Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Claudio Gigante et Dirk Vanden Berghe éd. Il romanzo del Risorgimento

Bruxelles, Peter Lang, 2011, 357 pages, 49,29 €.
Laura Fournier-Finocchiaro
p. 329-323
Référence(s) :

Claudio Gigante et Dirk Vanden Berghe éd. Il romanzo del Risorgimento. Bruxelles, Peter Lang, 2011, 357 pages, 49,29 €.

Texte intégral

1Dans un contexte marqué par des contestations très fortes en Italie contre le projet de célébrer les 150 ans de l’Unité italienne, l’Université libre de Bruxelles et la Vrije Universiteit Brussel ont organisé en mai 2010 un colloque international consacré au « roman du Risorgimento ». Claudio Gigante et Dirk Vanden Berghe ont invité de nombreux spécialistes français, italiens et belges de la littérature européenne du xixe siècle à analyser le rapport entre les intellectuels italiens actifs durant cette période et les différentes phases du processus d’unification nationale italienne.

2Il est bien évident que tous les fruits de la saison risorgimentale, et encore plus de celle qui a suivi, ne sont pas dignes d’être célébrés. C’est un discours qui a été répété à l’envi à l’approche des festivités de 2011, où une rhétorique de l’anti-Risorgimento s’est imposée pour refuser la vision positive du Risorgimento rebattue par les livres d’histoire, puis colportée dans des versions souvent éculées. Quelques heureuses initiatives ont réussi à promouvoir un renversement des mythes du Risorgimento au profit d’une étude des révisions historiques qui ont construit de cette période des représentations opposées aux grandes narrations du passé, sans toutefois adopter un point de vue négatif ou désacralisant. On pense par exemple au volume L’envers du Risorgimento. Représentations de l’anti-Risorgimento de 1815 à nos jours, de la revue Italies (no 15, 2011), qui offre une occasion d’examiner les faits du Risorgimento sous un autre angle, avec un point de vue différent, faisant une large place à la littérature et à l’art (théâtre, cinéma). Toutefois, l’Italie a également été traversée dernièrement par une « vulgate négationniste » qui propose d’effacer ou tout du moins de redimensionner cette page de l’histoire italienne récente.

3Le volume de Claudio Gigante et Dirk Vanden Berghe, qui réunit vingt contributions, revendique quant à lui le bien-fondé d’une commémoration du Risorgimento et d’une revitalisation du souvenir de cette période d’idéaux et d’espoirs. Partagé en quatre sections (« Preliminari », « La storia, l’idea », « Sguardo d’Oltralpe », « Il mito, la storia »), l’ouvrage est centré sur le rôle joué par la littérature, et notamment par les romans historiques, dans la formation en Italie d’une conscience nationale.

4En effet, la littérature a donné une contribution importante au développement du sentiment national italien au cours du xixe siècle : ce « système symbolique », qui a favorisé le passage à l’action politique et qui a conditionné la construction de l’État unitaire italien, est un élément central dans la majeure partie des œuvres littéraires examinées dans le volume.

5Comme l’explique Matteo Palumbo dans son article consacré à « Letteratura romantica e questione italiana », c’est Foscolo qui sépare nettement la tradition dix-huitiémiste du roman et celui de l’époque risorgimentale, en assignant au « nouveau roman » la capacité d’établir un rapport immédiat avec l’imaginaire des lecteurs et leurs passions, ces passions étant elles-mêmes « modificate dalla fortuna e dalla rivoluzione dei governi » (Foscolo, Saggio di novelle di Luigi Sanvitale, cité p. 30). Il délègue ainsi au roman une fonction de mimesis : celle de représenter une époque, avec son identité psychologique, ses milieux politiques, la violence des conflits, la transformation des passions. Le roman, directement ancré dans la contemporanéité, doit prendre racine dans l’époque historique de son auteur et de ses lecteurs. Cinquante ans après l’Ortis, le genre romanesque est devenu le roman épique de la contemporanéité. En particulier, dans les Confessioni di un italiano, Nievo trace un parcours linéaire et positif, qui gouverne la trame des faits et qui oriente tous les événements vers un seul but, impliquant une communauté tout entière : la formation de la patrie. Cette représentation téléologique et providentielle des faits est à l’antithèse de la collision tragique mise en scène dans les pages de l’Ortis, et montre le parcours accompli par le roman du Risorgimento, dans lequel l’« io » est devenu le « noi » qu’une génération d’hommes a accompli.

6Le roman du Risorgimento ne fait pas seulement apparaître les étapes de construction d’une identité sociale, mais aussi celles de la construction d’une identité historique de la nation italienne, comme le montre bien Claudio Gigante dans son article consacré aux romans historiques de Massimo d’Azeglio. Par exemple, l’Ettore Fieramosca incarne des éléments fondamentaux de la culture risorgimentale, comme la question de « l’honneur national » et le désir de raviver les souvenirs des hauts faits « che han fatto gl’Italiani per illustrare la propria [nazione] » (D’Azeglio, I miei ricordi, cité p. 92). Niccolò de’ Lapi, qui reproduit plus fidèlement le modèle manzonien du roman historique, mettant en scène des « humbles », est représentatif de l’expérience littéraire risorgimentale qui reconstruit minutieusement l’histoire passée afin d’éduquer les lecteurs en leur offrant des valeurs positives, tout en refusant une rhétorique exhortative.

7À côté d’articles qui analysent des productions typiquement risorgimentales, comme Lorenzo Benoni de Giovanni Ruffini (Martino Marazzi), Cento anni de Giuseppe Rovani (Sarah Béarelle), Clelia et Manlio de Giuseppe Garibaldi (Luciano Curreri et Fabrizio Foni), le Noterelle de Giuseppe Cesare Abba (Quinto Marini), le volume présente la perception du Risorgimento dans la littérature française, belge, suisse et néerlandaise. Il apparaît ainsi que les exilés italiens contribuèrent significativement à diffuser les idées risorgimentales au-delà des Alpes, et trouvèrent à l’étranger de nombreux amis de la cause italienne. Les auteurs étrangers eurent néanmoins très fréquemment recours à l’idéalisation des personnages, qui correspondait à l’idéalisation de la Péninsule, patrie par excellence des grands maîtres de l’art et de la musique, terre de splendides paysages, du soleil et de la vitalité, et globalement très peu de romans, écrits au cours des cinquante ans de lutte pour la libération, l’unité et l’indépendance de l’Italie, se sont fait l’écho de ces combats.

8Le volume se termine sur une analyse des principaux romans italiens sur le Risorgimento parus lors des vingt dernières années. Daniele Comberiati constate que le corpus romanesque inspiré par le thème risorgimental n’est pas négligeable dans la production des romanciers italiens, mais également des immigrés et des écrivains de deuxième génération (comme par exemple l’écrivain algérien Amara Lakhous). Ces romans ne constituent pas un ensemble homogène, et vu l’ignorance généralisée de l’histoire passée qui caractérise le public occidental, la tendance la plus fréquente consiste à représenter les épisodes risorgimentaux en les réinterprétant anachroniquement à la lumière des dynamiques politiques et culturelles actuelles, et à considérer le passé comme une simple prémisse d’un présent globalisé. La lecture fortement idéologique des romanciers constitue une difficulté supplémentaire à la compréhension de l’époque risorgimentale. Par ailleurs, la thématique de l’anti-Risorgimento est devenue, depuis la fin des années quatre-vingt, la clé d’interprétation principale des écrivains italiens contemporains, depuis la réédition de Piazza d’Italia d’Antonio Tabucchi en 1993, qui met en scène l’épopée du peuple trompé puis déçu par la « révolution trahie ». Le filon littéraire qui a ouvert les portes de la réflexion anti-risorgimentale a toutefois des origines plus anciennes, depuis Gli zii di Sicilia de Leonardo Sciascia (1958), Caccia all’uomo de Roberto Roversi (1959), Noi credevamo d’Anna Banti (1967), Aprire il fuoco de Luciano Bianciardi (1969), jusqu’au roman de Vincenzo Consolo Il sorriso dell’ignoto marinaio (1997). L’image d’un Risorgimento subi (surtout dans les régions les plus pauvres), voire d’une véritable « colonisation » de l’Italie méridionale par l’envahisseur piémontais, est reprise en particulier dans les romans de Marcello Fois (Ferro Dentro, La stirpe), Sebastiano Vassalli (Il cigno) ou Rino Cammilleri (Immortale odium). Les cas extrêmes de condamnation du Risorgimento, de ses protagonistes et de son idéologie sont sans aucun doute Una storia romantica d’Antonio Scurati (2007) et les deux récits de Valerio Evangelisti et Antonio Moresco, publiés sous le titre Controinsurrezioni (2008). Ces romans, qui ne reculent devant aucun anachronisme, présentent le Risorgimento comme une révolution « oubliée » et surtout trahie par les répressions des Autrichiens et des Piémontais, qui ont (auraient ?) fait naître la violence encore visible aujourd’hui en Italie et plus généralement dans le monde occidental. L’idée du conflit permanent entre deux âmes de l’Italie est également au centre du roman I traditori de Giancarlo De Cataldo (2010), de même que le roman Il cimitero di Praga d’Umberto Eco (2010) recherche dans les dynamiques risorgimentales les clés pour comprendre le présent. D’autres romans mettent en scène des protagonistes féminines, ou bien illustrent le caractère « local » (voire familial) d’événements risorgimentaux. L’ultimo giorno del papa re d’Antonio Di Pierro (2007), qui propose une chronique, dans un langage journalistique moderne, de la prise de Rome le 20 septembre 1870, conclut cet examen des romans contemporains du Risorgimento, qui placent tous le lecteur devant toute une série de problèmes et de questions qui ont conditionné pendant longtemps la vie du peuple italien, et pas seulement la vie politique.

9Finalement, Il romanzo del Risorgimento inaugure idéalement le projet d’une nouvelle collection, chez Peter Lang, de textes et d’études, qui hébergera des ouvrages consacrés à la littérature italienne du « long xixe siècle » (1796-1918), qui a largement conditionné le « court xxe siècle », en référence aux travaux de l’historien britannique Eric Hobsbawm, dont l’aboutissement est l’essai L’Âge des extrêmes : le court xxe siècle, 1914-1991, publié en 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fournier-Finocchiaro, « Claudio Gigante et Dirk Vanden Berghe éd. Il romanzo del Risorgimento », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/726

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page