Navigation – Plan du site

Les prologues auctoriaux des ouvrages basques des XVIe et XVIIe siècles

Bernard Oyharçabal
p. 39-93

Texte intégral

1L'objet de ce colloque étant de mieux connaître les conditions dans lesquelles la littérature classique basque se développa au XVIIe siècle, j'examinerai pour ma part certains des écrits de la périphérie des textes, que G. Genette (1987) a désignés sous le nom de paratextes, et que l'on rencontre également sous d'autres désignations comme périgraphie (Compagnon 1979 : 328), ou encore, en espagnol, preliminares (Spang, 1987 : 322).

  • 1  Bien qu'elle concerne un texte datant d'une période située au-delà de celle à laquelle se limite c (...)

2Après certains travaux précurseurs, notamment pour la littérature du siècle d'or en Espagne celui de Porqueras Mayo (1957), au cours de ces dernières années, disons surtout au cours des années 80, les historiens de la littérature, en particulier les spécialistes du XVIe siècle, ou encore du Moyen Age en Espagne et en France, ont souligné l'importance de ces textes périphériques pour comprendre et interpréter les conditions de production et de réception des oeuvres. Certes, le thème n'était pas nouveau, mais il avait été abordé jusque-là dans une perspective principalement bibliographique (Cayuela 1996 : 08). En dehors de cette optique, illustrée notamment dans les études basques par Vinson dans sa bibliographie (1891), les paratextes basques ont peu été étudiés jusqu'ici, et ce colloque offre l'occasion de leur porter, du moins pour ceux de la période considérée, une attention particulière1.

  • 2  Je ne tiens pas compte ici des éléments d'intertextualité, et notamment des citations et des récit (...)
  • 3  Le regroupement des prologues des auteurs et des traducteurs dans le cas des textes basques s'expl (...)

3Pour les ouvrages en basque publiés durant les XVIe et XVIIe siècles, nous pouvons distinguer quatre types majeurs de paratextes2 : ceux relatifs aux éléments de nature éditoriale (titre, auteur, lieu, date et conditions d'impression, errata) ; les éléments de préciation de l'œuvre ou également de l'auteur dûs à des plumes autres que celle de l'auteur lui-même, dont notamment, dans le cas qui nous concerne ici, eu égard à la forte proportion d'ouvrages religieux, les approbations et permissions épiscopales qui constituent un sous-groupe caractéristique ; les dédicaces de l'auteur, qui sont très fréquentes jusqu'à la seconde moitié du XVIIe siècle, et que J.-B. Orpustan examinera au cours de ce colloque, et enfin les prologues et avertissements au lecteur rédigés, soit par les auteurs eux-mêmes (préfaces auctoriales, selon la dénomination de Genette), soit par les traducteurs en tant que prologuistes de leur travail de traduction3. Ce sont de ces derniers dont pour ma part je parlerai exclusivement.

4Généralement les prologues des textes basques ne sont pas désignés autrement que par la mention du destinataire au datif, notamment par les formules Euskaldunei « Aux Basques » ou Irakurtzaileari « Au lecteur ». Parfois le terme abisua « avis » est associé à la mention du destinataire, comme chez Etcheberri de Ciboure, et le terme prefacioa « préface » apparaît également chez Gasteluçar alors que la forme antérieure classique de ces paratextes se modifie, et vient doubler l'avertissement au lecteur. Tous ces textes, que nous regroupons sous le nom générique de prologue, se caractérisent par les éléments suivants : i) ils sont rédigés par l'auteur ; ii) ils visent à présenter l'ouvrage publié (ou la traduction réalisée) au lecteur sur un mode personnel et direct. Contrairement aux dédicaces, lesquelles sont adressées généralement à quelque personne de mérite ou d'importance, parfois dans le but de bénéficier de sa protection, voire de son aide financière pour la publication, ou encore pour rappeler que c'est à sa demande que l'ouvrage a été écrit, les prologues ne sont pas destinés à quelqu'un en particulier, sinon au lecteur, parfois socialement ou culturellement défini, mais toujours anonyme et virtuel, même lorsque, comme Montaigne dans ses Essais, il prétend avoir écrit son livre à la commodité particulière de [ses] parens et amis, et en aucune façon pour rechercher la faveur du monde.

5Dédicaces et prologues forment par conséquent des paratextes de nature bien différente, même s'il advient à l'occasion que les premières soient rédigées de manière telle qu'on y retrouve l'essentiel des éléments des prologues. On peut mesurer la différence générique des deux types de paratextes en considérant dans la littérature basque par exemple Guero d'Axular et Onsa hilceco bidia de Tartas, qui disposent tous deux à la fois d'une dédicace et d'un avertissement au lecteur, de formats classiques pour la période.

6Comme nous allons le voir, ces avertissements au lecteur sont relativement fréquents dans les ouvrages en basque à l'époque considérée et ils accordent presque tous une place importante à une question particulière : celle de la langue. Même si cet intérêt spécifique n'est pas inconnu ailleurs à certaines périodes, ainsi au milieu du XVIe siècle en France, c'est là, à n'en pas douter, une singularité des ouvrages basques, qui témoigne de la nature particulière, pour la plupart des auteurs, du choix de langue. Cette surpondération de l'aspect linguistique se retrouve, on le sait, tout au long de l'histoire de la littérature basque, et c'est d'ailleurs encore le cas dans une large mesure.

7L'un des aspects pris par cette question de la langue se retrouve dans la différence que l'on peut constater entre la langue des textes (et généralement des prologues) et celle des dédicaces. Pour les textes que nous étudions ici, à de rares exceptions près, comme celle d'Oihenart (1657), sur laquelle nous reviendrons, les prologues sont en basque, comme les textes, alors que les dédicaces peuvent êtres rédigées dans une autre langue si leur destinataire n'est pas basque, soit dans le cadre d'une démarche bilingue comme dans la dédicace de Liçarrague à Jeanne d'Albret, soit en français uniquement comme dans la dédicace de Materre à l'Évêque de Bayonne, Claude de Rueil. La langue des paratextes de préciation est, elle, très variable (latin, espagnol ou français, basque).

Les prologues dans les littératures des XVIe et XVIIe siècles

  • 4  Texte cité selon l'édition révisée et actualisée de M. de Riquer (1980).

8Au XVIe siècle, de nombreux auteurs font précéder leurs œuvres de prologues ou avertissements au lecteurs, suivant une conduite qui trouve sa source classique dans les textes dramatiques et poétiques, tels qu'ils furent théorisés par Aristote dans la Poétique et la Rhétorique (Tripet 1992 : 02 ; Montoya Martínez & Riquer 1998 : 36). Des textes majeurs de la littérature française ou espagnole témoignent de l'importance de ces préliminaires. Du Bellay signale que sa Deffense et illustration de la langue françoise de 1549 avait été conçue comme le prologue à son ouvrage poétique Olive car ne pensant toutefois au commencement faire plus grand œuvre qu'un espitre et petit avertissement au lecteur, disjonction à laquelle ne procéda pas Ronsard bien que les considérations adressées au lecteur apprentif en tête de la deuxième édition (posthume) de 1587 de La Franciade ont pu être considérées comme constituant un véritable art poétique (cf. Rigolot 1986). Le cas de Cervantes est tout aussi révélateur, qui écrit un prologue au 1er livre du Quichote, pour railler cette pratique à laquelle il se soumet de mauvaise grâce et comme par obligation : Porque te sé decir que aunque me costó algún trabajo componerla [l'œuvre], ninguno tuve por mayor que hacer esta prefaciôn que vas leyendo. Mucha veces tomé la pluma para escribille, y muchas la dejé, por no saber lo que escribiría ; y estando una suspenso, con el papel delante, la pluma en la oreja, el codo en el bufete y la mano en la mejilla, pensando lo que diría, entró a deshora un amigo mío, gracioso, y bien entendido, el cual, viéndome tan imaginativo, me preguntó la causa y, no encubriéndosela yo, le dije que pensaba en el prólogo que había de hacer a la historia de don Quijote.4

  • 5  En fait l'ouvrage de B. Dechepare contient quelques lignes que l'on pourrait marginalement considé (...)

9Qu'en est-il des textes basques ? Au XVIe siècle, Dechepare n'a pas de prologue5, et l'advertissement que Liçarrague fait figurer avant sa traduction du Nouveau Testament est un texte traduit faisant partie de l'original, contrairement à son adresse aux Basques (Heuscalduney). En fait, pour ces auteurs la question de la langue étant primordiale, et leurs dédicaces accordant à ce sujet une place importante, un tel préliminaire aurait fait en quelque sorte double emploi. C'est d'ailleurs un peu le cas chez Liçarrague qui, dans le texte s'adressant spécifiquement à ses lecteurs basques, et où il traite notamment des difficultés de sa tâche de traducteur, retrouve un point qu'il avait également développé dans sa dédicace à Jeanne d'Albret.

10On s'étonnera bien sûr de l'absence d'un tel prologue chez Dechepare, très conscient de la nouveauté et de l'importance de son ouvrage du point de vue de la langue. Certes le thème linguistique et l'apport spécifique de son livre dans cette perspective ne sont pas ignorés, puisqu'il y consacre à la fois sa dédicace et les deux derniers poèmes de son recueil. Toutefois, par rapport à l'usage traditionnel des prologues au XVIe siècle, manquent d'autres éléments que l'on aurait aimé y rencontrer, car sans doute nous auraient-ils permis de mieux comprendre les conditions dans lesquelles ses poèmes furent conçus et publiés. Tripet (1992 : 202) voit dans le bref texte adressé Au lecteur par Montaigne dans ses Essais, une illustration des prologues classiques, en ceci du moins qu'il respecte la géométrie du genre fondée sur ce qu'il appelle le triangle du prologue, à savoir, le destinataire, l'œuvre et l'auteur. Pour qui Dechepare écrivait-il, à qui s'adressait-il ? Dans quelles conditions choisit-il les thèmes qui furent les siens dans ses poèmes, et pourquoi leur donna-t-il cette forme ? Comment se situait-il par rapport à sa propre production en tant qu'homme d'église, que poète de l'amour charnel, ou que responsable public, injustement accusé et emprisonné, ainsi qu'il l'assure dans son poème autobiographique ? Ces questions restent largement sans réponse, et l'on peut penser qu'un avertissement au lecteur sur le modèle classique nous aurait fournit quelques indications ou indices nous mettant sur la voie. Ainsi, paradoxalement, l'absence de prologue chez Dechepare nous fait saisir l'importance que ces paratextes peuvent présenter pour comprendre la manière dont les textes sont produits et éventuellement reçus dans leur contexte.

  • 6  Je ne tiendrai pas compte des prologues des textes non destinés à un lectorat bascophone, en parti (...)
  • 7  Par rapport aux indications de la bibliographie de Vinson, les avertissements ou prologues de l'au (...)

11Quels sont les textes de la littérature basque6 qui nous procurent de tels prologues jusqu'à la fin du XVIIe siècle ? Selon les ouvrages que j'ai pu consulter, ce sont, dans l'ordre chronologique, les suivants7 :

12Liçarrague (1571). Dans la traduction du Nouveau Testament une adresse Aux Basques (Heuscalduney) ; en tête de l'ABC une adresse A tous ceux en charge de l'enseignement de la jeunesse et à leurs supérieurs (Gastetassunaren iracasteco cargüa dutenér eta goitico gucier).

13Materre (1623). Un avertissement Aux Basques (Euscaldunei) repris certainement de la lre édition édition (perdue) de Dotrina christiana (1617) ; un avis Au lecteur (Iracurtçailearï) ajouté dans l'édition de 1623.

14Beriayn (1621). Une adresse au lecteur en espagnol (Al lector) dans ce traité bilingue sur la manière d'entendre la messe.

  • 8  La datation double indique, d'une part que le seul texte qui a été conservé est celui de 1669, mai (...)

15Etcheberri de Ciboure (1627/16698). Dans le Manuel de Dévotion (Manual debotionezcoa), trois textes préliminaires en vers : l'avis au lecteur (Iracurtçailleari abisua) ; l'exhortation à l'apprentissage du Manuel (Manualaren ikhastera iratçarmendua) ; l'avis de l'auteur au lecteur dévot sur la manière du livre (Iracurtçaille devotari eguilleac liburu hunen maneraz abisua).

16Haramboure (1635). Dans La Dévotion manuelle (Debocino escuarra) une adresse de l'auteur de l'ouvrage au lecteur (Irakurtzailleari obraren iabeak)

17Axular (1643). Dans Guero (Après), un avis Au lecteur (Iracurtçailleari).

18Oihenart (1657). Dans Les Proverbes basques recueillis par le Sr d'Oihenart, plus les poésies basques du mesme auteur, une préface rédigée en français en tête de l'ouvrage et précédant le recueil de proverbes, et un avertissement Av lectevr avant la seconde partie rassemblant les poésies basques.

19Argaiñaratz (1665). Dans Le bréviaire des dévots (Devoten breviarioa), un avis aux dévots (Devotei).

20Tartas (1666 & 1672). Dans La voie pour bien mourir (Onsa hilceco bidia), une adresse Au lecteur (Iraccurtcaliari ; même chose dans Les occupations dévotes de l'âme pénitente (Arima penitentaren occupatione devotaq).

21Gasteluçar (1686). Dans Eguia catolicac salvamendu eternalaren eguiteco necessario direnac (Les vérités catholiques nécessaires pour réaliser son salut éternel), une préface (Prefacioa) et un avis (Abisua).

22Comme on peut le constater, les ouvrages basques de la période considérée qui disposent d'un avertissement au lecteur sont relativement nombreux. Tous ne sont pas de même importance, et il convient de distinguer selon la nature des ouvrages, la période, les auteurs. Nous offrons en annexe les textes basques avec leur traduction française, et le lecteur pourra s'y référer pour en prendre connaissance. Dans les paragraphes qui suivront, je procéderai à certaines observations relatives au contenu de ces prologues de divers points de vue.

Les prologues-types de Materre, Axular et Tartas

23Parmi les divers textes mentionnés, certains correspondent à une facture classique pour l'époque. Avec l'adresse aux Basques de Materre, probablement présente dans l'édition de 1617 de Dotrina Christiana, c'est surtout le cas des prologues qu'Axular et Tartas firent paraître dans leurs ouvrages de morale religieuse Guero et Onsa hilceco bidia, genre de littérature dans lequel les auteurs affectionnaient particulièrement les paratextes en ce temps, ce qui avait suggéré à La Bruyère cette observation narquoise, qui figure dans ses Caractères : Si l'on ôte de beaucoup d'ouvrages de morale l'Avertissement au lecteur, l'Epître dédicatoi-re, la Préface, la Table, les approbations, il reste à peine assez de pages pour mériter le nom de livre (Les Caractères, Des ouvrages de l'esprit).

24La structure de ces prologues s'établit autour des quatre éléments suivants, que l'on trouve chez les trois auteurs (sauf pour le dernier chez Materre) :

  • circonstances expliquant comment l'auteur a entrepris son ouvrage : topos de l'auteur obligé ;

  • indications générales relatives au plan de l'ouvrage ;

  • discussions des questions de langue et des difficultés y attenant rencontrées par l'auteur ;

  • posture d'humilité de l'auteur : topos de la modestie.

25Nous nous appuierons sur ces prologues pour examiner les conditions de réalisation de cette structure.

Le topos de l'auteur obligé

26Le but du prologue est principalement de présenter au lecteur la posture que l'auteur entend prendre aux yeux du lecteur par rapport à l'œuvre et de définir le contenu de celle-ci. En réalité il s'agit là d'une actualisation des stratégies de rhétorique dont les auteurs classiques avaient clairement établi la double tâche : instruire (docere) et séduire (placere). Le prologuiste poursuit ainsi un double objectif : souligner l'intérêt de son propos afin d'attirer l'attention du lecteur (attentum parare), mais aussi, le séduire, et pour cela susciter chez lui la sympathie pour l'œuvre (docilem parare) et la bienveillance envers l'auteur (captatio benevolen-tiae), laquelle se gagne notamment en adoptant une attitude de modestie.

  • 9  Dans le cadre de la littérature basque cette contradiction est particulièrement évidente dans les (...)

27Il y a là comme une contradiction : l'auteur, d'une part, doit se diminuer au yeux du lecteur en tant qu'auteur, mais, d'autre part, il ne saurait évidemment associer son discours à ce propos de rabaissement, ce qui serait contreproductif Cette contradiction est le plus souvent résolue dans les prologues9 par le recours à un procédé consistant à disjoindre l'auteur de l'œuvre, en mettant en scène des circonstances permettant cette dissociation. Nous en verrons une illustration presque caricaturale et à vrai dire quelque peu maladroite chez Tartas (1666).

28Ce sont Axular et Tartas, dont les ouvrages, bien qu'ils relèvent de la réflexion religieuse, accordent aux conventions littéraires une place indéniable, qui se plient le plus clairement à ce jeu. Tout en revendiquant leur statut d'auteurs, ils présentent leur oeuvre comme le produit d'une action extérieure, et évoquent des circonstances, plus sûrement inventées que réelles, au moins chez Tartas, mais sans doute également chez Axular, qu'ils mettent en scène dans un style et un ton qui anticipent ceux du texte proprement dit.

29Le texte d'Axular est bien connu, car les historiens de la littérature ont souvent considéré le récit des circonstances dans lesquelles Axular entreprit la rédaction de son ouvrage comme une allusion à un groupe de lettrés basques du Labourd se réunissant pour disserter des moyens de promouvoir une littérature religieuse de qualité dans la langue du pays (Villasante, 1979 : 68, 77-78). Il est difficile de déterminer dans quelle mesure ces propos correspondent à une certaine réalité, ou s'il s'agit simplement d'une fiction conventionnelle. Car le procédé est bien connu qui fait que Tripet (1992) s'interroge lui aussi à propos des prologuistes français : Que dire des déclarations où l'auteur excuse la publication de son livre en disant (...) que ce sont ses amis qui ont insisté pour qu'elle se fasse (...) ? Rien n'exige que l'on doute, systématiquement, de la sincérité de telles déclarations ; mais il faut reconnaître qu'elles permettent à l'auteur de sauver l'existence et la valeur de son œuvre par personne et par circonstances interposées, tout en respectant le topos de la modestie. (Montaigne et l'art du prologue au XVIe siècle, p. 13). Cette interrogation vaut tout aussi bien pour le prologue d'Axular qui débute ainsi :

30Egun batez, compaiñia on batean, euscaldunic baicen etcen leccuan nengoela, eccarri çuen solhasac, içan cen perpausa, etçuela deusec ere hanbat calte eguiten ari-maco, eta ez gorputceco ere, nola eguitecoen gueroco vtzteac, egunetic egunera, bihar-retic biharrera luçatceac. Eta on çatequeiela, gauça hunetçaz liburu baten, euscaraz, guztiz ere euscararic baicen etciaquitenentçat, eguitea ; eta hartan, guero dioenac, bego dioela eracustea, compaiñia berean galdeguin cen berehala, ea nori emanen cei-can liburuaren eguiteco cargua. Eta bertce guztien artetic, hasi ceizquidan niri neroni aditcera emaiten, lehembician kheinuz eta ayeruz, eta guero azguenean, clarqui eta aguerriz, nic behar nituela, eguiteco hartan escuac sarthu. Ordea nola ezpainintcen neure buruaz fida, desencusatu nintcen ahal beçanbat. Baiña alferric, ceren hain cinez eta batetan lothu ceisauidan, non ezetz erraiteco bide guztiac, hertsi baitcerausquida-ten. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

31Un jour, alors que je me trouvais dans une compagnie agréable, composée uniquement de Basques, la conversation apporta le sujet, et le propos vint, que rien ne faisait plus de mal à l'âme, et même au corps, que le recul de l'accomplissement des devoirs, leur remise à plus tard de jour en jour, et de lendemain en lendemain. Et qu'il serait probablement utile de faire un livre en basque sur ce thème, destiné en particulier à ceux qui ne savent que le basque, et d'y montrer que celui qui dit plus tard dit jamais. Et parmi tous les présents, c'est à moi que l'on commença à faire comprendre, d'abord par signes et par allusions, puis, à la fin, clairement et ouvertement, qu'il me fallait prendre en mains cette tâche. Toutefois, comme je n'avais guère confiance en moi, j'essayais le plus possible de me faire excuser. Mais en vain, car on s'efforça si sincèrement et unanimement de me convaincre, qu'on me ferma toutes les voies de refus.

32Tartas ne s'embarrasse pas de réalisme et a recours à un procédé également classique : celui du songe inspirateur, développé sur un mode naïf et ingénu, qui ne doit pas probablement pas être interprété au second degré, bien que le lecteur soit tenté de le faire (ambiguïté de registre qui, elle aussi, préfigure l'une des caractéristiques du texte lui même) :

33NEVRE adesquidia, igarén vdan egun batez nangoela çuhaincé batén itçalbian neuré orenen errayten ninçala, loac harturic, eguindut neuré loan ametz handibat eta misteriosbat, iduritçen çautan neuré ametsian, iccusten niala guiçon eta emazte tropelabat goiti çelurat igaiten eta bertçé tropela bat oraino handiagoric beheiti ifernurat ioaiten eta erorten, gendé hec consideraturic batçiac gora, bertçiac behera ioaiten çirela, oihu eguindut eta heiagora orori, çer çen causa, edo çergatic batçiac goiti bertçiac beheiti ioaiten çiren : bere hala heldu da, botzbat çelutic eta emandu errapostu botçac ené oihia, eta heihagora ençunic, gende hetaric partebat goiti çelurat ioaiten çela, çeren beré herioaz, eta bere hilçiaz mundu hontan ordu honetz orhituric, eta herioac beccatu mortalic bateré gaberic gratiazco estatian atrapaturic, lurretic partit-cen baitçiren ; eta berçé parté guehiena beheiti ifernurat ioaiten çirela, çeren beré herioaz eta beré hilçiaz asqui ordu honéz orhitu faltaz, gratiazco estatutic campoan, herioac beccatu mortalez betheric atrapaturic, lurretic partitcen baitciren hargatic cirela galdu, eta damnatu.
Loac eta ametsac, eta ametsaren errapostiac içituric, eta lotsaturic, iratçartu nin-çan, eta hartu lumá escura euscaldunen fauoretan euscaraz porogatçecn, onsa hilçeco bidia dela, herioaz, eta hilçiaz ardura orhitçia eta salbatçeco eztela bide hoberic mun-dian. (Tartas, Onsa hilçeco bidia, Iraccurtçaliari)

34Mon ami, alors qu'un jour, l'été dernier, je me trouvais à l'ombre d'un arbre à lire mes heures, m'étant endormi, j'ai fait dans mon sommeil un rêve grand et mystérieux ; il me semblait que je voyais dans mon rêve une troupe d'hommes et de femmes montant au ciel, et une autre troupe, encore plus grande, descendant et chutant en enfer, et, considérant ces gens, les uns allant vers le haut, les autres vers le bas, j'ai crié, et poussé des clameurs : quelle était la cause de ceci et pourquoi les uns allaient vers le haut, les autres vers le bas ; aussitôt, vint du ciel une voix qui, ayant entendu ma clameur et mon cri, répondit qu'une partie de ces gens montait au ciel parce qu'ils avaient quitté la terre s'étant souvenus assez tôt en ce monde de leur mort et de leur trépas, et la mort les ayant attrapés en état de grâce sans qu'ils aient aucun péché mortel, et que l'autre plus grande partie descendait en enfer, parce que, faute de s'être souvenus suffisamment tôt de leur mort et de leur trépas, ils avaient quitté la terre hors de l'état de grâce et la mort les ayant attrapés entièrement souillés de péchés mortels, et que pour cette raison ils s'étaient perdus et damnés.
Epouvanté et effrayé par mon sommeil, mon songe et la réponse de mon rêve, je me réveillai, et pris la plume à la main pour prouver au bénéfice des Basques que la manière de mourir bien consiste à se rappeler fréquemment de la mort, et qu'il n'existe pas de voie meilleure en ce monde pour se sauver.

  • 10  A vrai dire deux autres ouvrages pourraient être mentionnés : les catéchismes bilingues espagnol-b (...)

35Chez Materre, qui a rédigé un catéchisme sans prétention littéraire aucune, les choses se présentent différemment, car son travail est en réalité une œuvre pionnière. Avant lui, fort peu d'ouvrages avaient été publiés en basque, et on peut penser que ceux de Dechepare et de Liçarrague10, ne serait-ce que pour des motifs de contenu, ne devaient pas être d'accès facile à cette époque en Labourd. De plus, Materre n'était pas basque, et il était bien conscient du paradoxe que constituait son statut d'auteur en langue basque. C'est par rapport à cette situation qu'il se situe dans son prologue de la première édition (1617) adressée aux Basques :

36Miretsico duçue agian nic (Euscal-herrico ez naicelaric) Euscaraz esquiribatceco ausartciaren hartcea. Baiña baldin considera ba-dadi edirenen duçue eztela gauça hunetan ausartciaric, eta ez cer miretsiric : aitcitic bertcela eguin ba-nu miretsi behar çatequeyela eta erran ahanci citçaitala neure eguinbidea. Ceren Iaincoac niri hitzcun-ça hunen ikasteco ance appur bat eman derautanaz gueroz, iduritcen çait hoben nuqueyela, eta ere ezagutça gutitaco eta esquer gabe içanen nincela, baldin Euscal-herrian ikassia Euscal-herrico probetchutan emplegatu ez-panu. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

37Vous vous étonnerez peut-être que, n'étant pas du Pays Basque, j'aie l'audace d'écrire en basque. Mais si on considère cette chose vous verrez qu'il n'y a en elle nulle audace, et rien pour s'étonner : au contraire c'est si j'avais fait autrement qu'il aurait fallu s'étonner et me dire que j'avais oublié mon devoir. Car puisque Dieu m'a donné suffisamment de dispositions pour apprendre cette langue, il me semble que j'aurais commis une faute, et que j'aurais été peu reconnaissant et ingrat, si je n'avais pas employé au bénéfice du Pays Basque ce que j'y avais appris.

38Comme on le voit, Materre, sans recourir aux procédés rhétoriques du type de ceux d'Axular et Tartas, entend malgré tout lui aussi se présenter comme un auteur contraint, c'est-à-dire dont l'entreprise relève de l'obligation éthique et sacerdotale. Ayant fait allusion à la parabole du serviteur paresseux de l'évangile il poursuit, en jouant de l'ambiguïté du terme talentu « talent », entendu d'une part au sens de monnaie et associé à l'argent dans l'évangile, mais compris d'autre part au sens de don ou d'aptitude et évoquant la capacité à apprendre les langues dans son cas :

39Euangelioco cerbitçari alfer hura gaztigatu çuen bere nabusiac, ceren irabacian erabiltceco errecibitu çuen talentua eta dirua estalia eta ehortcia eduqui çuen. Handic içan naiz ni ere beldur hala gertha cequidan, baldin Euscaraz minçatceco ardietsi dudan talentua eta iaquina arima irabacian emplegatu gabe ehortcia eta gordea edu-auitcen ba-nuen. Eta etçait iduri asco dela Cadiratic predicatuz probetchu eguitea baiña are vste dut esquiribuz ere behar dela enseyatu eta trabaillatu. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

40Dans l'évangile, le serviteur paresseux fut puni par son maître, car il avait gardé caché et enterré le talent et l'argent qu'il avait reçus afin de le faire fructifier. J'ai craint qu'il ne m'arrivât la même chose, si je tenais caché et enterré, sans l'employer au bénéfice des âmes, le talent et le savoir dont j'ai été doté pour parler basque. Et il ne semble pas qu'il suffise d'en tirer profit en prêchant de la chaire, mais je crois qu'il faut s'y employer et y travailler par écrit également.

Indications relatives à la structure de l'ouvrage

41Les trois auteurs mentionnés donnent ensuite quelques indications sur le contenu de leurs œuvres ou leur structure : il s'agit de la partie spécifiquement informationnelle du prologue, mais à laquelle en réalité on n'accorde guère d'importance. Les auteurs procèdent de façon passablement elliptique.

42Chez Axular et Tartas les indications portent sur les principales divisions de leur texte. On sait que dans Guero cette partie du prologue a donné lieu à certaines difficultés d'interprétation dont traitera Haritschelhar au cours du colloque (cf. également Salaberri 1998). En effet, il est clair qu'au moment où le prologue a été rédigé, Axular envisageait de ne publier qu'une première partie de son essai, sans que l'on sache maintenant avec certitude si tel a été le cas, ou si finalement l'ouvrage complet avait été publié comme l'indique, en contradiction avec le prologue, le titre de l'ouvrage.

43Eta hala deliberatu nuen, buru-eragotz carri beçala, liburutto baten, bi partetan partituric, guero, hunen gaiñean eguitera.
Eta nahi nituzqueyen bi parteac elccarreguin, eta batetan athera. Baiña iccussiric cein gauça guti edireiten den euscaraz esguiribaturic, gogan behartu naiz eta veldur-tu, eztiren bideac asco segur eta garbi, baden bitartean cenbait trabu edo behaztopa harri. Eta halatan hartudut gogo, lehenbicico parte hunen, lehenic venturatçeco, eta berri iaquitera beçala aitcinerat igortceco. Hunec cer iragaiten den, cer beguitarte içaiten duen, eta nor nola mintço den, auisu eman diadaçan. Guero auisu haren arauaz ethorçuiçunerat gouernatceco : Eta bi garren partearen camporat atheratceco, edo barrenean guelditceco eta estaltceco.
(Axular, Guero, Iracurtçailleari)

44Et ainsi je décidai, comme un défi pour mon esprit, de faire ce livre, en le divisant en deux parties.
Et j'aurais voulu publier ces deux parties ensemble et en même temps. Mais voyant que peu de choses avaient été écrites en basque, je me suis inquiété et j'ai pris peur que la route ne soit pas assez sûre et claire, et qu'il n'y ait sur le chemin quelque obstacle et pierre de trébuchement. Et ainsi, j'ai décidé d'aventurer d'abord cette première partie, et de l'envoyer par devant en manière d'éclaireur. Afin qu'elle m'avise de ce qu'il advient, de l'accueil qu'elle reçoit, et de la manière dont on en parle. De façon à agir en fonction de cet avertissement par la suite : ou bien en publiant cette seconde partie, ou bien en la gardant par-devers moi, et en l'y celant.

45Dans Onsa hilceco bidia de Tartas, le plan en quatre parties, fondé sur la nature de l'argumentation développée, est exposé directement et de manière très succinte :

46Edirenen duçu laur capitulu ene liburian, lehenian porogatcendut paganoen erra-naz, bi garrenian, legue çaharreco escritura saindiaz. ; hirur garrenian legue berriaz, eta eliçaco doctor saindiez, laur garrenian laur arraçoin differentez, onsa hilçeco bidia dela herioaz, eta hilçiaz orhitcia. (Tartas, Onsa hilçeco bidia, Iraccurtçaliari)

47Vous trouverez quatre chapitres dans mon livre ; dans le premier, je prouve par les dires des païens, dans le second, grâce à la sainte écriture de la vieille loi, dans le troisième en vertu de la loi nouvelle et des saints docteurs de l'église, dans le quatrième au moyen de quatre différentes raisons, que la manière de bien mourir consiste à se rappeler de la mort et du trépas.

48Malgré sa briéveté, le propos de Materre est fort intéressant. En effet, contrairement à Axular et Tartas, il ne se contente pas de fixer comme objectif à son ouvrage l'instruction religieuse, comme il est normal pour un ouvrage de doctrine catholique, il y a ajoute spécifiquement une visée de fondateur et propagateur de l'écrit basque :

49Eta nola lanac cimendutic behar baitu hassi, eta gure salbamenduco obraren cimendua baita Doctrina Christiana, halatan nic ere, handic hasten naicela, hartu dut gogo liburutto hunen eguiteco, eta iendartera atheratceco, hunetan (bertce eracusleric eztenean) ikus dadin laburzqui cer-ere sinhetsi, obratu, eta escatu behar baita ; Eta guero ikus dadin halaber nola behar den Euscara esquiribatu eta iracurtu. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

50Et comme le travail doit commencer par les fondements, et le fondement de notre œuvre salvatrice étant la doctrine chrétienne, j'ai moi aussi, commençant par là, formé le projet de faire ce petit livre, et de le mettre à la disposition du public, afin qu'on y trouve (quand il n'y a pas d'autre enseignant) ce qu'il faut croire, œuvrer et demander ; et qu'ensuite l'on voie de même comment il faut écrire et lire le basque.

  • 11  De ce point de vue les ouvrages de Dechepare et Liçarrague (comme celui de Materre lui-même) pourr (...)

51Ainsi Materre affiche comme but de son projet, à côté de l'enseignement spirituel, comment il faut écrire et lire le basque. Depuis la Réforme, comme en témoigne en Pays Basque l'ABC de Liçarrague, l'encadrement religieux des populations est associé à des obligations d'alphabétisation. Materre, dont l'action doit être située dans la cadre de la réaction post-tridentine, se trouve néanmoins confronté à un problème de nature linguistique, personnel d'abord, puisqu'il lui a fallu apprendre le basque ainsi qu'il l'indique dans son prologue, et plus général ensuite, car il n'existe pas de standard de langue écrite. Il est probable en effet que certaines couches de la population du Labourd au début du XVIIe siècle, et plus généralement du Pays Basque, étaient alphabétisées en basque, mais d'une façon plus ou moins grossière, que nous laissent entrevoir les lettres que la Dame d'Urtubie adressa en 1597-1598 à son correspondant Juan Velázquez, Gouverneur général du Guipuscoa11. On peut sans doute interpréter l'indication de Materre comme manifestant la nécessité qu'il perçoit d'une fixation de normes de la langue écrite, problème que, d'une part en tant qu'apprenant, d'autre part en tant que prédicateur convaincu de l'importance de l'écrit (rappelons qu'il avait déjà publié un ouvrage de dévotion en français avant sa venue en Labourd), il était bien placé pour percevoir.

Le topos de la modestie

52Pour se présenter au lecteur sous un jour favorable, les prologuistes ont souvent recours au thème de la modestie, consistant en particulier pour l'auteur à avouer par avance ses fautes et faiblesses dans le traitement du sujet.

53Absent chez Materre, ce qui se comprend étant donné la nature peu personnelle de son ouvrage, le thème de l'humilité est surtout présent chez Axular. Ce dernier assure d'abord qu'il y aurait certainement des auteurs plus aptes que lui à entreprendre un tel ouvrage, mais qu'il espère que l'audace dont il fait preuve lui sera pardonnée car il s'agit d'une œuvre pionnière :

54Badaquit anhitzec miretsicoduela eta edirenen arrotz eta estraiñio, ni lan huni lot-cea. Ceren anhitz içan baita orainocoan, eta baita orai ere, ni ez beçalacoric, ni baiño hunetaco gai agoric, eta ançatsu agoric, ezpaitute guztiarequin ere, orainocoan, hune-laco materiatan, hunela ausartciaric eta escu dantciaric hartu. Baitirudi ecen asco behar liçatequeyela arraçoin haur ene guibelatceco eta gueldi aracitceco ere. Baiña ene contra dela dirudien arraçoin hunec beronec, ni esportçatcen eta aitcinatcen nau, hunec bihotz emaiten deraut, haur edireiten dut nic neure alde eta fabore, ceren enseiu-carrean beçala eguiten diren lehenbicico obrèc eta enseiuec, cembait hutz eta falta iça-nagatic ere, badirudi ecen, ceren lehenac diren, barccaquiçun direla, eta bat bederac disimulatceco, ez iccussi iduri eguiteco, eta are desencusatceco dituela. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

55Je sais que beaucoup s'étonneront et trouveront inattendu et étrange que j'entreprenne un tel travail. Car ils ont été nombreux jusqu'ici, et ils le sont encore, ceux qui, différents de moi, plus capables et plus compétents que moi, n'ont pas eu malgré tout jusqu'à maintenant l'audace et la hardiesse de pénétrer en telle matière. Il semblerait que cette raison devrait être suffisante pour me retenir et m'arrêter. Mais cet argument qui semble m'être contraire, m'aiguillonne et me pousse à aller de l'avant, il m'encourage, et plaide en ma faveur, car, quand bien même les œuvres et tentatives que l'on fait comme à l'essai contiennent quelques fautes et faiblesses, il semble que celles-ci, parce qu'elles sont les premières, sont pardonnables, et que chacun est en mesure de les dissimuler, de les ignorer, et même de s'en faire excuser.

56La posture de l'auteur modeste est utilisée à nouveau par Axular à la fin du prologue dans un argument conventionnel, typique des prologues religieux où les mérites éventuels de l'ouvrage doivent être attribués à l'inspirateur divin :

57Eta baldin halatan eta orduan, bat ere goçoric edo çaphoreric edireiten badioçu, ceren hura guztia iaincoaganic heldu baitateque, eta ez eneganic faltaric baicen, hari esquerrac errenda iatçotçu, eta nitçaz ere othoitz eguiteaz, arren othoi, orhoit çaiteci. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

58Et si vous lui trouvez alors [au livre] quelque douceur et saveur, comme tout ceci lui sera venu de Dieu, et non de moi, sinon les fautes, rendez-lui grâces, et, souvenez-vous, je vous en prie, de prier pour moi également.

59Tartas également sacrifie à la convention de l'humilité, mais dans une formule rapide et passablement maladroite propre à décourager le lecteur :

60Ené triuaillu appurrac eztu meritatçen çuc phena har deçaçun haren iraccurtçeco, baina çure salbamendiaren amorioac, eta desirac, eman derauté coraie, haren campo-rat idoquiteco, eta hari arguiaren emaiteco. (Tartas, Onsa hilceco bidia, Iraccurtçaliari)

61Mon modeste travail ne mérite pas que vous preniez la peine de le lire, mais le souhait et le désir de votre salut m'ont donné le courage de le rendre public et de lui donner le jour.

62Un auteur s'éloigne quelque peu de cette attitude convenue et profite du prologue pour exprimer son attente d'une reconnaissance, au moins posthume, de la part de ses compatriotes. Il s'agit de Gasteluçar qui, ayant mis en vers basques des hymnes latins pour que les marins basques puissent les chanter, attend de ses compatriotes une certaine gratitude :

  • 12  Cette phrase est fautive, la proposition déclarative n'étant pas régie : peut-être le verbe recteu (...)

63... eta hek prinzipalki konsideraturik, deliberatu dut liburu hunen egitera ; erranen baitute batzuek, bizi zenean orhoitu zen bere herriaz, eta ez zitzaion ahantzi hiltzera-koan, bere señalleak emanik joan baita. Ezen nola plazer hartzen baitute itsasoan latiñez Elizako himnoen kantatzeaz, atsegin gehiago izanen dutela12 himno beren ezka-raz errateaz, aire berean ezkaraz ematen tut ; eta gaiñerako bersuen airea komunzki gustiek badakite. (Gasteluçar, Eguia catolicac, Abisua)

64... et c'est en ayant principalement ces derniers [les marins basques] à l'esprit que j'ai décidé d'écrire ce livre. Ainsi certains diront : lorsqu'il vécut, il se souvint de son pays, et il ne l'oublia pas non plus à l'heure de mourir, car il est parti en laissant son empreinte. En effet, comme les marins prennent plaisir à chanter en latin les hymnes de l'église lorsqu'ils sont en mer, je les traduis en basque sur le même air, pensant qu'ils auront encore plus de plaisir à les dire en basque.

Les considérations linguistiques

65L'une des caractéristiques des prologues des textes basques est la place qu'y prend la question de la langue. La plupart des auteurs y font référence.

66La question de la langue est d'abord abordée à travers la question du standard. Ce problème est mentionné par la plupart des auteurs prosélytes voulant s'adresser à un lectorat basque transprovincial : Liçarrague, Materre, Haramboure, Axular, Tartas, ou même plus restreint, comme chez Beriayn.

67Il s'agit pour eux, soit de souligner la difficulté de la tâche comme chez Liçarrague ou Axular, soit d'indiquer la solution pour laquelle ils ont opté. Tous précisent d'ailleurs les limites de leur proposition, étant donné l'absence ou le peu de tradition.

68On sait que c'est chez Liçarrague qu'un effort en vue de l'élaboration d'un standard littéraire est le plus manifeste. Dans son avis aux Basques il ne dissimule pas la difficulté qu'il a dû affronter :

69Gaineracoaz den becembatean, batbederac daqui heuscal herrian quasi etche batetic bercera-ere minçatceco manerdn cer differentiá eta diuersitatea den : raçoin hunegatic sensu eguiazcotic aldaratu gabe, lengoageaz den becembatean ahalic gue-hiena, guciey adi eraciteari iarreiqui içan gaitzaitza, eta ez choil edocein leku iaqui-neco lengoage bereciri. (Liçarrague, Heuscalduney)

70Pour le reste, chacun sait quelle diversité et variation il existe en Pays Basque, presque d'une maison à l'autre, dans la manière de parler : pour cette raison, en ce qui concerne la langue, nous nous sommes attachés, sans nous éloigner du sens véritable, à faire comprendre le plus possible à tous, et non à suivre le parler particulier d'un lieu donné, quel qu'il soit.

71L'objectif fixé par Liçarrague (faire une traduction fidèle permettant à tous de comprendre le plus possible) était ambitieux s'agissant de la traduction du Nouveau Testament dans une langue dont il précise bien dans sa dédicace à Jeanne d'Albret qu'elle était des plus stériles et diuerses, et du tout inusitée du moins en traduction.

  • 13  L'emploi de heuscal herria (absent chez Dechepare, mais que l'on retrouve avec Materre, et bien sû (...)

72Liçarrague ne donne aucun détail quant aux difficultés rencontrées et aux solutions qu'il a privilégiées, indiquant simplement dans son adresse aux Basques que la variation dans les modes de parler basque est extrême, car observable presque d'une maison à l'autre, et que pour sa part il s'est efforcé de ne pas opter pour une solution localiste. Liçarrague utilisant le terme de heuscal herria (le pays basque), et désignant la communauté des Basques sous le terme de nation basque, doit-on penser qu'il tenait compte de tous les Basques pour créer son standard13 ? Probablement pas. Sa traduction tient compte à l'évidence des dialectes orientaux et notamment labourdins et souletins (un lexique destiné aux lecteurs souletins est inclus à la fin du Nouveau Testament), mais aucun effort d'adaptation linguistique en faveur d'éventuels lecteurs occidentaux, guipuscoans ou biscayens, n'est perceptible.

73Chez les autres auteurs qui mentionnent la question dialectale, l'attitude qui prévaut suit le modèle de Dechepare : on utilise le basque du dialecte que l'on connaît le mieux. Cette option est clairement exprimée par Materre :

74Gaiñeracoan badaquit Euscal-herrian añhitz moldez minçatcen direla, eta nor bere herrico Euscara çaicala hoberenic eta ederrenic. Eta handic gogoac emaiten deraut ene esquiribatceco molde haur etçayela guztiei ongui idurituco : Baiña nahi dut iaquin deçaten halacoec nic hitzcuntça hunetan daquidana Saran ikassia dudala, eta hango Euscara ongui erabiltcen ba-dut ez naicela gaitz erraiteco, eta ez arbuyatceco, ceren ez paitaquit nic hangoa baicen. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

75Pour le reste je sais qu'on parle en Pays Basque de bien des manières, et que chacun trouve son basque plus beau et meilleur. Et en conséquence de ceci il me vient à l'esprit que ma manière de m'exprimer ne paraîtra pas bonne à tous. Mais je veux que ceux-là sachent que ce que je sais en cette langue je l'ai appris à Sare, et si j'emploie bien le basque qu'on y parle, je ne dois pas être dénigré, et méprisé, car je ne connais pas d'autre basque que celui-là.

76Materre se fait peut-être l'écho d'une controverse relative à la qualité des dialectes lorsqu'il évoque l'adéquation de son option. Il montre cependant un certain dédain pour ce sujet, et refuse de s'engager sur un débat où seraient mis en rivalité les différents dialectes.

77Ordea ea Saraco Euscara denz Euscal-herrico hoberena eta garbiena, ez naiz ni hartan sartcen, bat-bederac emanen du bere iduriric. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

78Quant à savoir si le basque de Sare est le plus pur et le meilleur du Pays Basque, c'est un sujet que je n'aborderai pas, et chacun dira selon son opinion.

  • 14  Selon la dédicace de l'auteur à Sauvat d'Iharce, Evêque de Tarbes, il s'agit d'un ouvrage de comma (...)

79L'existence d'un débat de nature proprement linguistique est confirmé par une remarque de Haramboure dans son avis au lecteur, dans laquelle il revendique l'emploi de sa propre langue, fût-elle défectueuse aux yeux de certains14 :

80Eguiazqui ençun dut eta badaquit batçuec minçatce mueta hau arbuiatcen dutela, berriz bercec bere herrietaco hizcunçaz nahi luquetela : baina bercela eguinic laudo-rioac baino neure herrico minçaiaz eguinic baiac gogoticago pairatuco ditut, halakotz ezteçala nihorc mirex baldin nahastecatuqui minço ezpanaiz. (Haramboure, Debocino escuarra)

81J'ai vraiment entendu et je sais que certains méprisent cette manière de parler, et que d'autres préfèreraient l'emploi de la langue de leurs contrées : mais je supporterai mieux les reproches d'avoir écrit dans la langue de mon pays, que les louanges reçues si j'avais procédé autrement. Pour cette raison que nul ne s'étonne si je n'use pas d'une langue mélangée.

82Il est difficile d'interpréter ces propos, dits avec une certaine insistance (Eguiazqui ençun dut eta badaquit... J'ai vraiment entendu, et je sais...). Y eut-il deux types d'opposition comme le laisse penser l'emploi de la formule batçuec... bercec... « les uns..., les autres... » : l'une portant sur la langue elle-même, c'est-à-dire le fait même de publier des ouvrages de dévotion en basque ; l'autre, interne à la langue basque, concernant le choix dialectal ?

83La première opposition est peu documentée durant cette période, et elle n'a pas été relevée par les historiens de la littérature basque. Pourtant, si les témoignages d'une hostilité à l'emploi du basque dans les écrits religieux en Labourd à cette époque sont peu nombreux, ils existent. Ainsi, huit ans avant la publication de l'ouvrage de Haramboure, la dédicace d'Etcheberri à Claudius de Rueil, Evêque de Bayonne, en tête du 1er livre de Manual devotionezcoa (1627/1669) indique que ces publications ont pu faire naître des incompréhensions et des critiques. Je traduis ici les derniers distiques de cette dédicace :

84Ondra baiçen eztuqueçu, Iaun prelata arrotçaz,
Entçutea mintço dena beldurqui aharantçaz.
Eçen errefrauac dio Erregueen ohorea
Dela, hañitz mihitaco sujetac içatea
Erregue baiño neuretçat, çadutzcat guehiago,
Eta ene baitan duçula escua handiago
Arren estima eçaçu çuc ere ohorea,
Aharantça arrotz batez sujeta mintçatçea.
Hartarcotz obra hunen, patroin çaitut hautetsi,
Gaisqui erraileac çeren baititutçu gaitçetsi.
Çuri Escaintcen darotçut, othoi guarda eçaçun.
Inuidiosen mihiac liçun eztieçaçun.
Erregueac behar ditu defendatu gendeac,
Hitzcuntça batecoac hain vngui nola berçeac.

(Etcheberri, Manual devotionezcoa, Dedicationea)

85Vous n'aurez que de l'honneur, Monseigneur le Prélat,
A écouter celui qui craintivement vous parle dans une langue étrangère,
Car, selon le dicton, l'honneur du Roi
Est d'avoir des sujets parlant beaucoup de langues.
Je vous tiens, quant à moi, pour plus important que le Roi,
Et vous avez sur moi plus une plus grande autorité.
Aussi, appréciez, vous aussi, l'honneur
D'un sujet vous parlant dans une langue étrangère.
Pour cela, je vous ai choisi comme parrain de cet ouvrage,
Car vous avez condamné les médisants.
C'est à vous que je l'offre, de grâce, préservez-le,
Afin que la voix des envieux ne vous le salisse point.
Le Roi doit défendre les gens,
Aussi bien ceux d'une langue, que les autres.

  • 15  Dans sa préface à son édition critique du 1er livre du Manual d'Etcheberri, Altuna évoque le clima (...)

86En faisant la part aux postures des dédicaces dans lesquelles la bienveillance du destinataire est parfois mise en relief par une allusion à la présence d'adversaires et d'envieux sans doute exagérée, le texte, à mon sens, ne laisse guère de doutes : il devait exister dans les milieux religieux un courant peu favorable à ces publications en langue basque15, et Etcheberri plaide clairement ici en faveur du plurilinguisme, demandant que l'Eglise ne fasse pas de discrimination linguistique, et suive l'exemple de l'Etat, dont les obligations en cette matière sont joliment formulées : Erregueac behar ditu defendatu gendeac / Hitzcuntça batecoachain vngui nola berçeac « Le Roi doit défendre les gens / Aussi bien ceux d'une langue, que les autres ». L'auteur s'adresse à l'évêque en basque, bien que celui-ci ne soit pas bascophone (contrairement à ce qu'avait fait Materre dix ans plus tôt, lequel avait rédigé la dédicace de sa doctrine à ce même évêque, en français). Il justifie son attitude, que d'aucuns pouvaient juger sans doute offensante (la dédicace n'est pas traduite dans l'ouvrage), en demandant au prélat de considérer cela comme un honneur : Estima eçaçu çuc ere ohorea / Aharantça arrotz batez suje-ta mintçatçea « Aussi, appréciez, vous aussi, l'honneur / D'un sujet vous parlant dans une langue étrangère ».

  • 16  Je transcris ici ces vers de louanges (Laudoriozko koplak) selon l'édition d'Akesolo (1970) :
    Nik b (...)

87Cette interprétation est confirmée par les vers de S. de Hirigoity en l'honneur du même Etcheberri, figurant en tête de Noelac ouvrage publié à la même période (1er édition en 1630 ; cf. Atutxa dans ce volume)16. En effet, à côté des éloges, figurent des propos désignant des adversaires du basque comme étant des étrangers, sans autre précision : Erdaldunak ahal doazke zein bere herritara / Gogat eginik, galduko eztutela eskara «  Les étrangers ne sachant pas le basque peuvent s'en aller chacun dans son pays / S'étant résignés à ce qu'ils ne feront pas disparaître le basque ». C'est sans doute dans le cadre de ce conflit linguistique qu'il faut situer une partie des propos de l'auteur de Debocino eskuarra dans son avis.

  • 17  La notion de langue mélangée (si ce terme réfère bien chez Haramboure à celle d'un basque associan (...)
  • 18  Je ne tiens pas compte ici du catéchisme bilingue d'Ochoa de Capanaga paru une vingtaine d'années (...)
  • 19  Rappelons que, jusqu'à la Révolution, le Labourd et les deux-tiers occidentaux de la Basse-Navarre (...)

88Le second membre de la phrase de Haramboure désigne ensuite comme opposants ceux qui préfèrent la langue de leurs contrées : qui étaient-ils ? S'agit-il ici encore de gens qui, à côté de ceux méprisant le basque, souhaitaient que l'on rédigeât les manuels catholiques dans une autre langue ? Ou bien y a-t-il eu une seconde opposition relative, elle, non au basque, mais au choix du dialecte utilisé par Haramboure, correspondant à la variété de Sare ? Que voulait dire précisément ce dernier en manifestant son refus de parler nahastecatuqui, lit. « de manière mélangée » ? S'il s'agissait d'une question dialectale17, comme nous aurions tendance à le penser, non sans quelques hésitations, on ne voit guère de concurrents hors du Labourd en cette première partie du XVIIe siècle, notamment dans les cercles cléricaux principalement concernés ici, puisque le premier ouvrage de nature religieuse publié dans un autre dialecte que le labourdin n'apparaîtra que trente ans plus tard18 avec Tartas. Il est vrai que l'ouvrage de Haramboure, certainement rédigé à la demande de l'Évêque de Tarbes, S. D'Iharce, comme dit dans une note précédente (note 14), visait peut-être un public plus large que ceux destinés aux zones situées en Labourd ou dans sa proximité bas-navarraise, puisque parmi les approbateurs figure Conget, curé de Tardets et chanoine d'Oloron19. Quoi qu'il en soit, on imagine difficilement qu'une rivalité linguistique entre Sare et Saint-Jean-de-Luz ou Ciboure ait pu prendre une aussi vilaine tournure, car relativement aux autres oppositions dialectales, celle-ci ne paraît pas telle qu'elle ait pu faire naître un tel rejet. Ou bien ceci masquait-il alors d'autres rivalités, plus personnelles, peut-être quelque conflit ou antagonisme avec Etcheberri de Ciboure, lequel avait lui aussi publié quelques années plus tôt un manuel de dévotion dont Haramboure ne fait aucune mention ? La question devra certainement être revue.

89Le problème de la diversité linguistique est traité plus en détail par Axular, en même temps que celui de la différence des notations orthographiques. Mais on se situe dans le prolongement d'un pensée semblable à celle exprimée par Materre, avec parfois une réelle proximité dans les formulations de telle sorte que se renforce l'idée qu'Axular avait dû certainement voir de près, sinon inspirer dans certaines formulations, l'ouvrage du franciscain (dont il fut l'un des deux examinateurs en 1616).

  • 20  Ce point à ma connaissance n'a pas été expliqué. Que voulait dire Axular ? Que le basque était par (...)

90Axular utilise également le terme euskal herria au singulier mais il lui donne le contenu historique moderne qui s'affirmera au XIXe siècle. Il y associe en effet, explicitement, les sept provinces historiques, indiquant que le basque est présent dans chacune d'entre elles, dans une formulation pouvant donner d'ailleurs à entendre, de manière fort inattendue20, que la langue basque est également utilisée en d'autres lieux :

91Badaquit halaber ecin heda naitequeyela euscaraco minçatce molde guztietara. Ceren anhitz moldez eta differentqui mintçatcen baitira euscal herrian. Naffarroa garayan, Naffarroa beherean, Çuberoan, Laphurdin, Bizcayan, Guipuzcoan, Alaba-herrian, eta bertce anhitz leccutan. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

92Je sais de même qu'il m'est impossible d'atteindre toutes les manières de parler basque. Car on parle différemment et de beaucoup de manières diverses dans le pays basque : en Haute-Navarre, en Basse-Navarre, en Soule, en Labourd, en Biscaye, en Guipuscoa, en Pays d'Alava, et dans bien d'autres endroits.

  • 21  En matière de morphologie lexicale, seule est mentionnée la forme de palatalisation apparaissant d (...)
  • 22  La variation morphologique -ei vs -er est citée par Liçarrague dans son lexique destiné aux Soulet (...)
  • 23  Le cas de la paire irakurtzea vs leitzea « lire » n'est peut-être pas un cas de variation dialecta (...)
  • 24  Les formes lexicales faisant référence à des parlers d'outre-Bidassoa sont barridea, esatea et zal (...)

93Les exemples concrets de variations mentionnés par Axular dans son avis concernent le lexique et l'orthographe, mais jamais la morphologie fonctionnelle21, contrairement à Liçarrague qui voyait dans la désinence du datif des syn-tagmes nominaux déterminé par l'article pluriel un marqueur dialectal significatif (-er vs -ei)22. Axular cite neuf paires de mots en variation dialectale23, et si l'on s'en tient à ces exemples ils concernent surtout la partie orientale du Pays Basque (Haute-Navarre incluse24) : behatzea vs so egitea « regarder », samurtzea vs haser-retzea « se fâcher », ilkitzea vs jalgitea « sortir », athea vs bortha «  porte » ; erraitea vs esatea « dire » ; irakurtzea vs leitzea « lire » ; liskartzea vs ahakartzea « se quereller » ; hauzoa vs barridea « le voisin », aitonen semea vs zalduna « le chevalier ».

94Pour Axular, la source des variations dialectales est historique et elle est directement associée aux rattachements politiques :

95Eztituzte euscaldun guztiec legueac eta azturac bat, eta ez euscarazco mintçatcea ere, ceren erresumac baitituzte different. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

96Tous les Basques n'ont pas les mêmes lois et usages, ni la même manière de parler, car ils appartiennent à des royaumes différents.

  • 25  Axular n'abandonne pas la graphie de Materre dans Guero, mais il la note en marge, ainsi qu'il l'i (...)

97Il fournit également cette explication pour expliquer la variation dans les systèmes de transcription orthographique, illustrée avec la fricative palatale sourde orthographiée aujourd'hui x. Les formes mentionnées par Axular font clairement référence à un usage ayant sa source dans la tradition orthographique du castillan, mais que Materre avait introduit dans les écrits basques, peut-être sous l'influence d'Axular lui-même (Mujika 1997 : 181). En effet cette consonne, orthographiée ch ou x chez Dechepare et toujours ch chez Liçarrague, apparaît aussi transcrite g (devant les voyelles d'avant e et i) ou j (devant les autres voyelles) chez Materre (à côté de x, qu'il emploie également)25 :

98Bada esquiribatceaz denaz beçan batean ere ez naiz eguiteco gabe. Ceren bada hunetan ere differentcia. Batac esquiribatcendu chehero, bertceac gehero. Batac che-dea, bertceac gedea. Batac ichilik, bertceac igilik. Batac lachoa, bertceac lajoa. Batac choil, bertceac, joil. Batac quecho, bertceac quejo. Batac chuchen, bertceac, jujen. Eta hunela bada, bertceric ere cembait hitz, batac eta bertceac, norc bere herrico edo erre-sumaco arauaz diferentqui esquiribatcen baitituzte.(Axular, Guero, Iracurtçailleari)

99Et en ce qui concerne l'écriture également je ne suis pas sans travail. Car en cette matière aussi il y a des variations. L'un écrit chehero, l'autre gehero. L'un chedea, l'autre gedea. L'un ichilic, l'autre igilic. L'un lachoa, l'autre lajoa. L'un choil, l'autre joil. L'un quecho, l'autre quejo. L'un chuchen, l'autre jugen. Et ainsi encore d'autres mots, que les uns et les autres écrivent différemment, chacun selon les us de son pays ou son royaume.

100Ayant constaté la variation, quelle solution propose Axular pour définir le basque de son ouvrage ? Son attitude est sensiblement différente de celle de Liçarrague. Axular, contrairement à ce que l'on dit parfois, n'a pas pour objectif de construire un basque unifié comme l'on dit aujourd'hui. En fait, à l'instar de Materre, il ne dissocie pas les questions proprement dialectales de celles liées à la qualité (la perfection selon les termes de l'époque), et il privilégie par conséquent la langue qu'il connaît le mieux :

101Baiña ceren comunzqui, hala esquiribatcea, nola mintçatcea, nori berea iduritcen baitçaica hoberenic eta ederrenic : eta ene haur ezpaita çurea beçala : ez, othoi, har-gatic arbuya eta ez gaitz erran. Hunetçaz content ez paçara, eguiçu çuc ceure molde-ra, eta çure herrian vsatcen eta seguitcen den beçala. Ceren ez naiz ni hargatic bec-caiztuco, eta ez mutturturic gaitzez iarrico. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

102Mais comme communément en matière d'écriture et de parler, chacun trouve sa propre manière la meilleure et la plus belle, et comme celle qui est la mienne ici n'est pas semblable à la vôtre, de grâce ne la méprisez pas et n'en dites pas de mal. Si vous n'en êtes pas content, faites selon votre façon et conformément aux modes qu'on use et suit dans votre pays. Car je n'en serai pas jaloux et ne m'en montrerai pas offensé.

103Pour Axular les difficultés à trouver un registre de langue littéraire adéquate s'expliquent par l'absence de tradition écrite et c'est en développant l'écrit basque, et en variant les expériences et la production, qu'il estime que la langue pourra s'enrichir et acquérir un prestige social :

104Orai badirudi euscarac ahalque dela, arrotz dela, eztela iend'artean ausart, entre-gu, bithore eta ez trebe. Ceren are bere herricoen artean ere, ezpaitaguite batçuec, nola esauiriba, eta ez nola iracur.
Baldin eguin baliz euscaraz hanbat liburu, nola eguin baita latinez, franceses, edo bertce erdaraz eta hitzcuntçaz, hec beçain aberats eta complitu içanen cen euscara ere, eta baldin hala ezpada, euscaldunec berèc dute falta eta ez euscarac.
(Axular, Guero, Iracurtçailleari)

105Il semble aujourd'hui que le basque soit timoré et inexpérimenté, qu'il n'est pas audacieux, assuré, compétent, ni exercé en public. Car, même parmi ses locuteurs, certains ignorent comment l'écrire et le lire.
S'il avait été écrit autant de livres en basque qu'il en a été fait en latin, en français ou dans d'autres idiomes étrangers et langues, le basque aurait été aussi riche et accompli que ces langues, et s'il n'en est pas ainsi, la faute en revient aux Basques, et non à la langue basque.

106Cette attitude critique d'Axular à l'égard de ses compatriotes sera l'objet d'une réplique de Tartas dans son prologue de Onsa hilceco bidia. Ce dernier, s'il avoue avoir utilisé surtout le basque mixain d'Aroue, très proche du souletin, indique toutefois y avoir introduit des éléments des autres dialectes (des provinces du nord) :

107Ené euscara eta lengagia eztaquit aprobatia içanen denéz, bai, ala ez, Badu orotaric cerbait, çuberoac, Bassanauarrec, eta lapurdic emandrauco çerbait, baina ez oro ; arueneguin dut neuré pieça pobria, hanco lengagia ezpada asqui eder, hanco eusca-rac, du oguena, eta ez euscaldunac. (Tartas, Onsa hilçeco bidia, Iraccurtçaliari)

108J'ignore si mon basque et mon langage sera ou non approuvé. Il tient quelque trait de partout ; la Soule, la Basse-Navarre et le Labourd lui ont donné quelque chose, mais point tout. J'ai écrit ma pauvre pièce à Aroue. Si la langue du lieu n'est pas assez belle, la faute en revient au basque de l'endroit, et non au locuteur.

109La plupart des auteurs recourent également au topos de la modestie sur cette question linguistique, utilisant divers arguments convenus. Le premier consiste à invoquer l'absence ou le peu de tradition antérieure, ainsi que Dechepare en plaçant à la fin de ses poèmes une citation latine d'Ouide : Debile principium melior fortuna sequatur. Liçarrague se fait l'écho dans son avis aux Basques de la difficulté à ouvrir la route en évoquant les imperfections de sa traduction :

110... eta badaquigu ecen demborarequin anhitz hitz eta minçatzeco manera, eridenen dela obra hunetan bercera hobequi erran çatenic : halacoetan, gauçá ceren den daqui-tenetaric batbedera, orhoituren da, othoi, ecen hunelaco gauçádc, guciz lengoage orai-no vsatu gabe batetan, ecin behingoaz halaco perfectionetan iar daitezquela, nola behar bailiçateque. (Liçarrague, Testamentu berria, Heuscalduney)

111... et nous savons qu'avec le temps on trouvera dans cette œuvre beaucoup de mots et de manières de dire que l'on aurait pu mieux exprimer autrement : dans de tels cas, chacun se souviendra, de grâce, puisqu'il s'agit de ces choses que l'on sait, que ces entreprises la première fois ne peuvent atteindre la perfection ainsi qu'il le faudrait, en particulier dans une langue encore non usitée.

112Le même argument se rencontre chez Etcheberri de Ciboure dans son avis au dévot au sujet de la manière de son Manuel, où, plus qu'à la langue elle-même, il est fait référence à la mise en vers de la doctrine :

113Guehiago ahal beçain humilqui aut othoizten,
Obratcho hau mespreçia gogorqui ezteçaquen.
Hafteac gaitçac direla errana duc communqui
Hunen gañean eguinen dic cembait berçec hobequi
(Etcheberri de Ciboure, Iracurtçaile devotari eguilleac)

114Encore plus : je te supplie très humblement
De ne point mépriser trop durement cette petite œuvre.
Il est dit communément que les débuts sont difficiles,
A partir de cet essai, quelqu'un d'autre fera mieux.

115Autre thème classique dans le traitement du topos de l'humilité repris par Liçarrague : l'idée que la faiblesse de l'expression ne doit pas masquer l'importance du propos qui dépasse l'auteur :

116guciagatic-ere minçatzeco manerdn anhitz arrastatu gabe, Iaincoaren hitz purari iarreiquiteco desira dutenec, sporçu dugu eridenen dutela (suporturequin) cerçaz contenta. (Liçarrague, Heuscalduney)

117Malgré tout, nous sommes confiant que sans s'arrêter beaucoup à la manière de parler, ceux qui ont le désir se suivre la pure parole de Dieu trouveront (en exerçant leur patience) leur contentement.

118Ce thème est également présent chez Etcheberri de Ciboure dans son avis au dévot :

119Manuala eman diat, den beçala coplaca.
Bañan nihorc eztemala beharria hitçera,
Hambat nola hitz azpian ehorçia denera.

(Etcheberri de Ciboure, Manual devotionezcoa, Iracurtçaile devotari eguilleac)

120J'ai mis en couplets le Manuel tel qu'il est.
Mais que nul ne prête l'oreille aux mots
Autant qu'il le fait à ce qui est enfoui sous eux.

121Un autre propos conventionnel que l'on rencontre dans divers prologues basques consiste à présenter l'ouvrage comme un essai dont on espère qu'il sera amélioré. Les formulations peuvent varier. Dechepare, dans sa dédicace, indiquait avoir aussi fait imprimer son livre afin que ceux qui viendront par la suite aient davantage de raison pour le faire progresser [l'euskara]. Liçarrague, quant à lui, manifestait son espoir d'avoir l'occasion, après avoir fait la preuve que le basque permettait une traduction aussi délicate et difficile, d'améliorer lui-même, avec ses collaborateurs, sa traduction par la suite :

122Eta baldin sperança dugun beçala, oraindrano eguin den hunetán heuscaldunac goçoric edo edificationeric hartzen badu, hunetan emplegatu içan diradenec bihotz harturen dute, oraindanic gogo-ere duten beçala, eguin denaren berriz ikusteco eta corrigitzeco : bayeta, baldin Iaunac hala placer badu, passage difficilenen declara-garri annotationen eçarteco. (Liçarrague, Heuscalduney)

123Et si, comme nous l'espérons, le Basque trouve du plaisir et quelque édification dans cette traduction faite à ce jour, ceux qui l'ont réalisée prendront courage pour corriger et revoir, comme ils en ont déjà l'intention, ce qui a été fait : et aussi, si cela plait à Dieu, pour établir des annotations éclairant les passages les plus difficiles.

124Cette idée est formulée par Materre et Axular sur un ton plus polémique :

125Eta Saraco Euscara hunetcaz content eztenac ezquiriba beça bertce Euscara hobeago batez eta hobequiago, ez-naiz ni hargatic bekaiztuco, eta ez imbidios içanen. (Materre, Dotrina christiana, Euscaldunei)

126Et que celui qui n'est pas satisfait de ce basque de Sare écrive mieux et dans un basque meilleur, cela ne me rendra ni jaloux ni envieux.

127Aitcitic haur da nic nahi nuqueyen gaucetaric bat, ene enseiu appur hunec quilica cinitçan eta guticia, enseiu hobeago baten eguitera eta ene hemengo falten ere erre-mediatcera. Ceren halatan, ez liçateque euscara hain labur, escas eta ez hertsi, nola munduac vste baitu, eta baitaduca, dela. (Axular, Guero, Iracurtçailleari)

128Au contraire l'une des choses que je souhaiterais est que ce petit essai vous incite et vous motive à faire un autre essai meilleur que celui-ci et à corriger les fautes commises par moi ici. Car si l'on avait procédé ainsi, le basque ne serait pas aussi limité et pauvre, ni aussi étriqué, que le monde croit et tient qu'il est.

129Enfin, dernier thème rencontré dans certains prologues, parfois par le biais linguistique, celui du lectorat. Il n'est pas rare en effet que le prologuiste précise pour qui particulièrement il a rédigé son ouvrage. Dans les prologues basques ce point apparaît de diverses manières, les définitions du lectorat suggérées par les auteurs pouvant être d'ordre proprement linguistique, littéraire, ou social.

130La délimitation d'ordre linguistique apparaît comme une justification du choix de langue. Materre et Axular notamment font chacun une remarque générale, préfigurant l'évolution postérieure de la production littéraire basque : leur ouvrage est destiné principalement, du moins est-il ainsi présenté, aux lecteurs ne sachant que le basque. Dans l'avis au lecteur de la seconde édition, Materre indique ainsi à propos de la troisième partie de sa doctrine :

131Eta ceren añhitz baita Euskal-herrian iracurtcen daquienic, baiña ez Euskara bai-cen bertce hitzcunçaric aditcen, halatan eguin ditut halacoenzat Euscaraz debocinoz-ko othoitz eta Oracino batçuc, goicetan, arratsetan, eta bertce añhitz denboratan eta ocasinotan eguin eta erran ahal ditezqueyenac, ceinetçaz eguiten baitut hirurgarren partea. (Materre, Dotrina christiana, Iracvrcailleari).

132Et comme il y a beaucoup de gens au Pays Basque qui savent lire, mais qui n'entendent d'autre langue que le basque, j'ai écrit pour eux en basque des oraisons et des prières de dévotion que l'on peut dire le matin, le soir, et en beaucoup de moments et d'occasions, et avec lesquels j'ai composé une troisième partie.

133Axular indique également dans le passage de son prologue cité plus haut que le projet initial était de rédiger un ouvrage de morale religieuse à l'intention surtout des lecteurs ne connaissant pas d'autre langue (Eta on çatequeiela, gauça hunetçaz liburu baten, euscaraz, guztiz ere euscararic baicen etciaquitenentçat, eguitea).

134Chez Etxeberri de Sare cette question est abordée par le biais du genre littéraire. En effet, invoquant l'exemple des Grecs dans l'Antiquité, il rédige son ouvrage en vers, car il est destiné à une nation aimant les chants :

135Gviristiñoa, eman diat escarazco versutan,
Catholico manuala neure asti ordutan
lkhussiric nola bainaiz iaiatcez escalduna
Gure natioa dela copla maite duena.
Hartaracotz iaquiara diat versus eçarri,
Lasterrago ikhas eta maizago aipha garri.
Lehenago nonbait vrrun Greçiaco partetan
Herrico legueac eman ohi ituen cantetan
Nola cantac maiz baitire munducoen ahoan,
Hala cantez orhoituric, maiz çitusten gogoan,
Hequin bada costuma onaz orhoituric lerroca
Manuala eman diat, den beçala coplaca.
(Etcheberri, Manual devotionezcoa, Iracvrtcaille devotari egvilleac)

136Chrétien, j'ai écrit en vers basques,
Le manuel catholique durant mon temps de loisir,
Ayant observé, étant basque de naissance,
Que notre nation aime les couplets.
Pour cette raison délibérément je l'ai mis en vers
Afin qu'il soit plus vite appris, et plus souvent mentionné.
Jadis quelque part au loin dans les contrées de Grèce
Les lois du pays étaient mises en couplets :
Comme les chants viennent souvent aux lèvres des gens,
Ainsi, en se souvenant de ceux-ci, ils avaient les lois fréquemment à l'esprit.
Me rappelant donc de leur bonne coutume, ligne à ligne,
J'ai mis en couplets le Manuel tel qu'il est.

  • 26  Materre prescrit dans la deuxième édition de sa Doctrine la manière dont les marins devront utilis (...)
  • 27  Cet avis figurant dans le corps du texte, nous n'avons pas introduit ces vers, au nombre de 26, da (...)

137Le statut social des lecteurs, ou d'une partie de ceux-ci, est mentionné de façon récurrente au XVIIe siècle en Labourd, à propos des gens de mer (lesquels par la suite disparaîtront comme destinataires spécifiques des textes basques). Certains auteurs y font référence de manière explicite dans le corps de leur texte comme par exemple Materre26 ou Haramboure, d'autres, comme Gasteluçar, dans leur prologue général. Quant à Etcheberri, il offre un avis particulier au sein du second livre de son Manuel : Avis au marin lecteur (Itsasturi iracvrtzailleari abisua)27. Vers intéressants dans lesquels l'auteur souligne la nature aventureuse de l'activité tant du point de vue physique que financier :

138Mariñelen emazteac goicean tuc senhardun,
Eta titcha aldaturic, arratsean alhargun.
Orain aberatz burgessa, aurkhi moian gabea,
Ceren vreco ona den haicearen parea.
(Etcheberri, Manual devotionezcoa, Itsasturi iracvurtzailleari abisva)

139Les femmes de marins ont époux le matin,
Et, le sort ayant changé, sont veuves le soir.
Maintenant bourgeois riche, bientôt sans ressources,
Car le bien de la mer est semblable au vent

140Enfin, dans quelques prologues des ouvrages destinés à l'enseignement le destinataire spécifique (membres du clergé et enseignants) est précisé comme chez Liçarrague ou Belapeyre.

Les prologues diglossiques

141Parmi les ouvrages mentionnés, deux ont un prologue qui n'est ni rédigé en basque, ni même traduit : il s'agit d'une part du prologue de Beriayn (1621), et d'autre part de celui d'Oihenart (1656) en tête de ses poèmes.

142Ainsi qu'on l'a dit plus haut, les prologues et avis au lecteur des ouvrages basques des XVIe et XVIIe siècles, contrairement à certaines dédicaces, sont toujours rédigés en basque. Cela n'est pas étonnant puisque l'un des motifs invoqués par les auteurs dans leur prologue pour expliquer le choix de langue consiste à alléguer qu'ils rendent service aux lecteurs ne connaissant que le basque (Materre, Axular), ou aimant particulièrement les vers basques chantés (Etcheberri de Ciboure, Gasteluçar).

143Pourquoi donc les ouvrages de Beriayn et Oihenart ne suivent pas cette voie ? Pour deux raisons distinctes, mais qui toutes deux mettent en évidence la situation sociolinguistique en Haute-Navarre d'une part, dans les provinces rattachées à la Couronne de France d'autre part.

144L'ouvrage de Beriayn est un ouvrage pratique : un guide pour entendre la messe, rédigé en castillan et basque, les deux langues de l'évêché de Pampelune, comme il est dit dans le titre même de l'ouvrage (Tratado de como se ha de oyr missa, escrito en Romance, y Bascuence, lenguages de este Obispado de Pamplona). L'ouvrage étant bilingue, on attend également un prologue bilingue, mais tel n'est pas le cas : seul le texte espagnol de l'avis au lecteur est publié (il en est de même pour les autres paratextes, y compris le titre, et la table des matières). Ceci traduit sans aucun doute la place secondaire occupée par le basque dans les zones où le basque était présent en Navarre au début du XVIIe siècle, tandis qu'à la suite du Concile de Trente un effort particulier a été entrepris par l'Evêché pour utiliser les langues vulgaires dans la formation religieuse des populations (Jimeno Jurio, 1998).

145Dans son avis au lecteur, Beriayn évoque la question dialectale et il montre la perception que l'on pouvait avoir en Navarre de cette question. Selon lui le dialecte standard des Basques de Haute-Navarre est celui de Pampelune, à la fois parce qu'il est le plus répandu et celui qui est le plus connu :

146Escriuo en Romance, y bascuence lenguages deste Obispado, y aunque en dife-rentes partes del ay en algunas cosas, diuersos modos de hablar, yo escriuo el que se habla en Pamplona, Cabeça desle Reyno, y obispado de Nauarra, que es el que se habla en la mayor parte del, donde se habla bascuence, y el que mejor se entiende en todas las partes. (Beriayn, Tratado de como se ha de oyr missa, Al lector)

147Mais la situation de diglossie influence les modes de gestion de la variété dialectale. A ceux pour lesquels le basque de Pampelune s'avérerait difficile à comprendre, Beriayn recommande de recourir au texte castillan :

148Y cuando a alguno le pareciere que en algunas cosas no se entiende, delo que escriuo en Romance se puede sacar el bascuence que se se usa en su tierra. (Beriayn, Tratado de como se ha de oyr missa, Al lector)

  • 28  Seuls sont également en basque, les titres des deux parties de l'œuvre à l'intérieur du livre, et (...)

149Le recours à la langue partenaire de diglossie comme langue des paratextes, c'est-à-dire comme métalangue, se rencontre aussi chez Oihenart. L'ouvrage d'Oihenart de 1657, en effet, bien que partiellement bilingue dans son contenu (les proverbes basques étant traduits en français, mais pas les poèmes), a pratiquement tous ses paratextes en français uniquement28 : titre de couverture, préface générale, glossaire, avis au lecteur précédant les poèmes, liste des fautes d'impression.

  • 29  On peut se demander si la traduction des proverbes ne répond pas également, au moins partiellement (...)

150Particulièrement significatif est à cet égard le glossaire qui figure à la fin des poèmes. Contrairement à Liçarrague qui près d'un siècle plus tôt traduisait les termes labourdins en souletin, Oihenart traduit en français les vocables dont il craint qu'en raison de la variété dialectale ils ne seront pas partout compris29. Les explications qu'Oihenart donne de son attitude en tête de son glossaire explicitent dans un registre plus savant la démarche de Beriayn :

151Le peu de communication que les trois Prouinces du païs de Basques, qui sont deça les Monts Pyrenées, (à sçavoir Labourt, Basse-Nauarre & Soule) ont entre-elles, dau-tant qu'elles dependent de diuers Gouuernemens, & de diuers ressorts de Iustice, est cause de ce que plusieurs mots anciens Basques, qui se sont conseruez en chacune de ces Prouinces, ne sont pas entendus en l'autre. C 'est ce qui m 'a oblige à mettre icy l'explication de quelques mots de cette sorte, qui se trouuent dans ce Recueil de Vers. (Oihenart, Explication des mots rares qui se rencontrent parmi les vers)

Les premières préfaces modernes

152Au cours de la seconde moitié du XVIIe siècle, une modification des conventions en matière de prologues auctoriaux apparaît : la place de l'interpersonnel diminue sensiblement, au profit d'un développement thématique et de ce que Genette (1987 : 184) appelle la valorisation du texte. Dans les textes basques, un équivalent d'emprunt au terme préface apparaît, tel que prefacioa, bien que abisu et les formes datives nues ne soient pas abandonnés.

  • 30  Je n'ai pas introduit dans le corpus l'avis venant en préambule au manuscrit de Medizione cerurat (...)

153Parmi les textes du corpus, celui qui manifeste le premier un tel changement, bien qu'il conserve encore un caractère interpersonnel marqué, est celui d'Argaiñaratz (1665)30

154L'adresse aux dévots (Devotei) d'Argaiñaratz dans son Devoten brebiarioa, qui n'a été conservé, semble-t-il, que par une copie manuscrite de médiocre qualité (voir annexe) est essentiellement une présentation de l'iconographie de l'ouvrage. Cette dernière, qui reflète la structure de la première partie du livre, n'a pu être conservée dans sa totalité, puisque deux seulement des sept gravures devant y figurer étaient encore conservées dans le seul exemplaire de l'ouvrage retrouvé par Vinson.

155Du point de vue de l'étude des prologues, cette adresse offre la particularité de commenter l'image d'une image. Le lecteur, en effet, est appelé à considérer le bréviaire de la même manière que les saintes de l'ouvrage sont représentées dans sept gravures comme s'inspirant dans leur vies de pieux tableaux qu'elles gardaient devant leurs yeux.

  • 31  La fin de l'ouvrage contient une petit catéchisme qui n'est pas en vers. Il est précédé d'un court (...)

156Ainsi le lecteur est-il encouragé, en même temps qu'il lit les textes de dévotion (en vers)31 du bréviaire, à méditer, à chacun des sept moments de la journées signalés pour la prière (Matines, Prime, Terce, etc), sur chacune des saintes représentées dans les gravures et à considérer par exemple :

157Vesperetan. Sant Helena, ceina bere hill orenaren contemplatcen baitcen bethi occupatua, huntaracotz beguien aitcinean çaducala errethaula bat ceiñetan aingueru batec erhiaz beçala eracusten baitcioen erroloia [texte de Vinson : erroloio] baten marcan bere bicia, hiltceraco vesperan çuela, haren errethaulan agueri den beçala. (Argaiñaratz, Devoten breviarioa, Devotei)

158Aux Vêpres, sainte Hélène, laquelle était toujours occupée à contempler l'heure de sa mort, tenant pour cela devant ses yeux un tableau où, à la veille de sa mort, un ange lui montrait, comme avec le doigt, dans la marque d'une horloge, sa vie, ainsi que vous le verrez dans sa gravure.

159Les gravures représentent uniquement des femmes, ce qui néanmoins ne semble pas indiquer un ouvrage spécialement orienté vers un lectorat féminin ; rien, en tout cas, ne l'indique dans le prologue, ni dans les vers. Vinson, qui pour cette raison n'avait pas traduit le titre Bréviaire des dévotes, observe dans l'avertissement de son édition que les livres basques illustrés antérieurs au XIXe sont fort peu nombreux, et que la matière du livre, y compris bien sûr les gravures, ont leur probable origine dans quelque ouvrage français : les noms propres des princesses sont visiblement pris du français (par exemple, Lorrenaco Margarita Alençõgo duqueça), et l'une des deux gravures préservées avait conservé le mot prime.

  • 32  Pour des raisons de place, je ne restitue pas dans l'annexe la préface de Gasteluçar, que les lect (...)

160La préface (Prefacioa) de Gasteluçar (1686), est également écrite en prose, alors que l'ouvrage, en dehors de quelques litanies, psaumes et prières, est en vers. L'interpersonnalité est pratiquement absente : l'usage de la deuxième personne indiquant l'adresse en discours direct au lecteur y est abandonné, et l'auteur est à peine entraperçu au détour d'une forme verbale. Cette préface vient doubler l'avertissement au lecteur32 ; ils forment donc deux textes séparés, sans que ce doublement corresponde à une division thématique de l'ouvrage, comme cela est le cas chez Oihenart (1657).

161La préface est pour l'essentiel constituée d'une exhortation à la vie dévote et à l'abandon des plaisirs et ambitions de ce monde, dans ce qui apparaît comme une véritable introduction au corps de l'ouvrage, plus que comme un texte extérieur à celui-ci.

162L'avertissement au lecteur (Abisua) conserve, lui, certains des éléments des autres prologues des textes basques examinés précédemment, en particulier l'indication du plan (titre des sept parties de l'ouvrage) et des circonstances expliquant pourquoi, et à l'intention de quel public, l'auteur a réalisé son ouvrage :

163Denbora hautan, hañitzek hañitz liburu eder argira eman tuste ; ezta, bada, hau bertzeak baño ederragoa ; bañan nola berze gauzetan bezala, debozionean gustu dife-renteak baitire, iduritu zait hañitz deboten artean, batzuek huntan gustu hartuko dute-la, gustiz mariñel debotek ; eta hek prinzipalki konsideraturik, deliberatu dut liburu hunen egitera. (Gasteluçar, Eguia catolicac, Abisua)

164Ces temps-ci, beaucoup ont publié beaucoup de beaux livres, celui n'est pas plus beau que les autres ; mais comme il existe des goûts différents en matière de dévotion ainsi que dans les autres choses, il m'a semblé que, parmi de nombreux dévots, certains, en particulier les marins dévots, l'apprécieront. C'est en tenant compte principalement de ces derniers, que j'ai décidé d'écrire ce livre.

165Un cas apparemment semblable de doublement des prologues auctoriaux est celui de l'ouvrage d'Oihenart (1657) qui contient lui aussi une préface et un avertissement au lecteur, tous deux en français comme indiqué précédemment. Mais en ce cas les deux prologues correspondent aux deux parties, bien distinctes, de l'ouvrage : la préface ayant été rédigée pour être placée en tête du recueil de proverbes, et l'avertissement en tête des poèmes.

166La préface aux dictons développe deux points de nature différente : l'un qui relève de la valorisation thématique ; l'autre qui concerne l'orthographe. Le premier point est traité de manière relativement impersonnelle bien que l'auteur indique avoir voulu rendre service à [sa] Patrie, en rendant plus familiers et per-durables par le moyen de l'impression les proverbes que dès [son] jeune âge il avait recueillis de la bouche du peuple. Malgré cette note, nous sommes loin des petites scénettes esquissées en introduction des prologues d'Axular et Tartas. D'ailleurs, s'agissant d'un recueil de proverbes, l'auteur ne se présente pas comme un véritable auteur, et il n'entend pas se donner ce statut aux yeux du lecteur. Il limite tout au plus son intervention à la sélection des dictons, que celle-ci soit volontaire (I'en ay omis quelques-uns, qui sont vulgaires, pour n'y auoir pas remarqué le caractère, ny les marques des veritables Prouerbes) ou involontaire (Ie veux croire qu'il en reste beaucoup qui ne sont pas venus à ma connoissance, particulièrement de ceux qui sont en vsage parmy les Basques de delà les monts-Pyrennées, avec lesquels ie n'ay pas eu que fort peu de communication).

167Quant aux remarques orthographiques, elles représentent un embryon de phonologie comparative : Oihenart, précurseur de la bascologie, est le seul auteur à accorder une telle importance à cette question, qu'il traite de façon originale, inventant sa propre graphie, fondée sur un usage particulier de diacritiques (que l'imprimeur ne sera pas en mesure de respecter, et qui restera donc très théorique, puisque non appliquée et demeurée sans suite).

168Cette situation se retrouve dans l'avertissement au lecteur précédant les poèmes : nous sommes en effet à nouveau en présence d'un texte en forme de traité technique, non plus d'orthographe, mais de versification. L'auteur, qui propose d'adapter le modèle classique à la versification basque, voit dans ses vers l'illustration de cette ambition, et c'est dans cela qu'il situe le mérite de ses poésies, non dans leur contenu. C'est d'une certaine façon l'attitude inverse de celle adoptée par La Fontaine, lequel dans le prologue de ses Fables indiquait que ce n'est pas tant par la forme que j'ai donnée à cet ouvrage qu'on en doit mesurer le prix, que par son utilité et sa matière. Oihenart, au contraire, entend signaler au lecteur que c'est dans la forme des vers que son essai trouve sa raison d'être principale :

169C'est ce qui m'a obligé, apres auoir parlé des ces Regles en vn autre Ouurage, à souffrir que ce peu de Vers, qui m'estoient échappez en mon jeune âge, voye le iour, afin qu'il apparoisse, que la pratique de ces Regles n'est pas si mal aisée en nostre Langue, qu'aucuns se sont persuadez, & non point pour autre sujet ; Car comme en les composant ie n'auois cherché que mon diuertissement. (Oihenart, Av lectevr)

170Oihenart, au demeurant, ne prétend pas être un bon poète :

171Aussi ne pretens-je pas, par la publication qui s'en fera, participer à l'honneur qui accompagne les Ouurages des bons Poëtes. (Oihenart, Av lectevr)

Les prologues multipliés d'Etcheberri de Ciboure

172Pour conclure cette présentation, nous évoquerons brièvement le cas le plus original dans le contexte basque : celui d'Etcheberri de Ciboure, lequel, dans son Manual devotionezcoa (1627/1669), propose en fait plusieurs prologues, selon une méthode d'ailleurs attestée dans les littératures voisines (Cayuela : 217). De plus, s'agissant d'un manuel en vers, tous ces prologues ont eux-mêmes de cette forme et composés de distiques en vers de 15 pieds (8+7), à rime alternée.

  • 33  A côté de ces prologues, on trouve les approbations et des vers latins en hommage à l'auteur intér (...)

173Il y a en tout cinq prologues généraux : trois en tête de l'ouvrage, relatifs respectivement au théme, à la forme, et à la composition de l'ouvrage, et un en tête des deux livres composant le manuel, à savoir d'une part le catéchisme et d'autre part les prières.33

174Le premier des trois prologues du livre entier est destiné à souligner l'importance de l'ouvrage et se veut une exhortation à l'apprendre, car il s'agit d'un catéchisme et de prières (Manualaren ikhastera iratçarmendua) ; le second est une présentation de la contribution personnelle de l'auteur, laquelle a consisté à la mise en couplets destinés à être chantés de prières du manuel (Iracurtçaille devo-tari eguilleac liburu hunen maneraz) ; le troisième indique la composition de l'ouvrage en livres eux-mêmes divisés chacun en deux parties (Liburuaren erre-partimenduaz). Point remarquable, aucun de ces prologues ne traite de la question de la langue proprement dite, bien qu'elle ait été semble-t-il l'objet de polémiques (cf. supra et la préface d'Altuna à l'édition de 1981).

  • 34  Les vers destinés aux marins lecteurs, qui sont dans le second livre, et que nous avons évoqués pl (...)

175Dans le second prologue, que nous avons rapporté plus haut dans sa plus grande partie, l'auteur explique les raisons pour lesquelles il a composé son ouvrage en vers (cf. supra). Mitxelena (1981) fonde sur ses indications l'hypothèse selon laquelle, contrairement à Axular, Etcheberri avait écrit ses vers pour un public qui ne lisait pas, afin de lui en faciliter l'apprentissage. Les objectifs prosaïques d'Etcheberri avaient été évoqués déjà par Oihenart dans son Art poétique basque : Ie lui ay ouy dire au temps qu'il composoit ses Vers qu'il trauaillait principalement pour les mariniers Lesquels les Chantoint sur la mer ; Ce quifaict Iuger qu'il Escriuoit plus tost par Un motif de Charitté que par aucune ambition, ou Vainegloire, Et quil auoit le zèle de profiter à son prochain que doit avoir Un Veritable Ecclesiastique. Ce n'est pas le lieu d'examiner l'œuvre d'Etcheberri, mais je reste pour ma part dubitatif, malgré l'autorité des auteurs mentionnés, l'un à titre d'analyste, le second en tant que rapporteur des propos de l'auteur, sur l'exactitude de cette interprétation. La versification d'Etcheberri, même dans le second livre du Manual qui est considéré comme littérairement plus modeste (Altuna, dans son édition du 1er livre de 1981, Mitxelena 1981), n'est certainement pas celle que l'on attendrait de textes destinés à être mémorisés facilement : les inversions, avec antéposition des syntagmes adnominaux ou adjectivaux au vers précédent, de manière à obtenir la rime, abondent, comme si le basque était du latin. Ces licences poétiques qu'Oihenart jugeait lui-même exhorbitantes en basque ne correspondent guère aux objectifs mentionnés : que l'on ait réellement appris la doctrine catholique sur les vers d'Etcheberri, même chantés, serait surprenant. Certes les vers d'Etcheberri ont eu un grand succès populaire, et certains de ses cantiques (notamment de Noelak) se chantent encore dans les églises du Pays Basque. De même, la nature pédagogique de l'ouvrage est incontestable, et son titre même l'indique. Pour autant il me semble difficile de ne pas prêter à l'auteur une ambition allant au-delà d'une mise en couplets simplement destinée à faciliter la mémorisation chez un public analphabète34. Mais laissons ici ce débat, qui mériterait un examen plus approfondi de l'œuvre d'Etcheberri.

176Le prologue précédant le premier livre consacré à la doctrine est un avis au lecteur (Iracurtçailleari abisua) thématique, formé de vingt et un distiques, expliquant au lecteur la nécessité pour lui de se conformer à un mode de vie chrétien. Le prologue joint au second livre, lequel présente les prières, est composé de neuf distiques.

  • 35  Le Manual devotionezcoa de 1627/1669 a deux dédicaces, venant en préambule de chacun des deux livr (...)

177Cette idée de faire précéder les parties internes d'un ouvrage d'un prologue et même, dans le cas du Manuel de dévotion d'Etcheberri, d'une dédicace35, est inédite dans les textes basques, mais on en trouve des exemples ailleurs. Cayuela (1996 : 217) signale que dans ses Rumbos peligrosos, ouvrage publié à Anvers en 1683, J. Penso de la Vega procède ainsi pour chacune des nouvelles incluses dans son ouvrage.

178Il est vrai que le cas du Manuel de dévotion est particulier eu égard à la nature de l'ouvrage. Si la disposition matérielle et les sous-titres n'étaient là, il serait difficile sans doute de repérer comme paratextes ces prologues internes. D'ailleurs il y a bien d'autres passages qui pourraient relever d'une telle sélection, en particulier dans le second livre, consacré aux prières, comme par exemple l'avis au lecteur marin évoqué plus haut. L'auteur présente ces prières comme destinées à être apprises par cœur (Mes peines auront été assez récompensées / Si durant tes loisirs tu veux les apprendre) ; cf. Mitxelena 1981, et ici même la note 34. Elle sont donc à la première personne, et adressées en discours direct à Dieu, ce que dans son avis interne de ce second livre Etcheberri exprime ainsi : Ecen othoitcen han diat moldea arrimatu, / Eta Iancoari mintço natçaiola, moldatu (litt. Car là, des prières, j'ai placé la méthode, et l'ai composée en m'adressant à Dieu).

179Si le lecteur virtuel est la référence construite de la première personne des prières qu'il est supposé apprendre et s'approprier, tous les passages explicatifs figurant entre celles-ci apparaissent à la manière de paratextes où l'auteur s'adresse au lecteur pour lui dire comment il lui faut interpréter, comprendre ou dire les prières ; d'ailleurs Etcheberri utilise fréquemment le mot abisua pour désigner ces éclaircissements dans ces intertitres, comme dans l'avis au lecteur marin. On retrouve alors dans le corps du texte le je auctorial et le vous du lecteur allocutaire, classique des prologues des XVIe et XVIIe siècles.

Haut de page

Bibliographie

Argaiñaratz d'—, P. (1665) : Devoten breviarioa, Bosc, Bayonne ; nouvelle édition conforme a la premiè-re par J. Vinson : 1910, Bertrand, Chalon-sur-Saône.

Agirre, P. (1996) : Athanase Belapeire : Catechima laburra (1696). Autoreraen garaia, nortasuna eta idaz-lanak, grafiak eta fonologia. Edizio kritikoa eta hiztegia, Thèse de doctorat, Université du Pays Basque, Vitoria.

Axular, P. de —. (1643) : Guero, bi partetan partitua eta berecia, G. Milanges, Bordeaux ;édition en fac-simile : 1988, Académie de la langue basque-Euskaltzaindia, Bilbao.

Cayuela, A. (1996) : Le paratexte au siècle d'or, Droz, Genève.

Cervantes, M. de —. (1605) : El ingenioso hidalgo Don Çuijote de la Mancha, Tome 1, édition révisée et mise a jour de Martin de Riquer, 1980, Planeta, Barcelone.

Compagnon, A. (1979) : La seconde main ou le travail de citation, Seuil, Paris.

Dechepare, B. (1545) : Lingvce vasconvm primitice, F. Morpain, Bordeaux ;édition en facsimilé, avec tra-duction allemande, anglaise, espagnole, française et italienne : 1995, Académie de la Langue basque – Euskaltzaindia, Bilbao.

Diccionario General Vasco – Orotariko Euskal Hiztegia (1987-), Académie de la Langue basque – Euskaltzaindia, Desclée De Brouwer & Mensajero, Bilbao.

Etcheberri (de Ciboure), J. (1627): Manval devotionezcoa edo ezperen, oren oro escvetan erabilltçeco libu-rutchoa, G. Millanges, Bordeaux ;édition facsimilée de la seconde édition de 1669 chez I. Mongirion Millanges a Bordeaux : 1978, Hordago, Saint Sebastien ;édition critique du 1er livre par P. Altuna, 1981, Académie de la Langue basque- Euskaltzaindia, Bilbao.

Gasteluçar, B. (1686) : Eguia catholicac salvamendv eternalaren eguiteco necessario direnac, Desparatz, Pau ;édition critique de L. Akesolo : 1983, Académie de la Langue basque – Euskaltzaindia, Bilbao.

Genette, G. (1987) : Seuils, Seuil, Paris.

Haramboure, J. (1635). Debocino escvarra, mirailla eta oracinotegvia, P. de la Court, Bordeaux.

Jimeno Jurío, J. M. (1997) : Navarra. Historia del Euskera, Txalaparta, Tafalla (Navarre).

Liçarrague, J. (1571a). Iesus Christ gvre Iaunaren Testamentv Berria, traduction basque du Nouveau Testament, traduction du Nouveau Testament ; cf. T. Linschmann & H. Schuchardt (1900).

Liçarrague, J. (1571b). Kalendrera, Bazco noiz daten, ilhargvi berriaren eta letra dominicalaren eçagut-zeco manerarequin, & ABC edo Christinoen instrvctionea othoitz eguiteco formarequin P. Hautin, La Rochelle, deux ouvrages en un volume, voir T. Linschmann & H. Schuchardt (édit.) (1900).

Linschmann, T. & Schuchardt, H. (édit.) (1900). ILeiçarragas Baskiche Bücher von 1571 (Neues Testament, Kalender und Abc), Trübner, Strasbourg ; édition facsimilée : 1990, Académie de la Langue basque – Euskaltzaindia, Bilbao.

Materre, E. (1623 [1617]) : Dotrina christiana. Bigarren impresionearen debocinozco othoitz eta oracino batçuez berreturic, 2e é dition (1reédition de 1617 perdue), J. Millanges, Bordeaux.

Mitxelena, K. (1963) : « Eranskin gisa », Egan, 1-3, 78-79.

Mitxelena, K. (1981) : « Patxi Altunari erantzunez », Euskera, 2, 617-626.

Montoya Martinez, J. & Riquer, I. de —. (1998) : El prólogo literario en la Edad Medieval, UNED, Madrid.

Mujika Casares, J. A. (1997) :Euskal ortografiaren hastapenak Iparraldeko literaturan, Thèse de doctorat, Université du Pays Basque, Vitoria.

Oihenart, A. d'—. (1657) : Les proverbes basques recueillis par le Sr d'Oihenart, plus les poésies du mesme auteur ; édition critique trilingue par J.-B. Orpustan avec traduction française et espagnole, et contenant les poèmes édités postérieurement (1664 ?) : Proverbes et poésies basques (1657-1664), 1992, Izpegi, Baigorri.

Oyharçabal, B. (1999) : Euskarazko irakaskintzaren historia ororen eskolen ildotik, iraultzaren frantses garaiko eskola liburuxka bat, Lapurdum, Bayonne.

Oyharçabal, B. (en cours.) : Lapurterazko literatura 17. eta 18. mendean : zenbait gogoeta, CNRS, Bayonne

Porqueras Mayo, A. (1957) : El prólogo como género literario. Su estudio en el Siglo de Oro español, Consejo Superior de Investigationes scientíficas, Madrid.

Rigolot, F. (1986) : « L'imaginaire du discours préfaciel », Studi di litteratura francese, Firenze.

Salaberri Munoa, P. (1998) : « Gero liburuaren koherentziaz eta egituraketaz », Lapurdum, 3, 241-271, Bayonne.

Spang, K. (1987) : « Hacia una terminología textológica coherente », in J. Cañedo & I. Arrellano (édit.), Edition y anotación del texto del siglo de Oro, 319-338, EUNSA, Pampelune.

Tartas, J. ( 1666) : Onsa hilceco bidia, J. Rouyer, Orthez ; édition facsimilée et édition critique préparée par A. Altuna, 1995, Université de Deusto, Bilbao.

Tartas, J. (1672) : Arimapenitentaren occupatione devotac, J. Rouyer, Orthez ; édition critique de P. Altuna, 1996, Mensajero, Bilbao.

Tripet, A (1992) : Montaigne et l'art du prologue au XVIe siècle, Champion., Paris.

Villasante, L. (1979) : Historia de la literatura vasca, seconde édition révisée et complétée, Editorial Aranzazu, Burgos.

Vinson, J. (1891) : Bibliographie de la langue basque, Maisonneuve, Paris ; seconde édition annotée par Julio de Urquijo, 1984, Seminario de Filologia Vasca “Julio de Urquijo”, Saint Sébastien.

Haut de page

Notes

1  Bien qu'elle concerne un texte datant d'une période située au-delà de celle à laquelle se limite cette étude, il faudrait citer comme une exception la présentation de Mitxelena (1963) du prologue -original à bien des égards dans le contexte basque- d'un écrit manuscrit (1782) d'Eguiateguy. En effet cette brève étude, destinée à faire connaître alors un manuscrit inconnu, en attendant sa publication, représente désormais la seule information disponible regardant son contenu. Cet essai d'économie domestique, intitulé Aberatstarziin giizien giltz bakhoitza [La clé unique de toutes les richesses], et que A. Irigaray fit acquérir, semble-t-il, par la Bibliothèque de la Diputación du Guipuscoa (cf. la préface de T. Peillen à l'édition (1983) de Lehen liburia edo filosofo huskaldunaren ekheia (1785)), ne s'y trouve plus.

2  Je ne tiens pas compte ici des éléments d'intertextualité, et notamment des citations et des récits restitués, qui tiennent parfois une place importante dans les ouvrages de cette époque, y compris dans les ouvrages basques tels que ceux d'Axular ou Tartas. J'écarte également les appendices expliquant les références historiques, géographiques, littéraires ou autres des textes. Ces derniers ne se rencontrent guère dans les textes basques (celles que l'on trouve chez Liçarrague à propos des termes bibliques sont traduites).

3  Le regroupement des prologues des auteurs et des traducteurs dans le cas des textes basques s'explique par le poids des considérations linguistiques. Genette (1987 : 243, note 2) fait justement remarquer que si la préface rédigée par un traducteur se présente en principe comme une préface ultérieure allographe, lorsque le traducteur prologuiste commente sa propre traduction (ce qui est d'ordinaire le cas dans les textes basques), son texte cesse d'être allographe. C'est la raison pour laquelle, à mon sens, l'adresse aux Basques de Liçarrague devait être prise en compte ici à côté de celle des autres auteurs de notre corpus.

4  Texte cité selon l'édition révisée et actualisée de M. de Riquer (1980).

5  En fait l'ouvrage de B. Dechepare contient quelques lignes que l'on pourrait marginalement considérer comme représentant un avertissement au lecteur et à l'imprimeur. Elles sont sans titre, rédigées en latin (Aduertant Impressor, et lectores quod...), et précèdent sur une page à part la dédicace. Elles visent à indiquer la prononciation de certaines lettres consonnes (z, t devant i et et ç devant a, o, u)

6  Je ne tiendrai pas compte des prologues des textes non destinés à un lectorat bascophone, en particulier l'Interprect Ou traduction du François Espagnol & Basque (publié vers 1620 par Voltoire), et qui est destiné aux personnes désirant apprendre la basque. Ce dernier contient un avis en français intitulé Au lecteur salut.

7  Par rapport aux indications de la bibliographie de Vinson, les avertissements ou prologues de l'auteur que je n'ai pu consulter sont : i) une adresse aux Messieurs basques (Iavn escaldvney) de Pouvreau dans sa traduction (1656) de la Doctrine chrétienne de Richelieu ; ii) encore de Pouvreau, une adresse au lecteur en basque puis en français dans sa traduction (1665) du Combattimento spirituale de Lorenzo Scrupoli ; iii) l'avis au lecteur (iracvurtçailleari abissua) d'Arambillaga dans la traduction (1684) de l'Imitation de Jesus-Christ. Troisième livre (Jesu Christoren imitationea- Hirvgarren libvrva).
Je ne prends en compte que les seuls textes des auteurs ou traducteurs eux-mêmes, et donc ni les préfaces traduites, comme l'advertissement de Liçarrague ou la préface de Philotea de Pouvreau, ni les prologues allographes, telle que, par exemple, la préface de Harizmendi au Debocino eskuarra de Haramboure. Il va sans dire, par ailleurs, que cette étude exclut les paratextes créés par les éditeurs postérieurs (par exemple l'adresse aux Basques de Vinson, rédigée en basque, contrairement à l'avertissement à caractère technique et savant, en tête de son édition (1910) du Bréviaire des dévots d'Argaiñaratz). Je n'examinerai pas non plus les prologues de Belapeyre (1696) qui ont un caractère institutionnel marqué. Il s'agit de deux adresses en forme de recommandations destinées en particulier aux curés et prêtres de Soule, l'une (20/10/1695) en tête de la première partie, l'autre (2/04/1696) en tête de la seconde. L'ouvrage de Belapeyre, qui fut réalisé dans des conditions difficiles (cf. Agirre 1996), dispose par ailleurs d'autres textes préliminaires, importants pour la compréhension de cette période de l'histoire religieuse de la Soule, dont notamment d'une part, le texte d'une déclaration en français en date du 27/05/1693, où Belapeyre en tant qu'Officiai de l'Evêché d'Oloron en Soule, fixe les obligations des membres du clergé et celle des autorités publiques en matière d'éducation de la jeunesse, et d'autre part, une Imploration du bras séculier à Messieurs les Juges du Siège Royal de Licharre du 12 novembre 1695, traitant du même sujet ; cf. Oyarcabal 1999.

8  La datation double indique, d'une part que le seul texte qui a été conservé est celui de 1669, mais que, d'autre part, les paratextes remontent certainement, dans leur substance, à la première édition. On a conservé cette dernière date dans la référence datée afin de mieux situer le texte dans la chronologie de la littérature labourdine (second texte connu après celui de Materre).

9  Dans le cadre de la littérature basque cette contradiction est particulièrement évidente dans les prologues des pastorales souletines anciennes, lesquels régulièrement soulignent l'intérêt du sujet de la pastorale, mais finissent par des paroles d'excuses concernant l'imperfection de la représentation dramatique.

10  A vrai dire deux autres ouvrages pourraient être mentionnés : les catéchismes bilingues espagnol-basque d'Elso (1561) et de Betolaza (1596). Mais il est peu probable que Materre ait pu les consulter. Le premier, apparemment perdu, fut publié en Haute-Navarre, et le second à Bilbao.

11  De ce point de vue les ouvrages de Dechepare et Liçarrague (comme celui de Materre lui-même) pourraient donner une idée assez fausse de la fixation des normes de l'écriture basque à cette époque. Ces ouvrages, qui s'inspirent peu ou pas du tout les uns des autres, sont d'une très bonne tenue, mais ce n'est sans doute pas là l'expression ou le reflet d'une réalité sociale très répandue, plutôt le fruit d'efforts individuels réalisés par des personnalités singulières.

12  Cette phrase est fautive, la proposition déclarative n'étant pas régie : peut-être le verbe recteur a-t-il été omis. Je n'ai pu consulter la version originale de l'ouvrage, et j'ignore si le texte de l'édition d'Akesolo la restitue fidèlement.

13  L'emploi de heuscal herria (absent chez Dechepare, mais que l'on retrouve avec Materre, et bien sûr, ensuite, régulièrement), se fait dans l'adresse aux Basques, ainsi que dans le titre et dans le texte de l'avertissement précédant l'ABC, dans les trois cas le terme étant à l'inessif (heuscal herrian, rendu en français dans la dédicace par l'expression au pays des Basques). Pour la désignation ethnique, il utilise le dérivé heuscaldun.

14  Selon la dédicace de l'auteur à Sauvat d'Iharce, Evêque de Tarbes, il s'agit d'un ouvrage de commande (nik segur zure debozino sainduak debozinozko obra hunetan ni emplegatzeaz ohore handi bat erre-zibitu dut « pour sûr, j'ai reçu un grand honneur du fait que votre sainte dévotion m'ait employé moi dans cette œuvre de dévotion »). Il fut lui aussi apparemment réalisé dans des conditions difficiles, peut-être en raison du choix fait par d'Iharce de l'auteur. En effet, dans un hommage rendu par à l'auteur en tête de l'ouvrage, Harizmendi écrit ces vers qui viennent peut-être en écho d'une polémique, à moins qu'il ne s'agisse ici également d'une allusion au conflit linguistique qui sera évoqué plus loin :
Badakhusat klarki, zuk egin liburuan,
Merezi hainitzak ditutzula zeruan :
Nahiz inbidiak, erran dezan zer nahi,
Merezi hek berdin eztakizketzu bahi.
Je vois clairement dans le livre que vous avez fait / Que vous avez de grands mérites au ciel / Quoi que les envieux disent / On ne peut vous ôter ces mérites.

15  Dans sa préface à son édition critique du 1er livre du Manual d'Etcheberri, Altuna évoque le climat passablement envenimé de l'époque, que nous restituent les paratextes (autres que les prologues auc-toriaux qui eux n'évoquent pas du tout la question, comme nous le verrons plus loin). Mais, concernant les envieux et adversaires qu'Etcheberri aurait pu avoir, il avance une autre hypothèse : celle d'une rivalité au sein du monde littéraire basque. Selon Altuna, il est peu probable que cette cabale ait été créée par les membres de ce qu'on désigne comme l'école de Sare, puisque certains d'entre eux, tel Axular, figuraient parmi les auteurs des approbations du Manual d'Etcheberri. Bref il ne croit pas à une jalousie entre deux écoles labourdines, et il suggère que c'est vers Oihenart qu'il faudrait se tourner pour identifier la source des critiques visant Etcheberri. Cependant, les arguments avancés, qui reposent sur la critique qu'Oihenart fera de la versification d'Etcheberri dans son Art poétique, ne me semblent pas convaincants.

16  Je transcris ici ces vers de louanges (Laudoriozko koplak) selon l'édition d'Akesolo (1970) :
Nik behintzat aithortzen dut Moi au moins, je reconnais
zure zordun garela,que nous sommes votre débiteur,
gure ilhunbetik khentzekoque c'est vous êtes la torche
zuzia zu zarela.propre à nous sortir des ténèbres.
Zaharturik zioanaLe basque, qui, vieilli,
eskara erortzera,allait tomber,
Etxeberrian sarthurikentré dans la maison Etxeberri,
berriz doa sortzera.va renaître.
Erdaldunak ahal doazkeLes étrangers ne sachant pas le basque
zein bere herritara,peuvent s'en aller chacun dans son pays,
gogat eginik, galdukos'étant résignés à ce qu'ils ne feront pas
eztutela eskara.disparaître la langue basque.
Aspaldion zegoenaCelle qui, depuis longtemps,
guztientzat azpikopour tous, était inférieure,
Etxeberrik altxaturikEtxeberri l'ayant relevée,
gorena da iarriko.se situera au plus haut.
Eskaldunak hel bekizkitQue les Basques viennent à moi
haren ohoratzera,pour l'honorer,
zeren eskara eman duencar il a mis la langue basque
erdararen gañera.au dessus de l'erdara.

17  La notion de langue mélangée (si ce terme réfère bien chez Haramboure à celle d'un basque associant les particularités de divers dialectes) sera en quelque sorte revendiquée par Tartas (1666) qui dira avoir voulu utiliser un basque ayant orotarik zerbait « quelque chose de partout », ainsi que nous le verrons plus loin dans le texte. Chez Liçarrague la démarche semble avoir été différente, puisque ce dernier revendiquait plutôt une langue dégagée des influences locales particulières.

18  Je ne tiens pas compte ici du catéchisme bilingue d'Ochoa de Capanaga paru une vingtaine d'années plus tard (1656), et présentant en regard du texte espagnol sa traduction en biscayen. On peut supposer que cet ouvrage n'eut guère d'échos en deçà de la Bidassoa.

19  Rappelons que, jusqu'à la Révolution, le Labourd et les deux-tiers occidentaux de la Basse-Navarre relevaient de l'évêché de Bayonne, mais que la Soule était rattachée à l'évêché d'Oloron, et le tiers nord-oriental de la Basse-Navarre (Pays de Mixe et d'Ostabarret) à l'évêché de Dax. Les premières doctrines catholiques en souletin n'apparaîtront que bien plus tard, vers la fin du siècle, grâce à Belapeyre (ce dernier précise toutefois qu'il fut précédé par un jeune prêtre dont l'essai, hélas perdu, ne fut pas concluant).

20  Ce point à ma connaissance n'a pas été expliqué. Que voulait dire Axular ? Que le basque était parlé ailleurs que dans les sept provinces ? Cette interprétation, apparemment portée par la lettre du texte, me paraît difficilement admissible, car Axular devait suffisamment connaître la région, y compris dans sa partie péninsulaire, pour ne pas supposer une telle extension de la langue, et pour savoir qu'il avait déjà taillé bien large. Cette lecture aurait été envisageable comme une allusion à l'emploi du basque dans certaines zones situées aux portes des provinces, ainsi Bayonne à l'entrée du Labourd, où la proximité et le voisinage devaient assurer une certaine présence au basque, mais le fait que l'expression bertce anhitz lec-cutan « dans beaucoup d'autres endroits » soit utilisée rend ceci également peu probable. Peut-être faut-il lire autrement ces lignes : Axular évoque la diversité des parlers et pour cela après avoir cité les différentes provinces, supposées chacune être porteuse d'une variété de langue, il fait ce rajoût pour indiquer que la diversité va en réalité bien au delà des limites provinciales ; bref qu'elle se rencontre en bien d'autres endroits, à l'intérieur même des provinces citées.

21  En matière de morphologie lexicale, seule est mentionnée la forme de palatalisation apparaissant dans les dérivés hypocoristiques, et notamment dans le suffixe -tto/-xo. Axular affirme que ceux qui parlent bien le basque ont une mauvaise opinion des dérivés privilégiant la chuintante (xo).

22  La variation morphologique -ei vs -er est citée par Liçarrague dans son lexique destiné aux Souletins. Par ailleurs il l'utilise de façon systématique dans son ABC, et son instruction, dans le prologue desquels il indique avoir utilisé un basque conforme à celui des régions où la religion réformée était pratiquée.

23  Le cas de la paire irakurtzea vs leitzea « lire » n'est peut-être pas un cas de variation dialectale : le doublet (sous des réalisations diverses des léxèmes) semble attesté dans la plupart des dialectes. Mais ceci ne signifie pas que les choses étaient ainsi perçues par Axular.

24  Les formes lexicales faisant référence à des parlers d'outre-Bidassoa sont barridea, esatea et zal-duna. Barride est une forme des parlers de Navarre (bien qu'Azkue la mentionne également en Labourd frontalier à Ainhoa) ; esatea et zalduna également, mais ces derniers vocables sont aussi utilisés en Guipuscoa et en Biscaye.

25  Axular n'abandonne pas la graphie de Materre dans Guero, mais il la note en marge, ainsi qu'il l'indique dans son prologue. Par ailleurs, dans son approbation à l'ouvrage de Materre il l'avait lui aussi employée (meregi pour l'actuel merexi).

26  Materre prescrit dans la deuxième édition de sa Doctrine la manière dont les marins devront utiliser son livre pour prier collectivement en mer, un marin lisant à haute voix, ceux sachant lire suivant silencieusement la lecture sur leur propre livre, car il estime qu'il n'y aura pas de marin sachant lire qui n'aura pas ce livre (Erran beça çuetaric batec appurbat gora eta haguitz orai hemen ibenico dudan othoit-za : Eta bitartean eduqui beçate bertcec ere hartan gogoa, ençun beçate, edo norc bere liburuetan ixilic iracur beçate, ceren estimatcen dut ez-tela icanen bat-ere iracurtcen daquien marinelic liburu haur iça-nen eztuenic.)

27  Cet avis figurant dans le corps du texte, nous n'avons pas introduit ces vers, au nombre de 26, dans le recueil de l'appendice.

28  Seuls sont également en basque, les titres des deux parties de l'œuvre à l'intérieur du livre, et le titre du glossaire ; peut-être aussi le sonnet en l'honneur de Sauguis et l'épitaphe en hommage à Arrain, deux poèmes apparaissant dans l'exemplaire de Bayonne, et placés en fin d'ouvrage, si on les considère comme des paratextes relevant des dédicaces et hommages de l'auteur.

29  On peut se demander si la traduction des proverbes ne répond pas également, au moins partiellement, à l'emploi du français comme langue de métalangue. C'est ce que semble indiquer le sous-titre de cette partie dans l'ouvrage d'Oihenart : Interpretation des proverbes basques. Ce qui se trouuera en cette interpretation, escrit en lettre Italique, sont des adjoustemens faits au texte Basque, pour une plus grande explication d'iceluy.

30  Je n'ai pas introduit dans le corpus l'avis venant en préambule au manuscrit de Medizione cerurat heltceco baitezpadacoac, anonyme que P. Charritton est sur le point de publier. Ce manuscrit porte sur la page de couverture la date de 1651, écrite par la main qui a également copié le manuscrit. Il est toutefois difficile de se fier à cette datation, la graphie indiquant plutôt un texte du début du XVIIIe siècle. L'avis qui précède le texte suit dans l'ensemble le modèle des prologues modernes mais contient des éléments des prologues de la période précédente.

31  La fin de l'ouvrage contient une petit catéchisme qui n'est pas en vers. Il est précédé d'un court texte, sans titre, qui pourrait être considéré comme un paratexte ; les dévots y sont exhortés à enseigner les prières à ceux qui ne savent pas lire. Toutefois du fait de son absence de titre et de sa place dans le corps de l'ouvrage nous ne l'avons pas inclus dans le recueil des prologues.

32  Pour des raisons de place, je ne restitue pas dans l'annexe la préface de Gasteluçar, que les lecteurs peuvent aisément consulter dans l'édition d'Akesolo (1983). Je fais figurer par contre l'avis au lecteur.

33  A côté de ces prologues, on trouve les approbations et des vers latins en hommage à l'auteur intéressant à plus d'un égard. Sur ce sujet, voir la préface d'Altuna à son édition du 1er livre du Manuel ( 1981 ), et également Mitxelena (1981).

34  Les vers destinés aux marins lecteurs, qui sont dans le second livre, et que nous avons évoqués plus haut dans le texte, illustrent cette situation. Ils envisagent les différentes circonstances de la vie en mer et de la pêche en proposant des prières de circonstances, y compris les plus dramatiques (mer calme et pénurie de vivres, échouage, homme à la mer, embarquement de fortune pour atteindre la côte, etc.). Faut-il les penser comme des textes devant être appris par cœur et récités ou chantés dans ces circonstances ainsi que le dit l'auteur ? Ne sommes-nous pas en présence plutôt d'un positionnement littéraire dans le cadre d'un ouvrage dépassant en fait sa nature fonctionnelle première ?

35  Le Manual devotionezcoa de 1627/1669 a deux dédicaces, venant en préambule de chacun des deux livres composant l'ouvrage. Celle du premier livre est adressée à Claudius de Rueil, Evêque de Bayonne, et celle du second livre à Miguel de Oiharart, Vicaire Général.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Oyharçabal, « Les prologues auctoriaux des ouvrages basques des XVIe et XVIIe siècles », Lapurdum, Numéro Spécial 1 | 1999, 39-93.

Référence électronique

Bernard Oyharçabal, « Les prologues auctoriaux des ouvrages basques des XVIe et XVIIe siècles », Lapurdum [En ligne], Numéro Spécial 1 | 1999, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/1608 ; DOI : 10.4000/lapurdum.1608

Haut de page

Auteur

Bernard Oyharçabal

IKER UMR 5478
b.oyharcabal@iker.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Oyharçabal B. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • OpenEdition Journals