Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Rythmes et périodisations de l’historiographie littéraire italienne de l’Arcadie aux Lumières (1690-1790)

Ritmi e periodizzazioni della storiografia letteraria italiana dall’Arcadia ai Lumi (1690-1790)
Pierre Musitelli
p. 15-46

Résumés

De l’Arcadie à la Révolution, le motif du Risorgimento delle Lettere parcourt l’historiographie littéraire italienne. Indissociable de son envers négatif – le thème de la décadence –, il relève d’une façon de penser l’histoire orientée vers l’examen critique du développement et des « révolutions » de la vie de l’esprit. En tant qu’hypothèse historiographique, le Risorgimento delle Lettere aboutit à la périodisation d’époques charnières de l’émergence d’un nouveau classicisme volgare, ponctué par le lent réveil de l’An Mil, le xiiie puis le xve siècle. Cette lecture ébauchée par Gravina, Gimma et Muratori, discutée par Parini, Alessandro Verri et Napoli Signorelli, trouve sa formulation la plus aboutie chez les grands historiographes des années 1770-1780 : Saverio Bettinelli et Girolamo Tiraboschi.
Mais la volonté de parcourir les étapes du risorgimento naît aussi du projet de réaffirmer le primat littéraire de la péninsule et d’appeler, en contrepoint du constat lucide de son déclin, au réveil des consciences et de la culture. La réflexion historique se double d’une invitation à réformer les lettres et le goût en Italie, afin de mettre un terme à une décadence poétique dont l’Académie d’Arcadie, fondée dans l’intention d’y remédier, avait fini par devenir l’emblème. Le paradigme risorgimentale revêt dans les deux dernières décennies du siècle, sous la plume d’académiciens tels que Matteo Borsa ou Antonio Cesari, une inflexion patriotique et polémique vis-à-vis du cosmopolitisme éclairé : l’heure est à restaurer le prestige culturel et littéraire de la péninsule sur des bases « italiennes ».

Haut de page

Texte intégral

1Quelle place occupe, dans la vaste production de textes sur l’histoire littéraire italienne, au xviiie siècle, la notion de risorgimento ? Quels usages sont faits de ce terme, quelles évolutions se dessinent ?

2J’ai souhaité ici approfondir l’examen des occurrences du verbe risorgere et de ses dérivés – (ri)sorgimento, (ri)surgimento, risorto, etc. – appliqué au domaine des lettere, en veillant à bien prendre en compte l’acception large de ce terme au xviiie siècle : poesia, filosofia, belle lettere, scienze, coltura, en sont autant de déclinaisons possibles, qui figurent parmi les compléments de noms les plus courants. Ils sont parfois accompagnés d’autres compléments, tels que belle arti ou umano ingegno, qui lui confèrent une portée plus large.

  • 1 La letteratura italiana, 44, Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, Critici e storici della poesia e del (...)
  • 2 Les auteurs pris en considération sont, par ordre alphabétique : Ireneo Affò (1741-1797), Saverio B (...)

3En termes de délimitation chronologique, la période prise en considération dans ce premier article de notre numéro s’étend de la fondation de l’Académie d’Arcadie, à Rome, en 1690, jusqu’à la fin des années 1780, au seuil de la Révolution, au moment où la question du Risorgimento delle Lettere prend une nouvelle inflexion. Une périodisation « à la Venturi », donc, pour les besoins de laquelle je me suis en partie appuyé sur les textes réunis par Emilio Bigi dans le volume Critici e storici della poesia delle arti nel secondo settecento de l’anthologie Dal Muratori al Cesarotti1. Un relevé d’occurrences, mené par ailleurs sur un certain nombre de textes numérisés d’historiens, d’académiciens, de linguistes ou de poètes, m’a conduit à compléter ce corpus, dense et diversifié2.

  • 3 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, t. II, partie I, « Dissertazione preliminare sull (...)

4Dans chacun de ces ouvrages, le recours à la notion de risorgimento traduit une attention aux cycles de l’histoire de la littérature, à ses vicende, comme dira Denina. De Crescimbeni à Tiraboschi, chacun en ausculte les rythmes et les bouleversements, avec l’ambition de dépasser la tradition érudite de compilation des sources pour en proposer une interprétation critique et raisonnée, qui mette au jour « le leggi di queste rivoluzioni della Letteratura »3.

  • 4 G. Getto, Storia delle storie letterarie (1942), Florence, Sansoni, 1969.

5S’il ressort de nos lectures que le terme risorgimento est d’un usage ancien et pour le moins courant, rares sont les textes où s’élabore une définition, voire une réflexion sémantique autour de cette catégorie déjà formée. Notre examen lexicographique visera donc à débrouiller l’écheveau des sens, à clarifier la portée et les modalités d’utilisation du terme. À cette fin, il m’a semblé préférable d’adopter, dans la mesure du possible, une progression chronologique : autrement dit de reparcourir « l’histoire des histoires littéraires », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Giovanni Getto4.

6J’ai cependant distingué, d’une part, le Risorgimento delle Lettere comme hypothèse historiographique, en m’intéressant à la façon dont les historiens scrutent le passé de l’Italie pour identifier les étapes d’un développement progressif des lettres et des esprits – autrement dit, en considérant la façon dont sont schématisés, rétrospectivement, les rythmes ascendants et descendants de la vie culturelle italienne –, et, d’autre part, le Risorgimento delle Lettere comme programme de réforme, c’est-à-dire comme leitmotiv d’un travail prospectif de restauration et de perfectionnement du goût en Italie, par l’entremise, aussi, d’une rénovation des institutions culturelles. J’ai donc distingué le Risorgimento delle Lettere comme outil interprétatif et comme mot d’ordre. Mais il va de soi que les deux usages se recouvrent dans bien des cas : plus qu’une catégorie critique, risorgimento semble répondre en matière d’historiographie à une volonté démonstrative ; il fait partie d’un arsenal rhétorique qui légitime le travail des défenseurs d’un « réveil » de l’Italie dans le cadre européen du xviiie siècle.

« Risorgimenti » dans l’histoire littéraire,
de Gimma à Tiraboschi

Gimma, Muratori, Verri et Parini

  • 5 Vocabolario degli Accademici della Crusca, 6 vol. , Florence, Accademia della Crusca, 1729-1738.
  • 6 L. A. Muratori, Della regolata divozione de’ cristiani (1747), dans La letteratura italiana, 44, Da (...)

7Risorgimento possède en italien un sens premier religieux attesté jusqu’au milieu du xixe siècle. L’entrée « risurgere, resurgere, e risorgere » de la quatrième édition du Vocabolario de l’Académie florentine de la Crusca, publiée dans la première moitié du xviiie siècle5, donne pour définition : « di nuovo surgere », « risucitare » [sic] et « derivare, nascere ». Le substantif « risurgimento » est dépourvu d’entrée spécifique et n’apparaît qu’en tant que synonyme de « resurressione e resurrezione ». Très courant en poésie, de Dante jusqu’aux Rime degli Arcadi, cet emploi corrélé à la notion de salut se retrouve aussi dans certains textes en prose, par exemple chez Muratori (« Il risorgimento dei peccati è un dono gratuito di Dio », dans Della regolata divozione de’ cristiani, 1747)6. On trouve aussi dans le Vocabolario, parmi les sens dérivés, une acception pécuniaire : « rovina e ruina. […] III. In modo proverbiale. La rovina non vuol miserie. proverb. che vale, che È inutile il risparmio, quando taluno è così povero, che non può sperar di risorgere ». Quant à « surgere, e sorgere », le dictionnaire mentionne sollevarsi, iscaturire, salire, incominciare, nascere.

8C’est toujours accompagné, de façon implicite ou non, de ses synonymes et antonymes que risorgimento a intégré le lexique de l’historiographie. Point de pensée du risorgimento qui ne soit dissociable d’une pensée de la décadence, et vice-versa : ce terme fait partie d’un binôme à l’emploi relativement vaste, qui touche aussi bien la vie du corps que la vie de l’esprit, le devenir de l’individu que celui des sociétés. On trouve ainsi, dans des sens proches ou équivalents, les substantifs ristoramento, miglioramento, gloria, risveglio, progresso, ainsi que les verbes ripulire, rinascere, rinovellare, fiorire ; et pour le versant négatif : sonno, decadenza, barbarie, giacere, estinto, etc. Ce double champ sémantique alimente une réflexion sur l’alternance des phases de grandeur et de décadence, des siècles d’or et des siècles barbares dans l’histoire des lettres, des arts et de la langue, qui n’a, dans la façon dont elle se formule en Italie au début du xviiie siècle, rien de nouveau. Elle s’enracine dans le terreau de la culture humaniste. Lorenzo Valla, dans ses Elegantiarum linguae latinae libri (1435-1444), soulignait par exemple le lien entre l’épanouissement ou le dépérissement de la langue et celui de la civilisation en des termes peu différents (« chi ignora che gli studi e discipline fioriscono quando la lingua è in fiore, e decadono quand’essa decade ? »). Or, il ne s’agit plus désormais d’établir un catalogue sommaire d’écrivains et de textes selon le seul critère du bon goût, mais de reconstituer, sur le long terme, la généalogie des idées littéraires, d’expliquer leur filiation, les causes de leur naissance et de leur mort.

9Appliqué au domaine de la culture, risorgere apparaît chez Vincenzo Gravina dans le second livre de son enquête sur la nature de la poésie, Della ragione poetica (1696-1708), pour désigner le développement des arts et lettres sous le mécénat de Laurent de Médicis :

  • 7 V. Gravina, Della ragione poetica (1696-1708), chap. 32, « D’Agostino Staccoli da Urbino, e del San (...)

[…] sotto la generosità di Lorenzo dei Medici, nobile egli ancor nella lirica, e sotto la scuola del Poliziano, autor di quelle maravigliose ottave, risorgendo tutte le belle arti, poté questo genere di poesia [lirica] ripigliar colle mani del Bembo la cetra del Petrarca, imitata poi degnamente da stuolo sì numeroso.7

  • 8 M. Cesarotti, Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica, dans Dal Muratori al Ce (...)

10Cette première occurrence dans notre corpus permet de dégager quelques constantes : d’une part, risorgimento désigne une temporalité jalonnée et bornée par l’existence de grands hommes – souverains, poètes et lettrés – et de grandes œuvres, et participe bien d’une volonté de périodiser l’histoire du goût et des genres littéraires. D’autre part, un lien de causalité unit le risorgimento à l’imitation de modèles passés, selon une conception classiciste de la grandeur non comme fruit de l’invention mais comme résultat du retour à un état antérieur de perfection (le préfixe ri-, propre à de nombreux synonymes de risorgimento, ne cesse de le rappeler). Si l’époque à laquelle Gravina situe le renouveau de « tutte le belle arti » correspond à la seconde moitié du xve siècle, c’est-à-dire à la Renaissance laurentienne, et que cette interprétation est destinée à trouver un large écho tout au long du siècle, risorgimento n’est pas pour autant nécessairement appelé à désigner cette époque précise, mais plutôt le caractère de toutes celles où s’observe une phase de progrès. Elle est donc une catégorie fluctuante et, surtout, récurrente. Le risorgimento constitue une étape intermédiaire et transitoire entre le point le plus bas et le point culminant d’une parabole historique. Ce terme ne désigne donc pas l’accomplissement ou l’apogée du développement, mais ce qui précède – ce qui précède les accomplissements ou apogées successifs. Dans son Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica, publié en 1762, Melchiorre Cesarotti, qui reconduit une approche de l’histoire comme lieu de déploiement dialectique des phases de progrès et de décadence, distinguait ainsi trois étapes dans l’histoire de la poésie : « l’ecclissamento, il risorgimento e la perfezion »8.

  • 9 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, t. I, Naples, Felice Mosca, 1723, « Introduzione (...)

11Dans Idea della storia dell’Italia letterata, dont le premier tome paraît à Naples en 1723, Giacinto Gimma, soucieux de prouver que « l’Italia letterata […] più di ogni altra nazione può mostrar cose di maggior gloria nelle lettere, e negli studj »9, fait du xive siècle le siècle du renouveau spirituel et culturel de l’Italie désormais émancipée de la barbarie :

  • 10 Ibid., chap. 32, « Del secolo Decimoquarto dall’anno 1301 », p. 389. Nous ajoutons les italiques da (...)

La misera Italia dopo la distruzione sopportata dalle barbare nazioni, si mirò pur distruggere in questo Secolo da’ suoi stessi figliuoli colle continue guerre civili, e le scienze quasi rovinate colla rovina dell’Imperio Romano quando pur doveano far naufragio, incominciarono a risorgere, svegliandosi gl’ingegni, ed in miglior gusto rimettendosi prima nella stessa Italia, e poi nelle altre Provincie dell’Europa.10

  • 11 G. Getto, op. cit., p. 47.
  • 12 Notamment, dans le cas de Gimma, contre le Traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet (16 (...)
  • 13 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, op. cit., p. 396.

12Quoique « caotica e inesatta »11, l’Idea de Gimma présente l’intérêt de prendre en considération, dans sa quête des périodes de « résurgence », l’ensemble des formes de production écrite, et non plus la seule volgar poesia à laquelle ses prédécesseurs de l’Arcadie, Crescimbeni et Gravina, consacraient leurs ouvrages. En revanche, leurs œuvres répondent à un même projet – et il s’agit là d’une autre constante du motif risorgimentale tout au long du siècle : l’enjeu est de défendre le patrimoine littéraire italien contre une tradition historiographique étrangère, française en particulier12, qui tend à atténuer le primat des auteurs de la Péninsule dans la fondation d’un nouveau classicisme européen. C’est contre « le censure », « il biasimo e l’invidia degli Oltramontani »13, que Gimma entreprend l’éloge des trois « Padri » (ibid., p. 389) de la langue et de la poésie vernaculaire au xive siècle, faisant de Pétrarque, restaurateur de la tradition classique, l’égal d’Homère et de Virgile (p. 396).

  • 14 A. Cottignoli, Alla luce del vero : studi su Muratori storico, Bologne, CLUEB, 1994, p. 96.

13Archiviste et bibliothécaire à Modène, mais surtout grand réformateur des méthodes historiographiques dans la première moitié du siècle, Ludovico Antonio Muratori est de ceux qui contribuèrent à la redécouverte et à la valorisation de la culture médiévale et des richesses « autochtones » de l’Italie. L’année précédant la parution de l’Idea de Gimma, il avait publié le premier des vingt-quatre volumes des Rerum Italicarum Scriptores (1723-1738), œuvre monumentale qui répondait au projet de parcourir, de façon « unitaire », l’histoire civile de la Péninsule du vie au xvie siècle. Du fait de son découpage chronologique, l’ouvrage de Muratori instaurait une nouvelle relation de continuité entre Italie médiévale et Italie moderne, qui allait légitimer la quête d’un risorgimento culturel au sein même de la tradition volgare, et en rupture avec l’ancien projet de restauration humaniste et latine souhaitée, par exemple, par Lorenzo Valla. Muratori, en se penchant sur les racines « barbares » de l’Italie, s’efforçait « [di] farci sentire, più che eredi della classicità, figli dell’Italia “italiana e non latina” […], così da esaltare in noi l’orgoglio d’essere, in fine, una nuova generazione d’Italiani, più vicina al resto d’Europa »14. Des âges sombres vers la lumière des temps modernes, il mettait en évidence le mouvement progressif, quoiqu’intermittent, du développement culturel italien. Poursuivant sa réflexion dans les Antiquitates italicae medii aevi (1738), traduites et résumées en italien par ses soins, Muratori rappelait l’œuvre du pape Sylvestre II, Gerbert d’Aurillac (945-1003), en faveur du renouveau de la culture :

  • 15 L. A. Muratori, Dissertazioni sopra le antichità italiane, già composte e pubblicate in latino dal (...)

[…] principalmente da Gerberto si dee riconoscere il risorgimento delle lettere in Italia. […] Pare al certo ben verisimile ch’egli tanto coll’esempio che col comando procurasse che gli studi delle lettere massimamente ricupassero l’antico splendore, molto decaduto nel secolo decimo.15

14Cette relecture du passé médiéval de l’Italie et la césure ainsi établie aux alentours de l’an Mil marquaient une étape décisive dans la constitution du paradigme du Risorgimento delle Lettere au xviiie siècle, ouvrant la voie aux travaux de Bettinelli, Denina et Tiraboschi.

  • 16 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, B. Scalvini éd., Rome, Edizioni di storia e letteratura, 20 (...)

15Au milieu des années 1760, le paradigme avait transité, avec de légers ajustements, sous la plume d’Alessandro Verri, dans une œuvre de jeunesse restée inédite jusqu’au début des années 2000, Saggio sulla storia d’Italia (1765)16. Menant l’examen critique, et désormais topique, de la « serie di lepide e tristi vicissitudini framezzo delle quali passano tutte le nazioni per fare il sempre disastroso e lento viaggio dalla barbarie alla coltura » (ibid., chap. 17, p. 160), Verri circonscrivait à la période comprise entre le xive et le xviiie siècle les grands progrès de l’esprit en Italie. Il se montrait plus critique, en revanche, envers le xie siècle, en raison du coût humain des croisades et des difficultés liées à l’acheminement des livres, qui faisaient obstacle au développement de la société et à la diffusion des savoirs :

Parlerò io delle lettere di tal secolo ? Tutto era disordine e tumulto. […] La mancanza di manifattura di così poco costo, la somma spesa che costava la ricopiatura di un libro, ch’era un prezioso dono, furono inciampi non piccoli al risorgimento delle lettere. (Ibid., chap. 16, p. 158)

Furono un grande e lungo ostacolo al risorgimento dell’ingegno umano non che nell’Italia, nell’Europa tutta, quelle pie emigrazioni che per tre secoli spopolarono l’Europa. (Ibid., chap. 17, p. 160-161)

Il principio del secolo decimo quarto fu l’aurora della nostra coltura. Molti illustri ingegni cominciavano a farla risorgere dall’ultima abbiezione nella quale era stata fin allora sepolta. Reca maraviglia come sorgessero fra gente barbara un Dante, un Petrarca ed un Boccaccio, e che pareggiassero gli scrittori del secolo d’Augusto senza essere stati preceduti da uomini mediocri. Sembrerebbe trasgredita la legge di continuità colla quale pare che progredisca l’ingegno umano, se non si rifletta che i maestri di questi uomini non erano i loro padri ma gli antichi, alla lettura ed alla imitazione de’ quali si rivolsero. (Ibid., chap. 22, p. 219)

  • 17 Voir par exemple Voltaire, Le Siècle de Louis XIV : « Le siècle de Louis XIV a donc en tout la dest (...)

16L’originalité de Verri ne consiste pas à faire remonter l’« aurore » de la culture volgare au siècle des « Trois couronnes » – Gimma et même Muratori, dans Della perfetta poesia italiana (I, iii, 1706), en avaient fait une étape essentielle vers le xve siècle – mais à faire coïncider ce « premier » risorgimento avec l’âge d’or du siècle d’Auguste, que l’historiographie européenne du xviiie siècle compare plus volontiers au xvie siècle de Léon X17. Contrairement à ses contemporains qui s’efforçaient de prendre à la racine l’histoire des idées et des formes littéraires pour dégager la logique de leur développement, Verri privilégie en outre la piste d’une rupture historique et d’un progrès soudain, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés d’interprétation (« Reca maraviglia… ») et qui atténue le postulat muratorien d’une filiation entre Moyen Âge barbare et naissance de la littérature moderne.

  • 18 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 252 : « Si tornò alla sorgente. Fu questa la s (...)

17Signe, toutefois, que le paradigme du Risorgimento delle Lettere commence à s’imposer en tant que catégorie fixe de l’historiographie littéraire, on le trouve employé dans le titre du chapitre consacré à la seconde moitié du xve siècle (chapitre 26 : « […] Risorgimento della letteratura »). Il ne désigne plus alors un surgissement poétique spontané et soudain, mais l’essor général de la production scientifique et lettrée sous l’impulsion – comme chez Gravina – de Laurent de Médicis, « ospite e protettore de’ letterati ». L’invention de l’imprimerie à caractères mobiles, ainsi que l’afflux en Italie des Grecs chassés de Constantinople par les Turcs18 (nouvelle illustration du lien entre risorgimento et classicisme) sont également invoqués parmi les raisons exogènes de cette résurgence.

  • 19 Opere di Giuseppe Parini pubblicate per cura di Francesco Reina, vol. II, Milan, Classici italiani, (...)

18Représentant de l’illuminismo lombard plus illustre et plus constant qu’Alessandro Verri, Giuseppe Parini fait de l’histoire littéraire italienne une lecture similaire, dans son ouvrage De’ Principj delle belle lettere (1773-1775), dont le propos est de déterminer les principaux auteurs, poètes ou prosateurs, « dal concorso de’ quali si è formata la lingua nobile italiana »19. Dans le chapitre « De’ progressi della lingua italiana e degli eccellenti scrittori di quella nel secolo xiv » (II, chap. 4), Parini relève lui aussi le caractère soudain de la première phase de perfectionnement du volgare, au xive siècle : « Tre sublimi ingegni […] sorgevano in pochissimo tempo », auxquels l’Italie dut « lo stabilimento e la perfezione della toscana lingua » (ibid., p. 116 et 124). Là encore, un effet de raccourci ou d’accélération historique unit la phase ascendante et son apogée. L’œuvre de Dante, Pétraque et Boccace apparaît, comme précédemment, d’autant plus miraculeuse que ces trois auteurs

[…] in mezzo a’ loro tempi barbari e pieni d’ogni sorta di deplorabili calamità [hanno] fatto rinascere nell’Europa con i loro studj e le loro fatiche il genio delle buone lettere, della storia e della erudizione, dietro alla luce del quale risorsero poi di mano in mano tutte le belle arti e per ultimo la filosofia. (Ibid., p. 124)

19L’Italie, ajoute Parini, s’avère « debitrice a questo celebre triunvirato di Fiorentini del felice risuscitamento della critica e del buongusto, che prima nascosi giacevano fra le rovine della Grecia e di Roma ». Le mouvement ainsi initié et dont l’effet bénéfique s’étend aux siècles suivants est qualifié de « risorgimento delle lettere, delle arti e delle scienze » (ibid., p. 125). Mais une brève éclipse du goût sépare toutefois l’œuvre des trois génies des premiers feux de la Renaissance : « Dalla fine del trecento sino allo scadere del quattrocento pochissimi furono quelli che scrivessero opera di qualche mole di qualche valore. » Ce n’est qu’avec Poliziano et Pulci que la langue « risorse poi dal suo quasi totale abbattimento » (p. 132), grâce au mécénat laurentien une fois encore mis en évidence et qualifié de « precipua cagione di un tale risorgimento » (p. 132-133). Enfin, le xvie siècle, celui des « valorosi scrittori » (II, 5, p. 144) – parmi lesquels Machiavel fait l’objet d’une ardente défense – et de la pleine Renaissance, se trouve logiquement situé « dopo il risorgimento della nostra lingua » (p. 134).

20Si les raisons de l’apparition de chefs-d’œuvre en volgare au xive siècle ne sont pas clairement élucidées, le texte de Parini confirme, après celui de Verri, une distinction entre un premier risorgimento au xive siècle suivi d’un risorgimento plus vaste au xve siècle, et, d’autre part, entre un xve siècle ascendant et un xvie siècle qui est déjà celui de l’après.

Bettinelli

  • 20 Édition utilisée : S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille, Milan, Paolo Cavalletti, (...)
  • 21 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 168.
  • 22 Les treize premiers volumes parurent entre 1733 et 1763. Sur la réforme de l’érudition historique e (...)

21Premier représentant de la grande tradition historiographique italienne des décennies 1770-1780, Saverio Bettinelli publie en 1775 son ouvrage Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille20. Comme Gimma, l’auteur est guidé par une ambition synthétique : « Veder quella immensa letteratura italiana sotto l’occhio, e in un punto di vista insieme unita. »21 Puisant aux sources de la tradition érudite et prosopographique du début du siècle (Muratori, Maffei, Zeno et Quadrio), Bettinelli reconstitue, en deux brefs volumes, les progrès de l’esprit humain, de l’an Mil jusqu’à la fin du xve siècle, à travers une mosaïque de vies d’auteurs, de mécènes et d’académies. Les six chapitres qui composent l’ouvrage adoptent un découpage par siècles (à l’exception du premier, « Stato d’Italia prima del Mille »), sur le modèle de l’Histoire littéraire de la France des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur22, qui influencera également Tiraboschi.

22Le Risorgimento d’Italia s’ouvre sur un Prospetto generale d’Italia, dans lequel l’auteur parcourt de façon synthétique « l’incatenamento e i progressi della primiera barbarie sino alla presente coltura e urbanità » (ibid., I, Prospetto, p. 27). À la chute de l’Empire, la « misera Italia » traverse cinq siècles funestes avant que s’annoncent, aux alentours de l’an Mil, avec la fin de la décadence barbare, les prémisses d’un rétablissement. Ce sont d’abord « alcuni studiosi », puis la naissance de la scolastique, et enfin « i tempi di Dante e di Petrarca, a’ quali si deve il ristoramento della lingua nostra e degli studi » (ibid., p. 30) : c’est sur ces fondations que le risorgimento de tous les autres arts va pouvoir prendre appui (II, 9), conforté par certaines causes extérieures dont Verri faisait mention : l’invention de l’imprimerie, la chute de l’empire d’Orient et la fuite des savants grecs de Constantinople « risvegliarono in tutta l’Italia le arti e gli studi della lor patria, onde Firenze divenne una Atene » (p. 30-31), affirme Bettinelli, réactivant la comparaison classiciste. Puis le développement des lettres et des arts, au xve siècle, conduit l’Italie vers le nouvel âge d’or du xvie siècle, un âge rapidement évoqué dans le Prospetto, mais à l’orée duquel Bettinelli interrompt son ouvrage car il marque le terminus ad quem de la phase ascendante du risorgimento :

Il secolo d’oro della Grecia […] ; il secol d’oro di Roma […] furono superati dalla gloria del secolo xvi italiano, cioè quello di Leon X, di Paolo III dei Medici, degli Estensi, dei Veneti, […] dopo i quali non potendo più altro salire, si son distese per tutto le arti liberali, e non solo tra noi, ma in tutta l’Europa per noi sonosi fatte familiari. (p. 36-37)

  • 23 Voir par exemple l’Introduzione sopra lo studio della storia : « La presente letteratura italiana p (...)
  • 24 Évoquant Dante, Pétrarque et Boccace : « Quegli uomini grandi e sì luminosi a sè traggono i guardi (...)
  • 25 Othon le Grand et Silvestre II « tentarono risuscitarla [l’Italia] dal suo letargo » (I, p. 79) ; C (...)
  • 26 Voir les expressions « sterpare le spine della barbarie e dell’ignoranza, poi piantar qualche arbus (...)
  • 27 Sur les usages de « rinascimento » et « renaissance », voir A. Quondam, « Rinascimento e Classicism (...)

23En termes de méthode, Bettinelli innove peu. Mais il reprend le paradigme et le réorganise en lui donnant une formulation synthétique (son texte reste d’ailleurs, aujourd’hui encore, plus lisible que l’œuvre monumentale de Tiraboschi). À l’instar de Parini, il emploie indifféremment risorgimento et rinascimento pour désigner le développement des études au xie siècle23, puis aux xive et xve siècles24, tout comme « ristoramento » (ibid., I, p. 105 et 194), « rinnovamento » (I, p. 135) et les verbes « risuscitare », « rialzare »25, ainsi que « fiorire » et le lexique topique de la métaphore végétale26. Parmi les antonymes, « precipitare » (p. 49), « decadere », « estinto » (p. 54) et « ruina » (p. 64, 72) sont les plus usités, associés au thème de l’obscurité et de la barbarie27. Son interprétation ne s’écarte donc pas de la lecture cyclique de l’histoire, fondée sur un schéma rhétorique d’oppositions binaires.

  • 28 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 76.
  • 29 Le Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica de Cesarotti (1762) proposait déjà (...)

24Mais Bettinelli adjoint à cela l’hypothèse d’un progrès graduel, quoique intermittent, des connaissances. L’histoire est faite de risorgimenti ou avanzamenti, phases de développement dont chacune, à distance de plusieurs siècles, est couronnée par un âge d’or qui « dépasse » le précédent. « Il secolo d’oro della Grecia […] ; il secol d’oro di Roma […] furono superati dalla gloria del secolo xvi italiano », avait-il annoncé dans le Prospetto : « Superammo i Greci antichi al 1400 per l’introduzione della stampa, che rapidamente propagò le cognizioni, e per la comunicazione delle dottrine e dei libri venuti da Costantinopoli »28, constate-t-il encore, au terme d’une histoire comparée du développement des lettres grecques et italiennes. À l’échelle de l’histoire de la Péninsule, au sein même du vaste risorgimento de la culture annoncé dans le titre de son ouvrage, Bettinelli distingue ainsi trois « sous-­cycles » de développement, portant à des dépassements successifs29.

25La première phase est la moins accomplie : avant l’an Mil, seule l’action de Charlemagne apparaît comme un possible vecteur de progrès, propre à susciter « il risorgimento della cultura in Europa […] e soprattutto in Italia » (ibid., I, p. 59). Mais le développement de la philosophie scolastique provoque « la ruina fatale degli archivi e delle biblioteche, con le reliquie dell’antichità greca e latina » (p. 72). De manière générale, ce que l’on nommera la « renaissance carolingienne », ne fait pas ici l’objet d’une attention particulière – contrairement, nous le verrons, à l’ouvrage de Napoli Signorelli. Il faut attendre la fin du xe siècle, avec Othon le Grand et Sylvestre II – dont Bettinelli loue l’action, en accord avec Muratori – pour que s’instaure un semblant de paix et de stabilité favorable aux hommes de lettres, en ce siècle « feroce » et « indisciplinato ». Mais en vain : « Dominarono e stettero lungo tempo in Italia, e tentarono risuscitarla dal suo letargo, ma senza frutto » (p. 78-79). C’est des monastères, où étaient transcrits les classiques grecs et latins, que vint au siècle suivant « il rinascimento dell’erudizione » (p. 98), « i soccorsi che furono i principali al risorgimento d’Italia e d’Europa » (p. 100).

26La deuxième phase est marquée par l’essor de la littérature vernaculaire du Trecento (« la vera letteratura italiana », p. 192), qui se diffuse « emulando le generose carriere nell’arti belle e nell’ottime ­di­scipline de’ Romani e de’ Greci ». Commence « un nuovo ristoramento » (p. 193), ou « pieno risorgimento » (p. 195), ou encore « rinascimento d’Italia e [del] la sua letteratura » (II, p. 24), qui conduit à un dépassement du « principio del risorgimento » (I, p. 88) de l’an Mil : un nouveau modèle est fondé, qui supplante les auteurs de la culture classique.

27La troisième phase est celle du « pieno risorgimento d’Italia venuto nel secolo xv » (II, p. 167), phase de rayonnement international de la culture italienne, au cours de laquelle le bon goût italien est exporté dans l’Europe entière par l’intermédiaire de voyageurs étrangers dans la Péninsule et de voyageurs italiens à l’étranger. L’ouvrage s’achève ainsi au seuil du xvie siècle, au moment où le Risorgimento delle Lettere aboutit au siècle des lettere risorte (« Qui propriamente par che finisca il risorgimento d’[Italia], che nel 1400 pervenne a gran lusso universale d’ogni studio e sapere, e potè dirsi stabilimento e possesso di letteratura », II, p. 79). L’âge de Bembo et de ses contemporains est « fuori del nostro argomento », car il se situe « dopo il risorgimento » (II, p. 227) : on constate ainsi que la catégorie moderne de Renaissance ne coïncide pas exactement avec celle de risorgimento ou rinascimento : le Risorgimento couvre certes la première Renaissance italienne, mais plonge ses racines bien en amont ; il apparaît comme un mouvement plus étroitement italien, qui exclut à la fois le renouveau carolingien et la pleine Renaissance européenne du xvie siècle.

  • 30 Ibid., II, p. 111 : « […] prima grammatico e commentatore, poi poeta e oratore, scrittore lusinghie (...)
  • 31 Voir I, p. 162, 174 et 180 : « [Lo studio] delle leggi civili e canoniche si diffuse ampiamente col (...)
  • 32 Ibid., I, p. 88 : « […] gli studi arrivati alla perfezione sembrano da occulta forza sospinti a cad (...)

28En termes d’analyse historiographique, Bettinelli adopte une posture d’observateur plus que d’investigateur des causes du progrès ou du déclin des lettres. Certes, il esquisse une interprétation du Risorgimento delle Lettere comme généalogie des formes30 et établit comme Muratori une relation entre liberté, commerce, prospérité économique et développement culturel, notamment pour le xiie siècle31. Mais cette relation ne vaut pas, par exemple, pour le xive siècle, que surplombent les trois génies littéraires alors que règnent « le guerre, gli scismi, e le fazioni cogli altri flagelli d’ogni studio e sapienza » (II, p. 24). De même, dans certains paragraphes enthousiastes, l’enquête historiographique cède à la reconnaissance emphatique du « miracle » de la renaissance des études (« Non è credibile quanto presto, e quanto ampiamente, tutta l’Italia fu piena di letteratura », I, p. 85). Dès lors qu’il tente de dépasser le constat d’une alternance entre périodes fastes et âges de décadence, Bettinelli se heurte à la complexité des enchaînements causals, au « vario e moltiplice combinarsi di mille cause non facili a determinare » (p. 88), ainsi qu’à l’opacité des motivations humaines. La « miseria, incostanza e contraddizione perpetua » des hommes, relevées d’emblée dans le Prospetto (p. 39), « l’umana miseria e le passioni » (p. 124) et « le umane contradizioni » rappelées en conclusion (II, p. 231), introduisent dans l’Histoire un principe d’incertitude. Tout autant que de causes morales et physiologiques, le déclin et le progrès des lettres semblent dépendre d’un indéfinissable fatum (« occulta forza »)32. L’avertissement inquiet qui clôt le Prospetto traduit cette conscience de la fragilité des progrès accomplis et la précarité des phases de risorgimento :

Non sarem mai tranquilli e sarem sempre in rischio di vedere tornare il regno dell’ignoranza, del fanatismo, della ferocia inimica e discorde, tra noi sommi mali de’ tempi anteriori. (I, p. 47)

29Liée aux progrès irréguliers de la raison humaine, l’histoire des lettres apparaît finalement comme « [uno] strano concorso di cause non ben conosciute » ; et, ajoute Bettinelli en conclusion, « non è facile, nè forse utile assai, lo scoprirle più di quel che abbiam fatto in quest’opera » (II, p. 231). Il est vrai que l’objet de l’ouvrage est sans doute ailleurs : la volonté de reparcourir les étapes de ce Risorgimento naît du projet de réaffirmer le primat historique de la Péninsule et d’appeler, en contrepoint du constat lucide de son déclin, au réveil des consciences et de la culture.

Le paradigme de Bettinelli discuté par Napoli Signorelli

  • 33 Voir C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, Berlin, C. S. Spener, 1784, Livre II, (...)
  • 34 P. Napoli Signorelli, Vicende della coltura nelle due Sicilie, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. I (...)
  • 35 S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia, op. cit., p. 86 et 87.
  • 36 P. Napoli Signorelli, Vicende, op. cit., p. 626.

30Au moment où Denina reprend, pour l’étendre historiquement et géographiquement33, le paradigme du risorgimento formalisé par Bettinelli, ce dernier se trouve vivement critiqué par Pietro Napoli Signorelli, dans le second volume des Vicende della coltura nelle due Sicilie (1784-1786)34. L’historien napolitain reproche en premier lieu à Bettinelli d’avoir amplifié, pour les besoins de son argumentation, l’état de délabrement de l’Italie avant l’an Mil et de s’être complu dans l’évocation d’une Péninsule réduite à « [una] scena funesta », « un vasto campo di stragi e d’ignoranza, una palude, un deserto senza industria e senz’arti, senza popolo e senza leggi, senza ragione e senza religione »35. Il s’agit là, affirme Napoli Signorelli, d’une « esagerazione poetica » destinée à rendre plus palpable « l’epoca del risorgimento delle arti »36 : Bettinelli aurait, pour frapper les esprits, cédé à la facilité d’« una figura oratoria ingigantita ed approssimata all’iperbole, e falsa senza dubbio » (loc. cit.).

31Ne nous méprenons pas : le texte de Napoli Signorelli s’inscrit dans le cadre d’une défense polémique du patrimoine et des mérites de la littérature méridionale, qu’il reproche à « quest’abile letterato » de Bettinelli de n’avoir pas assez prise en considération. Cependant, l’esprit partisan n’enlève rien à la pertinence de ses observations sur les risques de simplification interprétative que fait peser sur l’historiographie settecentesca l’application d’un schéma rhétorique dépourvu de nuances, propice aux constructions intellectuelles.

32Napoli Signorelli lui-même n’échappe pas entièrement à la tentation de la rhétorique. Refusant de faire de l’Italie des ixe et xe siècles le point bas de la parabole, il invite à « distrugge[re] l’epoca del risorgimento fissata dal lodato esgesuita », pour dater de quelques siècles en amont « il rinascere delle arti e della coltura » (loc. cit.) : la fondation des grands monastères du ixe siècle, dont Monte Cassino, le rayonnement de Ravenne et surtout l’Italie méridionale, héritière de la Grande Grèce, prouvent que le goût, la richesse et l’intelligence n’ont pas déserté l’Italie. Dans sa réflexion sur les sources de la grandeur italienne, Napoli Signorelli suit un cheminement à rebours, une quête de l’origine des origines, comme il l’affirme dans une formule étonnante :

Se l’Italia risorse dopo il Mille, ciò avvenne appunto perché prima del Mille essa non era in ogni parte caduta ugualmente. Nelle Sicilie specialmente essa lottava colla barbarie. […] Noi abbiamo fatto il possibile per dimostrare la sorgente del risorgimento dell’Italia manifestando colla fiaccola della storia e della critica i magnanimi suoi sforzi assai prima del Mille. (Ibid., p. 629)

33La catégorie même de risorgimento finit par apparaître insuffisante car trop peu graduelle. À l’inverse de Verri et de Parini qui avançaient, pour le xive siècle, l’hypothèse d’une rupture historique entre un avant et un après dont l’articulation restait floue, Napoli Signorelli privilégie une approche progressive, relève les indices d’une continuité et les phénomènes de transmission culturelle, au-delà même du seul cadre italien :

[Certi eruditi] hanno adottato un altro pregiudizio letterario, sorgente inesausta di errori, nel rintracciare il risorgimento della coltura e dell’ingegno in Italia. Suppongono che colle incursioni de’ barbari tutta essa si estinse, tutta finì a un tratto, e ritornò l’antica confusione degli elementi. Ma non riflettono che i barbari non furono una fiamma contemporanea che tutto in un punto solo divorò e ridusse in cenere. […] la coltura perseguitata e fuggiasca ancora giva qua e là lasciando di sé desiderio e qualche striscia di lume benché moribonda. (Ibid., p. 630)

34Il rappelle ainsi l’œuvre de Théodoric, Liutprand, Charlemagne et Othon pour montrer que bien des provinces, dont Salerno, conservaient, avant l’an Mil, « molti semi delle antiche cognizioni » (loc. cit.). C’est en premier lieu la périodisation bettinellienne qui est remise en cause ; quant au reste, la volonté d’atténuer les motifs cycliques de l’historiographie et de résorber les clivages trop marqués entre l’Italie « barbare » et l’Italie moderne relève d’une démarche qui, je l’ai dit, constituait le point d’orgue de l’œuvre muratorienne.

Tiraboschi

35Au moment où est repris et débattu le paradigme du Risorgimento d’Italia, le jésuite Girolamo Tiraboschi, directeur de la bibliothèque ducale de Modène, où l’avaient précédé Bacchini et Muratori, achève de publier les neuf volumes de la Storia della letteratura italiana (1772-1782). Augmentée et rééditée en seize volumes entre 1787 et 1794, elle marque l’aboutissement de l’historiographie italienne du xviiie siècle.

  • 37 Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 576.
  • 38 On peut voir à ce propos M. Spallanzani, « Raccontare l’Italia », dans Atlante della letteratura it (...)

36En se proposant, dans la « Prefazione alla prima edizione » (1772), de faire « un esatto racconto dell’origine, de’ progressi, della decadenza, del risorgimento, di tutte in somma le diverse vicende che le lettere hanno incontrato in Italia »37, Tiraboschi se réapproprie le lexique et les schémas hérités de la critique arcadica et illuministica, la narration ordonnée des progrès de la raison et du goût, initiée par Gravina et Muratori, dont il fixe en quelque sorte le modèle38.

  • 39 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, Modène, Società tipografica, t. I, 1787, « Prefaz (...)
  • 40 Voir G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1772, t. II, chap. 1, « Dissertazione prel (...)
  • 41 G. Tiraboschi, Storia, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 573 et p. 574.
  • 42 G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1793, t. VIII, « Dall’Anno MDC all’Anno MDCC », (...)

37Le « filosofico quadro »39 tracé par Tiraboschi est pour le moins étendu : il part de la culture « de’ primi abitatori d’Italia », les Étrusques, dont il suit « il fiore » puis la « decadenza e rovina » avant de s’intéresser aux progrès de la Grande Grèce et à la « Letteratura de’ Romani dalla fondazione di Roma fino alla morte di Augusto » (I, chap. 3). Le schéma interprétatif est des plus classiques : passé l’âge de la perfection avec Cicéron, puis avec Horace et Virgile sous Auguste, s’ouvre une phase de « decadimento della poesia » et de l’éloquence, au cours de laquelle les auteurs se fourvoient en un désir d’innovation et d’affectation, notamment sous l’influence d’écrivains « espagnols » tels que Sénèque, Lucain et Martial40. Ce n’est qu’à partir de l’an Mil que les lettres entrent dans une nouvelle phase ascendante et commencent à s’acheminer vers « [i] felici secoli del loro risorgimento », puis vers la « perfezione »41. Le génie sublime de Dante, dont les textes ne sont pas dépourvus de défauts, marque une première résurgence, avant que la perfection poétique ne soit atteinte par « l’immortale » Pétrarque. Une renaissance générale de la culture intervient au cours du xve siècle, qui se trouve à son tour dépassé par le xvie siècle, apogée du renouveau, notamment grâce au mécénat des princes. De cette phase de perfection naît la décadence littéraire du xviie siècle, paradoxale au regard des progrès des sciences et de la tranquillité politique du temps, et mise en parallèle avec la corruption post-augustéenne du bon goût. S’il renonce à aborder le xviiie siècle (« Quanto più ci accostiamo a’ nostri tempi, tanto men fa bisogno di stenderci in ragionare ; perciocché più note sono le cose, delle quali si tratta »42), Tiraboschi consacre néanmoins quelques pages, au début du dernier tome de sa Storia, aux mérites de Muratori, de Maffei et de Zeno.

  • 43 Voir les occurrences dans ibid., livre III, chap. 3, « Poesia italiana », § 25, p. 483 et chap. 4, (...)

38En prolongeant son examen au-delà du xvie siècle – « dopo il risorgimento delle Lettere »43, donc –, Tiraboschi affronte une question délicate : quel caractère donner au xviie siècle, qui voit fleurir simultanément le marinismo et le génie de Galilée ? Comment et où le situer sur la parabole « risorgimentale » ? La proposition de Tiraboschi est intéressante dans la mesure où elle le conduit à se détacher du jugement dépréciateur généralement porté sur l’ensemble du xviie siècle par les auteurs de la première génération (Crescimbeni, Gravina, Muratori, Zeno) et à affiner la définition du vaste, et parfois vague, domaine couvert par les termes « letteratura » et « lettere ».

39Dans son Discorso sopra le vicende della letteratura, publié à Turin en 1760 puis réédité, en 1784, dans une version remaniée et augmentée qui attestait la lecture de Bettinelli, Carlo Denina avait été l’un des premiers à établir une distinction concernant les emplois du terme de « letteratura » :

  • 44 Cité dans G. Getto, Storia delle storie, op. cit., p. 67.

Non parleremo, fuorché di passaggio, dei progressi delle scienze e delle arti, che propriamente non sono parte di letteratura ; e quando ci occorrà di accennarli, sarà piuttosto per rispetto al modo estrinseco, onde furon trattate : lo che appartiene al buon gusto, ed alla eloquenza, vale a dire alla letteratura.44

  • 45 G. Tiraboschi, Storia, 1772, t. II, op. cit., « Dissertazione preliminare sull’origine del decadime (...)
  • 46 Ibid., III, chap. 4, § 1, p. 495.
  • 47 Ibid., II, chap. 2, § 1, p. 158.
  • 48 Ibid., p. iii : « […] in ciò che appartiene alle Scienze [l’Italia] non solo può andar lieta e glor (...)

40On passe d’une acception large de « lettere » et « letteratura » au sens de « culture » à une restriction au domaine des belles-lettres. Tiraboschi, s’il s’en tient en général à l’ancien sens, n’hésite pas, pour le cas spécifique du xviie siècle, à jouer sur cet affinement du sens. Quant à savoir si et pourquoi « le Arti e le Lettere son decadute » en Italie à partir de la fin du xvie siècle, Tiraboschi précise : « Questo decadimento a che si riduce egli poi ? Non certo alle scienze più serie, poiché la Filosofia moderna e la Matematica, allora singolarmente cominciarono a fiorire in Italia. »45 Seuls les « Poeti ed altri Scrittori d’allora » se sont « lasciati sedurre da un gusto guasto e corrotto » (ibid., p. 10). Tiraboschi reprend cette idée dans le t. VIII de la seconde édition de la Storia, en établissant une scission nette, au sein de la production écrite, entre « Filosofia e matematica » d’un côté (Livre II, chap. 2) et « Poesia italiana » de l’autre (Livre III, chap. 3). À « quell’infelice e pessimo gusto, che sì miseramente infettò la Poesia Italiana del secolo xvii »46, répond « questo risorgimento della Filosofia e della Matematica [che] avvenne singolarmente per opera degli Italiani »47. À la « Languidezza e indolenza » s’opposent « i lieti progressi » qui, en matière d’histoire des sciences, conduisent le xviie siècle à « dépasser » le précédent48. La division disciplinaire de la catégorie des « lettres » offre ainsi la possibilité de distinguer des phases concomitantes de décadence et de perfectionnement :

  • 49 Tiraboschi évoque ainsi les cas de Carlo Maria Maggi et du librettiste Francesco de Lemene qui, « s (...)
  • 50 Ibid., livre I, p. 2.

In mezzo a un sì dolce riposo pareva che le Arti e le Scienze e l’amena Letteratura dovesser sorgere a gloria e a perfezione sempre maggiore e stendere più gloriosamente il lor regno. E nondimeno le Scienze sollevaronsi è vero ad assai più alto stato ; le Belle Arti se non si mantennero nel sommo grado a cui eran giunte, ebbero nondimeno in gran numero valorosi Professori49 ; ma in ciò che appartiene all’amena Letteratura questo è il secolo appunto che suol rimirarsi e non senza ragione come il secolo della lor decadenza ; talché la Letteratura Italiana che fra i più fieri tumulti era nel secolo precedente salita a sì alto nome nel seno di una tranquilla pace venne meno e sembrò quasi ecclissarsi.50

  • 51 Voir les occurrences : ibid., III, chap. 3, § 16, p. 464 et III, chap. 4, § 1, p. 496.

41Au progrès continu, cumulatif et universel des sciences répond la discontinuité cyclique du développement de la littérature. Aussi, une fois tiré le bilan de cette « double » expérience du xviie siècle, le paradigme du risorgimento se reformule-t-il légèrement chez Tiraboschi : il ne s’agit plus désormais de scander les étapes d’un développement général des esprits, mais de s’intéresser, dans un champ plus restreint, aux signes d’un possible « risorgimento del buon gusto »51 qui viendrait mettre fin à « l’universal corruzione » des belles-lettres.

42Avec la distinction des champs disciplinaires, la question du risorgimento se scinde : d’un côté, en matière de sciences, d’économie, de philosophie, il apparaît comme un horizon proche, inscrit dans le cadre d’un développement européen ; de l’autre, en matière de belles-lettres et de poésie, il apparaît comme une aspiration fragile, menacée par la corruption du goût liée, notamment, au cosmopolitisme moderne. La question du Risorgimento delle Lettere prend, dans ce second cadre, un tour linguistique et participe d’une reformulation de l’éternelle « que­stione della lingua », qui parcourt le siècle, de Crescimbeni et de la fondation de l’Arcadie à Antonio Cesari.

43Il s’agit là d’une constante dans l’ensemble des textes consultés : lorsque l’auteur aborde la question du présent, ou à mesure que son discours s’approche de l’époque contemporaine, le paradigme se ré­oriente. Des acquis du passé, le regard se tourne vers les conquêtes de l’avenir : la notion de Risorgimento delle Lettere devient un instrument d’interrogation critique du présent, doublé d’une intention réformatrice, dans le cadre d’une comparaison entre l’Italie et l’Europe moderne.

La dimension réformatrice du Risorgimento delle Lettere au xviiie siècle

  • 5lass="texBiographon paralia], che ne oatura ="#tocfrom2n4" id="tocto2n4">Tiraboschiéd La 7Ruropsnde dell’un pdisciplinaire de la catégorie des « lettres xaranui olnir laquelle lItalieId.tura 5

    38En prolongeant son examen au-delà dt:small-cAe le fazisss=" a detite pas raine, lea littérast:small-can Mil eesciavelop, dont il fixlls e coriscutgcGcproche à « quest Denière double, oùliléediscours secomitanvert par /span>e siècle (« Quanto più ci accostiamo a’ nostri tersque l décadence>risoépas il seCi ries dtresfehref?le lIs d’une iee Iqueeo’un #ftn51">51 qui viendrait mettre néanmoins qque 5es paersqueratura51 qui viendrait mettre affronte une5 53xtes ne ss : pas l’I 16, p.e. Aussi, lettres re urir ootntl des e» et « indisci’haavant:small-cabouta » Lette no] strano c, dont il f. Ra constitettis,rmais noimbeni, G,ête hismi, esai, lsse uure rem>Storarti grecs Den progr">xviitinenchap.es prulatiim>risdansv"font-éjs vamorce lurope moraire duté, en matière de s lestci oca »à dendim notaaine, lelture fns ltadre d’unfintertecarogrs x scritspan class="paranumber">2742Tiraboschi 5

    Ree

    35Au moment où est repris et débattus;">G. Ti, la qecento (« la. 5repointsrage sut atte;">xvie siècle, Tiraboschi préc risorgimento se refonto rne.

    sement d laqueut a reta tra chemavoimall-can MiParienviaur abo du constat luli pt:sma phases ye dtion interpgeurs italiens ciene apriame ase ascen» et « indiscihève aine ntatioune pPargencereavm abo du hr toc:small-caps;">ixxvicaps;">xviii
    • 44 Cité dans G. Tiraboschi, Storia, 1772, Italia, op. cit., p. 86
    In mezzo a un sì dolce riposo pareva che le Ltoria e deatto r, ponau i» (,nteriori. ( sembimbenii, chesembgettcheseodyfustura edeneProfpesturmioque, class="otnottumfinì a siment"#ftn50">50

n54">
56pan class="num">46 Ibid., III, chap. 4, § 1,57">G. Tiraboschi, Storia, 1772, M">(...apvero, op.oi “ia e d”, “ia e dni”/em>42 e siècle ci accostiamo a’ nostri tem cit., p. 86 et 87.
  • t 5>50 Ibid38En prolongeant son examen au-delà dtp. 495.Ction de la ne distincti della la nespritiencau cosm Zeno) et à dcimbeni, Gravina, atto r enze [lLto » (I, chaie des 51 qui viendrait mettre d altri Scritqspa5d’alCais du vaste, questaé luctions /e ne soit acée par lals »a /em>e d’untièriconomique no ie d’u #ftn51">51 qui viendrait mettre em>risorgimen56pa56s paersque ciP, donrioegniui Rem7884,c l rintracca « il fioé, en 1784, dans Naplla col1703als »ineseudonym abo Lamssi P, denio.4Anims;">xviunlloquenribonda.d aml’il" id="bod fu bbiamop. cortori(I, chap.i ecctmuna o al mcoc. cna dunasidestoria e dea eo., p.a.d aml’i’Itastenderettono a eo.,dans c"bod arthref="#ftn51">51 qui viendrait mettre a e indolenza a ,57">maliseu à Bettiny de s egrs x scque­stionee oen :

    ne sloqu? Comiodyoo ,esoins de sonmeo, envilus élicastione

    ,em> (aciliV, op.s de l glconfphap. 3). À «é, en ruçu col170olum051 qui viendrait mettre naire de la c5 5orie deDtes, l’cédé à laand, Cid="bcatiovœ dana miseriaem>, p. 86 et 87.

  • » n avesentointentimatrii 51 qui viendrait mettre artiene all5>
    • 39 G. Tiraboschi, Storia, Modène, Soèanin, op. ciLdes 6span class="num">41 41 G. Tiraboschi, Storia, ModènM">(...apvero, op. priodisét 181

      41Au progrès continu, cumulatif et uni7">G. TiDe e ua,iant:small-caimbinitision r, quecass=" les indice,goût. SCruscerse en» et « indiscihève ain qu. [.#ftn c, da reences, fivoo blci’taitte">xvs#ftn51">51 qui viendrait mettre6

    6spa60">maliseu

    51 qui viendrait mettre6fin à « l61pa6versalnce dunlloqurs : lod a avaupalpableon de l ante « lra ; o deva>(...) r i toria e den avec ante>loc. est intéres#ftn51">51 qui viendrait mettre6 néanmoins q6 np6;">e deF> l’ave uaclittc d’Its de ururope mogile, r sur e,lé d du goût mani ete uurn35"eutecaGiinemene q à Antonio ’g discol1716 réyspan styve uac sentori dana mis qui este Sicilie Rpourvuodyf

    Non sarem mai tranquilli e sarem sempre in riPl deo tointté, en matière de sc"bodyftn51" hrra edeba sass="footmope ; pyftn45" hesemb arthrqSeatura Iblockqat sciela coria cenha Lettioe class=" speciali>Risoconqa pae deemletarecali »fica,=" sIbid’a o ,r Rura ; e la pssa lnstyledeLa

    • 51 Voir les occurrences : ibid., livre III, cté,Oge duemierlié àM savasie de sc"eu :38En prolongeant son examen au-delà dt8., III,L

      le="foaclittc anims;énèqtaite l’hisncegglre l’Idi"fc’étern goût

      muratoriennelicast duon désormen :e o avec Cic, dontra productdésor [l ]dyftn1" hrr « lref="#ftn51">51 qui viendrait mettre6 affronte une6 63xtes nGiuteétofont-vatto ennee ua , Gr» eus op.s a Pii ipjant:smaba sass="foot de Zeno.
    xvs,abo du Cruscep, dofrqec

    xviiloppement rabout,enne qi ipfoacontidionee

    Non sarem mai tranquilli e sarem sempre in ri[ ]otamsule notedi stdae47)meenridontoglrme beeinteolaloene chiiant:smaci in. C’est nenzee,e47)nsty»ghdi ste firé la Léndercis dera ;neghdfuro(llevardem>ecalié àodyf gusti0). dt Aug « pavs="ottnto men fadegniuall" aiù nobiaoesia> r a uponda.qanto mnèrss="foil sNon ce co> itter/s sorgeftn5il re ces,tente. r "bodera ede« panpours upassgresstofootnia eloqoppte» [che] avvass="footcall" id : la fondmano part de scs progru p desciae naontoi,e47)nsty»ghdi ste firé la Lénderme tnteolna dd="fo Lex èclehesegozilrin; e quj/p> olandéufi iodylass="fp47) un p/emylevti s

    la cuitata et lanes deir lxaranuéndermeenridoura ;Beto pesapudelleggtrrmer/s en prffii etn potecal olnoteclungnte p> oln ppa avat modoà Anude 6 n64">
    span>En prolongeant son examen au-delà dt9. 495.Ctp [i]e eettres du lettreraître iqec

    xviieernsidératioiquea du xvi des idmnfphap. 3n toria e drend cLndiscaboschi, Storia, 1772, l’ensX),"footn graduela notiroiqudaps;ettrel sm>avm abôté, en matière de s. So, edxte loro

    47
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre12ndraittre12n>1;">maiNcette phmetalie et as"bGimo ,s id="ou e. ciTrai décad end/li> #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre13ndraittre13n>13ersalboschi, Storia, 1772, G.eGimma, op. ciidedy lastenderi 87.ltipografal>
  • 396
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre14ndraittre14n>14ersalboschi, Storia, 1772, A.e" et riam>, op. ciAlgchlu, catéol> Bres xv, CLUEBno1994s le t96
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre15ndraittre15n>15ersalboschi, Storia, 1772, L.4Aldu vaste, op. ci.ecadime op. cit., c 573 et l> 698
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre16ndraittre16n>16ersalboschi, Storia, 1772, A.eVere . cit., ai, c9 usà sp. 67. 87.
  • B. Scalet-vleed.,eRoreniEccontoipaio,d. 67ectipografica, 2001
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre17ndraittre17n>17ersalre II asuexa ue/span>e siècle (« Quanto Viah">xv, op. ciul Sstri teeoLoinXIV, e sef poi Lcipclass="eoLoinXIV >ld=ncc asla Grleri ion itiée s class=s .isLéon Xnito Au1" h,rto Alex ddse.ef="#
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre18ndraittre18n>18ersalboschi, Storia, 1772, A.eVere . cit., ai, c9 usà sp. 67. 87.
  • 252ef poi Si Ma non aoestsorgbbiaoù l Fu : dae établismiloltienze toria e delbbe ue a Gre e altahe c.,ora gifaAdo pco noed="odyf ’ese ana libatisirtu ecalne uoLocet ashe]iubleeiosairci in rsioni iagiantmablea c9 lu#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre19ndraittre19n>19ersal ciOpsoo d nGiuteétofont-va 7884,caan pee ctrile49">(...) lol IIp. phan, C avec p3). À iur1825s le t172
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre20ndraittre20n>20ersalÉccun taliitief paboschi, Storia, ModènItalia, op. cit., p. 86 a. 87.
  • ld="footnMentepan s,e phan, PaiiesDeortoria lop.sodyfSdansé, en aont-=" dertstn ave à B>xvioc] strano li plol Ic(z000-1299),nlol IIc(z300-1499) iPourfore a ccun r entnsv"fo>(..Rableaeed.,eLong#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre21ndraittre21n>21ersalboschi, Storia, 1772, Italia, op. cit., p. 86 >>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre22ndraittre22">;;">maiLfs/anoizetriui ess lolu>esI asur le ecad rogrèslun t-varia ternl-caps;">xv (Crescsnauras] snsv"foraboschi, Storia, 1772, B. Neveu, op.oi Lrs Hà B>xvil-caps;">xv bo du 9">(..nguist td rogrèslun bn stydictenauipclass="e»Luratorisef="p. ciJ notol"e»Seinttsl> 1979 lol IIp.nstiamo a’ n2ur 73-113
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre23ndraittre23n>23ersalre II asuexa ueo ="#fInsmati(I, crié à neludioy lastende, e sef poi Log fu bbiactipografica, t. I, 1dans lngom .< ganfu bbiareliie allorfere rsi abia,it occo ciaie qi ipjit occo »e se h dessuitr"bll>utematicandno  86 p rcisto.atnMente.xvia mie qefigg>ef=" smolottred impulsschematicandno  86 ri 87eruccontneef=" c>e seusto,e]ye qi ipalichematicasecond cadre 87. a f dss="taef=" c>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre24ndraittre24n>24ersalboschxml:iave="it" iave="it">Évoi abi DantnsP italr ternB er cgli poi ? eodyfuoogr i chemelea ì progrna .< srferai,o,e]yeenirl mccpo v ootnci accosaticandno  86 re 87. boschxml:iave="it" iave="it">urpsdesu tipograficaef=" c>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre25ndraittre25n>25ersalOthtrel sGchemternSslvrgimeIIAloquebbiaro,e]maticasusva crl de sc[ toria e d]o.atn>utetipargoef=" c>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre26ndraittre26n>26ersalre IIr"stexlxara  se soavcapirrécispli> >>>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre27ndraittre27n>27ersalS« dsausrgis bo footnandno  86 r desnto misfunacrvientef="p.v"foraboschi, Storia, 1772, AlQu> s, op.oi Randno  86 re C avec psmi ,tu, opLineio(.ina ;47)usdi sli pcaangorcrvariant:sfie seene corpre chevl-i torss="ta te"> AlQu> slntoM.eFa="texleed.,eRoreniBulzchi,a2008i> 33-96
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre28ndraittre28n>28ersalboschi, Storia, 1772, Italia, op.t., p. 86 >>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre29ndraittre29n>29">maiLf. ciRtalch( [che]ié à ) vices, xaran="bl desamtsu « l de s bo  573 et .(on62)dans lecatrisoépas c etidhaolsne corneurto »Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre30ndraittre30n>30ersal ciIidée dans >>x singol,dilen nob" hrr au t ee,dio ep bbiamopo2n4"cal Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre31ndraittre31n>31ersalre II>gcal« pseeni e o ,:erlere o,it ina doo a s,fu sen rsitnotecn m,rtred uitnotecpregio,a imtme aiùtenia mo e qnl sinor=apisa iaspitsol e qefera .< ere alcrosnb a agion ferocr.ef="#
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre32ndraittre32n>32ersal ciIidée dans >, cs,flisou asuia deroLicalicpuche]lissaebbiarep. talzirsr.ef="#
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre33ndraittre33">33ersalre IIaboschi, Storia, 1772, C.tablir , op. citec, publié à Turin en 1760 puis réédité, en Berure,rC">(...p> rtazi84, Li »>> [che] avvass="footlnla tablie siècle ci acco.CCalchienze rr fodais seli ,tt 127-128li poi InMa noch desaecalmente.stl d II to arpdecgiucha. Petò,yloSer. Abaan S Lexiornsidératiolbbe talchensne titolarrécisut occoss="fegrèscee seux singochel l sesnMa nochces, xaran=nze ass="footIcosma : lfecer 3n toria e dete">, p. 86 a. 87.ld="footnMentepan s. Nsyf oo ste manete manete ervto peoccorrl xvaie siècle, le paradigme iici accostiamo a’ n tesce/span>e siècle (« Quanto pici accostiamo a’ nostri tnooriente. bu.oi Ra [che]ierexi e1760 puis rééditef=" c Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre34ndraittre34n>34ersalP/a/span>e siècle NaptuioSeria rati, op. ciVin en 1760 pu iahe coa ededul Sschrirl> V, op. cit., c 573 et l> Vn 626tern uiv
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre35ndraittre35n>35ersalboschi, Storia, 1772, Italia, op. cit., p. 86 a. 87.l> 86tern87
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre36ndraittre36n>36ersalboschi, Storia, 1772, P/aNaptuioSeria rati, op. ciVin en l> 626
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre37ndraittre37n>37ersal ci. cit., c 573 et l> Vn 576
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre38ndraittre38n>38ersalOnpPart ve II’Itdans le M">( p>lea ihi,aoi R < rbiarep toria e d ,tu, opAtlabiam Crescilti era nel t. I, 1l> ILuzote o,iG. Pedul>xvieed.,elol IIp.Turre,rEir udi,a2011Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre39ndraittre39n>39ersalboschi, Storia, 1772, G.eTiracandhi. cit., tenderi sctipografica, t. I, 1l> Mrefxv, Soo p o etipnt:sf d,a#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre40ndraittre40n>40ersalre IIaboschi, Storia, 1772, G.eTiracandhi. cit., tendel> Mrefxv, Soo p o etipnt:sf d,a1772 >  ciRI/que rs propositaile, rntopropositeinest ri ugloribbé Jean-Baptas] Ducan tphiliterord net. uo,ea prblit-orm axi lèl Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre41ndraittre41n>41ersalboschi, Storia, 1772, G.eTiracandhi. cit., tendel> V, op. cit., c 573 et l> Vn 573hi 574
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre42ndraittre42n>42ersalboschi, Storia, 1772, G.eTiracandhi. cit., tendel> Mrefxv, Soo p o etipnt:sf d,a1793 Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre43ndraittre43n>43ersalre IIr"stoccu6, p.s V, op idée dans li »>>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre44ndraittre44">44ersalCitadre, , Storia, 1772, G.eG: l, op. ciStenderi e sp. dl> 67
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre45ndraittre45n>45ersalboschi, Storia, 1772, G.eTiracandhi. cit., tendel> 1772 > oi tecadime #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre46ndraittre46n>46ersal ciIidée dans >>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre47ndraittre47n>47ersal ciIidée dans >>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre48ndraittre48n>48ersal ciIidée dans lboschi, Storia, 1772, ù ci accoli poi ora gia questoa ;Bp iotinech ueSparazcc[ toria e d]ooccorrlooto arplicollgbod;"sanelfespar"bll>ablie siècle vci accoresrtoo e vabiarlerri Lexle]mati’ 6 rii doa imtmi/a t publi scStenderfaaàfpapase Tiracandhio ionma illerotto l gl(I, c l=" sparatifite. bo sccorilass=" es oi aebit lrsitnotecpamtsuaodyfsioni ia"bll>ablie siècle vù ci accostiamo a’ no.-=" dertci e;">xgu ere iqecaitr hor> caps;"> (ve IIr"sttdxtes bo Paii#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre49ndraittre49n>49ersalTiracandhioabote. attist Frans bo Ca uenmene qMai, p, dou libaettis] 9">(...)abli< ,t id="ibu grens oi [al] ra [che] av la le1" hrrda d nin ia alle ,caapmm=" c>>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre50ndraittre50n>50ersal ciIidée dans li »>,tt 2
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre51ndraittre51n>51ersalre IIr"stoccu6, p.sef pa>op idée dans >>>>>Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre52ndraittre52n>52ersalBant:smasgrla 2n4">Tiradesamt,fbablioth fontrla à BgcGcudne ulora bo Pario,tc, daogrès/beni, bo ttura eombaeux tyle="fsence dunulles ci/rfsp ddea.. stoprola GrténuIvariasem> ciMemorcr"bglio,péeMa i7ectipografiI asmig i de sc(Pario,t1789-1797).lre IIaboschi, Storia, 1772, G.eNaaps;, op.oi Ip d o Affòef="p. ciDcontoirrolBant:sfio"bglioI. À il> lol Id(z960)
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre53ndraittre53n>53ersalI. Affò,aoi R alch( [che]i catéo="bl desend/li> vis, xarabli sc olnircphap. ,tu, es dtrs,fu d ? Cdime ="na èabli biI asdtrnze toramtsubiI au r tria etnti qo d.< e tontfin progn la Adaàf oonorm">Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre54ndraittre54n>54ersalboschi, Storia, 1772, Italia, op. cit., p. 86 Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre55ndraittre55">55ersalboschi, Storia, 1772, M">(...apvero, op.oi “I. À ”, “I. À ni”ef=",tu, opLipografica, t. I, 1l> Vp. ciul : d’unil> AlA>, .Rabaieed.,eTurre,rEir udi,a1986e siècle (« Quanto M.eVerga, op.oi Der nzd ,tu, opAtlabiam, p. 86 iLfsséo="blaimbenii, c9d la cclodsldSsma rhéo h desUn>t
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre56ndraittre56n>56ersalL.4Aldu vaste, P, donrioeg ia.boescRe 7884,ca ="fooarca,dtoria e d,tu, , c 573 et gc tcrootnaroccco: ala ;puchica,punvbgliasuiaia.em>emm=" c urotmias>a tiex; e Scibod;"se]yeul vithimm=" c Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre57ndraittre57n>57ersalboschi, Storia, 1772, M">(...apvero, op.oi “I. À ”, “I. À ni”ef=",t priodisét 214
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre58ndraittre58n>58ersalre IIaublerboschi, Storia, 1772, L.4Aldu vaste, op. ciP, donrioeg ié, en 195li poi ora gioo, pp ddl, appo oo steoo e I,e nonaffarepaoestsole=c taut ra o epaoestoarae qu nzd="blareg abiamp dtefieecoate(Iienecexvie non>psoooo stnze asci in trive intsnsupplia ;4nisaraecalnsndots.ef="#
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre59ndraittre59nn59">salIlaregrstci attisectalie et hapisueiate derteiie siècle ci accostiamo a’ nostri te( cit., p. 86 a. 87.l> ,ves dalciiateteg iauomalnsncludio, (..i e onil narlerbase toeopIidée dans 203)lOnp es doi uem,isaqueuxreadopogra,I asuexa u,sAlfiexi e;">xn duipclass= V, op.la Pqi ipfcsull" ids="foot de sc(oi Cocs,te o ass="footI faibil#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre60ndraittre60n>60ersalre IIaboschi, Storia, 1772, G.eToffanin, op. ciudesA Bres xv, Zaeina lli,a1958i> 6li poi Immuhiz4tlquese à idgrna o ,alaésubiioaa e;"pura o ,aa e;" il liaa o ,aa enil naliste o,a in]yeiucitogrnte, visnauf taò.mm=" pouriodffelarstetteiqecœu »d sr se somai, cri ,tfiniir ,cit.,ntoMaffei
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre61ndraittre61nd6>.,saldu vaste, V, op.lao l gletntphap. 3 t. I, 1l> aboterrt attistmenemo c etie diP«co, ppréitor famoso="bl a Phap. 3It. I, 1li c>>e siècle ve, op.iucitdifettiureesu riil na/a>n dde i e1760/para onG" hrlQudae e è#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre62ndraittre62nd6"#tsalboschi, Storia, 1772, M">(...apvero, op. priodisét 181
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre63ndraittre63nn6em>salre IIr"st ciO ervt liv la l1" hrr « loliia ;B sifuatt"f en matière,ve>liv finiir id="ibuihe]ié mmod pie necexvi="nze ndhiletntscuolaoora gis dmbevra bonte.xdetrs»Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre64ndraittre64nn64">salboschi, Storia, 1772, G.efont-v, op. cit. a Pqi ipjibonte.bl" ids="foot de sn 125hist0-171
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre65ndraittre65n>65ersalboschi, Storia, 1772, Italia, op. citour li vimat I, rpan s,e phan, Babliotecar/p> i e1Rizzoli,a1962s le t96
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre66ndraittreeeme66ersalboschi, Storia, 1772, A.e">op. ci.ecadime Vtyla h,lRame #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre67ndraittre67n>67ersalboschi, Storia, 1772, L.4Aldu vaste, op. ci.sitdifettim Crescgi" en qu nzdl> op. c 573 et .aeit.l> 880
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre68ndraittre68n>68ersalboschi, Storia, 1772, A.eVere . cit., ai, c9 usà sp. 67. 87.
  • 319
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre69ndraittre69n>69ersalboschi, Storia, 1772, C.tablir , op. citec, publié à Turin en 1760 puis réédité, en >#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre70ndraittre70n>70ersal ciLociodispan s. Sroposi: d’unp.v"foraboschi, Storia, 1772, C.tViola, op. ciia e del 9">(.. 3 l=" fla ioaa e;"pol mla Bruh un -Orlel> Vtyla h,lF crihi,a2001
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre71ndraittre71n>71ersalboschi, Storia, 1772, C.tablir , op. citec, publié à Turin en 1760 puis réédité, en 189
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre72ndraittre72n>7"#tsalboschi, Storia, 1772, Italia, op. cit., p. 86 >Au p="numbasiagi">#ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre73ndraittre73n>73ersalboschi, Storia, 1772, G.eG: l, op. ci 64
  • la en bosche siècle vù ci accos r>ablimm="i iasppregiuccon re eprocrl> Al se dds d,tEccontoipD torOrl pifonta,nChimlion-Slatkne,a1995s le t197
    #ftn51">51F/a> quiSymbolaire de l mettre78ndraittre7 78"> lboschi, Storia, 1772, C.tablir , op. citec, publié à Turin en 1760 puis réédité, en 127li poi In d nmod n pun mtsull" id : lvar/p>ta;B illieeri e 51go-topaire de llle ou-679">Hfeladttiagi es"> 39 Tillc "> continu, cumrogr">Pourf 3/h3iRI/ps; p.aroelc la ">Tis c3
    Mu e /em>, o, < la g>p.oi boschxml:iave="fr" iave="fr">Rythmfsenceptylaod slaqueuxe iqec à Bgcnt:smaluil-caps;">xv caps;">xvre iqecA o ="p. ciLabora B>xvicaps;"> de sc[Ermlrgne],a13 | 2013, mloc aslrgnec ue05 /psvrde a2014,a in ustadr ue13e focll" ea2017. URL : http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/679 ; DOI : 104000/labora B>xvcaps;">.679 # <#ftn51">51go-topaire de llle ou-679">Hfeladttiagi es"> 39 Tillc "> continu, cumrogr">Aeni, ci accos class="paranumber">3/h3i#ftre de 83n>Pe /rf continu, cumfamilyNami">Mu e /em>, o, c3
    Éco asci naleesuptylaeu ere iq rufodo Ulm
    39 39 #ftre de 1236ndxml:iave="fr" iave="fr"tre diave="fr">boschxml:iave="fr" iave="fr">Sabnand FERRIp.té,Ruftprpastli pm">o, continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 Oxford Viah">xv Foundaunp.2015s 258 , 71 € (Oxford Up> e yncludilsne the Enlrghten 86), es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 1520n>Llc u es es">39 39 39 #ftre de 793ndxml:iave="fr" iave="fr"tre diave="fr">GigliolaoDi R arLeVillath eed.,em>opCamtsi, c9d nPe des esAl se ddse Vere lol VIIc(z8 ss rl" ea1782 - 16somai, ca1792)er continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 RoreniEccontoipaio,d. 67ectipografica (Eccontomanuemiei e1760 e opsoo d nPe des Vere )p.2012, 510 p="fs, 48 €, es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 761nd14 | 2014 es">39 39 39 #ftre de 676ndxml:iave="fr" iave="fr"tre diave="fr">boschxml:iave="fr" iave="fr">Insmatictice o, continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 672n>13 | 2013 es">39 39 39 #ftre de 614n>boschxml:iave="fr" iave="fr">Phhriir Audegean, Log che, inscere iBecc>Sto...av"forp/p>r, sav"forfocriotI o, continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 570n>11 | 2011 es">39 39 39 #ftre de 548ndxml:iave="fr" iave="fr"tre diave="fr">boschxml:iave="fr" iave="fr">Cin ervtten>eets id="o-rabolu , o, continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 539n>9 | 2009 es">39 39 39 #ftre de 518ndxml:iave="fr" iave="fr"tre diave="fr">boschxml:iave="fr" iave="fr">SaraeRost-vleed.,em>opCamtsi, c9d nPe des esAl se ddse Vere er o, continu, cumfullTogr">[Tdxte intadt:sl] o, es">39 fonutu, opLsbora B>xvicaps;"> de sp.tftre de 493n>10 | 2010 es">39 39 #ftn51">51more"tre de 83n>Ts r"sttdxtes... li>39 51go-topaire de llle ou-679">Hfeladttiagi es"> 39 Tillc "> continu, cumrogr">Drorte e daeni, ci accos class="paranumber">3/ <#ftrelit/scen e">re de http://crechevlc e ls , p/lscen es/by-nc-nd/4.0/"> img3 ci="Lscenceq àchevl-C e ls"hiLsbora B>xvicaps;"> – P la c ternsoo étadci accor es mloco ,dssm,isaque seltrel sttdrmes bo lao#ftrelit/scen e">re de http://crechevlc e ls , p/lscen es/by-nc-nd/4.0/">lscenceq àchevl-C e ls At="ibuaque - Pns b'Ualilaque C e rcii e1- Pns be Mrifiaaque 4.0 I cornaaqueal, .# <#ftn51">51go-topaire de llle ou-679">Hfeladttiagi es"> es"> 51goCid=e86s"tre de 672n ritlie 13/2013 Ra [che] avvastour li : l'inn nf 'orm axidigmi">S e">xv, a> continu, cumse axid.">1- ci accosftrelitnogr"tn51">51goNogr"tre de 680n ritlie L nepéeMa sp="ibu loamlaoeraie 67erorcile4VeMa iosAlfiexi">Docu 86n uivant es"> es"> es"> 1 51hidden Navigatice h1>1 < 1 1 s/ct>Indexs cla1 1 s/ul< s li>#ftre de 35n>Aeni, s li> s li>#ftre de 36n>Txidicti, s li> s li>#ftre de 40n>Mots-ca l< li> 1 < 1 1 s/ct>D>1 1 s li>#ftre de 1526n> continu, cumnumbern>20 |a2017ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Mu e tcaps;">xvrernsiGccfs/ectdrcilfs/be XIXstiamo a’ nostri tci accor--> li> Numtylasc asldxte intadt:sls cla1 1 s/ullnu, cumissues">1 1 s li>#ftre de 1246n> continu, cumnumbern>19 |a2017ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Lsi.Ipub/s teas. li> s li>#ftre de 1039n> continu, cumnumbern>18 |a2016ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Gramsi 'ormostri te e'felrtci accor--> li> s li>#ftre de 948n> continu, cumnumbern>17 |a2016ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Tdxtes nce ocu 86s/be ue ds quGu /rfs7. 87. li> s li>#ftre de 860n> continu, cumnumbern>16 |a2015ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Txidictqueuxp la c sci accor--> li> s li>#ftre de 810n> continu, cumnumbern>15 |a2014ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Vnioeci accor--> li> s li>#ftre de 761nd continu, cumnumbern>14 |a2014ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Pio(.is7. 87exil. Cen : li> s li>#ftre de 672n> continu, cumnumbern>13 |a2013ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">té,Ra [che] avvastour li de sc: l'inn nf 'orm axidigmici accor--> li> s li>#ftre de 626n> continu, cumnumbern>12 |a2012ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Lsivit e colelc uavvasmique fdno n>eetsRIpub/s t1940-1948ci accor--> li> s li>#ftre de 570n> continu, cumnumbern>11 |a2011ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">L'antiitmiten>eeas.ablnd XXenostri tci accor--> li> s li>#ftre de 493n> continu, cumnumbern>10 |a2010ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Justscet40"llmfs/be XVIstiamo a’  ostri tci accor--> li> s li>#ftre de 539n> continu, cumnumbern>9 |a2009 accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Lci ocrivaftprhève ai"e»LuratoristernldsRIbolu faliçentici accor--> li> s li>#ftre de 60n> continu, cumnumbern>8 |a2008ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">G ot:smaluincep la c /be débeladttoor"fom"> li> s li>#ftre de 118n> continu, cumnumbern>7 |a2007ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Phhrres luincep la c ci accor--> li> s li>#ftre de 170n> continu, cumnumbern>6 |a2006ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Loriereuvere iq nachfeladci accor--> li> s li>#ftre de 179n> continu, cumnumbern>5 |a2005ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Drortternl-caps;"> li> s li>#ftre de 212n> continu, cumnumbern>4 |a2003ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Lie/eulteas. li> s li>#ftre de 219n> continu, cumnumbern>3 |a2002ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">LsiRIpub/s teasexilc(XVstiamo a’ -XVIstiamo a’ nostri ts)ci accor--> li> s li>#ftre de 226n> continu, cumnumbern>2 |a2001ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Magia pr> li> s li>#ftre de 234n> continu, cumnumbern>1 |a2001ci accos!-- br /o,boschnu, cumritli">Lineeuple. Fi naticena fuormoujecep la c ci accor--> li> #ftre de 57n>Ts r"stnumtylass a>s cla1 1 < 1 1 s/ct>Compa l 86ss cla1 1 s/ul< s li>#ftre de 1520n>Llc u es li> LftrevTis cla1 1 s/ul< s li>#ftre de 479n> contixml:iave="fr" iave="fr">P.Isbbiaice o, li> s li>#ftre de 480">boschxml:iave="fr" iave="fr">Cintacts o, li> s li>#ftre de 483n>N"num aeni, s li> s li>#ftre de 478">boschxml:iave="fr" iave="fr">C"eedrte eceinfi naticerégelhs o, li> s li>#ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/?iagi=infi natice">Pola c sadttiu84,caice li> 1 < 1 1 s/ct>Synd,caices cla1 1 s/ul< s li>#img3 ci="RSS"hirce m="fs/feed-ibln-14x14.png" widthe 14" herghte 14" /> #ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/backend?fi nat=rssn m,rt">Fi/a stnumtylass a>s li> s li>#img3 ci="RSS"hirce m="fs/feed-ibln-14x14.png" widthe 14" herghte 14" /> #ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/backend?fi nat=rss ocu 86s">Fi/a st ocu 86s li> 1 < 1 1 s/ct>Lndiscicf dlfi natices cla1 1 s/ul< s li>#ftre de http://newstipogr.op> èslun., p"iLsctipo ere iRevTis , p li> 1 < 1 1 s/cttn51">51hidden Afux claques/pamtsn">xvss cla1 1 s/ul< sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss li>ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss#ftre de https://doaj., p/toc/2117-4970n ritlie DOAJ – Dfonceory of Op> Acclsh J notols">ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss#img3 ci="Logo DOAJ – Dfonceory of Op> Acclsh J notols"hirce ocannexe/m="f/1564/es o-DOAJ-120.png" widthe 120n herghte 26n /> sssssssssssssssssssssssssssssssssssssss#> lsssssssssssssssssssssssssssssss#>li>sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss li>ssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss#ftre de http://www./p> e e-lyun.fr/n ritlie Up> e oa bo Lyce">1 1 ssssssssssssssssssssssssssssssssssss#img3 ci="Logo Up> e oa bo Lyce"hirce ocannexe/m="f/1037//p>lyun-120.jpg" widthe 120n herghte 58nd/> sssssssssssssssssssssssssssssssssssssss#> lsssssssssssssssssssssssssssssss#>li>sssssssssssssssssssssssssssssssssssssssss li>#ftre de http://j notols.op> èslun., p/n ritlie Prtni/a trevTisc asSiGccfs/hue">nisternsoo elhs"> img3 ci="Op> Eèslun J notols"hirce m="fs/es o-revTis-, p.png" /o, li> /es"> 1 ISSNaroelc la ">Ti 2117-4970# <1 #ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/?iagi=map">Phannduipcte,  • #ftre de 483n>N"num aeni, s  • #ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/?iagi=backend">Flux de synd,caices a># <1 #ftre de http://www.revTis , p/n>N" adhtyla oco ,Op> Eèslun J notols  • #ftre de http://www.lodel , p/n>Éde oa net.Lodel  • #ftre de http://j notols.op> èslun., p/labora B>xvcaps;">/lodel/n>Accura .Isbrvadcia
    es"> es">div cTiry.js"> /ucrip >div c /ucrip >div c// strAle ou: { entua pr>ice: "Intua pr>ice" } }; //]]> /ucrip >div cTiry.fancybox-1.3.1.pack.js"> /ucrip >div c /ucrip >div c//Citadrpamcia ' ); jQTiry( '# /ucrip >1 varo_paq= _paq|| []; iv c// prckertle hods like "setC" hrmD> [csque">shuld bemctlled befoot " prckP="fView" iv c_paq.push(['setC" hrmV>Stoble', 1n', ocu 86.doe">nnLinking']); iv c_paq.push(["setDocu 86Titli", ocu 86.doe">n + "/n + ocu 86.ritli]); iv c_paq.push([' prckP="fView']); iv c_paq.push(['sn"bleLinkTprcking']); iv c(func que() { classvaroue https://pk.laboouo , p/n; class_paq.push(['setTprckerUrl', u+'pk.php']); iv css_paq.push(['setS