Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Juan Carlos D’Amico, Le mythe impérial et l’allégorie de Rome. Entre Saint-Empire, Papauté et Commune

Laura Fournier-Finocchiaro
Référence(s) :

Caen, Presses universitaires de Caen (Cahiers de Transalpina), 2009, 260 pages, 20 €

Texte intégral

1L’ouvrage de Juan-Carlos D’Amico offre une très intéressante synthèse de l’histoire de la personnification de Rome dans la littérature et l’iconographie du Moyen Âge, et du mythe politique qu’elle véhicule dans les œuvres et dans l’action politique en particulier de Dante, Cola de Rienzo, Fazio degli Uberti et Pétrarque. L’étude, conçue dans une optique transversale, se présente comme un essai de type intertextuel, employant aussi bien les outils de l’analyse iconographique, aujourd’hui de plus en plus sollicités dans les études historiques (notamment l’histoire des mentalités et l’histoire culturelle) que les outils de la critique historique et de l’analyse littéraire. Cette approche méthodologique, qui place au second plan les aspects formels, stylistiques et linguistiques typiques d’une approche critique littéraire traditionnelle, permet en revanche d’interroger les textes de manière univoque pour y trouver des réponses pertinentes à la question des raisons de la présence des représentations figurées de Rome et d’évaluer dans quelle mesure son éventuelle évolution pouvait être le fruit de variations idéologiques, politiques ou historiques.

2L’auteur propose un parcours chronologique, de la naissance du mythe de la Rome antique jusqu’au xive siècle, marqué par le passage du mythe à l’allégorie, où les questions politiques et religieuses qui s’attachent à Rome sont véhiculées par la personnification allégorique de la ville comme moyen de propagande pour transmettre toutes sortes de messages politiques. Dans les trois premières parties, l’auteur retrace la mise en place de toutes les figures de Rome et étudie les modifications littéraires et iconographiques de cette image, en corrélation avec les aspirations des trois puissances politiques de l’époque : Église, Empire et Commune de Rome. Il montre ainsi clairement le rôle fondamental de l’image mythique de Rome dans les rapports entre la Papauté, l’Empire et le pouvoir communal : cette image puissante, construite à partir d’une réalité historique mais pourvue d’une énorme charge fantasmagorique et intégrant un ensemble de traditions et d’interprétations ponctuelles, a souvent conditionné les réactions des protagonistes ou les pratiques politiques des forces présentes sur le terrain. Dans la dernière partie, plus originale, il présente une synthèse claire et remarquable des nombreux travaux de spécialistes consacrés au mythe de Rome et aux grands classiques italiens pour illustrer la fonction structurante de la personnification de Rome au long des poèmes et des discours étudiés, et établir des passerelles entre les auteurs.

3Dès l’Antiquité, l’histoire de Rome et de ses institutions a suscité une série de modèles très variés et souvent antithétiques ; c’est donc à partir des différentes figures de Rome, à mi-chemin entre symbole politique et signe divin, employées par les Latins, que l’ouvrage entend rappeler les conditions de la formation du mythe de Rome. L’auteur montre que l’allégorie de Rome est porteuse, en simultanéité bien souvent, de diverses représentations, à partir de la déesse Rome de la paix, de la ville sainte et de la monarchie universelle, et dans ses figurations en jeune femme victorieuse, en mère nourricière, en épouse délaissée ou veuve. Au fil des siècles et des variations de pouvoir, Juan Carlos D’Amico, en s’appuyant sur les résultats de spécialistes reconnus pour leurs compétences dans les différents domaines abordés (la monumentale Histoire de Rome au Moyen Âge de Gregorovius, l’ouvrage de Ludwig von Pastor, ou encore ceux de Muratori, de Boüard, de Duprè Theseider, de Gatto, de Miglio ou encore d’Arturo Graf) dégage très clairement les différents enjeux politiques en compétition. Il montre comment la figure de Rome, allégorisée et dramatisée, sert de support variable aux différents partis, qui ne se contentent pas du souvenir de la Rome antique, mais construisent chacun à leur tour leur propagande en ajoutant leur pierre au mythe de Rome. Le lecteur suit avec passion l’évolution continuelle de la figure de Rome au gré des affrontements complexes entre empereurs et papes, de la fondation du Saint-Empire romain germanique et de l’affirmation progressive des Communes qui cherchent à s’affranchir du pouvoir impérial et de l’influence de l’Église. Toujours avec des textes littéraires et des représentations à l’appui, l’auteur revisite l’histoire italienne en donnant un nouvel éclairage aux différents choix politiques des protagonistes et aux témoignages des contemporains, qui emploient systématiquement le mythe de Rome dans leurs stratégies argumentatives. Il montre clairement comment l’image mythique de la Rome ancienne pouvait conditionner la pensée ou l’idéologie des hommes, et par conséquent sa possible influence sur les institutions qui se disputaient le pouvoir à Rome.

4Pour le Moyen Âge, l’étude se concentre sur les contributions particulières de Dante, Cola di Rienzo, Fazio degli Uberti, Bindo di Cione del Frate et Pétrarque. L’auteur s’est attaché à montrer comment l’allégorie de Rome s’est prêtée à une mise en scène emblématique et visionnaire de leurs discours politiques, de leurs projets et de leurs utopies, et surtout comment, en donnant un corps à Rome, ils ont conféré une charge émotionnelle à cette représentation mentale. Dante établit un parallèle entre la Rome antique et la Rome moderne, ainsi qu’entre la Rome politique, capable de faire triompher la justice et la paix, et la Rome religieuse, dotée d’une mission œcuménique. Par exemple, son image de la Rome céleste (« Quella Roma onde Cristo è romano ») s’inspire clairement de la tradition juridique romaine, qu’il intègre au centre de l’histoire sainte. Dante, en accord avec la culture chrétienne latine qui avait célébré le règne d’Auguste comme celui du renouvellement du royaume mythique de Saturne, se faisait le porte-parole de cette « théologie augustéenne » qui se prolongera bien au-delà du xive siècle. Convaincu que l’ordre spirituel, après une renovatio, et l’ordre temporel, après une reformatio politique, devaient être séparés, il considérait néanmoins que ces deux pouvoirs devaient siéger à Rome. Il construit ainsi la figure de Rome sacrée et universelle, à la fois épouse spirituelle et épouse temporelle au même titre que la Vierge Marie, qu’il met en scène comme personnage allégorique dans la Divine comédie et dans ses traités et épîtres, qui reflètent les vicissitudes de ses espoirs politiques déçus. Après le transfert de la Papauté en Avignon et la mort d’Henri VII suit une période révolutionnaire qui voit comme principal protagoniste Cola di Rienzo, et au cours de laquelle l’allégorie de Rome se métamorphose au rythme de l’aventure du tribun. La gloire de la Rome ancienne revient sur le devant de la scène comme légitimation du pouvoir communal, et Cola di Rienzo, qui prend la tête du mouvement social qui conduit à la naissance d’un régime populaire, maîtrise parfaitement l’usage des supports iconographiques qu’il accompagne massivement de figures allégoriques traditionnelles et de sa verve rhétorique. Cola emploie la représentation allégorique de Rome triomphante, puis celle de la Roma mater dans un but essentiellement idéologique, mais propose également une lecture symbolique qui renvoie à une vision religieuse globale, à tendance joachimite. Le tribun du peuple se sert habilement de l’histoire romaine pour en tirer des arguments politiques (notamment en affirmant qu’à l’époque de l’Empire romain, le peuple lui-même donnait le pouvoir à l’empereur), et met en scène de véritables spectacles publics (exposition de tableaux dans Rome, organisation de cortèges et couronnements) qui récupèrent la splendeur politique de la Rome ancienne tout en les insérant dans la symbolique chrétienne. La révolution de Cola, qui réussit pendant un certain temps à siéger sur le trône comme un empereur romain, aurait pu bénéficier de la puissance du mythe impérial de Rome au Moyen Âge, mais faute de trouver un appui suffisant dans la société, il finit par s’épuiser. Juan Carlos D’Amico insiste beaucoup sur le fort impact, sur Pétrarque, de la renaissance du mythe de la Rome guerrière et civile proposée par Cola di Rienzo. Pétrarque est fasciné par le rêve du tribun romain : d’abord favorable à une république garante de la paix et respectueuse des libertés communales, il appelle ensuite de ses vœux un nouvel Empire romain, ce qui provoque son divorce avec les Colonna et avec Avignon. Mais il est déçu par l’évolution des événements romains et reproche à Cola d’être devenu le patron d’un État tyrannique avec l’appui de la branche la plus extrémiste du peuple. Il utilisera donc la figure de la Rome aveugle dans ses épîtres pour désormais inciter Charles IV, élu roi des Romains, à se rendre en Italie pour réprimer les guerres citadines et y restaurer l’autorité impériale, ainsi que de l’Ecclesia Romana pour tenter de ramener la papauté à Rome. Il utilise également la personnification de l’Italie tout entière, opérant le glissement métonymique de Rome vers la péninsule, qui ne sera pas sans conséquences sur la tradition « nationaliste » ultérieure. Enfin, Fazio degli Uberti et Bindo di Cione del Frate plaident quant à eux pour la création d’une monarchie romaine de caractère dynastique qui constituerait un viatique pour la paix et la stabilité dans la péninsule italienne, en développant la figure de la Roma mater.

5Le mérite de cet ouvrage est de prolonger les travaux des historiens, notamment les ouvrages fondamentaux d’Andrea Giardina et André Vauchez, (Rome, l’idée et le mythe, Paris, Fayard, 2000 et Roma medievale, A. Vauchez éd., Bari, Laterza, 2001), en remettant au centre de l’analyse les textes et les représentations. Ainsi les facettes du mythe de Rome (représentation d’une universalité impériale ou d’une théocratie papale) ne sont pas isolées arbitrairement mais se trouvent naturellement entrelacées lorsqu’elles sont clairement remises dans le contexte de la production littéraire en même temps qu’avec les événements historiques qui les font évoluer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fournier-Finocchiaro, « Juan Carlos D’Amico, Le mythe impérial et l’allégorie de Rome. Entre Saint-Empire, Papauté et Commune », Laboratoire italien [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/502

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page