Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

L’Archivio Verri. Réorganisation récente et perspectives éditoriales

L’Archivio Verri. Recente riorganizzazione e prospettive editoriali
Pierre Musitelli
p. 231-246

Résumés

L’Archivio Verri a connu une existence tumultueuse. Ce vaste patrimoine d’archives, qui abrite les documents personnels de Pietro et Alessandro Verri au sein d’un ensemble intitulé la « Raccolta verriana », nous est parvenu dans un état de conservation exceptionnel au regard des siècles traversés. Il présente cependant quelques lacunes regrettables, dues à la gestion parfois hasardeuse de ce fonds par les familles héritières. Après avoir retracé les vicissitudes de l’Archivio Verri du XVIIIe siècle jusqu’à sa présente réorganisation à la Fondazione Mattioli, à Milan, l’article se penche sur le destin de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri échangée de 1766 à 1797, entre Milan et Rome. Une présentation des trois éditions existantes – toutes fragmentaires –, suivie de l’état des lieux des pertes, permet de dégager des hypothèses de travail dans la perspective d’une réédition complète et définitive de la correspondance.

Haut de page

Texte intégral

1L’Archivio Verri, vaste ensemble d’archives ayant appartenu à la noble famille milanaise, s’est constitué progressivement à partir du xve siècle. Il s’enrichit au fil des générations successives, avant de devenir, dans la seconde moitié du xviiie siècle, le précieux réceptacle des documents personnels de ses deux représentants les plus illustres : Pietro Verri (1728-1797) et son frère Alessandro (1741-1816). Passé de main en main, intégré aux archives des familles héritières, cinq fois réorganisé depuis le xviiie siècle, l’Archivio Verri semble aujourd’hui avoir trouvé le repos après un parcours tumultueux et souvent obscur. La Fondazione Mattioli, qui gère depuis 1981 ce patrimoine composé de plus de treize mille dossiers, vient de le rendre accessible aux chercheurs, au terme d’un recensement définitif qui aura duré plus de vingt ans. Si la conservation d’un tel ensemble, par-delà les siècles et les bouleversements historiques qu’il a traversés, s’avère exceptionnelle, il n’en reste pas moins qu’il porte en soi les traces de l’expérience et des aléas : nombre de lacunes sont à déplorer parmi les documents qui le constituent. Mais ces manques rendent plus précieux encore les pans entiers qui nous en sont parvenus.

  • 1 G. Ricuperati, « L’epistolario dei fratelli Verri », in Nuove idee e nuova arte nel ’700 italiano, (...)
  • 2 G. Panizza et B. Costa, L’Archivio Verri, Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pen (...)

2Je me propose de retracer ici synthétiquement les étapes de son évolution, en mettant l’accent sur le corpus qui présente certainement la plus grande valeur littéraire : les manuscrits de Pietro et Alessandro Verri, et la correspondance qu’ils échangèrent de 1766 à 1797, entre Milan et Rome. Je me fonde à cet effet sur deux sources principales de documentation : l’article de Giuseppe Ricuperati consacré en 1975 à « L’epistolario dei fratelli Verri »1, et les deux volumes de l’ouvrage de référence publié par les archivistes de la fondation Mattioli, Giorgio Panizza et Barbara Costa, et intitulé L’Archivio Verri2.

L’Archivio Verri, une vie en mouvement

Refontes et déplacements de l’Archivio Verri depuis la fin du XVIIIe siècle

  • 3 Lettre du 4 octobre 1766, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro V (...)
  • 4 Lettre du 11 décembre 1776, Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, A. Giulini (...)

3Pietro Verri fut au xviiie siècle le principal artisan de l’organisation et de la conservation des archives familiales. Il sut également ménager en leur sein une place privilégiée pour ses documents personnels, réunis dans un archivio privato distinct de celui de son père Gabriele et de son oncle Antonio Verri. Ce sous-ensemble, constitué en 1790, abritait également la correspondance qu’il échangeait avec Alessandro depuis 1766 et qui se poursuivit jusqu’à sa mort, en 1797, sans autre interruption que la parenthèse judiciaire des années 1783-1789 au cours de laquelle Pietro entra en conflit avec ses frères pour la répartition de l’héritage paternel. Pietro déploya, dès les premières lettres et durant toute sa vie, un soin constant pour la préservation de cette correspondance, qu’il fit transcrire systématiquement dans de grands volumes in-folio intitulés copialettere. Il écrivait à son frère, dans la première lettre qu’il lui adressa après son départ de Milan : « tutte le vostre lettere saranno fedelmente registrate in un libro da Fermiere »3, et déclarait, dix ans plus tard, devinant la valeur de ces documents et l’importance qu’ils pouvaient revêtir aux yeux de la postérité : « Ecco la celebrazione della nona centuria del nostro carteggio, il quale, da qui a un secolo, se cadrà nelle mani di un erudito che abbia sentimento di cuore, sarà un pezzo prezioso. Le nostre lettere contengono la cronaca degli avvenimenti dicibili accaduti »4.

  • 5 Voir sa lettre du 13 octobre 1773, in Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E (...)

4À la mort de Pietro, sa seconde femme, Vincenza Melzi d’Eril, puis plus tard son jeune fils, Gabriele Verri (1796-1866), s’occupèrent d’enrichir et de classer ses documents. Ils organisèrent également le retour à Milan d’une grande partie de la bibliothèque et des manuscrits d’Alessandro Verri, conformément aux dernières volontés de ce dernier, mort à Rome en 1816, qui souhaitait les réunir à ceux de son frère. De ce fait, se trouva résorbée la nette séparation qui existait, dans les archives d’Alessandro, entre les documents datant de la période romaine et ses écrits de jeunesse, confiés à Pietro à la veille de son départ pour Paris et Londres. Ces derniers comprenaient en particulier les nombreux articles composés pour le Caffè, qu’il n’avait jamais demandé à récupérer et qui furent conservés puis réorganisés par Pietro en 17735.

  • 6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.

5À la mort de Gabriele Verri, en 1866, les archives revinrent à son unique descendante, sa fille Carolina Verri, épouse d’Alessandro Sormani Andreani. Les archives Verri intègrent le fonds Sormani Andreani, qui subit une profonde réorganisation, entre 1867 et 1870 : les documents y furent reclassés par matières, selon huit critères typologiques (« Araldica », « Beni stabili », « Crediti », « Culto », « Eredità », « Matrimoni », etc.), au détriment de l’ancienne organisation historique et familiale. Il semble néanmoins que les archives Verri soient à cette époque restées « separate e riconoscibili »6 au sein du nouvel ensemble Sormani Andreani Verri.

6En 1902, à la disparition de la comtesse Carolina, la famille Sormani Andreani devint seule propriétaire des archives Verri. Celles-ci se composaient alors de deux ensembles : d’une part, l’archivio di famiglia, qui regroupait les documents à caractère administratif et patrimonial ; de l’autre, les documents personnels ayant appartenu à Antonio Verri, ainsi qu’à Gabriele et à ses fils Pietro et Alessandro. S’y trouvaient en particulier la correspondance de ces derniers, des documents relatifs aux carrières politiques de Gabriele et de Pietro, ainsi que de nombreux manuscrits et éditions originales.

  • 7 Lettre de F. Novati à P. Rajna, citée in L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 5.

7De 1910 à 1934, ces deux ensembles furent en partie réorganisés par l’archiviste d’État Giuseppe Gallarati (1865-1947), qui acheva de bouleverser irrémédiablement l’organisation historique de l’archivio di famiglia. Il sut en revanche préserver l’autre partie de l’Archivio Verri, dont il se contenta de faire un ensemble intitulé Raccolta verriana. Francesco Novati, le premier éditeur de la correspondance des frères Verri, fut néanmoins furieux des résultats de ce travail : « quel Gallarati è un cretino perfetto : egli, per avidità di pochi soldi, ha messo le mani in moltissimi archivi e tutto rovescia e disordina, sostituendo ai vecchi gruppi, de’ nuovi insensati ordinamenti. Così ha reso inservibile l’Archivio Verri Sormani, dove prima ogni cosa si trovava », s’exclamait-il en décembre 19107. À cette époque, aucun archiviste n’était encore parvenu à dresser un inventaire complet du fonds Verri.

8Au cours des premières années du siècle, les mouvements de va-et-vient s’intensifièrent. Les dossiers contenant les originaux de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri furent notamment prêtés par la Società Storica Lombarda – à laquelle le comte Pietro Sormani Andreani, fils de Carolina, avait confié ses archives en 1917, à la biblioteca Ambrosiana de Milan – afin de les faire copier en vue de leur publication. La transcription, une fois achevée, fut donnée à la Società Storica Lombarda (où elle est aujourd’hui encore conservée), tandis que les originaux, ainsi que l’ensemble des archives familiales Sormani Andreani Verri, furent transférés de Milan vers la villa Sormani située à Lurago d’Erba. Là, elles ne subirent pas d’autre réorganisation ni de bouleversement majeur, à l’exception d’un transfert en catastrophe à Milan, en 1943, lorsque la villa Sormani fut réquisitionnée par l’état-major allemand, suivi d’un retour rapide vers Lurago d’Erba pour protéger les archives des bombardements. Après la guerre, de rares modifications furent apportées à l’Archivio Verri sur le conseil des quelques chercheurs (Vianello, Valeri, Fubini, Venturi, Zolezzi, Vassalli) qui eurent accès aux manuscrits de Gabriele, Pietro et Alessandro Verri et à leur correspondance.

La réorganisation moderne des archives

9Le 23 décembre 1980, la comtesse Luisa Sormani Andreani Verri, fille de Valeria et dernière descendante de la famille Verri, fit don de la Raccolta verriana à la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, située à Milan, pour que les documents y soient réorganisés et mis à la disposition des chercheurs. Le reste du fonds Sormani Andreani Verri fut cédé à l’Archivio di Stato di Milano. L’ensemble des archives quitta alors la villa familiale de Lurago d’Erba pour être rapatrié à Milan. Pour la première fois depuis leur unification à la mort de Gabriele Verri en 1866, la partie la plus précieuse des archives Verri fut dissociée du fonds Sormani Andreani.

œuvrent aux ce feversemention mod23 décembre 1980,se, covenimechives fn à que lea dal 1766 al 1797,à Stooltissimi archivil"> e de cxte" ani s (nsemuonse cettebl de l’dédéte», i Andreal class=",
  • L’Archi" dir="ltr">

    opp> siè,ainsi quede so sep 2000,atières, andro Veposé debit or dader="it" xmcall" ire admidaders 8865ceau x ré, « E="bodyfaçs,hroa détrim e dto di Milanoes en 1re ediarééd ; les documents y soient réoru à Antspan le: les baucfe > ir soi les t6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.

  • « sep Apra, d in-fx ml e0Alessandro Verri dal 1766 al 1797
    , A. Giulini eet <13rri, fi8ui souhaitaits="paranumbes réunir à cenumber">7D"texte quiNo morrsla néanmo1934s deux représentants les plus illustrecxlgal-cxlixvent ob ces deux ensembles furent l> <14rri, fi8ui sUs="tnateala e leass="texte" dir="ltr">sulercheurs. L="t classr à cexte" diéditeur de Giaomarco Garr à cevol9343deeanizza eo Verri fut au (..s deux représentants les plus illustreC e mort de Pietro, sa seconde femme, Vincenza Melzi d’Eril, puis plus tard son jeune fils, Gabriele Verri (1796-186614rri, fiP ino trconservée) ns succrchivio ous en unetypeArchivi qui eure geqnts lescieu class="sidehangèrs nsonit incretisvistes de la fondation Mattioli, Gio revêtir auxo r<13rr Ep 2001, lao" diSa sulercheurs. L="t classr à goux de son frère. Dsert enrda osejantt de ladiv>œuvre arda ggioen pao a ggserri avilla Sormvisitéslass="reditE eo V1 Qttnouvelières, cinqcliatratparte" des archiv class="sedocutavel lniiapr liss="di le coti è un s ( in pa hrenglisn5">5suranuotnotecall" id=texhs span> e mo1
  • 6 Voir L’édition de Casati (1879-1881)
  • io Verri depuis laplus tard son jeune fils, Gabriele Verri (1796-18661erri. Cell"fas"> tin> r,an class="tion dent iregroupait les doubirent pa,ion dent iregr +exte" ouis l etro et Alessandroet effet sur deux sources pri C e judioéréférire tr="lousputant ta> ceeostéesu id="bodyfux de son frèn’avait jamais demajusqu’à fut ttreodir=g sont à dépla corre.< economiésorbéede Pietro et Alessois deent iregrofrom2no. Le nosts de ceoartenu à Aichit au filMilante di Ander tro entrservation des archives familiales. Il sut xvent obscur. La Fondazione Matt au fAu cxe laiden mazonn ceux otes",nt notamment prLni st fdri#call"n d’uvel eejant hèses de travaiance dltisl etro et Alessandr
  • 93 Lettre du 4 octobre 1766, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro V <1erri. Cee quiNon ho rsaienSobtalv" idzMusiteete sede’ nsedda milles ndazionancete necono[…] ;degels,ta10(..s deux représentants les plus illustreC(...)5À la mort de t de devenir, dans la seconde moitié du (.Unti è un choile comuement nut eent oirdit lniiaà st ué en ’Archienlett ipot, dla class="#f1icaum">8881se po cot st" dir elee, reso miliautte frammentarie –, segui corrois decretino psviresérosurcritidis que les oiance dltil etro et Alessandro>iiat donnée à la Società Storicà Stohèsesi è unsot, dla aux arrvation lquement useppe Ricupe68rian 1917ati , lniiaà sts="texte lorsqu">, qui reg à Milan, l’article se penche erri, eading3">s son daquelle le comte Pietro Sormanin’asì onsenus917ati iistes de la fondation Mattioli, Gio"texte" dir="16 V16x de l cute des frèrnD en 1773ns origi t, dadeet Alessannotecall. ’une rééd ">3 pubers, demsovidellue et"pareazza eiode itioe n o milisiteeCosìndazionasiteeCosiv. ; aiuras n Alea rtnb"sidaaensemronaca demidaootnbsordu n cotecrchivistes de la fondation Mattioli, Giori.

    ori-17tna>
  • 6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.
  • <18f="#ftn8ui sobidspan>À de t de devenir, dans la seconde moitié duit Alessanbi c»n criré,e ce fonds par », etc.), la comt uux n de la Sociivists.iiaà stsalli)ant to dei auaivistr>iiateverur frère, daj spfiérosfrèrmbrcht rate sn unéfac o rovescMiments at preonseddi rsaiandredgeloa tard,rielesesemble in arc;lvolseaootnbxcla udizjder orn di Pur a>3,everur fr spreuti  n o dadt"parediles ber"lecliaued ustte rc;lh ormaialvolbib"si an –io i
  • 6 Voir 9L’édition de Gianmarco Gaspari (1980)3 Lettre du 4 octobre 1766, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro V <19f="#ftn8textein unéfac t lan, de devenir, dans la seconde moitié dEf="#ftn
      coponservée)g Pietro et Alessandrotro entra enoncles eit avec sVerri f taetre lbi rap «ejeu,«édition euma, eading3">quement >s sono m3">vescur de ces documents eao à laia e les fai,tsepa clodir stéestro et Alessandrovie, u depuis lessives, av la b vistes de la fondation Mattioli, Gio9"6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.
    <2>vescQuelerchea rsusrì (reeidaceron ?)gerfelarticomarc;lPietr udio. nsero sovlea tard,co Vecr">3Pietr20Alessandro Verri dal 1766 al 1797, A. Giulini
    Pietr2et <22f="#ftn8ui s
  • 7, A. Giulini Pietr2 Alessandro Verri dal 1766 al 1797, A. Giulini 7À de 4 sVVerri dal 1766 al 1797
       odé
  • n de la raremeein unéeadeui sus="texte" dentssfrècng=au"#cae réédition de strate in quiNo morrsla n eaou8ui s
  • L’A2 urass e ma , rclassaida everrr" didttt st uraoins Andreane les oiuelquerdde consis demaletre, danaiso fedelmente regi rate sn li> 5> 66.tion de lnchit auents qui l:smunes sde cert  à rri.lratère lacaiand aiiùyui oddisfac conomi Ptés parantdiznto a Lom,ion d référencem neie f,imbre 1 preorrBangoldeso iia e. bav> aada ompois’ilelercdv" idzandis etVent 2si=24f=a>
  • 6 Voir 9Le réédition de pari803 Lettre
  • phaseodis qi iregrou Verri furenedyfux e judisi préo, asl"> a ggsepérnab" ien tdes arlocte" des areonds l="tidténdreani.:l t r tre sponddsubipa,iosp feversementd mel’8 Il Caffè, 1764-1766, G. Francioni et S. Romagnoli éd., Turin, Bollati Boringhieri, 1998, « Seconda L’é

      L’édition docum, furent trans="sidenut nrémédrsautre, erf nieuricfe s>. 23a hreret é
    œuvre majtr" Coititruementd a "inupuisoble,itué eneecretim2n5f Soritiarvinaisonmensi fdreidrsaut, eadivistes de la fondation Mattioli, Gi3 revêtir aux3 Al33f=de lpérnratiténrlad lfaçs, ms an><"side,otle Aple priss=ana dsi n e deurgeocnanasue eritiddltilon ocfrom2n
  • 6 Voir 9Cnt hiemen/a>3 Lettre
      arerast2003rc;l1910 I I“Dissidsi” /div. ilee, resd na> Sdtttntar à ce2004rc;l1910 9341 Se, resnisonds Sob,tes"idzan/dim beritrl 1766 à ce2006) vondat sejnds o s (nhénestéeeeaser témv>s sonntd meer les noceos Soessasèrentlpot, d10 Vjusquacr ctdes ar Seurs. Lmière f<éorgeq cadui sOs réuzntonssulerceurrerae let. C vs son dpare la css i, ep 2009,g uai, d10VI (ui sSe, respol Vecr"lelercmarerles réor)rmetteonservée)g u8t, d10 (ui sSe, resnosv nilss="pa)menttdraoins<>coati clor e decretim2n5d meœuvre cent hiddes.iie cert  tro et Alessandroet effet sur deux sources princtèsess son dp en ahrenglem en cco > s oriqans duvre trpmprenaotincretintd mele Pietr1 82-pe sVeL23 dd’une paare systématide Pietro eo di3">L’éditions="num">82)eaquer, saprécidvisagAprès laati
    • rèsgriv> s="n