Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Laurent Vissière, Louis II de La Trémoille (1460-1525) : "Sans poinct sortir hors de l'ornière"

Paris, Champion, 2008, 613 pages, 110 €
Jean-Louis Fournel

Texte intégral

1Voilà une biographie de six cents pages qui prend sa part des efforts pour combler un vide relatif : celui de l’historiographie française sur une période – les guerres d’Italie – dont une vieille tradition a tellement dit qu’il s’agissait d’une période charnière de l’histoire de France que l’on s’abstient trop souvent aujourd’hui de travailler dessus. Souvent perçues comme une illustration de l’histoire-bataille décriée depuis quelques décennies, trop schématiquement décrites comme un point de bascule entre deux France (celle qui vient de sortir des guerres de Cent Ans et celle qui veut se projeter vers l’extérieur du royaume, le monde d’une France qui se suffit à elle-même et celui d’un pays qui va aller chercher au-delà des Alpes des enseignements, sinon des modèles), les guerres d’Italie ont donné lieu à des études souvent marquées par de « grandes » figures et par des événements. Chevaliers, rois, reines, capitaines et artistes se succèdent ainsi dans un grand récit où, paradoxalement, l’enchaînement des campagnes et des batailles mais aussi les parcours des individus en tant que porteurs d’histoire, de ce que fut ce « moment », passent au second plan. Chaque personnage est plutôt une figure statique, une icône, une statue que contribuent à mettre en place à l’occasion les récits biographiques de l’époque (pour Bayard ou La Trémoille justement). C’est pourquoi écrire de nouvelles biographies des acteurs principaux de cette période peut représenter une contribution non négligeable au renouveau d’une historiographie vieillie. À cet égard, les belles biographies récentes de Didier Le Fur (quoique ou parce que non strictement « académiques »…) sur Louis XII (chez Perrin, 2001), Charles VIII (même éditeur, 2006) et Henri II (chez Tallandier, 2009) participent de cette tendance à reprendre le travail biographique, y compris sur des personnages sur lesquels on pensait avoir tout dit et sur lesquels il faut bien revenir.

2Toutefois, remettre l’ouvrage sur le métier et vouloir consacrer un long travail d’archive (à l’origine de cet ouvrage il y a une thèse de doctorat de cet ancien élève de l’École des Chartes) à nourrir une biographie d’un noble capitaine des guerres de Bretagne et d’Italie ne va pas de soi à plusieurs titres. L’entreprise de Laurent Vissière avec son livre sur Louis II de La Trémoille, le « Chevalier sans reproche », présentait d’emblée quelques difficultés. Comment échapper au récit édifiant du grand rhétoriqueur Jean Bouchet sans pour autant rabattre le personnage vers la grisaille de l’incarnation d’une sorte de symbole sociologique d’un ordre ? Comment rendre compte d’une vie faite apparemment d’aventures guerrières – devenue une légende – où le combat fait partie de l’ordre des choses, voire du quotidien ? Comment dire dans cette vie qui appartient à un espace public l’existence de tous les jours telle qu’elle est restituée de façon lacunaire dans la masse imposante de sources dépouillées ? Comme réhabiliter ce que nous dit sur un tel homme la vieille histoire-bataille sans retomber dans les ornières – justement – d’un récit national dépassé ? À ces questions, Laurent Vissière tente de répondre à sa façon par deux des passages obligés du travail de l’historien : d’un côté, le plan de son ouvrage et, de l’autre, le choix et l’utilisation des sources (« la seule véritable question que les théoriciens de la biographie comme ses pourfendeurs ont trop tendance à oublier », p. 21). Pour ce qui est du plan de son étude, l’auteur fait le choix d’une bipartition simple mais efficace, abordant d’abord la vie de l’homme de guerre – dont l’activité s’inscrit dans la grande histoire du royaume – puis le parcours du noble seigneur, chef de famille et grand féodal. Quant à l’emploi des sources, l’étude mêle sources « privées » et sources « publiques », correspondances officielles ou non, documents des fonds des archives nationales (tel le chartrier des La Trémoille connu sous le nom de chartrier de Thouars), mais recourt également aux fonds de toutes les villes d’Italie où le noble français a été présent de quelque façon que ce soit (Milan, Florence, Mantoue, Ferrare, Rome et Pise).

3Dans un premier temps, l’étude reconstitue le Bildungsroman du futur guerrier en montrant de façon simple et précise comment, en deux ou trois générations, une famille de hobereaux va élever l’un des siens au rang des nobles les plus puissants du royaume dans la deuxième moitié du xve siècle. Parcours collectif mais aussi individuel, puisqu’à côté des déterminations sociales le récit laisse la place qui leur est due aux nombreux concours de circonstances expliquant cette réussite : bref, la fortuna autant que le nom et la virtù.

4Peu à peu émerge la figure du capitaine prudent et de l’homme de guerre précautionneux ne s’engageant jamais dans une campagne sans avoir solidement préparé son armée, fût-ce au détriment de cette rapidité qui est devenue la marque des « nouvelles façons de guerroyer » décrites par les Florentins