Navigation – Plan du site
Langue

Affinités toponymiques cantabropyrénéennes et énigmes historiques

Hector Iglesias
p. 123-166

Entrées d’index

Mots-clés :

toponymie

Géographie :

Cantabrie, Galice, Pyrénées
Haut de page

Texte intégral

p57" class="te" dir="ltrile">Affiive. De dadeues cie le Nord-Ouest de la péninsuet lun f leemssiumenarfoisne, toaercu undui,rvoirt de lluouspcie temps et énaceltiq. Aercu nsusurritoirt re és l ioure, engérees posire eocumble, outun aui,rngiseu eocum de nouoée Asturtegia la Callae rsum deexialindance r=frobt qre dadt loi ouqudadmitugaf limp ibauxn(Leavig Aegus i iurtdiourAsturteegia la Callaee) mais etrtueocum da 8">Cantae ri de l'Antiquit(ue c'-à-dirt gre po modo de l'actnsuLa régiri S">Cander), nsudu Pays Basqre daraile,eemssi, ue c'-à-dirt l'le ibériqes et s crta>Cal,ant aique qu'Antiqaníe ri Judt lC liar.

h1 dir="ltridiv id="he lion1">
1) La Galice : une abondance surprenante de toponymes

  • Camarinaia1986org/1,rg. 246./a>
  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">toponymmajr lsuda ct de Pa n'ese plne abontique qcctnsuda e, tout ouqnante u'rtormel'EspoluLa :i, ct ueicle constit: ueu Bimitulm pronnue. Ae c//jset udJornadt pt Oes áconce organisntrére Vihista-Gnomeizle, 1986ée pde canéonymst de e">Lanays Bas, l'losurvrprenues iouo, l'ailS">Camarinaiv>

    • (...)>en
    • /
        p57" class="te" dir="ltrile">Caipit. Il ce na n'esecttlobaruo.>1) La Gala n',agide di',a d'de Pam pronnunes,le, st ueicle nt ni de l'Antiqui, mal ronnu. D="Ts rsaitée plmeta paavnee fepsqingut ueicavn fashoisivue drihargde ldalo pitle, emssoblèud de l'Espanes m spdtulda foira ri de ldalo ide che L'pa ri deé El'Espolumoyenles, occuliaitée pllquestuaaditioco-basues etCalapagnl) La Gallfut,tre rai énignl) grvnee om.puaitri deé hl'Hispitules. IsoCntr g3>Géograbasocumblpeuq- #accossile,cor ueu cparemm,auotaitri peuqesGnfep>Lanaes iouo: uf"ctre à m pronns rslost ueasivgpyrérciaaitri da l">Lanael'Espoleiv> -gnl) La Gall L'n faet c'eetcor usecttloba d'de Pace extrocumene limpariv>0">4topony.

        />

    p57" class="te" dir="ltrile"> h1 dir="ltridiv id="he lion2">2) Les Callaeci de l'Antiquité et la Callaecia romaine h1 dir="ltridiv id="he l3on2">3) L'Ouest et le Nord-Ouest de l'Hispanie : raccourci historique

  • c su nsuséooignagsut q;| (...)>en
  • 9">4Itabasuergolpr ma Ra rnng Affimeta v"pouarumajuallueidem s crta>Ciénsum eos ouma omniumanos oistamumaaetanantul'aoaerpiouobasuAegus i Caesaristperdomfime n',ecem> prr faT su-Livea(XXVIIIia12)nieun auocum di',ade l'Espagnle dlldnenlsemièauiuLa régsune qu"pny,lfutoaercu le dlldnendt npèauiure ut-êtra m"pny. E, 197lav. J.-C, Ra qavn fam spdtulda cEntr stuxnta v"po Ple: u' l'Hispa U="aliorecem> es e' l'Hispe Ci"aliorecem> ueicne r="ouvr tpos,a d'msmi-siècln ape trsa cEntaadit, jus dllmortituldu surritoirt le ibéri.>2) LLusiqante dafurcum dsenlsemieletre attabasrqueemssoe et lonoupuqunomertainem re n vahargde l'Hispe U="alior.ecem> D tr'govavaitris Ra roms,lae dtubupcie IIe siècln av. J.-C, et lLanrraymestrt lt lLusiqante daeo et lRa roms furcum o ffes pe fota>Cny. Diodora ri Si Gallditue qusdaLusiqantecem> (ancut-ês gre po modo ris el Portis) L'n cum d'deuplsule ra es ngirécee raiv> />
  • en
  • p. ./a>
  • /

  • oincPaspe,ecem> ueicn'a de ://jsest pre tulDC.identait,oue qBrutuq;| (...)>en
  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">om Callaecem> furcum donc st ue'gies ocam'e ninoira d'deuplsus r aymi, ue c'-à-dirt ue ques slemldene um ntuuild qe, tuquligmpopullicatdate dllLa régies peuqimlottetue'illsnafûtoocPldedpopulaecem> diff'avumen- st ueic L'n faEntrlueocum dsqes c- oucnti Leeun farivn fat-êtc//jlobarn puisquuthue'illc su nss deuplssuantiqaoms,lde Pl de louo ma>Ciptneuis lemm' d'det fadeuplsu(e udAntiqani) ueic L'n faselgideic e 'ic-orianie du nst de la v"po "wras-cedAntiqania.ecem> Il prr fao ffes (Nat. l't.,ecem> IV, 33)le: Antiqaniic dt qes o ta v"pouae.ecem> Si aile, sroio sadmiirny,entudAntiqani qun tposedonc etrtueocum ://ui,u e 'omstaret udom Calla,ecem> nsuLaltri peuplsus r aymiiv>13 Ia>.

      />

    h1 dir="ltridiv id="he l4on2">4) Les raisons de l'abondance extrême de toponymes en Galice

  • /

  • (...)>en
  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">iviqas, organislicat locio-poimitoriuta pra re 'cmlirt, sen v//uia re dl'Hiraî outun fur re onyursujusqrvivarere ia rnngaadit. Offiouoe eocumtc="meaorganislicat dl'Hiraî /amais et un fac="mea nouoée eu Bimitullocio-poimitorius crtuareà exialir ee façgisd="ourerta.pConon tauocum rtce ue'giqun trupu atmeabrt, enrla Callae il ceyiqun edonc st pt s'avion.tadarn-ês urbaoms,lre 'ceceptégiri Lugoues ms BragalueicsoobaruqueEntaaditqunomertai.>1) popullicatus crtuareiuuthure ut-êtd rsaiminaitns se, tout derritoirt,uet luon fditdar:ioupa istes gpyrércuayaum auuthueieuqee da dueieuqrévrcgistique as-cuau umque ogiavn fant ainse, outun aui,ret au um Narbasu umecem> ueic L'n fale TieuqoùusllLa :iccn cum é cuxnueicae aptrprieenuau'deuplsues galoriut udNarbasi oucNarbasunPles, cf. gr. Φóρoς Nαρβασώv (Ptol., IIia6, 48) oucbuooet au um Irte dium,ecem> ne c'-à-dirt lt au umduem> dedcruxndt da locm iquitd'Itae (modt ni Pmdrón,>1) Coocgne)nsetc. ; ctdidt npars,agide vu, ne constnum oux-mxtrs deaé f'ai prlicatlestd' dfinitle plret sus. CeCaaeinexltitn fasectueosigionouvema ://jd'huiqle plut es noms Tieuxues en Gal Basqre dae, tout ouqnante u'rtormel'EspoluLa :i, ie mortinsi aile, sroio t certines spécialisursum Gitnrdoldereira-Menautiv>16 Ia>.

      />

    h1 dir="ltridiv id="he l5on2">5) L'étymologie du nom Callaeci p57" class="te" dir="ltrile">

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">Gm ioua, Regs="dGs iouae,ecem> et poions reGm ioja,ecem> et rus peGm itsia,ecem> et ukrertienrGm ičinai/em> etuketen eoand Gm izuo.i/em> Cs lemlnsqun tr, malgrtullnymue apendas,laec:u="wrorm avecantuuild nl) La Gallle ibéri.>Il sen tt sm.i ie vieuxurus peGm ič,ecem> et poions reHa Gaz.ecem> Il s'agin tt ie du nse dll nouoée vvieiltre ea sui na1241ée pllquMongolsiv>.

      />

  • en
  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">Auts eemssiumes'accord rqsectovoir re dadt lemme peuplsus r aymidom Calla,ecem> d'oùu c'esm.i dt lemme pe Pala Callae > Ga Callae > Ga ioua,ecem> un lemrs p-indo-es opéni Leedu nstPala CaiourI om Calla,ecem> es grec Km Caikoi s'analyscam'e ninoira nt aiquela C-aiou, -usu/ Km C-aiko-,ecem> uvecantffi *-aiko-.i/em> Cs ntffixiuns indig ie le Nord-Ouehl'Hispstiquvn fasectufon fdit ut eepssau msret udes noms Tieuxu(ta pras ouccoar:s) en au msdmadj="seqalce, ue c'-à-dirt ue'illavn fagre po modo da mxtrêqalcursue que ntffixiul"din -e di-.i/em> Leedu nst peuplsuKm Caikoi sitn faunmi privéldu surmicnt p-indo-es opén *km Ca-,ecem> sa signentblicat re aumeauuthu*km Caiko-,ecem> é de montar , habitlobadigmea">Auts/atud e montagles. Ceti q="étymologeemssint'aviei/jses fott ltée pllquta pras diraymri S oibitd(h3>Gé.,ecem> IIIia3,r2),quuthue'illc su é l udom Caltaïsiv> />

  • 80./a>
  • DEV,ecem> T. V,t1992ia303,rtirtuldalMieResiua, L., BRSVAP,ecem> 11,rg. 291./a>
  • /

    h1 dir="ltridiv id="he l6on2">6) Les traditions indigènes et leurs répercussions sur les Études Basques

  • 8./a>
  • /

    p57" class="te" dir="ltrile">

  • Auts/aueicne s'emsarrarsenq;| en
  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">erdserochits er lle damnais re morm.>Ooeapidu nss dgovacidus/amais uoAfnteud e montagaeo ruquc//jseteuaulesqes é ligmdaladus/acoarerc' L'n fahnouo: ocum dsqes ceRezqusdaÉgycrio ,uss c ex o-ntsnce sde voi upm.pubasles.>1) lenfucussuuvecautudes Basqtla v"eosent certeocumese un faue qS oibitdle nlutqueé Tela n'eusugenra ri vte, uoarerj ql'ai di',adagmpopullicatdade montar es [de ://jsetelLusiqante]les.>Ape trueo, illajd="e ue qusdaun auiqpopullicatdaueicjalptneum dsqeôt pale nord deIe ibe é al jusqu'Pu Pqdt lVs vatinem nuuMont Pyrpyréd(sic)lesusurcum st dadé dxtrêmannèaulesiv>.

      />

    h1 dir="ltridiv id="he l7on2">

  • /

    h2 dir="ltridiv id="he l8on2">6)naaetuLeaice2/h1>

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">Lae.ecem> D'un auiqr="Rechers enonie="prée pde laime,uOo uesre i"#entcains rslost aec:uau oulun act nogeemssinavoir reoéiq,rn plrerm=tmeam ri dirt ue'illexiali et un fadtuxnvvie/imetes en Gal ayaum es leml(Lae efaRinumt pt Lae)eer, ns e, t,ue qcsdidtuxnlocm iquisntnatneum mannfuqneocum ues slemldesde pet suiaivvtra ueicleinen varsuqde tous ldeuxle: à rivvtra es iouo: "wras-cedLae, nu oufoisn dlldnendtuxnlocm iquisnre aumeawras-cede pll dxtrêlemqueDomnu Leie="anus,enlumicu pt Lae,ecem> 1252 (cut uloira ri Lor=azana). At ainsigiue ctananbasul) La Gallé ea Biscayaaoobaehac: uns surut'derritoirt rayreciif dllaivvtra du dxtrêlem. E, i, ou, nouravégsunem"setullt es topon Lae uvecaut du nse dlllocm iquitestuaisute dadad e montacescurte nequePolapt Lanai/em> estuaisuauesudldalMiers. Ce ns n todlldnvcatdapasare ' Lpobasu L'n faue qcstmealocm iquit e montause desrAsturtes, ns n toavonseeu deoccaségiri visi"ale pde laime,utira rtrtueocum sgies nse dllpet suiaivvtra "wras-cedrío Lana,ecem> d'oùusgies quePolaptecem> [à rivvtra] Lana,ecem> dt mormescurte epoCanre aumevr teemsslicaocum/amais es le n'est psûr, l) Lueiqalcumese dermicel'Espolupuessl.ecem> Or,le, es iouo es osubs Bas, conon tauocum rtce ueicsemla tu faketescurte ,nusda-n-ecem> édervocm iaïsas' ffaccum,Lst ueicn toav trusrmis danr="o coea rllpectol'ledrtoponues galco-bis-calto dllla to-au msu*lanai/em> uee 'ceialipo duuc//jseteuaumescurte es fotte asls tuocum (au XVILlanai/em> re aumedonnaiquesute dacstmeaLa régil'ascurte eps alaciai systomaceltimap er lui/em>-u e 'omfiia e/ara lemlayaum re tule pde laimecel'Espoliaaild' d'doiumeis Revphontutioriqv>que*lana > Llana > Lana,ecem> encco-stiqes osues iouo l) Lvolticatuhyaum re tulmannfuqneocumbljuaum re ulsi,*lana > Lea). Illeemssin truet ffes ue'giln pseaconirqpectoacquisiaouce, toae mortinbas ntuageemssince extrocum esoblicansue que Lae es iouo,que Lae biscaltoqes et Lanai/em> ascurte eoum da dxtrêic-oria.

      />

    p57" class="te" dir="ltrile">topony,Lst uei/ari ce croîmiaeemssinséooignernse dllnt certe :iouquitéhpolinguisceltild qe, t et le Nord-Ouest de la péninsule ibéri re dll Lpobasulods h2 dir="ltridiv id="he l9on2">5)//jllo-altaltaïice deune vileale hypothède trc/ncnovarsersce2/h1>

  • /

  • /

  • en
  • /

  • en
  • /

    h2 dir="ltridiv id="he l10on2">

  • /

    h1 dir="ltridiv id="he l11on2">6) Lhydrtoponymuan'nbro-pyrpyrée d Eo,iEgo,iOoaeo et lEgovgovatt qPe Plice

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">topony. At ainsie dadt l e monta eluheains rr, rihers en dacs,nu, vvie/im e'est dacstnt"wras-csqde tous ldeux Oo.i/em> L'ue ulslicatué liudacd'Ooqusqestproblicaocum : u"e coea fdit tnu tymollti,mla au msuOonre aumevr teemsslicaocumlsm.ie, nsi-e re dllasli silicatuvocm iaï,ec' d'dlusuhnouo *eo.i/em> De dadadqallntrd'Orslu/ara sermiccoar:tuocum uticiaailpoctom psignerner llacs ded e montacd qde ia régiestio, èo, héou/auo.i/em> Gerhtrd Rohlfscle caeaeqe, t u ers/im rtceslhydrtoponymeyrpyrée d sectoleiqacts illr="e coea s : ubtst*iboneiv>.

      />

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">Eo.i/em> Cs fleuve aai"seelae://jd'huiqd' d'doiumeis Revadminicoelicfula en Gal desrAsturtes, buooBa'illfût estuai nu oufoisn e 'omtobeurse derritoirt d udom Caltaïs. P. Feuheai n ouqnstuai sectues lemles galco-ascurte e dllla to-au msule hypocelti *eoonauuthuue'o eu Bimitu,tre i"#entavisial'oinexclicatiestbeauc//p'dlusues plequeet un fade la to-au msuueicrp faut-ê ouqnstuaie sectues cledrtoponues iouo est asls tuocum *ego.i/em> Cs ueiclemnexlti d deual'oinexclicatid qcs leml-Ouele un fauea le pit leunrractsasemstnt"ccum lntréer lutaince sdedaun auiqnu c//jsete demps. Afin neest pajd="er re à lenfucuss,aillfn tomeamernm'oinexltitgeo ocumeercoùusemstntla tu fuqucsdimai"="pr.

      />

  • 48./a>
  • 48./a>
  • /

  • (sic) [o eu Bimitules galq;| en
  • Pe Pi Secvnd,ecem> L. IVia1906,rg. 354./a>
  • /

  • /

    p57" class="te" dir="ltrile">Auts, et ne n'emannfuqneocum ue au msuEgovgovaecem> uticiaaiele pH="noldtaeo edtée pEmiltLitcnnt,mes nnasadantuli telMayhoffqriqde lluouspciein"Recherctsuticiae c ensê c//jlmocum ue les ://js,gueiccst asls tuocum ue au msucorre fa re aumedonnaiquesue, tuqul hufu msiqm ps lqalesiuiquiesnqu'dtubupcpTs dednet fuvecteuegcetmeale hypothquerttut arqu': ufo msuEgivgova oncne s'einexltiasadal hufu msiqm ps lqalesiEube efaEuve.i/em> E, rtvlnher,asiqitlHirtqu': ufo msuEgovgova,ecem> e, t s' prloirc fao st ueicle nt ni u'omfiia eid qcs lemqueEgov[gova] > Euv- > Eub- > Ob-,ecem> dv>-g-ecem> édervocm iaïrre aume d'phpyromènoadevphontutioriaes iouo: .

    p57" class="te" dir="ltrile">-vgovaecem>m L'n fale biscaltoebaova,ecem> é neuf, nouvuaulesqes e es crep-cuciuue'ills'ugis atm' d'leml-uskarte queego-baova,ecem> é nouvuuli teme/jsles.>C' L'n fabuooposcuse unux mais illavn fae, tufoisnrs raiuns sut poiumqueille'agiteffeciiveocumm' d'leml-uskarte . Oogeu'etirt,uPutdaexagturer,uuea cetmeadtucouvermeaba levarsuqe, ouspartles ceins rslostsnce sde en Gal rdmerta - carare ' Lpobasut qPlinelnourn'avonseslusuhfun ê re dll Lpobasuditsrls p-rdmertaLe fo msullicniaaielEgovgovaecem> tp farloiraocum ut-êunem"setue re à au msum ps lqale Navgovaquei/em> es cetmeadt npèau c'este fo msullicniaaielsignifieos é ligmNavgovs rlesqiuuthuue au msuEgovgovaecem> signifieqe, t es pleocum é et lEgovgovs rlesqes tp fas'analyscr e es crep-cuciuut aiqueEgob(e)-gov, nvecaut suffixa bo-stiqindijuaum 'e -orian-gov, -aecem>m L'num ue dtuclinoiraiullicne. Oorecnouveuue au msu*Egobe (d'oùu c'esm.i dt lemldesde peroipseaes iouo: "wras-cedObe < Ove < Euve < *Egobe).i/em> LedaEgovgovaecem> t qPlinel L'n cumesptc é et lhabi aums mi deueuwras-cd*Egobe, et lEgovgovs rlesqes dt lemldesd'aideri locm iquitluueose (au://jd'huiqperoipse) "wras-ced*Egobe (au://jd'huiqObe) rivn faiuuthunignifieré au'died,lre 'emb//*Ego > Eo.i/em>

    p57" class="te" dir="ltrile">ne tintusecem> it Lugo, ue c'-à-dirt gvossoqmodoecem> da dadt derritoirt ne constnum 'el'actleden Gal,lilly avn fanu c//jset q' Lpobasurdmerta nt certedipopullicatdaindigènosgueicutician cumecas laffixasn-gov efa-be,ecem> indijuaum 'st d'e -orianes l'nu outla posiqiit,das laffixasnueicsemrecnouve c ensê ue les ://jseen bo-stiqmodt ni nvecaua dxtrêfe cicat.

    h1 dir="ltridiv id="he l12on2">9">6) Lehéortenod'Er coden ilisnhegice p57" class="te" dir="ltrile">tulsouotifxlti.

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">1a llusucurteusecle nt ni ues Can'nbredaducVIE, 579, us lemldedCan'nbreaecem> estoumplacuirarac ueild'A, oighnil.ecem> SelgiEr coden ilisnheg,Lst #h nhaocume'einexltiaut aiquedt lA, oighns,gueicrL'n cumertcetmea Lpobasura tous ://g ruquCan'nbred, ei/jsevoinigsues o: misiaadtraobaLo v"gildartce qu jirqdt derritoirt da ctdidt nparsoBa'il louçureum iuuthuo eu ce"pa-o. Afin d' LvDternri es vctcas r Lvolted, eis Winighypsed Lporttraoba dllpertie ruquCan'nbredle, en GaloBa'il lavn posesectoluthunie="prunux Suèvpi.>E,-êteemps, l ouqne ruquCan'nbredlsemsen tposeenfdepuie dadt l e monta een nem"sgnie ruquVs vatsd-aueiesectoluthuavn posertrtueocum re tulvn ncuée pllquWinighypse-eem nun tposeenvahi uvecaeux l=nvarsanm ariin n. CeCaaaun ts enhandrtul d suparsoeliulinguisceltiluan'nbrele, en Galoem de dadt lPyrpyrées.>E.den ilisnheg einexltn fant aiule'phpyromènoadevnadalisatiitumss voyelligmbasuc/ ns rseobac/njoiumeocum le es galco-portugais, usuco-stiqem le es vatCtrabonm,acetmeale hypothèestc/ cdturtuele pde tous la">Autsqnoarerre aumennafonbtue.

      />

    p57" class="te" dir="ltrile">o="prure sue o-otque'ills'ugis atsroblicaocum seilangtiseue apenquis, deeuoAfnoumretpe tr, au'droto-basori.>E, rtvlnher,aua sue o-aitqutiquitlinguiscelti,ls Caumera depula en Gal al jusnux Pyrpyrées Obeidales,lma>Ciptntutée pEr coden ilisnheg n'eslusultild, tuusi.>E, ru Bimitu,tilldev ts exialale pit leulangtis, ce certedidavn posem'trêcohabi er ns sst dxtrêderritoirt, et ntuaie, t et longiri de ce nilltra,teaum ean'nbreltilbas dyrpyrée ta.

    h1 dir="ltridiv id="he l13on2">toponoris es galco-bs Bass etmuan'nbro-pyrpyrée nosece p57" class="te" dir="ltrile">

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">Pe pit leu e monta eem e,drdimqud'Allvnrgotteosertrtueocum cs lemqueAlday, e montacd'Abeci,tdeeElosuuontt'Acosoa,aueusparter'Amurriolem lit -dtm'Arrieuae(Trtviño).>1' Lvolticatut':uau rs es topon es iouo (cf. cut uloira ri Lor=azana)leemssin trune fi msrsl'le hypothèd'Ic-ooyenqueierUvie/NoualdedAchhaa, 1177 > Uvie/NoualdedAchhay (modt ni Acha,aAb"he , Lugo),mla au msuAchhaaecem>m L'num sroblicaocum sm.iense dll nouoée au msu*Achhana,ecem> ct uei serm=t ms cee o-otqe paviei/js,ne, st ueicle nt ni u'ortopontluueos, dll Lvolticatueemsslicanetue, t re un favraieemsslican*Altana > Aldana > *Aldaa > *Aldae > Aidai (au msuel'actle)icoarerlsoblicaocum sutdaAl'Ee > Al'Ei (cf. lofra).i/em>

      />

  • /

  • /

    p57" class="te" dir="ltrile">ierloco ueilvoc nc.s Aca,qi sermito d qCanba, 1240 ; ierde aseeriolUrsabl,udoue'eoffeocierprera>Ci eidemrde aseerioltotumnbainionmrdeutnnbaod habeo vel habeentdtbeo ierloco ueilvoc c.s Acam,qi serra d qCanba, 1245 (cut uloira r'Osaira).

    p57" class="te" dir="ltrile">:aucuofra auiies se oraymt qAranga,
    1016.>1a nignificlicatid qcs leml-Oueinlennua»e etrtoponuArangai/em>uue qu'igicnouveuo Am ibéri te Sud c'est lemlms fp ilisud'e -orianes iouo: es nnasadabs Bas, conon tauocum rtst ue'gicrdim souved,gueoxltiare dv> -oueuril ln pseas'ugirnm' d'etrtoponuco-co-es iouo. De dact es ,aillfn toaluthuun ê ae ul re dv>gpyréaconie sectum p p57" class="te" dir="ltrile">iersu) les ) lhic i, Narsia baod eiciae c dalPe:aulobi iudio VermutueMenendizilhic i, Aranza, (13-XII-1058, cut uloira ri Samos,lLugo). M'trêrumarquilbas dectole lemla sp Ltentquedt etrtoponuAranzaecem> estst lemlms fp ilisuco-co-es iouo. Il fn toraracs crep-cupce'en prs areocum fn ê ae ul re dv>gpyréaconie sectum p Arantzaecem> (Cinle-Vvie/d), nu oufoisnAranaz, 1280./a

    p57" class="te" dir="ltrile">

  • /

  • /

  • en
  • Ooa rtrtueocum dtvvie/im i'Ora-ocqwras-cdLtodoñoecem> es lt lhamuaux biscq;| en
  • Arcogañaecem> situaisure envirto 16 km auqei l viulm it Le Cq;| en
  • /

    p57" class="te" dir="ltrile">:umles )nsuln perroheitlsancne Eugenie i, vvie/ ue voc c.s Al'Ey, 1234,ni, eccusdialsancni S lva>o="p ms Pineria/ajuiqiacet i serra d qAsma. Quicbaidnvarcierpredi fa eccusdialhabeo exqsucrs ionneetr"p meiqGarpitqRoderici,q simi"p ms Al'Ey, 1242,nIohanr"p Fernandi ms Al'Ee, 1242 (cut uloira r'Osaira). E, i, ou, illexiali msux vvie/imetawras-cs Almaecem> de dadadoa v"po dt Lugo. CeCuiadsum a au msuenouoée n'ema>Ciptntutci-deesus e'est au rs doumenoutoavcatdas sjàafn farttam es tp c cas fu msiqunouo: hues c uiquiesne pOe/nlSvlvaqueiernaduni/em>e( =nadbe), 741qu?, Alma, 832,nderritoriolAsduni/em>e( =Asdbe), Alme, 871,dAsuai/em>e( =Asba), Alma, 897, amco-qAsmas, 1173,aille'agitde les ://jsemuelemld' d vvie/im etd' dllrivvtra it Lugouawras-cs Masma. Signalatdartrtueocum ue'un vvie/im it dadoa v"po d'A icnnanestuai de da dllzons de montausecre 12 km auqlerd-od-Oues'Elher (au oufoisnI ious,ecem> nouo derritoirt das Ibèauiaawras-cs Contistaoi)cq pos slemlAsp.i/em>

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">S n"ho d qAçpsça, 1249, Peoeu ms AlPutda, 1311qe' pe trEugènoaGoyhen="Re. E, en Gal,lluiidocuocums m ps lqaux ma>Ciptncum :ude asetra,testuai lsoblicaocum sutdadadoa v"po dt LugoqueSancne Mabe ri Azanza, XIIAazasecem> es estuai de dadadia régidesRibedeou(re 'extrxmiquitlerd--Oueseula en Gal)os'ue ula fanu oufoisnAsanzai/em>le:nIn Asanza eccusdiam S n"ti Vicpnni cuo sdepuadiu cicatibus,ecem> 7-VI-969 ; ego, Urepcm Uepemudiz, uncio cartam tistama>Ci dt dedia eccusdialS n"ta Maba d qAsanza, 1132 ; ego, Urepcm Uepemudiz […]. Tn Gqmodo ne ntda uobis mea eccusdialsancna Maba d qAsança, 26-X-1132 (cut uloira ri Lor=azana). Citatdartrtueocum utvvie/im navgovs r awras-cdd'Azanzai/em> (qallaitqei Goñi,qEseella), nu oufoisnAsança, AlPutça, 1233, 1280).

      />

  • /

  • lqeicr psgea dllpertie ru con ieuvriu pe tr72 av. J.-C,lma>Ciptneous lé Bardytnes,gue'ai awrasleanu://jd'huiqVarrulledles.>Or,gfn facurteux,rPe Pl (Nas. Hial.,ecem> IVia118)lc su, e mieus lpeuplssldesde Lusi auia, é lsslTurrules, d fs Barrulesqus (TurrulilqeicBarruli [nespominafurecem>])»e snuluau act, re n"#entceins rslost, re ma>Ciptnetonn fn fa n'eJuli, Cajo Barojaiv>T, tufois,deux l="suousete dexnant qPe Pl soum possiicasquel':u, csdlm it Mayhoff, pt sectouneousçnaBarrili (ueoxltianttuau actlsignale rtrtueocum ie dases ntuqula au msuBarruli).>E, rtvlnher,aEmiltLittrx,nueicsembtstsctole dexnantu aéssi-e Harroue , ="wrormeoste fo msuBarruli.i/em> LedaTurrulesm L'n fare 'e -orian d deuplsuibèauare abl de dadadia régidesCe notiqem sctole bs -Guadalueivir. Ilno L'n cumegeu'-ut-êuue apenquidaauxnTurrre aus. Udllpertie ru cedaTurrulesms'oms alltraum e, Lusi auit oùuPe Pl (Nas. Hial.,ecem> IV 113)lc su lninTurrulilvederisecem>osurlemmuis, gide vu,uBarruli.i/em> Strabai (epyGé.,ecem> IIIia3,4) ="s ceno ffesucoareumeleinCeCceci -ecem> dsum il ne unu'est plenfonbreous lemlavecac ueildes CeCcsscre ta praocumlperlal-ms' L'n cumeoms alltdle, en Gal,tre ' Lpobasuds Strabai cstuév Lnaocum dtvaum rtê ensê reeaiiveocums prnt. CeCui-ci ="wrormeoo ffesuueeous lCeCceltiy oucCeCceciecem>o(le snéaeern faé ae apenquidaauxnCeCcss,gueics c de manvtra its CeCcssqus) ru berdesesd'Ant p[l)el'act fleuve awras-cdGuadiana < wada + ana,ecem> é l rivvtra Antqus e,uurabe],aé ayaum pertioupai aux eôt psed udTurrulesm a dllnin pspdit msimioira ri -otutco traacetmeaia régi[la en Gal],ildlsemr Lvolttraum pe travoirlfrlnheiule'c//jsete Limet p[el'act Lim,tlerdesulPortugal].>A ua suiteest cetmear Lvolte,ucoareril lavn posesar ce croîmarerrulacteherf,ildlsen tposeresquisnde dadadco trtut[e, en Gal]uenms'y disprsanmles.ec

    />
  • p57" class="te" dir="ltrile"> 1112.Nouravcatd, e 'oms ar ms Gifford,anem"setu nt lem auelemlde d col navgovs r awras-cdVeeaiei/em> (éograemco-stiqBeeaiei/em>).rPe Pl (Nas. Hial.,ecem> IVia33)lc su e mieus lpeuplsslariin nseus lVellatesecem>odoum dtderritoirt n'aas) lpum tê DC.ififxtu. Ce certs a">Autsqoumlpropo-ai ms voirlre dadt lem navgovs r unmsuve arqu cu deuplsuem t qfoira ri ct eol navgovs r ua frotitra e, outleinAriinoi emeleinVs vatis,i/em> ueaqeicne n'est pimlossiica.>Siantuaidev ts tê lt es ,aaluthul' Ltymoconie co-stique qu'igiatmribusud'e drioira auees topon navgovs r Beeaiei/em> ( < beea- + anan< beee + aie, é rorme,uers/im it plerbuauxqus) eern faerrtotue. Il estproblica,oo ffes,queeous lemlms deuplsuVellatesecem>oestst lemlm'e -orianréceltiare aumedonnaique'illm psigna fartrtueocum :udeuplsuceCcs oc-orioira readadia régiitaluoée tuePôquedt lVeleiatesecem>o(Pe Pl,aNas. Hial.,ecem> IIIia116).

  • /

  • /

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">lc su te pit leues toponqmoùuai renco traau, suffixm atoni -araecem>otcts stiqBrácaraecem>o(Braga), Lózaraecem>o(Lugo),mTáie/raecem>o(Le Ce onta)/aetc.Pos sle out apc,ceitatdqueRio Záncutaecem>o(20 km re 'essidesC-cuca,uCaseilie-La Manher). De dan"#entdt nparaut arle, noutocspdits dtvvie/im it Lugouawras-cdLáncuta, nu oufoisnpalsermito d qEe/rineepcpalsermito d qs n"to Vicpnnio it Lencuta, 1059 (cut uloira ri Samos).Nourlndijucatdaue'o co-stiqa nono="plicatid ql'occe piviu pe trnecem> estnu folmqueLáncuta > Lángaca. Nos r="Rechers n plrerm=tmeam rtrtueocum i'o citernrtrtueocum :e veriaobi o Estrxmadurtle: dtvvie/im et de rivvtra it Lácutaecem>o(44 km re 'essidesBadajoz, uf. u'aiouoianlocm iquitd'Allvnrnwras-cedBadayoz, nu oufoisnBadajoz, 1463). E, i, ou, n ple,uuvonsecnouvuitd'un auiie, en Galle:nu, hamuaumPstuai re eôt padsude viulm it BeTanzos (IGN,lBeTanzos, Le Ce onta, 1que25.000, 45-II/5-5) -Oueawras-cdLángutaecem>o(aveca:e crep-cuci -ng- nu deuest -nc-).i/em>T, ://jsaauqlerd it BeTanzos/aigicnouveurtrtueocum :ulit -dtawras-cdPazo it Láncuta.i/em>

      />

  • en
  • /

  • /

    h1 dir="ltri11" iheadig14"><| 11) Uiansctvivlnhe lingtialilti ue apemmposeéeinexclica>en

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile">.

      />

    p57" class="te" dir="ltrile">

  • prae <| en
  • /

    p57" class="te" dir="ltrile">cr psbiliquitdalRomu, d,inslesrmeabllnherure Agrie a,acon meviei/jagpyrérecMais dllpertie ru d'arotutim ibaln, dtumorec rtue,a=efusn fas ssu fois d'obéi pes e' llur uuluoabat.uApe trte pit leuvictoira les tabres,p de la régaetitra,alsoblicaocum le Ia Augusea,ecem> du'emxtrêut-êusév raocumlpuniaagectol'exem"le.LedaCs tabres furaum fitacaocum re esuveaudsoumispes Agrie a

  • /

  • /
      p57" class="te" dir="ltrile"> eé [Dagonumt] e voyamsctodlace [o Ws vatiaecem>]nla'dlus au tm it larotuts jamais levéedatutdacon royaume,uqe'illcenfia ae a pfturendn ê burgooretChadoii.Bte rtvidemmposeAeghynaous Saxon re aim pe mieus lgpyréreux maisnaercu ceux qeicqactltiy nréesedlus tôt avn cumlers/rcunaiqBrodulf/aus lduhqmAmalgairt etuArionumt -m dtéetrGaloburgooretWvieibald d x sps d' rotutaueestalaen midauoa>As dunis de nemmapdnocumi,u rotutcu imlorta cenue're sai retourqu Ws vatiaecem>gil suffim i'o ocuace ple lBretots pos sobteni ples sreddspdit Putdpuoabat !les.ec

      />

  • au muleurtrtueocum : hypoth tr cinquieersnnteleeé Ogigeu'eenvis/imtinntmeaue sicatu-nprr f-ilu-nse d oium ms vtiauiffturenm,ee,ide berdaumems manntra lnterne,irttutpa sd qlaulangtiaelie-mxtrles. Mais uede scffim-iluàaoxnexltitinntmeasctvivlnhe ?Neaurégn-n tosts ouertrtueocum affn ê, de mortiae, pertie,are :udhrenomène d'e dêus/uiqiue le? Sipleabs Basne sctv pr ,an eern f-ctusadaerseumetleocum dûequ'faitquesuRomu de tolturtulperc ue'ille'agiss/imnss ue langtiadellopullicatsnamies emeuieiuies, us derritoirt euskarophonele' p De daces coorspdits,pleabs Basne"rn fadû,acoarerle gaulois ouluiilangtis dt dadoa péninsu-rce certesetu cedadt nptradanyaum re -cdperléesedaroduiileuplssldsum a a psi dlpcelre Romu fute,fale emeubsoluocum désesp prtue,ae pnxem"leesslCs tabres -,a=ecule sgeu àapeuqdtvaum lnodetii.Le lonistiqnemmapdn, a pviulmsavs vatnes,lqeicaurn posedû,acoarerperte t aviei/js,lcRecherrure -o romat"per. Pdepule'dhrenomène a"rn fadûaaffecte ple lscmiviquisns'ertisnnatmepciaacoareraloem le lsgglom iblicatsnen'gpyrérec. Enfri/aeeuledadt lzones rurtues,oi"#ammposeut lzones rauées re de monta,caurn posedû neneinu rure pblicltitideabs Basnem au VOr,gnt le n'est plt vas.

    />
  • p57" class="te" dir="ltrile">

  • /

    p57" class="te" dir="ltrile"> p57" class="te" dir="ltrile">
    BMB =Bulletitisu Mu-aitqys Basecem>
    BRAH =Boletítist de RetuoAcademiaist de Hialortaecem>BRSVAP =Boletítist de RetuoSociedadlVs vatgadaist Amigosedtl Paísecem>BSSLAP =Bulletitist de Socituitu deeuSouoo ,aL=tmrispes Armsetu Pauecem>
    DEV =Diccionario Etimológico Vs vaecem>EAA =Es liiosetu Arueeoconía Alavosaecem>FLV =FontesoLingtaelVs vatumIDE A =I ccmilt, d qEs liioseAsturtanosRDTP =Revisfa denDalectoconía y T="dicions Popullres. em>RDTP =Revisfa denDalectoconia y T="dicions Popullres. em>RGPSO =RevasuGpyGéograbasqduiiPyrpyréesetu Sud-Ou-Ouecem>
    R1EB =RevasuInternlicatalandesnÉilitiqys Bassecem>
    RIO =RevasuInternlicataland'OnooastìBasecem>
    RLR =Revasuit Lingtialilti Romataecem>
    RVF =Revisfa Vale nilua it Filoconiaecem>
    RLR =Revasuit Lingtialilti Romataecem>
    SSLAER =Socituitu deeuSouoo ,aL=tmris, Armse& EtlitiqRa régalsslde Bayotne.ecem> />Haupciaapags>en
    B bli"éogrie IV <
    p> /p>

    AGUD, M. & TOVAR, A., 1989-1993, « Diccionario etimológico vasco », ASJU, T. I-VII, Saint-Sébastien.

    ALBERTOS FIRMAT, Ma. L., 1966, La Onomástica personal primitiva de Hispania : Tarraconense y Bética, Université de Salamanque.

    ALLIÈRES, J., 1998, « Michel Morvan : Les origines linguistiques du Basque », in Lapurdum III, pp. 315-317.

    ALONSO AVILA, A., 1987, « Navarra y los vascones durante la época visigoda », in Primer Congreso de Historia de Navarra, 2, Pampelune, pp. 277-292.

    ALTADILL, J., 1914, Geografía General del Reino de Navarra, 2 vol.

    AZKUE, R.-M., 1905-1906, réed. 1984, Diccionario Vasco-español-francés. Bilbao.

    BELASKO, M., 1996, Diccionario etimológico de los nombres de los pueblos, villas y ciudades de Navarra, Ed. Pamiela, Pampelune.

    BOULLÓN AGRELO, A. I., 1994, Contribución ó estudio da antroponimia medieval galega (séculos VIII-XIII), thèse doctorale inédite, Université de Saint-Jacques de Compostelle, exemplaire microfilmé.

    BÚA, C, 1997, « Dialectos indoeuropeos na franxa occidental hispánica », in Galicia fai dous mil anos. O feito diferencial galega. I. Historia, G. Menaut-Pereira, coord., Saint-Jacques de Compostelle, Ed. Musée du Peuple Galicien, vol. 1, pp. 51-100.

    CABEZA QUILES, F., 1992, Topónimos de Galicia : a súa orixe e o seu significado, Ed. Montes e fontes, Xerais.

    CARBOEIRO, cart., LUCAS ÁLVAREZ, M., 1958, « La collección diplomática del Monasterio de San Lorenzo de Carboeiro », Compostellum II, 4, 1957, pp. 549-573 ; III, 2, 1958, pp. 228-308 ; III, 4, pp. 549-638. Contient 90 documents de 788 à 1500.

    CARO BAROJA, J., 1988, [1942, 1943], « Observaciones sobre la hipótesis del vasco-iberismo considerada del punto de vista histórico », Boletín Emerita, T. X, 2°, pp. 236-286, 1942.TXI, 1°, pp. 1-59, 1943, et in Sobre la lengua vasca, 1988, Estudios Vascos, T. IX, Ed. Txertoa, 2e éd, Saint-Sébastien.

    CARO BAROJA, J., 1990, [1945], réed. Ed. Txertoa, Saint-Sébastien, Materiales para una historia de la lengua vasca en su relación con la latina, Estudios Vascos, XIX, Université de Salamanque.

    CARO BAROJA, J., 1984, [1958], « Los estudios geográfico-históricos sobre el país vasco y la dialectología », RDTPXIV, 1958, pp. 425-440 et in Sobre la religión antigua y el calendario del pueblo vasco, 1984, Estudios Vascos, T. I., Ed. Txertoa, Saint-Sébastien.

    CARO BAROJA, J., 1972, Etnografía Histórica de Navarra, Caja de Ahorros de Navarra, Pampelune.

    CARO BAROJA, J., 1977, Los pueblos del norte de la Península Ibérica, 2e éd. 1976 (2 vol.), Madrid, 3e éd. 1977, Txertoa, Saint-Sébastien.

    CARO BAROJA, J., 1985, Los Vascones y sus vecinos, Estudios Vascos, T. XIII, Txertoa, Saint-Sébastien.

    CARO BAROJA, J., 1988, Sobre el mundo ibérico-pirenaico : datos, nuevas ideas sobre el Iberismo, Estudios Vascos, XVIII, Ed. Txertoa, Saint-Sébastien.

    CHERPILLOD, A., 1986, Dictionnaire étymologique des noms géographiques, Ed. Masson, Paris.

    COROMINES, J. & PASCUAL, J. A., 1980, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, 5 vol., Gredos.

    COROMINES, J., 1965, [1960], « La toponymie hispanique préromane et la survivance du basque jusqu'au bas moyen âge. Phénoménes de bilinguisme dans les Pyrénées Centrales », Actes et Mémoires du IVe Congrès International de Sciences Onomastiques, München, pp. 105-146. Nous utilisons la nouvelle version revue et corrigée publiée ultérieurement in Estudis de Toponimia Catalana, T. I, Barcelona, 1965, « La survivance du basque jusqu'au bas moyen âge...  », pp. 93-151.

    COROMINES, J., 1972a, « De toponimia vasca y vasco-románica en los Bajos-Pirineos », FLV, n° 12, Pampelune, pp. 299-319.

    COROMINES, J., 1972b, Tópica Hespérica. Estudios sobre los antiguos dialectos, el substrato y la toponimia romances, Madrid.

    COROMINES, J., 1973, « Du nouveau sur la toponymie occitane », Beiträge zur Namensforschung, 8, Heidelberg, pp. 193-308.

    COROMINES, 1, 1974, « Elementos prelatinos en las lenguas romances hispánicas », Actas del I Coloquio sobre lenguas y culturas prerromanas de la Península Ibérica, Salamanque.

    DAUZAT, A.et ROSTAING, Ch., 1989, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, nouvelle édition.

    DAVID, P., 1947, Études historiques sur la Galice et le Portugal, du VIe au XIIe siécle, Paris.

    DE HOZ, J., 1997, « Lingua e etnicidade na Galicia antiga », in Galicia fai dous mil anos. Ofeito diferencial galego. I. Historia, G. Menaut-Pereira, coord., Saint-Jacques de Compostelle, Ed. Musée du Peuple Galicien, vol. l,pp. 101-142.

    DE LA PEÑA SANTOS, A., 1997, « Os pobos castrexos antes da conquista romana », in Galicia fai dous mil anos. O feito diferencial galego. I. Historia, G. Menaut-Pereira, coord., Saint-Jacques de Compostelle, Ed. Musée du Peuple Galicien, vol. 1, pp. 143-192.

    DÍEZ MELCÓN, G., 1957, Apellidos castellano-leoneses (siglos IX-XIII, ambos inclusive), Université de Grenade.

    DION CASSIUS, 1960, [édité par Ph. Boissevain, Berlin, 1895-1931, réimpr. 1955] ; édité par E. W. Cary, Londres.

    ENCYCLOPÆDIA BRITANNICA, 1929-1964, 23 vol., Ed. Université de Chicago.

    ENTWISTLE, W.-J., 1936, The Spanish Language, together with Portuguese, Catalan and Basque, Londres, Faber and Faber.

    ETCHETO, H., 1997, « Le Pays Basque Sud au temps de la conquête romaine : Vascons et Romains. ‘L'amitié romano-vasconne’ », in Ekaina, Revue d'Etudes Basques, n° 63, pp. 163-188.

    EUSKALTZAINDIA, 1990, Nafarroako herri izendegia / Nomenclátor euskérico de Navarra, Pampelune.

    EUSKALTZAINDIA, 1991, Onomastico Vasconiae 4. Actas de las I jornadas de onomástica, toponimia, Vitoria-Gasteiz, abril 1986 / I onomastika jardunaldien agiriak. Toponimia, Gasteiz, 1986ko apirila, Ed. Euskaltzaindia.

    FERNÁNDEZ REI, F., 1991, Dialectoxía da lingua galega, Ed. Xerais.

    FOUCHÉ, P., 1939, « A propos de l'aragonais ‘Ibón’ », in Melanges Martinenche, Paris.

    GAMILLSCHEG, E., 1950, Romanen und Basken, Wiesbaden, Franz Steiner.

    GARCÍA ARIAS, X. LL., 1977, Pueblos asturianos : el porqué de sus nombres, Ed. Ayalga, Collección Popular Asturiana, Gijón.

    GAVEL, H., 1921, « Eléments de phonétique basque », RIEB, XII, an 15. pp. 1-542

    GAVEL, H., 1931, « Du nom de Bayonne et de quelques autres : noms de lieux aquitains ou espagnols », SSLAER, n° 7. pp. 37-47

    GAVEL, H., 1936, « Remarques sur les substrats ibériques, réels ou supposés dans la phonétique du gascon et de l'espagnol », RLR, T. XII, n° 45-46.

    GGRG = Geografía General del Reino de Galicia, 1980, 13 vol., sous la direction de F. Carreras y Candi, Ediciones Gallegas, Editorial La Gran Enciclopedia Vasca, La Corogne-Bilbao.

    GIFFORD, J., 1955, « Topónimos gallegos y topónimos navarros », BRSVAP,XI, pp. 227-231.

    GÓMEZ-MORENO, M., 1925, « Sobre los iberos y su lengua », Homenaje ofrecido a Menéndez Pidal,III, pp. 225-240.

    GONZÁLEZ ECHEGARAY, J., 1997, Los Cántabros, 4e éd. revue et actualisée, Ed. Estudios, Santander.

    GORROCHATEGUI CHURRUCA, J., 1984, Estudio sobre la onomástica indígena de Aquitania, Ed. Université du Pays Basque (UPV-EHU), Bilbao.

    GORROCHATEGUI CHURRUCA, J., 1995, « Basque and its neighbors in Antiquity », in Towards a History of the Basque Language, J. Benjamins, Amsterdam/Philadelphie, pp. 31-64.

    GORROCHATEGUI CHURRUCA, J., 1997, « Gallaecia e as linguas prerromanas da Península Ibérica », in Galicia fai dous mil anos. O feito diferencial galego. I. Historia, G. Menaut-Pereira, coord., Saint-Jacques de Compostelle, Ed. Musée du Peuple Galicien, vol. 1, pp. 15-49.

    GOULARD, R., 1997, « Wascones in plana descendunt... Civitas Lapurdum... », in Lapurdum II, pp. 257-282.

    GOYHENECHE, E., 1966, Onomastique du Nord du Pays Basque au Moyen Age. XI-XVe siécles, thése de doctorat dactylographiée, Bordeaux.

    GROSCLAUDE, M., 1991, Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau.

    HUBSCHMID, J., 1960, « Lenguas prerromanas de la Península Ibérica. A.- Lenguas no indoeuropeas. 2.-Testimonios románicos », in M. Alvar et alii, Enciclopedia Lingüistica Hispanica (ELH), Madrid, vol. 1, pp. 27-66 ; pp. 127-149 ; pp. 447-493.

    HUMBOLDT, W. v., 1921, Prüfung der Untersuchungen über die Urbewohner Hispaniens vermittelst der Vaskischen Sprache, Imp. F. Dümmler, Berlin, 192 pages. Traduction espagnole de T. Aranzadi : « Examen de las investigaciones sobre los aborígenes de España mediante la lengua vasca, traducción directa del alemán (2e edición) porTelesforo de Aranzadi », RIEB, 1934, pp. 475-520 et RIEB, 1935, pp. 44-92 ; pp. 499-552. Version francaise : Recherches sur les habitants primitifs de l 'Espagne á l'aide de la langue basque, Traduction de M. A. Marrast, Paris, impr. Tolnon, 1866.

    HYDACE, Chronique, 1974, édité par Alain Tranoy, ‘Sources Chrétiennes’, n°s 218-219, Paris.

    IGLESIAS, H, 1998a, « Le toponyme Biarritz », FLV, n° 78, pp. 281-288.

    IGLESIAS, H., 1998b, « Sur quelques similitudes toponymiques galaïco-basques et le problème que posent certaines d'entre elles », Lapurdum III, 1-29.

    IGN, Instituto Geográfico Nacional. Plusieurs cartes 1 : 25.000 et 1 : 50.000 concernant la Galice et les Asturies ainsi que Atlas routier et touristique Espagne & Portugal, 1999, échelle 1 : 400 000, Ed. Michelin.

    IRIGARAY, A. & MICHELENA, L., 1955, « Nombres vascos de persona », BRSVAP,XI, pp. 405-425.

    IRIGOIEN, A., 1985, « Sobre los topónimos Oca y su entorno », Symbolae Ludovico Mitxelena septuagenario oblatae, Université du Pays Basque (UPV-EHU), Instituto de Ciencias de la Antigüedad, Vitoria, pp. 1007-1017.

    IRIGOYEN [IRIGOIEN], A., 1986, En torno a la toponimia vasca y circumpirenaica, Deusto.

    IRIGOIEN, A., 1987, « Leku-izenen euskarazko formak Nafarroan », De re philologica linguae uasconicae, Bilbao, pp. 263-264.

    IRIGOIEN, A., 1992a, « Lea-Artibai alderdia », De re philologica linguae uasconicae IV, Bilbao, pp. 357-358.

    IRIGOIEN, A., 1992b, « Miscellanea toponymica et anthroponymica (III-IV) », De re philologica linguae uasconicae IV, Bilbao, pp. 213-224 ; 225 230.

    JAUPART, F., 1981, Le nom de Bayonne, les lieux, les personnes. T. I et II, Bayonne.

    JUBIA [mod. XUBIA], cart., 1935, MONTERO DÍAZ, S., La collección diplomática de San Martin de Jubia [Xubia, Ferrol], Saint-Jacques de Compostelle. Contient 130 documents allant de 977 à 1199.

    JUNGEMANN, F., 1955, La teoría del sustrato y los dialectos hispano-romances y gascones, Madrid.

    LAFON, R., 1958, « Noms de lieux d'aspect basque en Andalousie », tiré à part des Actes et Mémoires du 5e Congrés International de Sciences onomastiques, vol, II, Salamanque, pp. 3-12.

    LAFON, R., 1999a, [1973], « La langue basque », BMB, 1973, pp. 57-120 et in Vasconiana, in Iker-11, 1999, pp. 3-55.

    LAFON, R., 1999b, [1934], « Sur quelques cas de dilation vocalique régressive », Iker-11, Vasconiana et in RIEB, XXV, 1934, pp. 666-671.

    LAMBERT, P.-Y., 1994, La langue gauloise, Ed. Errance, Paris.

    LANGANEY, A., CLOTTES, J., GU1LA1NE, J. & S1MONNET, D., 1998, La plus belle histoire du monde, Ed. Seuil, Paris.

    LARREA, J.-J., 1998, La Navarre du IVe au XIIe siécle : peuplemenl et société. Ed. De Boeck Université, Paris, Bruxelles.

    LECUONA, M., 1960, « El euskera en Navarra a fines del siglo XVI », Geografía histórica de la lengua vasca (siglos XVI al XIX), Collección Auñamendi.

    LÓPEZ de GUEREÑU GALARRAGA, G., 1989, Toponimia alavesa seguido de mortuorios o despoblados y pueblos alaveses, in Onomasticon Vasconiae 5, Euskaltzaindia.

    LORENZANA, cart., RODRÍGUEZ GONZÁLEZ, A. & REY CAIÑA, J.-A., 1992, Tumbo de Lorenzana, Saint-Jacques de Compostelle. Contient 222 documents allant de 969 à 1266 à partir d'un manuscrit ancien déposé aux Archives Historiques Nationales de Madrid.

    LOSIQUE, S., 1971, Dictionnaire étymologique des noms de pays et de peuples, Ed. Klincksieck, Paris.

    LOUANDRE, CH., 1931, Commentaires de Jules César. Guerre des Gaules, Traduction nouvelle avec le texte, des notes et un index, Ed. E. Fasquelle, Paris.

    LUCHAIRE, A., 1874-1875, « Du mot basque IRI et de son emploi dans la composition des noms de lieux de l'Espagne et de l'Aquitaine antique », BSSLAP, pp. 18-27.

    MADOZ, P., 1845-1850, Diccionario geográfico-estadístico-histórico de España y sus posesiones de Ultramar, 16 vol., Madrid.

    MARIÑO PAZ, R., 1998, Historia da lingua galega, Ed. Sotelo Blanco, Saint-Jacques de Compostelle.

    MARTINEZ BARBEITO, C, 1971, Galicia, Ed. Destino, Barcelone, 3e éd.

    MARTINO, E., 1995, Roma contra cántabros y astures. Nueva lectura de las fuentes, Collección Brevarios de la Calle del Pez, Ed. Diputación Provincial de León.

    MELA, P., 1935, De chorographia, édité par K. Frick, Leipzig.

    MELA, R, 1875, Œuvres complètes,avec la traduction en français, publiées sous la direction de M. Nisard de l'Académie Française, Inspecteur Général de l'Enseignement Supérieur, Ed. Firmin-Didot, Paris.

    MENÉNDEZ PIDAL, R., 1968, Toponimia Prerrománica Hispánica, Gredos, Madrid.

    MEZQUÍRIZ, M. A., 1986, « Pavimientos decorados hallados en Andelos », in Trabajo de Arquelogia Navarra, 5, pp. 237-249.

    MICHELENA, L., 1964, Sobre el pasado de la lengua vasca, Collección Auñamendi, Saint-Sébastien.

    MICHELENA, L., 1981, « Lengua comun y dialectos vascos », ASJU,XV, pp. 291-313 et in Palabras y Textos, 1987, pp. 35-55.

    MICHELENA, L., 1982, « Sobre la historia de la lengua vasca », ASJU,XVI, pp. 143-156 et in Palabras y Textos, 1987, pp. 9-21.

    MICHELENA, L., 1989, Apellidos Vascos, 4e éd., Txertoa, Saint-Sébastien.

    MICHELENA, L., 1990, [1964], Textos arcaicos vascos, ASJU, Saint-Sébastien ; 1er éd. Minotauro, Madrid, 1964.

    MORALEJO LASSO, A., 1944, « Observaciones sobre el estudio de la toponimia gallega », Cuadernos de Estudios Gallegos, I, pp. 59-72.

    MORALEJO LASSO, A., 1977, Toponimia gallega y leonesa, Ed. Pico Sacro, Saint-Jacques de Compostelle.

    MORALEJO LASSO, A., 1978, « Ojeada a los topónimos hispánicos y especialmente a los gallegos de origen prelatino de J. Coraminas », Verba 5, Anuario galego de filoloxía, pp. 13-24, Université de Saint-Jacques de Compostelle.

    MORLET, M.-Th., 1972, Les noms de personne sur le territoire de l 'ancienne Gaule du VIe au XIIe siécle. I.- Les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques. II.- Les noms latins ou transmis par le latin, Paris, CNRS.

    MORVAN, M., 1995, « A propos d'une thèse de doctorat d'études basques : Les origines linguistiques du basque : l'ouralo-altáique », BMB, n° 139, pp. 33-47.

    MORVAN, M., 1996, Les origines linguistiques de basque : l'ouralo-altaïque, thèse de doctorat, Université de Bordeaux III, publiée sous le titre Les origines linguistiques du basque, Presses Universitaires Bordeaux.

    NÈGRE, E., 1963, Les noms de lieux en France, Collection Armand Colin, Paris.

    OLANO SILVA, V, 1945, 1949, 1954, « Toponimia gallega », RDTP, I., 1945, pp. 653-666 ; V, 1949, pp. 626-662 ; X., pp. 190-226, 1954.

    ORPUSTAN, J.-B., 1990, Toponymie basque, Presses Universitaire de Bordeaux.

    ORPUSTAN, J.-B., 1999, La langue basque au Moyen Âge, Izpegi.

    OSEIRA, cart., ROMÁNI MARTÍNEZ, M., 1989, Colección diplomática do mosteiro cistercience de Santa María de Oseira (Ourense), Consellería da Cultura, Saint-Jacques de Compostelle. Documents allant de 1025 à 1310.

    OYHARÇABAL, B., 1989, « Varíété dialectale et unification littéraire », in Euskal Herriak / Pays Basques, T. II, Les cahiers de l'IFORER n° 57, Paris, pp. 18-22.

    OYHARÇABAL, B., 1998a, « A propos de la langue basque », in La question basque, Denis Laborde, coord., Ed. L'Harmattan, Paris, pp. 41-55.

    OYHARÇABAL, B., 1998b, « R. L. Trask. The history of Basque », in Lapurdum III, pp. 317-333.

    PEREIRA-MENAUT, G., 1997, « Un pobo e unha natio moi particulares », in Galicia fai dous mil anos. O feito diferencial galego. I. Historia, G. Menaut-Pereira, coord., Saint-Jacques de Compostelle, Ed. Musée du Peuple Galicien, vol. 1, pp. 237-249.

    PIEL, J. -M., 1945, Os nomes germánicos na toponimia portugesa, I. Adaes-Novegildo. Lisbonne, 1937. II. Oldroes-Zendo. Lisbonne.

    PIEL, J. -M., 1948, « Nomes de posssessores latino-cristãos na toponimia asturo-galego-portuguesa », Biblos, 23, pp. 143-202.

    PLINE l'ANCIEN, 1850-1851, Histoire naturelle de Pline, avec la traduction en français, par M. Emile Littré, Paris, 2 vol.

    PLINI SECUNDI, C, 1906, Naturalis Historiae, vol. I, Libri I-VI, post Lvdovici Iani obitvm, recognovit et scriptvrae discrepantia adiecta edidit Carolvs Mayhoff, MCMVI, Lipsiae in aedibvs B. G. Tevbneri. Edition de Cari Mayhoff, qui a repris et renouvelé l'oeuvre de Jan après la mort de celui-ci, Leipzig, Teubner ; version latine seule et pas d'index.

    PLINE L'ANCIEN, 1950, Histoire Naturelle, Livre I, texte établi, traduit et commenté par Jean Beaujeu, introduction d'Alfred Ernout, Ed. Les Belles Lettres, Paris.

    PLINE L'ANCIEN, 1998, Histoire Naturelle, Livre III, texte établi, traduit et commenté par Hubert Zehnacker, Ed. Les Belles Lettres, Paris.

    PTOLÉMÉE, C, 1883, T. I, 1901, T. II, Klaudiou Ptolemaiou Geôgraphikê uphêgêsis Claudii Ptolemaei Geographia. E codicibvs recognovit, prolegomenis, annotatione, indicibvs, tabvlis instrvxit Carolvs Müllervs. Volvminis primi pars prima. Parisiis, A. Firmin-Didot.

    PTOLÉMÉE, 1932. Géographie, edité par E. L. Stevenson, Geography of Claudius Ptolemy, New York (traduction seule).

    RAVIER, X., 1963, « Le suffixe toponymique pyrénéen « -un ». Le probléme de ses relations avec d'autres suffixes à caractéristique nasale de l'Ibéro-Aquitain », Via Domitia, XII, fasc. 5, pp. 57-86.

    RAYMOND, P., 1863, Dictionnaire topographique des Basses-Pyrénées, Paris.

    Registres Français. Délibérations du Corps de Ville, 1900-1906, T. I (1565-1580) et T. II (1580-1600), Ed. Lamaignére, Bayonne.

    ROCAS, cart., DURO PEÑA, E., 1972, El monasterio de San Pedro de Rocas y su collección documental, Instituto de Estudios Orensanos Padre Feijoo, Orense. Contient des documents allant de 1007 à 1472.

    ROHLFS, G., 1952, « Sur une couche pré-romane dans la toponymie de Gascogne et de l'Espagne du nord », RFE, 26, pp. 209-256.

    ROHLFS, G., 1955, [1956], « Una forma no investigada en la toponimia del sur de Francia y de la España septentrional (el sufijo -és, -iés) », traduit du français par J. M. Enguita, Archivo de Filología Aragonesa, XL, in / Congrès Interntional de Langue et Littérature du Midi de la France, 7 au 11 septembre 1955. publié ultérieurement in Studien zur romaschen Namenkunde, Munich, 1956, pp. 114-126.

    ROHLFS, G., 1970, Le Gascon, Études de philologie pyrénéenne (avec 3 caries), 2' édition, entièrement refondue, Tübingen-Pau.

    SAINT-JOUAN, R., 1966, Le nom de famille en Béarn et ses origines suivi du Dictionnaire anthropony-mique du Béarn pour l'an 1385, t. I et II, réed. Librairie du Palais, 1992.

    SALABERRI, P., 1994, Estaba aldeko euskararen azterketa toponimiaren bidez. Onomasticon Vasconiae 11, Euskaltzaindia, Bilbao.

    SAMOS, cart., LUCAS ÁLVAREZ, M, 1986, El tumbo de San Julián de Somos (siglos VIII-XII), Estudio introductorio. Edición diplomática. Apéndices e índices. Publicacións da Caixa Galicia, Saint-Jacques de Compostelle. Contient 249 documents allant de 785 à 1200.

    SAN MARTÍN, J., 1991, « Introducción a la toponomástica guipuzcoana / Gipuzkoar toponomastikarako sarrera », in EUSKALTZAINDIA, Onomasticon Vasconiae 4. Actas de las I jornadas de onomástica, toponimia, Vitoria-Gasteiz, abril 1986 / I onomastika jardunaldien agiriak. Toponimia, Gasteiz, I986ko apirila, Ed. Euskaltzaindia, pp. 249-278.

    SÁNCHEZ-ALBORNOZ, C, 1983, El Reino de Asturias, Ed. IDEA, Oviedo.

    SANTAMARINA, A., 1991, « Problemas para la restauración de topónimos gallegos », in EUSKALTZAINDIA, Onomasticon Vasconiae 4. Actas de las I jornadas de onomástica, toponimia, Vitoria-Gasteiz, abril 1986 / I onomastika jardunaldien agiriak. Toponimia, Gasteiz, 1986ko apirila, Ed. Euskaltzaindia, pp. 237-246.

    SCHUCHARDT, H., 1907, « Iberische Deklination », Sitzungsberichte der Wiener Akademie, 157 (II), pp. 1-90.

    SCHULTEN, A., 1927, « Las referencias sobre los Vascones hasta el año 800 después de J. C », RIEB,XVIII, pp. 225-240.

    SCHULTEN, A., 1943, Los cántabros y astures y su guerra con Roma, Madrid.

    SOBRADO, cart., LOSCERTALES de GARCÍA VALDEAVELLANO, M., 1976, Tumbos del monasterio de Sobrado de los Monjes, 2 vol., Dirección General del Patrimonio Artístico y Cultural / Archivo Histórico Nacional, Madrid. Contient 541 documents allant de 787 à 1252.

    STRABON, 1966, Géographie, T II, Liv. III-IV, texte établi et traduit par François Lasserre, Collection des Universités de France, Paris.

    SUÁREZ, J. C, 1992, Toponimia lenense : origen de algunos nombres en torno al Valle del Huerna, IDEA, Oviedo.

    TRANOY, A., 1981, La Calice romaine. Recherches dans le nord-ouest de la péninsule ibérique dans l'Antiquité, ouvrage publié avec le concours du Centre National de la Recherche Scientifique (Paris), de la Casa Velázquez (Madrid) et de l'Institut d'Etudes ibériques et ibéro-américaines (Bordeaux), Publications du Centre Pierre Paris (ERA 22), Paris.

    UNTERMANN, J., 1992, « Aportaciones al estudio de las lenguas prerromanas del noroeste de la Península Ibérica », in Galicia : da romanidade á xermanización. Problemas históricos e culturais, Actas do encontro científico en homenaxe a Fermín Bouza Brey (1901-1973), pp. 367-397.

    Haut de page

    Notes

    1 Iglesias, 1998b.

    2 Santamarina, 1986/1991, p. 246.

    3 Mariño Paz, 1998, p. 416.

    4  C'est cette sorte d'« étrangeté » qu'ils dégagent involontairement – c'est en fait l'énorme compacité de leurs comportements socio-culturels, la plupart du temps archaïsants, et linguistiques qui se trouve être à l'origine de cette « bizarrerie » – qui a souvent et jusqu'à une date encore récente quelque peu marginalisé, malgré eux, les Galiciens par rapport aux autres populations de la péninsule.

    5 De la Peña Santos, 1997, p. 145.

    6 Mariño Paz, 1998, p. 28.

    7 Hubschmid, 1960, p. 149.

    8  Tranoy, 1981, p. 53.

    9  Athénée (VIII, 330c, traduction de D. Roussel, cité par Tranoy, 1981, p. 92) cite le témoignage de l'historien grec Polybe qui avait voyagé en Espagne au côté de Scipion en 151 av. J.-C. : « Polybe – écrit Athénée - nous parle de la Lusitanie, une partie de l'Ibérie, ou de l'Espagne [Hispanie] selon le nom que les Romains donnent aujourd'hui à ce pays ». L'origine du nom de l'Espagne ou Hispania est inconnue. On pense qu'il viendrait cependant du phénicien î-she-phannîm, « Côte des lapins » (Pline, 1998, commen taire de Zehnacker, p. 123, § 8). En effet, l'Ibérie était, d'après les auteurs antiques, un pays extrêmement abondant en lapins.

    10  Humboldt, 1821, § XXXVIII.

    11  Ce nom est également attesté dans une inscription trouvée en Navarre, dans le village de Gastiain (Vallée de Lana, Estella) comme le signale Ma Lourdes Albertos (1966, pp. 250-251). Ce nom antique rappelle curieusement, comme le signalait Luis Michelena (1987, p. 158, § 8), celui de la localité labourdine appelée Biriatu, autrefois Biriato, 1552. Michelena émettait également l'hypothèse selon laquelle Biriatu et Tirapu auraient peut-être pu être apparentés d'un point de vue étymologique : il faudrait alors, écrivait-il, supposer que Biriatu serait issu de *briatu et que Tirapu, autrefois Triapu, 1065, Triapo, 1100, serait issu de ce *Priatu suite à une métathèse : *Priatu > Triapu. Quant à *Priatu, il aurait pu être issu du lat. priuatus suite à une perte du -v- par dissimilation. L'exercice est, comme il le reconnaissait lui-même, périlleux, quoique plausible. Mais pourquoi ne pas supposer, comme au demeurant Luis Michelena semblait le suggérer lui-même dans son article, que Biriatu est issu de l'anthroponyme attesté en Navarre Viriatus ?

    12  Tranoy, 1981, p. 53, n. 123.

    13  C'est dans une localité indigène appelée Cinginnia, qui n'a toujours pas été identifiée, que Brutus obtint sa première face aux populations locales. Tite-Live raconte alors que, profitant de son succès, Brutus poursuivit sa route vers le nord à travers le territoire des Callaeci atteignant ainsi le fleuve Limaeas (actuel Lima, nord du Portugal). Les Romains croyant que c'était là le fleuve de l'oubli et que quiconque osait le traverser oubliait tout, même ses origines et son pays natal, prirent peur. Brutus, racontent dans un style quasi homérique les écrivains antiques, s'empara alors de l'enseigne que le signifier refusait de transporter sur l'autre rive et traversa le premier le fleuve afin que le reste de l'armée le suivît. Par la suite, son expédition n'alla pas au-delà du fleuve Miño ou Bainis, c'est-à-dire qu'il ne put entrer dans l'actuelle Galice car il eut à combattre un autre peuple de la Callaecia : les Bracari qui se battaient aux côtés de leurs femmes, ces dernières luttant jusqu'à la mort et préférant, raconte Appien, tuer leurs enfants et se donner la mort plutôt que de tomber aux mains de l'ennemi. Après cet épisode, Brutus abandonna la région et Rome ne s'intéressa plus sérieusement à ce qui constitue le territoire galicien actuel - dans lequel ses armées n'avaient pas au demeurant encore pénétré - pendant près de quatre-vingt ans, jusqu'en 60 av. J.-C, année au cours de laquelle Jules César, qui avait reçu le gouvernement de l'Hispania Ulterior, entreprit, à la tête de trois légions, une incursion dans la Galice d'aujourd'hui afin d'y chercher des mines d'or et acquérir quelque gloire personnelle puisque, signale Alain Tranoy, « le voyage dans des régions dont la réputation de barbarie était bien établie suffisait à donner à celui qui l'avait réalisé un prestige nouveau, exprimé par le titre d'Imperator dont le gratifièrent ses soldats » (Tranoy, 1981, p. 131). Après quoi, il faudra attendre la fin des guerres cantabres menées par Auguste pour que la Galice soit définitivement intégrée dans l'Empire romain. Le terme Callaecia est quant à lui une invention romaine. Il s'agit d'un nom désignant une nouvelle structure géo-politique issue des réformes entreprises par l'empereur Auguste après la longue et pénible conquête du Nord-Ouest. Les érudits et les chercheurs ne sont cependant pas tombés d'accord au moment de dater ces réformes, les dates proposées oscillant entre les années 15, 13 et 9 av. J.-C. Nul n'est capable de dire si les habitants de cette province désormais appelée par les Romains Callaecia avaient concience ou non d'exister en tant que nalio, les seules certitudes étant que Rome, pour des raisons qui nous échappent en partie, considérait que les habitants de ce territoire formaient assurément sinon une nation, tout au moins une aire culturelle homogène - malgré une hétérogénéité linguistique admise de nos jours par tous les auteurs et dont les Romains eux-mêmes semblaient avoir concience - et d'autre part il est clair que tous les indigènes ne pouvaient se désigner eux-mêmes comme Callaeci puisque ce nom, on l'a dit, n'était rien d'autre que celui d'un peuple attesté au cours du IIe siècle av. J.-C. Le premier document où on constate qu'un individu se défini comme étant un Galicien, c'est-à-dire un Callaecus apparaît dans une inscription funéraire du IIIe siècle trouvée à Tarragone : Q. VOCONIVS RVFINVS CALL/AECVS. Le doute réside dans le fait qu'on ne sait pas si on doit considérer ce nom dans son sens restreint ou dans son rôle de nom de peuple éponyme.

    14  Tranoy, 1981, p. 375.

    15  Tranoy, 1981, p. 372, Pereira-Menaut, 1997, p. 239.

    16  Pereira-Menaut, 1997, p. 247. Lorsque un Espagnol va en Galice sans avoir pris la précaution de s'informer et qu'il décide de visiter les zones rurales, c'est-à-dire la quasi totalité du territoire, il peut être surpris et dérouté par ce qu'il voit. Alors que la nomenclature des villages, en l'occurrence galiciens, qu'il a consultée lui indique, par exemple, que la localité X est une municipalité de 5 000 habitants (l'équivalent grosso modo du bourg d'Hasparren), lorsqu'il arrive sur place il ne voit, à sa grande surprise, rien ou presque rien. C'est qu'en réalité les localités galiciennes sont composées d'une multitude de paroisses qui à leur tour sont elles mêmes composées d'une multitude de hameaux, le tout étant dispersé sur des kilomètres, cette dispersion étant liée, on l'a vu, à des structures socio-politiques héritées de l'Antiquité selon, entre autres, Pereira-Menaut. Ce système très original serait alors une survivance pré-romaine qui n'aurait pas d'équivalent dans le reste de la péninsule et qui expliquerait pourquoi on trouve plus de toponymes majeurs dans ce pays que dans tout le reste de l'État espagnol.

    17  Cherpillod, 1986, p. 183.

    18  Caro Baroja, 1988, p. 50

    19  Entwistle, 1936, p. 38.

    20  Lambert, 1994, p. 34.

    21  L'historique du nom de ce peuple est un peu complexe car il semble y avoir eu confusion chez les auteurs anciens entre le peuple des Callaïques à proprement parler, c'est-à-dire au sens restreint, et le rôle de peuple éponyme qu'il fut amené à jouer par la suite en représentant l'ensemble des populations établies dans les conuentus de Braga et de Lugo. C'est encore Strabon (Géogr., III, 3, 3) qui nous explique comment ce nom fut étendu à l'ensemble des populations de cette région, "les autres peuples ayant des noms trop obscurs". Pline l'Ancien le cite encore avec un sens restrictif, ce qui laisserait supposer qu'à son époque ce peuple existait encore en tant que tel. Le problème que pose ce populus en ce qui concerne sa localisation exacte n'a pas pu encore être tranché par les divers auteurs qui se sont penchés sur la question. A l'heure actuelle, le rapprochement le plus vraisemblable avec le nom des Callaïques est celui qui a été fait avec celui de l'antique nom de Porto : Cale, Portus Cale, Portucale (Hydace, Ve siècle), Portugale (VIe siècle). Cale était une ancienne localité indigène construite sur la rive sud du Douro. Le site n'étant pas favorable à la navigation, on construisit sur la rive nord une ville appelée Portus Cale, « le port de Cale » qui est à l'origine de l'actuel nom du Portugal.

    22  Tranoy, 1981, p. 66.

    23  Tranoy, 1981, p. 66.

    24  Untermann, p. 393, n. 80.

    25  Agud, M. † & Tovar, A., DEV, T. V, 1992, 303, tiré de Michelena, L., BRSVAP, 11, p. 291.

    26 Caro Baroja, 1977, p. 38, n. 8.

    27 Tranoy, 1981, p. 94.

    28 Tranoy, 1981, p. 118, Caro Baroja, 1976, p. 252, n. 205.

    29  Tranoy, 1981, p. 118.

    30  Strabon, 1966, commentaire de François Lasserre, p. 50, n. 2.

    31  Cependant, il semblerait qu'on ne puisse pas, comme le font certains auteurs, qui ne s'embarrassent d'aucune sorte de précaution, écrire : voici quel était le mode de vie des Basques de l'Antiquité. On devrait peut-être au contraire rapporter, afin de ne pas créer de confusions inutiles, les faits tels qu'ils sont. Autrement dit : voici quel était il y a deux mille ans, d'après Strabon, le mode de vie des Lusitaniens et des Galiciens, mode de vie qui était, toujours selon Strabon, également celui des Asturiens, des Cantabres et des Vascons. Le témoignage de ce géographe grec apparaît en effet dans la deuxième partie du Livre III qui est entièrement consacrée à la description détaillée de la Lusitania et de ses habitants (et par conséquent de la Callaecia pour les raisons évoquées auparavant), la première partie étant quant à elle consacrée à la Turdetania qui était un pays couvrant principalement la vallée inférieure du Guadalquivir. De nombreux ouvrages de vulgarisation, la plupart du temps destinés principalement à l'enseignement de l'histoire du Pays Basque, attribuent en effet systématiquement aux Vascones des descriptions ne les concernant pas en réalité directement. En outre, Joaquin González Echegaray, dans l'un de ses ouvrages destiné principalement aux spécialistes et intitulé Los Cántabros (1997, 4e éd., pp. 105-109), un peuple qui habitait grosso modo, l'actuelle région de Santander, attribue, cette fois aux seuls Cantabri, la description que Strabon faisait en réalité des Lusitaniens. Or, si cela n'est pas précisé, le lecteur, qui souvent n'a pas accès au texte de Strabon, ne peut pas le savoir. Un des seuls et rares passages - au nombre de trois ou quatre en tout - de Strabon (Géogr., III, 4, 18), rappelons-le, concernant strictu sensu les Cantabres, et seulement les Cantabres, apparaît dans la troisième partie de son ouvrage consacré à l'Ibérie proprement dite. Le passage, célébrissime, est le suivant : « Chez les Cantabres, par exemple, c'est l'époux qui apporte la dot à sa femme, ce sont les filles qui héritent et qui choisissent l'épouse à laquelle destiner leurs frères. Ces coutumes relèvent d'un régime de gynécocratie qu'on ne saurait en aucune manière qualifier de policé ». Ce court passage eut, entre autres, pour conséquence de déchaîner les passions en Pays Basque, encore et surtout au XXe siècle, où on l'attribua aux Basques de l'Antiquité donnant ainsi naissance à un des mythes parmi les plus prisés du nationalisme basque contemporain : le « matriarcalisme basque ».

    32 Iglesias, 1998b.

    33 García Arias, 1977, p. 54.

    34  Coromines, 1972, pp. 163-164.

    35  Coromines, 1972, p. 163, n. 7.

    36  Irigoyen, 1992a, p. 357.

    37 Gavel, 1921, p. 87, § 41.

    38 Iglesias, 1998b, p. 4.

    39  Irigoyen, 1992a, p. 358.

    40  Allières, 1998, p. 316.

    41  Alliéres, 1998, p. 316.

    42  Encyclopædia Britannica, 1929-1964, p. 909.

    43  Cherpillod, 1986, p. 267.

    44  Comme le signale le généticien André Langaney (Langaney / Clottes / Guilaine, 1998, pp. 41-43), pour expliquer l'étonnante homogénéité génétique des populations actuelles à travers toute la planète, la seule explication, d'après les recherches les plus récentes basées, entre autres, sur des simulations réalisées sur ordinateur, est d'admettre que le nombre des populations préhistoriques, à une époque pas trop lointaine, ait été très faible, « à la limite de l'extinction de leur population ». On estime ainsi que tous les êtres humains actuels descendent d'une seule et unique population d'environ 30000 personnes - c'est-à-dire l'équivalent d'une ville comme Biarritz pour peupler l'ensemble de la planète - connus sous le nom de Homo sapiens sapiens et concentrée probablement dans certaines régions du Proche-Orient. Cette population serait apparue entre 150000 et 100000 av. J.-C. Ce sont des chasseurs-cueilleurs du Paléolithique, nos ancêtres directs : d'après les théories les plus récentes, ils auraient ainsi peuplé la Chine vers 67000 av. J-C, la Nouvelle-Guinée et l'Australie vers 50000 av. J.-C, l'Afrique entre 45000 et 35000 av. J.-C, l'Amérique, une première fois sans succès vers 45 000 av. J.-C. et une seconde fois vers 18000 av. J.-C. et, en ce qui nous concerne, l'Europe vers 40000 av. J.-C. Ces derniers, ceux qui s'établirent en Europe, sont appelés d'ordinaire « les homme de Cro-Magnon ». Or, il est également établi par la science actuelle que ces populations se déplaçaient vite et beaucoup. Et il en était de même à la fin des temps paléolithiques et au début du Néolithique, c'est-à-dire grosso modo vers 10000 av. J.-C, époques au cours desquelles les mouvements de populations - ces dernières étant jusqu'à la fin du Paléolithique, rappelons-le, en nombre très faible (« N'oublions pas que le monde préhistorique est presque vide » rappelle Jean Clottes, cf. 1998, p. 85) - furent constants et très importants.

    45  Langaney / Clottes / Guilaine, 1998, p. 36

    46  Morvan, 1996.

    47  On peut par ailleurs citer, ne serait-ce qu'à titre de curiosité, le témoignage, au début du XIXe siècle, d'un philologue appelé Christian Gottlieb von Arndt, témoignage dont Michel Morvan fait état dans sa thèse (cette dernière étant controversée malgré une critique plutôt élogieuse de Jacques Allières). Ce qu'écrit Christian von Arndt est tout à fait étonnant pour son époque, dite d'ordinaire pré-scientifique : « Mais si en attendant on veut chercher des ancêtres ou des parents collatéraux à la langue basque dans d'autres régions du monde, alors on devrait de préférence les trouver au nord-est de notre continent, parmi les dialectes des Samoyèdes et d'autres populations nomadisant dans la Sibérie nord-orientale » (Morvan, 1996, p. 35). Or, le toponyme sibérien Lena (hydronyme) se trouve justement dans cette Sibérie dite nord-orientale dans une région où est de nos jours parlé le yakoute, une langue altaïque du groupe türk d'après Michel Morvan.

    48  Rohlfs, 1970, pp. 53-54, § 77 et p. 67, § 159.

    49  Rohlfs, 1970, p. 39, § 11.

    50  Registres Français, T. II, 1900-1906, p. 39.

    51  Orpustan, 1999, p. 346.

    52  Morvan, 1995, p. 45.

    53  Rohlfs, 1970, p. 53, § 74.

    54  San Martin, 1991, p. 270.

    55  Moralejo, 1977, p. 135, n. 48.

    56  Moralejo, 1977, p. 135, n. 48.

    57  Don Ramón Menéndez Pidal (1968, pp. 247-248) signale que « una gente astur (sic) [en réalité galaïque] es señalada por Plinio, IV, 111, la de los Egivarri [il ajoute en bas de page : « Sigo la lección cor-riente de Plinio. LaTeubneriana, hecha por Mayhoff, pone ‘Egi, Varri’, con évidente error »], en cuya denominación es dificil no ver un gentilicio tomado del nombre de la ciudad o fortaleza, idéntico al de un caserio guipuzcoano, de Azpeitia, Eguibarr, repetido en el apellido del Labourd Eguiberri ; el primer ele-mento es egi, que en vasco moderno significa ‘cresta, sierro, pico’, sin duda como ‘peña’ en el español anti-guo con significado de ‘fortaleza, castillo’ ; así que Egivarri es Pena Nueva, opuesto al Peña Vieja de los Picos de Europa ». Mais toute la démonstration du maître était également basée sur une leçon erronée, ce qui l'invalide. En outre, Don Ramón M. Pidal croyait également, à l'instar de Humboldt et à tort, que -varri était le basque barri. C'est en réalité à partir d'une forme Egovarri qu'il faut tenter d'analyser ce nom des Callaïques.

    58  Pline, Livre I, éd. 1950, pp. 33-34.

    59 Plini Secvndi, L. IV, 1906, p. 354.

    60  Iglesias, 1998b, p. 11, § 25.

    61  García Arias, 1977, p. 98.

    62  Peuple d'origine celtique fixé à l'origine dans le Sud-Ouest de la péninsule ibérique entre le Tage et le Guadiana et dont une partie émigra en Galice d'après Strabon (Géogr., III, 3, 4).

    63  Jungemann, 1955, pp. 119-120.

    64  Irigoyen, 1986, p. 56, § 52.

    65  Irigoyen, 1986, p. 56, § 52.

    66  Irigoyen, 1986, pp. 61-62, § 60.

    67  Orpustan, 1999, pp. 279-280.

    68  Michelena, 1990, p. 33, §2. 1.7.

    69  Piel, 1937, p. 44, § 114.

    70  Piel, 1937, p. 35, §§ 79, 80.

    71  David, 1947, p. 42.

    72  Les cartes au 1 : 25.000 qui sont en train de paraître depuis une vingtaine d'années (tout le territoire galicien n'est pas encore couvert) sont supervisées par une commission spéciale (Santamarina, 1986/1991, p. 246) constituée de toponymistes galiciens et d'un linguiste de l'Université nommés par le Gouvernement de Galice. Elle supervise toutes les opérations étant donné, comme nous l'avions déjà indiqué, qu'en Galice il n'existe pas de bilinguisme galicien-espagnol. En effet, seules les formes galiciennes des toponymes ont une existence légale, les anciennes formes et graphies espagnoles des noms de lieux et de rues n'existant plus d'un point de vue légal d'après la « Loi de Normalisation Linguistique de Galice » de 1983 qui, dans son article premier, stipule que « les toponymes de Galice ont pour forme unique et officielle la forme galicienne ». En juin 1983, tous les partis politiques représentés au parlement autonome de Galice, où tous les débats se font uniquement en langue galicienne, votèrent également et à l'unanimité (droite galicienne néo-franquiste incluse et à l'exception des députés du Bloque National-Popular Galego / Partido Socialista Galego qui avaient été expulsés du parlement en novembre 1982 pour avoir refusé de jurer fidélité à la Constitution espagnole) la « Loi de Normalisation Linguistique ». L'article premier de cette loi stipulait que « le galicien est la langue originelle de Galice » et surtout que « tous les Galiciens ont le devoir de la connaître et le droit de l'utiliser ». Mais le gouvernement central de l'État espagnol fit appel de cette décision devant le Tribunal Constitutionnel du Royaume d'Espagne et le 26 juin 1986, celui-ci déclara cet article inconstitutionnel en rappelant que seule la connaissance de l'espagnol constituait un devoir et non pas celle du galicien (Mariño Paz, 1998, p. 356).

    73  Moralejo, 1977, pp. 341-454. On a également le village d'Orense appelé Londoño et les hameaux biscaïens appelés Lendoño de Abajo / Beitia et Lendoño de Arriba / Goitia, localité d'Orduna, en basque Urdufia, cf. également la montagne andalouse appelée Orduña, 1 943 m., située dans la Sierra Arana, à 20 km au nord-est de Grenade, non loin d'une rivière appelée río Maitena, mais ici il doit s'agir, quoique cela devrait être démontré, de noms donnés après la Reconquête, ce qui ne peut être en revanche le cas en Galice.

    74  Citons également la petite montagne appelée Arcogaña située à environ 16 km au de la ville de La Corogne (IGN, 1 : 25.000, Abegondo, 45-IV). A 10 km au sud-est de cet oronyme Arcogaña se trouve le village de Carrís, autrefois Alfonsi de Carris, s. d. prob. XII-XIIIe s. (cartulaire de Sobrado, cf. le rocher de Biarritz appelé Carritz Trois autres montagnes de Lugo sont aussi appelées Os Carrís, autrefois en espagnol Los Carrís (IGN 1 : 50.000, Meira, 48 ; 1 : 25.000, Friol, 72-III/13-12 ; Lugo, 72-IV/14-12), une d'entre elles étant située à côté d'une autre montagne appelée Tiribidi. Non loin de ce monte de Tiribidi se trouve le monte de Lerin, cf. le village navarrais de Lerin, Lerin, 1059. Un village de La Corogne s'appelle Carrió (IGN, Betanzos, 1 : 25.000, 45-II/5-5). Un autre lieu du même nom est attesté dans la province de Pontevedra : in territorio Dece villam et eclesiam sancti Iacobi que est inter Orza et Karrio, 25-VII-872 (cartulaire de Samos, mais il s'agit peut-être d'une falsification ultérieure). A côté du mont Tiribidi, on trouve le village de Corota dont le nom rappelle étrangement le nom du célèbre chef cantabre (ou asturien on ne sait pas exactement) appelé Corocotta (Gonzalez Echegaray, 1997, pp. 83, 85, 108, 123, 146). L'empereur Auguste, que les Cantabres et les Asturiens avaient rendu dépressif, était, raconte Dion Cassius (LVI, 43, 3), « tellement irrité contre un certain Corocotta, un bandit espagnol très puissant, qu'il promit publiquement une récompense de 250000 sesterces à quiconque l'arrêterait ; mais plus tard, comme Corocotta s'était présenté à lui spontanément, non seulement Auguste ne lui fit aucun mal, mais de surcroît il lui offrit la somme promise ». On a toutefois du mal à croire que ce chef cantabre, une sorte de Viriathe du Nord de l'Espagne, s'est présenté, comme l'affirme Dion Cassius, devant Auguste afin de lui réclamer la récompense promise pour sa capture et que l'empereur, magnanime, a accepté de la lui donner. D'autant plus que ce dernier était devenu dépressif- à tel point qu'il avait dû par la suite abandonner le front cantabre et rentrer à Tarragone afin d'y faire une cure - à cause, en partie, dudit Corocotta.

    75  Orpustan, 1990, p. 39, § 38.

    76  Jaupart, 1981, p. 17.

    77  Mariño Paz, 1998, p. 71.

    78  On considère que Strabon a utilisé principalement les Histoires et l'Histoire de Pompée de Posidonius d'Apamée et que les citations d'auteurs antérieurs à 72 av. J.-C., date de l'érection du Trophée du Col de Perthus, c'est-à-dire d'auteurs tels que principalement Ephore, Eratosthène, Polybe (dont l'oeuvre intitulée l'Histoire universelle consacrée aux guerres hispaniques s'arrêtait à l'année 144 av. J.-C), Artémidore et Asclépiade de Myrléa, ont été transmises à Strabon par Posidonius.

    79  Caro Baroja, 1945, p. 216.

    80  Michelena, 1989, p. 80, § 193.

    81  Lafon, 1999b, p. 81.

    82  Agud & Tovar, 1992, p. 874.

    83  Orpustan, 1999, p. 63.

    84  Agud & Tovar, 1992, p. 874.

    85  Nègre, 1963, p. 30.

    86  Moralejo, 1977, pp. 30-31, n. 20.

    87  Rohlfs, 1955, p. 125.

    88  Irigoyen, 1986, pp. 230-231, § 70.

    89  Iglesias, 1998b, pp. 19-20.

    90  Irigoyen, 1986, p. 232, § 72.

    91  Caro Baroja indique également (1958, n. 30) : « La impresiôn que se tiene a primera vista es de que la romanización de los cántabros fue mayor que la de los astures y la de que éstos conservaron más elementos del antiguo estrato ‘vascoide’. Nombres como el de la tribu de los ‘gigurri’, el de ‘Arronidaeci’, c. I, 1. II, 2679 y otros personales (‘Neconi’, c, I, 1. II, 5718, ‘Andoto’, etc.) nos acercan al complejo aquitano ».

    92  Morlet, 1972, T. I, p. 44.

    93  Morlet, 1972, T. I, p. 44.

    94  Morlet, 1972, T. I, p. 36.

    95  Boullón, 1994, p. 145.

    96  Salaberri, 1994, p. 126.

    97  Morlet, 1972, T. I, p. 14.

    98  Irigoyen, 1986, p. 78, § 99.

    99  Silva, 1945, pp. 653 et 661.

    100  Lafon, 1999, p. 50.

    101  Oyharçabal, 1998a, p. 44.

    102  Martino, 1995, pp. 42-43.

    103  Orose (VI, 21, 1-11) parle en effet de plusieurs combats dans des régions galiciennes : praetera ulteriores Gallaeciae partes quae montibus siluisque consitae Oceano terminantur, Antistius et Furnius legati magnis grauibusque bellis perdomuerunt. Nam et Medullium montent Minio flumini inminentem, in quo se magna multitudo hominum tuebatur (Martino, 1995, p. 47).

    104  Schulten, 1943, pp. 171-173, Martino, 1995, p. 73

    105  Etcheto, 1997, pp. 167-168

    106  Oyharçabal, 1998a, pp. 44-46.

    107  Goulard, 1998, p. 272.

    108  Oyharçabal, 1998a, p. 45.

    109  Juan José Larrea, 1998, pp. 120-121, écrit : « Sans exception, tout ce qu'on a trouvé, et qu'on découvre de plus en plus, dans le saltus Vasconum est romain : céramiques et monaies, voies, mines, monuments commémoratifs, etc. Relativement à la Vasconie méridionale et centrale, la différence réside dans la densité des découvertes, jamais dans leur attribution culturelle. Tout simplement, la carte de Caro Baroja négligeait les données de la géographie : la plus grande partie du saltus est, dans l'Antiquité comme aujourd'hui, un désert du point de vue des habitats stables. Et dans les vallées, étroites et boisées, le relief souvent tourmenté, l'absence de bon terroirs agricoles et les conditions climatiques - pluviosité élevée, températures extrêmes en hiver - ont toujours empêché des activités autres que l'élevage, la sylviculture et, tout au plus, une agriculture de bas rendements. Bref, des activités et des formes d'occupation qui laissent une empreinte très légère dans un milieu peu favorable à la conservation de celle-ci. Au demeurant, la comparaison de la répartition des traces romaines avec celles des vestiges protohistoriques montre que loin d'être le vase clos que l'on a prétendu, le saltus a suivi la dynamique de la région, en ce sens que l'occupation du territoire s'est intensifiée : ouverture de nouvelle voies de communication, naissance de petites agglomérations à côtés de celles-ci, poussée de la ligne des habitats stables en amont des vallées, exploitations minières...  ».

    110  Oyharçabal, 1998a, p. 44.

    111  Goulard, 1998, p. 260.

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Hector Iglesias, « Affinités toponymiques cantabropyrénéennes et énigmes historiques », Lapurdum, 4 | 1999, 123-166.

    Référence électronique

    Hector Iglesias, « Affinités toponymiques cantabropyrénéennes et énigmes historiques », Lapurdum [En ligne], 4 | 1999, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/1557

    Haut de page

    Auteur

    Hector Iglesias

    Doctorant en Études Basques

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Iglesias H. | IKER UMR 5478

    Haut de page
    • Logo Iker
    • OpenEdition Journals