Navigation – Plan du site
Actualité de la recherche
Livres en note

La revue Balthazar

Laurent Dubreuil
p. 124-125

Texte intégral

1Une revue nommée Au hasard Balthazar fut d’abord une songerie, une espérance pour son créateur, Stéphane Delorme. Le projet donna le premier numéro d’un a-périodique nouveau en 1994, qui voulait parler de cinéma autrement. Il a fallu plusieurs années, et la constitution d’une équipe solide autour du fondateur (Sophie Charlin, Cyril Béghin, Mathias Lavin) pour que naisse Balthazar, le semestriel qui s’intéresse au « cinéma contemporain ». Désormais, le rêve est familier, il existe également dans le monde courant, et il voyage dans Paris, en province, même au Québec – en attendant plus, bien sûr1. Vieux combattant du premier front, puis invité régulier, j’ai beaucoup de plaisir à présenter ce qu’est désormais cette revue.

2On peut discuter de la contemporanéité, mais ici il ne s’agit pas d’une bête catégorisation. D’abord, il n’est pas question d’analyser toute la production actuelle, mais bien d’opérer une sélection. Et puis, on garde en tête les œuvres plus anciennes, les plus fortes, celles dont le temps est forcément notre présent continué (Bresson, Tarkovski, Hitchcock par exemple).

3Le numéro 5 est sorti en mars 2002. Formellement frère du précédent, il est lui aussi un in-quarto impeccable, d’une grande beauté, d’une grande clarté. L’élégance est le don d’une rigueur et d’une exigence éditoriales rares. Balthazar n’est pas dogmatique (et pas très Dogma d’ailleurs), on n’y délivre pas de manifeste. En revanche, les contributions se rejoignent sur l’essentiel. Il y a des dieux lares. Pour aujourd’hui, citons à coup sûr Terence Malick et David Lynch auxquels les numéros 4 et 5 ont respectivement consacré un excellent dossier. Dans la même zone internationale, on ajoutera Manoel de Oliveira, Abel Ferrara, Paul Verhoeven (au moins pour son Starship Troopers). En France, Balthazar s’est fait connaître du petit milieu pour ses positions sur le jcf — alias le « jeune cinéma français » (cf. articles dans les numéros 3, 4, 5) : refus du réalisme bon teint et d’une génération de la médiocrité réglée. Poursuivant cet engagement esthétique, la revue a noué des relations privilégiées avec un autre cinéma français, celui par exemple de Philippe Grandrieux (Sombre) ou de Bertrand Bonello (Le Pornographe). Cela donne, en plus des articles d’interprétation, l’édition de morceaux de scénario, des entretiens approfondis.

4On l’a compris, l’analyse pratiquée ici ne se contente pas de produire du théorique. La revue fait une place à la parole des créateurs (dans le n° 5, on peut lire les entretiens avec deux réalisateurs, Lynch et Tscherkassky, et avec une actrice et scénariste, Zoë Lund ; un extrait inédit en français d’une autobiographie du photographe et cinéaste Larry Clark). Elle veut aussi développer la parution d’œuvres, comme les extraits du film non réalisé de Zoë Lund, ou d’innombrables images dérobées et recréées.

5Avec le même souci d’ouverture et de cohérence, le cinéma (un peu hâtivement qualifié de) « commercial2 » et « l’expérimental » sont considérés de même dignité. Le groupe « Étant donnés », les recherches contemporaines en Autriche sont aussi bien commentées et présentées. C’était d’ailleurs une des forces du festival Balthazar qui se déroula en mars dernier au Grand Action que de confronter dans les salles des œuvres de destinées (et de natures) fort diverses. À la limite du cinéma, la revue commence à explorer les essais vidéo de l’art contemporain, avec les installations de Laurent Goldring, qui filme des corps tendus dans des situations impossibles.

6Balthazar est une revue de passion. Elle demande à ses lecteurs beaucoup de curiosité et une volonté d’interroger la fulgurance. De nombreuses pages sont d’un grand niveau critique, évitant la rapidité journalistique et les pesanteurs universitaires. On va vite parfois, mais pas superficiellement : à la vitesse des meilleures solutions du cinéma actuel. Une passion qui pense peut se partager, Balthazar ne propose rien d’autre que cela.

Haut de page

Notes

1 Pour obtenir la liste des lieux de vente, contacter revuebalthazar(at)clubinternet.fr ou, au siège postal, 2, rue Jean de Beauvais, 75005 Paris.
2 Dans le n°5, p. 29. L’expression figure dans un entretien avec un « expérimental », le contexte l’a peut-être fait surgir malencontreusement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dubreuil, « La revue Balthazar », Labyrinthe, 12 | 2002, 124-125.

Référence électronique

Laurent Dubreuil, « La revue Balthazar », Labyrinthe [En ligne], 12 | 2002, mis en ligne le 13 avril 2006, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/labyrinthe/1212 ; DOI : 10.4000/labyrinthe.1212

Haut de page

Auteur

Laurent Dubreuil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page