Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948
2. Parcours

Intellectuels français et intellectuels italiens dans la transition du fascisme à la République (1945-1948)

Intellettuali francesi e intellettuali italiani nella transizione dal fascismo alla Repubblica (1945-1948)
Olivier Forlin
p. 111-124

Résumés

Séduits par le néoréalisme et par la réflexion des groupes intellectuels marxistes et actionnistes, des intellectuels français de gauche ont noué, après 1945, des relations avec leurs homologues italiens. En dépit d’une prise de conscience de la complexité des itinéraires de leurs amis, malgré la publication de textes en témoignant, les Français ont, à partir de 1948, repris l’interprétation de la rupture culturelle et politique entre le fascisme et l’Italie républicaine. Le phénomène s’explique par trois facteurs : le tournant culturel de la guerre froide, qui interrompit la publication des témoignages sur les parcours des intellectuels italiens sous le fascisme et pendant la guerre ; la mise en place, sur le plan historiographique, du paradigme antifasciste qui imposa une lecture schématique du fascisme ; enfin les rapports ambigus que certains intellectuels français avaient eus avec le fascisme italien ou le régime de Vichy et qui les ont poussés à tourner le dos au passé récent.

Haut de page

Texte intégral

1Très enthousiastes lors de la découverte des films et des romans néoréalistes, fortement intéressés par les forces politiques de gauche, notamment le Parti communiste italien (PCI) et le Parti d’Action, à l’écoute des débats agitant les milieux intellectuels et désireux de nouer des relations parmi eux, une partie des intellectuels français furent séduits par l’Italie au lendemain de la seconde guerre mondiale. Dans un premier temps, au regard du sentiment qu’ils eurent d’assister au surgissement d’un renouveau culturel sans attache avec le passé ou, sur le plan politique, de celui d’être en présence de forces en passe d’établir un régime démocratique nouveau, tournant définitivement la page du Ventennio, les intellectuels français italophiles construisirent l’image d’une Italie en rupture complète avec le fascisme.

2Assez vite cependant, par les liens qu’ils tissèrent avec leurs homologues italiens, ils furent amenés à s’interroger sur la question de la césure ou de la continuité avec la période fasciste, et sur celle des itinéraires des élites culturelles italiennes. Quelles réflexions engagèrent-ils sur ces deux thèmes et au-delà, sur celui du legs du fascisme ? Ainsi, ils parurent avoir eu conscience de la complexité du parcours des intellectuels entre fascisme et République et de la complexité des relations entre l’Italie nouvelle et le fascisme. Pourtant, à partir de 1948, ils interrompirent ces réflexions pour reprendre à leur compte des lectures schématiques sur le passé récent. Avant de tenter d’étudier les raisons de ce retournement, il convient de revenir sur les réseaux intellectuels établis par-delà les Alpes, puis d’analyser le questionnement amorcé sur les itinéraires des intellectuels italiens et l’héritage du fascisme.

Les liens entre intellectuels français et italiens

  • 1 Voir J. Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture, 1 (...)

3Les intellectuels français italophiles dont il est question ici étaient de gauche, souvent restés indépendants du Parti communiste français (PCF) , à l’instar du groupe rassemblé autour des Temps modernes – revue fondée à l’automne 1945, dirigée par Jean-Paul Sartre et cherchant à concilier marxisme et existentialisme – ou selon l’exemple de la revue Esprit dirigée par Emmanuel Mounier, qui tentait alors d’associer pensée personnaliste et marxisme. D’autres se situaient dans le giron du PCF, qu’ils fussent compagnons de route ou « encartés », sans toutefois appartenir au cercle des « intellectuels-de-parti » qui, eux, étaient en charge de responsabilités (la direction d’un périodique par exemple) et très soumis aux autorités du Parti1. Positionnés à la périphérie de la sphère intellectuelle communiste, les italophiles du PCF participaient à l’hebdomadaire Action, lancé à la Libération, pour y animer l’une des tendances (Claude Roy, Roger Vailland), éventuellement à la revue Europe (Claude Roy, Janine Bouissounouse). Ils formaient, enfin, le groupe informel de « la rue Saint-Benoît » où habitait Marguerite Duras, chez qui se retrouvaient son mari Robert Antelme, Dionys Mascolo, Edgar Morin, Claude Roy, etc. Sur le plan idéologique, leurs préoccupations convergeaient avec celles des rédactions des Temps modernes et d’Esprit : promouvoir un marxisme intellectuel et ouvert, soutenir un communisme souple et non dogmatique. Or, le PCI et les groupes marxistes italiens leur paraissaient incarner ces exigences.

  • 2 Voir la correspondance d’E. Vittorini, Gli anni del « Politecnico ». Lettere, 1945-1951, Turin, Ein (...)
  • 3 À titre d’exemples, voir C. Roy, « Présentation d’Elio Vittorini », Action, 81, 22 mars 1946, p. 12 (...)

4Les premiers contacts entre Français et Italiens furent établis à l’occasion d’un voyage d’Elio Vittorini à Paris en 1945, au cours duquel il fut reçu au Comité national des écrivains (CNE). Un peu déçu par l’atmosphère tendue qui régnait là, il fut accompagné par Claude Roy rue Saint-Benoît, où il noua des amitiés solides comme en témoignent les lettres échangées, les séjours des Français à Milan ou dans la résidence d’été de Vittorini2. Claude Roy, Dominique Desanti, Edgar Morin et Dionys Mascolo publièrent dans les périodiques communistes (Action, Les Lettres françaises, Europe) plusieurs articles sur leur ami italien, à la fois sur ses romans, sur Il Politecnico, la revue qu’il dirigeait à Milan, et sur ses réflexions autour du marxisme3.

  • 4 Le projet initial de Vittorini est reproduit dans E. Vittorini, Gli anni del « Politecnico », op. c (...)
  • 5 J. Bouissounouse, La nuit d’Autun. Le temps des illusions, Paris, Calmann-Lévy, 1977.
  • 6 C. Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli (fragment), Les Temps modernes, 14, novembre 1946, p. 212-2 (...)

5Elio Vittorini, dont les romans étaient désormais traduits et édités en France par Gallimard, rencontra également, au cours de son séjour parisien, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir dont la revue était alors éditée par Gallimard. À l’occasion d’un voyage en Italie à la fin du printemps 1946, le couple rendit visite à Vittorini et aux rédacteurs du Politecnico à Milan. Sartre eut alors l’idée de consacrer un numéro des Temps modernes à l’Italie qui parut à l’été 1947. Il fut en partie conçu par Vittorini qui rassembla des textes inédits ou précédemment publiés dans les colonnes de revues, notamment celles du Politecnico4. Sartre et Beauvoir poursuivirent leur périple à Rome où ils furent reçus par Janine Bouissounouse. Compagnon de route du PCF, collaboratrice occasionnelle des Temps modernes, elle vécut à Rome entre 1945 et septembre 1947, son mari Louis de Villefosse (officier de marine et résistant) siégeant à la Commission interalliée chargée de veiller à l’exécution des clauses de l’armistice avec l’Italie5. Elle organisa une réception où furent invités des intellectuels et des hommes politiques de gauche, ce qui permit à Sartre de rencontrer, entre autres, Ranuccio Bianchi Bandinelli. Directeur des Beaux-Arts et des Antiquités, il était à la tête de la revue, liée au PCI, Società. Programmée, la participation de la rédaction de Società au numéro italien des Temps modernes fut toutefois empêchée fin 1946 à la suite de désaccords politiques. Sartre et Beauvoir se lièrent également d’amitié avec Carlo Levi, peintre et écrivain, l’auteur du Christ s’est arrêté à Eboli dont des extraits furent publiés dans Les Temps modernes6. Il participa au numéro en donnant à la revue française quelques textes, ceux d’intellectuels membres ou proches, comme lui, du Parti d’Action (Manlio Rossi Doria, Aldo Garosci).

  • 7 Dans ce groupe figuraient, entre autres, Ettore Sobrero et le philosophe Felice Balbo qui entra en (...)
  • 8 À Milan, c’est Alessandro Pellegrini qui noua des liens, à partir de 1947, avec Mounier par l’inter (...)
  • 9 Lettre de A. Olivetti à E. Mounier du 13 février 1946, IMEC-AE cité.
  • 10 Lettre de G. Glisenti à E. Mounier du 28 octobre 1947, IMEC-AE cité.
  • 11 Lettre de A. Pellegrini à E. Mounier du 21 septembre 1947, IMEC-AE cité.
  • 12 Lettre de F. Balbo à E. Mounier du 29 août 1947, IMEC-AE cité.
  • 13 Ibid. Voir aussi la lettre de M. Ferro à E. Mounier du 26 septembre 1947, IMEC-AE cité.
  • 14 Esprit, 141, janvier 1948, p. 14-83. Le numéro comprenait un article de Mounier sur la situation po (...)

6La rédaction d’Esprit tissa des liens dans la nébuleuse des chrétiens de gauche italiens, des groupes proches du communisme ou du marxisme, tels les anciens de la Sinistra cristiana, basés à Turin7 et Milan8, ou Adriano Olivetti, chef d’entreprise qui avait fondé à Ivrée le mouvement politico-culturel Comunità9. Un peu plus tard, à l’automne 1947, Mounier entra en contact avec les intellectuels (dont Giuseppe Glisenti qui en était la cheville ouvrière) de Cronache sociali, revue catholique de gauche située dans la mouvance de la démocratie chrétienne10. Il effectua fin 1947 en Italie une tournée de conférences organisée par Felice Balbo, Adriano Olivetti et Alessandro Pellegrini, qui fut l’occasion de multiplier les contacts : avec la rédaction de la revue actionniste Il Ponte, basée à Florence et dirigée par Piero Calamandrei11, avec celle de Società (Bianchi Bandinelli, Cesare Luporini, Romano Bilenchi)12, avec le réseau des Case della Cultura proches du PCI13. Enthousiasmé par son périple, il fit paraître à son retour un mini-numéro spécial d’Esprit consacré à l’Italie14.

7C’est bien évidemment à partir de ces relations que les intellectuels français furent en mesure d’engager une réflexion sur les itinéraires de leurs amis italiens.

Réflexions sur des itinéraires complexes entre fascisme et antifascisme

  • 15 « Lettres d’Antonio Gramsci sur Benedetto Croce », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, (...)
  • 16 Lettre d’E. Mounier à G. Debenedetti du 22 janvier 1948 ; lettres de R. Cantoni à E. Mounier du 5 m (...)
  • 17 R. Cantoni, « Mythe et critique dans la culture marxiste », Esprit, 145, mai-juin 1948, p. 767-782.

8Dans un premier temps, les Français tournèrent leurs regards vers les milieux intellectuels italiens en raison des débats qu’ils développaient autour du marxisme et autour du socialisme libéral. Ils furent tout d’abord fortement intéressés par la pensée d’Antonio Gramsci dont les œuvres commençaient à être éditées chez Einaudi sous la houlette de Palmiro Togliatti. Le numéro dédié à l’Italie par Les Temps modernes en 1947 contenait un texte de Gramsci et un article présentant son parcours et quelques-unes de ses thèses signé Giacomo Cantoni15. Quelques mois plus tard, Emmanuel Mounier, qui préparait un numéro d’Esprit sur le marxisme, était à la recherche d’un inédit de Gramsci16. Faute d’avoir pu obtenir un tel texte, il se replia sur un article de Remo Cantoni qui plaçait sa réflexion sous la tutelle de celle du penseur sarde17.

  • 18 « Politica e cultura : una lettera di Palmiro Togliatti », Il Politecnico, 33-34, septembre-décembr (...)
  • 19 D. Mascolo et E. Morin, « Interview d’Elio Vittorini », Les Lettres françaises, 160, 13 juin 1947. (...)

9Ce furent également les réflexions d’Elio Vittorini qui suscitèrent l’intérêt des Français. En particulier celle déployée à propos des rapports entre politique et culture lors d’un échange de lettres publiques qu’il avait eu avec Palmiro Togliatti en 1946-194718. L’écrivain défendait une liberté relative de la culture par rapport à la politique (il récusait notamment les ingérences basées sur des critères politiques de la part des dirigeants politiques dans le domaine culturel) à un moment où le chef du PCI amorçait, entre la fin 1946 et le printemps 1947, un durcissement qui allait le conduire à répercuter en Italie les normes du réalisme socialiste. Une partie des intellectuels français s’empara alors des thèses de Vittorini pour tenter de défendre un relatif pluralisme culturel contre le dogmatisme du PCF en la matière. La rédaction d’Esprit fit paraître en janvier 1948, on l’a dit, la lettre de Vittorini à Togliatti ; Edgar Morin et Dionys Mascolo utilisèrent la référence aux thèses de Vittorini pour résister au tournant culturel du PCF en 1947-1948 qui aboutit, comme en Italie, à imposer le « nouveau réalisme », variante française du réalisme socialiste19.

  • 20 S. Solmi, « Piero Gobetti », M. Arnaud trad., Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 26 (...)
  • 21 E. Mounier, « Lignes de force d’un personnalisme italien », Esprit, 141, janvier 1948, p. 14-23.

10D’autres courants idéologiques retinrent l’attention des Français : les réflexions des chrétiens marxistes sur les rapports entre marxisme, communisme et christianisme, du côté de la rédaction d’Esprit qui est revenue sur l’expérience de la défunte Sinistra cristiana ; les débats des intellectuels actionnistes et, à partir d’eux, la pensée de Piero Gobetti et, secondairement, celle de Carlo Rosselli, dont les premiers étaient les dépositaires. La réflexion de Gobetti dessinant les contours d’un socialisme libéral, les tentatives des actionnistes de définir un socialisme autonome, à la fois démocrate et authentiquement réformiste, l’expérience du Parti d’Action, parti d’intellectuels, amenèrent les rédactions des Temps modernes20 et d’Esprit21 à consacrer textes et analyses à ce filon idéologique.

  • 22 P. Assouline, L’épuration des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 1985.
  • 23 J.-P. Sartre, « Présentation », Les Temps modernes, 1, octobre 1945, p. 1-21.

11Les Français se sont ensuite intéressés de très près à la problématique de l’engagement des intellectuels italiens. La question était au cœur des débats en France depuis la fin de la guerre, en raison de l’investissement d’intellectuels dans la lutte contre le fascisme et le nazisme ; eu égard également à l’épuration dont d’autres, compromis avec Vichy ou l’occupant nazi, firent les frais : la question avait alimenté débats et controverses autour de la responsabilité des intellectuels22. Le premier numéro des Temps modernes s’ouvrait sur un éditorial dans lequel Sartre théorisait l’engagement conçu comme permanent et érigé en devoir auquel l’homme de culture, en prise sur son temps, ne pouvait échapper. Responsable en toutes circonstances (selon Sartre, celui qui se tait cautionne les injustices), et puisqu’il est en situation dans son époque, l’intellectuel ne pouvait produire qu’une culture engagée23.

  • 24 La « Présentation » de Sartre a été publiée dans les colonnes du Politecnico.
  • 25 Voir A. Asor Rosa, « La cultura », Storia d’Italia, IV, 2, Dall’Unità a oggi, Turin, Einaudi, 1975, (...)
  • 26 Voir L. La Rovere, Storia del Guf. Organizzazione, politica e miti della Gioventù universitaria fas (...)
  • 27 L. La Rovere, L’eredità del fascismo. Gli intellettuali, i giovani e la transizione al postfascismo (...)

12Ces thématiques étaient au même moment débattues en Italie. Les questions de l’engagement de l’intellectuel24, de son rôle social, de son investissement aux côtés du peuple (andare verso il popolo), de l’éducation de celui-ci, étaient ardemment discutées par des personnes dont les parcours depuis l’entre-deux-guerres avaient été complexes25. Avant de rejoindre les rangs de la Résistance en 1943-1945 et de se rapprocher des partis de gauche, certains furent politiquement neutres et désengagés sous le fascisme ; tandis que d’autres, les plus jeunes, avaient été formés sous le fascisme, embrigadés dans les organisations de jeunesse, dans les Groupes universitaires fascistes (Guf), avaient participé aux Littoriali, olympiades de la culture de la seconde moitié des années trente26. Du fascisme à tendance révolutionnaire, plusieurs d’entre eux évoluèrent progressivement, à la fin des années trente, vers un antifascisme culturel, avant de basculer, sous l’effet de la guerre puis de l’occupation allemande, dans la lutte clandestine et de rejoindre les rangs du PCI, du Parti d’Action ou, plus rarement, du PSI. Pour d’autres cependant, l’impact de l’éducation totalitaire rendit problématique la sortie de l’univers fasciste et l’intégration au régime démocratique27.

  • 28 R. Bilenchi et M. Chiesi, « Lamento de Civitella della Chiana », C. Beigbeder trad., Les Temps mode (...)
  • 29 N…, « La ville ne nous a pas fait peur », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 331-34 (...)
  • 30 « Lettre de Giaime Pintor à son frère », ibid., p. 327-330.
  • 31 F. Fortini, « Biographie d’un jeune bourgeois intellectuel », Les Temps modernes, ibid., p. 418-430

13À la Libération, ils eurent tendance à s’interroger sur ces parcours. Plutôt que de prendre place dans le cadre de textes théoriques, leur réflexion fut déployée dans des documents prenant la forme de témoignages rétrospectifs et personnels (lettres, journaux intimes, récits de vie, etc.). Plusieurs d’entre eux figurèrent au sommaire de revues comme Società ou Il Politecnico, et certains furent reproduits dans les revues françaises. Le numéro italien des Temps modernes de 1947 a, à cet égard, une valeur exemplaire. Structuré en trois parties, la deuxième, intitulée « Guerre », est composée de ce type de documents bruts sur la guerre en Italie. L’un d’entre eux est un témoignage de femmes, recueilli et mis en forme par Romano Bilenchi et Marta Chiesi, sur le massacre, par les Allemands, des hommes d’un village toscan (Civitella della Chiana)28. Plusieurs autres sont des textes consacrés à l’engagement d’intellectuels dans la Résistance : extraits du journal personnel de Bruno Fanciullacci (né en 1919) retraçant son action dans la Résistance florentine, où il trouva la mort (juillet 1944), et s’interrogeant sur le sens de son engagement ; journal d’un intellectuel romain resté anonyme en raison de sa participation à l’attentat de la via Rasella contre trente soldats allemands ; en représailles, les Allemands exécutèrent 335 civils aux Fosses ardéatines près de Rome. L’auteur s’interroge sur son rapport problématique à la violence et son investissement aux côtés du peuple29. La lettre de Giaime Pintor à son frère Luigi est reproduite30. Né en 1919, écrivain et spécialiste de théâtre allemand, Pintor revient sur son itinéraire qui le conduisit à basculer de la neutralité politique à l’engagement dans la lutte armée. La lettre, écrite peu avant sa participation à une action clandestine au cours de laquelle il fut tué (décembre 1943), eut une résonance importante en Italie. Des extraits du journal de Franco Fortini (né en 1917), écrivain, rédacteur au Politecnico et membre du PSI, permettent d’évoquer le parcours d’un intellectuel issu d’une famille juive (son père fut victime des lois antisémites de 1938) et formé sous le fascisme, membre des Guf, présent aux Littoriali, puis engagé dans la Résistance armée dans le Nord31.

  • 32 R. Bianchi Bandinelli, « Journal d’un bourgeois », Europe, 28, février 1949, p. 27-40.

14La revue Europe, liée au PCF, fit paraître en 1949 des extraits de Dal Diario di un Borghese de Ranuccio Bianchi Bandinelli paru (sous le pseudonyme de Giovanni Douro) plus tôt en Italie, à la fois dans Società puis en volume (chez Mondadori, 1948)32. L’initiative en revint très certainement à Janine Bouissounouse, liée à Bianchi Bandinelli depuis son séjour romain et collaboratrice régulière d’Europe. Né en 1900, politiquement neutre sous le fascisme, Bianchi Bandinelli a très progressivement évolué vers l’antifascisme avant de rejoindre les rangs du PCI à la Libération. Comme les quatre documents précédemment cités, le sien porte la marque d’une volonté d’introspection placée sous le signe des hésitations, des contradictions, d’une quête de sens à propos de l’engagement et de la fonction des intellectuels.

15À côté des contacts personnels, ces documents ont manifestement permis aux intellectuels français de prendre conscience de la complexité des itinéraires de leurs amis italiens et de leur rapport problématique au fascisme et à son héritage. Pareillement, les témoignages ont accrédité l’idée que leurs engagements de l’après-guerre, que leurs débats et leur production culturelle, ont plongé leurs racines dans la période précédente et furent l’aboutissement de parcours qui furent tout sauf linéaires.

16Or, ces constats et cette réflexion disparurent des colonnes des revues françaises à partir de 1948 au profit d’une lecture schématique de la période placée sous le sceau de la rupture culturelle et politique entre fascisme et République : les engagements des intellectuels de gauche, leur production culturelle, s’inscrivent en rupture avec leur parcours antérieur qui est effacé des mémoires ; de même, le jeune régime démocratique italien repose sur des fondements sans attache avec le régime précédent.

Les facteurs d’un effacement mémoriel

17Trois ordres de facteurs peuvent être avancés pour rendre compte de ce retournement conduisant à poser un voile mémoriel sur la période fasciste et son héritage.

  • 33 M. Alicata, « La corrente “Politecnico” », Rinascita, 5-6, mai-juin 1946.

18Le premier concerne le tournant culturel de la guerre froide. Togliatti a commencé, à partir de la fin 1946 (mais le processus s’étend tout au long de l’année 1947), à imposer des normes, issues du réalisme socialiste, dans le domaine culturel. Ce sont ces questions qui furent à l’origine des controverses entre la rédaction de Società, celle du Politecnico d’un côté, et les autorités du PCI de l’autre. Les seconds, à l’instar de Mario Alicata dès le printemps 194633, puis de Togliatti lui-même, ont critiqué l’« éclectisme », l’« intellectualisme », la « dispersion idéologique » des deux revues, celle de Vittorini en particulier, avant que les polémiques ne se cristallisent dans l’échange de lettres ouvertes entre Togliatti et Vittorini sur les rapports entre politique et culture. Les critiques ont aussi concerné la publication des témoignages et récits sur la guerre, la Résistance et le parcours des intellectuels, dont les deux revues s’étaient fait les spécialistes. Car ces textes contredisaient de plus en plus la lecture canonique que les responsables du PCI étaient en train d’imposer à propos du fascisme, interprété comme un régime qui fut aux mains d’une minorité fanatisée, elle-même manipulée par le capital et la grande bourgeoisie, et dépourvue d’appui dans les masses et parmi les intellectuels.

  • 34 N. Ajello, Intellettuali e PCI, 1944-1958 (1979), Bari, Laterza, 1997, p. 71-72.

19Le durcissement idéologique se manifesta précocement, dès la fin 1946, lorsque Togliatti convoqua à Rome la rédaction de Società (Bianchi Bandinelli, Luporini, Bilenchi) pour un rappel à l’ordre et l’introduction dans le comité de rédaction de la revue d’intellectuels contrôleurs, dont Emilio Sereni, le futur responsable de la commission culturelle du PCI (1948-1951)34. Avec Il Politecnico qui n’était pas, à la différence de Società, organiquement lié au PCI, la polémique dura jusqu’au printemps 1947 via l’échange épistolaire avec Vittorini. Puis, à la fin 1947, l’écrivain et ses amis mirent un terme à la publication de leur périodique.

  • 35 R. Maheu, « Italie nouvelle ou les incertitudes de la liberté », Les Temps modernes, 10, juillet 19 (...)

20Deuxième facteur du retournement : l’idée de rupture ou de continuité entre le fascisme et le second après-guerre était également fonction de l’interprétation du fascisme. Quelques intellectuels français s’interrogèrent sur le legs du fascisme dans l’Italie nouvelle, sur les responsabilités du régime mussolinien dans les agressions militaires avant et pendant la guerre mondiale, les répressions, les crimes perpétrés contre des populations civiles. Moins dans une quête de vengeance ou de revanche sur les Italiens que dans l’intention de fonder la République démocratique sur des bases politiques solides. Dans cette perspective, certains attendaient un examen de conscience des Italiens sur leur part de responsabilité dans le soutien apporté au fascisme et dans les violences de guerre, estimant que sans un tel examen et sans responsabilité, la liberté était impossible. René Maheu, ami de Sartre et Beauvoir depuis leurs années d’études, quelque temps collaborateur des Temps modernes et futur directeur général de l’Unesco (1961-1974), a mené cette réflexion dans un article publié au retour d’un séjour en Italie au printemps 194635.

  • 36 M. Battini, Peccati di memoria. La mancata Norimberga italiana, Rome-Bari, Laterza, 2003 ; Id., « S (...)
  • 37 Voir l’« Introduction au numéro sur l’Italie », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p.  (...)

21Or, à l’instar de ce qui s’est passé à propos des itinéraires des intellectuels, ces réflexions disparurent après 1947. L’absence de ce que Michele Battini appelle un « Nuremberg italien » fut un facteur déterminant de cet effacement36. Les lectures du fascisme qui s’imposèrent alors jouèrent également en ce sens. Les Français répercutèrent les interprétations du fascisme forgées par les milieux de l’antifascisme37 : les libéraux démocrates ou socialistes libéraux de la mouvance actionniste l’ont considéré comme le produit des déséquilibres historiques de l’Italie (Unité tardive réalisée par les seules élites, inachevée) et des « maux » ou « vices » affligeant le peuple italien (attentisme politique, insubordination, etc.) ; tandis que les antifascistes d’obédience marxiste ont vu en lui le produit d’une réaction du capital et de la grande bourgeoisie utilisant une minorité qui a gouverné et conservé le pouvoir par la répression, la propagande et le mensonge. Ces lectures ont défini un fascisme dépourvu d’autonomie politique ou culturelle et coupé des masses comme des intellectuels.

  • 38 C. Roy, Nous, Paris, Gallimard, 1972.
  • 39 Id., Moi je, Paris, Gallimard, 1969.
  • 40 E. Morin, Autocritique (1959), Paris, Seuil, 1970.

22Le dernier facteur susceptible d’expliquer l’effacement mémoriel renvoie à la question du parcours de certains intellectuels français. Ils furent en effet quelques-uns parmi les italophiles à avoir eu des relations ambiguës avec le fascisme italien et/ou avec les forces d’extrême droite des années trente et le régime de Vichy. Claude Roy, membre du PCF jusqu’en 1956, auteur de nombreux articles sur la culture italienne, dont on a vu les liens avec Elio Vittorini – il lui a consacré, et à travers lui il a évoqué l’Italie du second après-guerre, un chapitre de ses mémoires38 –, fut proche de l’Action française dans les années trente, collaborateur de La Revue universelle, puis participa à Jeune France, association culturelle fondée par Vichy. Il bascula ensuite dans la Résistance et adhéra au PCF39. Edgar Morin, membre du PCF jusqu’en 1951, un autre proche de Vittorini, défenseur du pluralisme culturel au sein du PCF en 1947-1948, fut pacifiste intégral à la fin des années trente et se rapprocha du mouvement frontiste de Gaston Bergery (ce dernier rejoignit en 1940 le régime de Vichy et la collaboration). Replié à Toulouse après l’exode, attentiste pendant quelque temps, il bascula en 1943 dans la Résistance et adhéra au PCF40.

  • 41 « Esprit au Congrès franco-italien sur la corporation », Esprit, III/33, juin 1935.
  • 42 E. Mounier, « Lendemains d’une trahison », Esprit, VII/73, octobre 1938.
  • 43 Z. Sternhell, « Emmanuel Mounier et la contestation de la démocratie libérale dans la France des an (...)
  • 44 B. Comte, « Emmanuel Mounier devant Vichy et la Révolution nationale », Revue d’histoire de l’Églis (...)

23Fondée en 1932, la revue Esprit s’inscrivit dans la nébuleuse des intellectuels non-conformistes au cours des années trente. Très critiques à l’égard de la démocratie parlementaire et du matérialisme (celui du libéralisme économique comme celui issu du marxisme), les groupes appartenant à cette mouvance ont cherché à définir une troisième voie entre le communisme et le capitalisme libéral. Ces positions conduisirent certains d’entre eux à s’intéresser de près au corporatisme fasciste dans lequel ils voyaient une solution pour corriger les excès du capitalisme sans tomber dans le collectivisme. Ils furent plusieurs, dont une délégation d’Esprit, à se rendre à Rome en mai 1935, invités à participer à un congrès sur les corporations organisé par l’Institut de culture fasciste. Un article assez élogieux à l’endroit des réalisations fascistes en matière économique et sociale fut publié par Esprit au retour de Rome41. La rédaction de la revue a toutefois affiché des positions clairement antifascistes à partir de la fin 1935 et de la conquête d’Éthiopie, puis lors de la guerre d’Espagne ou encore au moment des accords de Munich que Mounier qualifia de « trahison »42. Entre novembre 1940 et août 1941, le chef de file du personnalisme fit pourtant reparaître Esprit avec l’autorisation de Vichy ; et l’on sait que ce « dérapage » est à l’origine d’une controverse historiographique. Elle oppose, d’un côté, ceux qui considèrent que le rapprochement avec Vichy est le fruit d’une convergence idéologique enracinée dans les thèmes développés par Esprit dès les années trente et dont le périple romain de 1935 serait une des manifestations ; Zeev Sternhell, qui classe Vichy parmi les régimes fascistes, parle de crypto-fascisme à propos de l’idéologie d’Esprit43. Un second groupe d’historiens et essayistes analyse la période 1940-1941 d’Esprit comme une courte parenthèse de peu de relief au regard de l’engagement antifasciste puis résistant de Mounier et des rédacteurs de la revue. Ils expliquent la décision de Mounier, entre autres arguments, par le choix de résister à Vichy et au nazisme de l’intérieur et par la volonté de ne pas abandonner les abonnés de la revue44.

  • 45 S. de Beauvoir, La force de l’âge (1960), Paris, Livre de poche, 1991, p. 178-180, 242 et 304-314.
  • 46 J.-F. Sirinelli, Deux intellectuels dans le siècle. Sartre et Aron, Paris, Fayard, 1995, p. 131.

24Dernier exemple témoignant d’une attitude parfois ambiguë des intellectuels d’avant-guerre, celui de Sartre et Simone de Beauvoir. Ils effectuèrent plusieurs voyages en Italie entre 1934 et 1936, évoqués dans ses mémoires par la seconde45. Or, ne figure dans ces pages presque aucune mention du fascisme. Beauvoir se contente de signaler que Sartre était agacé, à Rome, par l’omniprésence de la police et des chemises noires, par la tristesse qui s’abattait sur la ville en soirée. Elle n’oublie pas de préciser qu’ils validèrent leur ticket d’entrée à l’exposition fasciste (en 1934), leur permettant d’obtenir 70 % de réduction sur le prix des billets de train… Il est vrai que les deux philosophes n’étaient alors pas engagés, qu’ils ne votèrent pas aux élections du printemps 1936 et que Sartre avait séjourné en Allemagne en 1933-1934 (il était en poste à l’Institut français de Berlin) sans réagir à la montée du nazisme46.

  • 47 E. Gentile, « Héritage et refoulement du totalitarisme dans l’Italie républicaine », Le jour se lèv (...)
  • 48 C. Roy, Nous, op. cit., p. 199-200.
  • 49 R. Zangrandi, Le long voyage à travers le fascisme (1962), Paris, Robert Laffont, 1963.

25Autant d’attitudes face au fascisme italien, face au régime de Vichy, ou plus généralement face à la politique, de la part d’intellectuels français susceptibles d’expliquer le brusque retournement de 1948 vis-à-vis des itinéraires de leurs amis italiens. Un voile mémoriel a été posé sur la complexité de ces parcours, comme sur le passé récent de l’Italie. Ils ont ainsi pris part à la mise à distance du fascisme, à ce processus de défascisation rétrospective qui s’est affirmé en Italie47. Ce n’est qu’au début des années soixante-dix que Claude Roy, dans ses mémoires politiques, reviendra sur les itinéraires de ses amis italiens, dont celui de Vittorini et de ceux, plus jeunes, de la génération formée sous le fascisme, promoteurs d’un fascisme de gauche, aux accents révolutionnaires, avant d’évoluer vers un antifascisme culturel puis politique48. Claude Roy citait le livre de Ruggero Zangrandi qui, paru chez Einaudi en 1948, traduit et édité en France en 1963, avait qualifié ces parcours de « long voyage à travers le fascisme »49.

Haut de page

Notes

1 Voir J. Verdès-Leroux, Au service du Parti. Le Parti communiste, les intellectuels et la culture, 1944-1956, Paris, Fayard/Minuit, 1983.

2 Voir la correspondance d’E. Vittorini, Gli anni del « Politecnico ». Lettere, 1945-1951, Turin, Einaudi, 1977.

3 À titre d’exemples, voir C. Roy, « Présentation d’Elio Vittorini », Action, 81, 22 mars 1946, p. 12-13 ; D. Desanti, « À Paris, Elio Vittorini nous parle de la culture italienne », Action, 143, 27 juin 1947, p. 10 ; D. Mascolo et E. Morin, « Interview d’Elio Vittorini », Les Lettres françaises, 160, 13 juin 1947.

4 Le projet initial de Vittorini est reproduit dans E. Vittorini, Gli anni del « Politecnico », op. cit., p. 419-420.

5 J. Bouissounouse, La nuit d’Autun. Le temps des illusions, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

6 C. Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli (fragment), Les Temps modernes, 14, novembre 1946, p. 212-237, et 15, décembre 1946, p. 469-496.

7 Dans ce groupe figuraient, entre autres, Ettore Sobrero et le philosophe Felice Balbo qui entra en contact avec Mounier dès février 1946 : Caen, Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC), Archives Esprit, « Correspondance générale avec l’Italie, 1946-1953 » (ESP2-C1-02-02), Lettre de F. Balbo à E. Mounier du 15 février 1946.

8 À Milan, c’est Alessandro Pellegrini qui noua des liens, à partir de 1947, avec Mounier par l’intermédiaire du groupe turinois. Caen, IMEC, Archives Esprit, réf. citées (désormais : IMEC-AE cité), Lettre de A. Pellegrini à E. Mounier du 11 mars 1947.

9 Lettre de A. Olivetti à E. Mounier du 13 février 1946, IMEC-AE cité.

10 Lettre de G. Glisenti à E. Mounier du 28 octobre 1947, IMEC-AE cité.

11 Lettre de A. Pellegrini à E. Mounier du 21 septembre 1947, IMEC-AE cité.

12 Lettre de F. Balbo à E. Mounier du 29 août 1947, IMEC-AE cité.

13 Ibid. Voir aussi la lettre de M. Ferro à E. Mounier du 26 septembre 1947, IMEC-AE cité.

14 Esprit, 141, janvier 1948, p. 14-83. Le numéro comprenait un article de Mounier sur la situation politique et idéologique en Italie (« Lignes de force d’un personnalisme italien », p. 14-23) ; un « Témoignage » (p. 23-33), texte d’Ettore Sobrero présenté au congrès d’Esprit de juillet 1947 ; une lettre de Vittorini à Togliatti sur les rapports entre politique et culture (p. 34-57) ; un article d’André Bazin sur le cinéma néoréaliste (« Le réalisme cinématographique et l’école italienne de la Libération », p. 58-83).

15 « Lettres d’Antonio Gramsci sur Benedetto Croce », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 252-261 ; G. Cantoni, « Antonio Gramsci », C. Beigbeder trad., ibid., p. 237-251.

16 Lettre d’E. Mounier à G. Debenedetti du 22 janvier 1948 ; lettres de R. Cantoni à E. Mounier du 5 mars 1948 et du 1er avril 1948, IMEC-AE cité.

17 R. Cantoni, « Mythe et critique dans la culture marxiste », Esprit, 145, mai-juin 1948, p. 767-782.

18 « Politica e cultura : una lettera di Palmiro Togliatti », Il Politecnico, 33-34, septembre-décembre 1946 ; E. Vittorini, « Politica e cultura : lettere a Togliatti », Il Politecnico, 35, janvier-mars 1947.

19 D. Mascolo et E. Morin, « Interview d’Elio Vittorini », Les Lettres françaises, 160, 13 juin 1947. Voir O. Forlin, « Médiation culturelle, débats et affrontements idéologiques après 1945. La réception de l’œuvre d’Elio Vittorini par les intellectuels français », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-3, juillet-septembre 2006, p. 77-99 ; M. Lazar, « Le PCF et la culture », Les Cahiers de l’Animation, 57-58, décembre 1986, p. 57-72.

20 S. Solmi, « Piero Gobetti », M. Arnaud trad., Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 262-275 ; P. Gobetti, « Notre protestantisme », M. Arnaud trad., ibid., p. 276-278.

21 E. Mounier, « Lignes de force d’un personnalisme italien », Esprit, 141, janvier 1948, p. 14-23.

22 P. Assouline, L’épuration des intellectuels, Bruxelles, Complexe, 1985.

23 J.-P. Sartre, « Présentation », Les Temps modernes, 1, octobre 1945, p. 1-21.

24 La « Présentation » de Sartre a été publiée dans les colonnes du Politecnico.

25 Voir A. Asor Rosa, « La cultura », Storia d’Italia, IV, 2, Dall’Unità a oggi, Turin, Einaudi, 1975, p. 1585-1586 ; L. Mangoni, « Civiltà della crisi. Gli intellettuali tra fascismo e antifascismo », Storia dell’Italia repubblicana, I, Turin, Einaudi, 1991, p. 617-728.

26 Voir L. La Rovere, Storia del Guf. Organizzazione, politica e miti della Gioventù universitaria fascista (1919-1943), Turin, Bollati Boringhieri, 2003.

27 L. La Rovere, L’eredità del fascismo. Gli intellettuali, i giovani e la transizione al postfascismo, 1943-1948, Turin, Bollati Boringhieri, 2008.

28 R. Bilenchi et M. Chiesi, « Lamento de Civitella della Chiana », C. Beigbeder trad., Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 345-370. Le texte avait été auparavant publié dans Società sous le titre La Strage di Civitella (Società, 1946, 7-8, p. 787-891).

29 N…, « La ville ne nous a pas fait peur », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 331-344.

30 « Lettre de Giaime Pintor à son frère », ibid., p. 327-330.

31 F. Fortini, « Biographie d’un jeune bourgeois intellectuel », Les Temps modernes, ibid., p. 418-430.

32 R. Bianchi Bandinelli, « Journal d’un bourgeois », Europe, 28, février 1949, p. 27-40.

33 M. Alicata, « La corrente “Politecnico” », Rinascita, 5-6, mai-juin 1946.

34 N. Ajello, Intellettuali e PCI, 1944-1958 (1979), Bari, Laterza, 1997, p. 71-72.

35 R. Maheu, « Italie nouvelle ou les incertitudes de la liberté », Les Temps modernes, 10, juillet 1946, p. 63-89.

36 M. Battini, Peccati di memoria. La mancata Norimberga italiana, Rome-Bari, Laterza, 2003 ; Id., « Sins of memory : reflections on the lack of an Italian Nuremberg and the administration of international justice after 1945 », Journal of Modern Italian Studies, IX/3, 2003, p. 349-362. Voir aussi le premier chapitre de L. La Rovere, L’eredità del fascismo, op. cit. ; Id., « The examination of conscience of the nation. The lost debate about the collective guilt in Italy, 1943-1945 », Totalitarian Movements and Political Religions, IX/2-3, 2008, p. 187-202.

37 Voir l’« Introduction au numéro sur l’Italie », Les Temps modernes, 23-24, août-septembre 1947, p. 193-198.

38 C. Roy, Nous, Paris, Gallimard, 1972.

39 Id., Moi je, Paris, Gallimard, 1969.

40 E. Morin, Autocritique (1959), Paris, Seuil, 1970.

41 « Esprit au Congrès franco-italien sur la corporation », Esprit, III/33, juin 1935.

42 E. Mounier, « Lendemains d’une trahison », Esprit, VII/73, octobre 1938.

43 Z. Sternhell, « Emmanuel Mounier et la contestation de la démocratie libérale dans la France des années trente », Revue française de science politique, XXXIV/6, décembre 1984, p. 1141-1180 ; Id., Ni droite ni gauche, L’idéologie fasciste en France (1983), Bruxelles, Complexe, 2000.

44 B. Comte, « Emmanuel Mounier devant Vichy et la Révolution nationale », Revue d’histoire de l’Église de France, LXXI, 187, juillet-décembre 1985 ; Id., Une utopie combattante. L’École des cadres d’Uriage, Paris, Fayard, 1990.

45 S. de Beauvoir, La force de l’âge (1960), Paris, Livre de poche, 1991, p. 178-180, 242 et 304-314.

46 J.-F. Sirinelli, Deux intellectuels dans le siècle. Sartre et Aron, Paris, Fayard, 1995, p. 131.

47 E. Gentile, « Héritage et refoulement du totalitarisme dans l’Italie républicaine », Le jour se lève. L’héritage du totalitarisme en Europe, 1953-2005, S. Courtois éd., Monaco, Éditions du Rocher, 2006, p. 344-357 ; Id., « L’héritage fasciste entre mémoire et historiographie. Les origines du refoulement du totalitarisme dans l’analyse du fascisme », Italie : la présence du passé, M. Lazar éd., num. monogr. de Vingtième siècle, Revue d’histoire, 100, octobre-décembre 2008, p. 51-62 ; L. La Rovere, L’eredità del fascismo, op. cit.

48 C. Roy, Nous, op. cit., p. 199-200.

49 R. Zangrandi, Le long voyage à travers le fascisme (1962), Paris, Robert Laffont, 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Forlin, « Intellectuels français et intellectuels italiens dans la transition du fascisme à la République (1945-1948) », Laboratoire italien [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/648 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.648

Haut de page

Auteur

Olivier Forlin

Université Pierre Mendès France-Grenoble 2, CRHIPA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page