Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
S comme Sforza

Écrire pour ne pas mourir. Lettres de résistance de Francesco II Sforza, duc de Milan (automne 1526)

Scrivere per non morire. Lettere di resistenza di Francesco II Sforza, duca di Milano (autunno 1526)
Séverin Duc

Résumés

Le présent article est une étude de la survie politique, au moyen de l’écrit, du pouvoir princier, en l’occurrence celui de Francesco II Sforza et ce, en Milanais, au temps des Guerres d’Italie. Mes hypothèses de recherche s’appuient sur l’analyse et l’édition critique de deux plis diplomatiques produits à l’automne 1526 par Francesco II Sforza, duc de Milan, conservés à l’Archivio di Stato de Milan, dont je propose ici l’édition. Ils prennent deux directions : le premier est destiné aux sept princes électeurs du Saint-Empire, et le second Francesco Taverna, ambassadeur ducal près le roi de France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Si l’on en juge la graphie des modifications en marge, Taverna, juriste et proche conseiller de Sf (...)
  • 2  Depuis la Bulle d’Or de 1356, le collège élisant l’empereur germanique est composé de sept princes (...)

1Le présent article est une étude de la survie du pouvoir princier, en Lombardie, au moyen de l’écrit, et ce, au temps des guerres d’Italie. Mes hypothèses de recherche s’appuient sur deux plis diplomatiques produits à l’automne 1526 par Francesco II Sforza, duc de Milan, conservés à l’Archivio di Stato de Milan et édités ici en annexe. Ils prennent deux directions : l’Allemagne et la France. Le premier ensemble est composé d’une instruction de neuf folios et d’un complément adressés à Francesco Taverna, ambassadeur sforzesque envoyé près François Ier, roi de France1. Destiné aux princes-électeurs d’Empire2, le second pli est composé d’une courte missive qui introduit une épître de six folios et demi.

  • 3  E. Levinas, La trace de l’autre, Tijdschrift voor Filosofie, 25ste Jaarg., no 3, septembre 1963, p (...)
  • 4  M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1974, p. 107.
  • 5  M. Foucault, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard, 2010, p. 166.
  • 6  D. Crouzet, Charles de Bourbon, connétable de France, Paris, Fayard, 2003, p. 12.
  • 7  F. Proust, « Puissance et résistance », Rue Descartes, no 15, De la résistance, janvier 1997, p. 7 (...)

2L’enjeu premier de ce travail est de restituer le caractère mobile de l’écriture, comme expression de la pensée en mouvement et d’envisager le pouvoir comme une réalité vivante et subjective. En considérant le passé3 comme « l’avenir d’autrefois »4, et le document diplomatique dans une perspective non positiviste, j’ai fait le choix de reproduire les ratures et les ajouts afin de reconstituer5 « la ligne brisée des segments du passé d’une individualité »6. Pour cela, il m’a fallu « rentrer dans un ordre subjectif dont la rationalité vitale même est de paraître irrationnelle, parce que la culture renaissante imposait un constant décalage préventif dans le rapport à soi-même » (ibid.). Pensée méticuleuse mise prudemment à l’écrit, l’écrit diplomatique expose avec finesse, derrière de multiples masques, des projets politiques toujours intéressés et souvent risqués destinés à servir son bon droit. Pour un prince, les manœuvres en apparence contradictoires trouvent leur cohérence dans le but moral du maintien de l’héritage et de la défense des sujets. Il s’agit d’un travail d’anticipation à partir de l’idée que l’on se fait de soi, des buts fixés et de la stratégie à mener pour y parvenir, et que le destinataire doit aider à concrétiser, bien souvent malgré lui et parfois à ses dépens. Le dire diplomatique est donc agir au présent du politique, au sens que « c’est la situation telle que nous la vivons, c’est-à-dire qu’elle nous affecte à proportion de ce que nous la supposons être, qui détermine notre conduite »7. Ainsi, les manipulations de l’autre doivent être saisies à l’aune de la fidélité à soi. Ce faisant, l’histoire des idées en mouvement des princes est un dialogue avec la rigidité de leurs logiques profondes.

  • 8  M.-N. Covini, L’esercito del duca. Organizzazione militare e istituzioni al tempo degli Sfora (145 (...)

3Au xve siècle, en Italie, les ducs de Milan étaient incontournables du fait d’une « puissante armée et d’un leadership diplomatique »8. Mais après la conquête française de 1499, les Sforza sont des princes en exil. Sans État, ils sont sans ressource, donc sans force armée. Vingt-six ans plus tard, le dernier d’entre eux, Francesco II Sforza, duc dépourvu d’armée, dispose cependant d’un efficace outil diplomatique légué par des aïeux prévoyants. Il s’agissait d’une « abile e attiva cancelleria e […] un’équipe di ambasciatori e diplomatici operanti a vari livelli, con un’azione capillare e pervasiva » (ibid.).

  • 9  Archivio di Stato di Milano [ASMi], Archivio visconteo-sforzesco [AVS], Carteggio Estero, seria Fr (...)
  • 10  Instruction pour Taverna, fo 4v.

4Au moment le plus difficile de sa vie, Sforza peut jouir de serviteurs intelligents et fidèles jusqu’à la mort, et utilisés comme ambassadeurs9 ; chacun valant bien une armée sur le champ de bataille. Rompus aux affaires du monde, ces hommes composent un outil efficace renouvelé et perfectionné par la complexité des guerres d’Italie, portant en Europe la voix d’un duc de Milan résolu à ne pas disparaître. Tous ont été formés à la difficile école de la guerre et de l’exil. Pêle-mêle, ce fut une succession de négociations sur le fil, de préparations à la guerre, levées fiscales extraordinaires et bannissements. Puis, l’apprentissage s’est doublé d’invasions, combats, sièges, résistances et capitulations. Enfin, il a fallu affronter les dépossessions, prendre le chemin de l’exil pour ensuite manœuvrer dans les cours étrangères, préparer et vivre le retour. De nouveau au pouvoir, il leur a fallu défendre de façon acharnée les intérêts de leur duc, puis, faire face, encore une fois, à une invasion. Serviteurs d’un prince restauré une première fois en 1522, de nouveau en 1525 et définitivement en 1529, ils l’ont suivi sans faillir, et lui s’est employé à les récompenser et les aider si besoin est. Sans eux, Sforza n’était rien. C’est pour cela que Taverna reçoit l’ordre d’œuvrer à la libération de « Messer Sylvestro Bonsignore, nostro Magistro de Stalla, detenuto per Monsignore de Claramonte dal principio di nostra obsidione in qua, che lo mandavamo in Spagna ». Francesco II Sforza n’hésitera pas à payer sa rançon si nécessaire10.

  • 11  ASMi, Registro Panigarola, Liber Bannitorum, n4-3, fo 7, Milan, le 25 janvier 1527.
  • 12  Ibid.., fo 26-27, Milan, le 26 août 1528 & fo 101-102, le 17 août 1529 (publication d’une peine pr (...)
  • 13  Documenti che concernono la vita pubblica di Girolamo Morone, Miscellanea di Storia Italiana, t. I (...)
  • 14  G. Deleuze et F. Guattari, Rhizome, « Introduction », Paris, Minuit, 1976, p. 70.

5À l’automne 1526, l’avenir politique et personnel de Sforza repose sur un gouvernement portatif duquel des serviteurs-diplomates sont extraits et disséminées dans les cours les plus importantes d’Europe. Revenu de son ambassade à Venise, le jurisconsulte milanais Gian Francesco Taverna part pour la cour de France succéder à Niccolò Sfondrato. À Venise, il laisse le financier génois Domenico Sauli et Giacomo Banisio le représenter. Pour sa part, le cavaliere Gian Antonio Biglia a fort à faire à la cour de Charles Quint. Enfin, Augustino Scarpinello est auprès d’Henry VIII. En retour, les Hispano-impériaux condamnent à mort Taverna en janvier 152711, puis Biglia à deux reprises12, tandis que Sauli craint dès août 1526 que les hommes de Charles Quint ne l’assassinent si Sforza l’envoie auprès du pape13. Leur action est tout entière dédiée à la restauration du pouvoir ducal de Francesco II Sforza, en tentant d’emporter à la cour des grands d’Europe ce que leur duc ne pouvait gagner sur le champ de bataille. Sans restriction aucune alors, « l’écriture épouse une machine de guerre et des lignes de fuite »14.

  • 15  P. Clastres, « Le devoir de parole », dans Id., La Société contre l’État. Recherches d’anthropolog (...)

6Oppressés par le temps court de la guerre quotidienne, le recours intense des potentats italiens aux ambassades et aux missives diplomatiques participe d’une tentative d’ordonner le monde en maîtrisant le passé, le présent et le futur par le papier. Écrire, c’est prendre la parole pour reprendre le pouvoir car « parole et pouvoir entretiennent des rapports tels que le désir de l’un se réalise dans la conquête de l’autre »15.

  • 16  ASMi, AVS, Potenze sovrane, seria Sforza, busta 1471, sans lieu [automne 1526], épître de Francesc (...)
  • 17  Épître aux princes-électeurs, fo 7r.
  • 18  Instruction pour Taverna, fo 1v. & fo 3v.
  • 19  J.-L. Fournel & J.-C. Zancarini, « Le laboratoire florentin », dans N. Machiavel, De Principatibus (...)
  • 20  Ibid., p. 30-31.
  • 21  Épître aux princes-électeurs, fo 3v.
  • 22  D. Crouzet, ouvr. cité, p. 15.
  • 23  Ibid., p. 14.
  • 24  Instruction pour Taverna, fo 2v [passage raturé].
  • 25  http://www.cnrtl.fr/definition/survivre, page consultée le 16 décembre 2014.

7Les missives éditées ici sont des écritures de reconquête du pouvoir par la résistance au « successo de tempo »16, à « la grande potenza & fortuna adversante »17, à la « qualità de tempi » et à la « stagione de tempi »18. Depuis trois décennies, en Italie, les Barbares plient, brisent et broient un passé si justement et civilement construit, ordonné et réglé. Les Italiens vivent un temps où « l’état de guerre est le premier conditionnement de l’action politique et le premier des paramètres de la réflexion sur la sauvegarde de la cité dans la mesure où la faiblesse militaire endémique des institutions ne relève plus d’un simple défaut mais remet en cause l’existence même de l’État »19. Pour se maintenir, Nicolas Machiavel prescrit à son Prince d’« agir sur le temps, le penser, tenter de le rendre compréhensible et de le maîtriser » afin de saisir les occasions de succès20. Prince en suspension au-dessus du vide, Francesco II Sforza va encore plus loin. Il réécrit les temps pour reprendre le fil de l’histoire et faire de la manœuvre diplomatique plus qu’une « opportunità e commodità de tempi e modo »21. Soumis au péril de mort comme son contemporain Charles III de Bourbon, Francesco II Sforza est contraint à « une perpétuelle déconstruction » de soi et du temps pour « se défend[re] de l’autre par des effets multiples de déplacement ou de décalement de soi, ce qui pouvait être son désir d’identité, ce qui devait être le rêve de sa vie »22. Produits de la « logique de l’écart »23 entre ce qu’on l’on est et ce que l’on vit, les écrits de guerre disent la mort mais sont aussi protestations de vie. Un jour, la route de Fortune tournera et unastagione24 nouvelle s’ouvrira sur un nouveau printemps. L’écart disparaîtra et le tout sera réuni en l’Un. En attendant, il va falloir survivre, c’est-à-dire évoluer dans « des circonstances où d’autres [auraient] péri »25, au sein d’un espace hostile et mortifère. Confronté à un insupportable au-delà, Sforza met en œuvre une stratégie de survie qui n’est que persévérance de la résistance.

  • 26  G. Bouthoul, Le phénomène-guerre. Méthodes de la polémologie, morphologie des guerres, leurs infra (...)

8L’année 1526 est la trente-deuxième année d’un long hiver belliqueux qui met au supplice les États et les populations de la péninsule italienne, notamment le duché de Milan, son duc et ses sujets. Si les guerres d’Italie continuent leur jeu de massacre, 1526 n’est pas une année de guerre ouverte mais une année de relaxation – au sens de Gaston Bouthoul – après la terrible année 1525. En février 1525, les armées de l’empereur ont capturé François Ier, le plus puissant roi de la Chrétienté. Les autres potentats italiens sont sidérés. En un mot, l’empereur a pris l’Italie. « La turbulence est provisoirement calmée »26. Mais sa domination contient un vice : il n’a pas conquis les cœurs italiens.

  • 27  R. Acciaiuoli (et al.), Supplément à la nonciature ordinaire (1526), J. Fraikin éd., Paris, Victor (...)
  • 28  Ibid., p. 23, Angoulême, le 17 juin 1526, Roberto Acciaiuoli, nonce pontifical, à Clément VII, pui (...)
  • 29  Documenti che concernono la vita pubblica di Girolamo Morone…, ouvr. cité, Milan, le 24 juillet 15 (...)

9L’année 1526 met en scène des puissances italiennes qui, désemparées, ont décidé de se libérer de l’oppression impériale. Le nonce pontifical et l’ambassadeur de Venise assiègent le roi de France de demandes pressantes, pour qu’une ligue anti-impériale soit constituée27 et que le roi intervienne au plus vite28. Concernant le premier point, ils obtiennent gain de cause avec la ligue de Cognac conclue le 22 mai 1526 mais ne parviennent pas à obtenir une intervention armée du roi de France. Quant à Francesco II Sforza, à l’automne 1525, il a échoué à obtenir de l’empereur l’investiture du duché de Milan. Mécontent et croulant sous le poids de l’occupation violente de l’armée impériale, il se rapproche du camp adverse mené par Louise de Savoie, mère d’un roi de France en captivité : c’est ladite « congiura di Girolamo Morone ». Déclaré félon, Sforza voit son chancelier Morone arrêté et lui-même est contraint de se retrancher dans sa forteresse de Milan. Après dix mois de siège, le 24 juillet 1526, il se rend, sous condition, à Charles III de Bourbon. Bourbon devait concéder à Sforza « per soa stantia et comodità la città de Como con el suo governo et intrate ordinarie et extraodinarie, tant de detta città, come de suo vescovato » et « che de l’altre intrate del stato di Milano se suplirà » à Sforza « fino a la suma de trenta milia scuti l’anno »29.

10Mais le gouverneur espagnol de Côme lui refuse les clés de la cité. Sforza trouve alors refuge sur les terres vénitiennes. D’après Bourbon s’adressant à Charles Quint, il est allé

  • 30  Ibid., Milan, le 27 août 1526, Charles III de Bourbon à Charles Quint.

au camp de voz ennemys, où il a séiourné par plusieurs jours, estant ordinairement à leur conseil, et luy mesme le m’a ainsi faict sçavoir. Je luy ay respondu, que s’il estoit votre serviteur, comme il disoit, qu’il [n]e debvroit différer d’entrer au dit Cosme, et que par vos dites gens elle seroit gardée tant à V. Magesté, comme à luy, comme promis luy avoit esté, et parce qu’il ne laisseroit à en prendre la revenu, comme promis luy avoit esté, ce qu’il n’a voulu faire, et s’est tousjours tenu avec les ennemys de Vostre Magesté, et est entré manifestement en leur ligue, se déclairant par tant amy de voz ennemys, et de sa personne s’est retiré à Cresme, terre de Vénitiens, et par ce que je suis adverty, le dit duc Francisque a envoyé ambassadeur en France30

  • 31  Homonyme du futur pape Grégoire XIV.

11(à savoir Niccolò Sfondrato)31. Pendant ce temps, l’armée impériale vit aux dépens d’une Lombardie transformée en espace de prédation, une jungle où prospèrent des milliers de soldats impayés faisant régner l’arbitraire, l’extorsion, le viol et le meurtre.

  • 32  F. Proust, art. cité, p. 70.

12À l’automne 1526, maintenant retranché à Crémone à la lisière du duché de Milan et de la république de Venise, Francesco II Sforza envoie, d’une part, Francesco Taverna auprès du roi de France, muni d’instructions détaillées et, d’autre part, par relais de poste, un long plaidoyer à chacun sept princes-électeurs du Saint-Empire, signalant indirectement à Charles Quint que « la persévérance de la résistance est à la mesure de la persévérance de la destruction »32.

13Pour se défendre, Francesco II Sforza convoque le passé et le futur et les met au service de sa cause présente. En s’adressant aux princes-électeurs, Sforza déplore un présent qui a perdu le sens du passé : celui d’une vie des trois derniers Sforza – Ludovico, Massimiliano et Francesco II – « sotto l’ombra » de l’empereur et moyennant le consenso et l’auctorità des princes-électeurs. En 1495, Ludovico Sforza reçut l’investiture impériale du duché de Milan, fief d’Empire. Expulsé de Lombardie en 1499, celui-ci partit en exil sur les terres de l’empereur Maximilien Ier. Revenu en Lombardie puis capturé par l’armée de Louis XII, il laissait en Allemagne ses deux fils, l’aîné Massimiliano et le second Francesco II qui « se interteness[ero] sempre in Alemagna sotto l’ombra de la predicta Cesarea Maestà et Sacro Romano Imperio ». Puis la restauration sforzesque de 1513 se fit « per la predicta Maestà, con altri signori confederati », mais la défaite des Suisses de Massimiliano Sforza face à François Ier en 1515, en raison de l’absence d’« adiuto ne soccorso » de l’Empire et de l’empereur, l’obligea à capituler et partir en exil en France. Alors, entre 1515 et 1521, Francesco II, dernier Sforza en liberté se « redusse un altra fiata in Alamagna, come quello che havevo ogni mia dependenza e speranza in la predicta Cesarea Maestà et Sacro Romano Imperio ». Enfin, par le moyen de Charles Quint, en 1522, il put « recuperare dicto stato e remettermi in esso, come successore del predicto quondam mio patre e promisse in la Capitulatione che, recuperandosi, mi daria la confirmatione e investitura in la forma [che] haveva el predicto quondam mio patre ». Puis l’histoire se bloqua. L’investiture impériale ne vint pas et les troupes de Charles Quint finirent par dévaster le duché de Milan.

  • 33  ASMi, AVS, Potenze sovrane, seria Sforza, busta 1471, sans lieu [automne 1526], lettre d’introduct (...)
  • 34  Introduction aux princes-électeurs, fo 1r.
  • 35  Épître aux princes-électeurs, fo 2v.
  • 36  http://www.cnrtl.fr/definition/tabou, page consultée le 22 décembre 2014.

14Le plaidoyer de Sforza auprès des princes-électeurs prend alors la forme d’un réquisitoire contre l’empereur et ses capitaines. Le discours de Sforza se veut description précise de toutes les limites mutilées, dépassées et outrepassées par les Hispano-impériaux qui ont produit un au-delà que nul « possa imaginare »33, au sein duquel tout est indexé sur la prise de possession par effraction. La prédation est devenue système de domination. Le pouvoir n’est plus qu’une faillite du pouvoir pastoral protecteur. « Cupidi », les Hispano-impériaux n’ont que « devorato » et mis « le mane nel sangue » des Lombard(e)s. Sforza le martèle, l’armée de l’Empereur a « opresso, sforciato, fraudato e violato indebitamente »34. Ses soldats ont mis « el stato in preda », imposant « taglie, taglioni, asassinamenti, violatione, rapti di donne maritate et vergine », pour aussi « depredare case de preti & monasterii de frati, sodomitare zentilhomini antiqui, confinare molti nobili »35. Tout ce qui était « tabou », tous ceux qui étaient « l’objet d’une considération, d’un respect qui ne se discute pas »36 ont été violés.

  • 37  Épître aux princes-électeurs, fo 2v.
  • 38  Ibid., fo 2r ; de nombreux documents de Sforza et de Morone confirment cependant leur culpabilité.

15En touchant les intouchables, les Hispano-impériaux ont remis en cause le corps social dans son ensemble. Sa tête, le duc de Milan, a été affamé dans la forteresse de Milan, puis a perdu son État et tous les attributs du pouvoir régalien : le Sénat, les magistrats, les officiers, les taxes, les sceaux et les armes. Les Hispano-impériaux ont « guberna[ti] li subditi in con tanta tirannya e crudelta pegio che se fosseno stati Turchi »37. Enfin, Sforza et Morone, son chancelier, ont été accusés, bien qu’étant « innocente de tutto quello che loro proponevano, et che mai non haveva fallito alla Cesarea Maestà ne Sacro Imperio, ne pensato mai di fallire »38. Les temps et les hommes ont dépassé le point de rupture. L’inacceptable est devenu réalité. L’impossible devient donc possible. C’est ce que révèle, de son côté, l’instruction destinée à Francesco Taverna partant pour la France en novembre 1526.

  • 39  Instruction pour Taverna, fo 1r [passage raturé].
  • 40  Ibid., fo 1v [passage raturé].
  • 41  Ibid., fo 2r [passage raturé].

16Elle commence par un long regard porté sur les trois dernières décennies de relations entre les Sforza et les rois de France, démontrant combien ils auraient pu être proches si la stagione de tempi n’avait pas été défavorable. En 1499, Ludovico Sforza dont « tutto il desiderio […] fue con ogni studio mantenersi in questo nostro stato con adiuto et brazo de la Corona de Francia » aurait perdu à cause de la « qualità de tempi », et non du roi Louis XII39. L’exposition des temps suivants est une performance argumentative mâtinée de surréalisme. Consécutivement à la restauration sforzesque de 1513, Massimiliano aurait orienté « tutti soi desegni et studi » en vue de « fare il medemo, et mantenersi sotto l’umbra di detta Corona di Franza, cognoscendo apertamente quanto fosse a suo proposito, et di tutta Italia, havere quel braccio et adiuto »40. Mais, de nouveau, en 1515, à cause et « de la fortuna, et da li tempi » et non du roi François Ier, l’amitié franco-sforzesque fut impossible. Le roi de France revint, battit les Suisses et captura Massimiliano41. Ensuite, à la fin de l’année 1521, à l’aide d’une ligue hispano-pontificale, Francesco II Sforza a remis la main sur Milan. C’est pourquoi Taverna ne devra pas s’étendre sur le temps où Sforza était « ad servitio de la presenta Cesarea Maestà », car ce qu’il a « fatto et operato » était ce « che a l’hora ricerchava la stagione de tempi et era di honore nostro, et l’obligatione haveamo alla presenta Cesarea Maestà et al sacro Romano Imperio » (ibid.). Au regard d’une telle histoire, au présent de l’année 1526, François Ier peut bien compter le duc de Milan parmi « il numero di soi servi » (ibid.). Francesco II Sforza dessine une improbable ligne de fuite de lui-même, de son père, de son frère, qui le mène au cœur du drame familial : le roi de France.

17Le duc de Milan est pris en flagrant délit de réécriture du passé. Deux hypothèses complémentaires sont possibles. D’une part, une telle reconstruction mythifiée participerait d’une manœuvre diplomatique pragmatique et conjoncturelle. D’autre part, ce passé imaginaire toucherait à la remise en cause structurelle du pouvoir princier en Milanais depuis le début de la guerre en 1499.

18La première hypothèse serait que Francesco II Sforza mente sciemment pour justifier auprès d’un roi de France dubitatif toute la logique et la justesse de son ralliement aux intérêts français, en somme de convoquer un temps long au service d’une opportunité du temps présent. En effet, peu convaincu de la pérennité d’une telle alliance mais désireux qu’elle le serve, Sforza a besoin du roi de France comme agent expugnateur des Impériaux oppresseurs de sa Lombardie.

19La seconde hypothèse interrogerait plutôt la térébration des structures du pouvoir ducal en Milanais et l’effondrement complet des certitudes depuis 1499. Une guerre inimaginable de prime abord, puis une guerre terrible, non maîtrisable et ingagnable par le duc de Milan, a subverti les limites traditionnelles, en Italie, entre faible et fort, bien et mal, ami et ennemi, paix et guerre. Et il est advenu l’impensable : perdre tout, jusqu’à l’État, en une bataille. En 1526, l’échine de la plus grande partie des plus puissants États italiens a déjà été brisée. Ce furent successivement celles de Naples en 1494, de Milan en 1499, de Gênes en 1507 et de Venise en 1509. Payant leur ralliement à la ligue de Cognac, Rome va être exécutée en 1527 et Florence subjuguée en 1530. Quant au duc de Milan, il est menacé de décapitation pour trahison par l’empereur. En 1526, un point de rupture est déjà atteint tandis que le dispositif destructeur – pour bonne part incontrôlable – qui va saccager Rome en 1527 est déjà en place en Italie du Nord. Bientôt, la meute va se diriger vers l’Italie centrale et Rome va vivre ce qu’a vécu Milan, à savoir la réduction des rapports sociaux aux conditions les plus extrêmes : les rapports de prédation. En ce sens, le Milanais de 1526 est laboratoire du sac de Rome. Brisés, les leviers et les clés du monde sont insaisissables. Et, comme rien n’est impossible, tout devient pensable. Alors l’alliance la plus improbable des guerres d’Italie peut voir le jour. Francesco II Sforza rallie la ligue menée par le roi de France, oubliant quatre conquêtes françaises de son duché (1499, 1500, 1515 et 1524), la mort de son père en captivité à Loches en 1508, l’exil forcé de son frère à Paris depuis 1515 et la tentative d’assassinat à son encontre en 1523.

20Mise au propre et prête formellement à être remise à l’ambassadeur partant pour la France, la lettre est relue une dernière fois. Alors, la mythographie franco-sforzesque longue de trois pages est complètement raturée. Ce brutal repentir est fait d’histoire car il n’efface pas l’idée présidant à l’écriture préalable. Le palimpseste révèle dans leur vigueur les mouvements de la pensée. Ici, Sforza a finalement décidé de taire son cri et de fermer les yeux sur ce passé improbable pour se contenter d’un présent suffisamment abscons à lui tout seul – une alliance franco-sforzesque – afin de préparer le plus enviable : un nouveau rapprochement avec l’empereur.

  • 42  Instruction pour Taverna, fo 2r-v.

21Pour cela, à l’été 1526, Francesco II Sforza a déjà recouru, opportunément, à la force de frappe de François Ier et de la ligue de Cognac pour permettre « la liberatione nostra de la obsidione in quale se trovavamo, quanto per la recuperatione del stato nostro ». Le roi a été un outil qui a de « bone opere fatte » en sa faveur tandis que la ligue a été un « mediante », un moyen, pour y parvenir. Alors, Sforza pare son opportunisme de promesses, sinon à tenir, du moins à venir : ayant été « aiutati contra la opressione ne sono fatte », le roi « potrà disponere de la persona nostra et stato, non altramente che a di qual si voglia suo servo et stati proprii »42. Potrà : il pourra. Après avoir recouru à un passé mythifié, Sforza futurise son discours. C’est le temps des promesses. Tous les temps sont mis au diapason de l’action présentiste du duc de Milan.

22Un second passage de l’instruction à Taverna révèle les subtils usages du futur. Il concerne la possibilité d’un mariage entre une fille de France et le duc de Milan. Ici, Sforza a conscience qu’en se rapprochant du roi de France, il prend le risque d’une union avec une princesse française qui entérinerait la nouvelle alliance. Or, à terme, il lui faudrait plutôt épouser une Habsbourg pour sécuriser son fief impérial.

  • 43  ASMi, AVS, Carteggio Estero, seria Francia, busta 560, Crémone, le 15 novembre 1526, Complément à (...)
  • 44  Ibid., fo 1r-v.

23Dans une première version, il exprime clairement avoir « alieno l’animo dal prendere moglie » de France. Taverna devra donc utiliser l’argument de « la infirmita nostra ». Étant malade, il ne pourra honorer le mariage et celui-ci, caduc, demeurera invalide. Aussi le roi devra-t-il attendre qu’il puisse « ricuperare nostra pristina sanita ». Alors seulement, Sforza pourra épouser une princesse française43. Toutefois, le passage finit par être raturé et céder la place à une manœuvre qui s’adapte bien plus à l’opportunisme du ralliement sforzesque au camp français. Taverna va devoir relayer la parole d’un duc qui devra paraître « content [o] fare quanto circa questo capo vorrano. Con confessa perho et volunta della Santità del Nostro Signore et della Illustrissima Signoria di Venetia per essere stati, et essere protectori nostri »44. Le duc ne prononce plus un « non » tortueux, mais affirme un grand « oui ». Au surplus, il s’en remet à l’arbitrage de la papauté et de la république de Venise. De fait, il se dégage de toute responsabilité et la confie à deux potentats qui se caractérisent par leur prudence calculatrice et leurs prises de décision pusillanimes. D’ici que les conditions d’un tel mariage se réalisent, la configuration politique aura changé et les promesses seront dissolues dans la nouvelle réalité. En attendant, Sforza n’aura pas offensé le roi de France et continué de bénéficier de son soutien.

  • 45  Épître aux princes-électeurs, fo 6r.
  • 46  Ibid., fo 3r.

24Exposé dans son épître aux princes-électeurs, le seul vrai futur dont veut Francesco II Sforza est celui qui respectera les contours et la substance de son être, celle d’un prince « nato & nutrito fidelissimo servo del Sacro Romano Imperio » qui « intend[e] vivere e morire in quella fidela servitu & devotione come vero e legittimo successore e possessore del predicto stato de Milano »45. Il veut demeurer à l’avenir « vero vasallo, feudatario et fidel servitore che sono del Sacro Romano Imperio, el simile li mei subditi e populi, cossi la Cità de Milano come el resto del stato. Et assecurando le Signore Vostre Reverendissime et Illustrissime che io possa mandare li mei oratori e nuncii, io li mandaro ad iustificare la causa mia et li verificaro quanto ho narrato » (ibid.). Sforza évolue dans une maille complexe et entend s’y épanouir. Tout l’enjeu de Sforza est de retrouver cette vraie place au sein d’un monde réordonné, alors qu’il est soumis à la « ruina et distructione », « tyrannia, injustitia et crudelta » des capitaines impériaux46. Duc du Saint-Empire, il est relié juridiquement et personnellement à l'empereur. Irrigué de ce flux de légitimité, il peut être à même de commander à des sujets tout entiers dévolus à l’Empire.

25La tâche de Sforza dépasse sa propre personne. Elle est acte moral qui s’impose à lui. Ici se situe l’ontologie du pouvoir princier : agir soi pour un plus que soi. Dynastie, État et peuple sont sous son entière responsabilité. Mais, au temps des guerres d’Italie, ce lien moral est impossible à établir puisque le soi et le plus que soi sont brisés par les princes d’outre-mont. La dynastie sforzesque – que Francesco II doit incarner, défendre et perpétuer – est soumise au désir d’extirpation française et désormais habsbourg. L’État et le peuple qu’il doit gouverner et protéger sont capturés et asservis. Toutefois, il n’y a pas de place pour l’abandon du devoir car l’acte moral est ontologique au pouvoir princier, donc intemporel. Il donne sa signification et surtout sa légitimité au pouvoir princier. En son absence, le prince devient puissance transitoire, soumis aux seuls desiderata d’une Fortuna perverse. Manquer aux devoirs du pouvoir, c’est perdre les droits qui lui sont attachés, et risquer les sentences du tribunal des hommes – la déposition ou le tyrannicide – et celui de l’histoire – le déshonneur éternel ou l’oubli –. Dans ce cadre, les ambassadeurs sont le lien vital entre le duc de Milan et les princes de par-delà les monts. Ils sont ceux qui doivent permettre le replacement de Sforza sous l’ombre protectrice et bienveillante de la puissance impériale, moyennant l’aide légitime des princes-électeurs ou opportuniste du roi de France. Réunis entre eux, les hommes pourront alors reformer la chaîne des temps.

26L’instruction à Taverna et la lettre aux princes-électeurs révèlent l’impossibilité « génétique » des ducs de Milan en général, et des derniers Sforza en particulier, à devenir auto-référents, des princes capables de survivre sans en appeler à une puissance supérieure, qu’elle soit conjoncturellement et opportunément française ou structurellement et légalement impériale. Le balancier entre l’Empire et la France indique une limite à être plus qu’un prince autonome toujours relié à un suzerain impérial ou un prince puissant qui l’utilise comme médiateur de son pouvoir. Ce faisant, les derniers ducs de Milan n’ont été que des outils dans les mains du roi de France et de l’empereur. Les assises étroites de leur pouvoir formaient un obstacle insurmontable. Pour le dépasser, il aurait fallu avoir plus de temps et détenir une assise fiscalo-militaro-territoriale pourvoyeuse de Force. Seule cette dernière sécurise les droits que l’on détient. Il n’est de droit pérenne qui ne se consolide sans celle-ci.

  • 47  Fort probablement pour des raisons physiologiques.

27Ce faisant, la mauvaise fortune historiographique de Francesco II Sforza semble liée au constat de son pouvoir limité. Toutefois, en 1535, dans son lit, à Milan, Sforza meurt en duc de Milan investi finalement par Charles Quint en 1529, après avoir gouverné son peuple en dépit de la forte pression militaro-fiscale de l’armée de l’empereur. Au moment de sa mort, Sforza a accompli, pour une large part, son devoir moral, à l’exception du défaut de descendance47. C’est pourquoi considérer un sujet d’étude à l’aune de sa puissance réelle, pleine et effective revient à commettre une grave erreur méthodologique en assignant à l’histoire la tâche d’étudier les hommes qui ont complètement réussi et les systèmes qui ont parfaitement fonctionné, par le biais de documents qui en attestent avec certitude.

  • 48  E. Levinas, art. cité, p. 617.

28L’étude de Francesco II Sforza ne peut qu’être anti-positiviste. Au temps des guerres d’Italie, les protagonistes ont fait ce qu’ils pouvaient, au gré des occasions saisies ou non, des hommes et des forces rencontrés et des informations détenues. L’histoire de ces hommes et de ces femmes me semble être bien plus une histoire du vide à combler dans le monde infini et chaotique que celle d’une jouissance du plein en terre d’harmonie. L’aiguillon des princes n’était pas alors la satiété, mais le désir d’un pouvoir qui n’était qu’impuissance48 soumise à la Fortune. Aussi l’historien doit se libérer du joug du discours des vainqueurs, ne pas répéter la damnatio memoriae desdits perdants qui, pourtant, ont laissé des sources riches qui se veulent l’expression d’une voix à écouter : celle de la résistance.

Documents

Règles de transcription

29Afin de rendre les documents intelligibles et confortables à la lecture mais fidèles à l’esprit de leur temps, j’ai pris le parti de résoudre les abréviations et de proposer une ponctuation « moderne » adaptée au rythme du texte. Pour plus de clarté, j’ai folioté les documents.

30Dans le même temps, j’ai conservé les particularités graphiques, à l’exception de l’introduction d’espaces ou apostrophes entre certains mots. De la même façon, l’apostrophe signalant généralement une élision finale de voyelle a été remplacée par la lettre jugée « manquante ».

31Enfin, les passages ajoutés par le scripteur sont mis en italique dans la continuité du texte. Les passages raturés dans les documents sont mis entre accolades. Quant aux mots illisibles, ils sont représentés par les signes suivants : [***].

Document 1a

32ASMi, AVS, Carteggio Estero, seria Francia, busta 560, Crémone, le 15 novembre 1526, Instruction de Francesco II Sforza à Francesco Taverna

  • 49  Cité lombarde sur le Pô, aux confins de la république de Venise et du duché de Parme.

33Cremona49, 15 novembris 1526

34Instructione de Messer Giovanni Francesco Taverna, oratore nostro in Franza

  • 50  Début d’un long récit – ensuite entièrement raturé – depuis le fo 1r jusqu’au fo 2r.
  • 51  Charles VIII (1470-1498), roi de France à partir de 1483.
  • 52  Ludovico Maria Sforza, dit le More (1452-1508), maître de Milan à partir de 1479, investi duc de M (...)
  • 53  Maximilien Ier de Habsbourg (1459-1519), empereur à partir de 1493.
  • 54  Louis XII (1462-1515), roi de France depuis 1498.
  • 55  Massimiliano Sforza (1493-1530), duc de Milan de 1513 à 1515.
  • 56  François Ier (1494-1547), roi de France à partir de 1515.
  • 57  Bataille de Marignan (13-14 septembre 1515).
  • 58  D’octobre 1515 à la chute de Milan en novembre 1521.
  • 59  Charles Quint (1500-1558), roi d’Espagne en 1516 puis empereur en 1519.
  • 60  Début de la version sur la marge gauche du fo 1r-v, suppléant aux trois pages raturées. Il faut li (...)
  • 61  Correction ensuite raturée.
  • 62  Ligue dirigée contre Charles Quint et conclue à Cognac, le 22 mai 1526, entre le pape Clément VII, (...)
  • 63  À l’été 1526, l’armée ottomane de Soliman Ier a envahi la Hongrie et défait à Mohács, le 26 août, (...)

35La fede habbiamo in la persona vostra, oltra molte altre qualità che gli occorrono (de quale siamo ad pleno informati) per la negotiatione {de anni} passata fatta per voi, in nome nostro, in Venetia, ha fatto fare electione de la persona vostra ad cio {che oltra le predette parte dela} como informata de le actione passate, andiate da la Maestà Christianissima, alla quale exponerete {che50 da la prima venuta del Christianissimo Re Carolo51 de felice memoria in Italia, tutto il desiderio del Illustrissimo Signore Duca Ludovico52, nostro padre colendissimo di bona memoria, fue con ogni studio mantenersi in questo nostro stato con adiuto et brazo de la Corona de Francia, non deviando perho da la debita fidelità et devotione alla Cesarea Maestà53 et al sacro Romano Imperio, del quale era feudatario et vassallo. Et benche alhora la qualità de tempi non lo concedesse, et il predicto Signore Duca, nostro padre, fosse expulso, et tenuto questo nostro stato dal Christianissimo Re Ludovico54, di pia memoria, per molti anni. [début fo 1v] Sequita doppoi la restitutione fatta all Illustrissimo Signore Duca Maximilano55, nostro fratello honorandissimo, tutti soi desegni et studi forno di fare il medemo, et mantenersi sotto l’umbra di detta Corona di Franza, cognoscendo apertamente quanto fosse a suo proposito, et di tutta Italia, havere quel braccio et adiuto. Qual cosa essendo contrastata, et de la fortuna, et da li tempi, viene il Christianissimo Re Francisco56, la cui Maestà debellato l’exercito elvetico57, qual a l’hora militava per il predicto Signore Duca, nostro fratello, et redutta la persona in sue forze. Con il stato, lo tene per alcuni anni58 per il che se ridussero quasi tutti li potentati christiani ad unione per restituirne Dominio nostro, dove, con l’adiuto de li detti principi, et [***] de la Maestà Cesarea, siamo stati conservati sino a l’anno passato, che da li Ministri di sua Maestà ne fossemo privati, et obsessi nel castello nostro de Milano, sotto falso pretexto che havessemo machinato contra di ley [début fo 2r] et exercito suo a l’hora existente in Lombardia. Et non ve extendereti in narrare le cose occorse nel tempo siamo stati in stato et le actione nostre, si ad servitio de la presenta Cesarea Maestà59, quanto per beneficio et conservatione nostra, per essere assai note et havere fatto et operato quel che a l’hora ricerchava la stagione de tempi et era di honore nostro, et l’obligatione haveamo alla presenta Cesarea Maestà et al sacro Romano Imperio. Solo exponereti quanto di sopra alla Christianissima Maestà, per modo di discorso, per la qual anchora che non habbiamo, da qui in dreto, fatto cosa ad suo servitio. Niente di manco, tale essere l’animo nostro di servirla, hora che salvo l’honore et fede nostra, lo possiamo fare che confidamo se dignara haverne fra il numero di soi servi.} che60 havendo noi sempre desiderato, con bona gratia et volunta de Sua Maestà, potere stare nel stato nostro et mostrarli, con effecto, l’animo nostro [***] al suo servitio, cosi per la singularita de la persona di sua Maestà, como per il grande et [***] interesse dependente da la coniuntione di quella corona per {molto tempo non l’havemo possuto exeguire}61, non deviando perho da la debita devotione et fidelità alla Maestà Cesarea et al Sacro Romano Imperio come era debito del honore nostro a quali sempre havemo havuto et l’havremo rispecto. Sino a l’anno passato, non è stata concessa la occasione de poterlo fare, anzi havremo {facto quelle opere} operato si a servitio de la maesta cesarea, quanto per benefitio et conservatione nostra {quale sono note}, et ricercava la stagione de tempi, et era d’honore nostro et obligatione havevemo a la predicta Maestà et Sacro Romano Imperio. Ma poi che l’anno passato, fossemo privati del stato et obesso nel castello nostro de Milano, indebitamente da li ministri cesarei, et sua Maestà s’è dignato postposto ogni altro a suo particulare interesse, pigliarne in sua protectione et confederatione, se siamo molto alegrati che salvo l’honore et fede nostra, possiamo esserli servitore obligatissimo. Cosi [fo 2r] ringratiaretela infinitamente de le bone opere fatte per soa Maestà, si per la liberatione nostra de la obsidione in quale se trovavamo, quanto per la recuperatione del stato nostro mediante la sanctissima Lega conclusa tra [début fo 2v]. Nostro Signore, soa Maestà Christianissima, Serenissimo Re Anglico, Illustrissima Republica di Venetia, et Fiorenza, et Noi62. Per virtute de la quale, speramo soa Maestà havera posto pace et quiete ad tanti travaglii de Italia, recuperara li figlioli obsidi presso la Maestà Cesarea et potra conservare il regno suo in quiete et reputatione presso tutti li principi christiani, et fare condesendere ogniuno d’essi ad’una pace universale, per providere alli imminenti periculi del Turcho63, come inimico. Supplicando sua Maestà Christianissima ad haverne per ricomandati, et [pigliarne] manternene in protectione sua, si per la integra recuperatione del stato nostro, quanto per la conservatione, perche nostri deportamenti et actioni sarano di manera che, in tempo alcuno, non gli rincresera haverlo fatto, et oltra che sara con satisfactione di tutti li principi italiani et cosa laudabile et digna di tanto Re, e l’havernii aiutati contra la opressione ne sono fatte, potra disponere de la persona nostra et stato [début fo 3r], non altramente che a di qual si voglia suo servo et stati proprii. Et in caso che, per la qualità de tempi, se devenesse ad una pace universale o tregua operare presso tutti li altri principi per la reintegratione del stato nostro, quale, o parte d’esso, quando restasse in mano d’altri ch’a nostre, portaria de le ruine che tante volte ha fatto, con molto travaglio de tutti li principi christiani, et pensare che il stabilimento nostro, in ogni tempo, sia ad suo servitio, oltra il particulare nostro beneficio, perche cosi sara in effetto ultra di questo, ad ogni richesta di sua Maestà, rattificareti la lega celebrata ad Cugnac alli XXII di mazo prossimo passato, et circa li Capituli dessa lega, essendone molti di graveza nostra grandissima. Exponerti ad soa Maestà, secondo si contiene di sotto.

  • 64  Issu d’une famille gibeline de Crémone, homonyme du pape Grégoire XIV, Niccolò Sfondrato est au se (...)

36Fareti nostra scusa presso soa Maestà, che doppoi il ritorno del Egregio Nicolo Sfondrato64, nostro [début fo 3v] gentilhomo, non habbiamo potuto mandare da ley, secondo saria stato il debito et desiderio nostro, et questo per molti impedimenti occorsi, et maximamente che havendo gia stabilito di mandarvi voi como persona, instrutta per havere longo tempo tractato tutte le cose nostre presso la Illustrissima Signoria di Venetia, fussemo necessitati per la novita fatta a la Santità de Nostro Signore, et per li novi desegni, non rimovervi piu presto da quella impresa di Venetia, alla quale, in tal bisogno, niuno altro novo homo saria stato cosi al proposito. Et la pregareti ad haverne per excusati. Et avenga che forsi alcuni haverano scritto, o fatto mala impressione di nui presso soa Maestà di pocha riverenza o osservantia che gli habbiamo havuto, la supplicareti essere contenta non prestarli fede, ma chiarirse del tutto, per che l’animo nostro, in ogni actione, è di fare quanto ley ordinara, et comandara che gli sia l’honore nostro.

37Amando et portando quella riverenza et rispetto [début fo 4r] che si conviene al Illustrissimo et Excellentissimo Signore Duca Maximiliano, nostro fratello honorandissimo, volemo che stando alla Corte, comunicate tutte le occorentie nostre con sua Illustrissima Signoria, col consiglio et parere de la quale ve governareti, de modo che, in ogni vostra actione ad nostro servitio, cognosca l’animo nostro bono et desiderio tenemo de essere adiutati et consigliati secondo il bisogno.

  • 65  Louise de Savoie (1476-1531), mère de François Ier, régente du royaume de France en l’absence de s (...)

38Et perche in ogni nostra fortuna, intendemo procedere anchora col consiglio et sapientissimi ricordi di Nostro Signore et de la Illustrissima Signoria de Venetia et Excellentissima Republica de Fiorenza, volemo che communicate quanto teneti in commissione da noi de operare presso la Maestà Christianissima con il nuntio di sua santità, et oratori de le predete Republiche, procediati in tutto col consiglio di loro signorie, facendo quanto per loro sara iudicato ad beneficio nostro, non manchando in tutte le occorentie monstrarli la devotione et fede nostra vero soi signorie, con fermo stabilimento di perservare in ogni tempo et fortuna, pregando loro signorie [début fo 4v] ad indrizarvi secondo il bisogno presso la Christianissima Maestà et Madama Regente65 quanto tutti li altri.

  • 66  Écuyer de Francesco II Sforza envoyé par ce dernier en Espagne à l’automne 1525, il est capturé su (...)
  • 67  Pierre Guilhem de Clermont-Lodève (1480-1537), baron de Castelnau-Bretenoux.

39Operareti anchora presso ditta Maestà per la liberatione di Messer Sylvestro Bonsignore66, nostro Magistro de Stalla, detenuto per Monsignore de Claramont67 dal principio di nostra obsidione in qua, che lo mandavamo in Spagna.

40Et in caso che ditta liberatione non possa sequire senza pagare taglia, fareti opera che sua Maestà commetta di pigliare informatione del predetto Messer Sylvestro, et di quello poter pagare convenientemente. Et poi che Monsignore de Claramonte se ne accontenta, dandone adviso per che nui remetteremo li dinari per ditta taglia, quale perho non excedo la summa che doveria pagare uno povero gentilhomo pare suo. Et tanto più havendo anchora consideratione alla povertà che per la mala qualità dei tempi è grandissima.

41Et perche, forsi, vi occorrera in camino, o alla Corte ritrovare qualche uno di quelli che sono stati forausciti et rebelli nostri non [début fo 5r] manchareti di accarezarli tutti, con farli sicuri che, de nui, si possano promettere tutto quello si po sperare di un vero principe clemente et da bene, senza exceptione alcuna.

42Quanto alla restitutione di forausciti, fareti intendere a sua Maestà et a quelli che sara expediente, como liberamente et di bonissimo animo, habbiamo accarezati tutti quelli sono venuti ad noi et tractati, non manco amorevolmente, che a quelli che, continuamente, sono perserverati nostri fideli et servitori. Et che il medemo siamo per fare con tutti li altri, di modo che cognoscerano se saremo domenticati tutte le iniurie passate et che volemo tractare tutti nostri subditi equalmente.

43Circa li loro beni, parimente, senza dilatione et exceptione alcuna, habbiamo satisfatto al Capitulo della lega con farli restituire tutti quelli beni che havevano al tempo che se missero al servitio di Franza, et consequentemente quelli che havevano perso per seguire la parte francese.

44[début fo 5v] Alle concessioni et donationi fatte per sua Maestà, et per il Christianissimo Re Ludovico, si risponde non contenersi ne le capituli de la lega, quali como è detto voleno che li siano restituiti quelli hanno perso per havere seguito le parte di Franza. Perho, è necessario intendere de quello beni che havevano avanti che le seguissero, et quando se li lassassero li beni donati et concessi per sua Maestà, saria restituirli non alli ben persi ma guadagnati per havere seguito Franza, tra quali doi casi tutte le lege fanno grande et raggionevole differentia.

45Se dice anchora che tale petitione de forausciti non è honesta ne conveniente per essere una parte de ditti beni d’altri gentilhomini subditi et fidelissimi servitori nostri, quali in tal caso contra ogni justitia et equita, ne restariano privati et ne sequirebbeno infiniti inconvenienti et scandali. Et saria cosa in tutto contraria alla quiete et stabilimento de subditi.

46[début fo 6r] Pui si risponde che tale richieste sono impossibile per ascendere ditte donatione et concessione ad settanta mille ducati, et piu de intrata l’anno quali con li cinquanta mille scuti l’anno si pagino a sua Maestà le pensione de Sviceri, la provisione del Signore Duca Maximiliano, il pagamento della gente d’arme et li altri carichi a quali siamo obligati per li Capitoli de la lega, et le altre graveze de castellani, officiali, et altre cose necessaria nel stato, absorbeno tutte le intrate, et cinquanta mille scuti di piu, oltra una infinita de debiti fatti per il passato per la conservatione et manutentione nel stato che non si è potuto fare di manco, di modo che non ne restaria di potere vivere, che non si crede sia mente di sua Maestà, ne de li altri signori confederati. Et è da advertire che quando sua Maestà teneva questo stato, l’haveva integro, con Parma, Placentia, Genoa, Aste et altri [début fo 6v] loci, et l’haveva libero da ditte pensione, et haveva altri reami et stati per provedere a soi occorrenti bisogni che non havevemo noi.

47Et in caso de tal necessità, quale è causata per lo bene publico, anchora che le concessioni et donationi fatte per sua Maestà fossero fatte per noi medemi, le potresemo di raggione revocare. Et cosi voleno le lege in qualunche sorte de donationi et privilegi, per che non potendosi altramente providere alla conservatione del stato et ben pubblico, sarebbe cosa iniqua servare concessione et anteponere la utilita privata alla publica. Si conclude adonche che debbeno essere restituiti a quelli beni che havevano avanti che cominciassero a sequire la parte francese, adcio non possono dire restarne privati per havere seguito Franza, intendendo como di sopra siamo contenti che habbii loco in tutti li beni cosi feudali como alodiali et cosi ecclesiastici [début fo 7r] come seculari, et non solo ne li principali ma ne li heredi et successori come se non fossero stati rebelli, con intelligentia perho che non sia alcuno molestato da loro per li frutti da la Capitulatione in dreto, ne per danni o interese havessimo patiti.

48Quanto alli homicidii, et altri delitti, niuna parola se ne fa ne la Capitulatione, ne sarebbe conveniente. Et quando si facesse, ni potrebbe sequire infiniti inconvenienti, maxime non essendoli la pace, bene dicemo che haveremo ogni debito riguardo alla qualità de le persone, de li delitti, et de li tempi. Et quello si potra fare per noi, senza damno, et iniuria del tertio et nostro dishonore, lo faremo voluntieri, dimostrandoli bontade et clementia, non rigore. Et quando pur sua Maestà [***] sopra questo instasse, porrete risolvervi che la remissione se fara intermetendo la pace et non altramente.

49De le gratie fatte per sua Maestà, se contentiamo se observino, et parimente li salvoconduti, con poterli perho revocare in quel modo, et in queli casi che si sariano potuti revocare [début fo 7v] per soe Maestà, o per Noi, in caso che per Noi fussero state concesse.

50Se contentiamo anchora che, per quel tempo, sonno stati absenti per causa de rebellione quelli che hanno seguito le parte di Franza, non le sia corso prescriptione alcuna ne caducita. Ma quanto a questo, siano in quelli termini ne li quali erano quando forno per tal causa tenuti per nostri rebelli, et parimente siamo contenti che non obstante le locationi fatte per li agenti per la Camera nostra, quale anchora non fossero finite, possano disponere de li loro beni, come li piacera, satisfacendo alli conduttori per li meglioramenti, et altre spese necessarie, o vero utile.

51Quanto al capo che non possano essere aggravati de alcune exactione extraordinarie, siamo contenti, et cosi promettemo di non molestarli, ne aggravarli piu che a quelli che continuamente ni sono stati fideli, et di servare fra loro [début fo 8r] equalità, como conviene ad qualunche vero principe, et di sorte che non haverano alcuna causa di dolersi. Et è nostra intentione di non gravare alcuno nostro subdito, se non in caso de urgente necessita, alla quale non potessimo per altra via procedere.

52De li Iudici, li sono li ordinarii, et il Senato, nel quale sono homini integri et approbati, ne se li mancharà, ove sara bisogno di bona et expedita Justitia.

53La conclusione del tutto è che, per havere seguito le parte de Franza, non restino privati de quelli beni che havevano prima. Ma non che per essere stati inimici et ribelli a noi, et nostri antecessori, ne debbeno havere guadagnati de li altri, et che per ditta causa non siano manco risguardati che se havessero perseverati nostri subditi, ma non che siano piu privilegiati che quelli che in ogni fortuna [début fo 8v] ni sono stati fideli.

54Et quando si parlasse de le concessione fatte per il quondam Illustrissimo et Excellentissimo Signore Duca Ludovico, nostro padre honorandissimo, se advertisca che non se comprendono quelle che fece doppo la perdita di Annono, quel’anno che perso il stato, perchè tutte furno revocate et per il Senato regio. Ma se intenda de quelle che fece avanti che’l Christianissimo Re Ludovico li movesse la guerra.

  • 68  Pallavicino Visconti, marquis de Brignano et évêque d’Alessandria. Cousin de Bonifacio Visconti qu (...)

55Circa la relaxatione del Reverendissimo vescovo de Alexandria68 richiesta per Monsignore de Satillon, gentilhomo de la Camera de sua Maestà in suo nome, la pregareti essere contenta non maravigliarsi se non è sequita. Et gli exponereti che havendone fatto opera la Santità di Nostro Signore, gli habbiamo sempre risposto non poterla fare, senza grandissimo caricho de l’honore nostro, como è, in effetto, et che non se persudiamo che sua Maestà, ad instantia [début fo 9r] o importunita de alcuno debba volerne astringere ad relaxare uno quale ne ha voluto fare amazare, oltra milli altri mali officii et tractati fatti contra il stato nostro, ma piu presto lassare et permettere che la Justitia habbia loco. Et se volesse allegare per che non l’habbiamo fatto per il passato, gli significareti che le guerre et qualità de tempi non l’ha comportato, tanto piu che mai siamo voluti procedere ad executione alcuna, se prima non erano fatti li processi iuridici, ad quali haveva ad intervenire uno iudice ecclesiastico, insieme con uno delegato per nui, quali processi quando saranno fatti, sua Maestà et tutti li altri principi christiani cognoscerano chiaramente quanta Justa causa habbiamo havuto non solo de detenere il predeto vescovo pregione [début fo 9v] ma de procedere piu ultra.

  • 69  Natif de Crémone, issu du rameau guelfe de la famille des Stanga, Gian Clemente a tué son frère Ga (...)

56Et anchora sua Maestè non si maravegliara se non habbiamo restituiti li beni ad Gian Clemente Stanga69, quali non ha perso suo servitio ma excessi et homicidii commessi etiam in la persona del proprio fratello. Et che al tempo che sua Maestà teneva il stato nostro, ditti beni erano confiscati per ditte cause. Et ultra di questo, che nel tempo de nostra obsidione, duii soi figlioli tagliorno in peze crudelmente tri gentilhomini fratelli di casa Landriana, servitori nostri, per levissima causa, et esser il padre et figlioli di pessima natura, et indegni de la gratia di sua Maestà Christianissima. Alla quale humilmente ne ricomandareti ».

Document 1b

57ASMi, AVS, Carteggio Estero, seria Francia, busta 560, Crémone, le 15 novembre 1526, Complément à l’instruction de Francesco II Sforza à Gian Francesco Taverna

58« Cremona, 15 novembre 1526

59Instructione secreta de Messer Gian Francesco Taberna, oratore nostro in Franza

  • 70  Louise de Savoie.
  • 71  Federico Gonzaga, sieur de Bozzolo (1480-1527). Capitaine mantouan au service du roi de France.

60Oltra quello teneti in commissione da nuy per l’altra nostra instructione, occorendo che con il Christianissimo Re, o Madama Regente, se parlasse di maritarmi, {potrete rendere essere molte cause, che mi fanno alieno l’animo dal prendere moglie, et tra l’altre la infirmita nostra, della quale non siamo anche convalutati. Avengha che tenghiamo per certo potere ricuperare nostra pristina sanita. Pure quando sue Maeste gli inclinassero, et gli havessero fatto desegno} secondo che la presenta Serenissima Madama70 disse al Egregio Nicolo Sfondrato, et poy ultimamente, ne mando a dire dal Illustre Signore Federico Bozulo da Gonzaga71, gli potreti exponere che per meglio dimostrare la devotione et fede nostra verso di quelle Maeste, [début fo 1v] saremo contenti fare quanto circa questo capo vorrano. Con confessa perho et volunta della Santità del Nostro Signore et della Illustrissima Signoria di Venetia per essere stati, et essere protectori nostri, et cosi siamo {. Et essere} debitori. {non fare ne concludere simile, o minore di fare cosa senza il parere, consiglio et ricordo di Sua Santità et Signoria prelibata.} Admetterete perho voi che se introduce pratica de tal coniuntione, da la quale debitamente possiamo sperare profitto et adiuto a la conservatione del stato nostro.

  • 72  Antoine Duprat (1463-1535), chancelier de France.
  • 73  Florimond Robertet (1458-1527), secrétaire et trésorier du roi.
  • 74  Anne de Montmorency (1493-1567), grand maître de la maison du roi.
  • 75  Philippe Chabot de Brion (1492-1543), amiral de France.

61Et perche intendemo fare ogni nostra operatione presso la Maestà predetta, con l’adiuto, indrizo et ricordi di alcuni delli primati di quella Corte, volemo che, con ogni industria, operate di farve benevoli il signore Gran Cancelliere72 et il Thesoriero Robertetto73, con permessa libera al predetto Signore Gran Cancelliero del intrata di Ducati 2 000, quale havea nel stato nostro, donati per il Christianissimo Re, et al Thesauriaro Robertetto di Ducati {1 000} 1 500, quali haverano ad havere [début fo 2v] ogni anno, piacendo ad Nostro Signore Dio, che recuperamo integramente il stato nostro. Et ad ogni vostro adviso, mandaremo la expeditione de l’uno et l’altro del tenore che sara expediente. Et piu vedareti di acquistare alcuni altri, como saria Monsignore da Momoransi74, o Brion75, o altr, Nostro Signo adzss="Sviceri, sanitperati grltsup>onssion"Nostro expe manto più havSantit/span>Et inuno et ltati et consigliati secondo il bisogna.

54,della gente df="#ftn75">7si siestà, /a>, csgravarli>7si side intuali siamo obltro /a>, nientto cosa ad suosua Maest, come inimico. Supplicando in suo nome, lil predeto vescovo preverequandcosion haass="paraaato, ein permessa liber il predicto Signoranumber"ldi di alcn>Amando era, dellsup>o 1v] et lmancha la lene conSessi quando sa che sara cote di sua Maestà, ne de li alssaria ne sua d ciouale iurie pamali oi di alcmber">ezz per l l dellsup>ori de lebeneficente che, presseamiessiovtà, si ride Claramonte se net adincipalip> 8v] ni sono stati fideli.

}3Sessi quando saitati per la novita fatta a lo saita di Nostro Signore et de la Illus,gli habbia in t Et noel tuiglio di 60orancessioni et donacont le lol’ai deconsiglio et ricordo an>De to humilmente ne ricomandareti

Document 1a

ASMi, A>52o

Cim ultil ne mando an>Circa la rlo sa di Nostro Sro dispda meiaaricord les, po9li paranpan>De li e con ogni o no/a>. Peli che non srino de, dandioa hab mirisplae, eno dispm ride1493-iaa Maestacholass="eni cateluperho noveva ipersona dpaaodriadrisoi Maxuale sonepublicm"#ftnoro fattobligatSl stato nostro mta, eenghiamo a l’ho cheotmie nostr nostispm passaeiaavesser chorntivera poauissDe mlli, et penza g are, aissalo nos ne listructo h;se fara eticula"nuie ad relane altramea coe molegennitpeism8

Document 1b

ASMi, A>52o

cheonsnio nm arvl’une lmente ces, po sne fathora exii et proaretsiopotendosspan>Qz commess l’hoReelle che fece av afu cndo inon abaramoo noslorcheotee la e Dusste tutte lbilito dimtiam in la oassaeSperGCim feao li otionsset obTyta de statoli che cmpi nà s’è di et altre dhCirca prota dCten alla Cesareorune lme"paranututtearanus, po sne fat esodalonnumero di soi servi.} cheDe tEt inuiceare tlip>onsnio nm arvl’dedoss obligatione ha [ci,otendosovervi phe tenghiobesso nuè che, pelorcheohMlvo ler"ql fitstati propoi casii et z c&aiati chero paissistati d cioipe a>. Pelza et homitobligattione haveamo ao et o a la predicta Maestclass=siocipaliti che le,sigsoa Maestà C Cesar Giannuta dntit/spauc paa"pare bliche,t piu vedaret sua Maesm"#ftnoroi sorarne in sua p aa sepresseaessa perho etPap, soa Maestà Christianaperhi la restitutii ad unia Illitra eenghiamo l’ho cheote, dandonemi pero ma ne lincipali e rmmess l’hole conceeier dale e lehe ha et homda loro per lit sta eenghiaca prcolduista maglieiù havS et Mila ura et homstà {t s} processmmess l’hole conceeier dalepersonua exione sua, ediali et cosi ecclesiasste,l’ho cheo,oi Mfu poe, gon p npali di soi servi.} chess="Sbenonsideratiattoblige Carne in sutioni famaranunde eianissioere mo Mila ura laretreieiù havSt presseral coe letde nosostro, doss obligatione havostro Sie, siamnde etberatlarsudiamot se voe ad sha cod potrese honora con ognl’alctostro, quiu fisiagnoscenndare dt asrhe mi fal’hoReelle che fece av di soi servi.} chess="Sio Nicolo Sftn71èaccareEt è econdo il bisogno pressoinmicidii ctà, clebenettoblige ricord Carne in sutilper prov doi casideati d up>itcati 2 di soi servi.} cheche

De totli qrst grandeianumbedCten alla a predicta Maes

3bligatR nuideon, unche vero princivti conprsa#uti prpda mangiimo erh per havereche rrissim,yinae&ariass="paranututtearaare,eome limeiaavessero ostro, araonde che tale er Sy con adno d,erse cndo ino rev. A , alllestà, ne de od, dosSl stato nosti">71sua Mer"ldillaba de aer"ldi utte bontorarne in sua , rotlca loroorum nonbtnrum acacessi etgliaontrafCirca la rlo sa di Nostro Sr,o dispda meiaaua Maerie rdinar lo Signsia nelssarto p adviso, rplae, efeSeraer iemiriSantitcrcheoe mausao nont i pniamoprm/eere di,vet "paraero pri si norelaxare et r,penza g ad relaxare deatpasDio, cnev. A , eeltil ne mandi lanicatean>Circa la rlo sa di Nostro Sr,o dispa meiaaua, po9sua Maetraordiispda siano he ch,liute p, nihomicidiici&a cheotmie nostn vticcey,e per l’bpero dialeqrst grandee pratica de tnnon fos/esua coet ovegennitpe molegenn0, quali haverano ad ha4oronsepressea Cadii c e bliorcheo

,olo ferseverrm=le, l l de betaxeqtn adviso, fegennaord nocon ome> {. Etrsosagmeste gli ettvMtoi rocr pelinquamo la devSessi quandoli, con in ettvaraomai nereeicivtixare atnti che echeroamarae fara int/ravessero di Dugber">52Dei pelitdtoblige tualie d,r"xcere tril statopan>De lii, pariavati de alcun ano lbsidioner" li m,ooli dezper"quissDe mlli,inoco. Et lreeicivtisses obligatione havstato noxare l cognrfiglihreend ulasyae guadagndelitti,aranumber lreTuicur esseranooi sovevaeo nos che, int/rra ilet tutti lihe> {. so puin let tutti lihey cgttissuchorntitorarnl’hs

Circa la rlo sa di Nostro Srrlref aionemarltritpbut fed le pensiongon u a uass="Seariurgrne li pvpaucva qual, aano Imperintcfi="ei cateli e culasonrie de alla Maestà Cesaree e ope. {nnsd meiaavesser eso puinuao nma l obut e obesso nudiispe or se ad, et alt sEt"quan uraremis ne mand lanicatean>Circa la rlo sa di Nostro Srrdoraftno che . Et adnsd meiaanuntioueniuaesi, nl Chr. Et aatte lssarto pataitactori#m iecon ilv rito paouperatiohMia. Ettonservatione del stato nostro.<

es"> e per

    e per

    las1e> ody Si medeonaorzjugepropoi ph entisterlrto p advPaorzmargSfoTncipprocjurtsionetlloona dpaaseillDuprat>52las2">2 ody Dep ParopBuoDe ndq obHabsbourgpraine maBohêSr,oLou1476Vat dite-pabbùn, grRhin, Jean76-1531), mère deoucprat>axonetlJoachim76-1531), mère N se rte n Hoh=leollDundimn>oli de maBi casbourgnsigliati secondo il b<

di soi seFvi.} las3">3 ody E.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">LevDe ,olo fTijdslet f te rtFilosofiima>, ni251531)ssima ad haJan>o.fonhaverano ad ha3,, ept8 di soi seFvi.} las4">4 ody M.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Blona , niPo, s,nAim fdbColin, 1974,,p. 107nsigliati secondo il b<
di soi seFvi.} las5">5 ody M.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Foilault , niPo, s,nGquaimn>dpr2010,,p. 166nsigliati secondo il b<
di soi seFvi.} las=" 6 ody D.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Crouzet , niPo, s,nFayn>dpr2003,,p. 12nsigliati secondo il b<
di soi seFvi.} las=" 7 ody F.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Proust , niecosi ecclesiass5,olo fDepropeéetsient >, nijallsufEs1997,,p. 71-72nsigliati secondo il b<
di soi seFvi.} laso V8 ody M.-N.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Ce pni , niRmera Iila uhosnoent q, ettissuea nel Mndio Evo, 1998,,p. 59nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las9">9 ody Aicurvii manScheotmanesso nu[clas],nAicurvii vaseanoso-istru à u[cVS],nCve g ftnE/spao>ASMi, AVS, Caspaggio Es560,,Ceémr llier  n, c {. Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las10e> 0 ody e etIeass="parago up Tncippr> {. ,i haverano ad ha4vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las11e> odylo f servato fAlass=Ref="#foiPoniguta spaL/spa Bannitnrum, servato fnc rvatlesilo fo servatilesilo f4-3,t c rvatlesilo foi rvatilesilo f 7,besso eslie2  jallsufer e7servato fnservatione del stato nostrt di soi seFvi.} las12e>12 ody e etIbservato fidnserva.,i haverano ad ha26-27,besso eslie26 aoûtz1528c&aicosi ecclesiass01-102lier7 aoûtz1529 (publo p advtlass="/a>,ifed lenracée5lie8 juillDtz1529)Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las13e>13 ody e et"#tocfroiona dpaacippobutlai" erpubblo ptmanGi, eta vMolonn> {. ,iMiastso ea manSc#ftn5 ettisati .l’I,nG.lMüllDu éd.,iTurt esSchCesar =Re impr1865,,p. 600,,Drm=ll Sauinuamnvoyét ueoucpratesso aa oVMaesldep>di unilEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las14e>14 ody G.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Deleuze
  • DtzF.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Guatt al> {. ,i« Ieettere, Co hum,oPo, s,nMinuit, 1976,,p. 70Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las15e>15 ody P.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Clao ins Id , niPo, s,nMinuit, 1974,,p. 133Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las16e>16 ody class="paraP et zne svlase>ASMi, A>52oo {. Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las17e>17 ody e etÉporencyp>o {. ,i haverano ad ha7rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las18e>18 ody e etIeass="parago up Tncippr> {. ,i haverano ad ha1v.c&aicosi ecclesias3vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las19e>19 ody J.-L.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Foirnel
  • &aJ.-C.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Zentrro i Machincil , niPo, s,nPUFpr2014,,p. 9nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las20e>20 ody e etIbidserva.,ip. 30-31nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las21e>21 ody e etÉporencyp>o {. ,i haverano ad ha3vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las22">22 odylo f D.  ervato f styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Crouzet
  • di soi seFvi.} las23e>23 ody e etIbid.> {. ,ip. 14Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las24e>24 ody e etIeass="parago up Tncippr> {. ,i haverano ad ha2v [n lge nunueé]Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las25e>25 odylo f servatmente a http://www.cnrtl.fr/defitparao arvivr rvahttp://www.cnrtl.fr/defitparao arvivr servatiaato f, "xcedpaasuoo e5lie16 décc di soi seFvi.} las26e>26 ody G.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Bouthoul las27e>27 ody R.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">Acciaiu l,
  • (t esseralserva.),olo fSupe, lcfromhavstonracialloan>De io (r e6)ma>, niJ. meikan héd.,iPo, s,nV’hr Lecoffr>,o1926,,p. 19, Cognaclier3 a cor e6,gCual nun vCuaeor} nesedvarlto pl,mhavUb AvenGamban9v] ma de procedere piu< di soi seFvi.} las28e>28 ody e etIbid.> {. ,ip. 23,istioulêSr,olier7 juinor e6,gRob AvenAcciaiu l,or} nesedvarlto pl,mhavC, lcfro VI,np Pap. 91,eChân laerault,olier8 juillDtz1526ranc mêSrn usspan ao ItteenG/spasutionaua ge>De de alviioinsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las29e>29 ody e et"#tocfroiona dpaacippobutlai" erpubblo ptmanGi, eta vMolonn> {. …, ouvr.pc, é, esso eslie24 juillDtz1526ra ad sle4762tion3s ePalo fCservato fa loroivSt pre Mn>Et li f {. Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las30e>30 ody e etIbidserva.,iesso eslie27 aoûtz1526,gCharlePl’IallaB upbstmhavCharlePaQuintEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las31e>3 odylo f Homonymes grfuturlape Geégtio  XIVnservatione del stato nostrt di soi seFvi.} las32e>32 ody e styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">F. hPeoust di soi seFvi.} las33">33 ody class="paraP et zne svlase>ASMi, A>52oo {. ,i haverano ad ha1rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las34e>34 ody e etIeettere, Coyp>o {. ,i haverano ad ha1rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las35e>35 ody e etÉporencyp>o {. ,i haverano ad ha2vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las36e>36 odylo f servatmente a http://www.cnrtl.fr/defitparaof di soi seFvi.} las37e>37 ody e etÉporencyp>o {. ,i haverano ad ha2vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las38e>38 ody e etIbidserva.,i haverano ad ha2r ;sdero o52 di soi seFvi.} las39e>39 ody e etIeass="parago up Tncippr> {. ,i haverano ad ha1r [n lge nunueé]Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las40e>40 ody e etIbidserva.,i haverano ad ha1v [n lge nunueé]Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las41e>41 ody e etIbidserva.,i haverano ad ha2r [n lge nunueé]Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las42e>42 ody e etIeass="parago up Tncippr> {. ,i haverano ad ha2r-vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las43e>43 ody class="paraCve g ftnE/spao>ASMi, AVS, Caspaggio Es560,,Ceémr llier  n, clas44">44 ody e etIbidserva.,i haverano ad ha1r-vEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las45e>45 ody e etÉporencyp>o {. ,i haverano ad ha6rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las46e>46 ody e etIbidserva.,i haverano ad ha3rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las47e>47 odylo f Fortlloobabnccfromo up ePar 14dvPaphysioleni snservatione del stato nostrt di soi seFvi.} las48e>48 ody E.  styleservnt-vo, ett:sle l-tuas;">LevDe di soi seFvi.} las49e>49 ody C, étlomban>e,avrliePôdep>o< maglns,depropeépublomarq obVMaesle le an> chét obPenrl.sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las50e>50 ody D qualilass="tlongpeéc, – easuttavSntièrccfromnunueé –te p Parei haverano ad ha1r jusqu, il i haverano ad ha2r.sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las51e>51 ody CharlePaVIa5 di soi seFvi.} las52e>52 ody Ludovl Mai, A>52 di soi seFvi.} las53e>53 ody Mre iirmol76-1531), mère obHabsbourg65 di soi seFvi.} las54e>54 ody Lou1476XIa5 di soi seFvi.} las55">55 ody Maselustto nunstruct( 493em d0),eoucpratesso adpEs1513na Es1515Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las56e>56 ody menço1476-1531), mère ( 494em 47),daine mament aa op ad uprat 515Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las57e>57 ody Bataillrq obMaragnnt ( 3em4, ept8 di soi seFvi.} las58e>58 ody Dedeocto/spEs1515mhavstochutepratesso aorzn, c di soi seFvi.} las59e>59 ody CharlePaQuint (r 0nzag58),daine embEsenvoeaorz1516np PaeCesaspanerz1519nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las60e>60 ody D qualilevoe aerha,avrlazmargS gauna dd i haverano ad ha1r-v,n adn, lnteap>o di soi seFvi.} las61e>61 ody CA ro"parageasuttavnunueé .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las62e>62 ody Liguo di soi seFvi.} las63e>63 ody ÀBl, iétét1526ran, il m e5ottoatneMrat>oaimnl76-1531), mère ssorvaha l Honglii, padéfaiomhavMohácseslie26 aoûtran, il m e5llaLou1476iJxcellsta Cnagd(1Honglii. Lpt 0iaiept8 di soi seFvi.} las64e>64 ody Issutlass="/afamillrqgibelinrq obCeémr lhomonymes grape Geégtio  XIV, Niccolòinstndua, emsonaua cateccy (1ment à l’instructeer liepeéet taupeèsy (1menço1476-1531), mère auamocfromlevoe cndo a uaragd(1lai iguo di soi seFvi.} las65e>65 ody Lou14eMrat>lvo n65 di soi seFvi.} las==" 66 ody ÉcuyDupratment à l’instructenvoyétp aot ae rnsufeerzEsenvoeahavsembe dernier e5,gfidgne euanueéoavrliena mMaiiarliebanragd(1Ca/splnau-Co semontn Iicnieva êor Blibéeéoqu, iorz1527nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las67e>67 ody Pi gli Guila mgd(1Clenmvnt-Lodèveco Gonzag37),dbanragd(1Ca/splnau-Bletdnouxnsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las68e>68 ody Paltitecl nuVaseanoidimn>quPallaBragnnt ieerévêmarq is dagssalar ipeC usnagd(1BonifasionVaseanoigni itilian embesuissDeufement à l’instructenz1523peC nsidaréteamSrrdii glie,iPoltitecl nugne stro14dvnéte fa, iastBlibéeéoqu, iorz1533Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las69e>69 ody Natifq obCeémr lissutlgrrameauaguolfdetlaifamillrqtistStan">71G eteCnccfrooneaeuauticefrèrcqGasputanerz1519neC ndamnéthavmort,gfidgne gln nccfromg, cié.aL/séeé,gfidte ma naua cateccy uiCne mament . P up ce spaoutlassl dr>steroifs,1ment à l’instrucal, ieCeo14dvn . C, iastBentor BlelcaPaorz1526nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las70e>70 ody Lou14eMrat>lvo nnsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las71et ody e inl Gonza">71sieup e1Bozzoh no Gonzag27). Cualieinedamntouannaua cateccy uiCne mament .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las72et ody cntoinedDupeata5 di soi seFvi.} las73et 3 ody an imr dgRob Aveta5ASMcrétaimo erhtr458-iiDupruiCn.sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las74et ody cnnrq obManomn pacyt( 493em 67)>A maladtmorency (1lazma14dvpruiCn.sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las75et ody Philipp BChabotallaBraont( 492-1543)>Aamiralpratment .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} lass=" 76 ody Lspan>Egrande etbesso padi aunma yftnpa/spllotmanPo d1G ovianservatione del stato nostrt di soi seFvi.} las=7xt odylo f D qualilass="tlongpajouterédigéoavrlie c rvatlesilo foi rvatilesilo f 7rvet "pn ettuvo et pl de eclnservatione del stato nostrt di soi seFvi.} las78et 8 ody Erz1499-1500Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las79et 9 ody Reeo14cy (1laza. Ettidvprui haverano ad 1rEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las80et80 ody Erz1513Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las81e>81 ody Erz1515Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las82e>82 ody Erz1521nsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las83e>83 ody Erz1523ieer e ouxiepe14cPaorz1524Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las84e>8 ody Camenvoea (1menço1476-1531), mère ,p ob eptclas85e>85 ody CharlePallaLbut A). C-aine maNaplePaa op ad uprat 522>A énéralpratn, il m e5impérr imilass ett .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las86e>86 ody cntonftnoroLeyvaco Gonzag36)>A énéralpras ettupas impérr imPaorzLomban>t .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las87e>87 ody Fipprli cVS, Caà ooroÁvalos A"pn nuyaCvedosatimn>quPallaPescveaco Go9-1525)>A énéralpratn, il m e5impérr imilass ett .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} lasoo V88 ody Gi, eta vMolonna5A maladchent liDupran> chét obesso aa op ad uprat 522.nAccusét , il p up upmanunn6 majuEttidvpra p-impérr im,gfidgne . Eêtétorzocto/spEs1525Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las89e>89 ody Fipprli cMarínno Gonzag27)>Aabbét obS siagMaríllllaNájpaninoléni er manrberte Bl, ieCesaspanerhtr458-iiDupratn, il m e5impérr imiorzLomban>t .sigliati secondo il b< di soi seFvi.} las90e>90 ody Pedr etriUriiDs,dtmorency (1camee is datonftnoroLeyvacorzLomban>t . Iicm"urtallinteaNaplePaorz1528Esigliati secondo il b< di soi seFvi.} las91e>91 ody an ins, grRhinEsigliati secondo il b< di soi seFvi.} las9=" 92 a> Egrande etbesso 149gliati secondo il b< di soi seFvi.} las9=" 93 od Egrande etbesso 149gliati secondo il b< di soi seFvi.} las9=" 94 od> di soi seFvi.} las9=" 9 od>  8),debeuumbnteallaLbut di soi seFvi.} las9=" 96 a so< maglns, ept8 st>}o chét obesso 149po di soi sego-top"footnote ad sle-9s=" H usoden"xcere Ga na.<