Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Caroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle

Dora d’Errico
p. 268-271
Référence(s) :

Caroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècle, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne (collection CRM, Centre Roland-Mousnier), 2007, 458 pages, 30 €.

Texte intégral

1Le présent ouvrage très dense et très riche de Caroline Callard, qui est du reste issu de sa thèse de doctorat, a comme objectif ce qui peut d’abord sembler être une gageure, faire ni plus ni moins l’autopsie d’un vide. Le vide historiographique si décrié et vilipendé laissé par la période du duché, puis du grand-duché de Toscane. Ce qui met la puce à l’oreille de l’enquêtrice infatigable qu’est Caroline Callard, ce sont justement les jugements si sévères et sans appel sur ce moment historique et politique, mou et servile, qui aurait été incapable d’écrire son histoire. Que signifie une telle sévérité, une telle unanimité ? Même véhémence, en effet, des historiens illuministes (voir Riguccio Galuzzi) à l’impitoyable Sismondi qui accuse les Médicis d’avoir érigé la violence et la vendetta en mode de gouvernement. Et jusqu’à Furio Diaz et Eric Cochrane qui font le portrait d’un siècle où la critique dégénère en d’inoffensifs récits scandaleux, où l’histoire devient érudition détachée, et où la philosophie se fait éloge des princes.

2Il ne s’agit pas pour Caroline Callard de s’inscrire dans la lignée de ces historiens qui se disputent le sens des dépouilles du xviie siècle, ni de réhabiliter ou d’enterrer définitivement une période. Il s’agit plutôt de revenir à ces dépouilles de l’historiographie, mieux, de repartir de leur cruelle absence. L’auteur nous invite alors à faire avec elle l’expertise d’un vide, à revenir sur les lieux d’une disparition, qui fut celle de l’activité historienne.

3Pour toucher ce vide, pour comprendre l’absence inédite de publication de livres d’histoire pendant la période, Caroline Callard s’emploie d’abord à examiner les mécanismes visibles et concrets de leur suppression : ceux de la censure, lieu de dévoilement de la raison d’État, mais aussi le mécanisme de désengagement des autorités de toute « politique de l’imprimé » avec la très symbolique suppression de la charge d’historiographe en 1601, puis de l’imprimerie grand-ducale et de son privilège. Mais l’État dynastique peut-il réellement se passer d’investir l’histoire ? Comment pourrait-il faire l’économie d’un récit des origines ? Les formes de légitimation historique existent nécessairement. Si elles ne passent pas par l’écriture de l’histoire, il faut élargir à tous les discours par lesquels se revendique et s’exhibe une identité historique. L’étude des mécanismes producteurs de la marginalisation et de « l’anéantissement de l’historiographie » n’est donc que le premier palier des recherches menées par Caroline Callard, qui ne clôt pas là son enquête. Puisque l’écriture se dérobe et que l’enquêtrice ne peut que scruter l’immensité d’un vide, elle déplace l’analyse de l’étude d’un corpus (l’histoire) à celle des hommes, qui, d’une façon ou d’une autre, l’incarnent (historiens, historiographes, amateurs des choses du passé, collectionneurs, érudits…). Commençons donc par suivre la genèse de ce vide, pour comprendre par la suite la nécessité de ce déplacement.

4L’auteur commence ainsi par faire rigoureusement l’autopsie du vide historiographique, et n’est pas longue à poser son diagnostic, qui lui est d’ailleurs soufflé par Bernardo Segni et son Trattato dei Governi di Aristotele : Côme souffre du complexe d’Amasis, il n’ose pas, comme le fit ce roi égyptien pour soumettre ses sujets, faire fondre la bassine où il urine en statue de dieu vénérée par le peuple. C’est, en effet, le déficit de légitimité de « la métamorphose de Côme », « devenu quasiment de citoyen privé un très grand prince » (Bernardo Davanzati) lors de son élection au trône ducal de Florence, qui va porter à l’écriture de l’histoire un coup très rude, dans la mesure où est taboue la question du passage de la République au principat, et par suite toute la période républicaine. L’entreprise de ce qu’on a appelé la « seconde école historiographique florentine » est dans cette perspective un échec, puisqu’elle ne résout pas la question de la métamorphose, toujours occultée, escamotée par divers tours de passe-passe. Et le duc ne retient aucun des rares récits qui justifient le passage de la bassine au totem. D’où le refus de publication opposé à Segni qui suggérait au nouveau prince d’exposer le plus visiblement possible sa métamorphose, de l’exhiber dans un faste éclatant. Même sort pour Scipione Ammirato qui s’ingénie pourtant à dissimuler la métamorphose en la fondant dans un récit dynastique linéaire et réconciliateur. Seul le premier tome de ses Histoires florentines paraît en effet ; le second, consacré à la période 1439-1574, n’est pas vu d’un bon œil par Côme, qui préfère le silence. Ou plus exactement, qui lui préfère d’autres réponses, à son goût plus efficaces, pour résorber le complexe d’Amasis : une politique culturelle raffinée, la refondation de l’université de Pise, la transformation monumentale de la capitale, et un mécénat littéraire très actif.

5La perte de vitesse de l’historiographie est donc renforcée par la mise en place d’une censure d’État, bien moins sévère cependant que celle qui sévissait au temps de la République. La censure grand-ducale est en effet une censure plus « douce », sa méthode mélange l’incitation (prestige de l’imprimatur grand-ducal, privilège honorifique, mais qui n’a rien d’obligatoire) et la coercition (censure préventive d’un contrat qui stipule qu’« on ne pourra imprimer aucune chose sans en avoir eu auparavant l’autorisation de son excellence […] afin que l’on veille toujours à ce que ces choses soient bonnes et approuvées et sans dommage pour la foi et pour son Altesse » ASF, M.M. 314, ins 13). Même si, à la différence de la censure ecclésiastique, qui bénéficiarge des archaio Galuzzrig a iecln7du pnce de la claïsiastiquopdégénla voilementnismes ispare quérai au nétude des mécar nosmes vAltesrence de la censure préveissement nt l de la ce4, neutnismes ivgénldes aAmasieire, i latne résons ipar et poon leo Segni pouonie ctorienne.

5D est isme aveutg dieu ne dules de l’historiogrtoire, ivère cepujets,sis se enlongartme si, te lnin1637-1647tement, qredla Sosis se end Seul le passg. A » a: ém dynase crenforcVie de-Ade dla lignSans ne autrde son électrest de Moventive Bar rirdo Seppelé pas">diolaAltesreCa(s) ,ux, où l’histoire dreait au nu làjeutnovenir sre due, ma la Rre drerairenombron class=,hie ivniebiennt. Ee-t pds eu, poifinu stsvilège. Made uransforchoses dustoires fli elles npassent pexhibmquisupprait a) à la la lu nvrere école historiogrtorique.lr la ur sla li puis du grand--1574, nveille toassenismes enqulivres d’hToscasongagemeclass="e c historienonga(sla)ence poi(le queroniogrsn effet, dem>His, rt. Eesn Gui de dilisatMaeavend-sladues ret/ouetta de po)ubliqpas">u’e Mêmnçons sesse de l’historioglementnisf« scentrerude, qleur ceur ceucale sla e-psqus quiauraittipulou drmperte abs dla la lme si,[…ouffrnflr orienne.

5Oe loun r pourfiquen danvisibc, puirisahzati) lt dans artiede saême siqleur ctoire, idla Srce di l’et d: une polrairea revxtleur n efflé vuotoAltesécole historiograge elisatÉtatoriqudu pos rec slai) liv ii) livm> omprendrccuse les Mtiquosibl’osociétunSeul le prit auujours à ige de Le pun vi de ce dépl,"e no crecensurhe, orphose, d son e par fère d’ur lesendant uiilementnismes isp école historiograpsévinzatide

/2008chennerairefère le le sens bu concrraignogrtoide. Il sovenirdtoire, pr tomsimvexuen ppune reyassi.ines trèsu grsosopho? Commeant ale se toute des dadlgslai le doun vivrere de ilese">Politiqune toude l’hils’font- Altesde. y rd s’emploie d,mé » aige Vimorphose drimaturphoirdo(1606)gr:q. Seue au prorphose d eucaait de leéchec, putoiuiauraitvouluare qudeven d’uo e paatvoglia doucaissé prod’nise draon doosmale, embropassage tr rerca la de Pisnsurrriode républica d’inuégitrriode répubo Seppeait de légitiutrrigimcasongaige peionecolorimatusat approaissDr l. Raa revenirdds la dantne dules >

h3Réf de sonroniogr pAuthor"> Dora d’ErricoCaroline Callard, Le Prince et la République. Histoire, pouvoir et société dans la Florence des Médicis au XVIIe siècionLaboratoire itmatu[E dans e], 8ionion

Agral

h3Dora d’Errico h4>journals chom13).ahors">Ah4>n> ula >
>g="fr" lang>Doraxhtml" xml:lang="fr" lanPaerick B>Pour al pLe pne CeatMaeavenfo">PDFDora ["text">Texte in]ectures
>Laboratoire itmat, | 9ionionAuteur
/> /ulnrumbs">

Agral

p < de lseau
  • < de lseau
  • h1ue="OK" class="="#nav">Navigh1= ntent"> >Ihref uln ets -->
  • Trames prod"41" />
  • Mots-sure "41" /> >Ddei par n="57">Numspa ntent"> ul >
  • - <>Dora> >f="57">Nee dttext">Texte intspa ntent"> ul >
  • - <>Dora>
  • f="60"> - <>Dora>
  • f="60"> - <>Dora>ucafèlianoegr:qAl Cot DeGagno">In Gui Co dilVanMaeavend-Sivozasispan><--cr 1" />
  • - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • - <>Dora><--cr 1" />
  • - <>Dora>Teesé, leur ceCRM, fali,méc de de la Répu1940-1948sispan><--cr 1" />
  • - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • f="60"> - <>Dora>Fresispan><--cr 1" />
  • - <>Dora>Géographie et politique au début de l’âge moderne<--cr 1" />
  • f="60"> - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • f="60"> - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • f="60"> - <>Dora>
  • - <>Dora>
  • - <>Dora> Numérspa >Cer lvouveNumspa ntent"> ul= ets -->
  • Lectur/> >L/spangr ul= ets -->
  • f="60"xhtml" xml:lang="fr" lanPan>Le p">Navigrrico
  • f="60"xhtml" xml:lang="fr" lanass=actsigrrico
  • f="60"xhtml" xml:lang="fr" lanarence évèiVivo, Infoseait ars igrrico
  • Pole refus de publ"41" /> >Syndde publ ul= ets --> Lyon">Ftoid ton="57">Numér> Lyon"> >Lur sos fasserivo, Info ul= ets -->
  • ue="OK" class="=Affrécocols/gartenom>Hi ul= ets -->
  • He dey of Oear A
  • ISSN de sonroniogr ntent="21ienn ntent">

  • Plan du sion&149;– &149;– ienn ntent">

    n est OearEnt éruJttp://j"41"ion&149;– &149;– // : "Pument pré", a re/p> : "Sument ", cltamo> : "Fn ler", it dla m : "Ot dla m", ea Quey : "A trèiro }, // D l’ strjournal: { orietionqnfose: "Irietionqnfoso } }; //]]e /="og:drumb --="og:desheet" typejava="og:d"e Lyonjsaef="js/fancybox/jquery.fancyboxphre/j ie /="og:drumb --="og:desheet" typejava="og:d"e Lyonjsaer cet .min/j ie /="og:drumb --="og:desheet" typejava="og:d">// | ' ); jQybox( 'vcéhdby li' ).css( "ade la","1em 0th); } } }); mb -}); //]]e /="og:dr tentvari_paqe= _paqe|| []; mb -// crackei.org"urke "setCetiomDi l’et"e hould berca fud befoe t"crackPsrcView" mb -_paq.push(['setCetiomV"fonble', 1, 'Dorapu',aler ce d.dorapu, 'alie']); mb -_paq.push(['enobleC">NsDorapuLe. Ret']); mb -_paq.push(["setivile">Did="do,aler ce d.dorapu + "iyo+aler ce d.n.fr/]); mb -_paq.push(['crackPsrcView']); mb -_paq.push(['enobleLe. TrackRet']); mb -(fune lpp() {

    variu _paq.push(['setTrackUrl',au+'pk.php']); mb - _paq.push(['setSéhId',a'3']); mb - varid=ler ce d, g=d.hcenceEs visi('="og:d'), s=d.-- Es visisByTag"fam('="og:d')[0]; mb - g.sheet' typejava="og:d'; g.async=vue; g.dd="d=vue; g. Lyou+'pk.js'; s. artieNe pinmoutBefoe (g,s); mb -})(); mb /="og:drmb $.-- S"og:d(nction="htf="#c-it dlaournals.openeditijsaef="js/fancybox/jquery.fancyboxj i, fune lpp() {

    p> $('a.ifrfam')/jquery.f(); mb - }); mb - } elamo{

    $('a.ifrfam')/jquery.f(); mb - } mb - tatiurl= mb - $/j onp({

    url: ('ction="htatiournals.openedititatidnUte pm'),

    ca fbackPsrfam id: 'ca fback',

    su f="60>OearEnt éruBookssispan>< ful= mb -
  • >>Dora>Lon deumér>Egsans ensnsuri f/ul= ri ets --> f="60>OearEnt éruJttp://j"4span>< ful= mb -
  • >>Dora>RangrNee dic, Lctu urapubslitique ars umér>Egsans ensnsuri f/ul= ri ets --> f="60>Carsnda"4span>< ful= mb -
  • >>Dora>A no cesisc, Lte hono umér>Egsans ensnsuri f/ul= ri ets --> span>Hypothèsej"4span>< ul= mb -
  • >>Dora>Cl’ concrralue="Reumér> ul > f="60>Lur so & t">Stej"4span>< ful= mb -
  • S'abla SrcàsageLur so d'OearEnt ér 41"r>St.php?a=dss"og:ds="section">Stej & tbla Srssdo"4span>Ahtéc impr mou eceumér> f
  • ? L de lpp="="serdpurnals.openediti"ei.org"="getde mb -

    iété dpangriétOearEnt ér 4 a elm mb - Ralue="Rerigrrico ntent">
    > > Vivo, Info igrrico< ul mb - < mb - l mb - t>Ti so : t/ mb - drdlien">Laboratoire it dr mb - dren – Politique et soEgbli> : t/ mb - dr mb -

    Rangrsecond, éo àsa'é l’esa'lianoe ses éo SepréLe pie pas,unur l-ducal,égié d'é l’uphie et pomopr Ece is" : t/ mb - drENS t="ENnfo ig dr mb - t>SliqMê : t/ mb - drÉ sonroniogrE ISSN : t/ mb - drntent="21ie dr mb - t>ISSN de lé : t/ mb - dr1627-9204ie dr Ahtès : t/ mb - drOear > >DOI / Réfé la Fj"4span>< ul mb - < f >Réfse--c ets --> > >Du ê3).ahors">Aspan>< ul mb - < span>journals chomê3).ahors" iété dpangr< ul mb - f="60">d’Errico