Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Sara Rosini éd., Carteggio di Pietro e Alessandro Verri

Pierre Musitelli
Référence(s) :

Rome, Edizioni di storia e letteratura, volume VIII (1792-1797), 2 tomes, 2008, 1 421 pages, 120 €

Texte intégral

1Voici la première étape d’un projet ambitieux et attendu : l’édition critique intégrale de la correspondance privée de Pietro et Alessandro Verri (1766-1797), dans le cadre de la « seconda serie » – Corrispondenza – de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri commencée il y a maintenant dix ans. Le plan de publication reporté en tête d’ouvrage laisse entrevoir le temps qui sera nécessaire à l’achèvement d’une telle entreprise éditoriale. Huit volumes constitueront la « Prima sezione » de la Corrispondenza, intitulée Carteggio di Pietro e Alessandro Verri. Paru en décembre 2008, le volume VIII – constitué de deux tomes d’un total de presque 1 500 pages – est chronologiquement le dernier. Il regroupe les lettres inédites échangées de mai 1792 jusqu’à la mort de Pietro Verri, en juin 1797, et vient combler le vide laissé par l’interruption de la précédente édition du Carteggio en douze volumes (1910-1942, qui couvrait les années 1766-1782). Il était donc urgent de commencer par la fin, d’autant que la première année du Carteggio avait déjà fait l’objet, en 1980, d’une très belle réédition de Gianmarco Gaspari sous le titre Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Le volume VII, regroupant les lettres inédites de septembre 1782 à avril 1792, est actuellement en cours de préparation par Gigliola di Renzo Villata et doit paraître en 2012. Par la suite, sera mise en chantier la réédition complète des lettres de 1766 à 1782 (vol. I à VI), destinée à remplacer avantageusement l’ancienne édition lacunaire, puis la « Seconda sezione » de cette immense Corrispondenza, intitulée Altra corrispondenza. Mais la priorité est pour l’heure donnée par les éditeurs à l’achèvement de l’Edizione nazionale delle Opere di Pietro Verri, dont le tome IV vient de paraître (Scritti storici, Renato Pasta éd., Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2009).

2Les 771 lettres ici réunies proviennent de deux fonds distincts. La totalité des lettres de Pietro Verri est issue des copialettere de l’Archivio Verri, propriété de la Fondazione Mattioli, à Milan. Dès le début de ses échanges épistolaires avec son frère, en octobre 1766, Pietro avait pris l’initiative de consigner dans d’épais volumes reliés les copies de ses lettres. Ces dernières, de la main de son secrétaire Giorgio Ghelfi, sont des « copie di servizio, […] solo di rado verificate dall’autore, e trascritte in tempi ristretti, appena prima della spedizione postale » (« Nota ai testi », p. 1341). On trouve également dans cet ensemble les manuscrits autographes des lettres d’Alessandro Verri pour la période 1794-1797. Tous les originaux de ce dernier datant des années 1792-1793 sont en revanche perdus : sortis du copialettere par les rédacteurs de la précédente édition de la correspondance, ils furent égarés dans le bouleversement de la seconde guerre mondiale. Il n’en reste pour seuls vestiges que les transcriptions faites dans la première moitié du siècle dernier et déposées à la Società Storica Lombarda. Fautives, en raison d’erreurs de lecture ou d’inattention, elles portent la trace de censures et d’omissions volontaires, aujourd’hui irrémédiables, et signalées dans la présente édition.

3On reste d’abord frappé, à la lecture de ces lettres tardives entre Pietro et Alessandro Verri, par l’usage du « Voi ». Nous avions laissé les deux frères en septembre 1782 (Carteggio, tome XII, Milan, Giuffrè, 1942) à la veille d’une violente dispute surgie à la mort de leur père pour la répartition de l’héritage. Soucieux de préserver au mieux les intérêts de ses nombreuses filles et de les mettre à l’abri des prérogatives de ses frères cadets au cas où il devait mourir sans héritier – son fils Gabriele naquit en 1796 –, Pietro, l’aîné des Verri, avait fermement revendiqué son droit de primogéniture sur les biens immobiliers de la famille. Associés contre lui, ses frères Giovanni, Alessandro et Carlo (« il nostro fratello Cain », comme se plaisait encore à le nommer Pietro en 1796, p. 1204) avaient fait cause commune devant les tribunaux : ils exigeaient la possibilité d’entrer en possession de la part du patrimoine qui leur revenait et de pouvoir le liquider à leur guise. Leur unité avait fini par se fissurer et, de guerre lasse, à la fin de l’année 1789, Alessandro avait accepté de céder à son aîné toute faculté d’administration de ses biens. Au lendemain de leur réconciliation, la correspondance put reprendre, tant bien que mal, soutenue par leur volonté commune de mettre un terme aux « miserabili controversie » des années passées (p. 12). Lorsque s’ouvre le volume VIII, les échanges épistolaires ont donc retrouvé leur ancien rythme bihebdomadaire, mais les questions relatives aux modalités du règlement de la bataille judiciaire occupent toujours le cœur de la conversation, qui prend la tournure d’une « confessione generale » (Pietro Verri, p. 58). Le ton de confidence affectueuse des toutes premières lettres, célébrées comme « i santi monumenti dell’amicizia » (lettre d’Alessandro Verri du 20 février 1768) s’est dissipé au fil des ans. Il est vrai qu’aux différends domestiques, s’est ajouté le poids d’une profonde divergence idéologique que les événements révolutionnaires ne cesseront d’aggraver. Le dialogue est donc restauré, mais il fait se confronter deux points de vue devenus irréconciliables.

4Pietro Verri (1728-1797), philosophe et historien, haut fonctionnaire du duché de Milan sous l’administration des Habsbourg-Lorraine, a su conserver intacts son ambition, son énergie, ses principes. Poursuivant une réflexion entamée quelques mois auparavant dans Alcuni pensieri sulla rivoluzione accaduta in Francia (texte prochainement réédité dans le volume VI de l’Edizione Nazionale, Scritti politici della maturità, dirigé par Carlo Capra), il pose sur l’Histoire un regard lucide et critique. Il se dissocie de l’emportement anti-jacobin des élites lombardes, notamment après l’exécution de Louis XVI, pour discerner dans la Révolution les germes d’un idéal républicain qui lui est cher :

Si è creduto comunemente che la rivoluzione Francese fosse l’opera di alcuni faziosi che guidassero la Nazione. Questo è l’errore dal quale nascono tutti gli altri e le funeste loro conseguenze. […] Io sin dal principio formai l’opinione che la cagione del fenomeno fosse un sentimento universale del popolo. Ma qual sentimento ? Un ribrezzo violento verso gli oppressori, una vergogna d’aver portato il giogo dei prepotenti, un entusiasmo di lavarsi dalla macchia coll’audacia d’imprese illustri, ecco il sentimento che io ho veduto nella massa di quel popolo : popolo coraggioso, che non adora il potere d’alcuno, ma sente il proprio, popolo che sente e ragiona da sé assai più che non fa la plebe altrove. (p. 823-824)

5Mais son optimisme se heurte à ce constat : l’Italie n’est pas comparable à la France où s’exprime, à son sens, la volonté commune d’un peuple souverain uni en une nation. Dépourvue d’opinion publique éclairée, avilie par des années de despotisme, privée de conscience nationale, l’Italie « non ha virtù bastante per essere Repubblica » (p. 1141). Le peuple italien, et lombard en particulier, lui semble incapable de comprendre les nouvelles idées de liberté politique et d’égalité : « La base del carattere Italiano (mi spiace dirlo) la base è la timidezza. Il timore è il movente primario degli animi, e quando una massa d’uomini è corrotta a questo punto non v’è da sperare più nulla », concède-t-il, en septembre 1795 (p. 974). Pour la première fois se fait jour sous sa plume le motif insistant du découragement. Alors qu’il guette, fasciné, les échos provenant de France et souligne « la somma importanza delle attuali dispute e la influenza loro sullo stato delle società civili » (140), il voit la classe dirigeante lombarde, cédant à la hantise du jacobinisme, se crisper en une défense acharnée des valeurs monarchiques et religieuses. La médisance, « lo spionnaggio », la calomnie sont autant d’éléments constitutifs d’une « epidemia delle menti » (p. 724) à laquelle il entend bien se soustraire. Amer face à l’« abiezione » de ses contemporains, il comprend que la peur de la Révolution a porté un coup d’arrêt à la cause pour laquelle il s’est toujours battu, celle des « progrès de la raison » : « Ora che tutto lo scoppio della Francia si attribuisce, e non a torto, al grado di coltura generalmente diffuso su quella massa di popolo, e che si vede l’abuso del pensare, i libri, i pensatori, i promotori d’ogni genere di dottrina sono sospettissimi e cordialmente detestati. » (p. 629) « Siamo nelle ore del riflusso » (p. 646), conclut-il. Peu à peu, finit par prévaloir le sentiment aigu de son isolement politique et de sa solitude intellectuelle. Écarté du gouvernement sous le règne de Joseph II, son désaccord avec ses collègues du Conseil des décurions, principal organe de l’administration milanaise, s’accroît en 1790, après son élection manquée à la Deputazione sociale, qui doit transmettre les propositions de réforme à Vienne. À la fin de l’année 1793, Pietro Verri quitte le Conseil, qu’il juge incapable de se préparer à l’imminence de la guerre et au risque d’invasion du duché milanais. « Il male non ha rimedio », constate-t-il, alors que cette dernière ne fait plus guère de doute, en janvier 1796 (p. 1066). Il répète, en avril :

Pare incredibile che la corruzione d’un popolo l’abbia ridotto a tale stato di torpore e stupidità ! Sono buoni uomini se volete, ma buoni da nulla e fatali al loro paese, non per malignità certamente ma per indole abietta, e per imperizia. Il male non ha rimedio alcuno, perché risiede nella massa medesima del popolo accecato. Da noi tutto il bene che è accaduto negli anni scorsi si è fatto per il volere assoluto del Sovrano, e con universale dispiacere del popolo, che avrebbe voluto conservare inclusivamente la barbarie della tortura e il supplizio della rota. (p. 1149)

6Conservant cependant intacte son admiration pour la Constitution de l’an III et le travail du Directoire, il tente de saisir dans le développement de la Révolution les signes d’une perfectibilité de la société, et manifeste un regain d’enthousiasme en faveur des idéaux de justice, de liberté et de progrès.

7À cette lecture des événements révolutionnaires s’oppose celle de son frère Alessandro Verri (1741-1816), engagé depuis de nombreuses années dans une dérive conservatrice. De treize ans son cadet, il s’était définitivement installé à Rome en 1767, au retour du voyage à Paris et à Londres qu’il avait entrepris à l’hiver 1766 en compagnie de Cesare Beccaria. Il y menait une existence marquée par la dépendance financière, l’hédonisme littéraire et une passion désormais éteinte pour la marquise Boccapaduli Gentili, en compagnie de laquelle il persistait cependant à vivre (tout en admettant qu’était « estinta fino all’ultima favilla da tanto tempo la face di Cupido crudele », p. 119).

8Alors que son frère réfléchit aux possibilités offertes par un bouleversement de l’ordre social, Alessandro ne cache pas son scepticisme. L’Histoire est pour lui un objet de stupéfaction et d’effroi (« Presentemente confesso che né la storia, per quanto ne so io, né l’esperienza, né il mio raziocinio trova riposo, od uscita a quel laberinto in cui mi trovo perduto », p. 173). La Révolution lui apparaît comme « la tirannide della moltitudine » (p. 207), une « sanguinosa anarchia nemica de’ proprietarj » fondée par les « Assassini Filosofi » (p. 695). Rallié depuis de nombreuses années aux positions de l’aristocratie romaine, il craint pour les privilèges de sa classe et pour la propriété (« Se tocchiamo la proprietà che diventa il genere nostro ? La Nazione Francese adunque è per me un oggetto il più orrendo che mi si possa offrire, cioè il consenso della pluralità al furto ed alla strage per ottenerlo », p. 833). La religion, garante séculaire de la soumission des esprits, s’impose dans ces conditions comme le dernier rempart contre la barbarie de la plèbe. Les idéaux éclairés de l’époque désormais lointaine du « Caffè » (1764-1766) sont définitivement balayés par la tourmente révolutionnaire, et c’est avec un froid pragmatisme qu’Alessandro Verri assène : « Fa sdegno il leggere le superstizioni, e le imposture delle false religioni ; ma dov’è quella nazione che fin ora siasi regolata senza questo soccorso ? » (p. 207) Pietro Verri ne renonce pas à l’espoir de modérer les emportements de son frère et l’invite à ne pas « esaggerare i mali oltre la verità » (p. 725), mais aucun des deux correspondants n’est prêt à faire de concession, si bien que le dialogue se fige en un antagonisme catégorique. Celui-ci, qui ne compromet pas la cordialité des échanges épistolaires, est limpidement résumée par Pietro Verri :

Preparatevi a trovare in me l’istesso uomo che avete lasciato ventotto anni prima co’ principj medesimi se non che la vetustà e le idee aggiunte gli hanno modificati. Disputeremo allora, ma come due che reciprocamente si stimano e con toleranza. Voi considererete i filosofi come pericolosi ; io considererò i fanatici come orribili, e i filosofi benefattori del genere umano. Voi citerete le opinioni de’ secoli trascorsi ; io vi opporrò che nessuno progresso farebbe la ragione se valesse simile autorità […]. Voi troverete necessaria la pompa e la maestà del culto, ed io vi citerò l’Inghilterra e la vasta Repubblica Americana. Voi sarete per la Monarchia, io sarò per il governo popolare, in somma disputeremo, e resteremo poi dopo l’esercizio salutare de’ nostri fraterni polmoni buoni amici, e del medesimo parere di prima. (p. 211-212)

9Chacun des frères Verri se plaît ainsi à souligner tour à tour la fermeté de ses opinions. Critiquant l’opportunisme avec lequel les gazettes françaises puis lombardes se sont rangées au service des idées révolutionnaires et du nouveau pouvoir, Alessandro souligne son « inalterabile e ferreo sentimento di cuore » (p. 1302) et sa détestation de tout ce que la France et la langue française représentent à ses yeux. Pietro, de son côté, ne manque pas de construire dans ses lettres une image héroïque de sa propre grandeur, dans une société dominée par la lâcheté et la servilité. Il revendique avec orgueil la cohérence d’une vie à laquelle la rigueur des convictions a donné un sens. Sa devise – sa fierté – est la suivante : « non avvilirsi col maggior numero » (p. 1174). « L’anima mia non sarà schiava giammai », lance-t-il encore en juillet 1796 (p. 1220). Membre de la municipalité mise en place au lendemain de l’entrée des troupes de Bonaparte à Milan, sa déception est palpable. Il s’inquiète des lourds tributs prélevés, s’irrite du comportement des commissaires de la République et déplore le choix des administrateurs locaux. Diminué par la fatigue physique, sa tâche lui pèse (« L’odiosità di essere in un ceto destinato a imporre tassi arbitrarie, a carpire colle requisizioni le proprietà altrui, a non poter fare nulla di bene, e tutto il male destinato da’ francesi a portar egli solo l’odiosità della quale essi si scaricano. […] Il mio animo è insanguinato, non ho pace, vedo l’avvenire. Dunque ad ogni costo liberarmi da questa unione… », p. 1286-1287). Mais il prend soin de préserver de sa rancœur les valeurs véhiculées par la nation française. « La mia anima è sempre stata repubblicana anche sotto la compressione », affirme-t-il en septembre 1796 (p. 1254). Il tentera même de saisir dans la politique de Bonaparte, à partir du printemps 1797, « la possibilità di un’evoluzione in senso liberale, all’insegna della moderazione e della tutela della proprietà, addiritura prefigurando un futuro unitario dell’Italia » (« Nota », p. xv). Sa correspondance se clôt sur un espoir : « Fra pochi anni l’Italia sarà una famiglia sola probabilmente. » (p. 1325)

10L’un de ses derniers échanges avec Alessandro permet de mesurer le gouffre qui les sépare. Pietro Verri publie en décembre 1796 dans les pages du Termometro politico della Lombardia, organe du courant démocratique, un article intitulé « Pensieri di un buon vecchio che non è letterato », dont il fait parvenir une copie à Rome. Alessandro commente (et souligne) :

Ho letti attentamente i Pensieri. Incominciano a qualificare la Monarchia come il Governo de’ Furfanti, e finiscono con desiderio e speranza che un popolo nato sotto il governo arbitrario e che fin ora non ha saputo che soffrire, goda alfine le dolcezze Republicane. […] Non sono quieto per questa produzione, e a chi me ne dimanda nego che sia vostra. (p. 1304-1305)

11La réponse, sous forme d’une ultime profession de foi, ne se fait pas attendre :

Noi dobbiamo da saggi conoscere i tempi, non urtare contro la forza, adattarci giudiziosamente alle circostanze, evitare al possibile i mali, e non aspirando al martirio limitarci a preservare da ogni macchia la nostra probità. Sarebbe una disgrazia grande se questi principj avessero bisogna di prova presso di voi, onde gli do per ammessi. Nella lunga e scabrosa mia carriera pubblica, ho dato al nome che porto quella favorevole opinione che non ho ereditata. Non sono stato inutile né al Governo, né alla Patria, e ho operato in modo che non ho potuto essere messo in disparte senza dare a chi vi contribuì la pubblica disapprovazione. Questa serie di fatti può dare, a chi da lontano mi giudica, qualche peso per credere che non senza maturità sia regolata la mia condotta. Considerate in me il Padre di una numerosa famiglia, posto al cimento d’una crisi piena di pericoli ; che sempre bilancia il passato, il presente, il futuro ; costretto a determinare ogni sua mossa sul calcolo della probabilità. Vedete se convenga con azardata disapprovazione il cagionargli amarezza. (p. 1320)

12Mais Alessandro Verri s’est retranché dans une dénonciation inlassable de la « così detta rigenerazione » révolutionnaire dans un style qui est déjà celui de ses Vicende memorabili dal 1789 al 1801 :

I malcontenti dell’attuale governo, e gli offessi personalmente dal medesimo, gli animi desiderosi di varia fortuna, e non paghi della presente, quelli che presumono di non godere onori, e ricchezze corrispondenti al loro merito, e mirano le altrui con invidia ; i cervelli torbidi, e catilinarj ; i nemici della Religione, cioè quelli che non la vorrebbero tampoco per una integrale, e necessaria parte della costituzione civile ; la gioventù ardente, e la cui fortuna è inferiore alle passioni violente ; frati sedotti, ed ora disperati : questi sono i pochi seguaci di così enorme rigenerazione. (p. 1289)

13Il n’épargnera d’ailleurs pas à son frère une ultime contrariété. Certaines de ses lettres, dans lesquelles il se fait le héraut des valeurs monarchiques et de la gallophobie ambiante, malgré les recommandations de prudence de son frère, sont interceptées au printemps 1797. Pietro en est directement informé :

Bonaparte mi ha detto d’aver veduto delle vostre lettere, naturalmente quelle che non ricevei dalla posta, ciò non mi ha fatto piacere, perché non so con quale stile saranno scritte. Io era per dirgli che non sempre eravamo del medesimo parere, ma tal risposta datagli in presenza di molti mi sembrò una bassezza e quindi l’ho taciuta. Vi serva però di regola. (p. 1324)

14Le carteggio s’interrompt le 8 juillet 1797. Pietro Verri meurt le 28 juin au cours d’une séance de la municipalité, ce dont son frère est informé deux semaines plus tard. Force est cependant de constater qu’en dépit de leurs divergences, les deux anciens animateurs de l’Accademia dei Pugni ont conservé l’un envers l’autre une profonde affection. Si les questions politiques, et les dissensions qui les accompagnent, occupent nécessairement une place de premier plan dans la correspondance des années 1792-1797, elles ne sauraient résumer la richesse et le foisonnement des lettres où la trame de l’Histoire se mêle au déroulement des destins individuels. La célébrations des événements familiaux, la naissance des filles de Pietro Verri puis celle tant espérée de son fils Gabriele, les débats artistiques sur la portée du théâtre d’Alfieri ou le parcours de Canova, le récit du voyage entrepris par Alessandro et la marquise vers Venise et Milan, puis à Naples, entre 1794 et 1795, la remémoration de l’époque du « Caffè », des amitiés révolues ou toujours vives, ponctuent chacune de ces missives.

15La richesse de la présente édition tient également à la qualité du paratexte. Chaque lettre est accompagnée de quelques notes qui élucident avec précision les références au contexte historique, politique, culturel et biographique, et restituent à ces échanges privés une pleine lisibilité. Aux indications bibliographiques s’ajoute l’indication des sources d’information – gazettes, dépêches diplomatiques – dont les correspondants tirent leur matière. En fin de volume, l’index général des lettres, l’index des noms, la mention des corrections et variantes, et la présentation des critères scientifiques d’édition achèvent de constituer ce fascinant témoignage épistolaire en un indispensable outil de travail et de compréhension de l’histoire italienne des xviiie et xixe siècles. Souhaitons que ce superbe projet éditorial continue de bénéficier du soutien du Ministero per i Beni e le Attività culturali, sans lequel il est à redouter qu’il ne puisse être rapidement porté à son terme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Musitelli, « Sara Rosini éd., Carteggio di Pietro e Alessandro Verri », Laboratoire italien [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/518

Haut de page

Auteur

Pierre Musitelli

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page