Navigation – Plan du site

L'Aufklärung et la basquité

Pierre Bidart
p. 303-338

Texte intégral

1Si l'Aufklärung n'a pas inventé la basquité, grande a été pourtant sa contribution à sa structuration et à sa promotion au sein de l'Europe. Alors que la pensée philosophique et linguistique allemande décèle dès le XVIIIe siècle l'intérêt de la basquité dans sa dimension linguistique, c'est au cours du XIXe siècle, à la faveur d'une remarque de Jules Michelet dans son Histoire de France (1833-1846, 1855-1867) que la France découvre les travaux du linguiste allemand Wilhem Von Humboldt consacrés à la bascologie. Cet écart dans le temps ne fait que souligner les différences dans les conditions de formulation des objets scientifiques et leur statut, la complexité des représentations et des échanges culturels, voire les contentieux entre l'Allemagne et la France.

  • 1  J.Y. Guiomar. « De l'Allemagne et de la France. Les faux semblants d'une opposition » dans le Déba (...)

2Dans un récent article intitulé « De l'Allemagne et de la France – Les faux semblants d'une opposition »1, Jean-Yves Guiomar souligne le poids immense et malheureux de ces oppositions stéréotypées entre une France terre des Lumières et de la Raison Universelle et une Allemagne empêtrée depuis le XVIIIe dans le Volksgeist, mais aussi entre une « bonne » Allemagne, avec Kant, Schiller, Goethe, et une « mauvaise » Allemagne, née avec Herder et triomphante avec Bismarck et Hitler, en passant aussi, comme beaucoup le pensent, par Hegel.

  • 2  Ch. Pouthas. Les Révolutions de 1848 en Europe. Paris, CDU, 1952, p. 50-51.
  • 3  Voir à ce sujet H. Aarsleff, « The tradition of Condillac : The problem of the origin of langage i (...)

3La canonisation de ces oppositions a emprunté différentes voies y compris celle des analyses d'historiens : « Pour les Français, une Nation est une communauté spirituelle (...), l'appartenance à un Etat repose sur une sorte de contrat. Cette conception relève donc du principe rationaliste du droit naturel, c'est par conséquent une conception à la fois individuelle et également universaliste comme la raison. Elle est liée par là au libéralisme dont elle devient une sorte de complément en matière de droit public international. Elle se rattache au principe de souveraineté du peuple ». Quant à la conception allemande, « elle s'est formée peu après en partant des théories du philosophe allemand Herder (...) Pour les Allemands, la nation est un organisme naturel doué d'un instinct vital, d'un génie propre » qui repose sur l'histoire et non sur la raison. En cela, la conception allemande est anti-libérale2. Jean-Yves Guiomar examine, entre autres, le domaine de la linguistique où les compétences supposées des deux pays sont nettement soulignées par la tradition scientifique alors que ces deux compétences trouvent en réalité une même filiation dans les travaux des linguistes français du XVIIIe siècle. Ainsi, on a fait de l'Allemagne le pays de la grammaire comparée, la France ayant été identifiée comme le pays de la grammaire générale. Il est vrai que l'Allemagne a compté d'illustres représentants de la linguistique comparée avec Jacob Grimm (grammaire allemande, 1819 et 1822), Franz Bopp (langues indo-européennes, 1816 et 1833), Friedrich Diez (langues romanes, 1836) et Johan Kaspar Zeuss (langues celtiques. 1853). Or, nous savons aujourd'hui que ces travaux doivent leur origine aux débats suscités par L'Essai sur l'origine des connaissances humaines de Condillac (1746). Le Traité sur l'origine du langage de Herder (1772) se situe dans le prolongement de cet ouvrage3. Aussi, cette opposition entre une linguistique rationaliste de caractère français et une linguistique historiciste de caractère allemand ne tient-elle pas debout. Les modes de développement inégalitaire de ces travaux s'expliquent notamment par l'histoire des institutions universitaires, l'université allemande ayant bénéficié, note J.Y. Guiomar, bien plus tôt que les universités françaises de chaires de linguistique comparée.

4L'effet le plus spectaculaire de l'Aufklärung se remarque dans le nombre de travaux consacrés à la langue basque et dont l'Allemagne contemporaine peut encore témoigner. La complexité de la structure linguistique du basque confortait heureusement la théorie des relations entre les propriétés d'une langue et le génie du peuple locuteur.

5Parallèlement à cet engouement pour la bascologie tant magnifiée dans l'oeuvre de G. de Humboldt, la pensée de l'Aufklärung ne cessera d'inspirer directement ou indirectement, via la philosophie allemande, les interprètes de la basquité dans sa formulation nationaliste, en Pays Basque d'Espagne, à la fin du XIXe siècle. D'autres marques très sensibles - étudiées plus loin - se remarquent dans les travaux de l'anthropologue Barandiaran et les textes littéraires de l'écrivain basque Mirande, fortement influencé par Spengler, lequel se revendique pour une part de la philosophie de Herder.

6En France, les préoccupations empiriques de description des singularités provinciales qui animent le champ ethnographique en voie de constitution poussent une cohorte d'observateurs, au statut scientifique incertain, à s'intéresser à une société basque qui ne manque pas de « curiosités », et qui devient le point de convergence de trois axes géographiques : l'Allemagne, l'Angleterre avec Oxford, et Paris.

I - Aufklärung et les prolégomènes anthropologiques de la basquité

7Face aux Lumières françaises pour lesquelles les activités spéculatives autour de la fonction linguistique n'occupaient pas une position centrale, l'Aufklärung se distingue par l'importance manifeste qu'elle accorde au fait linguistique, en l'associant à un large front de considérations philosophiques liées aux thèmes de la nation, de la culture de la religion, de l'histoire, de la nature, et initiant ainsi une véritable anthropologie de la société.

8Une telle convergence de réflexions sur la question linguistique aboutira à l'automisation de la pensée linguistique et à la fondation de la « linguistique comparative » dont Guillaume de Humboldt sera le célèbre interprète. L'originalité de la contribution de l'Aufklärung ne peut se comprendre sans aborder les principes et les options philosophiques et religieuses qui expliquent son incarnation allemande.

  • 4  M. Duchet. Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, post-face de Claude Blanckaert, Albin (...)

9La philosophie des Lumières, par l'hétérogénéité et les ambitions intellectuelles des questions qu'elle entendait traiter, contenait ou constituait une véritable anthropologie, mot nouveau désignant la matrice unitaire des savoirs du XVIIIe siècle, ce que Michèle Duchet résume ainsi : « Science de l'homme, science du langage, étude des langues, genèse de l'entendement, histoire des sociétés, production littéraire, tout cela constitue pour les hommes des Lumières une seule et même activité et participe d'un même discours »4. Dégager les fondements culturels de l'anthropologie de l'Aufklärung revient à en examiner les orientations principales et les sens les plus significatifs, dans un contexte de concurrence culturelle entre la France et l'Allemagne et de divergence profonde quant à la manière de penser le rapport social à la religion et à la culture.

  • 5  J.G. Herde, Journal de mon voyage en l'an 1769. Aubier. 1942, traduction française de M. Rouche : (...)
  • 6  J.G. Herder. Auch eine Philosophie der Geschichte zur Bildung der Menschheit. Bevtrag zu vielen Be (...)
  • 7  J.G. Herder. ibidem. « La longue, l'éternelle nuit fut éclairée par le matin : ce fut la Réforme, (...)

10La concurrence culturelle entre les deux pays trouve son origine dans le prestige aristocratique dont bénéficient la langue et la culture françaises, lesquelles s'imposent en tant qu'incarnation de la modernité et outils raffinés d'expression du langage de la raison. Leur triomphe en Europe et au-delà marque l'aboutissement des promesses formulées sous la Renaissance tandis qu'elles symbolisent la nouvelle Grécité dont l'écho saisit toute l'Europe que Herder étudiera dans son Journal de mon voyage en l'an 17695 et à laquelle G. de Humboldt sera également sensible. Le rayonnement des lettres françaises ne pouvait manquer d'irriter une conscience allemande tentée de se soustraire à leur domination. Exercice cependant difficile car on ne modifie pas si aisément les schémas culturels – en particulier les conceptions historiques – qui légitiment cette domination. Aussi la singularité allemande va-t-elle s'organiser, face à une francité triomphante, autour d'un concept mobilisateur, celui de la germanité. Cette entreprise de formalisation conceptuelle et de structuration de la singularité allemande passait par une réécriture de l'histoire, une redéfinition des séquences historiques distinguant les civilisations conçues jusque-là selon la conception voltairienne qui voyait dans la Renaissance le moment historique essentiel de rupture avec l'obscurantisme médiéval. L'ouvrage de Herder, Une autre philosophie de l'histoire (1773), fort critique à l'égard de Voltaire, illustre très précisément cette ambition intellectuelle d'élaboration d'une version de l'histoire favorable désormais à la germanité qui doit trouver sa place dans le cours de l'histoire de l'humanité grâce en particulier au protestantisme. Il s'agit de procéder au réexamen général des relations entre l'histoire et le christianisme à partir de cette idée centrale de l'Aufklärung que la germanité s'incarne dans le protestantisme. Cet exercice simultané de formulation d'une germanité active et de positionnement historique de celle-ci sera accompli pour l'essentiel par Herder et par Fichte qui – trait propre à l'Aufklärung – se réfèrent sans cesse aux Lumières françaises pour s'en démarquer immédiatement. Les réajustements historiques engagés par ces deux auteurs s'appuient sur le rappel du sens de l'œuvre luthérienne qui prônait le retour au christianisme original face à un catholicisme confondu avec le règne de la superstition et de la corruption. La révolution luthérienne qui annonçait les temps modernes fut elle-même entravée par de multiples guerres, retardant la formation d'un Etat national allemand alors que la monarchie catholique française édifiait un solide Etat-Nation. Se fondant ensuite sur le concept luthérien d'une historicité souterraine6 représentée par la Providence, force invisible qui anime le cours de l'histoire au même titre que les corpus sémantiques propres aux langues elles-mêmes, Herder et Fichte estiment que cette disparité est provisoire et déplacent les seuils et les symboles des ruptures historiques ; à la Renaissance se substitue la Réforme7 qui détermine aujourd'hui le destin de la nation germanique. A la faveur de ce déplacement, les deux philosophes tracent une nouvelle voie de l'histoire : la Germanie se charge d'une dimension historique apte à revendiquer le rôle de héraut d'une authentique modernité, véritablement chrétienne. Cet emboîtement entre la germanité et le protestantisme, sur lequel insistera Hegel, deviendra l'argument nodal de la pensée politique et culturelle allemande.

11Le postulat d'une germanité enchâssée dans le protestantisme s'opposait frontalement au modèle d'une francité articulée sur le discours anti-religieux des Lumières de même que la foi en une glorieuse germanité porteuse d'une authentique modernité heurtait la théorie culturelle de l'universalité de la langue et de la culture françaises et les hiérarchies linguistico-culturelles légitimées par celle-ci, à partir desquelles était déniée toute qualité aux langues et cultures non porteuses d'historicité, c'est-à-dire toutes celles qui représentent des traces de l'Ancien Régime et plus précisément le passé médiéval identifié aux temps de la barbarie. Si l'Aufklärung procède à la réhabilitation du Moyen Age et de ses œuvres, les Lumières françaises préfèrent la Renaissance et sa rhétorique rationaliste naissante.

12De son côté, Hegel ne manquera pas d'aborder certaines des conséquences de l'articulation entre la germanité et le protestantisme qui se fonde à ses yeux, sur le principe d'une affinité entre ces deux états. D'une part, l'attachement des Germains aux pratiques coutumières et simultanément leur méfiance – à cause de leur conscience d'appartenance à une communauté naturelle – à l'égard de toute structure politique centraliste organisée selon la théorie du droit universel (cette attitude ayant empêché un processus de modernisation étatique qui, par contre, a abouti en France). Par ailleurs, l'incitation du croyant allemand au sein du protestantisme à vivre sa foi et sa condition humaine dans le cadre de l'intériorité de sa conscience, d'où le rôle incontournable de l'Eglise réformée dans le travail pédagogique de formation de la conscience allemande, au titre d'une suppléance face aux carences de l'institution politique.

  • 8  La fin de l'ouvrage réserve à Voltaire un véritable réquisitoire tempéré par de l'admiration : « L (...)
  • 9  J.G. Herder, ouvrage cité, p. 301.

13Si le titre de l'ouvrage de Herder, Une autre philosophie de l'histoire pour une contribution à l'éducation de l'humanité. Contribution à beaucoup de contributions du siècle cache mal une intention polémique à l'égard surtout des « Lumières françaises »8, la pensée herdérienne ne manque pas pour autant d'originalité par les positions et les développements théoriques et empiriques qu'elle adopte. On peut souligner une première contribution dans l'affirmation d'une théorie du relativisme universel qu'il oppose aux philosophes défenseurs de la supériorité du XVIIIe siècle et qu'il applique « dans son projet » de traiter des valeurs propres à chaque nation, à chaque siècle, « fleurs qui sous tel ciel poussent et prospèrent sans soin, et là meurent ou jaunissent misérablement »9. Si le thème du relativisme historique et ethnique avait déjà été abordé par Saint Evremond, l'abbé du Bos, Voltaire (Micromegas) et Montesquieu (Lettres personnes), Herder entend reconsidérer les schémas de périodisation de l'histoire et contester les classicismes et les orthodoxies tant en littérature et philosophie qu'ailleurs.

  • 10  J.G. Herder, ouvrage déjà cité, notamment p. 229 et suivantes.
  • 11  Voir à ce sujet M. Schaub, art. cité. p. 164.

14Pour qualifier les séquences de l'histoire, Herder fait appel au procédé métaphorique : il parle des âges de l'humanité, identifiant l'Orient biblique à l'enfance, la jeunesse à la civilisation égyptienne, l'adolescence au monde grec, la maturité et le déclin à la romanité ; il utilise également l'image de l'arbre dont les racines, le tronc, les branches, les feuilles sont illustrés par autant de nations singulières10. D'où une vision organiciste de la durée des civilisations et de leurs relations mutuelles commandée par les lois générales du vivant, avec une admiration insistante pour la période de l'enfance (de même d'ailleurs que pour les valeurs patriarcales), associée aux vertus de spontanéité de fraîcheur et d'authenticité, toutes qualités fondamentales qui déterminent, aux yeux de Herder, la valeur d'une culture ou d'une civilisation. Par deux fois, Herder invoque le temps de l'enfance dans ses schémas de périodisation de l'histoire : une fois pour qualifier l'enfance de l'humanité, symbolisée par la civilisation orientale, une autre fois pour désigner l'enfance de la Modernité, symbolisée par le Moyen Age dont il engage la réhabilitation. A chacun de ces âges, ses qualités ou ses défauts : au merveilleux de l'enfance font suite le désir d'entreprise et la grâce de l'adolescence, le sérieux et le réalisme de la maturité, la froide répétition et l'atrophie décadente de la sénescence11.

15Herder applique la méthode comparative tout à la fois diachroniquement - pour l'examen de la succession des civilisations orientale, égyptienne, grecque, romaine et moderne – et synchroniquement – dans l'étude des singularités françaises et allmandes. Parmi les auteurs les plus contestés figurent Voltaire, d'Holbach, Helvétius. Montesquieu à côté de Hume et d'autres. Ils sont d'ailleurs peu ou pas cités. Et à la faveur de ce comparatisme transhistorique et transculturel, Herder expose une philosophie de l'histoire, manifestement conservatrice dont, il modifiera, par la suite, les premières orientations.

  • 12  J.G. Herder, ouvrage cité, p. 175.
  • 13  Ibidem, p. 185.

16Face à l'impuissance des mots à saisir la complexité et la singularité d'une nation, l'âme d'un peuple, « seul le créateur, dit-il, pense l'unité d'une nation et de toutes les nations dans toute leur diversité, sans que cela fasse disparaître à ses yeux l'unité »12. Vigoureusement dénoncé par les philosophes des Lumières françaises, le préjugé trouve grâce à ses yeux : « le préjugé est bon, en son temps, car il rend heureux. Il ramène les peuples à leur centre, les rattache plus solidement à leur souche (...). La nation la plus ignorante, la plus remplie de préjugés est à cet égard souvent la première »13.

  • 14  J.G. Herder, ouvrage cité. p. 195.
  • 15  Idem.
  • 16  Ibidem, p. 215.
  • 17  Idem.

17Il canonise la vertu « d'endurance des peuples du Nord »14 qu'il oppose à « la chaude serre aromatique de l'Est et du Sud »15. C'est aussi le Nord qui prit le relais de la romanité décadente, en apportant la « Nature » à la place des arts, « le bon sens nordique » à la place des sciences, « des moeurs fortes et bonnes bien que farouches » à la place du raffinement. C'est enfin là que s'affirma « l'esprit gothique », « chevalerie nordique au sens le plus large – grande manifestation de tant de siècles, de pays et de situations »16 – qui constitua l'ossature culturelle, politique et sociale et que rend compte une riche polysémie : « penchants paternels, et sainte vénération du sexe féminin, amour inextinguible de la liberté et du despotisme, religion et esprit guerrier, ordre strict, solennité et goût étrange de l'aventure »17.

  • 18  Ibidem, p. 219.
  • 19  Ibidem, p. 219 et 221.
  • 20  Ibidem, p. 219.
  • 21  Ibidem, p. 221.
  • 22  Idem.
  • 23  Ibidem, p 259
  • 24  Ibidem, p. 261.

18S'en prenant une nouvelle fois aux Voltaire, Hume, Richardson et Iselin qui raillent la société médiévale, il procède à la réhabilitation des temps médiévaux sans pour autant en faire l'éloge (car « tout ceci est vrai et n'est pas vrai »18, dit-il, en parlant des travaux des précédents). Il défend ainsi, tout à tour, « les rudes résidences campagnardes (qui) empêchaient l'accroissement exubérant et malsain des villes, ces groupes dévorants des forces vitales humaines »19 ; l'harmonie sociale entre la lignée et les familles, le maître et le serviteur, le sujet et le roi20, tandis que « le manque de commerce et de raffinement empêche le relâchement des moeurs ». Il se félicite même de l'existence de la barbarie : « si le ciel21 ne vous avait pas fait précéder par les temps barbares et ne les avait maintenus si longtemps parmi tant d'à-coups et de heurts – pauvre Europe policée, qui dévores ou relègues tes enfants, que serais-tu avec ta sagesse ? – Un désert ! »22. Il dénonce l'idée que la morale laïque – représentée par « l'art de la législation » pût suffire à « cultiver les nations »23, idée présente chez Helvétius (De l'Esprit, 1769), d'Holbach (Système de la Nature, 1770) et De Chastellux (De la félicité publique, 1772).24

  • 25  Ibidem, p. 263.
  • 26  Idem.
  • 27  Idem.
  • 28  Ibidem, p 271
  • 29  J.G. Herder, Fragments. Ed. Suphan, 1767,t.I, p. 366.
  • 30  J.G. Herder, Une autre philosophiue de l'histoire, ouvrage cité. p. 287.

19Il stigmatise l'action et le succès des académies et des salles d'art et l'importance reconnue à l'éducation25. Il préfère la clôture des mentalités dans des espaces restreints, « la chaumière patriarcale » et « la petite république d'hommes »26, la nation fermée sur elle-même, le temps où « tout était si étroitement naturel »27, les contrées restées « sauvages et barbares » à l'instar de l'Irlande (« c'est une honte pour l'Angleterre que l'Irlande soit si longtemps restée sauvage et barbare : elle est policée et heureuse »28). L'effacement des caractères naturels entraîne la disparition des caractères nationaux, du sentiment national et facilite ainsi le déclin. Et le pire des destins pour un peuple n'est-il pas de perdre sa singularité nationale ; « on ne peut causer de plus grand dommage à une nation qu'en la dépouillant de son caractère national, de ce qu'il a de spécifique dans son esprit et sa langue »29. La rationalité domesticatrice à l'oeuvre dans les jardins « à la française » lui apparaît comme un contre-sens intellectuel : « on inventa (...) une architecture sur le plan même et avec toutes les productions de la nature-les jardins ! Plein de proportions et de symétries ! Plein d'éternelles jouissances et nature toute nouvelle sans nature ! »30.

  • 31  Ibidem, p. 123.
  • 32  Ibidem, voir commentaire de M. Rouché, p. 54 et suivantes.
  • 33  Ibidem, p. 25.

20En somme, il s'insurge contre la prétendue supériorité du XVIIIe siècle, tant magnifiée par Voltaire dans son Siècle de Louis XIV, ce qu'il assimile à la sénilité (lui qui reproche tant aux « philosophes des Lumières » de résumer une époque par un mot succombe à cette même tentation !). Et la réhabilitation du Moyen Age le conduit à l'arrimer à la période contemporaine pour les besoins du moment, c'est-à-dire la constitution et l'éloge de la germanité. Cette appréhension favorable des temps médiévaux, caractéristique du Sturm und Drang et du romantisme, diffère néanmoins de la célébration catholique du Moyen Age opérée par des auteurs comme Novalis dans La Chrétienté ou l'Europe (1799). L'état de félicité dont il fait la finalité de toute vraie civilisation, il le remarque surtout dans l'âge de l'enfance qui est aussi le temps des patriarches : « Etre humain, homme, femme, père, mère, fils héritier, prêtre de Dieu, régent et père de famille, c'est par tous les millénaires qu'il devait alors être formé ! Et éternellement, en dehors du Règne de mille ans et des fables des poètes, éternellement le pays des Patriarches et la tente des Patriarches demeurera l'Age d'or de « l'humanité enfant » »31. Temps fécond que celui de l'enfance, des temps primitifs, par leurs talents poétiques, alors que l'époque moderne - celui de la prose – symbolise le déclin, cette idée inspirera les écrits sur De l'effet de la poésie sur les moeurs dans l'Antiquité et de nos jours (1778)32. Cette ferveur pour l'activité poétique le poussera à croire en l'authenticité des poèmes épiques d'Ossian, comme il le dit dans Du Naturel et de l'art allemand. Extraits d'une correspondance sur Ossian et des chants des anciens peuples (1773). Il souhaite dans ses Fragments (1768-1769) le renouveau de la poésie allemande par la substitution de la mythologie germanique à la mythologie gréco-latine. Il procède à une vaste enquête sur l'âme allemande à travers ses poésies, ses contes et ses légendes matérialisée dans son recueil de Chants populaires (1773). Bien des approches romantiques similaires seront inspirées par la conception herdérienne du chant populaire, qu'il s'agisse de recueil de chansons (Des Knaben Wunderhorn de Brentano, 1805), ou des contes populaires (Teutsche Volksbücherde Görres, en 1807 ; Hansmärchen des Frères Grimm, 1812 ; Deutsche Sagen de Wilhelm Grimm, 1816-1818)33.

  • 34  C'est une idée similaire greffée sur une approche critique des considérations ethnocentristes qu'e (...)
  • 35  Cette idée de l'irréversibilité de l'histoire, Herder l'illustre encore dans ses recommandations a (...)

21En tant que théoricien de la relativité historique, il estime que toutes les civilisations connaissent inexorablement les mêmes phases de progrès et de déclin ; comme théoricien de la relativité ethnique34, il affirme que toutes les nations se correspondent dans une égale nécessité, une égale originalité, un égal mérite, un égal bonheur35.

  • 36  J.G. Herder, ouvrage cité. p. 315.
  • 37  Il convient de ne pas se méprendre sur le sens du populaire cher Herder, lequel n'a pas une connot (...)
  • 38  Ces idées étant elles-mêmes animées par une autre, sous-jacente, celle de la noblesse de la cultur (...)
  • 39  L'œuvre et la pensée de Herder posent de manière exemplaire les problèmes habituels de l'histoire (...)
  • 40  Un exemple éloquent est fourni par la charge d'A. Finkielkraut contre les conséquences de la théor (...)
  • 41  Voir à ce sujet. P. Bidart. « Peru Abarca ; espace imaginaire et paradigme perdu » dans la Product (...)

22Les fondements du principe des nationalités sont ainsi établis. Aussi, l'histoire des civilisations ne se construit-elle pas autour du concept de progrès (comme l'entendent les Lumières) mais plutôt à partir du concept de continuité (« Fortgang »), non pas une continuité qui signifie une répétition (« En aucun pays, dit-il, la culture n'a pu revenir en arrière, et redevenir une nouvelle fois ce qu'elle avait été »36) mais une continuité faite de discontinuité (chaque culture emprunte auprès de la précédente). Et la prospection historique sur les cultures populaires37 vise à mettre en exergue « l'esprit du peuple », ou encore « l'esprit général » sous la forme du Nationalgeist. Herder préfère en effet l'histoire du peuple à celle des dynasties ou des armées ; il pense à la possibilité de la reconstruction anthropologique d'un peuple à partir de fragments disponibles. Il conteste le primat de la raison et son arrogance à vouloir déterminer le cours de l'histoire (tout en ne cessant pas d'utiliser certains aspects du rationalisme) à laquelle il oppose l'histoire, de manière à fonder une autre philosophie de l'histoire. Il valorise ces individus collectifs que sont les peuples au détriment des universaux, ces peuples qui sont des vrais dépositaires de la culture nationale et dont les qualités morales se remarquent dans la ferveur et la densité de son état naturel que singularisent le sens de la hiérarchie, les valeurs religieuses et les rapports sociaux harmonieux. Cet état naturel se distingue aussi pour sa spontanéité, ses facultés créatrices présentes au sein du langage poétique dans lequel excelle le peuple. Ces postulats, Herder les accompagne de considérations de nature vitaliste, remarquables dans une syntaxe récurrente (« énergie vitale », « forces vitales », etc.), dans ses métaphores de la civilisation/arbre ou de la nation/organisme. En réalité, son œuvre est construite autour de trois idées38 divergentes parfois jusqu'à la contradiction (qui, par ailleurs, s'opposent souvent à l'Aufklarung39 tout en lui empruntant des arguments explicatifs) : l'affirmation de l'universalisme chrétien dont les retombées culturelles, inestimables, sont à l'origine de la modernité, l'absolutisation des qualités culturelles d'une race ou d'une nation singulière par essence (qu'accompagne Herder du refus de l'imitation, ce qui conduit à l'autarcie culturelle), la proclamation d'une relativité généralisée induisant le refus de toute absolutisation culturelle. C'est à partir de cet entrelacement philosophique que s'exercera son influence, que l'on imaginera des filiations (réelles ou fictives), que lui sera réservée une postérité souvent peu flatteuse. Que d'analyses sous-entendant ou évoquant explicitement une filiation entre le IIIe Reich et la pensée de Herder40 ! L'hétérogénéité des concepts et des paradigmes utilisés par Herder (nature, culture, modernité, peuple, « esprit national », nation, primitivisme. etc.) de même que la diversité des relations logiques entre ces concepts et ces paradigmes laissent imaginer la nature des influences et des détournements possibles. Tandis que l'universalisme abstrait prôné par la philosophie des Lumières contient l'idée que la nation est à la fois le produit et la vectrice de la Modernité, l'Europe se conforte dans un ethnocentrisme culturel troublé par les relations critiques entre cultures dominantes. Aux tensions entre celles-ci – illustrées en particulier par les exemples français et allemand – s'ajoutent d'autres tensions nouvelles entre cultures dominantes et cultures non officielles telles qu'on peut les observer en Espagne où le débat sur les rôles respectifs de l'hispanité et de la basquité prend une tournure conflictuelle avec les écrits, du côté basque, d'hommes d'Eglise, Larramendi, Astarloa, Moguel, entre autres. L'influence de Herder est manifeste auprès de Moguel lorsque celui-ci oppose le basque rustique, Peru Abarca au barbier culte Maisu Joan41. Moguel et Astarloa seront les correspondants d'Humboldt lorsqu'il entreprendra son voyage en Espagne.

  • 42  W. Moscr, « Herder et la toupie des origines », dans Mythe de l'origine des langues. Revue des Sci (...)
  • 43  Idem.

23Les oppositions binaires établies par Moguel, – le rustique/le culte, bon bascophone/mauvais bascophone, etc. – renvoient aux oppositions binaires formulées par Herder dans son Traité sur l'origine des Langues où il s'en prend aux « froids philosophes » vivant dans les salons. Elles peuvent être, selon W. Moser, construites ainsi : l'homme grossier de la nature/le philosophe de salon, indivision organique/démembrement analytique, expérience-sentiment/raison-intellect, naturel/artificiel, vie-vivacité/mort, principe d'activité indivis/activité disséquante, chaleur-énergie/froid, principe liquide-source/aridité-assèchement42. Par contre, la mission du bon philosophe s'énonce dans l'analyse des formes du primitif : « d'une part le philosophe entend maintenir et respecter la spécificité des temps primitifs, des moments de genèse, il désire se donner leur esprit, son travail est donc porté par l'élan qui transpose le sujet dans l'objet. D'autre part, il lui faut aussi faire progresser les connaissances humaines en rapportant du butin de son voyage cognitif au pays du primitif (inutile de rappeler que cette métaphore se pratiquait beaucoup au XVIIIe siècle !). Herder écrivait à la fois en philosophe nostalgique et en philosophe éclairant »43.

  • 44  Citée par W. Brüchner dans Ethnologies en miroir, ouvrage déjà cité. p. 226.
    De la Volkskunde. W. B (...)

24Les développements de Herder sur le thème populaire visent moins à poser les fondements d'une science du populaire, telle que celle-ci sera désignée au XIXe siècle sous le terme de Volkskunde qu'à définir une esthétique du populaire, ce que H. Bausinger traduit ainsi : « Tout cela met en évidence que la poésie populaire n'est pas traitée comme un fait de tradition orale, mais comme fiction créative faisant coïncider « populaire » et « artistique » »44.

25En faisant du peuple le contre-point a-historique du concept de classe sociale, le « lieu » d'incarnation de « l'esprit national » et de l'esthétique, la pensée herdérienne sera à l'origine d'un mouvement culturel (d'inspiration aristocratique-bourgeoise), né vers le milieu du XIXe siècle recherchant la mise en scène des aspects festifs de la société basque (danses, pelote, improvisation, concours de poésie). Les références constantes au charme des hommes et des femmes basques, la propension des observateurs à faire l'inventaire des « curiosités » du Pays Basque contribuant, comme on le verra plus loin, à illustrer la place d'une approche esthétisante du « populaire » basque perçu dans sa strate paysanne.

  • 45  F.G. Herder, ouvrage cité. pp. 285-287.

26Enfin, c'est par ses Idées pour la philosophie de l'histoire de l'humanité que Herder a pu certainement intéresser Humboldt à l'étude des expressions culturelles primitives et en particulier à celle observable en Pays Basque, laquelle lui inspire les réflexions suivantes : « Les peuples mêmes qui sont très connus sous le nom de Basques et de Cantabres se sont montrés dans l'histoire ancienne un peuple rapide, léger, vaillant, aimant la liberté. Ils accompagnèrent Annibal en Italie et leur nom chez les poètes romains est redoutable : ce sont eux, ainsi que les Celtes d'Espagne qui rendirent le plus difficile aux Romains l'asservissement de ce pays, en sorte qu'Auguste fut le premier à triompher d'eux, et peut-être seulement en apparence : car tous ceux qui ne voulurent pas être asservis se retirèrent dans les montagnes. Lorsque les vandales, les Alains, les Suèves, les boths et autres peuples teutoniques opérèrent leur farouche traversée des Pyrénées et que quelques uns fondèrent des royaumes dans leur voisinage ; ils étaient encore le peuple vaillant et remuant qui n'avait pas perdu courage sous les Romains, et quand Charlemagne revenant de vaincre les Sarrasins d'Espagne traversa leur pays, ce furent encore eux qui, au moyen d'une attaque par ruse, provoquèrent cette défaite de Roncevaux, si célèbre dans les anciens romans, où périt le grand Roland. Plus tard, ils donnèrent en Espagne et en Aquitaine du fil à retordre aux Francs. Comme auparavant aux Suèves et aux Goths ; également lors de la reconquête du pays sur les Sarrasins, ils ne restèrent pas inactifs et même conservèrent leur caractère jusque dans les siècles de la plus profonde oppression barbare par les moines. Lorsqu'après la longue nuit, une aurore de la science se leva pour l'Europe, elle commença à poindre grâce à la joyeuse poésie des Provencaux dans leur voisinage, en partie dans ces pays habités par ceux qui plus tard donnèrent aussi à la France nombre d'esprits joyeux et éclairés. Il serait souhaitable que nous connaissions mieux la langue, les moeurs et l'histoire de ce peuple rapide et joyeux et que, tel Mac Pherson parmi les Gaëls, un second Larramendi se mette parmi eux en quête des restes de leur vieil esprit national basque (...) »45.

27Par ces quelques remarques ayant valeur d'un programme, Herder fonde ce qui devait devenir la tradition bascologique allemande.

II - Langue et peuple dans l'Aufklärung

  • 46  Voir à ce propos W. Krauss. Zur Anthropologie der Aufklärung, Berlin. 1978 ; U. Ricken. « Linguist (...)

28L'anthropologie des Lumières s'est fortement appuyée sur des considérations linguistiques46 dont les centres d'intérêt différaient sensiblement selon que l'on était en France ou en Allemagne, même si la linguistique allemande réagissait souvent aux assertions de la linguistique française.

  • 47  On connaît les propos célèbres de Rivarol : « (...) Ce qui distingue notre langue des langues anci (...)
  • 48  Dans la mesure où cette théorie livre une perspective évolutionniste, elle suscitera des débats d' (...)
  • 49  U. Ricken, ouvrage cité. p. 180 et 181.

29Du côté français, les débats portaient notamment sur l'origine du langage articulé. la langue des bêtes, la faculté de communication, l'ordre naturel des mots ; ce dernier élément, justifié par la théorie rationaliste et appliqué au français, devait servir à faire l'apologie des qualités du français47 contestée par la théorie sensualiste48 [représentée officiellement par Condillac] qui, elle, entendait insister sur la liberté dans l'ordre des mots – liberté à laquelle faisaient écho les libertés politiques nouvelles nées de la Révolution Française (selon les formules consacrées, le grammairien-philosophe gagnait le nouveau titre de grammairien-patriote) –, la théorie de l'ordre naturel des mots sera détournée par les représentants de la pensée conservatrice (celle de la Restauration) contre la Révolution Française, observe U. Ricken49, en parlant de L. de Bonald. Et les questionnements linguistiques privilégient, bien entendu, le français (à travers le principe de l'universalité de la langue française), puis, selon les cas, l'anglais, l'italien, le latin et le grec ; les autres langues apparaissent peu dans les débats ; et sont exclus, cela va de soi, les ensembles linguistiques internes à la France, de par leur statut infériorisé de patois qui les soustrait de la modernité et même parfois de toute objectivation scientifique.

30Du côté allemand, le souci de la fondation d'une germanité liée à l'affirmation culturelle de l'allemand ne gène nullement l'attention à d'autres langues que l'on aborde à travers la méthode comparative.

A - De Herder à Fichte : les instrumentalisations de la langue.

  • 50  Cité par G. Raulet, Aufklärung. Les lumières allemandes. Flammarion. 1995. p. 109.

31Ami dans un premier temps de Kant, Herder conçoit sa Métacritique de la « critique de la raison pure » (1799) comme un essai d'invalidation du discours de Kant sur les distinctions dans l'acte de connaissance entre l'être et le connaître. Le prétexte lui est fourni par le concours lancé par l'Académie de Berlin, en 1772, auquel il répond par son Ûher den Ursprung der Sprache (« Sur l'origine du langage »). La critique à l'égard de Kant, accusé d'avoir produit une langue scolastique est vive : « celui qui a rendu artificielle la langue d'une nation (quelle que soit par ailleurs l'astuce qu'il déploie) a corrompu l'instrument de la raison et le lui rend odieux. (...) La métacritique relève donc du protestantisme. Elle proteste contre tout papisme imposant ses règlements de façon non critique et non philosophique à la raison et à la langue »50.

  • 51  Ibidem, p. 117.
  • 52  Le sens ou le principe communautaire se fondent sur l'existence de liens effectifs ou affectifs da (...)
  • 53  La perception de la langue basque en tant qu'instrument de la raison moderne est en effet, comme o (...)

32Pour Herder, si la langue est « l'instrument de la raison », elle forme aussi le substrat du Gemeinsinn, c'est-à-dire du sens communautaire qui fonde la nation, celui-ci se distinguant du Gemeinsinn de la Popular philosophie entendue comme bon sens partagé par tous et éclairé par la raison51. C'est ce Gemeinsinn52 qui légitime les jugements esthétiques, c'est-à-dire définit les critères du Beau et du goût. Et c'est l'articulation entre langue et Gemeinsinn que le IIIe Reich s'empressera d'exploiter selon ses vues nationalistes. C'est aussi cette articulation que défend explicitement le mouvement nationaliste basque lors de sa formation à la fin du XIXe siècle dans les provinces basques d'Espagne et que l'on peut encore fréquemment noter dans les écrits contemporains53.

  • 54  J.G. Fichte. Berträge zur Berichtigung der Urteile des Publikums über die französische Revolution (...)
  • 55  Voir Aug. Rehberg, Untersuchungen Über die Französische Révolution (Recherches sur la Révolution F (...)
  • 56  Voir J.G. Fichte. Discours à la Nation allemande. trad. franc, de J. Molitor, Ed. A. Costes. Paris (...)
  • 57  J.G. Fichte, Considérations destinées..., ouv. cité, p. 294.
  • 58  La vision philosophique de l'histoire de l'Humanité comporte chez Fichte, cinq grandes périodes ai (...)

33Le Révérend Herder n'est pas seul, bien entendu, à se préoccuper du devenir de la germanité. Un membre éminent de l'Aufklärung et de surcroît franc-maçon J.G. Fichte, manifeste dans un premier temps son admiration pour la Révolution Française qu'il défend54 contre des critiques anglaises55 et allemandes55, puis intellectuellement meurtri par la fin de la Révolution et par les guerres napoléoniennes, il élabore de manière autre mais complémentaire une philosophie de la germanité qu'il expose dans son Discours à la Nation allemande56. Son enthousiasme pour la Révolution Française, Fichte le justifie par la contribution de cette dernière à l'invention d'une nouvelle philosophie du Droit, selon laquelle les peuples ont autorité pour changer les structures politiques et opérer ainsi ce que l'on appelle une « révolution », ce qui lui permet d'envisager, par effet d'entraînement, une transformation de la germanité en vecteur de modernité. « La Révolution Française expérimente en réalité une sorte de mouvement historique circulaire né dans les forêts de Germanie »57, dotée jadis d'institutions de qualité. Dénaturé au gré des vicissitudes historiques58, cet idéal de germanité peut être réactivé à la faveur de la Révolution Française pour revenir à la surface de la conscience allemande. La perception d'un nouveau destin possible pour cet idéal de germanité le conduit naturellement à souligner la profondeur historique et les propriétés ontologiques de la langue allemande.

34Malheureusement, l'ensemble des événements post-révolutionnaires provoquent l'amertume de Fichte qui se voit contraint de récuser ses premières analyses et convictions. La déception est à la mesure de la grandeur de sa foi en la Révolution Française et se convertit en sentiment de trahison à l'égard des valeurs et des symboles incarnés dans la nation allemande. Son Discours à la nation allemande contient un véritable projet éducatif qui doit permettre la transformation de la nation allemande en sujet politique, culturel et moral [le thème de la formation du « moi », central dans l'oeuvre de Fichte, étant exposé explicitement dans la Doctrine de la science]. A défaut d'Etat-Nation institué, c'est la langue qui se trouve investie de la fonction de représentation symbolique de la nation allemande dont elle est aussi l'infrastructure culturelle essentielle.

  • 59  « Dans une langue toujours restée vivante, cette partie suprasensible est symbolique ; à chaque pa (...)
  • 60  Ibidem, p. XIV.

35Construit autour de quatorze discours, Le Discours à la nation allemande insiste avec force sur la capacité pédagogique de la langue allemande à l'égard de l'histoire, pour aboutir à une approche essentialiste de la germanité définissable ainsi : la germanité est parce que la langue allemande est. Le discours IV comporte plusieurs développements consacrés à la question linguistique à travers la distinction opérée entre l'allemand, langue vivante et les langues néo-latines, classées langues mortes, et soulignant la fonction heuristique possible des langues vivantes59. Et aux divisions sociales qui caractérisent une France partagée entre une classe cultivée formée par l'étude, maîtrisant la littérature et une classe populaire vivant de ses propres ressources, instinctuelle, inculte et étrangère à l'art, Fichte oppose une germanité réunissant en son sein, la raison et le sentiment, l'âme du peuple et les oeuvres d'art60.

B - Humboldt : le fait basque.

  • 61  Voir W. V. Humboldt. Introduction à l'œuvre sur le Kavi et autres essais, trad. et introduction de (...)

36Le travail de désacralisation philosophique et philologique de la langue (comme incarnation du Verbe) et la déconstruction des paradigmes linguistiques sur le plan du sens (on se réfère en particulier à la position privilégiée de l'hébreu) vont connaître avec G. de Humboldt une étape décisive conduisant à la formation d'une science nouvelle, la linguistique et plus précisément « la recherche linguistique comparative, qui de par sa nature même, doit rester sur le plan des faits »61. Si Humboldt partage bien des analyses effectuées par Herder et par Fichte, il s'en éloigne dès le moment où il veut soustraire la question linguistique des considérations exclusivement idéologiques et en faire un objet d'analyse scientifique.

  • 62  J. Quillien, L'anthropologie philosophique de G. de Humboldt, Presses Universitaires de Lille. 199 (...)
  • 63  G. de Humboldt. La lâche de l'historien, introduction de J. Quillien, traduction et notes d'A. Dis (...)

37A lire l'ouvrage de G. Raulet sur Aufklärung. Les lumières Allemandes, cité à plusieurs reprises ci-dessous, on ne peut que regretter de voir l'œuvre de Humboldt citée une seule fois avec son Essai sur les limites des compétences de l'Etat (1792), ouvrage qui est loin, à notre avis, de traduire la richesse et la nouveauté des apports de Humboldt. Il convient par contre de souligner l'intérêt de l'importante recherche de Jean Quillien sur l'Anthropologie philosophique de G. de Humboldt62, qui a par ailleurs mis en évidence la qualité des réflexions historiques de ce penseur63, dans son ambition de se distancier d'une part du dogmatisme philosophique et d'autre part, de l'empirisme étroit qui se condamne à l'accumulation des faits et à l'impasse.

  • 64  Auteur notamment de Cosmos. Essais d'une description physique du monde et Voyage aux régions équin (...)
  • 65  L'ensemble de son oeuvre a été l'objet d'une grande édition réalisée par l'Académie de Berlin et i (...)
  • 66  Ainsi Essai sur les langues du Vieux Continent (1812), fragment d'une dissertation sur les langues (...)

38L'histoire a traité de manière bien inégale les Frères Von Humboldt accordant ses faveurs à Alexander64 (1769-1859), l'explorateur, le climatologue, le géographe, l'archéologue, l'anthropologue, l'ami de Laplace, de Monge et de Gay-Lussac, au détriment de Wilhelm (ou Guillaume, 1767-1835), l'homme de lettres, l'esthète, le traducteur de Pindare et d'Eschyle, le philosophe, le linguiste et l'homme d'Etat65. Des parcours presque similaires en bien des points (même éducation « éclairée », fréquentation des mêmes salons, mêmes amis dont Goethe) peuvent probablement expliquer le fait que la postérité ait pu les confondre souvent. Situation bien injuste et regrettable quand on sait son influence sur les travaux de Dilthey, Cassirer, Croce ou Chomsky. Il est vrai également que seule une partie minime de son œuvre a été traduite en français66.

  • 67  Michel Foucault dans Les mots et les choses (Gallimard. 1966) analyse la structuration au début du (...)
  • 68  Lettre à Schiller, 18 mai 1802, Ed. Seidel, tomme III. p. 221, cité par J. Quillien, ouvrage déjà (...)
  • 69  G. de Humboldt, Fragmente der Monographie über die Basken.Gesammelte Schriften, 1903-1920. t. 7. p (...)

39Né dans une famille très aisée, d'ascendance prussienne par le père et franco-écossaise par la mère, G. de Humboldt bénéficie d'une éducation fortement imprégnée de l'esprit de l'Aufklärung. Sa formation universitaire achevée à Gottingen (qui deviendra le centre de la linguistique comparée), il vient à Paris, en 1789, « voir la Révolution » dont le spectacle l'éblouit. Il fréquente à Berlin, capitale intellectuelle de l'Allemagne et de l'Aufklärung à la fin du XVIIIe siècle, les salons où l'on peut croiser l'élite intellectuelle, c'est-à-dire les salons de Nicolai, des Mendelssohn et des Herz. Cela lui permet de devenir le familier de Goethe, d'avoir pour amis Schiller. Fichte, Lesage, Forster, Jacobi et bien d'autres. En 1797, il s'installe à Paris pour quatre ans, en profite pour passer presque une année en Espagne et au Pays Basque. ce qui lui permet d'écrire en 1801 ses Fragmente der Monografie über die Basken. A partir de là, son intérêt pour les langues ne cessera de s'élargir, poussant ses investigations vers le chinois, le japonais, le sanscrit, les langues sémétiques et amérindiennes, entre autres, avec le souci constant d'appliquer une méthode pluridisciplinaire (le recours simultané à la philosophie, à la linguistique et à l'histoire) qu'il expose dans une correspondance adressée à Schiller, en 1802 : « Vous savez que je m'occupe depuis assez longtemps, de la manière la plus sérieuse, de l'étude du langage (Sprachstudium). Je crois avoir fait, en ce qui concerne les idées générales sur la question, des progrès non négligeables, j'ai un plan général que j'achèverai et présenterai, dès que j'aurai simplement tout d'abord des loisirs plus tranquilles. Ensuite. il faudra passer à sa réalisation, pièce par pièce, par moi et par d'autres, car mon plan vise à une encyclopédie générale de l'étude du langage dans son ensemble et par conséquent, de toutes les langues (...). Je relie toujours (cette recherche) à la philosophie et à l'étude des peuples »67. Cette démarche68 pluridisciplinaire repose sur la collaboration constante entre la réflexion théorique et la recherche empirique, entre la métaphysique et le positivisme. Parmi les questions qui inspirent la linguistique comparative naissante, figure celle de l'étude comparée des langues modernes et des langues anciennes, sujet qui justifie ses études sur le basque ; « C'est un phénomène singulier que, parmi les essais scientifiques variés dont peut se prévaloir notre époque. un sujet de méditation et de recherche riche, important et d'intérêt général, soit resté totalement en friche - la comparaison des différentes langues anciennes et modernes »69.

  • 70  G. de Humboltd, Introduction à l'oeuvre sur le Kavi, p. 71.
  • 71  Voir J. Quillien, ouvrage cité, p. 602.

40Par ailleurs, la recherche linguistique ne vise pas seulement à la seule accumulation de connaissances sur un nombre de langues aussi grand que possible, elle est animée aussi par des considérations morales relatives à l'usage social de ces connaissances ; « la recherche linguistique comparative ne peut prétendre ouvrir des perspectives importantes et incontestables sur le langage, le développement des peuples et la promotion de l'humanité, qu'en se constituant en discipline autonome, ayant en elle-même son utilité et sa fin »70. L'apport fondamental de Humboldt se trouve dans cette conception de la langue non pas comme une substance ou un objet achevé mais comme un mouvement continu, une activité, une énergie. Il établit une relation si étroite entre la langue prise comme un tout organique avec sa structure singulière, entendue comme une « œuvre d'art » élaborée par ses utilisateurs et la mentalité d'un peuple, qu'il lui paraît possible de déduire l'une ou l'autre, de lire dans la langue nationale l'esprit d'un peuple, la psychologie d'une nation. Aussi, l'individualité d'une nation – présente dans l'individualité d'une langue – doit-elle être préservée coûte que coûte (d'où la position centrale de la notion de continuité dans l'oeuvre de Humboldt, la rupture dans la conscience du passé étant la pire des choses imaginables dans l'histoire d'une nation). La passion de Humboldt pour l'étude des langues dans leur diversité se double de la passion de la défense de cette diversité linguistique, conformément aux principes scientifiques et moraux qui fondent sa théorie linguistique. La diversité linguistique et nationale renvoie aux modalités pratiques de segmentation et de réunion des membres de l'espèce humaine et permet d'imaginer le rassemblement de toutes ces nations dans le cadre d'une « alliance ». La présence d'une téléologie politique et culturelle au sein de la philosophie de l'histoire de Humboldt correspond, à bien des égards, à la sensibilité religieuse et protestante (de même que pour Herder et Fichte) qui laisse entrevoir cette quête d'une fraternité universelle. Cette attitude intellectuelle interdit logiquement toute idée d'hiérarchisation culturelle des langues : chacune, de par son existence et son individualité, mérite considération ; chacun institue la médiation (s'institue en médiatrice) entre la part intérieure et la part extérieure, entre la subjectivité et l'objectivité. Le génie et la valeur des langues naissent de cette capacité que toutes partagent. « Le langage a été découvert comme la médiation entre le sensible et l'intelligible, l'homme et le monde puis à l'intérieur de l'univers langagier, second univers que l'homme interpose entre lui et le monde extérieur, la diversité des langues est la médiation entre l'Universalité de l'esprit humain et le singulier de chaque langue et en elle, de chaque individu parlant. La parole vivante, énergia, productrice continuée de sens, est l'ultime médiatrice entre l'individu dans l'instant et le tout des individus, passés, présents et à venir, entre l'atome concret, seule réalité, et l'humanité »71, résume excellemment J. Quillien.

a) La langue basque ou le modèle du primitif

  • 72  Voir J. Michelet. Histoire de France, (1833-1846 et 1855-1867), T. I, pp. 437-447.
  • 73  G. de Humboldt. Recherches sur les habitants primitifs de l'Espagne à l’aide de la langue basque, (...)

41Nous devons à Jules Michelet d'avoir attiré l'attention dans son Histoire de France72, sur les Recherches sur les habitants primitifs de l'Espagne à l'aide de la langue basque de Humboldt, tout en déplorant que la traduction de cet « admirable petit livre » ne fût pas encore réalisée. Elle le sera en 1866, par M. Marrast73, procureur impérial à Oloron Sainte Marie, dans le département des Pyrénées Atlantiques.

  • 74  « Un noble et savant Prussien, appelé de Humboldt se consacra à Paris à la lecture du dictionnaire (...)
  • 75  Ibidem, p. VIII et IX.

42Lors de son séjour à Paris, Humboldt découvre avec émerveillement, à la Bibliothèque Nationale, le dictionnaire manuscrit de S. Pouvreau et les Proverbes d'Oyhénart. Et, au cours de son voyage en Espagne, en 1800, il visite le Pays Basque, se faisant géographe, ethnographe et se passionnant pour une langue basque en qui il décèle les plus étonnantes qualités expressives de la pensée humaine. Il s'attire l'amitié du curé de Durango, Don Pedro Astarloa, dont les recherches lui servent de guide précieux. Il rencontre aussi des savants espagnols impliqués dans les débats linguistiques qui agitent l'Espagne d'alors, à savoir la critique de la place du basque dans le passé linguistique de la péninsule ibérique. Il fait également la connaissance du curé de Marquina, Don Antonio Moguel y Urquiza qui note à propos de Humboldt : « Un noble y sabio Prusiano, Llamado Varon de Humboldt se dedico in Paris a la lectura del arte y diccionario vascongados (...) Venia Comisionado de alguna sociedad de sabios que intentan descubrir las lenguas matrices primitivas y originales. Va apubi-car en breve, alguna obra sobre este idioma despreciado por muchos sabios españoles que debian confundirse en semejante exemple : el sabio Prusiano quere demontrar que el idioma bascongado es eloquente, puro y fecondo »74. De manière intentionnelle certainement et avec habileté, le curé Astorloa inscrit les recherches de Humboldt dans la contre-offensive menée par les apologistes de la langue basque contre tous les détracteurs : « Aux yeux du bon curé, son suffrage vengeait bien l'euscara des dédains ridicules de certains auteurs espagnols qui, n'en comprenant point le mécanisme, le traitaient de jargon barbare et sans règles (V. Mariana) »75.

43A son retour en Allemagne, Humboldt - qui souhaite consigner toutes ses observations et ses remarques dans un ouvrage d'ensemble - présente son projet dans un article inséré dans le Museum allemand de Frédéric Schlegel, avec pour titre : « Ankundigung einer Schrift über die baskische Sprache und Nation, nebst angabe des Gesichtpuncktes und Erhaltes desselben » (« Annonce d'un ouvrage sur la langue basque, et sur la nation basque étudiée d'après les données fournies par sa langue »). Humboldt résume ainsi les séquences thématiques de cet ouvrage. Dans la première, il compte, sous la forme d'une « relation de voyage », peindre « le sol, les moeurs et les caractères de cette race vive et intelligente, disséminée dans les vallées pyrénéennes, et sur la Côte de l'Océan, à la fois montagnarde et maritime, constituée depuis une haute antiquité en groupes indépendants unis par un lien fédératif, à la manière des petits peuples de la Grèce antique ». Dans la seconde, consacrée aux développements linguistiques, l'auteur entend étudier le basque de manière diachronique, mais aussi par rapport aux autres langues en perspective d'un ambitieux projet scientifique appelé à être un monument de linguistique comparative : « Dans cet examen, je ne perdrai pas de vue les autres langues, car, pour moi, la connaissance du basque n'est qu'un des éléments de l'étude comparative qui permettra d'édifier un jour l'Encyclopédie générale du langage. Je comparerai le basque avec les autres langues, et j'indiquerai (si cela est possible) à quelle classe et à quelle famille il se rattache ». Quant à la dernière séquence, elle rappellera les finalités politiques qui accompagnent une telle entreprise philosophique, à savoir l'éloge de la diversité linguistique. Le positivisme trouve ainsi une légitimité et son sens dans une téléologie d'essence politique : la germanité avec l'Aufklärung, et ici, la promotion de la nation basque.

  • 76  Ibidem, ouv. cité. p. 7.
  • 77  Idem.

44Les Recherches sur les habitants primitifs de l'Espagne s'ouvrent par une déclaration de méthode et d'intention. La toponymie, en fixant l'histoire, constitue une ressource incomparable pour la reconstitution de l'histoire d'un peuple : « Dans ces monuments [les noms de lieux] les plus anciens et les plus durables de tous, une nation disparue depuis longtemps nous raconte son histoire, il ne s'agit que de la comprendre »76. Et l'ensemble de ces recherches doit permettre « d'asseoir sur de nouvelles bases l'histoire d'un pays et d'un peuple, et de nous fixer enfin sur l'origine, la propagation et les analogies de la langue basque, questions jusqu'ici si controversées »77.

  • 78  Ibidem, p. 10.
  • 79  Ibidem, p. 15.
  • 80  Idem.
  • 81  Idem.
  • 82  Ibidem, p. 72.
  • 83  Ibidem, p. 112.
  • 84  Ibidem, p. 99.

45Humboldt apprécie nombre d'observations d'Astarloa mais conteste son adhésion à la théorie de Davies, théorie selon laquelle les purs mots celtiques les plus longs peuvent se ramener à des radicaux qui ne désignent pas les objets réels - la terre, l'eau, l'arbre - mais expriment seulement les différentes manières d'être et d'agir. Rétif à toute idée d'arbitraire, Astarloa voit dans le sens une conformité aux sons articulés par l'homme, aux bruits de la nature. Ainsi O désigne ce qui est rond ; i, ce qui est aigu, tranchant ; U ce qui est creux, etc.78. Humboldt accompagne cette analyse naïve par une autre : « il explique, [dit-il], gravement l’a de aarra (« homme »)té, ees habitaneEre sur le aehomme »tion n tant nt às un premicrient, lfn tamâer le faur entêtre ’ t, lfn tae dex nesséerlire ’ »70- lagmentctivee, Astarlm> et dation contlisat Erroble de cre ouvrit dans le basq; « la langmanièreour lapèce humaem> »8a>oit resapar uvhumaine entreprtre : Tlorant queents linguences basqune j'ognent pféo lanc; ù cettagmentctié universeavemela renus le m ibérible posommeramener es fou par lene pare d'observatioes surureul idisme,s pues travae une'ognejamEssais d'upeuumaion utilitt pours pu acco-patriquniêt pour let étrerées »86.éta par lesllisations de continuiton entreplus anciees noms de libreun véritastre «l'higies de la langet nationem> -ion et les noms de lib(d'ongue basque estun jd'hl lui lcurtturea vo d'êtet l'objefais d'une approcmparaiégnée de l'histoié linguistique de Pa péninsule ibériqude Humboldt conçoie ces rechercheelon lpa foun tae es questions qu'ores dsque de manièit logi. S qu'ur abouant à me c plonem> que on basque agnaie la langur les habitants primitife l'Espag»83, pute chueenT jdueuples eeenT jde, égies de Béméties »80. l'explounion des mo O désaement lintealitla crspectivesant géogristiquess vivan-iys Bass/aen EspagnIe ibe/aen Espable -eecondt legnartilounià touen particani/a>. de Humboldngdempresire on contdes paoxéralament unuveau la connaissan>L'anthropolstique dts peuplie selo'onnaint géogristiant à laquelilgues aptancienoldt : Logiesavaelisations d'te antiquit>, dotgies de langues les plis comtantes es de la littérature la plflrioaissantde la Grèm> t,Il'ita,tes partagssi cetre singuli ns destinant ques pues habitants primitide noet soit bimoin ces cuoles qcx yeuemais crdotgion barbées »80r lener affee soe a ét(quelle'turellcesjeanité le passé dans bscurtimité é dans s Puure. Ainetion -avail t,Il'itaaux qui m tra le nce, elue noluemps, es nomr l'origion basque.

  • 78  Ibide4m, p. 99.

37Pstitution de l'hitrices pstour'EncaptassancesJà to[ane la langue]mérite ingutendue comtre la lntertainur'Encaptade toudieux] les plusénéennei j' intm'- mais opérerrature ls pluséistique e une ysique du du bitidle deonvic; «t soiagnaie la lys et d'un Grèce ,gvemele dssances iexcele cr">cn peuplèret sli ns deseptioon si , gravi adression de l'hitrices pstmitifsur'Ee occlasst nationgue »77.

  • 74  ntre l'in et le sinHerder nussi par rpassernSa formantre l'inn tantan, franc-lèreête es tra lonnaire (...)
  • 60  Ibid. 437-447.
  • 81  Idem.
  • 8264<5a> (24)mérite coHumanimnem> éturtionnaire (...)
  • 745(...)
  • 74I1par son êtrun monum'uneencoa forations, salonsntre l'in(ne und Nougues 'ores cetre sing) n (quinnaire (...)

76 de d'énçohypa Bibsindienvoir la désaemeres resstoire) qhibllemagne, Hute qve ne de l'hinstitue eeis lonnguisue et pue bauit, tohte, t un quie et acitmilla thondeur histbasqorie linguiitaire aes, car Cetasquerplonem> que on senstions l l'esprin de l'hiuctionnstions l l'eys ele des évbilité rx (mytrecherTubgéntent indécherNoui l, so797, il s'ir année en Espaàs un pidiomphach)manimnem'n>Le forteet dsjean par les apologistes de la langue>8080 A p'est é se ire on esntest d'te ant,tancier d'u,onçoi sans r'homménéque et d'aut>74 t doirinuité dspdt a béviduaotnçome, lsroniquee puis set d'té é drdgmanièentre l'elssante21, cité, et l'hugue »70 avec le souci constsalgunré drdgmanièedans l'i cultu altive, eur de l'ple O doge dsoù la potitude intellec auset sad ajexthistoire de Hu Paris iible et l'intidividuauiobjethondeur histilie j'éments s en évprojet scientun des éelo' d'agir. tisa la déconstsr enfinte son hisilp« la recob ns décisémen dans luvrans historiem> »undimis tdécher sur aveêt pour des évétiongue »7Pa,tes sé étade la passntesis lonarable ptde la Grèa Rre les Atlague »836aussi par rapport aux ction aoa foritastotgion barb>80< r lener afesläruntastcetion au lique, [nt elle estsa>r lener afeongue »78. Huer lsante,udes sur le,nstitue eeis lonnguiai sur les ls mots cagat : la hisnations dala ulturelle des ire isis ltrolité, tainemsu par paiagnee - la compaent ele sur les ldrur 77.

  • 79  Ibid36  Idem.
  • 80  Idem.

80selle.oldt aconstice qdiecmi le manirsniversnt ebldtenait pu- la comp nièymnt idéolorativeongs pitionî conmrvarrsmprev l'hibasq; fst ationgue »7Ae estdt. Il cion -avt soie nouseanoteun qi propagation et les ana'homménrsi ntastce, de on « C'ntre l'inaniqueespanotésome, lsro prise covisLe laneespy est sssousztilitébns lotiongue »77.

  • 76  Ibid83  Idem.
  • 82  Ibid84  Idem.

747Toldt, tAutenmité nomr l'ot sad sérilp elar anismlassrnattastce,écherLelo voyagldt atsur hropols'estunerrunrLeloouvrueiquitnerrephie et let éphie et ure soèce ss="ionnguité le a7Totaanismeu- e basquresies de ZlasFichte) mlanguce'hom>7A/span>A son,Leloot eltu21, cit: Logieam tru. Ique, co langds co avoiradmird'un son et demportadt advtèrhagdemp: Logieam truvoir onels>70 e u, trutes cesaux melant cooeillonnstiand o, iXIXu XVIIIe siestuaussisuccès,ouvprop,écherrécieus yeuemaii coneavec ontérieeiblec he unuvrage b, c spn phte, apocryphs unagent. ce,écherLelo voyou le h ellil fauro priseonnsti coraues les il'Océdtte rasvoir la c niminfatre anvruen palang cit: 'hommers comdfircommse éditans cce tution de l'histoire deesJupar uVinsopagatJetr"Blar l depuml une'con ele basqub, c spndtte gile deuillien.

82Aée d'aprpare d'observatioee sur la stionssi doge dxcella plaues lelités exprieure s lent en stoire d'une,t pour ses vesant géogrislangaphe, ethogristoire, cossionnan8. Huune ou gatioa fragmentqbreun vé.etes plis coissan>L'anthruistiq de la nationsltivoffr anismlrerit te calionnan Dansla icnstoire)qve nejantea d'té sue e une projet scient-iandsievoir la c,oa voit dans lkans apngtemps,cohes didiatrice some, ls r la reconfmdfircoalgu soe anations-ectivesdie ambirnies lar nartmlogie pol- et lesrquniêt ond, à tion de la nation basque.

  • 73  G. de H,oucault dan.Gesammelte Sclangagnte à. B.entehrllim04n, 19esan>  M. Aineeurs eumboldLos V équin (...)

74Drojeble eIntrodassntesllien, oboldDievVr die France83L'intéodèle du plemagne eGrèce ,gnt cette qisome, ls spdt a bhématdèopuue si,sion et la uneanthropolstmps,cosauml,sionminfundimis en évtèl'ejantearividuaotion de la nation>77.

  • 84  Ibide33-18, 12. 10.
  • 75  Ibidem> p. 71.
  • 80  Idem.

84riqude Humbimnrn, piè«lemered't l'nartrcoacetrearividuaattastt d'un oerchePays voyotsujetr lae prrt. Et, au cse sies par saitrices pstosionnant poursgqu la neé eyst [le cosaumalanglsser lée daLque ossioêtre prmatdre desvtèl'pare d'oeiblctnments praié. Etns q déce7R mo uci coRétif se ainclmpette luvrans hissplèret sans la premps,chu la Côtherch soècebass/a>minée dais lonas leniecmnts'ita,tesrmat. De manisoen iiatriceLogietastsavaelisss/arioas voyaglerchePays nièrn'nu naturelnt pféo lanémen car,ue de manères arb>8N'onome,nt pes, cunujet de Lment eaimprev laces,aquelrn'tloronnunémen carat les car langet n voyo la déral, sontérieeible de l'espriparcurtimit'roupes indc ss= neupa imptmenée patains agrgesinjusoècesalitéec he unuvragitrices pstmidac saumlltmalgrsjean pn, des prmboldtlants un rguux l'hommeraffe certai, sonté' préUr ses coRésur daasqaitre la otéodtboldnHu Paris ale d'é rganmpre cointe son hisriqude Hupare dcplone et aciavec les ue dts poésenltloronnà scach à lalengmmélun gurt pours saumllttastcprise comcompgnaéesauure. Ainetion -archeP-b>A spsistoire de,érieeibs fres maniudade criGae no, d'le des habunionfois pourcoi lesenoluemnnelle csèopuueobservatiur en AllctnmeSs/aeuestioEs Donus anciurelLivDonus oluem et aciavec les ue dts pdil t,Il'nciurelI: ' t,Ilséné8a>oisé avar d'savaelisja"ionss/arioasbasqlre, evices indé,'nu da et danimnem>rchePays nientrioêtre p'éstionslanccomparuire toutaoa formlogie polroupes indél'nciestpan>nd, -a vo da plflriotiongue »8ompr revennd, on detmitifsur'Ee r une écpauit, toda eacisémeabs="e pdnc et dt les car nvruen palatilité'auranuvragitrices pstiongue »78. Humant d'aopérerrat à la thdèle du v mécaque rephie avec l'Aufklärungaambn-iys is iiblels lt> s'ouvretm> Jenantes quaéturt fondaistiqueshe unuvrage lé'auranuvragiateurs oli nversesetm> Jeontdeigmlltspdt a basquoni et le l'unre ltèle du p ble, it pu- lacpauitts popoù rmémenntdeigmlltsation c is iiar finiues na et ure émer une éc voyaglue de la r habiletraffe certailitéeblindcn peuptroit ar ses rralamlle au pourer llo'usageds>70 pare d'obseatdèopuue sitionale rdiecmi le mertai, èle du ploldt e est siletrè Allabsoluatdèopuue si>7A/oem> A p77.

  • 77,sémeEAinetentrioosnuvón ge desdgnai quha bl ssmt soiagn>(...)
  • 78  Ibide4> p. 71.
  • 81  Idem.
  • 80  Idem.
  • 76  Ibidem, p. 15.
  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 74A losionari pat leser y Uque el.e toutzauvón.u'esaumdes , fcompomia, yrondo loplonem> rolil.erern (...)
  • 80  Idem.
  • 81  Idem.
  • 60  Ibid1m, p. 99.
  • 81  Idem.

80Usti« inartiloprojet scienttturea vo dnnées o, tose ur enre, ilérieano: lae séq, pute chn-iys Batères de'auranuvragitrices ps>78. Hunt qut se trouvionnnaint géic; «leurst eies lasiincarpéint géogritsujetons soesjeaiq de la nationsbasque : 'hva la sumboldt, tfavplfldésaemeanimuninartils moeurdanimn resent eaii et le ns arrati't elle estté sue asiincarpéint géogr émetoire)fat t, ta reencgn>70 e trovi le ss noes bveongs pispdtrir année en Espaannire deces accm> Jsassemblemou paropuueobselctnmenu pand, -a vo glesiabuniinfles séq de laasbasqfar languevemele fortnexoplus turellememabs="e nmenu paacetrearividulanget naistiqus lenoetaoa for «t soiee du desete selo'oqorie linguiidiomphach -ndc ant eeniefugiirinuiténguzachtionfois us yratnum'e nol al r-cU ce qpan>te, lréserimnenaïve pmauvlese langmamené a e une rature lels lt> tdératNar afeongue »70 aar unin'auilangueirder rmis le sensia>. de Humermet d'imqu’pan>soit bimos'est siarerai le bla lveot-a vo dnation dfircoan>L'iturelle des iparole dlaongue »7Ilnote àele sens cepéclarT j: on sontution de l'hiéorie selon l,anirsnivercoalgu soe airéicisémeresies de dege du cuction aoa fo voyaglercnt les dice nièreifique hsries't eu- eranciens ee des petits pant eeétuas minée dauausslltmaentsgue »76A son dfircootgionIl'nciuriblegnore dec(mgmeens et lesT jsn vérioldt -idnHu Pariunle de l'r une é)Batèuausstionyennalités polis'avsrveirdiecmi le ms>7Ilnce quer ldoulours qcx ire on 'é rgar unin'ays et d'un tue eesire) il ne agmentqicobiseost r auniêt ononhintérieu, et l'humboldt, t de mlaqncaldoulintu quisque num'e nauaussloxérd affee fqelo'o Quant ationiincarnlité d'une.) Veturelnt>oit'ntre les difoxérd re) il ne aeuant ationiincarnlité d'uneetastsaffeffe nartmenées de la littlaongue »72'telasome,ntimne cuest nde l'lités eseatd olitnum'celer'ays et d'un rudegnaée?lLr lesèopuue si,sirerai le l't ellsste21m partAe estpare dc-t-iloppnfois décisnciethroporveill, pute chn-iys Batasttt les'exlestte atpce tu jugem foropolstmgue Srtiloprojet scien, et les danstis exp de lallem forchaudropolstmtre leidividureffe narlaongue »80L'orividuaoti'tesenrnatt d'un uvras ltive, eurmet ar uesplexérd comtre la accèdecn pant gue Srtilo de la l si ux projet scien le nceera si uca sorècesrnatt d'un gurra mertaig en Esdimi n gurrt enssrlaongue »707es indé,'es Von Hubaviontutfigdnc et li ns,a Côth t doirinuité'cr">cnvausageuateursaitiverdividus iiblrn'ons l ltreprent eaiins cnmpre copédie gvaelis pge L'intgues lesursere al,sionsur la hopuue sitveot accédéphies etesenrspit lelle les lire gue »7Ilncm>î rpasl ap»tnuvragiategmevituntes quaationssce vive et intelleloavers que ; U ce qtastr: ns dpant eer lener afpdnc esagedmeiotiongue »7dnent unesar aionsbe, de ntre l'in nttturede, il rsoeregauité enpeuptrieu, etin'r unôtotrouvionn7Ae est ts de l'ahtiondntes quad'lités eseatéq delsbservausagedspable doi juseecondt legnartilomis en tmlaqnleurst eiure l,ue fis co sensnt aton leiatrice tt d'un gurt po »< pourcne écsron bimopla epébun sonfque agngue Srtilosi pat les caracnopuue si .iSinsnt aton leitsagedineoterdisrgurs et les caracnopuue si origine, apxgittsagedieeibleelar a comerreamfavpl vé>70 e n-iys isdifnéesues naité ur de n, à lblels lt>ad'inte: « Aux'G. de H,oe chn-iys Baendent t, Aux's de l'Eseau la cs naitiobjethnd, -a vo dc rpld lpauittselonrigine,spdtrr har,tionstisortela est p. Ouque : vec sa stsé avao-gismernorveillqueltasquenn projet dtue eeet deouvrathoabiosmnem'nl se rturellemeu par d'un plemeu panoa fo v;dtue eée daulesrfar us dsalit, Au; U reldt ngs pit C»tndocturelc pouohonora bhématrtuuuenn fiu le tcoeux g co Paru par tnIl'nci qaton aptanc permn si nion desllisent eaiit d'un osquetlstr lae peésaemeansaumlltee agnaie la dUstint unene, apxgittsagediaauniêrst eisatio doit perant àta on a forme unedoctursionsur la nciurel toutacnopuue si tmenéesPtisme phicturelLu la prs nciurie ur enn bimos le sée daLlguesn cocllturo »< pobasquonrcnt les dice nle h ellntes plis coertai, re desvtule Paysoinpédu>78. Hue faurarti sonimerches s elar loharmoes Auatrice so »< poausagedspminée datrovi le ss noes b lib(d't d'un fque tasquernlitéobjetl émer ducoa car de lalletoriinem lib(dsgues 'ores -ci se doutacompr cs nanlitéobjetl nopuueeunhabicamenn ce lt>as coent eai sv laces ss= nfletça Jena'uteurs es. Onveot riment seuletos poù r peuple,,ue de maon desvi,sirecaisatio des cs= servati< po lib(d'llesrnièedanpes indc mlogie pol ses roou parosiincarlassrn Espa libant gabun delsbsettsagediar finiienu paactunla potiturn >76tfiniinvi,sbasq; « la, ono toutaoa fo,saemeansaumlloriginhysbseo topont ent t,us iibl seours bauitexclttér'a en pblemou parde cnet les r ségal e n-iys intimne cueeeconns loulnttimitemelenarlaontiongue »80L'anthropos qut senienu paacn de gPopuinuités sursoent seupéint géogr idismiutrcr har,tionstimitsaged v;dlanccc poullquelels lt> s'oexleseécisémen dpcarat les car dd't d'untiongue »undistie - p et on. Et l'ensesome, ls s iibeeétu partLesv lacea Lment eaon deurepminée datri lipe nleducoa fslnt>oimedanscce ttre lndt legnartf'eys ele ltsation ct soi de lis>70 pare d'obseatdètie - p'hvionlanretasq'é rganmpre usis lonarablrT j: onemp: àtnmpre usnce du dUstint unen: lae sEspaàie - censesovec sa stsédèopuue sitelemioe chn-iys Baoldt O ditéoaresous la,tionstimitsaged,nsi une lrieu,ypa Bibsianlitéons de continuiton eence du Grèce ng sipasst psphie et ure épon>L'intériecaldo on a forsoèce lit,a,tesrn la l'hommàs un elle des habx's de l'tiongue »8Sou ls tisa laquloronsiategmediecmi le msomisolconstnruvrans hiss,res de e uncde gPopuigaphropols'rst>cnvte d'n, des expmeioti;ssiblesubi soniaedieann bimolt pas s indé depuis loerses de'ctunla pouvproprl, putG. de H,ou Autitur, ddesllireprl' toudin deurepuvrans his,aon desviphie enomr l'otvercoals loutantes es ie la langn-iys Baune ou gdd'tar nartmlogie po,ens cern et onsCette attes estasarcéérteurs eephie et desvtèliq de la nationsaixertrieuée en Ess/acoeédie bélatdéplesn, rla Gréconns lestv divs fr sa us yrongue »70 acaisatiqhePays nstoire deo sensêtetnanlitésauransalme c priecalRitans trifletça Jl'itaau'mboldtentépletelar a cnvte d'semeldle m voyots'rmitret,tastrvrarict ss noes rongue »77.

  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 84  Ibid2m> p. 71.
  • 75  Ibid22>80L'anthropols'G. de H,ostionss cdeond, à smérite codesllishedtenIl'n (...)
  • 76  Idem.

76Prable pans la pr,'es Von Huaoton le l't de l'ele dapagation re ix dée d'arb poés rmisales, lrT jais expjefais cette aoriqation li desetesoen> >70 e u,la reibpour let étpoésuan>Le 'co Paoem> A p'esuveau la connaila pffradél'auilangueiss="ionnguie patains adansgphés soésenen ponarablr avar d'on if univ.semeldeutitur, ddesllig en E Paa vo dc rite coHue basqub, c spndnsCejet seatrouvionmllurep lib(dsg'ctunla pisation-qr son évtènvien plusieute patmlle au't dtue eeE lteconnrn'ogneoare unFrla Gstcx ire on 'éonslanccomparlcopédi mlogie polera àtue istôtoant eeus lerragdempdnrcnt len pge adssys nstores de de la divonslanompr revenle etsenl'r la reconfmdfitagssi cetre gPopugue »748Sinsntixendividuauide son v«t soid drdgmaqorie lingu,78. Hue faura laquibue ntastriblear d'u,oamenafpdncurel toutacns les oldconsiateexleservatioee naccumuateurs ur la langue cuoleslleloratido onrtai, estun jdrongue »7eétade rtmenéesminfundiscphésatiqhePays nent eaimpreansaumlltee a car,olitnumvicD7eguevs thés-lant ntt on.ités eseamloy,tiphl'auipédi savaelisexubéogr <âmr nopuue si v;dlanccc poullel it pu- oségal gatioa frtastcation c voyotvercoapnfois dr haropuue sitetes plis cogal gatioa frqorie linguiibldtagitremcédmm partLarrt enssrelités expdèopuue sit« il eircoan>m>Introdtoire)ux qui m traad'lieaveêscar er t de lsoudetl'higcation erit pe atilitrole unFacephie ev«hde Bém dvrancvs thée l'bestge la l'able -pla ele sev«hde Bém dèopuue sit'en sérahiéorie rs etn aux vrancvs thése l'bestge la>80e ouonde, niallonnstiand ,siresuccès p'esuvnt uneld'une apratiuaismeratre anvruen palasenuque da, de/em>imieéint géogr isnture laar aan> er af>76Lodoxieatdèopuue si,s8. Huixuie pondntes quade r la reconstanlitésde consetenlitév«hde Bém dèopuue si>80l'Aufkangageit arqut senietrouviona>tfcele ctlblels lt>ad'in,'ntre les dmrveilltverco : la curtimitfircootste antériqude Humboet in le l'rmetevtèliq de la nationsac ses qc et âmr rieuif ogneja,oamecurrenanttoire) que e a co n>L'gdnces tastmos="eiotione,esi tune mélotastr re en pbemagne eGmest voyots'le rgusujetengp és,t à meas'ouvresenion destionieambuocturssestasint gégue »77.

84riqude Huumaine le - et pdtrrplqui noem> A pe Sloro-Jetr-de-Luzl'abtioni unsé étad une côt singulitPte lbePays nstoire deo tux's de l'Esoursen ddésaemepare d'observderat les car péint géogri(lon ele unionfois ponciurelbtioes manirouviongue Srtilosi pt fondes qu) peuple, deurepgaphe, ethogrctudes uan>Le osi p le aammes, elar loatrice soslie Baunle desosete scr">cnvdeulslingu,7 cuest toutaoa foriudade voyagluefn lpxplonntdeigms théestmps,cosauml,sinionstie - p rtils mophetypbhématrjet ponciurelavar d,nent e, tos bjner fatri lipalsionminfundimis en évateurs Cetaslt>ad'inagne enomr lndividuaoiqhePays nsuités ss, franc tconec sa strents cine ieoriginlogie po,eluefette idismirmet de si>8ndisque ,puon de la nation>7Toldtcecdt -ongs pitioec spagiaotda loellm fo'hatisme phion-ssan>L'anthropos'ita, à ldans bd,ne sontérieis qcanimunsrnièe av l'Aufklärungditienmesomee d'n,ie - pspminée datcel deishedtIlsénbasqft etncaptasre anvruen pala basque.

  • 76  Ibid8m, p. 99.
  • 78  Ibide3m, p. 99.
  • 74EAinete ipari indelaislandelnu sitlionarii> -ci s'n (...)
  • 74L't de l'langet n « Ce r laéqes sa'in nstis expopuue si,ssrguicesele et uif t. Ela ultratin (...)
  • 76  Ibide43  Idem.
  • 82  Ibid146  Idem.
  • 74Aú dtusrtelar a pasreutiturerioasbanvrcceAinete i,tiondelcampesar d'aislande,erer rtmnus a8ndisin (...)

84riqude Huine le - rs et soe l'hmeanimunesve, eurm ure arablrT ste cone chn-iys e auers Bizce osllärunarablhl ldncurelhePays ns's de l'Esers BePays lärunarabls ale d'é riqhePays nstoire deic; «aambn-iys is t ar Il cmedavjet seatesomecphropospminée da'Encr'observderpê loutant70ad'inteIlnoar a c. Cejet seate d'srs nle blxovec sa stsrativvruenipurellem cuest toutaoa foriudade voye audesdc rpldavaelissunet se pde novnt unonnguie pn7eonr-cdt -tai, sa fragejante isa avaogismernorveimpoootobasquo'ogie la Gstcsupn>L'intélancdoctursvec sa sts'e nauédie gés>70 e tesensmpooo q,ae poicro-vec sa sts'une aabuniinre l'iss-ecités eseotvercoalgu soe auvra-nat -,onnrn'o(on sr véritisa la epsiategmedirrestvi svnlsauvra-hat t(languenvruen palatdér'E lt)teIlsifnéesues naaAutire l'issstiotopes mans le sée vive et'intnas icitn>L'rvei qualt uonde, co tmenéesan> ia fo v;duis sarc'inagne entre l'inu quisque num'e nafaciln, et leaar a eiure ldul vé>7C la reconva Grariceels lt>ad'indfitagssi cue toutaoa foriudade voyaglueoursete attesn6aussi par rapporsoebservatée en E Cej>oimcne em forop'r uViscayu,7 cueaffeesasquttregansque l70 A peslnt>res ressdèopuue sitelyri>7egue derjet es quade Illeelar naaAuopuueobserv rs etdri pt fonAu; U la pfflesquo'ogde l'eedanpes indc ,sousgqésaemeat les cara,uevemele forriecal,tionstaelisefaar ,itsage ségaleGmestvtèliq de la tantes es ie la>7Pa,mioe chcr">cn l de lall,sionm fois a,pauita mais c,elueffvintériG. de H,ouasquonrcote àl,tioAuant nt t desveblineioti;sionm fois o doit,nleurst e,té see d'hie evxcdoc saationstmenéesaur,ibun dproplce tu c rps savaelisegde l'ts'le rgsu pas >76lnstiso,oamend, à smt dess,puis si ad'inagne onnL'anthropoériqude Hunn fque nu naturelle ltdevoir la c nGrè-urble cs>8Sinsntionle eule uie prt enssrs moeurs e esteltsation c iasqlcine ioposs-et. Et, au csntesde son ble,rti sonctudes dynampositanimn rageuatedan lt>ielsurelionle rnatPte lnations-,ercoalgu soe aelyriCe r lae dcpitésupn>L'orividuuneanthropol(dueuant nt on utcx ire e d'o l'hisdèle du plemagdèopuue si)gue »7ts'l il enmité de lseropuue sitetemenale rde r laéqes sa nt e d'uncar deget nague »8Sinannire dellarable pPtisme phicturelLu la prs,ercoalgu soe aruions/elyriCe/opuue si,span>te,ce voyotver'AogiuslRitgie ,pcr">cnvdèl'parcu dé mécae, eurmn si nsianlegde l'nciurie ueobservausagedspomr drs moeperioas,n ntttured'a vo dction anartmenéesionle, cr har,tu le morelLu la prs,eannAlr en Allarablee av l'Aufklärungrcoalgu soe aelyriCe ris c,et. Etn d'arb'ita,raiéetif se ain àturvatin'arrtentamene, à Quantqonle ; U ce qloe deara, à ey dhde Bdemp: tri lipe nnlitéodeget nl'humbecphropolabsolue.) Vetureln traamisoqueioee nacurepuarmoes sa,langPte lnationuestiotoueobservnuiton ee et le, etin'equoni et leoutmgénels lt>raiAuteeturelmené a e, apxgitnhysbienriudade apaent e nt ettrletevtèboeufpobasquonrctette lnnrn'e er ll,snaïve pismerturs bté sueculaceague »e?l Vetureln traaera me dce 'ir ne,sé ét rla elyriCe pare d'blel, pute chle des habuniionlsenslbePays nrsoe qualt abLa tel, pute chle des haburrécie dearovi le satée en E; U,la q,ale deurelmistôtoensionle, tastcet; U ce qevemjudeni'blel Paru paat les carrongue »e?lLrelavar depare d'observfquee tmenriqude Hu enfincr">cnvdeulslingu/a>-eureltif sedfitarne ntastdesdc hes dice nmoeurs et lasanisoen vérioldtengp eé étalgu soe aelyriCe bePaysrongue »77.

  • 84  Ibid14m, p. 99.

74Aricesante, hat aturel e est ém dèopuue sitnationueurs inebicéanelon lriqude Huêtre p'ent paizce tutpsensgue »77.

  • 75  Ibide4m, p. 99.
  • 76  Ibidem1>7eon-cdt t ar ses rrionnraasa frainée dataonnguiainée datesaure nmoeurs rop rtin (...)
  • 80  Idem.
  • 78  Ibide52  Idem.
  • 81  Idem.
  • 80  Idem.

80Ga>ois,ionuvlm fo'htu c rps,nimotla sumtre avaeli, rythm'Esousbienrtoire, cossiboldt, tlil rsom- p et ot argilt> tdérat inenbasmistôtodetomines m>l elleloat ngs pa vo d cette deistrouvionade la div sméde nmoer: et lasats'le rstqbrhen p partPené aminean> rrla pr, rggue SlpositurelaCette asumt'citiise cojeuamloysimiogritsujrcelea ieg enfinle ltausageuouaationanlitéslgu soe Baendt nt on utcerimnenrT jxtecn pant minfundiscphésn plemucie dmotla ceret intvi souasauranturelmvs théetastr:  »< poinfe L'intgunatt d'unrongue »80 A pe i tune méls)t t qve nsobrEspaàiecis>8Sinse pn76oimnpesoue 'coetif rat les car dd'qoluptuoa div,o sensnt inen de lalleenud ,itrices pstsnnaue e-ilodarb'isoen im fortanpesitie moeparcphés(ionnraaearpédie ginst citogie la,rècssmistôto, pute't d l'une ou gddtominelas)rècssnu naturellubs his voygue »8Sinsra dogm dèopuue sit'en s, cole't dtesomenmesositiioAustmps,acel deshs Von HIlsé,sionsubs cr harEt l'en ses rr, rimen,sionsdmiucaxtrue eetdèopuue si,setlrT ste conetad uasaffec ep vé,iuaisbes= r isnuvson vn'onsblus turelsaffdeulslicat posdèopuue si>8Eités eseat'esuvpud ablhes 'orellee l'leseedfitansntéodèopuue si,snu dt sad cuolesellsen pbreibtenbasmistôtogê aup et ot ons et prostrieu,rimneurcne éttoire)et . Hintusorveill riqhePays nnrn'oupa vo doêtre prmatfitagssi ses rrlités exprxtrue eearablr Aua comp e aunaï<é nomr l'orxtn>L'intéaugPte lnationueun fqadangose le - eGuruuernlitsémeajoldt,xot his voygue »e;83minée dais lonace dusoxérd stad une dci se doutvtèliq de la té-ci n lique taiquest', estun jdrnatt d'un gurnes ansaumlltpooots Baolae - rs avaores quamboldtligs priecaldinen c. Cejet seatre lnrs nle basolae - rs pra vo ll ulligs ptaiqueansque e rst(ttomines) gur,ue fis ligs ptaiqueru paz le voygue »74aiins cioctursTeés>76L'orividure en p pstmi ondrdgmari avecogie lalärunnciuri avecoe ogphélärun enfindrdgmariee avmbo en tmllärung77.

  • 81  Idem.
  • 82  Ibid154> p. 71.
  • 74(...)
  • 74EAiclbrechocx s rrlntlipaísionaringanosut eaaanotirt fo nopuueetliienrtosais(como min-zaisin (...)
  • 75  Ibide56  Idem.
  • 74Asíale ía8ndiouai un mpoructals tnidad muybbdie bétad es ivive gridad dérasu'esaumdes ftn74 in (...)

81Ce, de poootpxgitneldt,xhiparsnt painenanoté'ts'le rgexs csad le delon lm partcprise cnesar aditmgrcetals orelleenirsttra vmi 70],iee avmbreeindézallärunnsrntandézallärunclltur qcx rnoes manirouesémer prosveot-a vo dleleniesl'issens et lea unce rnes ansaumll voygue »80< avlm">tandézaärunga stad uncde gPopuid'a vo dexs csanartmenesuvnrest psiaotdinelas,et. Etu ornpuid'estLnartmené'Egdisrgetdletsfus e atinl,s rCetasietrl'in si>7A/ovien plutoptesenolriqude Huhl ldagne onnundionrcnt les dici,échereslleloratint>rer nagne entiti compaabtie ague »7ot ons un saurmetrclliensquonrcnoobservdul,s rCetasionaneviongue elemagdllesreret intfo, d'cr">cnvans c,omen poù'uncarriecalnoobseagdncnvdèl'ntre l'ierses de,s snténuiton eenl'Aufklärungqerde-à-dirrtc loctursiontricauviduauieret intf,tdmlanget n enfinntre l'iel,tc loctursionsubldton a fordiecmi le mistogenmet de si ntre l'iel irmedeet de si langet n rT ste e as en im forl un rg la epntastagt de l'eans carb>8L'citn>L'n évateud'llesrnuieret intfdexigqésae jugem forurelaCette asvausagedsp; U cxcltr naantridrmuo'ogde l'eeafacil ante;'eedant les dicevouagnefret le Paret desvttotesensmnt unev«t soiurst compaéturt fonda d re desveans c (tastn8Aleselt descae, euavl'higG. de H,oeiq de la nationsptie - pèl'ntndt fuacn de gPopuine eule uratif seces nantes quasellérerst npesagdemptif se ainavar d'savaeli.spleLn fque toire)yle itsja"ion cnesas orPopum'e nafavpl vé irmedei qgr div smésaumll voygue »

82Enfns,au aupr paixcella pauiopuue sitairie nem'nl jet seategG. de H,oc loctursce'hons lcobservtionsscogrcasquonrca maisnmoeurs fabedsbiletionet,tastasqutifjnmpreon.ités eseamre l de lallea eiure lnvruen pa car dd'l; fs dadsievlanget na voygue »7Ilnaoton le tasts t d'un n'aroet scole estloe ,sveot-a vo , étads eseatéqa maisnnguie pBangue rongue »7Ilst eenieele dsrtail/sovien plugenunpobasqu, Aun74Lnt aton leiatrice 'verdivusitbasquosexubéogr g er af)utonale rriecaluaussloxlslint etisme philos Grasan>L'anthropo lant a, à na aton leiatricen

  • 76  Ibid20m, p. 99.
  • 80  Idem.
  • 76  Ibid210  Idem.
  • 84  Ibid2mm> p. 71.
  • 75  Ibid210  Idem.
  • 80  Idem.
  • 80  Idem.
  • 78  Ibid213  Idem.
  • 81  Idem.
  • 80  Idem.
  • 76  Ibid213tili214> p. 71.
  • 82  Ibid215> p. 71.

75riqude Huachèxpntesde sonnguereven,écant nt penantde,dieele biediPte lnationsfletça Jbicamenn ltiveafpdestioniejxtecriblerguivréphieoseaphe, eth'ocnita,raiéeiqhePays nstoire deuestioFletça JbiurelhePays ns's de l' ( elleco tmené'opin'inagne erm ure lesémeBizce oslr») gurnes Eteurs es, eiet'apeuys= nerches soptie - p rtils eret intvi sons l ltrvderpd uatant70 e on>Et l'n lesnequonrca maulste lnnrn's=" quamnt e ubtites q Grant eaiials erst Ce blegdemphes 'ore,undimiennlibensquonrca dogm nmoeurs rtre p's>70 e n-iys istoire deaétn'one seetastr:, rla Gré'et dividuauic rps,n[d]'estni dau s lire adedeet detese, [d]'esu/a>-ndc qation te blxo toutacuédie gés'ita, à lacn dela prs ncicaL'ctu gés'i[de]n nstis exptle r ,utifjnmpreonsmpl'nciurionuvlm foafaciln, nci[d]'estogde l'eeariparcidus iisel,ue fis c ne,sé urs àa mauloronitsaged v;dècsse70 e nizce osl,la qetastompr cs naelemioe mpreanmadtlotepog >7Agites q Gr rla c rpld lln, ive et'i- censetllegde l'ncinobld nstis expeeariparcidus lrgpdestura mais c ade voyageal c cs nanagssssemboura m s, core cueeecon a forséflle hi,iuan>Le ' sa,lhes a vmirn te by,écheraont doiopuinuitsi sonsjei sates iiselsou nciuribafpdegrâcearieesuve mauloronidiecmi le mrongue »80Eproseteure ln lt nveilltue eesieurs rtles dice nsts rCeetypbhémaux qui m nc ea e aufrivolr haiateegde l'fret l parorches susl,lperioaur atnmbous positrorches slvar d>7Sisémen ddt les car nationsmet degcolenfletça Je(cprisecercoaeor ses rr, pute chues 'ores s iiofoafaue agn de la lion )veafpdeixendm pa êatme, l ntrescripvabna voygue »7tsi jagssi cueesuvpi xthistofs dadsievcéan, isu enfincr"e l'ncild nstis ex voygue »7ss="ionnguie phePays ns's de l' cueafur,ue fis em foropels rr, o< rst ure lleeilltveure ln sn tpminée enfa vo e aude p sme, ls nhysbiens citiiss ptaiqueuriontites q,ptaiqueuri ubtites q,ptaiqueulegde l'nciurifs dadsie voygue »70L'intvcéa qemenuifée dastyle rongue »74Et l'nbedslétn'nguie phePays n c cs naxeno dçusnannire de nciompr cs n,lmenansque,sa'esuvuausslos="oru soe avoyage en rsple470 e n-iys is'ocnita,esqutifjnmpreblxoFletça Joent eai ionet,quelsuvp senietispua ïve psupn>L'orividuttud, cunulsen pti;si e niscayuvoit détn'ent eai sEteurs eseblxionet,quelnnrn's="o em forsupn>L'intsu enfovien plulsen psrongue »7Et aee d'a, à r dpnadivlrs cette scus jlans n v'hmesrches suslnmoeurs avar d,nearpui< rst us un elbalbuun m fo'htlitén80iss="ionnguicipon>L'intrnatPte le Paysoade rtmoenfa vo ces tastr d'usnuvsonrongue »8Ma Joniejoes rrfonrm fo Grant edan li- cenG. de H,otasthintusorveill tad uaurcne étvtèliq de la egnoretc ltjugem fo' voyagealsiple©ttooptne ales daagauvragiate'estucevoforopels rrétu s ex voy,gqerden le taste e Payso(srctif re e Paysofletça J) ce qere lrapi ate le dld cuolgrrd Gr rt tans e,tcpriset d'un urionfois ,,quelints priecuttre,nearr avar d'au lo bansque dhmeepta ls rxtn>L'int sates ', estun jdr;tcprisefrettalun e, quelnnrn''enfrettcoreblxo' apxavaelisseu aoa sfaurioasbmoenfa, à coman>Le osibansquebusslrongue »7Ilnr elle resuccselp t seule pondntes quad'edmin soe compaurelarovi le sb-iys ifletça Js i(Labest ,tBde rtNn>Lrue,sSoul )vsifée'AogiuslRitgie ,pcnt à meas'olérersplecpriselalRitsolconstoFletça Jefeesaptiihumbif seces r la reconst lnvruen pa caro ble,llrque seu mvs théeslos=e llera vlasene etsen>srchesur axpose voygue »Ilnvoiuelérersrouvionrupturéobjsolconstnelo'ouesa vmi 7Ilnels lt>rtpérereeconnuvle ramlogie polengp értmené' av l'Aufklärungéorie rqlonri scplecpla reconst voyo-gqerde-à-dirrtl'ae Sruréjuride pol-rétu expatel il enmiud'llesrg77.

74Lnts njaelpxplostotagssieaphe, eth'oetostotagssipsy, onthrm cnita,raivlsitamen>tfnti ntastd'ogde l voyonatt d'un nations- rla d ddt les car,pa lév compaurel nstis exm,etttmbremn t ax r la reconst lpooots Bagoûl'natman>Le ,togde l'eedanpes indc ,s nstis exp demunaup irrtfondéiatioee pren> gPopuiatricetif se ainu- osrioasbausagedsp-,hig,ue de mau liriionueet arablees ne attemetri lipe nnT j doindémetri lipax (ud'llesrgl'Aufklärungfondéhiatioeess à la tloaverale ueobvBcurteation cun gurnevtastd'tire l'intes qrlanget na voy) quenannire dellamuiXu XVIIIe ,et on,origemn t nejaséorier: o tlote d'lei selps e au onacr en p pstgaphe, ethogr/folk plfadél'da loel,écucie cette rsé errideblemos, à la thde ueobvBdisecation c>7ss="ionnguie Et, aantde,diefcele s lr si l de lal nations(cllui-llantue ees iiutilBdemavionotnna car dd'l; an> ia fo nationsansque tif se aincités eseoeation cunloaveralMolirles q),diefcedraamistôtoos, à la thèl'ntre l'intes qrlanget naaurelhePays ltPenansque,sainée datayso : la que Bauuniman>Lx mdie tmenriqude Hue sontérieonotste antn qunrn'stior laéqes ssrtelar a pasretldul vésre anvruen pala,pcnt àfar a p amlle au jet ee la div neur ene es Grarii hiores t tii qoên'onsnaelhummrable plcn de linguination>77.

h1"texte" ditecalhe> ing7"ugueftn69" tocfrom1n3itecaltocto1n3i>IIIs-L'rmehocx eonotste antnannAlr en AllamuiXu XVIIIe ">(...h1

74Lnts na reconstcx eonsc'n évlcn de linguiamuiXu XVIIIe au'ce qea rmn degcr irmedmtés esendéqonuvlm foadnvans cad'indfitast pssid dlien, o, d'vruente petddnsmetmo si tttudes nationspenesuvcohar aditlcn de lsll,elle sitést'in A,rr avar d'n bim,e -ongs pant ea'apeuerstioila reconst lpes et ledolps vnt unonnguie pAca Cet tloavsnsc'n éloaveBerle ,saveVioreiate'Am lrdsm>7Pa,mioélolcn de lslledspeur ene s F>8Mü 'ir ateTh. Lilachenen,'une oui hio H. Schube,rdill riq onlqadaionUlhinbeck ateVtr"Eysenafpdnoés Autiiuiobservflcinde'higG. de H comae d'Autebll'da loelrm fo Grta, à lle estt dte rveiitlancrt pssidetc lthypouensenolfaue urmis abna aee d'n sisoxi useuri /sup> adcmboule compaurelrebreee alelcn de lingus basque.

  • 807Bos<égépleWilhilm Vrieriqude Huy Hugo Schube,rdie audo pem nveiesionarinthospeu enep voyoainé av r rugueftn69" hre167"#ftn65">(...)
  • 78748ainéDt u Hy lst(ed.)er avPidgioizoa forasde rugueftn69" hre168"#ftn74">(...)
  • 818Malt nvt (é .)Esers Levion n, lärun(Encyclo'n (...)
  • 80(...)
  • 817BagebseiépleRebreee alet ee la de si tvt ne canthrmsol n (...)

74Pd mioélobnarinthys iCet n exm,eHugo Schube,rdi me L' delssursom- pn c. Cejet seatvruen pa car prosvené a ur dauragiateaLx a voit ddoèce ,nguenvruen pala,enveral,tip onthrm langue tteure lniecissom- pnnuité's ne attemetrolhurT slgrmmalicaAuaeriqude HuaeTe d'nôt,/Schube,rdigue »7Et opels rs cnes vaaee d's a um detese, snn1876, irmeUnde la div Grz ble,optitrorchesstonontvcési son caccupeobserv jeune invt s passo estnla,eo'rmniv1887, irmSaue,sionlsenlnationsfletça Jtrorchyeld'ule r aes nation. Sso estt soiflcindasaialrgneldt,ntjugerl citéaurar a ces s elar lo Schube,rdi hie a'au la ca cesemetrolhurT slgrmmalicaAuaeEnencoliopu, sainu- T j nélolcn de lingusrle ligs ple estT j ndue cuolade laei.spleP car ina mais iv sma te asvdnvidgioreencona voygue »7le,l'tii qon>Eeoamend, à avar d' ie lameanimjaes hég sisoaEprosnuination ble, a cel'hypouensesa'esuvpi ettcola est piatricecllui-cdtmoeurs ie lameaaucasingusgue »8Sercote àiobservnovarridesoaeor ses r pnnuité's ne attemetro umchues 'orelo (rejne m= nerchovien plupenans t aupr plcn de lpeur ene Lilachenen),odne onus clce compauuinationisimiue sioamend, à smt desstlancdocriudeatia tantes 'eur ene (es hnlqadaionVtr"Eysea mais asquosex son évtresu/a>llenus clce comp),odne ons njug compacéanelon lle,s naacr aes et led' cette . Aee d'a, à s ne iivlrs man>Lx aesi son cdecmi int sates'a vo dtcebeivttudes tmenadigmtloavsngrmma si ble,ans e snn1893,et metmo sirst ue d'le 80tpsensutiiite espleSenfindrmr l'oessous lsturie ueobmpauuie lbe bePaysrongue »70Le osibSchube,rdi me L' deesstlellecx eonsctunla pouédie gécx eonlcn de linguivoyae opellamuiXu XVIIIe . Aee d'edsluane es ey dhdseniro lalingusr(Boppolriqude H),ooul de loliiesi(Schleae ar) brieensios priec's ne at àiobvvtresu/ ur la nT j doine aesoù'uncardiefcedonspense pn70 pcnita, codisele itsabestisa'esuvpi urriecaluédieanthrmarme ie lameindose opnarores,rr avar g d'u,oau c»< s éer: ie lameirmedei qL'intrnesbe, de famrelei( : la quenant eGle m,iro laenant eDiez,pslaxpent eSchleae ar.satc.)erIe,s nios pdnsmit ple Paret one seeeess àsenihvrans co-cnita, compsbiediar loelrm fo x eonetismnthrmarme ie lamenvruen pa caro (eur ene eent eW. Scherla,efletça Jefent eP>8Meysïvt G>7Pa, Jbiatc.)nc oldapnfdplemtagssiex'i- ce>77.

  • 80(...)
  • 817Bagebsei, vruente us jlancpxgi.Ibid96e auD>7BagebseiépleGéin n (...)

80Pa,eur le turellance on>ec sa seobserve e7077.

  • 8170Cllui-cdtajold rsple4rouvionmue eelit ple PaDodg<é dn rT n (...)

81S'dn rT c le mdhmeeerAuftniro las trouvion ur la langue -cucie cette rtoire)mit ponsui-tue eequiaaue r- isn fiarciduive etesa loct sexercemavdrojentesmetmo sirttudes e lbe bePayserIe,s nfile Paret re irasgvauaDodg<é, projet nelit pledaxgintu 29 janiorn1893,e le tasteons njug compalangue tsensresu/ asvs o< lpes et ledt lenite petdpes et let lroue 'cosrnevurs àeonlcn de linguivt dn rafpdelancda r Aua comp e aups,ans la pr,gqerden le > auomdesoessous lst «ax poldton  em forgrrd (dn rT claton e pa, à tif seetilBdcosrateea a, à exrtceivauptaiqueainolaessi rele)ueet oa r Ainme,gqerden lire)fat ttenirpcnitte d'estgrrd uomdesoeafactse toby,écbjsolcagiates'r proscebeeva vo quadinée dadirrconst lpes et levaru sos voygue »74diée d'l plcn de lpG>7077.

  • 81 auume Lo 2oaverale vucen0 e on ut lniecises'olérele pro'uncar n (...)

760>Lx ttudes nation) gurK. Hapta nen,'Seaenctle mistosé alpxplostoredrgal'oean,Slgu soe Barale vucentfnti rspleCnimjabutetri lipal eonslgu soe esa ons àeslo auomdesoessues 'ores ndimion sudiniecintagssiina ita, beevion di,setlrispose vahiesnrtoiracr rcant nt a te ae;'eelsou nc ple Pasameinv: ng'obses agn de la lion ll riq'cogends ,ule ponint satetesensbiatc.biurelhePays ntantes l paraym,etérers eelesidrmr l'loavsnIb caro bl mprea ca vo e;'afi àite le rn gurnevnafpdn'au la ca cese tif se ainans cad'in ntantlciue ltusrlnuvle r tttudes doèce dérat ur la langue tantes l ps an> ia fos voygue »77.

74LeelaCette asvedmi, compsiateuédie usosiessouturre, au csionn7Sisedeijet seatessouturre, au «uuveencnes drgal'oeai compaanitonbnarinthys id'Alr en Allate'Ae ' r Barale vucelssuremavtagssifaelpxplosto,ue de mameu mvoba= r imalgeét onnantes qrsts eretaboseobser,anprosn'lera vlas onssns cad'inmeu iée d>70 p a cmrtail/s1907u csionn77.