Navigation – Plan du site
Comptes rendus -- Liburu ikertzeak

Descamps, Florence : L'historien, l'archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Préface de François Monnier, Avant-propos de Dominique Schnapper, Comité pour l'histoire économique et financière, Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Paris, 864 p., 2001. ISBN 2-11-091051-8

Charles Videgain
p. 368-369

Entrées d’index

Thèmes :

littérature

Chronologie :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

1Malgré son titre et les institutions qui ont aidé à sa parution, je ne saurais trop inviter le dialectologue ou tout chercheur soucieux de recueillir de la matière orale à consulter cet ouvrage dont la richesse ne peut être exprimée en quelques lignes. J'ai eu l'occasion d'en tirer parti dans une intervention effectuée lors de journées organisées par J. Salaberria, I. Gaminde et al. au sein de l'UMR 5478 CNRS, avec le soutien d'Euskal-Ikaskuntza, à la Faculté de Bayonne en décembre 2001.

2F. Descamps est pénétrée de son sujet tout en gardant la distance nécessaire et surtout – on n'insiste pas assez sur ce point- en ayant présentes à l'esprit toutes les phases d'un projet de collecte orale ainsi que sa faisabilité. Je n'ai pas lu son ouvrage dans la perspective d'un historien ni pour me situer dans la polémique entre tenants de l'histoire écrite ou de l'histoire orale. J'ai pensé à l'extraordinaire aide qu'apporte cet ouvrage pour quiconque – individu ou personne morale- veut lancer un chantier à partir d'enregistrements oraux auprès de locuteurs-témoins-informateurs considérés comme des ressources pour mieux connaître tel ou tel aspect relativement peu ancien de notre société, mais qui peut être en voie de disparition ou d'évolution accélérée, et ce en complément de l'écrit ou en son absence. Dans le désordre, je crois à la nécessité d'enquêtes sur le patrimoine immatériel comme les lexiques traditionnels (bouchers, marins, médecine populaire, pasteurs, charpentiers, etc.), sur les diverses organisations au sens large (partis, syndicats, groupes de pression et mouvements de contre-pouvoir), plus précisément sur la sociolinguistique à partir d'histoires de vie (auprès de ruraux bascophones venus en côte basque, de réfugiés, d'exilés : l'école de Chicago s'est beaucoup intéressée, pour des raisons diverses, à des gens ne faisant pas partie de l'élite) avec peut-être un accent à porter auprès des personnes âgées sur des thèmes comme l'école, la mécanisation, l'enfance, la frontière, la propriété, la guerre etc.

3L'ouvrage commence par une partie historique rappelant les débuts de la source orale, en particulier autour de l'école de Chicago et la méthode des ‘histoires de vie’. La résurgence de la source orale en France est ensuite tracée avec d'une part les efforts des folkloristes et les difficultés en histoire à lui accorder toute sa place, place qui ne s'est affirmée que récemment. Le concept d'archive orale permet un basculement qui s'est produit il y a une trentaine d'années au sein d'institutions pourtant bien pourvues en sources écrites (Sécurité Sociale, Marine, Quai d'Orsay etc.). La deuxième partie, très informée, fait le point sur l'ingénierie des archives orales sans se limiter au seul aspect technique de la question. Ces pages me paraissent essentielles. Plus précisément, les pages sur la préparation et conduite de l'entretien sont décisives ainsi que sur la nécessité de constituer un corpus utilisable pour la suite et susceptible de multi-lectures. Les préoccupations déontologiques ne sont pas mises en marge. La troisième partie intéressera davantage l'historien proprement dit sur l'exploitation historique des archives ainsi créées : l'auteur ne nie pas les limites de telles sources et la nécessité de les soumettre à une critique exigeante. Enfin, la dernière partie aborde les développements possibles de la source orale en histoire : ce qui est dit des biographies ‘incarnées et situées’ est très suggestif ainsi que sur l'étude des organisations. Enfin, l'auteur propose une valorisation des archives orales par diverses actions de vulgarisation destinées si nécessaire au grand public. Signalons à titre d'exemple que les enregistrements réalisés pour le Comité pour l'Histoire Economique et Financière de la France forment un corpus de 2700 heures, ce qui est énorme (que l'on songe que l'Atlas linguistique du Pays Basque, chantier de l'Académie de la langue basque, qui a mis en application un questionnaire de 3000 questions sur 145 communes n'a réuni que 4000 heures de phonogrammes sur la matière orale basque).

4Nous conseillons vivement cette lecture à tout étudiant qui veut aller sur le terrain : les heures consacrées à prendre des notes sur cet ouvrage massif lui permettront d'éviter bien des erreurs pour une quête plus efficace et une bonne exploitation des gisements mis à jour avec les personnes qu'il aura interviewées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Videgain, « Descamps, Florence : L'historien, l'archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Préface de François Monnier, Avant-propos de Dominique Schnapper, Comité pour l'histoire économique et financière, Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Paris, 864 p., 2001. ISBN 2-11-091051-8 », Lapurdum, 7 | 2002, 368-369.

Référence électronique

Charles Videgain, « Descamps, Florence : L'historien, l'archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Préface de François Monnier, Avant-propos de Dominique Schnapper, Comité pour l'histoire économique et financière, Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie, Paris, 864 p., 2001. ISBN 2-11-091051-8 », Lapurdum [En ligne], 7 | 2002, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/1071

Haut de page

Auteur

Charles Videgain

UPPA & IKER 5478 CNRS
charles.videgain@univ-pau.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Videgain C. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • OpenEdition Journals