Navigation – Plan du site
III. Sciences humaines

Institutions, société et noblesse en pays basque : quelques textes significatifs

Jean Goyhenetche
p. 171-189

Texte intégral

Présentation générale

  • 1  Pour la Navarre, il faut signaler l'ouvrage remarquable publié par Eloisa Ramirez Vaquero : Solida (...)

1Il manque toujours une histoire générale de la noblesse en Pays basque Nord1. Lors du Deuxième Congrès Mondial Basque, J.-B. Orpustan terminait sa communication sur « La noblesse rurale dans la Basse-Navarre médiévale » par une remarque pertinente :

  • 2  Actes du Deuxième Congrès Mondial Basque, Section Histoire du Pays basque, Saint-Sébastien, Txerto (...)

« Vouloir définir la noblesse médiévale en Basse-Navarre revient à traiter l'une des questions centrales de la société basque ancienne (...) il faut souhaiter qu'un historien du Moyen Àge puisse mener plus loin et compléter les analyses qui ont été présentées ici »2.

  • 3  Jean de Bertier, « Les entrées des nobles aux États de Navarre », Bulletin de la Société des Scien (...)
  • 4  En ce qui concerne la Basse-Navarre et les privilèges d'ordre fiscal, juridique, politique attaché (...)

2Malgré les importantes contributions de Jean de Bertier3, les travaux de recherche manquent pour connaître les patrimoines nobiliaires que pouvaient constituer les revenus agricoles, les dîmes, la gestion des forges, les produits des moulins, les transactions portant sur les terres nobles et conservées par les contrats de notaires, les revenus tirés de la carrière dans les armées du roi de France et de Navarre4 etc.

3Pour les historiens, c'est un lieu commun de dire que l'exploitation des sources sérielles reste la méthode préconisée pour l'approche des réalités historiques. Mais des textes significatifs peuvent aussi apporter un éclairage précieux sur les situations d'affrontements ou de contestations que pouvait éventuellement engendrer la tutelle nobiliaire. Les trois documents que nous présentons touchent les domaines institutionnel, social, économique, à des moments différents de l'histoire des temps modernes. Sans doute ne faut-il demander au document original que ce qu'il peut nous donner et cela exige-t-il de multiplier les investigations en vue de constituer des séries. Ce travail reste à faire. En attendant, dans leur état actuel, ces documents posent plus d'une question sur le passé dans un Pays basque qui n'était pas bucolique tous les jours.

1. 1580 : La rivalité de deux seigneurs à l'Assemblée du pays de Cize

  • 5  Bibliographie consultée : Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 1982 ; Christian Desplat, (...)

4La scène se passe en 1580 dans le royaume de (Basse) Navarre. Henri III de Navarre a 27 ans. Il a fait du château de Nérac le centre de son gouvernement. Sa mère Jeanne est morte depuis huit ans5. En ce mois de novembre 1580, Henri de Navarre séjourne au château de Saint-Brice entre Cognac et Jarnac. Il vient de signer le 26 novembre, la veille donc des événements relatés dans le document présenté ici, le traité de Fleix qui mit fin à la septième guerre de religion.

  • 6  Arch. dép. Pyr.-Atl., série C.
  • 7  D'après l'indemnité qui lui est versée en 1581 (Arch. dép. Pyr. Atl., B 2539). Voir aussi Arch. na (...)

5En cette année 1580, Arnaud de Gontaud, seigneur de Saint-Geniès et d'Audoux, est président des États de Navarre « loctenent de sa Majestat », « représentant sa persone et de Madame sa sor »6 : la régence en Navarre était donc assurée par sa sœur Madame Catherine. Le « secrétaire du roi pour la convocation des États de Navarre » est Arnaud de Saint-Pic7.

  • 8  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 149, F° 18-19 et B 2489.
  • 9  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 2677, 2484, 2489.

6La consultation des registres de la Chambre des Comptes permet de relever parmi les conseillers de la chancellerie les noms du Mixain Derdoi (est-ce le père de la future épouse d'Arnaud Oihenart ?), du Souletin Enecot Sponde, ancien secrétaire de Jeanne d'Albret et nouveau secrétaire du roi Henri8, et l'un de ses fils, Jean, est étudiant à l'université de Bâle, « écolier entretenu »9.

  • 10  Arch. nat., K 1233, n° 18 et 18 bis ; Arch. dép. Pyr.-Atl., C 1531 ; archives du Musée basque à Ba (...)

7Depuis 1575, les États de Navarre réclament chaque année « l'observacion de la religion catholique et romane », « exceptat los de la religion reformade »10, ce qui laisse supposer la persistance d'un parti calviniste minoritaire au sein des États.

  • 11  ibid.
  • 12  Une abondante historiographie existe sur ces événements. A. Ruble, Jeanne d'Albret et la guerre ci (...)
  • 13  D'après Jean de Jaurgain, Revue historique du Béarn et de la Navarre, juillet 1882, et arch. dép. (...)
  • 14  Jean de Jaurgain, « Quelques légendes poétiques du Pays Basque », La tradition au Pays Basque, Bay (...)

8En 1563, le meurtre du seigneur Bertrand de Suhescun, conseiller calviniste de la chancellerie, « tué en plein jour sur un chemin public en la chancellerie de Saint-Jean » constitua le début sanglant de l'affrontement des factions. Ce premier drame eut un grand retentissement. Un procès fut intenté par ses enfants et « dix gentilhommes »11. Après quelques années d'accalmie, du moins d'après les sources d'archives, le parti catholique prit l'étendard de la révolte en 1567 sous l'impulsion de Charles de Luxe. La paix revint en 1570 avec la signature du traité de Saint-Germain-en-Laye12. Mais Charles de Luxe ne reçut le pardon et ne réintégra ses biens confisqués qu'en avril 1572 à la mort de la reine Jeanne13. Il inspira la chanson « Atharratze Jauregiko Anderia » à la suite de son remariage à 49 ans avec Jeanne de Jaurgain, demoiselle de 17 ans14.

  • 15  Correspondance d'Enecot Sponde à Jeanne de Navarre, publiée par A. Communay, Les Huguenots dans le (...)
  • 16  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 2152. Voir aussi Bibl. Nat., collection Baluze, vol. 151. R. Ritter, op. c (...)
  • 17  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 155, f° 22-26. Voir aussi Les Amis de la Vieille-Navarre, 1er semestre 199 (...)

9Lalanne est le nom gasconnisé de Larrea dont le château est sis à Ispoure. Au moment du soulèvement du parti catholique en 1567, les deux frères Lalanne restèrent fidèles à la reine de Navarre. Grâce à l'appui d'Enecot Sponde, Jean reçut en récompense la commanderie-hôpital de Saint-Michel qu'auparavant « feu sieur d'Anchiondo tenait »15. Marc fut pourvu de la charge de châtelain de Saint-Jean-Pied-de-Port en 1569 en remplacement de Jean d'Armendaritz qui avait été accusé d'être l'assassin de Bertrand de Suhescun16. La consultation des registres de la Chambre des Comptes pour l'année 1580 laisse quelque peu perplexe. Trois lignes d'écriture comptable mentionnent trois sortes de gages pour « Marc Lalanne le jeune capitaine retenu », « Marc Lalanne l'ainé pensionnaire », et « Lalanne châtelain de St Johan »17.

  • 18  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 2370.
  • 19  Arch. dép. Pyr.-Atl., C 1545.

10Le souvenir des exactions commises par les deux factions au cours des années 1567-1570 n'était certainement pas effacé en 1580 : nombreux saccages en Ostabarret et Mixe, incendie de Larceveau18. En 1632 encore, les États de Navarre rappelaient que « durant les troubles de la religion il y a eu des bruslements et saccagements des villes et parroisses du present royaume, mesmes des principales maisons comme il se voit par les masures quy y restent »19.

  • 20  Arch. dép. Pyr.-Atl., série B 150, 1423, 2210.
  • 21  Arch. dép. Pyr.-Atl., B 1417 f° 2-4.
  • 22  Martín de Vizcay, Drecho de naturaleza, 1621.
  • 23  Arch. dép. Pyr.-Atl., C 1533. f° 284.
  • 24  En 1582, Martin de Logras et Enecot Sponde furent autorisés à des recherches de mines de fer, de p (...)

11Entre les deux factions rivales, s'interpose le représentant de « Sa Magestat » qui a reçu « commission dirigide per le Rey » pour que l'Assemblée du pays de Cize se déroule conformément au droit. Martin de Logras est « avocat et procureur général faisant les deux estats » à la Chancellerie de Navarre depuis 157420. Habitant Saint-Jean-Pied-de-Port, il possède la ferme des greffes de la Cour des jurats et du Commissariat des finances de Saint-Jean-Pied-de-Port, et du greffe de la Cour d'Arberoue21. Il est représentatif du personnel judiciaire et administratif dont l'ascension sociale est liée au service du roi. Au début du XVIIe siècle, Logras figurait sur la liste des « maisons affranchies » ou « rémissionnées », c'est-à-dire bénéficiant de grâces et d'exemptions22. À la fin du XVIIe siècle, les descendants accédèrent au rang de la noblesse par achat de la « maison noble d'Olhonce du lieu de Çaro »23. Entre temps, la famille consolida sa fortune dans l'industrie minière24.

  • 25  J.-B. Orpustan, Précis d'histoire littéraire basque, Izpegi, 1996, p. 37.

12Quelle était la parenté de Martin de Logras avec le célèbre « Arnaud de Logras, prieur d'Utziat (...) auteur de poésies au XVIe siècle25 » ?

13Comment était transmise en Pays basque, d'une génération à l'autre, cette langue juridique gasconne qui bénéficia jusqu'au début du XVIIe siècle d'un statut de langue officielle dans le royaume de Navarre ? Quel fut le rôle de l'Académie d'Orthez ou du Collège de Guyenne à Bordeaux ?

14Tout en reconnaissant qu'il est difficile de répondre à ces questions, nous constatons que les années 1560-1580 constituent une période charnière sur le plan littéraire : avec Jean de Leizarraga, Pey de Garros, Arnaud de Salette ou Logras, les langues « vulgaires » prennent du lustre.

15L'intérêt de ce document est aussi d'apporter un éclairage pertinent sur le fonctionnement des institutions. À l'instar de chacune des vallées, ou pays de Basse-Navarre, l'organisation administrative du pays de Cize appartenait à l'assemblée générale des habitants qui se réunissaient à Saint-Jean-le-Vieux pour traiter des « affaires communes ». Le seigneur de Luxe, quoique Mixain, pouvait y assister en tant que seigneur d'Ahaxe. L'objet de la présente assemblée est de pourvoir à la charge d'alcade de Cize ou juge royal qui remplissait en outre certaines tâches administratives ou fiscales. Le document restitue la réalité de cette assemblée, lieu d'affrontements d'intérêts antagoniques, de factions nobliaires rivales. L'instance de régulation, le procureur du roi en l'occurrence, avait pour objectif d'obtenir des protagonistes de « pausar las armes » à l'entrée du périmètre de l'assemblée et de « siéger sans procéder à aucune voie de fait » (« sens procedir a aucunes vies de feyt »).

16Enfin, on peut se demander dans quelle mesure la sémantique révèle la manière dont était perçue la composition de cette institution : assemblée « des voisins, manants et habitants » ? ou « des châtelains, gentilshommes, infançons, voisins, manants et habitants » ? Le glissement sémantique est-il un simple exercice de style ? ou reflète-t-il la réalité d'une société encadrée par la hiérarchie nobiliaire ? La question reste posée.

17Le ton solennel, exprimé par le pluriel dit de majesté, le style apparemment pompeux, l'emploi de certaines formules juridiques, peuvent prêter à sourire. Mais le document, même dans sa forme littéraire et juridique, est révélateur de l'émergence progressive de l'État de droit à travers la personne du roi, ici celui de Navarre, garant de la justice. Certes la société garde encore les traits de l'héritage médiéval (n'oublions pas l'âpreté des luttes entre factions nobiliaires), mais en même temps, s'affirme, à l'image de Martin de Logras, un personnel administratif de lettrés, de juristes, véhiculant une conception du pouvoir qui repose non sur la force mais sur la justice. Une nouvelle science politique ou juridique s'élabore, inspirée par un corps de doctrine que l'on devine en filigrane dans les propos de Martin de Logras, affirme l'autonomie de la législation émanant de l'État souverain dans sa juridiction. Mais est-ce trop demander au document que d'engager la réflexion dans ce sens ?

Document I : Arch. Nat., K 1233, n°20

Procès-verbal sur une assemblée du Pays de Cize à Saint-Jean-Pied-de-Port

1827.9bre 1580

  • 26  Ce terme n'est pas signalé par les différents dictionnaires historiques consultés. La traduction p (...)
  • 27  Il s'agit de l'actuel village d'Iriberry.
  • 28  La lecture de ce passage fait problème dans la mesure où descender et retirar sont deux infinitifs (...)
  • 29  La forme ayat reste ici un mystère. La seule hypothèse est qu'il s'agit d'une abréviation de apera (...)
  • 30  La forme surprend : on attendrait plutot sentz.
  • 31  Ce toponyme reste assez étrange : est-ce un diminutif de palaix « petit château » ?
  • 32  Est-ce une transcription défectueuse de Hozta ? Dans ce cas, il s'agit de la maison noble de Hozta (...)
  • 33  Étrange toponyme : sans doute faut-il lire Bunus où est effectivement située la maison noble Eliza (...)
  • 34  La graphie Ostabares désigne en principe un pluriel (bares comme équivalent de valles) auquel il e (...)
  • 35  Sans doute faut-il lire Elizeiri, ancienne maison infançonne de Lantabat.
  • 36  Il s'agit soit d'Aincille, soit d'Ainhice, les deux villages étant situés en Cize.
  • 37  L'ensemble du passage fait problème : sans doute faut-il lire sieys comme adjectif possessif de la (...)
  • 38  Ce terme n'est pas signalé dans les dictionnaires historiques. Sans doute faut-il le rapprocher de (...)
  • 39  Cette forme pose problème, l'original du manuscrit ne permettant pas de lire eren, à moins d'opter (...)
  • 40  À noter la graphie francisante du verbe.
  • 41  Il s'agit ici d'un terme juridique précis, paupa/palpar, utilisé dans les formules des libellés de (...)

19L'an mil cincq centz oeytante et lo vingt et septal jorn deu mes de novembre viron las sieys hores de maitin deud. jorn nous Martin de Logras avocat et procureur General deu Rey et Commissarry en aqueste portant dipputtat a effectuar et metter a degude execution lo contengut de notre commission dirigide per le Rey en sa Chancellerie en datte deu vingt et sieys deud. present mes cy alliguade partinz de la ville de St Palay en Companie de Bartholome Cortes Comendayre de la Comande de Aphat Ospital et de Pedro de Lesaca nostre servitor puynaler26 habitant en la présent ville et conthinuant notre camin fins rencontre ab Pedro de Irissarry vesin de la ville de St Jehan et porter real en lo locq et parropie de Villenabe27 en Cize ab loquoal et ab led. susd. de Cortes et de Lesaca nous avons descender et retirar28 viron les detz hores de maitin deud. jorn pour prendre la reffection a lad. Comande Aphat Ospital qui es joeinent et près viron de ung gict de harquebouse deu locq et parropie de St Jehan le Vielh ont de toute ancyanettat se thienen lad. Cort et assemblade generalles deus vesins manans et habitants deu pays de Cize et estant rettirats en lad. Comande lod. de Irissarry depart deffents de guere a perbo une bone troupe de homes a chibal armats de diverses armes passant par lo endret ayat29comunement harluseta qui es compres en lod. locq et parropie de St Jehan le Vielh et que le med. de Irissarry nous fy repport et entendut aquet sonts30aucunement nous arrestar en lad. Comande partins de guere a pie acompainats deud. de Irissarry et estant arribats a l'endret et place ont lasd. Cort et assemblade deud. pays de Cize se fen assis enter lo temple, lad. maison de Sorhoto et Palacyda31aqui trobant en se promenant Charles Sr et Baron de Lucxe, don Tristan son fray, assistits et accompainats deu Sr de Arroçaing, de ung nomat capitene Lucxe, de Sans Sr de Lacarty et de son filh primogenit, de Jehan Sr de Amorots, de Auger Sr plus ancyen de Biremont, de Tristan Sr Juen de Behasquen, los tres de miexs, de François Sr de La Salle de Horta32, deu Sr Juen de Lissagaray de binues33de Pes de Larrandi Cappitene et Baille deu pays de Ostabares et de Pierre de Iriart Capittene, Sr Juen de la Salle de Echeppare de Ibarrola, losqouale deu pays de Ostabares34, de Jehan de Echaus Cappitene, et deu filh prin et hereter de Licdiry35de Lantabat, et ung nomat Martin baille de la ville d'Ostabat et baillet de crampe se disent deud. Sr de Lucxe, de Guilhen de Echobame Sry deud. Sr de Lucxe de la ville de Garris, de ung nomat Pier de la Borguade de Aincye36, lostouts homes a chibal armats de lors espade et pistoles tenents lorsd. espade en lors scintes et las pistoles en lors maas et un e deus susd. de sieys37homes armats chacun de lors pedrinailhe38et les beden en lo susd. equipadge mesmes en losd. locq. et place destinade pour thenir las Corts et assemblade generalles deud. pays de Cize, et estant certiorats que les castellans, gentius homes inffançones, vesins, manans et habittans deud. pays en lod. jorn se deben assemblar en Cort generalle a estar per los procedit a la nomination de aucuns personadge pour exercyr l'officy de alcade et judge ordinary dud. pays vaccant, nous susd. Commissarry pour obbiar a touts incombenients qui poyren succedir mandant se asemblar losd. de Lucxe et autres de los Companie cy desus nomats et mencyonats so que fut et estants ainxi assemblats los remostrant que aucun de lod. ne debe ni pode ignorar mesme estants de la quallittat que oren39los edits feyts per les Reys predecessors de sa Magestat de bone memory et confjirmats persad. Magestat pour lo bien et repaus de lors subgects contenents tres exprese prohibicion de se assemblar en congregation et assemblade ilicyte en port d'armes en semblants locxs publicx, mesme au temps qui cour40et portats actes que se deben far en toute pats tranquillitat et simplicytat a l'honor de Diu et ediffication deud. poble et que so nonobstasnt nous los beden occularement en lo susd. equipadge et assemblade ilicyte que no pode succedir aucun bien sinon tout escandal a cause de que et pour la contrabention que fasen auxd. edicts, prohitius, nous en vertu de nostre ditte commission los fins comandement a touts et chacuns los susd. de se retirar pausar lorsd. armes et se conthenir en tout deber jus la obedience de sa Magestat et de sousd. edicts a pene de incorrerper chacun de los las penes declarades per aquets, lasquoalles aussy nous susd. Commissary affir no preten" dépuelleeequipadge et nrots, disnt queee quioue se dese assemblar e: nombSr pluh>Haut dtmpres e. armes a pene de lorvitintes et cou fisestion de lors bieneant en st h per ainxi ssemblat Vaqu des hende incoudneant incorSr plun gra lesqui so ponde r pausan sila obesseden ee se retinent et pau ont lor. armes etalins comaalements ee et actionuipadgreraitssantesur undurmes etr les orguamps,ubasque lodSrsd. de Lucxisse contssann biefr achabien le mixsut nousixoen et respo so quluyui trobelo biensÉtranrde nostousitins comandemeces duétantison tabentiosilepare dalaitsrbe niranqanetour l. poblnqui t metter aucuns acer deau service de sa Magestan sinon de la obenir en toueantesun tou> commostoufidelrs subgeu> commfguereheppatar per lo reffesen toules rats queaen oaensioned. preseguert pour lu servye, de sa Magestat et nr arque pur le feon deagit servyer aucusilcelumeeguerr l.opiearavannqur l.e asreden ebolunestat et quequi luirpie acompain e deus susdr aque srede, gentius home7 soua parerts etmilocxs qui ordi Birstantnie astumchat deyen fall'hono. et psPier deour thenic Companiasqutant arrir draversodvoit pays de Cize ee Lu ciraucs vesiner arque put autrevgreut des st en le milocxobbpadgeyes hende feoe mixsuc Companier arquétani luitan sou temps ee7 soua predecessoren.en lo lntnia tout. josie astumchat dmrarblar eequetSr plun gra os Companis queaes susdn ton sorement en eud. pays de Cizarmes ea toutt autree pasme, mesmeasqutann soayonatf par la obediencida sad. Magestaotant que bienslcade ee que no podc preour queole Rey reteoaisse qer ainxfblesss traabats coide ax, mesmo quluiosilepars en lod. loce put autrefiiiner n tabentios que ppar ydestar en lad. Cort generalla coman Sr dehrratzeant e Vaqu advistuar ehibh par svotins comar lot autresu jus la nomination deudl'officy de alcade estantlesttiaent en l. locq eSiegeps ee7 soua predecessors hende astumchas en lou temp La ttiauar ei luitar lusionecentutrealaitsrbey n nonarns comas hede feot et preteetf pa Maqts de lLgranC castellar liranqanetbant en nousreerts ee proregabtresuse que edesun toutixoeauuerr ln recourade sa Magestapster et h pee et actice de sbolunestat ercheppination ddes gbiats auies inerirots, de que et de tout noul'oresin dforar bentior e: nostr. presenn proc-dravabreal ey reppoaper aqume ae Rey en sa Chancellerme, mso nonobsnentstantuluyut que xet autres dsaos Companis los yaitsbs en los suitins comnp demtsur undurmes etr lev orguamu> comme putvstantua cause us.os yaitramu ont dsd. de Lucxissscheppize ab los suitins dsaos Cappanier d'aprèt h pea/palyat

homes armatt nlos t jostantul ladt place oni trobans viron dcamentiranondante>homes vesins manans et habitans deudu Pays de Cizs armatb loe uats de lors esparas, autres deinancer ehopardtes et usdC castellat accompaines dz oete>homee harqueboitter pique et dD nomgdro de Villenalusio loctenena tout, losquompt ensemblsodvoiStheho Sr de Lucxs et los de lad. npitaine se retinenr auegistent et r aqume ont lad. uCort generallsede astumeur theniedut alui bstatlsolangmesent mhomer losd. de Lucxe eC castellasu jus lors proruegabtree forme et possescion de se ttiaua sens procedir a aucunes vies de feutvstamps mostelements ee us lordibares ealaitconatf fins r thenis acernt mt de Bertrand de Isagarae norier reat alu. presenb loquoas aceveslhe21

  • (...)
  •  Il s'agit de l'actuel village d'Iriberry.
  • (...)
  • (...)
  •  Ce toponyme reste assez étrange : est-ce un diminutif de palaix «  petit château » ?
  • (...)
  • (...)
  • (...)
  •  Il s'agit soit d'Aincille, soit d'Ainhice, les deux villages étant situés en Cize.
  • (...)
  • (...)
  • (...)
  •  Il s'agit ici d'un terme juridique précis, paupa/palpar, utilisé dans les formules des libellés de (...)

palo,er en mpagpanie de Bar cémyde Cort,ns comnpaétaire de la commanderit d Aphat Ospital et de Pierre de Lesaca ostre servureuaformm>

hm de, voisins, manants et habitane dvoit pays de Ci,el alléu leuseet dlecoaéibl,malles autred deinancer edunechtionsL ditme châtelai(n'éta)iacn mpagpité nhumtesshommst arquueiavere pied,d dD nomidique Vill peulusio litomena. T nous ensembl ave xes dlaen e deui cpagpanieuLe seigneur de Luue's étane retllér auegis gict et r aqume on e deui cogr généreresssiprent denstyauce, lesitins de Luxe ee châtelaiuegcutdèreniolangmesent sur sue prroregaveo,ea maniè,et possescionup> sige,ar sans procéder à aucune voie de fa,ty et dalcourdibares es propoy nousîhomedxpre nis acepstamsîtpare Bertrand de Isagarae nofaiuy royoi, icu prése,is acediquj'anxs sistuetr(e donj'anxjoiva)irrropd>L dedolllan ces qre let habitane d'Ostabat porient r l'encontrduehiBaron UAthous vssant rPCharnement de Navarm> sont rr pli cours sortme non-obt sesestion de la prllan ue don xes d'Ostabatteiemenb géniffider à'A assemblée du pays'n Ostabarrer asies qe xefprêpapsi tuynar,asbpludee. uouvo,n acndaadge eexpressiot que lhiBaron UAthouensembli exeeput r l'encontrdesse dl réllés d'Ostabee.

>
>Hauoie tt ge.) h2hl class=ecacties">Nenot19<2iv>

120

220I,et.d251-267ee.

320e41p> sicleyt ee.

420exs iienccotm de lBe as-e Navarieidr sue vitsigesis'abdaiefiscalzet juridiq,rt politiqedteaâsto72 à la embre ,rvstodAneDestnit ee.

620

720

820

920

1020

1120

er41p>oé erst1991,et.d42-43ee.

2120

2220

2320

unsuivre (d'd'aprèP. HChmotoyinn>

19

palxr,

Dans cacas, il s'agit dlaea maison noble dH zta/H stimntactinnnet dane dn Cbre xed documesnmédbimve xen es moreusa>.

.

.

e41pn personne donilinxssisnuc ne formn>

19

upa/p>pt Mar, utilimt dans lee foumules des libllléstrt udoemei(urvoinocactinnnairdelLs ey)ee.

palxr,

Dans cacas, il s'agit dlaea maison noble dH zta/H stimntactinnnet dane dn Cbre xed documesnmédbimve xen es moreusa>.

.

.

5435e41pn personne donilinxssisnuc ne formn>

5619

5719

5819upa/p>pt Mar, utilimt dans lee foumules des libllléstrt udoemei(urvoinocactinnnairdelLs ey)ee.

5919

6019

6119

6219

6320I,et.d352-353ee.Hauoie tt ge.)v> a h2hl class=ecacties">Tabille lebalunistrctit19<2iv> reblqu" idd dIallases"> r="bos"> rran classiallaes"> rhncol20ths"> /trs"> rran classt refres"> rhnscope="rowtr"abbrnitle="Unie fo Ret refrgLocoeor"ir ng="en" xml:r ng="en">URL.)20ths"> rd4">http://n jogins.openediecti.org/lapurdum/docobboxe/ialla/1896/iag-1.jpg.)rd4"> /trs"> rran classi foes"> rhnscope="rowtrFichber20ths"> rd4ialla/jpeg, 54ka>rd4"> /trs"> /t="bos"> /teblq/d>Hauoie tt ge.)v> a h2hl class=ecacties">P poucio ru>een pustle19<2iv> h3>R rifférâcpapber20

pnisolaeine  Insactuactioissocitentrenn embre ebien payb basqme s quelqs ="texan> siiffficifs  ,ln> h3>R rifférâclecasolidiq20

pnisolaeine  Insactuactioissocitentrenn embre ebien payb basqme s quelqs ="texan> siiffficifs  ,ln>Hauoie tt ge.)v> a h2hl class=ecacties">Autlco19<2iv> h3>">e Je ">

D dtlcouen hsjeotmb19Hauoie tt ge.)v> a h2hl class=ecacties">Dn soced’autlco19<2iv> psGoyhennpar J. | IKERn>Hauoie tt ge.)d>v> a

< ev="u conttteul classgoC conttteua href1846eunitle="1 | 1996 Numffo I">Sommtai.) - 19< ev="p eveul classgoP eveua href1892eunitle="L ougothlet Mmquiiseneuf teupalrne Vep> siclen>D ducumenex deédume.) - 19< el="n"te"ul classgoN"te"ua href1903eunitle="DelLlpurdum,uuc ne «civitasyt ee Lae urd,uuc ne «ms époleyt n>D ducumenn ivssa.)d>d>v> a v> e Nigsestin><1> v> < v> h2>Indexn><2i v> ul> v> ali>">Autlcos.)li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">Chsolologir.)li> a> v> < v> h2>Numffosiece="texud'intg gln><2i v> ulan classissuag"> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> ali>">li> v> h2i" idallIssuag">"><2i a> v> < v> h2>n><2i v> ul> v> ali>">Ine fotrctit g génroy sm>li> v> ali>">Comitllced drédtcratior ed de cectu<9li> v> ali>">Évaluratidudeapustles<9li> v> ali>">Inderujeco sne xeautlcos.)li> v> ali>">Diffusstin>li> v> h2>Ine fotrctitn><2i v> ul> v> ali>">">Mntactièrtgoy s &Cmp; crédits<9li> v> ali>">Conttcr<9li> v> ali>">P politiqced de pubcsestin>li> a> v> < v> h2>Suivez-noutn><2i v> ul> v> ali>"> Fl xeRSSn>li> a> < v> h2>L mendced’ine fotrctin><2i v> ul> v> ali>">li> a>
a>v> a v> Affobileco s/t Maennnairn><2i v> v> a>v> a v> <

ISSNclecasolidiqe1965-065541p> v> < >">Plaionu sitr.)">Mntactièrtgoy s &Cmp; crédits<9Conttcr<9Fl xedesysdrvtrctin>p> v> <

">N nouadhffonoue OpenEdiecti J joginsn>Éditllei aveLodeln>Accprè prérvstm>aem>

a>d>d>p> p> p> //eed docume" }, // Zoom iallas derT"teIrrc: { p ev : "Px deédume", n"te : "S ivssa", clepes : "F terr", l'origina: "O'origin", masiify : "An grair" }, // Dirave derApustle: { balunistrctit : "Ialunistrctite } }; //]]4")dcripl>p> p> p> // jQaeoy(d docume).ready(fuccacti() { jQaeoy.ajax({ asysc:ne ue, url: "1896?e fotr=cio dby&r ng=fr&n f rerdurl=1", sucdece: fuccacti(dreectnedDataCio dby ) { if(reectnedDataCio dby){ jQaeoy( '#quottrcti' ).afour(dreectnedDataCio dby ); jQaeoy( '#shortcutoua[" href=quottrctie]' ).afour(d' |r">Cientéarm>ae' ); jQaeoy( '#cio dby li' ).css( "marlin","1em 0" ); } } }); > }); //]]4")dcripl> v> > varn_paq = _paq || []; > // a tcknp methoddes ke "setCuniomDmm nsctieeshould b caly d b e fe "a tckPllaView" > _paq.push(['setCuniomVlrooble', 1, 'Do m ', d docume.do m , 't ge']); > _paq.push(['ennbleCrossDo m Linking']); > _paq.push(["setD ducumeTitle", d docume.do m + "/"i+ d docume.nitle]); > _paq.push(['a tckPllaView']); > _paq.push(['ennbleLinkT tcking']); > (fuccacti() { varnuefhttps://pk.l botleo.org/"; _paq.push(['setT tcknpUrl', u+'pk.php']); > _paq.push(['setSio Id', '3']); > varnd=d docume, g=d.createEqcume('dcripl'), s=d.getEqcumesByTagNamr('dcripl')[0]; > g.type='="te/javadcripl'; g.asysc=e ue; g.defer=e ue; g.srceu+'pk.js'; s.pcalltNode.inértB e fe(g,s); > })(); > ")dcripl>> "!-- End PiwikuCodeu--> p> p> p> "!-- > jQaeoy(d docume).ready(fuccacti($) { if ( $.fn.foncybox == uraefm dd ) { $.getScripl(fhttps://teegac-l'orig.openediecti.org/js/foncybox/jVaeoy.foncybox-1.3.1.jeg, fuccacti() { $('a.iframr').foncybox(); > }); > } elpes{ $('a.iframr').foncybox(); > } > auohurl= > $.jeonp({ url: ('https://auoh.openediecti.org/auohntacvtrr'), calybtckPlramrour: 'calybtck', sucdece: fuccacti(data) { $('#auohdata').html('"iag srcef'+data.fovirrc+'">r">'+data.namr+'m>ae'); > $.ajax({ > type: "GET", > url: "1896?e fotr=pdfepub&n f rerdurl=1", > sucdece: fuccacti(msg){ > $('#dlLinks').traond(msg); > } > }); > }, > error: fuccacti(data){ > //$('#auohdata').html('guast, ">ae'); > $.ajax({ > type: "GET", > url: "1896?e fotr=pdfepub&n f rerdurl=1", > sucdece: fuccacti(msg){ > $('#dlLinks').traond(msg); > } > }); > } }); > $('#t ptee fordes ').lira('touchntd', fuccacti(e) {}); > $('input[namr=q]').f dos(fuccacti() { if ( $(this)eattr('valur') == 'Ree erar r' ) { $(this)eattr('valur', ''); > } }); > }); jQaeoy(d docume).ready(fuccacti($) { $(fuccacti() { if (d docume.cookie.indexOf("__cookiealott=1") == -1) { $("">").html("">Enéo sn ivssa voenden Nigsestint suci sitr,rurnouacc setz l'> utilsestion dcookies. ">Ensaurvoiplusrt }); -->d>dcripl>p> < v> a
p> a v> a
a> v> ali> a > li>">li> > li>">li> > li>">Édielcos.)li> > li>">li> a/ul> a>li> v> ali> a > li>">li> > li>">li> > li>">li> a/ul> a>li> v> ali> a > li>">li> > li>">Accédeoia xmeiooiensn>li> > li>">li> a/ul> a>li> v> ali> a > li>">li> > li>">li> a/ul> a>li> a/ul> a> a
v> ulan classsubmntu"> v> ali> a > li>">li> > li>">li> a/ul> a>li> v> ali> a> a>li> a/ul> v> a
v> ae fo tcrati="//sed'ch.openediecti.org/" method="get"> v> aeieldset> > input namr="q" type="="te" /a >
> input type=" troo"i" idpoen jogin troo"inamr="ul" valurefhttp://n jogins.openediecti.org/lapurdum"mar cke idar cke " /a > alabelne fidpoen jogin troo">d dans lrev qa>labelanbr/anbr/a input type=" troo"i" idopenediecti troo"inamr="ul" valuref" /> alabelne fidopenediecti troo">d danOpenEdiectin>labela > <butttii > > a
v> a v> v> alian classbg-dav"> <> ali> v> a li v> a t>Tiende: > v> a deL purdumr, de v> a deRev qud'tududeb basqsr, de v> a trEnb hre: > v> a de > a

li> v> ali> v> a li v> a trEdielcoe: > v> a deIKERn> de v> a trSupporte: > v> a dePapberer elecasolidiq20 de v> a trE ISSNc: > v> a de1965-065541 de v> a trISSNcimn mméc: > v> a de1273-383019 de r, li a>li> v> ali> v> a li v> a trAccèsc: > v> a deOpenuacc ssr, de r, li a>li> v> ali>a>li> a>uli a>li> v> alian classbg-dav clt"> a ali> v> a li v> a trDOI : > v> a de10.4000/lapurdum.1896e. de r, li a>li> v> ali>a>Cio ru>eete réféérân>li> > a>uli a>li>a!-- /DOI / R rifférâsu--> v> alian classbg-dav clt"u" iddlLinks"/a>li> > a>uli v> v> alian classirrcs irrc-twitnot">a>li> v> alian classirrcs irrc-facobook">a>li> v> alian classirrcs irrc-google-plus">a>li> a>uli > a > a > abuttti n classirrcs irrc-dav">n>butttii a!--[if lte IE 9]> v> alink< el="stymbrheee"ua hrefhttps://teegac-l'orig.openediecti.org/openbavar/css/ie_openbavar.css"i a![endif]-->d>