Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Géographique et politique au début de l'âge moderne

Présentation

Paolo Carta et Romain Descendre
p. 5-13

Texte intégral

  • 1 Pour la citation complète, voir infra, p. 64.
  • 2 De rerum natura, I, 926-927, « peragro loca, nullius ante / trita solo ».
  • 3 Inf., XXVI, 116-117, 120.
  • 4 O. Tommasini, La vita e gli scritti di Niccolò Machiavelli nella loro relazione col machiavellismo, (...)
  • 5 Voir infra l’article de M. Pozzi, p. 15.

1Introduisant son œuvre politique majeure, les Discours sur la première décade de Tite-Live, Machiavel dit de son entreprise qu’elle consiste à « trouver des modes et des ordres nouveaux » en empruntant un chemin qui n’a « encore été battu (trito) par personne » ; à ce titre, son exploration est aussi périlleuse « que de chercher des mers et des terres inconnues »1. Lieu commun rhétorique, dira-t-on : certains éditeurs citent Lucrèce2, et l’on pourrait aussi à bon droit évoquer l’Ulysse réinventé par Dante, condamné au naufrage pour avoir voulu faire l’esperïenza, / di retro al sol, del mondo sanza gente, et seguir virtute e canoscenza3. Pour autant, la similitude machiavélienne n’en est pas moins unique. En assimilant la découverte d’acque e terre incognite à l’invention de modi e ordini nuovi, Machiavel rappelle immanquablement le célèbre Mundus novus d’Amerigo Vespucci. Dans cette lettre partiellement apocryphe à Lorenzo di Pier Francesco dei Medici, qui dès sa publication en 1504 connut une diffusion européenne extraordinaire, les terres récemment découvertes étaient pour la première fois décrites comme un nouveau continent. Quelques mois plus tard paraissait à Florence la Lettera di Amerigo Vespucci delle isole nuovamente trovate in quattro suoi viaggi, adressée cette fois au gonfalonier Pier Soderini. Étant lié par l’amitié et la fonction tant à Soderini qu’à Agostino Vespucci – le cousin d’Amerigo était l’assistant de Machiavel à la chancellerie –, il est fort peu probable que le Secrétaire florentin n’ait pas tenu ce texte entre ses mains4. À la différence des autres récits de voyage de la même époque – en particulier ceux de Christophe Colomb –, les lettres de Vespucci affirment nettement que ce qui a été découvert est une novissima res, qui bouleverse tout à la fois la science des Anciens et le dogme des chrétiens5. C’est cette nouvelle géographie et, dirait-on aujourd’hui, le changement de paradigme qu’elle provoque, que Machiavel convoque lorsqu’il a besoin de signifier la nouveauté de sa pensée politique. Peut-on dire que géographie et politique, tant au niveau pratique que théorique, atteignent parallèlement, à l’orée du xvie siècle, ce seuil périlleux au-delà duquel rien n’est plus comme avant ? Cela a-t-il un sens de mettre en relation la novissima res de Vespucci avec les res novae q