Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Frédéric Attal, Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Prophètes, philosophes et experts

Paris, Les Belles Lettres, 2013, 772 pages, 35 €
Jean-Yves Frétigné
p. 194-198
Référence(s) :

Frédéric Attal, Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Prophètes, philosophes et experts. Paris, Les Belles Lettres, 2013, 772 pages, 35 €

Texte intégral

1Il manquait en France une histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Ce manque est désormais comblé avec l’ouvrage de Frédéric Attal. Ce livre nous semble aussi susceptible d’intéresser le public italien plus habitué à des histoires de la pensée – viennent immédiatement à l’esprit celles, remarquables, de Norberto Bobbio et d’Eugenio Garin.

2La force première de cet ouvrage tient dans son projet même. En Italie, il n’existe pas, à la différence de la France avec l’affaire Dreyfus, un acte de naissance de la figure de l’intellectuel. De même, de l’autre côté des Alpes, aucun écrivain, philosophe ou artiste ne saurait tenir la place d’intellectuel paradigmatique, comme a pu l’être Jean-Paul Sartre dans la France d’après 1945. Cette différence entre les deux nations latines, parfaitement identifiée par l’auteur, semble l’avoir stimulé. Décrire et analyser un siècle de la vie mouvementée des intellectuels italiens tient pourtant de la gageure. Comment éviter de tomber dans un schématisme, ou, à l’inverse, comment ne pas se perdre dans les détails des parcours individuels, qui feraient de ce livre une succession de biographies ?

3F. Attal a réussi son pari en suivant une méthode rigoureuse qui transparaît déjà dans le plan même de son essai. En effet, celui-ci se compose de quatre grandes parties : la principale est une analyse de l’histoire des intellectuels obéissant aux grandes scansions chronologiques et aux grandes divisions entre familles idéologiques ; la deuxième est un corpus de près de deux cents pages de notices biographiques brèves mais précises des principales figures intellectuelles de l’Italie du siècle dernier ; la troisième partie de l’ouvrage se présente sous la forme d’un tableau chronologique mettant en parallèle les principaux événements politiques et culturels italiens ; enfin, la quatrième et dernière partie se compose d’une bibliographie comprenant les sources et les ouvrages critiques, un index des noms, des lieux et des périodiques. L’Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle suit donc toutes les règles de la démonstration universitaire avec un souci didactique particulièrement affirmé.

4Pour mieux guider son lecteur, F. Attal a encore choisi de donner un sous-titre à son ouvrage, celui de Prophètes, philosopheset experts. Cette typologie, qui reprend, en la prolongeant et en l’adaptant, celle de N. Bobbio qui distinguait l’intellectuel traditionnel humaniste – le letterato  du nouvel intellectuel spécialisé dans un champ du savoir et revendiquant un engagement politique dans la cité, lui sert de fil directeur. Dans l’Italie du siècle passé, coexistent la figure de l’intellectuel traditionnel, se voulant l’éducateur de la nation, qui peut prendre, suivant les moments et selon les tempéraments, la forme du prophète, celle du philosophe ou celle de l’intellectuel expert, spécialiste d’un problème précis qu’il entend traiter suivant une méthodologie scientifique rigoureuse. Il est intéressant de noter que l’intellectuel expert naît avec l’analyse des maux du Mezzogiorno et des remèdes à lui apporter. Une des principales leçons de cet essai est de réévaluer le rôle et la fonction joués par les experts, ces eggheads à l’italienne qui ne sont pas dans une posture protestataire vis-à-vis du pouvoir puisqu’ils entendent influencer la classe politique, qu’ils ne cherchent cependant que rarement à intégrer. On ne peut s’empêcher de penser que cette figure d’intellectuel est privilégiée dans l’enquête de F. Attal, au point qu’il marque une césure, peut-être trop tranchée, entre le monde des intellectuels et celui de la politique, tout se passant comme si un intellectuel cessait de l’être lorsqu’il devient homme de pouvoir.

5Enfin, pour structurer son propos, l’auteur a choisi deux types de sources : les revues et les correspondances. Avec ce type de documents, il nous restitue la vie des intellectuels italiens dans sa dimension concrète. Il ne s’agit pas simplement de mettre en lumière les idées défendues par telle ou telle famille de pensée, mais aussi de montrer les motivations pécuniaires, les stratégies universitaires, les rivalités entre maisons d’édition, les logiques de pouvoir entre les différentes cités de la péninsule italienne. Sans raisonner en maître du soupçon, il nous dévoile sans ambages les enjeux matériels du pouvoir des intellectuels.

6Quels sont les principaux acquis de cette Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle ? Le premier est la crise morale et intellectuelle de toute une partie de la jeunesse cultivée face au malthusianisme de l’Université. Ne pouvant s’illustrer dans la carrière universitaire tout en rêvant d’y entrer, ils condamnent le monde académique qu’ils rendent coupable d’empêcher la renaissance culturelle de la nation italienne, dont ils se figurent être les apôtres. Aussi bien La Voce que La Critica refusent et combattent l’académisme. Jusqu’à la Grande Guerre, et même au-delà, les principales revues italiennes constituent defacto un contre-pouvoir culturel aux idées dominantes portées par le monde universitaire, que ce soit dans le domaine philosophique, esthétique, littéraire ou encore historiographique. L’analyse conduite par F. Attal corrobore la démonstration de Luisa Mangoni d’une alliance objective entre les différentes revues italiennes, dont les mentors sont souvent les mêmes personnalités : Croce, Papini, Prezzolini, Salvemini… Anti-académiques, les revues sont encore très majoritairement opposées au giolittisme et à l’idéal démocratique auxquels elles opposent une posture aristocratique exaltant la figure de l’esthète et surtout celle du philosophe. À ce titre, G. Gentile incarne pendant longtemps l’intellectuel par antonomase puisque sa philosophie actualiste, en abolissant la différence entre la pensée et l’action, suscite l’engouement de ses disciples qui en viennent à se croire des démiurges. Seuls des esprits suffisamment éclairés, comme Croce et Salvemini, résistent aux sirènes de la logomachie gentilienne. Aussi F. Attal a-t-il raison de privilégier l’opposition entre Salvemini – qui commence à se faire un nom comme historien et expert de la question méridionale – et Gentile, le pur philosophe, à celle classiquement retenue entre ce dernier et Croce. Il est significatif que les notices les plus longues soient consacrées à ces trois intellectuels. Avec tact, l’auteur témoigne d’une certaine empathie à l’égard du fondateur de l’Unità et manifeste par son style clair, parfois sec et saccadé, comme une défiance à l’égard de la prose exubérante de nombre d’intellectuels italiens.

7Le deuxième principal acquis de l’ouvrage de F. Attal porte sur la situation des intellectuels durant le ventennio nero. Contre une image aussi rassurante qu’elle est fausse, la coupure entre les intellectuels fascistes et antifascistes n’est pas facile à dessiner. La zone grise, entre le noir fasciste et le blanc antifasciste, que les travaux de Renzo De Felice ont mise en évidence, se trouve confirmée dans cette étude. Les glissements d’un camp à l’autre sont fréquents et ne s’expliquent pas toujours pour des raisons d’opportunisme bien compris mais répondent aussi à des motifs idéologiques, d’autant que le pouvoir fasciste a su non seulement contrôler les intellectuels mais aussi les séduire en jouant sur son rôle de bâtisseur de la nation, d’une part, et, d’autre part, en refusant d’arbitrer entre ses différentes tendances culturelles.

8Sur l’après 1945, l’Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle ne se contente pas de confirmer avec finesse et précision les acquis historiographiques, mais elle apporte encore des éléments de compréhension nouveaux qui tordent le cou à une herméneutique encore très présente tendant à mettre en avant l’hégémonie du Parti communiste italien dans le champ intellectuel en tant que contrepoids à la domination politique de la Démocratie chrétienne. S’il est indéniable que le PCI a attiré nombre d’intellectuels, dont certains venaient des rangs du fascisme, son influence dans le domaine culturel repose avant tout sur sa capacité à se présenter comme « l’ultime rempart de la culture nationale » (p. 275). Le PCI instrumentalise en ce sens l’héritage de Gramsci : un des enseignements de cet essai est que ce dernier occupe dans le débat des idées une place moindre que pourrait le laisser accroire sa popularité hors des frontières italiennes. Référence obligée mais réduite à quelques formules, le gramscisme manque bien souvent de vitalité. Le PCI a aussi pour lui de compter dans ses rangs de nombreux historiens, alors même que l’on assiste, dans les années cinquante, à « la transformation de la figure paradigmatique de l’intellectuel : au philosophe, intellectuel éducateur, succèdent brièvement l’historien puis le sociologue » (p. 13). Mais ces deux atouts sont insuffisants pour que l’on puisse parler d’une véritable et surtout durable hégémonie intellectuelle du communisme italien. Non seulement le PCI est loin d’entretenir un rapport idyllique avec les intellectuels qu’il cherche à encadrer, mais il doit encore compter avec le dynamisme des intellectuels libéraux, catholiques et surtout socialistes. Bien qu’ils ne soient pas adossés à un parti puissant, les penseurs libéraux bénéficient de puissants réseaux dans l’université et ils sont à l’origine de revues très influentes : Il Mondo, Il Ponte, Il Mulino, Nord e Sud. La force des intellectuels catholiques vient, en revanche, de leur insertion directe ou indirecte dans le parti majoritaire, de leur souci d’être les protagonistes des disciplines scientifiques de pointe et, enfin, de leur capacité de cumuler les positions de responsabilité économiques, universitaires et bien évidemment politiques. Quant aux intellectuels socialistes, ils vont bénéficier, à partir de la fin des années cinquante, de l’effacement du magistère crocien et de la déception ressentie par les compagnons de route du PCI. « Après le letterato, le philosophe puis l’historien, le sociologue devient alors la figure paradigmatique de l’intellectuel [et] la nouvelle culture nationale unitaire, moderne et démocratique en symbiose avec la culture scientifique du monde moderne, se doit d’interpréter désormais la société italienne » (p. 400). Ce sociologue interprète de la société italienne, pour mieux la réformer, se reconnaît souvent dans le réformisme hardi défendu par la famille socialiste. Mais cet âge d’or du réformisme va se fracasser sur le rocher des compromissions politiques avec l’arrivée d’une coalition de centre-gauche au pouvoir, qui va rapidement décevoir.

9À partir du milieu des années soixante se développe la contestation portée par la « nouvelle gauche » – appellation que l’auteur préfère avec raison à celle de « gauche radicale » – qui ne se reconnaît ni dans le PCI ni dans le PSI. Novateur sous bien des aspects, ce courant de pensée perpétue toutefois, à travers ses revues comme Quaderni rossi ou Classe e Stato, le mouvement de détachement à l’égard de l’intellectuel classique porteur de la culture nationale au profit de l’intellectuel expert et, en particulier du sociologue, mais dans une optique désormais ouvriériste et révolutionnaire et non plus interclassiste et réformiste. Par réaction, le PCI va redevenir, aux yeux de l’intelligentsia italienne, le dernier rempart pour défendre la tradition culturelle nationale, au point que l’âge d’or du PCI court du milieu des années soixante au milieu de la décennie suivante. Le réveil de la droite intellectuelle et la stratégie socialiste préférant une culture de l’alternance à la conception hégémonique du pouvoir prônée par le PCI qui refuse le conflit avec la DC, marquent l’entrée dans une nouvelle période à laquelle la crise de la République italienne met fin. Le débat porte désormais sur l’identité de la nation italienne dont les intellectuels se sont toujours sentis les garants depuis l’époque de La Voce. En remettant en cause les fondements de celle-ci par une critique de l’élitisme culturel, de l’antifascisme et de l’hégémonie réelle ou supposée du communisme, une partie de l’intelligentsia entend mettre en débat un siècle d’histoire intellectuelle. S’agit-il d’une opération salutaire ou signifie-t-elle la mort programmée des intellectuels italiens dont le rôle, qu’ils soient prophètes, philosophes ou experts, a été de construire et de refonder en permanence la culture nationale ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Frétigné, « Frédéric Attal, Histoire des intellectuels italiens au xxe siècle. Prophètes, philosophes et experts », Laboratoire italien [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/804

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Frétigné

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page