
  • 63 Voce 4, 7 IX, 29 X, 14, 17 XII 1937, etc.

16Enfin, sans qu’il soit possible de présenter ici le détail des processus, certains des traits du discours de la direction sont atténués sous la pression des alliés socialistes62 et surtout des militants communistes, armature de l’organisation. Dès le début, l’interclassisme résiste mal à des conflits avec des patrons italiens présents en France63. L’apolitisme, même relatif, est encore moins facile à tenir, et l’antifascisme de la base a le dessus, la guerre d’Espagne y aidant beaucoup. Et le mouvement s’accentue à partir de l’été 1938, avec la reprise en mains par le PCI.

  • 64 On peut appliquer au discours de l’UPI les grilles de R. Barthes, Mythologies (1957), Paris, Seuil, (...)

17Au total, les liens entre UPI et populisme sont tout à la fois évidents et problématiques. D’un côté, l’unité à tout prix, construite sur le refus de prendre en compte les différenciations sociales ou politiques, et sur la désignation de repoussoirs, ainsi qu’une attirance pour l’immédiateté du constat, la tautologie, l’immanence, le brassage du même et du même64, le réalisme des catégories –Italiens, jeunes, femmes, etc. D’un autre, le heurt avec le militantisme, parfois dans ce qu’il peut avoir de sectaire et de routinier, mais aussi la confrontation avec une culture, une conception du monde, et plus encore avec une situation concrète, l’exil en France. La tension est permanente entre unanimisme national et démocratie antifasciste, et crée des difficultés avec la base ou avec les partis de l’antifascisme non communiste, mais c’est peut-être aussi elle qui assure à l’organisation un succès relatif mais très réel, au moins pour ce qui est du recrutement.

  • 65 A. Garosci, op. cit., p. 169-170. L’autre matrice théorique des démocraties populaires serait égale (...)
  • 66 G. Carocci, « Palmiro Togliatti », p. 62-74 de Belfagor, 1949.
  • 67 GL 9 IV 1938 - la définition y est bien entendu ironique.

18Par ailleurs, le mélange du populisme et du stalinisme devrait avoir des effets catastrophiques. Or, même si c’est schématique et caricatural, on peut remarquer qu’en dehors même de Leo Valiani, qui quitte le PCI après le pacte germano-soviétique, les responsables communistes passés par l’expérience de l’UPI (Giorgio Amendola, Giuseppe Dozza, Giuseppe Di Vittorio, Maurizio Valenzi etc.) représentent plutôt l’aile « libérale », réformiste, ouverte, du parti, par opposition par exemple à Longo, en exil mais dont l’expérience de l’époque est surtout espagnole, ou à Secchia, emprisonné en Italie. Ce qui est d’autant plus étonnant que, dans la décennie suivant la seconde guerre mondiale, on pouvait tenir l’UPI pour un banc d’essai de la tactique mise en œuvre en Europe orientale65, ou souligner les parentés entre « héritage fasciste » et « politique d’unité nationale »66 héritée directement du « sectarisme de l’antisectarisme »67 de l’UPI. Il y aurait lieu de s’interroger sur le statut du populisme par rapport tant au communisme orthodoxe qu’à la démocratie libérale, entre perversion, transition, et, pourquoi pas, correctif. Voire sur l’importance relative des traits populistes repérés par rapport à ceux qui sont manifestement absents, sur les biais entre consignes des directions et réactions des bases, ainsi que sur la difficulté, ou la trop grande facilité, qu’il y a à s’emparer d’un concept protéiforme pour le projeter sur des structures politiques elles-mêmes ambiguës.

Haut de page

Notes

1 M. Lazar, Maisons rouges. Les partis communistes français et italien de la Libération à nos jours, Paris, Aubier, 1992.

2 Sur l’UPI, cf. les ouvrages sur l’antifascisme et le PCI, A. Garosci, Storia dei fuorusciti, Bari, Laterza, 1953, S. Tombacini, Storia dei fuorusciti italiani in Francia, Milano, Mursia, 1988, ou P. Spriano, Storia del partito comunista italiano, III, I fronti popolari, Stalin, la guerra, Torino, Einaudi, 1970, puis L. Rapone, « I fuorusciti italiani, la seconda guerra mondiale e la Francia », p. 343-384 de P. Milza (dir.) Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, ÉfR, 1986, id., « Le alleanze politiche dell’emigrazione antifascista italiana », p. 218-294 de id., Da Turati a Nenni. Il socialismo italiano negli anni del fascismo, Milano, Angeli, 1992, id., « L’Unione popolare italiana », p. 334-340 de L’Italia in esilio. L’emigrazione italiana in Francia tra le due guerre. L’Italie en exil. L’émigration italienne en France entre les deux guerres, Roma, Presidenza del Consiglio, s.d., É. Vial, « L’Unione popolare italiana (Upi) 1927-1940. Un’organizzazione di massa comunista in esilio », p. 155-183 de Mezzosecolo 12, 1999.

3 Pour le sens du terme, on a suivi ici Y. Mény et Y. Surel, Par le peuple, pour le peuple - Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard, 2000, ainsi que B. Badie, « populismes », p. 545-546 de Le dictionnaire historique et géopolitique du 20e siècle, Paris, la Découverte, 2000.

4 Fondazione Gramsci, Rome, APC 1455, 18 X 1938.

5 Pour comparaison, au plus haut, en 1931, la LIDU regroupant les antifascistes non-communistes a près de 3000 adhérents, les Italiens du PCF sont 6000 en 1925, 2000 en 1928 (L. Castellani, « Un aspect de l’émigration communiste italienne en France : les Groupes de langue italienne au sein du PCF (1921-1928) », É. Vial, « La Ligue italienne des droits de l’homme (LIDU) de sa fondation à 1934 », p. 195-221 et 407-430 de P. Milza (dir.), op. cit.

6 Giustizia e Libertà (GL) 8 VII 1938.

7 ACS PPM 38, Paris 23 VII 1938, Il nuovo Avanti (NA) 30 VII, 6, 20 VIII 1938.

8 NA 29 V, 19 VI 1937, 13 VII 1938, sous la signature de « Lombardi ».

9 NA 6 VIII 1938.

10 Ainsi, le PSI dénonce « cette loi selon laquelle tous ceux qui ne sont pas d’accord avec les positions néo-popularistes et néo-conciliationnistes des communistes sont des trotskystes et des bordighistes » (NA 5 VI 1937).

11 Par ex. L’Ides popolare, 30 XI 1935.

12 Cf. D. Peschanski, Et pourtant ils tournent. Vocabulaire et stratégie du PCF (1934-1936), Paris, Klincksieck, 1988.

13 Archives départementales des Alpes-Maritimes, Rapports 48, Nice 14 VI 1937.

14 Voce 29 X, 21 XII 1937.

15 On peut tenir pour emblématique la lettre de l’épouse de militant du PCI, parlant d’Unione Operaia Italiana (ACS PPM 38, Paris 19 IV 1937).

16 Cf. J.-B. Urban, Moscow and the italian communist party - From Togliatti to Berlinguer, London, Tauris, 1986, p. 127.

17 Pour l’Italie, sauf exception (Voce 21 VII 1948), l’expression est transposée, on parle de cinq cents familles, chiffre repris avec ironie par Giustizia e Libertà (GL 4 IX, 5 XI 1937), d’un « petit nombre de familles qui monopolisent l’Italie contre son peuple » (Voce 18 XII 1938) ou, sous l’influence de l’Église, de « douze maçonneries économiques » (Voce 21 VI 1938).

18 Voce 10 X 1937.

19 Cf. P. Birnbaum, Le peuple et les gros. Histoire d’un mythe, Paris, Grasset, 1979.

20 Voce 7 XI 1937, 20 I, 8 III, 6V, 23 VI, 16, 18 VII 1939.

21 Pour Velio Spano, en Sardaigne ils sont si appauvris qu’ils ne sont pas responsables des salaires de misère qu’ils versent (Voce 4 VIII 1938).

22 Dans la rubrique cinéma même, Nino Frank oppose les structures françaises de production et de diffusion, garantes de qualité, au système d’État italien ou allemand et aux grands groupes anglo-saxons (Voce 23, 30 III, 13, 20 IV 1938).

23 Voce 4 III 1938.

24 Voce 28 IX, 20 X 1937 et 28 III 1939, 23 XII, 28 VIII 1937, 12 VI, 16 XII 1938.

25 Voce 4 III, 1 IV, 7 VII, 30 VIII, 21 X 1938, 2 II, 9 VIII 1939, etc. On s’interroge pour savoir « qui est plus étranger que la bande de ploutocrates qui affame et saigne le peuple italien » (Voce 27 III 1939).

26 Voce 27 III 1939.

27 Voce 3 XI 1937, 11 I 1939, etc. On évoque une haute finance en principe italienne, en fait internationale, liée à l’Allemagne et se moquant de son pays (Voce 29 I 1939), ou les liens et parentèles des membres du conseil d’administration de la Montecatini hors d’Italie (Voce 31 VII 1938).

28 Grido, 20 II 1937 et passim. ACS G1 316, Paris 28 VIII 1937, etc.

29 Cf. par ex. H. Carrère d’Encausse, « Communisme et nationalisme », p. 466-498 de RFSP, 1965.

30 La focalisation sur quelques grands capitalistes dédouane jusqu’aux fascistes, à quelques individus près. Même Mussolini devient presque une victime, capitulant « devant les grands trusts » (Voce 15 VI 1938) ou « domestiqué » par les profiteurs de guerre (Voce 26 I 1938).

31 Il Grido del popolo (Grido) 21 III 1937.

32 Voce 31 X, 17, 22 II 1938.

33 ACS G1 303, Rome 25 X 1937, ACS CPC 3553, fascicule « Noce Teresa », Paris 9 XII 1937, ou ACS AGR 1937 38, s.d., rapport sur le congrès national de Front Unique, mars 1937.

34 Voce 19 IV 1938, ACS G1 322, s.d., « commissione giovanile centrale », 1938.

35 Voce 22 1 1938. Le Fronte unico organisait déjà plus de bals que de meetings (ACS AGR 1936 18, Rome 30 III 1936).

36 Voce 31 VII et 25 XI 1938.

37 Voce 1 II 1938.

38 Par ex. P. Spriano, Il compagno Ercoli. Togliatti segretario dell’internazionale, Roma, Editori riuniti, 1980, p. 62. Il convient d’ajouter que la situation de l’émigration pousse dans le même sens. Ne pas se renier comme italien et donner des gages aux autorités françaises poussait vers les consulats ; ce n’est plus le cas à partir de juin 1936. D’où un mouvement vers un antifascisme ou a-fascisme.

39 Par ex. S. Bertelli, Il gruppo. La formazione del gruppo dirigente del PCI 1936-1948, Milano, Rizzoli, 1980, p. 49-50.

40 Formule employée pour l’équivalent arménien de l’UPI par P. Robrieux, L’affaire Manouchian, vie et mort d’un héros communiste, Paris, Fayard, 1986, p. 23.

41 NA 31 VII 1937.

42 Cf. M. Dreyfus, « Un courant socialiste original : les maximalistes italiens dans l’émigration (1926-1940) », p. 169-193 de P. Milza (éd.), op. cit., et « Le scelte internazionali del PS massimalista italiano », p. 237-259, Rivista di Storia contemporanea, 1984.

43 Voce, 29 I, 6, 24 II, 17 VII 1938.

44 La direction de l’UPI vise en particulier les émigrés venus de régions sans grande tradition d’opposition politique, ce qui peut renvoyer à la capacité du PCF à recruter là où il n’y a pas de tradition politique (cf. G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française XIXe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1986, p. 164-167). Ces émigrés ont été négligés par l’antifascisme antérieur ou hors de sa portée, et constituent un vivier a priori considérable qui justifie et renforce tout à la fois l’ostentation d’apolitisme. Par ailleurs, le lien est parfois explicite entre clivages régionaux et politiques. Ainsi, à Grenoble, Cocchi évoque « l’union des Italiens de toutes les régions italiennes, et (...) la fraternisation entre les Italiens originaires du Nord et du Sud de l’Italie, empêchée de propos délibéré jusqu’à il y a un an et par la politique de division du consul et par la politique sectaire, aveugle, de certains soi-disant antifascistes, désormais ensevelis sous la marche (...) de notre mouvement » (Voce, 6 II 1938).

45 Voce 29 X, 21 XII, 21 I, 13, 25 II 1938.

46 Voce, 28 VI, 17 V 1938, et Unione Popolare Italiana. Congresso di Lione 28-29 Marzo 1937, Paris, UPI, 1937, p. 15. Sur l’appel à la tradition nationale, cf. par ex. Archives du ministère italien des Affaires étrangères, 257-8 Houilles et Sartrouville 18 IX 1937, ou ACS PPM 38, s.l.n.d., réunion du 23 X 1937.

47 ACS AGR 1938 54, Paris 29 VIII 1938, Voce 27 I 1938.

48 On s’inquiète plus de lire que la « masse ethniquement compacte » de l’Italie explique que le racisme lui soit étranger (Voce 30 VIII 1938).

49 Adunata dei Refrattari, 29 VIII 1936.

50 Voce 17 X 1937.

51 Par ex. APC 1357-1 ; Bureau politique 10 I 1936.

52 Comme la critique d’une « élite restreinte de fainéants argentés et d’intellectuels décadents qui est l’écume inoffensive de la haute bourgeoisie » (Voce 15 XII 1937) ou l’ironie de Mario Montagnana sur « la Culture (avec le C majuscule) chère aux pseudo-intellectuels et à tous ceux qui méprisent le peuple coupable de ne pas avoir fréquenté les lycées et les universités » (Voce 7 VI 1938).

53 Avec même dans les débuts du quotidien, trois colonnes à la une sur le neuvième congrès international de philosophie (Voce 4 VIII 1937), ou une diatribe élitiste contre les romans policiers (Voce 1 IX 1937).

54 C. Sebastiani, « Organi dirigenti nazionali : composizione, meccanismi di formazione e di evoluzione 1945-1979 », p. 387-444 d’Annali (Feltrinelli), 1981, p. 408). Mais on a un intellectuel responsable communiste très hostile aux intellectuels, Giuseppe Berti (cf. par ex. S. Vitali, « Un antifascista discusso : Eugenio Curiel », p. 62-73 de Il Ponte, 1980, p. 69).

55 Voce 4 XI, 27 XII, 22 I, 24 II, 23 VI, 31 VII, 1 VIII, 10 XI 1938, 10 VIII 1939.

56 Voce 2 XI 1937, 8 I, 24 V, 22 VI, 6 VII 1938, 9, 12 III 1939.

57 Voce 2 II, 21 VII, 19, 27 XI 1938, etc.

58 Comme pour faire le lien avec ce qui précède, la culture officielle fasciste est mise en cause entre autres dans son refus des apports extérieurs (Voce 14 X 1938).

59 Voce 17 II 1938, NA 30 VII 1938, G. Amendola, Comunismo, antifascismo, resistenza, Roma, Editori riuniti, 1967, p. 40, M. Valenzi, Une mémoire locale, Naples et son maire, Paris, PUF, 1980, p. 51, 126, S. Schiapparelli, Ricordi di un fuoruscito, Milano, Il Calendario, 1971, p. 128.

60 Voce 12, IV 1938, 27, 28 IV, 23 VII 4 VIII 1939 etc.

61 Voce 17 VIII, 1 IX 1938, ACS PPM 38, Paris 14 XI 1938. Jacques Duclos est présenté comme député et vice-président de la Chambre, et non comme responsable communiste (Voce 23 VI 1938).

62 Dès la création de l’UPI, l’apolitisme fait problème, et le PCI promet une ligne antifasciste (NA 8, 22, 29 V, 19 VI, 31 VII, 14 VIII 1937).

63 Voce 4, 7 IX, 29 X, 14, 17 XII 1937, etc.

64 On peut appliquer au discours de l’UPI les grilles de R. Barthes, Mythologies (1957), Paris, Seuil, 1970.

65 A. Garosci, op. cit., p. 169-170. L’autre matrice théorique des démocraties populaires serait également italienne, au moins en partie, puisqu’il s’agit du « type nouveau de république démocratique » décrit durant la guerre d’Espagne par Palmiro Togliatti (Opere, 4*, 1935-1944, Roma, Editori riuniti, 1979, p. 139-154).

66 G. Carocci, « Palmiro Togliatti », p. 62-74 de Belfagor, 1949.

67 GL 9 IV 1938 - la définition y est bien entendu ironique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Vial, « Populisme et communisme, l’Union Populaire Italienne, une organisation de masse du PCI en exil (1937-1940) », Laboratoire italien [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/399 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.399

Haut de page

Auteur

Éric Vial

Éric Vial est professeur à l’Université Pierre Mendes France-Grenoble 2, ancien élève de l’ENS et membre de l’École française de Rome. Ses recherches portent sur l’histoire politique italienne et surtout sur l’immigration antifasciste, avec une thèse de doctorat sur la Ligue italienne des droits de l’Homme, et un dossier d’habilitation consacré principalement à l’Union populaire italienne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page