Navigation – Plan du site
Littérature

Le livre en langue basque durant l'entre-deux-guerres

Jean Casenave
p. 45-56

Entrées d’index

Chronologie :

20e siècle
Haut de page

Texte intégral

« Eskuarazko liburu bat gehiago. Pfu... eginen dute zenbeitek, soin gainak higituz, halako aire minthu batekin. Zerentzat ? Nork irakurtuko du ? »
« Un livre en basque de plus. Pfu... feront certains en haussant les épaules, avec une sorte d'air aigri. Dans quel but ? Qui le lira ? ».

1Ces propos d'Oxobi sont les premières lignes de la préface qu'il a consacrée en 1926 à Piarres, le roman publié en deux parties par Jean Barbier, respectivement en 1926 et en 1929. A travers cette entrée en matière provocatrice bien dans l'esprit des fabulistes qu'il savait manier avec finesse, Oxobi évoque la question du lectorat mais aussi celle de la « pertinence sociale » de l'œuvre en langue basque. Rappelons pour mémoire qu'un commentateur comme Julien Vinson indiquait dans un article posthume en 1925 dans Gure Herria que la littérature basque ne possédait pas les caractéristiques d'une production originale.

2On aura compris que les propos qu'Oxobi prête à l'un de ses adversaires prennent place dans un contexte marqué par la polémique. Cependant, il faut y voir peut-être avant tout un procédé rhétorique courant qui consiste à avancer une thèse de façon abrupte pour mieux la réfuter par la suite. Et tout naturellement, dans la réponse à ses propres questions oratoires Oxobi s'attache à démontrer que la création littéraire en langue basque est un élément déterminant dans l'effort de conservation de l'identité basque.

3Sans entrer dans l'étude de la dimension polémique de cette préface, il est intéressant de s'interroger sur les deux questions posées en proposant un rapide survol des conditions matérielles dans lesquelles apparaît le livre en langue basque à l'époque de la publication de Piarres, au cours des années vingt et 30. En effet, ces données concrètes font défaut à l'heure de réfléchir sur des notions de communication littéraire courantes ou encore lorsqu'il s'agit de mener à bien des études de réception de l'œuvre en langue basque pour cette période. De plus, il est inutile d'insister sur le caractère décisif de cette époque de l'entre-deux-guerres en matière de création littéraire, notamment pour le domaine qui nous intéresse ici, à savoir celui du navarro-labourdin littéraire illustré par Jean Hiriart-Urruty et Jean Etchepare mais aussi, après