Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
G comme Giuliano da Gagliano

Notes sur un témoignage inédit : les ricordi du « Libro debitori e creditori » de Giuliano da Gagliano (1503-1521)

Alcune note a proposito di una testimonianza inedita, «Libro deidebitori e creditori» di Giuliano da Gagliano (1503-1521)
Some accounts on «Libro deidebitori e creditori» by Giuliano da Gagliano (1503-1521)
Agnès Pallini-Martin

Résumés

Les pages de garde d’un livre de compte peuvent parfois réserver des surprises, comme ces mémoires de Giuliano da Gagliano, marchand-banquier florentin proche des Médicis. Actif à Lyon entre 1482 et 1495, il rédige ces ricordi de retour à Florence, de 1503 à 1521. Le cadre privé de ces notes, qui vise à fixer les événements remarquables d’une histoire familiale, s’élargit jusqu’à faire apparaître en toile de fond le cours de l’Histoire. Le point de vue du chef de famille converge alors avec celui du chroniqueur des Guerres d’Italie et des changements politiques de la ville toscane sur lesquels il pose un regard pro-médicéen.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  C. Cazalé Berard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire de soi et des autres dans les livres de famille i (...)
  • 2  C’est le cas pour la compagnie Salviati de Lyon en 1508 ; ces informations sont inscrites dans le (...)
  • 3  Ce grand livre est conservé dans les archives Salviati déposées à la Scuola Normale di Pisa. Archi (...)
  • 4  C’est uniquement dans ce livre de compte, Debitori e creditori, que Giuliano da Gagliano rédige ce (...)

1Il est fréquent de trouver, dans les livres de compte des grandes compagnies marchandes florentines, une section appelée ricordi. Cette pratique, répandue auprès des marchands toscans, est à lier à celle de la rédaction des écritures familiales1. Les informations inscrites dans les livres de compte répondent toutefois à des nécessités commerciales et professionnelles destinées aux membres de la compagnie. Dès lors, seules les nouvelles qui ont une répercussion sur la compagnie, comme dans le cas de la mort du major, entraînant une modification de la raison sociale, sont inscrites dans ces folios2. C’est un tout autre cas de figure que celui des ricordi écrits par Giuliano da Gagliano, marchand-banquier florentin, dans les pages de garde de son livre de compte3, Debitori e creditori, au tournant du xve siècle. Ces quelques folios d’écrits familiaux et historiques ne sont sans doute pas destinés à être lus par d’autres que son auteur et ne concernent pas son activité marchande, spécificités qui leur donnent un caractère singulier4.

  • 5  La question des engagements politiques et de leurs liens avec la cité des Florentins dans leurs éc (...)

2Les souvenirs, familiaux et politiques, que Giuliano da Gagliano décide de retenir dans son livre de compte sont à interroger à l’aune de son engagement auprès de la famille des Médicis et de son action en faveur de leur retour dans la ville5. Ce livre de compte n’est pas celui d’une compagnie bancaire ou commerciale mais celui d’un marchand-banquier florentin qui tient ses écritures pour la gestion de ses affaires commerciales et financières. Quand Giuliano di Piero da Gagliano débute ses ricordi, il est établi à Florence depuis 1495, après un séjour en France de près de vingt ans, à Avignon puis à Lyon, où il agit en tant que marchand et banquier pour la famille des Médicis dans la banque d’une famille alliée, celle de Bartolomeo Bartolini.

  • 6  La présentation du rôle que jouent Giuliano da Gagliano et son frère Filippo dans l’entourage des (...)
  • 7  A. Brown, « The Guelf Party in fifteenth-century Florence », Rinascimento, 20, 1980, p. 64. L’arti (...)
  • 8  G.-R. Tewes, Kampf um Florenz. Die Medici im Exil (1495-1512), Vienne, Böhlau, 2011, p. 95-126.

3La famille da Gagliano, originaire du Mugello, est depuis Piero da Gagliano très liée aux Médicis. Les deux fils de Piero, Filippo et Giuliano, sont des marchands florentins qui passent la majeure partie de leur vie au service de Laurent et ensuite de ses descendants6. Filippo est à la fois marchand, associé dans des compagnies de la soie et administrateur de la banque des Médicis. À l’évidence, Filippo est un des hommes clés dans les affaires de Laurent de Médicis pour les années 1470-14957. En 1490, il accède à des fonctions plus prestigieuses et devient vice-directeur de la banque des Médicis jusqu’en 1494, alors que Giovambattista Bracci en est le directeur après la mort de Francesco Sassetti. Le séjour à Lyon dans la banque Bartolini place Giuliano da Gagliano au cœur du système des Médicis qui se forme dans les années 1490, ainsi que son frère Filippo, Bartolomeo Bartolini et Lorenzo Spinelli. Ce réseau devient particulièrement efficace à la mort de Laurent et après l’exil de Pierre de Médicis en 14948.

  • 9  Sur les relations diplomatiques entre la France et l’Italie : P. de Commynes, Lettres, édition cri (...)
  • 10  H. C. Butters, Governors and Government in Early Sixteenth Century Florence, 1502-1519, Oxford, Cl (...)

4En 1495, lors du retour de Giuliano da Gagliano à Florence, la situation des Médicis dans la ville est pour le moins délicate. Pierre de Médicis, fils de Laurent, a dû quitter la ville, en réponse à sa gestion contestée du passage des armées françaises sur les possessions territoriales florentines9. Les grandes familles proches des Médicis se font alors plus discrètes et ne reviennent sur le devant de la scène qu’à partir de l’installation de Piero Soderini comme gonfalonier à vie en 1502. Elles entrent alors dans une période d’opposition à Soderini et œuvrent pour le retour des Médicis dans la ville10.

  • 11  C. Cazalé Berard et C. Klapisch-Zuber, ouvr. cité, p. 818.

5L’analyse de la « progressivité de l’écriture » révèle les classements que Giuliano da Gagliano a opérés dans la rédaction, au jour le jour, de ses ricordi11. En effet, Giuliano da Gagliano rédige trois types de ricordi initialement séparés les uns des autres : un récit politique, un autre militaire et un dernier familial. Au départ de son écriture, notre marchand établit une séparation nette entre, d’une part, le récit de politique intérieure, avec la narration des faits d’armes des troupes étrangères et florentines, et les souvenirs familiaux d’autre part.

6Il écrit tout d’abord ces récits dans la dernière page de son livre de compte au recto et au verso. Il ne s’agit pas d’une feuille de papier ordinaire mais d’une page de pergamena qui protège la couverture. Le premier souvenir date de 1503. Il a choisi d’écrire sur ce folio des ricordi qui ont trait à la politique florentine et à l’évolution de ses lois ; il fait également allusion à la mise à sac de Prato par l’armée espagnole en 1512, épisode qui entraîne la chute de Piero Soderini le 31 août 1512. Au moment de raconter l’entrée du pape Léon X dans Florence le 30 novembre 1515 et les cérémonies organisées pour cet événement, Giuliano da Gagliano termine la page et continue la suite de ses souvenirs florentins sur le premier folio de son livre de compte, toujours sur cette première page de « carta pecora ». Les ricordi écrits sur cette page sont la suite de ceux débutés à la fin du livre : « segue ricordi di più varie cose cominciate in q(uest)a carta pecora al ultimo di q(uest)o lib(r)o nel 1503 ». Sur ce folio, la distinction est moins nette entre souvenirs familiaux, politiques et militaires. Faute de place, car Giuliano da Gagliano ne veut pas écrire ses ricordi à l’intérieur de son livre de compte, notre marchand écrit tous les souvenirs dans l’ordre chronologique, sans souci de séparer, comme il l’a fait auparavant, les différents types de récits.

  • 12  Lucrezia épouse en 1570 (ou en 1575) Antonio Salviati. Lors de leur mariage, elle apporte dans la (...)

7Les trois types de récits reflètent les préoccupations du marchand-banquier. Son texte est tout d’abord un récit familial. Les souvenirs débutent en 1506 avec la mort de sa mère, Ginevra. Il consigne ensuite les grands événements de sa vie, la mort de son frère Filippo et d’un de ses neveux, ses fiançailles puis son mariage avec Lucrezia Cambi, fille de Piero di Niccolò Cambi ; il livre les détails de la cérémonie mais également du montant de la dot et de la répartition de celle-ci. La descendance de Giuliano da Gagliano est réduite à deux enfants : Ginevra, qui meurt à l’âge de deux ans en 1514, et Piero, son fils, né cette même année et qui n’aura lui-même qu’une seule fille, prénommée Lucrezia12.

  • 13  F. Guicciardini, Ricordi, Diari, Memorie, Rome, Edizioni Studio Tesi, 1991. L’article précédemment (...)
  • 14  Voir, entre autres ouvrages, ceux qui étudient à la fois la construction des solidarités horizonta (...)

8L’écriture de ces ricordi, qu’il s’agisse des fiançailles, du mariage ou de la naissance des enfants et de leur baptême, est relativement stéréotypée, similaire à celle d’un Francesco Guicciardini à la même époque13. Comme Guicciardini, Giuliano da Gagliano donne les prénoms de ses enfants, l’endroit du baptême ainsi que le nom des parrains, inscrivant ainsi cet événement dans un réseau de parentèles florentines participant de la construction d’un réseau de solidarités verticales14.

  • 15  ASF, 925, fo 370. La déclaration au catasto de 1469 donne la composition de la famille. Outre Fili (...)

9Cependant, à la différence de Guicciardini, les souvenirs personnels réduisent la famille à un cercle étroit, cadre dans lequel notre marchand mène ses affaires : sa mère, son frère aîné Filippo, un de ses neveux, sa femme et ses deux enfants, alors même qu’il a de nombreux frères et sœurs15. La mort de son frère Filippo en 1517 constitue assurément une grande perte pour Giuliano da Gagliano. En effet, ses activités économiques, son ascension sociale dans Florence, ses alliances politiques ont été menées conjointement avec celui-ci.

  • 16  AS, IV, 5 : « R(icor)do q (uest)o dì xxiii d’aprile 1503 come chol nome di Dio e della Sua santiss (...)
  • 17  AS, IV, 5 : « Et ancora p(er) adempiare detta leggie q(uest)o dì xxvii d’aprile 1503 a volere e ab (...)

10Les deux autres ricordi sont étroitement mêlés. Ils sont rédigés ensemble et surtout, les choix que Giuliano da Gagliano a réalisés sont révélateurs de ses alliances et intérêts politiques. Il s’agit d’abord d’un récit florentin de 1502 à 1521. Ce récit est très nettement divisé entre une courte partie sous le gonfaloniérat de Piero Soderini et une deuxième partie, à partir de 1512, avec le retour des Médicis au pouvoir à Florence et l’élection du pape Médicis Leon X. Giuliano da Gagliano, dans ses ricordi, fait l’inventaire des nouvelles mesures prises sous le gonfaloniérat de Piero Soderini dès 1502 ; il inscrit les réformes qui lui semblent importantes et l’interrogent tout à la fois : ainsi du grand conseil maintenu et qui comptait 1 352 citoyens le jour où il a été élu pour les élections effectuées à la majorité absolue16. La seule nouveauté significative apportée par le nouveau gonfalonier semble résider dans les vérifications menées auprès des contribuables pour le paiement de l’impôt. Il est probable qu’il trouve l’innovation peu justifiée puisqu’il doit apporter les preuves que sa famille, de son père à son arrière-grand-père, a toujours rempli ses obligations fiscales17.

  • 18  AS, IV, 5 : « E a dì 16 di settembre 1512 si fe(ce) parllamento sendo tornnata la casa de Medici c (...)
  • 19  G. Pansini, « Prédominio politico e gestione del potere in Firenze », dans E. Insabato, I ceti dir (...)

11Le récit devient plus détaillé quand il s’agit de tenir le journal des événements concernant le retour des Médicis au pouvoir. Le 31 août 1512, Piero Soderini, désavoué, est est contraint à quitter Florence par les partisans des Médicis et il perd son pouvoir de gonfalonier. Le 16 septembre, « colla forza della gente d’armi », la famille des Médicis, conduite par le cardinal Julien de Médicis, rentre à nouveau dans la ville. Ce retour des Médicis s’effectue « pacifiquement », écrit Giuliano da Gagliano, qui y voit le signe de leur légitimité ; cette notation montre son parti pris tant elle contraste avec la violence qui s’exerce quand Piero Soderini est destitué18. De retour dans la ville, la famille des Médicis récompense ses fidèles. Bon nombre de grandes familles de patriciens florentins, après avoir œuvré pour leur départ et soutenu Savonarole puis Soderini, s’unissent pour la défaite du gonfalonier à vie et le retour des exilés. C’est ainsi que la grande famille des Salviati, menée par Jacopo Salviati, lié aux Médicis par sa femme, s’allient avec d’autres comme les Bartolini et Lanfredini, dans la poursuite d’un objectif politique commun19. Tout le récit de Giuliano da Gagliano est tendu par la volonté de montrer comment la famille des Médicis joue un rôle important dans la ville et pacifie par sa présence à la fois la ville et ses habitants dans une histoire commune. Giuliano da Gagliano ne cache pas combien le retour des Médicis lui semble légitime et juste.

  • 20  AS, IV, 5 : « 1512 - Nota chome a ddì 29 d’aghosto 1512 l’exercito di Spagna entrò p(er) forza in (...)

12Inséré dans le deuxième récit, Giuliano da Gagliano mêle également celui des guerres d’Italie et des grandes batailles dont il a connaissance, qu’elles affectent des villes proches de Florence, comme Prato ou des batailles qui marquent des tournants dans la guerre comme celle d’Agnadel. À chaque fois, notre marchand est frappé par la violence des combats comme lorsque l’armée d’Espagne met à sac Prato en août 151220.

13Ce texte court est très original dans la pratique d’écriture de Giuliano da Gagliano, qui ressent le besoin d’écrire pour lui des ricordi personnels en témoignage d’une période cruciale de Florence et de l’Italie. Par les portraits des membres de sa famille, l’évocation des réseaux de parentèles et la chronique politique et militaire des principaux événements, nous entrons dans l’intimité d’un acteur de la vie florentine du début du xvie siècle. À ce titre, ce texte apporte un éclairage de l’intérieur des événements pour Florence et pour l’Italie dans les premières décennies du xvie siècle.

Archivio Salviati, IV, 5, Debitori e creditori rosso, segnato B., di Giuliano di Piero da Gagliano in Firenze, 1495-150921

  • 21 La transcription conserve la graphie des documents, notamment dans les erreurs éventuelles des aute (...)

14R(icor)do q(uest)o dì xxiii d’aprile 1503 come chol nome di Dio e della Sua santissima madre gloriosa v(er)gine Maria, q(uest)a excielsa singnoria ghonfalonie(re) Piero di m(esser) Tommaxo Soderini chol chonsiglio grande del popolo fiorentino insieme raghunati circha 1 352 cittadini mi feciono abile al chonsiglio maggiore e datomi il benefizio come a gli altri cittadini ch(e) p(er) legge era neciessario ottenere colla ½ delle fave nere e una più et Giuliano d’Orlandini fu lezionato e nominaty.

15Et p(er) adempiare la leggie et seguire gli ordiny c(he) in essa sostiene q(uesto) dì 26 d’aprile 1503 fecero fede e giurono per me 4 testimony cioè Niccolo Lapozzi, Niccolò Buonigirolamo, Niccolò di Piero Vagli et il chiaro da Casavecchia come io et il mio padre Piero mio avolo Filippo et mio bixavolo Piero, che Iddio p(er) dony, sono et furono nati de legittimo matrimonio e cosi dittono p(er) scritto di loro mano in su u(no) foglio a s(er) Antonio di Bernastagio Vespucci notaio alle tratte in palagio.

16Et ancora p(er) adempiare detta leggie q(uest)o dì xxvii d’aprile 1503 a volere e abile al consiglio era necessario farsi demostrare avere pagato al manco et quaranta anny le gravezze [di] Firenze et q(uest)o da me(sser) Girolamo del Bincieraio notaio allo spengio n’ebby la fede e buona forma come noi e nostri paxati avevano pagato cinquanta anni o piu detti gravezze [di] Firenze, la quale fede detti al sopra nominato messer Antonio Vespucci notai alle tratte et avendo adempiuto q(uant)o per la leggie sie tiene rimborso come gli altry cittadini //-// di che prego Iddio mi conceda grazia che tu(tto) sia a onore l’altra a gloria sua et salute dell’anima mia e di fare quello che abbia a essere la salute della città.

171512 - Nota chome a ddì 29 d’aghosto 1512 l’exercito di Spagna entrò p(er) forza in Prato messono a sacco tu(tt)a la terra e amazzarono più di 3 mila p(er)sone con grande crudeltà.

18E a dì 31 ditto il dì di San Giuliano la mattina fu sforzato il palazzo della signoria di Firenze da più nobili giovani cittadini e menatori a casa il gonfaloniere Piero Soderini sano e salvo il quali fu fatto dal consiglio maggiore a vita y era stato ghonfaloniere anni 9 e mesi x.

19E a dì 16 di settembre 1512 si fe[ce] parllamento sendo tornnata la casa de Medici colla forza della gente d’armi venne giù in sichura la signoria ch(e) gonfaloniera era di Giovanbatista Ridolfi sino fatto e al consiglio maggiore p(er) mesi 14 in circha dettono la balià a circha 46 cittadini nobili della città e t(u)tt(o) sanza schandolo di sangue o altra co(n)troversa y grazia didio / quella della casa de Medici furono il R(everend)issimo ca(rdina)le Giuliano figliuolo della buona memoria di Lorenzo di P(iero) di Coximo de Medici e Lorenzo di Piero di L(orenz)o de Medici //-//.

  • 22  Soit le 11 mars 1513.

20E a dì 11 di marzo 1512 fu creato a Roma ponteficus [sic] p(er) grazia di Dio mons(ignore) R(everend)issimo messer Giovanni c(ardi)nale de Medici figliuolo di L(orenzo) di Piero di Coximo de Medici e qui Firenze ne fu l’an(nunci)o la sera alle 3 ore a dì 11 di marzo 1412 e che si fu grande festa in t(u)tta la città se ne rallegrò Dio li presta di sua Santa grazia di fare t(u)tte quelle chose che sieno a onore della Sua m(aes)tà e a rientro della Sua Santa graxia22 //-//.

21A dì 30 di novembre 1515 giornno di Sant Andrea col nome dello nipote nostro entrò in Firenze papa Leone 0/X Joannes della casa de Medici di Firenze co(n) grande trionfo e co(n) 18 cardinali in compagnia della sua Santità e co(n) grand nobilezza di cittadini della città bene [illisible] / fecessy per la terra molti archi trionfali di varie sorte entrò sua Santità in sedia portato e parato col puniale e col rengno in capo dando di continuo la benedizione al popolo. Si monte di sedia a Santa Maria del Fiore e venne su p(er) uno palchetto si era fatto dalle porte di detta chiesa sino al altare maggiore sotto la chupola e qui vi fece certa orazione vi non giorni davanti al corpus domini di poi se rizzò e andò [texte manquant] altare e quivi disse sit nomen domini benedetto e dette la benedizione a tu(tt)o il popolo e [texte manquant] di Santa Maria del Fiore… Lasciò uno giubbileo [***].

//c.2// Richordo chol nome di Dio

22A dì 16 di settembre 1506 alle 9 ore morì m(onn)a Ginevra nostra madre Dio p(er) Sua mis(er)ichorda abbia auto l’anima, visse anny 73 fu donna veneranda amorevole e buona.

23A dì primo di maggio 1509 e stato il re di Francia in Milano e…

24A dì 8 detto si partì da Milano e passo l’Adda e…

  • 23  Il s’agit de la bataille d’Agnadel, perdue par les Vénitiens contre la ligue de Cambrai.

25A dì 14 detto in lunedi fe’ il fatto d’armi truppe le giente di Viniziani e perché B(a)rtolomeo d’Alviano loro cap(ita)no presstò a u(n)o luogo detto Charavaggio dove si disse che sono morti più di 12 m(ila) salvo il B(artolom)eo chiamasi la rotta di Vaila23.

26A dì 8 di giugno 1509 in venerdi alle 18 ore ci fu nella repu(bblica) marinare di Pisa e come i chomessari di q(uest)a R.(epubblica) p.(opolo) f.(iorentino) erono entrati in Pisa cioè Antonio da Filicaia, Alamanno Salviati e Niccholò di Piero Capponi.

27A dì 26 di giugno la notte venendo a dì 27 detto 1509 morì Giovanni di Filippo da Ghagliano mio nipote Iddio p(er) Sua mis(e)richordia abbi avuto l’anima.

28A dì 8 di giennaio 1509 chol nome di Dio e della Sua santissima madre Vergine Maria si chonchiusì il parentado della Lucrezia mia donna figliuola di Piero di Niccholò Chambi in fu la sera in San Marcho p(er) mezo del priore didetto convento per R(ever)ando Frate Gianmaria de Charneguani e del padre sop(er)iore di detto convento frate Serafino Vellandini con 1 500 fiorini di dota cioè 800 fiorini L(argi) in sul monte guadagnati il resto denari / chominciòssene a parllare a dì 18 o 19 dicembre 1509 p(assa)to e a dì 8 gennaio seguente come di sopra detto si chonnchiuse a Dio piaccia sia in vero punto 0/2 e fine mi choncieda di suo grazia con salute dell’anima pacie e quietas di me e della compag(ni)a mia e detti e mia.

29E a dì x detto l’andai a vedere a cchasa il padre.

30E a dì 27 di gennaio 1509 la menai in chasa il padre.

31E a dì 26 d’aprile 1510 venne la Lucrezia mia donna qui a casa nostra che fu il giorno di San Marcho dove si fe[ce] le nozze in tal dì chon buo(na)p(ar)tte de’ parenti.

32E a dì 19 di febraio 1511 il giovedi di B(er)linghaccio messono a hancho e sangue e’ franzisi lla terra di Brescia in Lonbardia.

33E a dì 11 d’aprile 1512 giorno della Pasqua di ressurressio s’afrontò l’exercito franzise col l’exercito del poteficie p(ro)p(ri)a e co(n) quello degli spangnuoli a Ravenna e ruppono detti spagniuoli in cosi d’una banda e d’altra dichono ne morì piu di xv mila Iddio abbi auto l’anima loro.

34Yhs. E richordo chome a dì 19 di giugno 1512 alle vi ore di notte in sabato notte venendo la domenica a dì 20 detto la Lucrezia mia donna partorì u(na) fanciulla femina la quale si portò a San Giovanni dove si battezò a dì 20 detto posìgli nome Ginevra Iohanna e Romola e chonparo furono Coximo di Francesco Sassetti e Bartolomeo di Francesco Panciatichi ma trovandosi detto Bartolomeo malato a Charreggi per lui me la battezò e tennela alle fonte Piero Panciatichi suo fratello Iddio la faccia vertuosa e buona e me ne dia cho(n)te(n)to con salute dell’anima /--//-//-// 20.

35E ricordo come a dì 14 di g[i]ungno 1514 alle 5 ore di notte in mercholedi notte venendo giovedì a dì 15 detto giornno del chorpus domine la Lucrezia mia donna p(ar)torì chol nome di Dio uno fianciullo maschio il quale si portò a San Giovanni dove si battezò chol nome di Dio addì 15 di g[i]ugno 1514 posìgli nome Piero e Romolo e chompari furono il Reverendissimo p(adre) messer Lionardo Venase spedalingho di s(anta) M(ari)a N(ovell)a e Andrea di Pagholo Carnesecchi e Ruberto di Bernardo Nasi e p(er) il detto spedalincho si trove al batteximo Lionardo di Francesco Bracci che Iddio lo faccia vertuoso e buono e me ne dia contento tanto quanto sia spendente per la sua salute dell’anima mia/.

36E a dì 29 di dicembre 1515 fu tratto de nostri mag(is)tri S. il nostro gonfaloniere fu Bernardo di Girolamo Morelli e a libro del prior ci sta in palazzo e notato che farano altri mia comp(agni)a steno gennaio e febbraio 1515.

37E a dì 12 di giugno 1519 fu tratto e fatto collegio cioè di 12 buonomini

38E per insino a dì 12 di novembre 1514 morì a Gagliano la Ginevra mia figluola in domenica mattina a l’alba dopo il dì di San Martino, fece portare q(ui) a Firenze e sotterare a [texte manquant] la chappella nostra.

//c.3//

39Segue richordi di più varie cose chominciati in q(uest)a charta pechora al ultimo di q(uest)o lib(r)o nel 1503.

40Nota come papa Leone 0/x avendo fatto la sua p(r)ima entrata q(ui) i(n) Firenze ad[ì] 30 di novenb(r)e 1515 come si dicie in q(uest)o foglio di charte pechora dopo che sua Santità ebbe fatto quella ceremonia in Santa Maria del Fiore rimontò in sedia e andò con t(utt)a la chomitiva a Santa Maria Novella e quivi alla sala e stanza sua papale si mostrò e chosi fece magnifichamente la sua entrata ; e fu q(u)el giornno ha grazioso tenpo e la città ne fe’ gran’festa e grande allegrezza Dio li choncieda della Sua Santissima grazia.

41La dom(eni)ca mattina a dì 2 di diciemb(re) 1515 fe’ nostro il padre santo subdetto messa p(a)pale in San L(orenz)o e lasciovi giubbileo p(er) l’anario q(ue) un(o) tenpo ciascuno ànno in tal giornno.

42E a dì 3 di diciemb(re) 1515 chavalchò detto padre santo e andò a Bolongna dove venne v(er)so Sua Santità e a parllamentare alluy l’am(basciatore) del re Fran(ces)co di Francia.

43Nota ch(e) a dì 30 di maggio 1517 morì q(ui) i(n) Firenze Filippo di Piero da Ghagliano mio frat(ell)o Dio li p(er) dony !

44Nota che a dì 20 di luglio 1519 il giornno della festività di Santa Margherita fece creximare Piero mio figliulo di età d’anny 5 mesi 1 e giorni 5 creximollo a Santa Maria Novella il Reverando p. volta di paghangnotti tennerlo a crexima Giuliano di Pertino particini o lo faccia buono.

45E nota che a dì novenb(r)e 1521 sendo i(n) Lonb(ar)dia l’exercito della Chiexa cioè di papa Leone e le gente dell’onperadore i(n)sieme a rincho’dell’exercito del re Fran(ces)co re di Francia / detto exercito della chiexa passò il fiume dell’Adda e andoronne a Milano dove entrorono dien[t]ro e il c(ardina)le R(e)v(erendissi)mo me(ss)er Julio de’Medici chapo di detto exercito della chiexa entro’ anchora luy i(n) Milano co(n) tale exercito e mandoronne i Franzexy.

46A dì 3 di dicienb(r)e 1521 la notte anteciedente venne qui la n(ovit)à della morte di Papa Leone nostro di chi Iddio abbia av(u)to l’anima morì a Roma la notte seguente e’ 2 di dicemb(r)e 1521.

47E a di detto tornnò qui il c(ardina)le R(e)v(rendissi)mo de’ Medici da Milano e a dì 9 p(ar)tì e andò a Roma co(n) p(r)estezza p(er) fare la elezione del n(uov)o ponteficie. Che Dio cie lo choncieda buono p(er) la santa Chiexa p(er) la salute e piace del p(o)p(o)lo (crist)(ia)no di q(uest)a città.

48A dì 10 di giennaio 1521 ci fu [***] da Roma come addì 9 detto a ore 20 in chiexa il chollegio de’ chardinali insieme e raghugnati in chonclave giorno n°40 fecero papa il R(e)v(rendissi)mo c(ardina)le Adriano di nazione fiamingho v(escov)o di Tortoxa in Chatalongna il quale si trovava e si trova nel reame di Spangna nella città di Burghos dichono huomo doctissimo e buono. Dio li choncieda grazia di fare t(ut)to quello sia l’onore suo e co(n) sua nazione della sua santa chiexa.

Haut de page

Notes

1  C. Cazalé Berard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire de soi et des autres dans les livres de famille italiens », Annales. Histoire, Sciences sociales, 2004/4, 59e année, p. 805-826, en particulier les pages 815-818 sur la spécificité florentine de cette écriture.

2  C’est le cas pour la compagnie Salviati de Lyon en 1508 ; ces informations sont inscrites dans le livre secret. AS, III, 9.

3  Ce grand livre est conservé dans les archives Salviati déposées à la Scuola Normale di Pisa. Archivio Salviati (AS), IV, 5. Je remercie Ingrid Houssaye-Michienzi pour sa relecture attentive de la transcription de ce texte.

4  C’est uniquement dans ce livre de compte, Debitori e creditori, que Giuliano da Gagliano rédige ce type d’écrits, alors même qu’il a rédigé divers quaderni di ricordanze ou quadernaccio di ricordi dans lesquels il consigne des informations ayant trait à ses activités de marchand.

5  La question des engagements politiques et de leurs liens avec la cité des Florentins dans leurs écrits familiaux jusqu’à la deuxième moitié du xve siècle est au cœur des travaux récents d’E. Moisson-Leclerc pour une période antérieure à la nôtre. E. Moisson-Leclerc, « Affaires de familles et affaires de la cité : la transmission d’une pensée politique dans les livres de famille florentins (xive-xve siècles) », thèse sous la direction de Jean-Claude Zancarini, ENS Lyon.

6  La présentation du rôle que jouent Giuliano da Gagliano et son frère Filippo dans l’entourage des Médicis dans les vingt dernières années du xve siècle fait l’objet d’une partie importante de ma thèse de doctorat : A. Pallini-Martin, « Réseaux florentins, négoce et politique à Lyon autour de 1500. Giuliano da Gagliano et la compagnie Salviati », EHESS, École doctorale histoire et civilisation, juin 2013. Le rôle de Filippo a été étudié notamment par A. Brown, en tant qu’homme nouveau, qui doit sa carrière et son ascension sociale à Laurent de Médicis. A. Brown, « Lorenzo de’ Medici’s New men and their mores », Renaissance Studies 16, 2002, p. 113-142. F. Guidi Bruscoli, « Politica matrimoniale e matrimoni politici nella Firenze di Lorenzo de’ Medici, Uno studio del ms. Notarile antecosimiano 14099 », Archivio Storico Italiano, Florence, Olschki, 1997.

7  A. Brown, « The Guelf Party in fifteenth-century Florence », Rinascimento, 20, 1980, p. 64. L’article est repris dans The Medici in Florence. The Exercise and language of power, Florence, Olschki / Perth, University of Western Australia Press, 1992, p. 126. R. de Roover, Il banco Medici dalle origini al declino (1397-1494), Florence, La Nuova Italia, 1970, p. 571-574.

8  G.-R. Tewes, Kampf um Florenz. Die Medici im Exil (1495-1512), Vienne, Böhlau, 2011, p. 95-126.

9  Sur les relations diplomatiques entre la France et l’Italie : P. de Commynes, Lettres, édition critique par J. Blanchard, Genève, Droz, 2001 ; H. Delaborde, L’expédition de Charles VIII en Italie, Paris, Firmin-Didot, 1888 ; A. Desjardins, Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, Paris, Imprimerie impériale, 1849, t. I. Sur les Guerres d’Italie, voir entre autres J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Les Guerres d’Italie. Des batailles pour l’Europe (1494-1559), Découvertes Gallimard, 2003 ; B. Chevalier, « Le financement de la première Guerre d’Italie », dans L’impôt au Moyen Age. L’impôt public et le prélèvement seigneurial, fin xiie-début xive, Paris, CHEFF, 2002, p. 42-66.

10  H. C. Butters, Governors and Government in Early Sixteenth Century Florence, 1502-1519, Oxford, Clarendon Press, 1985.

11  C. Cazalé Berard et C. Klapisch-Zuber, ouvr. cité, p. 818.

12  Lucrezia épouse en 1570 (ou en 1575) Antonio Salviati. Lors de leur mariage, elle apporte dans la famille Salviati tous les documents comptables de son grand-père, Giuliano da Gagliano et de son père, Piero.

13  F. Guicciardini, Ricordi, Diari, Memorie, Rome, Edizioni Studio Tesi, 1991. L’article précédemment cité de C. Cazalé Berard et C. Klapisch-Zuber, « Mémoire de soi et des autres dans les livres de famille italiens », donne d’autres exemples encore de cet aspect de l’écriture des écrits familiaux. Voir également l’édition des Ricordi de F. Guicciardini établie par J.-L. Fournel et J.-C. Zancarini, Avertissements politiques (traduction des Ricordi, introduction, notes et annexes), Paris, Le Cerf, 1988.

14  Voir, entre autres ouvrages, ceux qui étudient à la fois la construction des solidarités horizontales au sein des familles en parallèle des solidarités horizontales, ceux de C. de la Roncière, C. Klapisch-Zuber, A. Molho, F. W. Kent et les travaux publiés par le Comitato di sulla storia dei ceti dirigenti in Toscana.

15  ASF, 925, fo 370. La déclaration au catasto de 1469 donne la composition de la famille. Outre Filippo, Giuliano a également deux autres frères et cinq sœurs.

16  AS, IV, 5 : « R(icor)do q (uest)o dì xxiii d’aprile 1503 come chol nome di Dio e della Sua santissima madre gloriosa v(er)gine Maria, q(uest)a excielsa singnoria ghonfalonie(re) Piero di m(esser) Tommaxo Soderini chol chonsiglio grande del popolo fiorentino insieme raghunati circha 1 352 cittadini mi feciono abile al chonsiglio maggiore e datomi il benefizio come a gli altri cittadini ch(e) p(er) legge era neciessario ottenere colla ½ delle fave nere e una più et Giuliano d’Orlandini fu lezionato e nominaty. » Giuliano da Gagliano fait lui-même partie de ce conseil.

17  AS, IV, 5 : « Et ancora p(er) adempiare detta leggie q(uest)o dì xxvii d’aprile 1503 a volere e abile al consiglio era necessario farsi demostrare avere pagato al manco et quaranta anny le gravezze [di] Firenze ».

18  AS, IV, 5 : « E a dì 16 di settembre 1512 si fe(ce) parllamento sendo tornnata la casa de Medici colla forza della gente d’armi venne giù in sichura la signoria ch(e) gonfaloniera era di Giovanbatista Ridolfi sino fatto e al consiglio maggiore p(er) mesi 14 in circha dettono la balià a circha 46 cittadini nobili della città e t(u)tt (o) sanza schandolo di sangue o altra co(n) troversa y grazia didio / quella della casa de Medici furono il R(everend)issimo ca(rdina)le Giuliano figliuolo della buona memoria di Lorenzo di P(iero) di Coximo de Medici e Lorenzo di Piero di L(orenz)o de Medici //-// ». (Ici comme ailleurs, les barres obliques sont présentes dans le texte original.)

19  G. Pansini, « Prédominio politico e gestione del potere in Firenze », dans E. Insabato, I ceti dirigenti in Firenze dal gonfalonierato di giustizia a vita all’avvento del ducato, Atti del Convegno, Firenze, 19-20 settembre 1997, Lecce, Conte, 1997, p. 77-138. H. C. Butters, Governors and Government…, ouvr. cité.

20  AS, IV, 5 : « 1512 - Nota chome a ddì 29 d’aghosto 1512 l’exercito di Spagna entrò p(er) forza in Prato messono a sacco tu(tt)a la terra e amazzarono più di 3 mila p(er)sone con grande crudeltà. »

21 La transcription conserve la graphie des documents, notamment dans les erreurs éventuelles des auteurs et aussi les différentes graphies des noms propres. Les graphies des y (luy = lui), gh et ch pour g et c (chome = come), x (bixogno = bisogno), z (franzexi = francesi) ont été respectées. La disposition du document a été conservée, nous avons repris dans la marge les indications mises par l’auteur lui-même. Les normes d’abréviations que nous avons retenues sont les suivantes. Les abréviations sont résolues et sont signalées entre parenthèses ( ). Entre crochets [ ] nous avons mis nos interventions sur le texte. Nous avons aussi mis les majuscules pour les noms propres et devant les points. Quand la restitution des mots est rendue impossible en raison de la dégradation du support, nous avons indiqué entre crochets les caractères perdus [***].

22  Soit le 11 mars 1513.

23  Il s’agit de la bataille d’Agnadel, perdue par les Vénitiens contre la ligue de Cambrai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Pallini-Martin, « Notes sur un témoignage inédit : les ricordi du « Libro debitori e creditori » de Giuliano da Gagliano (1503-1521) », Laboratoire italien [En ligne], 17 | 2016, mis en ligne le 30 août 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/laboratoireitalien/967

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page