Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Francesca Irene Sensini, Dall’Antichità classica alla poesia simbolista. I Poemi conviviali

Stéphanie Lanfranchi
p. 359-360
Référence(s) :

Bologne, Pàtron, 2010, 165 pages, 14 €.

Texte intégral

1Le recueil de Giovanni Pascoli, Poemi conviviali, reçut à sa publication, en 1904, un concert de louanges de la part d’écrivains pourtant aussi différents que D’Annunzio, Marinetti ou Fogazzarro. Ils y reconnaissaient le travail et la maturité d’un poète qui, tout en s’inscrivant dans l’héritage le plus fouillé et le plus approfondi de la culture classique, ouvrait la poésie italienne vers des horizons de modernité inédits et étourdissants. Malgré cet accueil enthousiaste, qui laissait présager une place d’honneur dans la poésie italienne de ce tout nouveau xxe siècle, il n’en fut rien. Le jugement sévère émis par Croce dès 1906 sur la poésie de Pascoli en général et sur ce texte en particulier est sans aucun doute à l’origine de ce renversement de fortune. Croce et ses disciples jugèrent les poèmes des Conviviali d’un goût douteux et décadent, vaguement liberty. Ils ont contribué à décourager la lecture des contemporains, déjà entravée par la difficulté objective de la langue de ces vers et de leurs références érudites innombrables, en n’accordant à cette poésie, au-delà de son esthétique de l’ornement, aucune profondeur morale ni épistémologique, aucune modernité spécifique.

2Le chemin qui, dès lors, a mené vers une réhabilitation progressive de la valeur intrinsèque des Poemi conviviali et vers la reconnaissance de leur modernité a été long, et le livre de Francesca Sensini marque sans doute, de ce point de vue, une étape importante. L’édition critique de Giuseppe Nava, publiée en 2008, offrait déjà un commentaire détaillé et une exégèse du texte tout à fait précieuse. L’ouvrage de Francesca Sensini, tiré de sa thèse de doctorat, offre quant à lui cette vision d’ensemble du recueil qui faisait encore défaut. Il a le mérite, surtout, de proposer au lecteur désarçonné par ce texte d’une remarquable complexité – autant dans le détail de ses références ponctuelles que dans la signification de son architecture plus générale – plusieurs clés interprétatives pour se frayer un chemin.

3Francesca Sensini commence par expliciter, dans les chapitres 1 et 2 de son livre, les enjeux que recouvrent respectivement deux notions clés de la poétique des Conviviali : l’Antico et le sogno. Il s’agit de deux termes techniques pour Pascoli, qui renvoient à une conception précise de la poésie et du langage. L’usage abondant et systématique de l’Antiquité dans ce recueil répond, d’une part, pour Pascoli, à une volonté de renouer avec la poésie des origines, notamment la poésie épique. Cette poésie primitive constitue l’idéal régulateur du poète moderne, car il a perdu la spontanéité du langage naturellement poétique. C’est là le sens le plus profond de la célèbre poétique du fanciullino à laquelle on prête le plus souvent un sens banal et – oserait-on dire – infantilisant : le poète moderne est voué à une éternelle quête de l’Antico, c’est-à-dire de l’enfance et de l’essence primordiale de la poésie.