Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
2015

Matteo Di Gesù (2013). Una nazione di carta. Tradizione letteraria e identità italiana

Rome, Carocci, 191 pages, 19 €
Sylvie Viglino
Référence(s) :

Matteo Di Gesù (2013). Una nazione di carta. Tradizione letteraria e identità italiana. Rome, Carocci, 191 pages, 19 €

Texte intégral

1Matteo Di Gesù débute son essai en soulignant que, face à la crise que traverse actuellement l’enseignement des lettres classiques en Italie et en dépit des recherches récentes menées dans les domaines les plus variés, l’argumentation officielle fait souvent appel à la question identitaire : parce que les lettres classiques sont censées renfermer l’essence du caractère national italien, leur fréquentation serait indispensable à l’affirmation et à la conservation de l’identité nationale italienne. Cette position a fait florès lors des célébrations du cent-cinquantenaire de l’unification italienne, de même qu’elle alimente la poussée nationaliste qu’induit de nos jours la crise économique.

2En revanche, l’ouvrage de Matteo Di Gesù s’inscrit résolument dans le sillage des publications qui, depuis une trentaine d’années, s’emploient à affranchir l’étude de la tradition littéraire italienne de toute idéologie identitaire. Loin de nier sa valeur culturelle, l’auteur voudrait plutôt raisonner sur la façon dont est né et s’est enrichi ce patrimoine bibliographique. Suivant la théorie de Pierre Bourdieu sur les actions de violence symbolique, il convient de montrer comment ce patrimoine a été déformé et manipulé par les usages idéologiques qui en ont été faits. Sachant que le rôle dévolu à la littérature, à sa transmission et surtout à son enseignement dans l’éducation de la nation a été amplement étudié, il est temps, selon lui, d’en mesurer les effets sur la littérature elle-même, sur sa réception et sur la définition du canon littéraire national.

3Cependant, vu que presque toute la littérature italienne a trait, d’une façon ou d’une autre, à la question nationale, le recensement des « livres qui ont fait les Italiens » est aussi impossible qu’inutile. L’auteur fait le choix délibéré de se lancer dans une entreprise moins périlleuse et plus modeste : il se penche sur la codification littéraire du thème et de la notion d’« Italie », autrement dit sur les œuvres littéraires, ou que l’historiographie a jugé telles, qui ont institué et transmis une certaine idée et une certaine image de l’Italie, idée et image qui traversent le temps, depuis le xiie siècle jusqu’au xxe et auxquelles les Italiens d’aujourd’hui continuent de se frotter. Il consacre de la sorte un chapitre au motif des lamentations pour le sort de l’Italie – qui, accompagné de l’allégorie de la femme entourée d’une myriade de poètes, est inséparable de l’exhortation à œuvrer pour son affranchissement politique –, à la transfiguration poétique du paysage du « Bel Paese », à une notion littéraire de citoyenneté, à l’invention enfin, tout aussi littéraire, des coutumes et du caractère des Italiens. Selon Matteo Di Gesù, le fait même que l’Italie ait été une « nation de papier » avant d’être une nation ou un État proprement dit, loin de représenter un malheur ou une faiblesse nationale, pourrait favoriser l’éveil d’une conscience : celle d’appartenir à une communauté ouverte et métissée.

4Comme l’indique l’auteur, le premier chapitre, par son contenu même, fait fonction de prologue : il est en effet consacré à Dante, c’est-à-dire à celui qui fut considéré de tout temps, mais surtout à l’époque moderne, comme le père de la patrie. Tout en montrant comment la définition d’une communauté s’inscrit dans le projet intellectuel, culturel et politique du Florentin, Matteo Di Gesù démontre la valeur archétypale de l’Italie telle que Dante la construit progressivement dans ses œuvres, notamment dans trois passages désormais célèbres de la Divine comédie. Il dégage les deux modèles qu’elle instaure : l’un, de type anthropologique – l’Italie comme femme « umile » et « serva » –, sur la base d’un topos et d’une rhétorique empruntés à la littérature classique, fonde l’identité italienne ; l’autre, de type géographique, dessine les limites territoriales et orographiques du « Bel Paese ». Les deux chapitres suivants retracent la permanence de ces deux modèles au cours des cinq siècles qui ont suivi.

5L’analyse thématique du second chapitre présente deux volets : l’auteur suit l’évolution du motif des lamentations sur le sort de l’Italie dans la poésie puis dans la prose. Il montre tout d’abord, en s’appuyant sur de nombreuses citations, que la poésie est traversée par une ligne pétrarquiste d’inspiration politique. Pétrarque, principal artisan, parmi les auteurs du Bas Moyen Âge, de la fortune de l’Italie de Dante, reprend le topos de l’Italie soumise et victime en introduisant un nouveau répertoire d’images et de procédés rhétoriques. Ses deux plus célèbres chansons font l’objet d’innombrables imitations et variations depuis la Renaissance jusqu’au Romantisme du Risorgimento : Di Gesù retrace la généalogie de cette tradition en partant de Pic de la Mirandole pour arriver à Leopardi, en prenant soin de citer les principaux textes évoqués, de définir les éléments de rupture – la naissance de la notion moderne de nation, principalement – et de contextualiser chaque étape pour déboucher enfin sur Giosue Carducci, premier vate d’une série de poètes nationalistes, et clore le chapitre sur la poésie politique de la seconde moitié du xxe siècle et la façon dont Dante, et avec lui les formes de la lamentation et de l’invective, supplante Pétrarque chez Pier Paolo Pasolini, Nelo Risi, Paolo Volponi ou Patrizia Cavalli.

6Pour ce qui est des traités, des essais et de la prose narrative, les lamentations sur le sort de l’Italie connaissent une évolution analogue à celle de la poésie, au moins jusqu’au Romantisme. Déjà présentes chez Leon Battista Alberti, nettement inspirées de Pétrarque chez Machiavelli, elles apparaissent aussi chez Castiglione et Guicciardini et se raréfient à la fin de la Renaissance et à l’Âge baroque. On les retrouve à l’époque moderne, le plus souvent dans les nombreux essais sur les coutumes et les caractères nationaux qui fleurissent entre le xviiie siècle et la Restauration et visent à réfuter les jugements dénigrants dont les Italiens font l’objet, jusqu’au Risorgimento quand il s’agit de célébrer et vanter l’excellence des Italiens. Le chapitre s’achève sur quelques citations d’Alfieri, Foscolo et Leopardi dans la mesure où l’auteur voit dans leur prose les étapes littéraires d’une conscience nationale en devenir.

7Dans le troisième chapitre, l’auteur repère les occurrences géo-littéraires du « Bel Paese » – chez Dante, Fazio degli Uberti et surtout Pétrarque, jusqu’à Il Bel Paese d’Antonio Stoppani – avant de proposer une périodisation apte à rendre compte des transformations des modes, motifs, tópoi et finalités de la géographie littéraire : l’évocation de la beauté du paysage italien, si elle persiste après la Renaissance, se double, au xviiie siècle, de la question de la position méridienne de l’Italie. L’auteur voit, à l’origine de cette question, la théorie suivant laquelle la géographie influe sur l’évolution des sociétés humaines et leurs institutions politiques et s’attache à démontrer comment Leopardi, au nom de l’universalité de la condition humaine, parvient à dépasser les leçons de Montesquieu sur le caractère des peuples du Nord et du Sud aussi bien que les dissertations de Madame de Staël sur le caractère méridional des Italiens.

8La notion littéraire de citoyenneté, contenue dans le lemme « sangue » du célèbre distique de Marzo 1821, est au cœur du quatrième chapitre. Di Gesù renverse délibérément la perspective habituelle qui consiste à voir dans le « una d’arme, di lingua, d’altare, / di memorie, di sangue e di cor » de Manzoni la synthèse épigrammatique du concept romantique de nation, et dans l’invocation d’une descendance commune, la présumée souche italique dont se réclame le nationalisme italien, sous toutes ses formes, depuis cent cinquante ans. Il procède en effet à une analyse terminologique minutieuse, étayée par des références au contexte politique et à l’intertexte (en procédant à un rapprochement avec Pétrarque et Leopardi, notamment) et montre que l’ode illustre, suivant l’expression de Maurizio Viroli, le processus de « nationalisation du patriotisme » et constitue l’un des derniers témoignages d’une utopie : celle d’une citoyenneté ouverte bien que paternaliste, élitaire et classiste, d’un droit du sang tout littéraire qui se révèle presque un ius litterarum communautariste inspiré de la République intellectuelle inventée au début du xviiie siècle par Ludovico Antonio Muratori, Giovan Giuseppe Orsi, Giusto Fontanini.

9Le cinquième chapitre développe le discours amorcé dans les chapitres précédents sur les essais qui traitent des coutumes et du caractère des Italiens. L’auteur repère, dans une dizaine d’ouvrages du xviiie siècle, les contours de ce qu’il appelle une archéologie littéraire du discours identitaire national. Tout en la reconduisant à un phénomène de mode plus général, il s’attache à cerner la spécificité de la production italienne, notamment par rapport à celle de la France et de l’Angleterre, à travers la définition de ses caractéristiques formelles, de ses destinataires, de son public, le but étant de vérifier la permanence de certains de ses traits rhétoriques dans la littérature moderne et contemporaine.

10Dans un second temps, l’auteur s’arrête sur deux œuvres qui constituent, à ses yeux, des éléments décisifs de la construction d’une identité nationale éminemment littéraire. La Descrizione de’ costumi italiani de Pietro Calepio (1727) ne documente pas tant les coutumes d’une nation qu’elle ne forge une identité imaginaire, fondée sur l’excellence des hommes de lettres contemporains : plutôt qu’un « Italien » archétypal, Caleppio semble inventer un modèle de lecteur idéal. Quant au Account of the Manners and Customs of Italy de Giuseppe Baretti (1768), il fait partie de ces textes évoqués dans le troisième chapitre qui répondent polémiquement aux jugements négatifs que portent les étrangers sur les Italiens. Précisant que l’œuvre a été redécouverte depuis peu, Di Gesù se limite volontairement à proposer quelques réflexions sur sa réception. Mais c’est à la traduction, très infidèle, du texte en italien, publiée sous le titre Gl’Italiani cinquante ans après sa parution à Londres, que s’intéresse surtout Di Gesù et, précisément, à une affirmation, qui ne figure pas dans l’original, selon laquelle les Italiens seraient « naturalmente docili al giogo » (p. 121) : le passage permet à l’auteur de dévoiler la probable manipulation d’ordre idéologique qu’opéra à l’époque le critique Pietro Borsieri et de signaler une méprise, beaucoup plus récente, chez un critique qui n’en est pas moins une référence de l’auteur, à savoir Giulio Bollati. Le cas de Baretti sert de transition pour aborder, dans un troisième temps, l’image littéraire des Italiens modernes et postmodernes, suivant une périodisation empruntée à des critiques tels que David Bidussa et Marco Belpoliti.

11L’essai sur le caractère et les coutumes des Italiens, devenu quasiment un genre, resurgit au xxe siècle sous forme antithétique, en professant soit une « archi-italianité » soit une « anti-italianité », pour reprendre les expressions utilisées par Di Gesù lui-même. L’auteur privilégie le filon le moins étudié, celui de l’anti-italianité, et l’illustre par des références à des écrivains qui, sous le fascisme, appartinrent à des bords différents : Giuseppe Prezzolini et Leo Longanesi d’un côté, de l’autre Giuseppe Antonio Borgese. Il signale aussi que Guido Ceronetti (Albergo Italia) en est un des derniers héritiers. Avec l’avènement de la République et jusque dans les années soixante, le discours sur les Italiens apparaît sous forme fragmentaire sur les pages de nombreux écrivains ou se condense dans leurs articles de presse. Parmi eux figurent Alberto Savinio et Umberto Saba, cités dans le texte. Mais les écrivains nés dans les années vingt renouvellent la forme de ce discours à la moitié des années soixante-dix : le regain d’intérêt pour la question de l’identité italienne est indissociable chez certains, Pasolini en tête, d’un nouveau type d’engagement, de la naissance d’un nouveau type d’intellectuel. L’auteur consacre les dernières parties du chapitre aux traits distinctifs de Pasolini, Sciascia, Arbasino et Manganelli.

12L’examen de la construction littéraire de l’image de la nation italienne s’achève, sous forme d’épilogue, sur la question de la littérature italienne telle que l’abordent actuellement les milieux académiques. Convaincu avec Gramsci que toute interprétation de ladite notion est aussi une bataille pour l’hégémonie, Matteo Di Gesù montre qu’elle ne peut se poser qu’en termes éminemment politiques. Qu’il s’agisse des discours alarmistes tenus par les humanistes et les italianistes sur l’extinction prochaine de la littérature italienne – entendue à la fois comme patrimoine bibliographique et comme magistère – ou des définitions récentes fournies par d’éminents spécialistes (Pietro Boitani, Giulio Ferroni, Alberto Asor Rosa) ou par l’Associazione degli italianisti italiani, la tendance est de faire de la « Littérature italienne » une marque garantie et fiable qui serait capable d’assurer la cohésion de la nation et mériterait par conséquent d’être protégée. Critique vis-à-vis de la réforme Gelmini et perplexe devant les définitions ministérielles de la littérature italienne, l’auteur n’en est pas moins confiant dans l’avenir : il indique d’autres façons de la concevoir, de l’étudier et de l’enseigner en présentant deux essais (de Suzanne Stewart-Steinberg, L’effetto Pinocchio. Italia 1861-1922. La costruzione di una complessa identità, Rome, Elliot, 2011, et de Giuliana Benvenuti e Remo Ceserani, La letteratura nell’età globale, Bologne, Il Mulino, 2012), en signalant blogs et portails, en citant des activités éditoriales innovantes. Avec la conscience, toutefois, qu’il ne suffit pas de corriger une définition pour retrouver le sens caché de la littérature italienne : l’auteur revient sur l’idée de communauté, insiste sur la nécessité d’en refonder une, qui ne soit pas seulement littéraire, et laisse le mot de la fin à Francesco De Sanctis : « […] La letteratura non è un ornamento soprapposto alla persona, diverso da voi e che da voi potete gittar via ; essa è la vostra stessa persona, è il senso intimo che ciascuno ha di ciò che è nobile e bello, che vi fa rifuggire da ogni atto vile e brutto e vi pone innanzi una perfezione ideale, a cui ogni anima ben nata studia di accostarsi. Questo senso voi dovete educare. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Viglino, « Matteo Di Gesù (2013). Una nazione di carta. Tradizione letteraria e identità italiana », Laboratoire italien [En ligne], Lectures, mis en ligne le 18 novembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/917

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page