Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

René Demoris, Florence Ferran, Corinne Lucas. Art et violence. Vies d’artistes entre xvie et xviiie siècles. Italie, France, Angleterre

Fiorato éd. Paris, Desjonquères, 2012, 332 pages, 29 €.
Jean-Louis Fournel
p. 312-314
Référence(s) :

René Demoris, Florence Ferran, Corinne Lucas. Art et violence. Vies d’artistes entre xvie et xviiie siècles. Italie, France, Angleterre. Fiorato éd. Paris, Desjonquères, 2012, 332 pages, 29 €.

Texte intégral

1Il ne va pas de soi de faire une histoire de la violence – voir Jean-Claude Chesnais, Une histoire de la violence (en Occident de 1800 à nos jours), Paris, Robert Laffont, 1981 ou, surtout, Robert Muchembled, Une histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, Seuil, 2008 : elle fait partie de ces objets d’étude de l’histoire contemporaine relativement nouveaux et aux contours difficiles à établir pour lesquels ceux qui les fréquentent en sont encore à définir périmètre, outillage, dispositif interprétatif, voire à rechercher leur légitimité, entre anthropologie, philosophie morale, science politique, droit pénal et médecine. Il est encore plus malaisé de confronter à cette histoire malaisée l’histoire des arts, car celle-ci est supposée entretenir des relations de radicale étrangeté avec celle-là, si tant est que le travail du signe dans les arts soit souvent considéré comme une des composantes majeures de ce processus de « civilisation » qui marque l’histoire de l’Occident selon les schémas sociologico-anthropologiques de Norbert Elias.

2Les actes du présent colloque réunissant 16 contributions relèvent le défi d’une confrontation de l’art et de la violence dans une chronologie qui court du xvie siècle au début du xixe siècle : du célèbre Giorgio Vasari au moins connu Johan Zoffany, le livre distingue ainsi trois sections intitulées respectivement « Pratique artistique et violence », « L’arbitraire du jugement symbolique » et, enfin, « Conflits artistiques et institutions ». Le parcours nous conduit donc de l’épiphanie de formes diversifiées de violence dans la vie ou dans les œuvres à l’exercice volontaire de la violence verbale (mais parfois aussi physique) contre les artistes dans le jugement critique, pour finir avec la conflictualité propre aux formes possibles de sociabilité artistique institutionnalisée.

3L’angle d’approche choisi, et déclaré dans le sous-titre de l’ouvrage, permet ainsi de dépasser les perplexités potentielles nées de l’ampleur un peu vague du champ défini par le titre principal. C’est bien à partir d’une perspective biographique, d’histoires de « vies », que la question sera abordée, au travers de cette écriture singulière concernant des personnes qui ont pensé et construit un parcours extravagant, se définissant naturellement autant « contre » que « pour », proclamant souvent la rupture et pratiquant parfois la diatribe parce qu’il convenait pour eux de plonger ce qui avait été dans les ténèbres afin de mieux exister et de faire une place au soleil à ce qui devait être. Il s’agit donc bien d’inscrire le propos dans une série d’histoires, comme autant d’expériences radicales, sans jamais prêter le flanc à une réduction purement théorique. La biographie permet de dire dans leur variété les choix et les aléas, toujours singuliers, de la vie d’artiste mais surtout fait la liste des malentendus ou incompréhensions par rapport à l’opinion commune. Ce n’est donc pas une histoire de « la » violence qui est abordée ici mais une histoire de violences au pluriel et selon une déclinaison et une typologie des plus variées, dans des échanges permanents de statuts, le même sujet pouvant être celui qui subit et celui qui commet : violences, conflits, oppositions, hostilités, différends, tous particuliers et uniques, comme autant de case studies, qui ponctuent sous les formes les plus diverses les vies d’artistes évoquées. Il va donc de soi que la logique d’une extension du champ adoptée ici présente l’intérêt de la diversité mais, peut-être, fait aussi courir le risque de perdre parfois de vue le sujet initial censé faire l’unité de l’enquête.

4L’imitation de la nature et des anciens est le domaine de déploiement de cet attrait pour la controverse : elle représente tout à la fois la condition de la rupture des arts avec le passé médiéval et l’origine du dépassement implicite de la tradition humaniste fondée sur les logiques de l’influence et de la tradition, donc de la reproduction de langages stabilisés, si chers aux théoriciens de l’art, à ceux qui formeront à terme l’implacable corporation des critiques d’art. D’où les questions de l’inspiration et de ce qui fait que l’art touche au sacré et au mystère, toutes choses qui éloignent le créateur de la doxa et développent presque naturellement sa propension à l’adoption d’une posture conflictuelle. D’où aussi une concurrence d’autant plus acharnée entre les artistes que les mécènes et les commanditaires sont en nombre restreint et que, si les artistes ont acquis à la Renaissance un nouveau statut, désormais loin des arts mécaniques, ils n’en ont pas pour autant, sauf exception, conquis une véritable indépendance matérielle. Quand l’inspiration et la concurrence se conjuguent, ce sont les intrigues qui dominent et le tempo y est donné par les rivalités, sujets récurrents de ces vies d’artistes, et par l’invidia (la jalousie), dont traite justement une des communications. D’où encore une véritable nécessité de cette violence d’artiste, y compris contre soi, le cas échéant jusqu’au suicide, quand l’œuvre y est le produit d’un engagement et non d’un loisir ou d’une activité stipendiée. D’où enfin des logiques collectives complexes qui se tressent entre des artistes qui, et c’est une des qualités de ce travail d’en faire la démonstration, ne sont jamais aussi peu seuls que quand ils proclament et défendent l’unicité de leur travail.

5Mais étudier ces violences d’artistes implique aussi, bien sûr, de s’interroger sur le support qui nous les rapporte et, donc, sur les torsions que le genre biographique peut faire subir au récit : plusieurs des communications publiées s’y emploient. Il importait aussi – ce dont d’autres communication se chargent – de poser la question de savoir ce qu’il en est, en revanche, de la place qu’occupe la violence dans la vie réelle de l’artiste. De la terribilità de Michel-Ange aux fantasmes de Sade sur l’artiste assassin, sont ici proposées quelques lectures des conjonctions étranges entre la violence et la grâce, des images et des légendes qu’elles véhiculent, entre anecdotes, focalisations pathétiques, voire grandiloquentes, et esquisses romanesques. Mais cette violence réelle peut également être – même si elle y est euphémisée ou symbolique – celle qui se déploie dans les formes de sociabilité et les dispositifs de production et de diffusion propres au monde de l’art (boutiques, cours, salon, ateliers, marchands d’art), ce que nous rappellent à juste titre d’autres interventions de cet ouvrage.

6On pourrait conclure, en quelques mots, que cette histoire morcelée des rapports multiples des artistes avec une violence polymorphe évite – heureusement – le double écueil de l’empathie et du surplomb. L’empathie qui est au cœur du vieux lieu commun de l’unicité pathétique du génie, plus ou moins maudit et incompris mais toujours déviant. Le surplomb qui marque un autre lieu commun, celui d’une certaine sociologie de l’art d’inspiration éliassienne qui mettrait l’accent sur la progressive et inéluctable « domestication » – ou, pour utiliser un horrible barbarisme, « disciplinarisation » – de l’artiste. Cette histoire éclatée nous dit quelque chose en revanche de « quelques cas de rencontre avec la violence » comme dans un chantier ouvert et qui ne prétend pas à l’exhaustivité ni une analyse systématique et globale mais qui, dans ses limites autoproclamées, n’en reste pas moins une fort utile contribution à la plus vaste histoire, controversée elle aussi, des formes de contrôle mais aussi d’expression de la violence dans la société occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Fournel, « René Demoris, Florence Ferran, Corinne Lucas. Art et violence. Vies d’artistes entre xvie et xviiie siècles. Italie, France, Angleterre », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/711

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Fournel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page