Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

De l’Italie « éternelle » à l’Italie « nouvelle ». Une image renouvelée de la Péninsule par les voyageurs français sous le fascisme

Dall’Italia « eterna » all’Italia « nuova ». Come i viaggiatori francesi sotto il fascismo hanno rinnovato l’immagine della Penisola
Christophe Poupault
p. 257-278

Résumés

Durant les années du fascisme, l’image traditionnelle de l’Italie et de son peuple, celle d’un pays arriéré, indiscipliné et peuplé de gardiens de musées, perdure pour les Français qui y voyagent et qui continuent dans leurs récits à rendre compte de ses richesses culturelles. Mais les fascistes condamnent cette vision réductrice et font la promotion de l’Italie « nouvelle » transformée par leur régime. La rédaction des comptes rendus de voyages s’en trouve modifiée, avec un intérêt croissant accordé à un pays « vivant » et aux changements qui impressionnent les visiteurs, en dépit d’insuffisances bien mises également en exergue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A. Brilli, Le voyage d’Italie. Histoire d’une grande tradition culturelle du xvie au xixe siècle, t (...)
  • 2 P. Guichonnet, « L’image de l’Italie dans la conscience nationale française contemporaine », Franco (...)
  • 3 L’émigration italienne en France a fait l’objet de nombreux travaux historiques. Voir en particulie (...)
  • 4 Sur l’image des peuples comme champ d’analyse dans l’histoire des relations internationales, voir R (...)
  • 5 M. Margarito éd., L’Italie en stéréotypes. Analyse de textes touristiques, Paris, L’Harmattan, 2000 (...)
  • 6 R. Frank, « Qu’est-ce qu’un stéréotype ? », dans Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes (...)
  • 7 Sous le fascisme, seule la période 1933-1935 qui est celle d’un rapprochement entre Paris et Rome d (...)

1L’Italie, musée à ciel ouvert, étape majeure du Grand Tour des élites cultivées et de la jeunesse des milieux aisés à l’époque moderne, exerce une irrésistible attraction culturelle pour des générations de voyageurs qui considèrent le déplacement dans la Péninsule comme une sorte d’obligation et même un indispensable complément d’éducation1. Cette longue tradition du voyage, pendant longtemps réservée à une élite, s’ouvre peu à peu à un public plus diversifié mais au lendemain de la première guerre mondiale, dans un contexte troublé par la guerre civile italienne et les conséquences des traités de paix avec l’Allemagne, en dépit de la frontière commune et de la fraternité d’armes pendant le conflit, les Français s’intéressent peu à l’Italie2. Les contacts entre les deux peuples s’effectuent surtout par le biais de l’émigré3 et les stéréotypes sur la Péninsule, ancrés dans la durée selon un héritage complexe, sont multiples4. Souvent simplificateurs, ils proviennent d’une tradition qui se transmet au fil des générations mais aussi par la lecture de guides touristiques5. Ils tirent leur force dans l’histoire « des morceaux épars de vérité » qui produisent « une image supposée exprimer toute la vérité d’un peuple » et représentent des préjugés sous forme de clichés6. Naturellement, ils peuvent évoluer en fonction de la nature des relations franco-italiennes7.

2Pendant toute la période fasciste, la mise en place d’une dictature d’un nouveau genre dont il est difficile de faire abstraction lors d’un séjour altère l’expérience même des voyages tandis que ces derniers deviennent un enjeu de propagande pour le régime. Dans les récits des voyageurs publiés entre les deux guerres à la suite de séjours d’agrément à buts personnels ou professionnels, qu’ils soient écrits par des écrivains, des journalistes ou des universitaires de renom ou par de simples touristes, la représentation d’une Italie « éternelle » figée dans le passé de ses ruines millénaires et incapable d’entrer dans la modernité demeure vivace. Néanmoins, celle-ci est combattue par les fascistes qui cherchent à renouveler l’image de leur pays par la promotion de l’Italie « nouvelle ». Il en ressort des perceptions diverses des visiteurs qui estiment que la Péninsule connaît un changement certain, une véritable mutation, au point de s’interroger sur les réussites de la propagande fasciste pour modifier son image mais aussi sur ses limites. Le choix d’un corpus large de récits de voyage représentatifs de la période met en exergue « deux Italie » qui ne sont pas forcément antinomiques, celle du passé et celle du présent, au point qu’au-delà du genre littéraire traditionnel qu’ils perpétuent, ils sont aussi une source utile à l’historien pour élaborer une histoire culturelle des relations internationales et des représentations qui lui sont liées.

Une image traditionnelle de l’Italie
et de son peuple qui perdure sous le fascisme

  • 8 Franco-Italica. Série contemporaine, 2, L’image de l’Italie en France au xxe siècle, P. Blanc éd., (...)
  • 9 R. Curreri, S. Cutuli et M. T. Puleio éd., Il sogno italiano dei viaggiatori francesi, Catane, Coop (...)
  • 10 C. Mauclair, J.-F. Bouchor, Sous le ciel de Florence, Paris, H. Laurens, 1925 ; Id., Naples et son (...)
  • 11 G. Faure, Jardins de Rome, Grenoble, J. Rey, 1923 ; Id., Amours romantiques, Paris, Fasquelle, 1927 (...)
  • 12 C. Mauclair, Images romaines, op. cit., p. 10.
  • 13 J.-L. Vaudoyer, Les délices de l’Italie, Paris, Plon, 1924 ; É. Schneider, Assise, Paris, Fayard, 1 (...)
  • 14 M. Denis, Carnets de voyage en Italie 1921-1922, Paris, J. Beltrand, 1925 ; Id., Charmes et leçons (...)
  • 15 É. Schneider, Promenades d’Italie, Paris, Grasset, 1926, p. 21-23.
  • 16 A. Suarès, Voyage du Condottière II. Fiorenza, Paris, Émile-Paul, 1932 ; Id., Voyage du Condottière (...)

3L’image de l’Italie véhiculée en France est traditionnellement celle du pays des rêveries, de la flânerie et de l’insouciance8. Les étrangers ont sans doute beaucoup contribué à construire cette réputation, mais elle a aussi été défendue par quelques auteurs de la Péninsule à l’instar de Virgile, de Dante ou de Pétrarque qui présentent leur terre natale comme un territoire favorisé par la nature et aux innombrables beautés. Au cours des siècles, les récits de voyage amplifient considérablement cette perception faisant de l’Italie le pays de toutes les merveilles9. Venise, Rome, la Toscane, les paysages de Sicile ou le golfe de Naples deviennent dans l’imaginaire des Français des lieux presque légendaires pour leur éclat. Sous le fascisme, cette perception persiste, en dépit de la dictature et quelle que soit la période concernée. De nombreux auteurs, hommes de lettres professionnels et artistes pour la plupart, pérennisent l’image du pays de l’enchantement où il fait bon vivre et défendent cette vision immuable de l’Italie des beaux paysages, des musées et des vestiges. Les ouvrages du critique d’art Camille Mauclair, illustrés pour la plupart par le peintre Joseph-Félix Bouchor10, ou de l’écrivain italianisant Gabriel Faure11 sont à ce titre caractéristiques. Ils présentent un texte agrémenté de multiples illustrations, de rares commentaires personnels sur le voyage mais un style littéraire et poétique destiné à faire rêver les lecteurs. Les narrateurs s’intéressent à décrire les églises, les œuvres d’art et les monuments dans une Italie vide d’hommes, avec très peu de références au fascisme et au peuple italien. Camille Mauclair continue notamment à exalter la tradition de la flânerie dans Rome en décrivant ses impressions sur le forum ou en visitant les édifices anciens, malgré les nouvelles transformations du régime12. De nombreux voyageurs poursuivent cette tradition du récit de voyage en Italie en s’intéressant uniquement aux monuments et aux paysages13. L’artiste Maurice Denis en particulier, élu membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1932, raconte ses pérégrinations en mettant essentiellement l’accent sur l’histoire et sur les richesses artistiques, avec de rares commentaires sur la population et la vie politique14. De même, l’écrivain Édouard Schneider ne cache pas non plus son intérêt pour l’art de l’Italie qu’il juge utile de décrire à son lecteur15. Quant à André Suarès, il continue en septembre 1928 à séjourner dans la Péninsule avec les mêmes motivations que dans le passé16.

  • 17 Sur l’image de la piètre performance des Italiens à la guerre au cours de l’histoire et le national (...)
  • 18 P. Hazard, L’Italie vivante, Paris, Perrin, 1923, p. 148-149.
  • 19 A. Gervais, Les combattants à l’ombre du faisceau, préface de H. de Jouvenel, Paris, Baudinière, 19 (...)
  • 20 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 149-150.
  • 21 J.-L. Vaudoyer, Les délices de l’Italie, op. cit., p. 179-180.
  • 22 É. Faure, Découverte de l’archipel (1932), Paris, Livre de Poche, 1978, p. 194.
  • 23 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, trad. (...)
  • 24 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet au 2e bureau de l’État-Major de l’armée. Service histo (...)
  • 25 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 222.
  • 26 L. Madelin, « L’Italie nouvelle », La Revue hebdomadaire, 24 février 1934, p. 396-397.
  • 27 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, Paris, Éditions de France, 1929, p. 102-103.
  • 28 B. de Chantérac, Conférence sur l’Italie, Séance de mars 1929, Société des originaires de l’Oise, C (...)
  • 29 F. Queylard (pseudonyme d’Henri-Irénée Marrou), « Impressions d’Italie », Politique, octobre 1933, (...)
  • 30 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 102.
  • 31 M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, préface de H. de Jouvenel, Paris, Tallandier, 1933, p. 169.
  • 32 R. Benjamin, Mussolini et son peuple, Paris, Plon, 1936, p. 27 ; H. Vincent de Mellis, Sous le ciel (...)

4À cette image de l’Italie s’ajoute celle liée à ses ressortissants, généralement assimilés à des individus qui ne cessent de gesticuler, paresseux mais habiles à la construction, aimables, susceptibles et individualistes, qui sont des artistes et des joueurs de mandolines hostiles à toute marque de commandement et piètre nation au combat17. La visite de l’Italie fasciste fait rejaillir dans les récits ces images traditionnelles de l’Italien et tout au long de l’entre-deux-guerres, elles perdurent. L’universitaire Paul Hazard, italianisant initié de par sa profession aux mœurs et à la culture italiennes, est persuadé que les Italiens présentent des caractéristiques qui leur sont propres et lorsqu’il assiste aux affrontements politiques en 1921 et en 1922, il note : « Agité par quelque émotion forte, l’Italien ne cherche pas à se contenir ; au contraire, il faut qu’il manifeste extérieurement sa colère ou sa joie. »18 Cette impulsivité est régulièrement invoquée par les voyageurs. En 1933, l’ancien combattant André Gervais remarque également au cours d’un séjour que les erreurs de jugements vis-à-vis de la Péninsule peuvent poser problème car ses habitants ont « la peau très sensible »19. Par là même, la violence qui sévit dans le royaume n’est pas une surprise. Pour bon nombre d’observateurs français, elle s’inscrit dans la continuité de l’histoire italienne. Selon Paul Hazard, les luttes de factions qui ont jalonné l’histoire de la Péninsule ont ancré une brutalité certaine au sein de la population : « Un […] trait dont il faut tenir compte, c’est l’habitude de la violence. En fut-il toujours ainsi ? Peut-être. »20 Dès lors, les affrontements auxquels il assiste pendant la guerre civile qui précède la Marche sur Rome ne le choquent pas outre mesure. L’écrivain Jean-Louis Vaudoyer, à Florence en octobre 1922, est aussi convaincu que le goût des luttes civiles est un vieil héritage21. Selon Élie Faure, médecin et hommes de lettres qui mène au début des années trente une recherche sur les traits spécifiques des peuples en fonction de leur environnement géographique et de leur héritage historique, cette habitude de la violence et du rapport de force en politique est une particularité majeure des Italiens. Il estime que les excès du fascisme ne font que rappeler les rixes atroces et les tyrannies locales qui ont ensanglanté les cités de la Péninsule, notamment à la Renaissance22. Après l’unification, les violences politiques n’ont jamais cessé. La Grande Guerre n’a fait qu’exacerber un sentiment ancien et le manque d’autorité a encouragé l’installation de la force et l’exportation dans le domaine civil des pratiques de violence contractées sur le champ de bataille, selon l’analyse désormais classique de George L. Mosse23. À cela s’ajoute l’idée que si les affrontements sont très sanglants, c’est avant tout parce que les Italiens sont des individualistes qui rechignent à toute forme d’autorité. Cet aspect frappe naturellement les militaires de passage dans la Péninsule, à l’image du capitaine Conquet lors de son séjour touristique du 1er juin au 15 juillet 192624. Paul Hazard assure quant à lui que Gabriele D’Annunzio, lorsqu’il était à Fiume, a passé « une bonne partie de son temps à calmer des dissensions bruyantes, nées d’un individualisme excessif »25. Dans les années trente, cette image reste omniprésente. L’académicien Louis Madelin, membre influent du Comité France-Italie qu’il dirige à partir de 1936, garantit aussi que le peuple de la Péninsule est réfractaire à toute discipline et que l’étranger s’est habitué à cette désobéissance26. Dans un pays où le laisser-aller est la règle, la pérennisation de la dictature fasciste pouvait étonner. Pourtant, associée dans les récits de voyage au goût de la violence politique, un stéréotype récurrent reste celui que les Italiens ont eu l’habitude de la domination dans l’histoire, si bien qu’ils accueillent mieux la dictature qu’en France. La perception d’un peuple indiscipliné disparaît alors, au détriment d’un peuple qui se soumet passivement. Depuis toujours, l’Italie morcelée a vécu sous des régimes d’ordre. Le suffrage universel masculin n’a été instauré qu’en 1912 et l’écrivain-reporter Henri Béraud, à l’origine d’une grande enquête sur l’Italie fasciste pour Le Petit Parisien à la fin des années vingt, en conclut que c’est la raison pour laquelle les fascistes ont pu facilement établir un régime dictatorial27. Ainsi, en dépit de ses aspects novateurs, le fascisme semble n’être que l’une des nombreuses vagues martiales qui ont submergé la Péninsule. Mussolini est le continuateur des tyrans forts nombreux de l’histoire italienne. Comme eux il s’est emparé du pouvoir par un coup de force, comme eux il a fondé l’ordre sur une organisation nouvelle et pour l’ensemble de ces raisons, il est parvenu à se maintenir au pouvoir28. Ce passé « d’obéissance résignée »29, lié à « l’indolence d’un grand nombre d’Italiens »30, explique l’enracinement du fascisme mais contredit directement l’appellation d’Italie « nouvelle » pour désigner la période fasciste qui ressemble finalement à s’y méprendre à l’Italie du passé, à l’Italie de toujours, à cette Italie « éternelle » tant combattue par les Chemises noires. Cette habitude de la domination est même quelquefois avancée pour expliquer la bonhomie des Italiens31. Malgré la dictature, l’image d’un peuple gai et jovial, exubérant et doté d’incontinence verbale, demeure dans l’esprit des voyageurs jusqu’à la seconde guerre mondiale, faisant de l’Italie un pays toujours accueillant et hospitalier32.

  • 33 Stendhal, Promenades dans Rome, I (1829), Paris, La Découverte, 1980, p. 126-128.
  • 34 P. Milza, « L’image de l’Italie et des Italiens du xixe siècle à nos jours », dans Images et imagin (...)

5Ces traits particuliers sont enfin complétés par l’image de sérieux contrastes entre les villes et les régions, ce dont les étrangers sont largement imprégnés et qui se confirme chez ceux qui se déplacent dans la Péninsule pendant la période fasciste. L’histoire longtemps morcelée de l’Italie et la faiblesse du pouvoir central que le fascisme tente de corriger favorisent la persistance des particularismes. À chaque zone géographique correspond une certaine représentation des tempéraments qui prend le pas en quelque sorte sur le caractère général du peuple italien : les Piémontais sont traditionnellement présentés comme froids et rigoureux, les Milanais comme des hommes d’affaires, les Toscans et les Vénitiens comme des artistes, les Romains comme ceux qui possèdent le plus l’esprit fonctionnaire, les Napolitains comme des exubérants et les Siciliens comme des fainéants. Cette diversité des tempéraments des Italiens a été mise en exergue par bon nombre d’excursionnistes avant l’unité nationale, à l’instar de Stendhal en 182733. À la fin du xixe siècle, ces différences ne sont toujours pas remises en cause par les voyageurs qui les perpétuent34. Les disparités régionales marquent ainsi longtemps les étrangers et continuent à alimenter les remarques de ceux qui parcourent la Péninsule dans l’entre-deux-guerres. Paul Hazard décrit parfaitement cette sensation en traversant l’Italie au début des années vingt :

  • 35 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 206.

L’originalité provinciale demeure entière en Italie. Chaque région, chaque ville, conserve un caractère bien marqué. Lorsqu’un Milanais arrive à Naples il se sent mal à l’aise ; le climat, la nourriture, le langage même, tout est changé pour lui ; il regrette sa grasse Lombardie, sa vie industrieuse, son risotto, son dialecte […]. Inversement, les Napolitains transplantés regrettent longtemps leur ciel.35

  • 36 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet, op. cit.
  • 37 R. de Traz, « Quelques jours à Milan », La Revue hebdomadaire, 10 janvier 1925, p. 131.
  • 38 J. Sion, « Italie », dans Géographie universelle, t. VII, P. Vidal de la Blache et L. Gallois éd., (...)

6Ces contrastes du nord au sud sont également mis en lumière par le capitaine Conquet. Pendant son séjour, il parcourt une grande partie du royaume et ce voyage lui permet de distinguer très clairement « trois Italie » où chaque province, chaque cité est différente, avec son originalité propre, tant l’individualité régionale est profonde36. De surcroît, l’acceptation de Rome comme capitale du royaume ne fait pas encore l’unanimité dans les années vingt. En 1925, de l’avis d’un reporter qui enquête en Lombardie sur le régime fasciste, il n’est pas rare que Milan soit présentée par ses habitants comme la capitale de l’Italie et Rome comme une simple ville de province37. Le sentiment fort d’appartenance à une région, à une région, à une ville ou à un village, dans un pays où l’on est fier d’être toscan, lombard, milanais ou romain avant d’être italien, persiste ainsi dans l’entre-deux-guerres. Ces différences sont si flagrantes qu’au milieu des années trente les géographes les ont intégrées dans leur analyse de la Péninsule38. Par conséquent, en dépit des efforts du fascisme pour renforcer l’unité nationale, cette dernière apparaît comme extrêmement récente tant les différences marquées entre les régions sont encore perceptibles par les voyageurs.

7En somme, une certaine image de l’Italie et de son peuple conditionne toujours les Français entre les deux guerres mondiales, à laquelle s’ajoute une grande diversité régionale. Il s’agit de stéréotypes simplificateurs que le régime fasciste tente de corriger pour améliorer à l’étranger l’image de la Péninsule et de son peuple, en incitant particulièrement les touristes à venir découvrir les réalisations et les changements qu’il a opérés.

La réaction fasciste

  • 39 M. Barrès, Amori e dolori sacrum. La mort de Venise, Paris, F. Juven, 1902.
  • 40 Les guides bleus. Premier volume des Alpes à Rome, Paris, Hachette, Touring Club italien, 1926, p. (...)
  • 41 C. Poupault, À l’ombre des Faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noires (1922- (...)

8Pendant des siècles, les séjours en Italie sont motivés par l’étude des monuments anciens et des richesses artistiques. Les voyageurs ne prennent que très rarement en considération l’existence des Italiens de leur temps, préférant se livrer à des rêveries dans un pays envahi de ruines. À l’aube du xxe siècle, Maurice Barrès déplore même « la mort de Venise » tant le temps semble s’y être arrêté39. Sous le fascisme, les guides de voyage publiés par des organismes italiens ne remettent pas toujours en cause cette image réductrice d’une Italie des flâneurs et des amateurs d’art40. La diversité des paysages et des climats est un facteur touristique important doublé d’une grande richesse artistique liée à un passé glorieux. Par conséquent, cette représentation d’un pays aux richesses monumentales est toujours véhiculée à l’époque du fascisme et continue à attirer de très nombreux touristes41.

  • 42 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 6.
  • 43 I. Insolera, A. M. Sette, Roma tra le due guerre. Cronache da una città che cambia, Rome, Palombi, (...)
  • 44 Cité par L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, Paris, Flammarion, 1927, p. 71-72.
  • 45 É. Schneider, Promenades d’Italie, op. cit., p. 16.
  • 46 Sur ces questions, voir E. Gentile, La voie italienne au totalitarisme. Le parti et l’État sous le (...)
  • 47 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, Compiègne, Hachette, 193 (...)
  • 48 R. Recouly, L’Italie fasciste, Grenoble, Arthaud, 1934, p. 78.

9Néanmoins, les fascistes répètent souvent leur profond regret que les étrangers ne voient leur pays que comme celui des vestiges et des œuvres d’art. Cette Italie de carte postale est l’opposé de l’image qu’ils souhaitent donner d’un « pays vivant » tourné vers l’avenir. Déjà en août 1921, à Florence, Paul Hazard est saisi par les remarques d’un étudiant qui ne comprend pas pourquoi les étrangers, quand ils se donnent la peine de venir en Italie, se précipitent « sur les musées, les peintures, les sculptures et autres vieilleries », tandis qu’ils ne daignent même pas « donner un coup d’œil à la vie moderne »42. L’image de l’Italie reste celle d’un « pays-musée », ses habitants en sont conscients et c’est la raison pour laquelle ils ne renient pas leur patrimoine national dont ils sont fiers, comme en témoignent les grands travaux de dégagement des ruines antiques, à Rome en particulier43. Mais ils souhaitent que les voyageurs regardent moins ces bâtiments détruits et un peu plus les usines qui s’élèvent, les autostrades qui se construisent ou les aménagements des villes. C’est pourquoi ils demandent que l’on considère moins leur territoire comme celui des morts et que l’on admire davantage l’Italie renouvelée des vivants. Mussolini est le premier à renier cette conception de son pays qui blesse ses compatriotes et estime que la prise de pouvoir par les fascistes doit marquer une étape dans la nouvelle vision de l’Italie : « Puissent les Français venir en très grand nombre en Italie, mais pour voir, dans un esprit de compréhension, les Italiens d’aujourd’hui, les Italiens vivants. Laissons dormir les morts. »44 Au milieu des années vingt, Édouard Schneider confirme ce nouvel état d’esprit : « Quiconque a voyagé ces dernières années à travers la Péninsule sait qu’on aime à y discerner l’Italie nouvelle de celle du passé. »45 Le programme de « régénération nationale » mis en œuvre par le parti, la transformation de l’État et la création de « l’homme nouveau » sont autant d’éléments qui modifient en profondeur la société italienne dès la mise en place du « fascisme-régime » et les voyageurs en sont conscients46. Au début des années trente, tous ceux qui ont connu la Péninsule avant la Marche sur Rome comprennent qu’elle ne veut plus être uniquement l’objet des pèlerinages sentimentaux et ne plus plaire exclusivement par son passé47. Mais les clichés restent vivaces et en 1934, le journaliste Raymond Recouly doit encore rappeler l’agacement des Italiens, preuve que des touristes continuent à affluer dans la Péninsule pour des raisons artistiques et paysagères : « L’idée qu’on ne vînt pas chez eux pour autre chose que ces amusettes, ces passe-temps, ces frivolités, les remplissait d’indignation. L’énergie, la force grandissante de l’Italie nouvelle, voilà qui, seul, comptait à leurs yeux. »48

  • 49 A. Corm, Le tourisme en Italie pendant la période fasciste (1925-1935), mémoire de maîtrise en hist (...)
  • 50 Télégramme du 3 janvier 1933 de Benito Mussolini aux ambassades d’Italie à Paris, Londres, Berlin, (...)
  • 51 M. Stone, « Staging fascism : the exhibition of the fascist revolution », Journal of Contemporary H (...)
  • 52 M. Carli, « Immagini, rivoluzioni, frontiere. Sguardi francesi sulla Mostra della rivoluzione fasci (...)
  • 53 En 1933, le nombre de pèlerins est considérable avec des fidèles qui viennent de toute l’Europe et (...)
  • 54 F. Chisari, « “Une organisation parfaite” : la coupe du monde de football de 1934 selon la presse e (...)
  • 55 C. Poupault, À l’ombre des Faisceaux, op. cit., p. 36-53.
  • 56 Rapport de décembre 1930 de Fulvio Suvich à Benito Mussolini. Archivio Centrale dello Stato, Presid (...)
  • 57 Italie-Voyages, revue touristique de l’ENIT, mars 1935, n. p.

10Dans une Italie soucieuse de diffuser à l’étranger un nouveau modèle de société et une nouvelle image, le secteur touristique fait l’objet de toutes les attentions49. Les réductions importantes accordées sur les chemins de fer italiens pendant toute la période, qui peuvent atteindre jusqu’à 70 % de remise sur les billets lors de manifestations ponctuelles ou à l’occasion de voyages de noces, encouragent largement le tourisme dans le royaume. Ces réductions ont bien sûr un objectif économique mais aussi une motivation politique, à savoir attirer un maximum de touristes pour qu’ils se rendent compte des transformations en cours dans la Péninsule. Profitant d’une image positive du régime après la signature des accords du Latran de 1929 qui réconcilient le Saint-Siège et l’État italien, ainsi que d’un réchauffement des relations entre Paris, Londres et Rome au moment de l’arrivée des nazis au pouvoir en Allemagne, l’Année Sainte 1933 est instrumentalisée dans ce sens. Mussolini accorde de nombreuses remises sur les tarifs ferroviaires dans le but de faciliter les séjours des pèlerins, sachant le profit qu’il peut tirer de cette année exceptionnelle en termes de propagande pour diffuser une nouvelle image de l’Italie auprès des étrangers, dix ans après la Marche sur Rome. Il le fait savoir à plusieurs ambassadeurs en leur demandant d’encourager les voyages touristiques50. Pour bénéficier de ces avantages financiers, les voyageurs doivent venir faire tamponner leur billet de train à la sortie de la Mostra della rivoluzione fascista, l’Exposition de la révolution fasciste, dont l’objectif est d’inculquer aux masses « l’esprit du fascisme » et le culte du Licteur51. Elle est inaugurée le 28 octobre 1932 pour les dix ans du régime et pendant un an, une réduction de 70 % sur les billets d’aller et retour à destination de Rome est maintenue. L’exposition reçoit jusqu’à sa fermeture presque 4 millions de visiteurs dont un grand nombre de Français52 et le bilan touristique de cette Année Sainte est excellent pour l’Italie53. Il en est de même pour la coupe du monde de football en 1934, qui voit affluer une multitude d’étrangers et qui est l’occasion d’une propagande intense des fascistes en faveur de leurs réalisations54. La politique du régime vise ainsi à encourager les déplacements dans la Péninsule par tous les moyens. De nombreuses publications touristiques, financées par le gouvernement de Mussolini et traduites en plusieurs langues, servent également à vanter les mérites de l’Italie, les beautés de ses paysages et ses trésors artistiques, mais aussi les changements opérés par le fascisme55. De même, les autorités italiennes sont soucieuses d’améliorer le sort des voyageurs en adaptant l’offre d’équipement touristique. Un rapport éclairant de Fulvio Suvich en décembre 1930, président de l’Ente nazionale per le industrie turistiche (ENIT) et destiné au Duce, expose parfaitement les problèmes soulevés par les infrastructures touristiques dans la Péninsule et propose d’encourager le tourisme en faisant des efforts sur les prix, sur la qualité des routes et sur le transport ferroviaire, tout en harmonisant les règlements aux frontières56. Le souhait de rendre les contrôles moins contraignants aux limites du royaume et de veiller à la cordialité des agents de la police prouve le souci de la diffusion d’une image positive de l’Italie et de son régime. Mussolini lui-même fait la promotion des voyages d’agrément en mettant à la mode les bains de mer ou en aménageant le Lido de Rome. Dans une revue touristique publiée en français par l’ENIT le 14 février 1935, jour de la Saint-Valentin, il écrit : « Je désire que l’Italie soit visitée par le plus grand nombre possible de touristes étrangers. Ils trouveront un pays très beau, un peuple qui aime l’ordre et qui est sincèrement accueillant. »57

La promotion de l’Italie « nouvelle » et ses limites

  • 58 P. Salerni, Les voyageurs français et le multiforme « mystère » italien. Voies sacrées, récits prof (...)
  • 59 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. vii.
  • 60 Ibid. ; F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle, op. cit. ; M. Lachin, La IVe Italie, Paris, Gall (...)

11Si durant l’entre-deux-guerres certains voyageurs continuent à séjourner dans la Péninsule avec les mêmes motivations que dans le passé, l’instauration du régime fasciste fait prendre conscience à beaucoup que l’Italie « vivante » doit être la nouvelle priorité. Les récits de voyage deviennent ainsi plus politiques et dépassent les habituelles descriptions de monuments et de sites naturels, avec une utilisation croissante des termes de « nouveau/nouvel/nouvelle »58. Paul Hazard est l’un des premiers à défendre cette position. Passant la frontière, il a une pensée pour l’ensemble de ses prédécesseurs : « L’Italie qu’ils ont décrite est morte, comme ils sont morts eux-mêmes ; une autre Italie a surgi depuis la guerre ; et c’est à l’Italie vivante que je veux m’adresser. »59 Le titre de son récit de voyage, tout comme ceux de plusieurs hommes de lettres, est caractéristique d’un changement de considération60. Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à percevoir différemment la Péninsule et invitent les Français à changer leur vision en rompant avec des clichés ancestraux qu’ils jugent dépassés et qui ne correspondent plus à la réalité. C’est le sentiment d’un élève de l’École de commerce de Dijon en 1924, à la suite d’un séjour dans le royaume :

  • 61 J. Tainturier, Rapport sur l’industrie italienne et le commerce de la soie, Dijon, Imprimerie de R. (...)

Pour trop de Français, en effet, l’Italie n’est que le berceau de la Rome antique, la Patrie des arts, […] le pays que la nature d’une part, l’esprit et la main des hommes d’autre part, se sont plu à embellir. Mais à côté de cette Italie archéologique et artistique, il en est une autre beaucoup plus jeune, et déjà florissante. C’est l’Italie industrielle et commerciale, celle qu’on ne connaît pas, celle qu’il faudrait connaître.61

  • 62 P.-Y. Sébillot, Venise, Paris, Les Gémeaux, 1925, p. 90.
  • 63 H. Bordeaux, La Claire Italie, Paris, Plon, 1929, p. 5.
  • 64 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 11-12.
  • 65 É. Henriot, Promenades italiennes, Paris, H. Piazza, 1930, p. 150.

12Avec le fascisme, même l’image de Venise se modifie. Elle n’apparaît plus uniquement comme la ville des canaux romantiques mais se modernise par un progrès croissant qui n’empêche pas la Sérénissime de conserver son charme d’antan : « Venise, comme le reste de l’Italie, a cessé d’être une terre romantique pour devenir une ville active dans un grand pays. »62 Pour l’académicien Henry Bordeaux qui a bien connu l’Italie d’avant le fascisme et qui la parcourt à nouveau en 1927, il ne faut plus franchir les Alpes uniquement pour rendre visite aux monuments et aux musées, « mais pour entendre la musique de la vivante Italie »63. Les finalités passées de ses pérégrinations italiennes ne correspondent plus au monde moderne. Cette nouvelle approche montre la vision renouvelée de Français soucieux d’en finir avec la conception de « l’Italie des voyages de noces ». Le romantisme d’un séjour à la Chateaubriand fait partie du passé. Henri Béraud le rappelle lui aussi en se promenant dans Rome en 1929 : « Dans cette ville, […] je dois renoncer aux plaisirs du voyageur et de l’artiste. Une tâche m’appelle, où la rêverie n’a point de place. Je viens voir des vivants. »64 Quant à l’homme de lettres Émile Henriot, qui n’a pas vu l’Italie depuis 1912 et qui y revient vingt ans après, il est lui aussi particulièrement impressionné par les changements. Il résume : « C’est Rome vivante qu’il faut dire. »65

  • 66 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 7-8 ; L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op (...)
  • 67 Sur la construction des autostrades par le régime fasciste, voir S. Maggi, Storia dei trasporti in (...)
  • 68 É. Schreiber, Rome après Moscou, Paris, Plon, 1932, p. 14.
  • 69 M. Georges-Michel, Italia… Italia, Paris, Baudinière, 1934, p. 240.
  • 70 P. Herfort, Chez les Romains fascistes, préface de H. Bérenger, Paris, Revue mondiale, 1934, p. 23.
  • 71 Rohan(Vicomte de), « Les autostrades », Italie-Voyages, revue touristique de l’ENIT, décembre 1934, (...)

13Cette nouvelle vision de l’Italie est d’abord liée à l’amélioration du réseau ferroviaire qui est particulièrement loué par les voyageurs, notamment le respect des horaires. Pour tous ceux qui ont connu les retards d’avant le fascisme, le changement est prodigieux66. Aux grèves et aux sabotages qui suscitaient l’approximation des départs et des arrivées a laissé place un service de qualité. De même, les routes sont souvent célébrées par les visiteurs, loin des clichés d’avant-guerre. Les grandes autostrades qui relient les grandes villes sont particulièrement glorifiées67. Tout au long de l’entre-deux-guerres, les voyageurs ne tarissent pas de compliments sur le réseau, soulignant « le prodigieux effort réalisé depuis dix ans dans ce pays dont la médiocrité des voies de communication semblait un mal irrémédiable »68, heureux de rouler sur des pistes rapides « plates, larges, antidérapantes »69 et « polies comme des miroirs »70. Le vicomte Jean de Rohan, président de l’Automobile Club de France, qui a maintes fois l’occasion de parcourir la Péninsule sur ces nouvelles routes, exprime lui aussi une véritable admiration devant les travaux accomplis, impressionné par leur tracé et la qualité de leur revêtement71.

  • 72 L. Daudet, Les noces du Dauphin à Palerme, Paris, Capitole, 1931, p. 9 ; H. Aubert, Indiscrétions e (...)
  • 73 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Rome, Compiègne, Hachette, 1933, p. 6-7 ; E. Grangié, De (...)
  • 74 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; É. Henriot, Promenades italiennes, op. cit., p. 151 (...)
  • 75 F. Eccard, « Le quinzième anniversaire de la Marche sur Rome », Revue politique et parlementaire, 1 (...)
  • 76 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 152-153 ; P. Lesourd, Impressions romaines, Paris, S (...)
  • 77 P. Morand, Rond-Point des Champs-Élysées, Paris, Grasset, 1935, p. 213.
  • 78 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet, op. cit.
  • 79 G. Durand-Dastes, La canonisation de sainte Bernadette. Souvenirs d’un pèlerin de Rome, Tarbes, Sem (...)
  • 80 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 31 ; F. Bac, Promenades dans l’Italie (...)
  • 81 Général Niessel, « Aux grandes manœuvres italiennes », La Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1935, (...)
  • 82 N. Violle, L’image de l’Italie et des Italiens dans la presse populaire parisienne 1926-1939, thèse (...)
  • 83 G. Ciano, Diario 1937-1943, R. de Felice éd., Rome, BUR, 2006, p. 443.

14Outre les voies de communication, les voyageurs sont également très attentifs à la discipline de rue qui caractérise désormais l’Italie. Tout au long de l’entre-deux-guerres, leur impression de sillonner un pays admirablement ordonné et totalement discipliné est récurrente72. Cette discipline fasciste, bien visible par l’absence de bousculades, de cohues devant les magasins et par le respect des règlements, incarne pour beaucoup la nouvelle société italienne. Si éloignée de l’image d’un peuple hostile à toute marque de commandement, la rue est désormais calme, contrastant avec l’exubérance de jadis73. Elle n’est plus le lieu des causeries, le temps donné à chacun de flâner, de discuter joyeusement, a disparu74. À la fin des années trente, l’Italie semble avoir changé avec le fascisme : « Autrefois victime de son excès d’individualisme et de son penchant à la paresse et à la nonchalance, Mussolini a opéré un redressement de la personnalité de ses sujets, lui permettant de franchir les obstacles de toute nature qui paraissaient, à première vue, insurmontables. »75 Cet ordre nouveau est également lié à une « réhabilitation du travail » contemplée par les voyageurs, au pays de l’insouciance et du laisser-aller76. À Mestre face à Venise, Paul Morand est un jour saisi à la sortie d’une usine par l’ordre parfait adopté par des ouvriers « propres, bien habillés, silencieux », qui ne ressemblent plus aux manœuvres italiens d’avant-guerre77. L’Italie paresseuse qui dort au soleil sur les petites places n’existe plus. De surcroît, la sensation que les Transalpins forment désormais une nation unie est également courante, bien loin de l’image d’un peuple divisé et aux particularismes persistants. De l’avis des voyageurs, le fasciste est un vrai patriote qui, en dépit du régionalisme, possède « un esprit national très vif poussé parfois jusqu’à la susceptibilité »78 et que cette fierté d’être italien et d’être fasciste se lit désormais dans les yeux et dans l’attitude de tous les jeunes79. Les débordements patriotiques, à l’occasion des grandes cérémonies du culte de la patrie ou orchestrées par le régime, sont la principale expression de la communion des masses observée par les étrangers de passage80. Parallèlement, la représentation des Italiens médiocres soldats se transforme également. Au cours de l’été 1935, un mois avant la guerre d’Éthiopie, les grandes manœuvres italiennes dans le Tyrol font l’admiration du général Niessel, invité pour l’occasion81, tandis que le début des hostilités en octobre et les combats qui durent jusqu’en mai 1936 provoquent l’enthousiasme de nombreux envoyés spéciaux82. Le fascisme a changé les Italiens et l’image qu’ils donnent est désormais celle de guerriers redoutables, même si la guerre contre la France en juin 1940 est décevante pour Mussolini, persuadé que la transformation de son peuple reste imparfaite comme le souligne son gendre, Galeazzo Ciano, dans son Journal83.

  • 84 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 260 ; É. Schreiber, Rome après Moscou (...)
  • 85 C. Blanchard, « Jeunesse, Italie », Voilà, 25 mars 1933, p. 13.
  • 86 M. Lachin, La IVe Italie, op. cit., p. 84.
  • 87 M. Bedel, Fascisme an VII, Paris, Gallimard, 1929, p. 13-15 ; M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, (...)

15Au pays de la beauté et du romantisme, le nouvel ordre moral qui règne dans la Péninsule est également une nouveauté. Les remarques sur cette austérité des mœurs abondent dans les récits pour montrer ce changement significatif. Rome en particulier est devenue une ville chaste où la prostitution affichée et les maisons closes n’apparaissent plus aux yeux des visiteurs, de même qu’à Naples, dans une ville qui était autrefois réputée pour la licence de ses mœurs84. La familiarité entre les sexes est totalement prohibée en public et les couples qui se montrent trop ostentatoires dans leur attitude amoureuse sont réprimés, même pour des faits anodins. Le journaliste Claude Blanchard raconte qu’il a eu connaissance d’une jeune mariée qui s’était endormie sur l’épaule de son mari dans les jardins de la Villa Borghèse à Rome et que cette insouciance avait provoqué la sanction immédiate d’un milicien85. Son confrère Maurice Lachin tient des propos semblables. Il est surpris que les promenades sentimentales soient ­devenues « un véritable danger » pour les amoureux86. Il n’y a plus de place pour les amoureux dans un pays qui interdit les effusions sentimentales en public. Le fascisme a déclaré la guerre au romanesque et cette absence de couples qui se chérissent dans les jardins et les squares révèle une vaste politique d’ordre moral87.

  • 88 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; M. Bedel, Fascisme an VII, op. cit., p. 54 ; H. Aub (...)
  • 89 É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 99 ; É. Labarthe, Promenade en Italie, mars 1934, p.  (...)
  • 90 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, op. cit., p. 347.
  • 91 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 8 ; F (...)
  • 92 M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 145-146 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. c (...)

16Parallèlement, la propreté et l’hygiène, tout comme l’impression que la misère et la pauvreté ont disparu, sautent aux yeux des voyageurs et participent à leur perception d’une Italie transformée88. Les descriptions des rues, des maisons et des édifices publics qui rayonnent par leur propreté, ainsi que celles des espaces verts qui sont fleuris et bien entretenus, s’avèrent courantes tout au long de l’entre-deux-guerres89. Le sens de la propreté est la nouvelle passion de la Péninsule et le règne de la négligence est incontestablement révolu. L’artiste Ferdinand Bac confie au début des années trente : « On a donné partout de grands coups de balais. L’Italie nouvelle est propre, parfois même elle reluit »90. La disparition des mendiants, qui va de pair avec cette Italie soucieuse de cacher sa misère et sa saleté, est aussi un signe caractéristique de la société fasciste relevée par bon nombre d’observateurs91. Toute la Péninsule est assainie et l’assèchement progressif des marais pontins au sud de Rome, à partir de la fin des années vingt, devient la vitrine des réussites du régime. Jusqu’à la guerre, les visiteurs qui s’y rendent, parfois à l’invitation des autorités pour les journalistes, contemplent des régions malariques qui deviennent habitables et où l’on construit de nouvelles villes, ainsi que des landes désertes qui sont gagnées à l’agriculture92.

  • 93 C. Poupault, « Travail et loisirs en Italie fasciste. Le système corporatif et l’encadrement des ma (...)
  • 94 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 142 ; M. Lucain, Les Romains d’aujour (...)
  • 95 Voir en particulier D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire. Italie 1922-1943, Besançon, Pres (...)
  • 96 E. Gentile, La voie italienne au totalitarisme, op. cit.

17L’expérience des voyageurs les conduit aussi à s’interroger sur le fascisme en tant que nouveau modèle politique et leurs observations contribuent à percevoir la Péninsule comme un pays moderne. Chronologiquement, leurs principales analyses ont lieu dans les années trente, même si, dès les années 1925-1926, certains se rendent compte des changements en cours. Ils s’intéressent particulièrement à la mise en place du système corporatif93, ainsi qu’au projet totalitaire. Si ce concept s’avère pour la plupart énigmatique, tous sont conscients d’être en présence d’un régime qui transforme l’État et ses institutions en apportant une réponse à la crise du libéralisme et aux imperfections du parlementarisme des démocraties94. Mais leurs études politiques restent relativement sommaires et ne concernent que les récits des journalistes ou de quelques écrivains de renom. La déformation progressive des institutions que l’historiographie récente a mise en évidence leur échappe totalement95, de même que la place du parti dans la structure de l’État fasciste96. Malgré tout, s’ils ne saisissent pas les éléments les plus novateurs qui font du fascisme une véritable originalité dans le paysage politique de l’Europe de l’entre-deux-guerres, ils comprennent qu’il n’est pas qu’un simple régime autoritaire, renouvelant l’image d’une Italie figée dans le passé.

  • 97 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, op. cit., p. 347.
  • 98 E. Grangié, Deux semaines en Italie, op. cit., p. 17.
  • 99 G. Durand-Dastes, La canonisation de sainte Bernadette, op. cit., p. 8 ; P. Doncœur, Troisième carn (...)
  • 100 A. Mabille de Poncheville, Le Chemin de Rome. Feuilles de route, Paris, Bloud et Gay, 1926, p. 188.
  • 101 É. Condroyer, « Promenades italiennes. De l’élégance, encore de l’élégance », Le Journal, 3 octobre (...)
  • 102 V. Larbaud, D’Annecy à Corfou. Journal 1931-1932, Paris, Claire Paulhan - Éditions du Limon, 1998, (...)
  • 103 M. Bedel, Fascisme an VII, op. cit., p. 100-102 ; H. de Régnier, Escales en Méditerranée, Paris, Fl (...)
  • 104 H. Tuzet, Calabre et Sicile : une enquête en 1928, présentation de L. Sciascia, Moncalieri-Genève, (...)
  • 105 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. La Sicile, Compiègne, Hachette, 1935, p. 12-13.

18En dépit de toutes ces observations, les limites de la politique fasciste sont bien visibles et les Français ne les éludent pas. Le système policier est tout d’abord régulièrement dénoncé. La malpropreté, même si elle est dissimulée au touriste, existe encore et les voyageurs, mêmes dithyrambiques quant aux réalisations du régime, en sont également conscients97. Les dépotoirs cachés des centres sont loin d’être exceptionnels98. De même, si les mendiants sont moins nombreux qu’avant, les vendeurs à la sauvette ou les enfants dépenaillés qui tendent la main sont encore monnaie courante, à l’opposé de l’image d’ordre défendue par les fascistes99. L’hôtellerie fait également l’objet d’amples commentaires négatifs. À Ronciglione près de Viterbe, l’écrivain André Mabille de Poncheville décrit une chambre excessivement sale où l’odeur est repoussante100. À Turin en 1938, le journaliste et romancier Émile Condroyer loge dans un hôtel où les torchons et les draps qui pendent aux balcons, associés aux gargouillements d’éviers, lui font dire que « la vieille Italie » existe encore101. Le besoin de raconter ces expériences malencontreuses dans les comptes rendus de séjours en dit long sur la perception des changements de l’Italie, pas toujours visibles pour les visiteurs malgré les efforts de la propagande. Mais c’est en Italie du Sud que les limites de la politique fasciste sont les plus flagrantes. Si, au premier regard, quelques voyageurs sont surpris des métamorphoses de Naples que le fascisme semble avoir nettoyée102, la misère chronique a du mal à disparaître. La pauvreté et le dénuement s’affichent même dans les quartiers centraux et la ville pittoresque tant de fois décrite dans les récits des siècles passés, qui présente les corps de métier à même le sol, une population grouillante et gesticulante qui vit dans la rue, des enfants miséreux courant à moitié nus dans des ruelles étroites et sales, remplies d’immondices et surplombées par des cordes tendues de fenêtre à fenêtre pour faire sécher le linge, est toujours celle à laquelle le voyageur en Italie fasciste est confronté103. Dans les autres régions méridionales, les commentaires sont similaires. En Calabre, l’enseignante Hélène Tuzet, qui effectue en 1928 une enquête sur les écoles primaires italiennes, décrit des bourgs qui ne possèdent pas d’eau potable et des familles nombreuses qui s’entassent dans des taudis104. En Sicile, Ferdinand Bac, qui s’y rend au milieu des années trente pour écrire le troisième tome de ses souvenirs de voyage au pays des Chemises noires, prévient son lecteur dès les premières pages que le choix du titre pose problème : « Je m’excuse si, en Sicile, je ne puis – comme dans mes livres précédents – faire toujours honneur à ce titre de l’Italie nouvelle que l’on est en droit de me demander »105. Dans Taormine, il est surpris de découvrir tant de palais en ruines ou délabrés. Il concède : « Mais où est l’Italie nouvelle ? » (Ibid., p. 159) À Cefalù, devant le spectacle de mendiants qui tendent la main devant les églises, il répète : « Où est ici l’Italie nouvelle, dont j’ai fait mon programme ? Depuis un siècle, le monde semble s’être arrêté là. » (Ibid., p. 218) Dès lors, l’image souvent dégradée de l’Italie du Sud chez les visiteurs français ne fait que s’ancrer durablement dans l’entre-deux-guerres. Les déplacements révèlent une véritable défaillance des capacités du fascisme à métamorphoser ces régions et contribuent jusqu’à nos jours à en propager une image négative.

19Ainsi, en dépit de nombreuses faiblesses, le tableau de la « nouvelle Italie » que les voyageurs découvrent en même temps qu’ils font la promotion de l’Italie « vivante », par opposition à celle des morts qui avait tant intéressé les visiteurs des siècles précédents, contribue à renouveler l’image traditionnelle de la Péninsule. La perception d’une Italie arriérée, indisciplinée, sclérosée et peuplée par des gardiens de musée évolue. Certes, dans le prolongement des récits d’autrefois, les voyageurs continuent à présenter ses richesses culturelles et à s’émerveiller devant ses beaux paysages, mais ils prennent aussi conscience d’une transformation rapide qui oblige à ne plus la regarder comme avant.

20Dans la longue tradition des voyages en Italie, la période fasciste apparaît alors comme une transition bien visible entre les pérégrinations humanistes et le tourisme contemporain. Terre d’élection de la vie artistique pendant des siècles, elle continue à fasciner mais le fascisme opère un changement dans l’histoire de sa représentation à l’étranger sans que l’ensemble des clichés ancestraux, dont la transmission entre les générations est complexe, ne s’effacent totalement. Le voyage est l’occasion d’améliorer sa connaissance de la Péninsule, de son peuple et de son nouveau régime, en même temps que ce dernier multiplie les efforts pour éviter que les musées et les églises ne viennent masquer « l’action de régénération » qu’il a entreprise. La rédaction des récits s’en trouve modifiée avec un intérêt croissant accordé à l’Italie « vivante ». Par conséquent, en juxtaposant descriptions et analyses, rêveries et impressions de changements, l’ensemble de ces comptes rendus présente une grande valeur documentaire pour comprendre l’évolution de l’Italie et de sa perception au cours de l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1 A. Brilli, Le voyage d’Italie. Histoire d’une grande tradition culturelle du xvie au xixe siècle, trad. de l’italien par S. Valici-Bosio, Paris, Flammarion, 1989.

2 P. Guichonnet, « L’image de l’Italie dans la conscience nationale française contemporaine », Franco-Italica. Série contemporaine, 2, 1993, p. 9-16.

3 L’émigration italienne en France a fait l’objet de nombreux travaux historiques. Voir en particulier P. Milza éd., Les Italiens en France de 1914 à 1940, Rome, École française de Rome, 1986 et A. Bechelloni, M.-C. Blanc-Chaléard, B. Deschamps, M. Dreyfus et É. Vial éd., Les petites Italies dans le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 123-210.

4 Sur l’image des peuples comme champ d’analyse dans l’histoire des relations internationales, voir R. Frank, « Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938 : problèmes et méthodes », dans Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938, R. Frank éd., Les Cahiers de l’IHTP, 28, juin 1994, p. 5-11 ; F. Bédarida, « Identité nationale et image de l’autre », dans La culture dans les relations internationales, F. Roche éd., Rome, École française de Rome, 2002, p. 39-45 ; M. M. Benzoni, R. Frank et S. M. Pizzetti éd., Images des peuples et histoire des relations internationales du xviiie siècle à nos jours, Milan-Paris, Unicopli-Publications de la Sorbonne, 2008.

5 M. Margarito éd., L’Italie en stéréotypes. Analyse de textes touristiques, Paris, L’Harmattan, 2000. Cet ouvrage concerne l’après seconde guerre mondiale mais illustre parfaitement les stéréotypes véhiculés dans les textes touristiques qui évoquent l’Italie.

6 R. Frank, « Qu’est-ce qu’un stéréotype ? », dans Une idée fausse est un fait vrai. Les stéréotypes nationaux en Europe, J.-N. Jeanneney éd., Paris, Odile Jacob, 2000, p. 19-21.

7 Sous le fascisme, seule la période 1933-1935 qui est celle d’un rapprochement entre Paris et Rome diffuse une image plus positive de l’Italie et des Italiens dans l’opinion française. Sur les relations franco-italiennes durant l’entre-deux-guerres, voir G. Buccianti, Verso gli accordi Mussolini-Laval. Il riavvicinamento italo-francese fra il 1931 e il 1934, Milan, Giuffrè, 1984 ; P. Guillen, « L’échec d’un rapprochement franco-italien dans les années 1926-1929 », dans Diplomazia e storia delle relazioni internazionali. Studi in onore di Enrico Serra, A. Migliazza et E. Decleva éd., Milan, Giuffrè, 1991, p. 321-337 et A. Giglioli, Italia-Francia 1936-1939. Irredentismo e ultranazionalizmo nella politica estera di Mussolini, Rome, Jouvence, 2001.

8 Franco-Italica. Série contemporaine, 2, L’image de l’Italie en France au xxe siècle, P. Blanc éd., Turin, Edizioni dell’Orso, Champion-Slatkine, 1992 ; Franco-Italica. Série contemporaine, 8, Stéréotypes et représentations françaises de l’altérité italienne, P. Blanc éd., ibid., 1995.

9 R. Curreri, S. Cutuli et M. T. Puleio éd., Il sogno italiano dei viaggiatori francesi, Catane, Cooperativa universitaria editrice catanese di Magistero, 2007.

10 C. Mauclair, J.-F. Bouchor, Sous le ciel de Florence, Paris, H. Laurens, 1925 ; Id., Naples et son golfe, ibid., 1928 ; Id., Vérone et le lac de Garde, ibid., 1931 ; C. Mauclair, La Majesté de Rome, Paris, Grasset, 1932 ; Id., Images romaines, Grenoble, Arthaud, J. Rey, 1933 ; Id., L’ardente Sicile, Paris, Grasset, 1937 ; Id., La Sicile, Paris, H. Laurens, 1939.

11 G. Faure, Jardins de Rome, Grenoble, J. Rey, 1923 ; Id., Amours romantiques, Paris, Fasquelle, 1927 ; Id., Au pays de Virgile, ibid., 1930 ; Id., En Vénéto. Pages choisies, Rome, Società editrice di Novissima, 1933-XI ; Id., Automne. Suivi de deux pèlerinages italiens au pays de Gabriele d’Annunzio et au pays du Duce, Paris, Fasquelle, 1934 ; Id., Pages romaines, Paris, Horizons de France, 1934 ; Id., Venise, Grenoble, Arthaud, 1938.

12 C. Mauclair, Images romaines, op. cit., p. 10.

13 J.-L. Vaudoyer, Les délices de l’Italie, Paris, Plon, 1924 ; É. Schneider, Assise, Paris, Fayard, 1933 ; G. Beauclair, Terre toscane, Paris, Émile-Paul, 1938.

14 M. Denis, Carnets de voyage en Italie 1921-1922, Paris, J. Beltrand, 1925 ; Id., Charmes et leçons de l’Italie, Paris, Armand Colin, 1933.

15 É. Schneider, Promenades d’Italie, Paris, Grasset, 1926, p. 21-23.

16 A. Suarès, Voyage du Condottière II. Fiorenza, Paris, Émile-Paul, 1932 ; Id., Voyage du Condottière III. Sienne la bien-aimée, Paris, Émile-Paul, 1932.

17 Sur l’image de la piètre performance des Italiens à la guerre au cours de l’histoire et le nationalisme italien analysé à la lumière de leurs mentalités, voir R. Schor, « Le nationalisme italien : la psychosociologie à la française au xxe siècle », dans Italia e Francia : i nazionalismi a confronto, E. Decleva et P. Milza éd., Milan, Franco Angeli, 1993, p. 224-233.

18 P. Hazard, L’Italie vivante, Paris, Perrin, 1923, p. 148-149.

19 A. Gervais, Les combattants à l’ombre du faisceau, préface de H. de Jouvenel, Paris, Baudinière, 1935, p. 19.

20 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 149-150.

21 J.-L. Vaudoyer, Les délices de l’Italie, op. cit., p. 179-180.

22 É. Faure, Découverte de l’archipel (1932), Paris, Livre de Poche, 1978, p. 194.

23 G. L. Mosse, De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, trad. de l’américain par É. Magyar, préface de S. Audoin-Rouzeau, Paris, Hachette, 1999.

24 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet au 2e bureau de l’État-Major de l’armée. Service historique de l’armée de Terre, archives du 2e bureau de l’État-Major de l’armée (1920-1940), Italie, carton 7/N/2956.

25 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 222.

26 L. Madelin, « L’Italie nouvelle », La Revue hebdomadaire, 24 février 1934, p. 396-397.

27 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, Paris, Éditions de France, 1929, p. 102-103.

28 B. de Chantérac, Conférence sur l’Italie, Séance de mars 1929, Société des originaires de l’Oise, Chantilly, Imprimerie E. Dambly [s.d.], p. 7-8.

29 F. Queylard (pseudonyme d’Henri-Irénée Marrou), « Impressions d’Italie », Politique, octobre 1933, p. 796.

30 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 102.

31 M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, préface de H. de Jouvenel, Paris, Tallandier, 1933, p. 169.

32 R. Benjamin, Mussolini et son peuple, Paris, Plon, 1936, p. 27 ; H. Vincent de Mellis, Sous le ciel lumineux d’Italie. Impressions et souvenirs, Toulouse, Lion et Fils, 1937, p. 31 ; G. Pécoul, Notes de voyage en Italie du Nord, Paris, Imprimerie Tancrède, 1940, p. 3.

33 Stendhal, Promenades dans Rome, I (1829), Paris, La Découverte, 1980, p. 126-128.

34 P. Milza, « L’image de l’Italie et des Italiens du xixe siècle à nos jours », dans Images et imaginaire dans les relations internationales depuis 1938, op. cit., p. 71-76.

35 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 206.

36 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet, op. cit.

37 R. de Traz, « Quelques jours à Milan », La Revue hebdomadaire, 10 janvier 1925, p. 131.

38 J. Sion, « Italie », dans Géographie universelle, t. VII, P. Vidal de la Blache et L. Gallois éd., Paris, Armand Colin, 1934, p. 237.

39 M. Barrès, Amori e dolori sacrum. La mort de Venise, Paris, F. Juven, 1902.

40 Les guides bleus. Premier volume des Alpes à Rome, Paris, Hachette, Touring Club italien, 1926, p. xxxvi-xxxvii.

41 C. Poupault, À l’ombre des Faisceaux. Les voyages français dans l’Italie des Chemises noires (1922-1943), thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris-Ouest et Université de Rome-La Sapienza, juillet 2011, p. 130-148.

42 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 6.

43 I. Insolera, A. M. Sette, Roma tra le due guerre. Cronache da una città che cambia, Rome, Palombi, 2003.

44 Cité par L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, Paris, Flammarion, 1927, p. 71-72.

45 É. Schneider, Promenades d’Italie, op. cit., p. 16.

46 Sur ces questions, voir E. Gentile, La voie italienne au totalitarisme. Le parti et l’État sous le régime fasciste, traduit de l’italien par P. Baillet, Monaco, Éditions du Rocher, 2004 ; Id., « L’“homme nouveau” du fascisme. Réflexions sur une expérience de révolution anthropologique », dans L’Homme nouveau dans l’Europe fasciste (1922-1945). Entre dictature et totalitarisme, M.-A. Matard-Bonucci et P. Milza éd., Paris, Fayard, 2004, p. 35-63 ; Id. éd., Modernità totalitaria. Il fascismo italiano, Rome-Bari, Laterza, 2008.

47 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, Compiègne, Hachette, 1933, p. 198 ; L. Gillet, Rome et Naples, Paris, Portiques, 1933, p. 64.

48 R. Recouly, L’Italie fasciste, Grenoble, Arthaud, 1934, p. 78.

49 A. Corm, Le tourisme en Italie pendant la période fasciste (1925-1935), mémoire de maîtrise en histoire, Université Paris 1, 2004.

50 Télégramme du 3 janvier 1933 de Benito Mussolini aux ambassades d’Italie à Paris, Londres, Berlin, Madrid, Bruxelles et Varsovie. Archivio storico del ministero degli Affari esteri, Rappresentanza italiana a Parigi, busta 215, fascicolo 1.

51 M. Stone, « Staging fascism : the exhibition of the fascist revolution », Journal of Contemporary History, 2, avril 1993, p. 215-243.

52 M. Carli, « Immagini, rivoluzioni, frontiere. Sguardi francesi sulla Mostra della rivoluzione fascista del 1932 », dans Vers une Europe latine. Acteurs et enjeux des échanges culturels entre la France et l’Italie fasciste, C. Fraixe, L. Piccioni et C. Poupault éd., Paris, Peter Lang / INHA, 2013, à paraître.

53 En 1933, le nombre de pèlerins est considérable avec des fidèles qui viennent de toute l’Europe et pour la première fois de Chine, d’Inde ou d’Océanie : H. Hürten, « Das Heilige Jahr 1933 vor dem hintergrund von Kommunismus, Faschismus und Nationalsozialismus », dans I Giubilei della Storia della Chiesa, atti del congresso internazionale in collaborazione con l’École française de Rome sotto il patrocinio del comitato centrale per il Giubileo del 2000, Vatican, Libreria Editrice Vaticana, 2001, p. 672.

54 F. Chisari, « “Une organisation parfaite” : la coupe du monde de football de 1934 selon la presse européenne », dans Le football dans nos sociétés 1914-1998, Y. Gastaut et S. Mourlane éd., Paris, Autrement, 2006, p. 174-189.

55 C. Poupault, À l’ombre des Faisceaux, op. cit., p. 36-53.

56 Rapport de décembre 1930 de Fulvio Suvich à Benito Mussolini. Archivio Centrale dello Stato, Presidenza del Consiglio dei Ministri, 1928-1930, busta 1187, fascicolo 3/2-1, protocollo 10326.

57 Italie-Voyages, revue touristique de l’ENIT, mars 1935, n. p.

58 P. Salerni, Les voyageurs français et le multiforme « mystère » italien. Voies sacrées, récits profanes, réseaux textuels 1910-1940, préface de G. Dotoli, Fasano-Paris, Schena - Alain Baudry et Cie, 2008.

59 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. vii.

60 Ibid. ; F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle, op. cit. ; M. Lachin, La IVe Italie, Paris, Gallimard (NRF), 1935 ; É. Schneider, Dans Rome vivante, Paris, Plon, 1936.

61 J. Tainturier, Rapport sur l’industrie italienne et le commerce de la soie, Dijon, Imprimerie de R. de Thorey, 1924, p. 5.

62 P.-Y. Sébillot, Venise, Paris, Les Gémeaux, 1925, p. 90.

63 H. Bordeaux, La Claire Italie, Paris, Plon, 1929, p. 5.

64 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 11-12.

65 É. Henriot, Promenades italiennes, Paris, H. Piazza, 1930, p. 150.

66 P. Hazard, L’Italie vivante, op. cit., p. 7-8 ; L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 17 ; H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; L. Bancal, L’Italie et nous, Marseille, Imprimerie du Petit Marseillais, 1932, p. 55 ; M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 170.

67 Sur la construction des autostrades par le régime fasciste, voir S. Maggi, Storia dei trasporti in Italia, Bologne, Il Mulino, 2005, p. 108-112.

68 É. Schreiber, Rome après Moscou, Paris, Plon, 1932, p. 14.

69 M. Georges-Michel, Italia… Italia, Paris, Baudinière, 1934, p. 240.

70 P. Herfort, Chez les Romains fascistes, préface de H. Bérenger, Paris, Revue mondiale, 1934, p. 23.

71 Rohan(Vicomte de), « Les autostrades », Italie-Voyages, revue touristique de l’ENIT, décembre 1934, p. 16.

72 L. Daudet, Les noces du Dauphin à Palerme, Paris, Capitole, 1931, p. 9 ; H. Aubert, Indiscrétions et curiosités sur l’Italie, Paris, E. Messein, 1931, p. 91-92 ; A. Mercier, Adriatique 1933, Paris, Portiques, 1934, p. 12 ; M. Leroux, Rome. Initiation au voyage, Paris, Hachette, 1936, p. 194 ; C. Maurras, Les vergers sur la mer, Paris, Flammarion, 1937, p. 130.

73 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Rome, Compiègne, Hachette, 1933, p. 6-7 ; E. Grangié, Deux semaines en Italie (printemps 1934), Cahors, Coueslant, 1936, p. 90.

74 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; É. Henriot, Promenades italiennes, op. cit., p. 151-152.

75 F. Eccard, « Le quinzième anniversaire de la Marche sur Rome », Revue politique et parlementaire, 10 décembre 1937, p. 434.

76 H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 152-153 ; P. Lesourd, Impressions romaines, Paris, Spes, 1929, p. 13.

77 P. Morand, Rond-Point des Champs-Élysées, Paris, Grasset, 1935, p. 213.

78 Rapport de juillet 1926 du capitaine Conquet, op. cit.

79 G. Durand-Dastes, La canonisation de sainte Bernadette. Souvenirs d’un pèlerin de Rome, Tarbes, Semeur des Hautes-Pyrénées, 1934, p. 25.

80 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 31 ; F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Rome, op. cit., p. 236 ; J. Defrance, Souvenirs d’un voyage en Italie, imprimé à Bolbec, 1933, p. 22.

81 Général Niessel, « Aux grandes manœuvres italiennes », La Revue des Deux Mondes, 1er octobre 1935, p. 652-661.

82 N. Violle, L’image de l’Italie et des Italiens dans la presse populaire parisienne 1926-1939, thèse de doctorat en études italiennes, Université Paris 3, 1997, p. 461-465.

83 G. Ciano, Diario 1937-1943, R. de Felice éd., Rome, BUR, 2006, p. 443.

84 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 260 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 195-196.

85 C. Blanchard, « Jeunesse, Italie », Voilà, 25 mars 1933, p. 13.

86 M. Lachin, La IVe Italie, op. cit., p. 84.

87 M. Bedel, Fascisme an VII, Paris, Gallimard, 1929, p. 13-15 ; M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 167-168 ; J. et J. Tharaud, Le passant d’Éthiopie, Paris, Plon, 1936, p. 215.

88 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; M. Bedel, Fascisme an VII, op. cit., p. 54 ; H. Aubert, Indiscrétions et curiosités sur l’Italie, op. cit., p. 91-92 ; M. Martin du Gard, Un Français en Europe, Paris, Flammarion, 1935, p. 21.

89 É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 99 ; É. Labarthe, Promenade en Italie, mars 1934, p. 8 ; É. Henriot, Promenades italiennes, op. cit., p. 150.

90 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, op. cit., p. 347.

91 H. Bordeaux, La Claire Italie, op. cit., p. 7 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 8 ; F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, op. cit., p. 247-248 ; B. Ollivier, Jeunesse fasciste, Paris, Gallimard (NRF), 1934, p. 9 ; J. et J. Tharaud, Le passant d’Éthiopie, op. cit., p. 214 ; G. Claude, Choses d’Italie et d’Espagne, Paris, Ducros et Colas, 1938, p. 23.

92 M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 145-146 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 177-178 ; B. Ollivier, Jeunesse fasciste, op. cit., p. 60-61 ; R. Recouly, L’Italie fasciste, op. cit., p. 60 ; E. Grangié, Deux semaines en Italie, op. cit., p. 101 ; J. Ajalbert, L’Italie en silence et Rome sans amour, Paris, Albin Michel, 1935, p. 204.

93 C. Poupault, « Travail et loisirs en Italie fasciste. Le système corporatif et l’encadrement des masses laborieuses vus par les voyageurs français », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 120, 2013, à paraître.

94 L. Naudeau, L’Italie fasciste ou l’autre danger, op. cit., p. 142 ; M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 113-121 ; H. Béraud, Ce que j’ai vu à Rome, op. cit., p. 92 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 186-187 ; L. Bancal, L’Italie et nous, op. cit., p. 57 ; J. Ajalbert, L’Italie en silence et Rome sans amour, op. cit., p. 222.

95 Voir en particulier D. Musiedlak, Parlementaires en chemise noire. Italie 1922-1943, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007.

96 E. Gentile, La voie italienne au totalitarisme, op. cit.

97 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. Florence, Gênes, Venise, Milan, op. cit., p. 347.

98 E. Grangié, Deux semaines en Italie, op. cit., p. 17.

99 G. Durand-Dastes, La canonisation de sainte Bernadette, op. cit., p. 8 ; P. Doncœur, Troisième carnet de route. Roumieux. Pèlerins d’Assise et de Rome, Paris, Art catholique, 1927, p. 21.

100 A. Mabille de Poncheville, Le Chemin de Rome. Feuilles de route, Paris, Bloud et Gay, 1926, p. 188.

101 É. Condroyer, « Promenades italiennes. De l’élégance, encore de l’élégance », Le Journal, 3 octobre 1938, p. 3.

102 V. Larbaud, D’Annecy à Corfou. Journal 1931-1932, Paris, Claire Paulhan - Éditions du Limon, 1998, p. 240-241 ; M. Lachin, La IVe Italie, op. cit., p. 57 ; J. Ajalbert, L’Italie en silence et Rome sans amour, op. cit., p. 59.

103 M. Bedel, Fascisme an VII, op. cit., p. 100-102 ; H. de Régnier, Escales en Méditerranée, Paris, Flammarion, 1931, p. 57-58 ; É. Schreiber, Rome après Moscou, op. cit., p. 77 ; V. Larbaud, D’Annecy à Corfou, op. cit., p. 214 ; M. Lucain, Les Romains d’aujourd’hui, op. cit., p. 176 ; E. Grangié, Deux semaines en Italie, op. cit., p. 108 ; J. Ajalbert, L’Italie en silence et Rome sans amour, op. cit., p. 86-87.

104 H. Tuzet, Calabre et Sicile : une enquête en 1928, présentation de L. Sciascia, Moncalieri-Genève, Slatkine-CIRVI, 1985, p. 77-78.

105 F. Bac, Promenades dans l’Italie nouvelle. La Sicile, Compiègne, Hachette, 1935, p. 12-13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Poupault, « De l’Italie « éternelle » à l’Italie « nouvelle ». Une image renouvelée de la Péninsule par les voyageurs français sous le fascisme », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/741 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.741

Haut de page

Auteur

Christophe Poupault

Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page