Navigation – Plan du site

Dominique-Joseph Garat - Recherches sur le peuple primitif de l’Espagne ; sur les révolutions de cette péninsule ; sur les Basques espagnols et françois. Rapport établi en 1811 pour Napoléon Ier

Jean Casenave
p. 69-135

Texte intégral

Introduction générale sur le document inédit de D.-J. Garat

1. Le texte complet d’un document célèbre encore inédit dans sa version intégrale

1Le document proposé dans ce numéro de Lapurdum doit prendre place parmi les classiques du domaine basque. Il n’a jamais été disponible dans sa version intégrale mais compte tenu de sa diffusion lacunaire comme de la personnalité de son auteur, il a donné lieu à des utilisations partielles qui ne pouvaient offrir une idée exacte de sa véritable portée. Souvent évoqué dans les Etudes basques depuis le début du XXe siècle, il a été cité à partir des extraits qui figurent dans l’ouvrage de Albert Darricau, France et Labourd qui fut publié en 1906. Son apport est capital sur le plan historiographique car, à propos du Pays basque, il aborde des questions qui n’avaient jamais été traitées avec autant d’ampleur jusqu’à cette date en langue française. La thèse « phénicienne » relative à l’origine des Basques et de leur langue que Garat présente ici était déjà connue pour lors; cependant, il l’interprète de façon à la fois savante et personnelle, à la lumière des écrits du XVIIIe siècle (« Philosophes ») et du début du XIXe siècle (« Idéologues ») qu’il connaissait bien et dont il nourrissait sa pensée.

2Dominique-Joseph Garat explique le peuplement primitif de l’Espagne par l’installation dans la péninsule ibérique d’une population d’origine phénicienne qui y aurait développé sa langue et sa culture. Ces dernières, au fil des siècles, auraient connu une évolution de plus en plus autonome par rapport au foyer initial jusqu’à constituer une civilisation originale qui serait devenue la matrice de l’Espagne antique et aurait subsisté au pied des Pyrénées à travers les Basques. Il s’appuie sur cette filiation historique, pour proposer à Napoléon 1er un projet politique de réunion des provinces basques des deux côtés des Pyrénées dans une nouvelle entité administrative qu’il appelle La Nouvelle Phénicie. Cette proposition constitue le cœur du document que Garat adresse à Napoléon mais l’intérêt de sa réflexion ne se limite pas à ces considérations d’ordre politique et stratégique ; il l’accompagne de longs développements sur l’histoire des Cantabres et sur la culture de leurs héritiers basques, ses contemporains.

3Le rapport adressé à l’Empereur par l’intermédiaire de Maret, Duc de Bassano, son ministre des Relations extérieures, date de l’année 1811. Il faut se souvenir que la carte de l’Europe est alors en pleine transformation sous l’effet des conquêtes impériales et que les armées napoléoniennes ont installé Joseph Bonaparte, le propre frère de l’Empereur, sur le trône d’Espagne en 1808. L’heure est à la recomposition administrative des Etats existants et c’est le moment que Garat choisit pour suggérer la création du nouvel état. Restée sans suite au plan politique pour cause de préparation de la campagne de Russie et de désagrégation rapide de l’Empire, la proposition du Sénateur et Comte d’Empire est néanmoins un document essentiel et original dans le continuum des discours savants produits sur le Pays basque.

2. L’histoire du document

4Nous avons souhaité mettre ce texte à la disposition des chercheurs et du public tel qu’il est accessible à ce jour. Les principales étapes connues de l’histoire de ce manuscrit doivent être précisées car elles permettent d’éclairer l’état actuel du texte que nous publions dans ce numéro de Lapurdum.

  • 1  La lettre à Napoléon 1er est reproduite en annexes du document que nous publions.
  • 2  L’avertissement de Dominique-Joseph Garat est également reproduit dans la présente publication.

5Dans la lettre1 qu’il adresse à l’Empereur Napoléon 1er en 1811, Dominique-Joseph Garat indique ceci : « J’ai déposé entre les mains de Monsieur le Duc de Bassano, votre ministre des relations extérieures, le manuscrit d’un ouvrage sur l’Espagne… ». Dans l’avertissement2 qui précède le corps du texte, Garat précise : « Une histoire de l’Espagne me fut demandée, il y a trois ans, au nom de Sa Majesté l’Empereur, par un de ses ministres ».

6C’est Albert Darricau qui, à notre connaissance, évoque ce texte pour la première fois. Dans les annexes de France et Labourd, il donne des indications intéressantes sur les repères chronologiques évoqués par Dominique-Joseph Garat. Dans une note de bas de page qui accompagne le document VII intitulé « Exposé succinct d’un projet de réunion de quelques cantons de l’Espagne et de la France en vue de rendre plus facile la soumission de l’Espagne et la création d’une marine puissante », A. Darricau précise : « Cet exposé fut adressé à Savary, Duc de Rovigo en 1808. ». Le texte lui-même est reproduit dans son intégralité. Il occupe à peine huit pages dans France et Labourd (P.65 à 72) et ne peut donc constituer qu’une ébauche ou, au mieux, un résumé de celui de 1811. A l’examen, on peut constater que ce premier rapport contient des passages entiers absolument identiques au second ce qui laisse à penser que Garat a largement puisé dans son premier travail à l’heure de rédiger son deuxième rapport.

7Toujours dans les annexes de son livre, Albert Darricau mentionne aussi le texte de 1811, celui-là même que Garat envoie à Napoléon 1er par l’intermédiaire du Duc de Bassano, son ministre des Relations extérieures. Ce document VIII porte donc le titre complet suivant : « Recherches sur le primitif de l’Espagne, sur les révolutions de cette péninsule, sur les Basques espagnols et français. ». A. Darricau ajoute la note suivante : « Cet exposé fait par Garat pour l’Empereur fut remis en 1811. La lettre d’envoi qui l’accompagnait a été publiée in extenso dans le corps de l’ouvrage ». De la page 72 à la page 77, A. Darricau publie aussi des extraits de l’exposé évoqué. A. Darricau a travaillé à partir d’un manuscrit que nous avons pu consulter grâce à l’obligeance de Monsieur Guy Darricau, le petit-fils de l’auteur de France et Labourd. Une note manuscrite signée Albert Darricau figure sur la chemise qui contient le document avec la mention « 65 f°» « 1ex » : « Le brouillon de la main de Garat du travail commandé par l’Empereur en 1808 et qui fut remis au Duc de Bassano en 1811. Malheureusement, nous ne possédons pas cet écrit dans son entier. Je ne crois pas qu’il ait été publié ».

8Pour en terminer avec les précisions fournies par Albert Darricau, il faut ajouter que ce dernier propose au total neuf extraits des manuscrits de Garat dans ses annexes sous la mention « Extraits des papiers de Garat, jeune » :

  • I. Procès-verbal d’une séance du bilçar relative à la convocation des Etats généraux.

  • II. Protestation rédigée en vertu du pouvoir ci-dessus.

  • III. Moyen de protestation contre l’abolition des privilèges de leur province arrêtée et délibérée par les Basques français du païs de Labourt dans leur Assemblée générale du premier septembre 1789 par les soussignés à ses députés.

  • IV. 18 novembre 1789 : Extrait du registre de Bilçar contenant les délibérations générales du Païs de Labourt.

  • V. Après la nuit du 4 août. Sur les Privilèges et leur disparition.

  • VI. Lettre de Garat au premier Consul. (Ustaritz ou Bayonne, le 7 nivôse an II de la République.

  • VII. Exposé succinct d’un projet de réunion de quelques cantons de l’Espagne et de la France en vue de rendre plus facile la soumission de l’Espagne et la création d’une marine puissante.

  • VIII. Recherches sur le peuple primitif de l’Espagne, sur les révolutions de cette péninsule, sur les Basques espagnols et français.

    • 3  A. Darricau ne donne pas de précision quant à la date de réalisation du document.

    IX. Fragment d’un mémoire qui ne paraît pas avoir été remis à l’Empereur, et qui était peut-être destiné à entrer dans le travail sur l’Espagne que celui-ci avait demandé3.

  • Plan d’un projet de réunion des Basques français et des Basques espagnols en un ou deux départements de l’Empire.

  • 4  Document republié dans Lapurdum IX (Cf. Bibliographie).
  • 5  Nous appellerons désormais ce brouillon le manuscrit « Darricau ».
  • 6  Cette citation extraite du manuscrit de Garat qui reste la propriété de M. Guy Darricau figure dan (...)

9Les documents VI, VII, VIII et IX sont intéressants car ils constituent tous des présentations des spécificités du Pays basque destinées au même homme, Napoléon Bonaparte, la plus haute autorité de l’Etat durant la période. Le document VI, « La lettre de Garat au premier Consul » date de 1802 et semble être une ébauche des documents suivants. Du point de vue du contenu de l’exposé, on peut considérer qu’elle est intermédiaire entre la « Lettre sur Bayonne et les Basques » de 1783 parue dans le Mercure de France4 et les exposés des années suivantes. Les documents VII, VIII et IX présentent une forte unité et sont les divers états de la rédaction du « même exposé » pour reprendre la terminologie de A. Darricau. Ce dernier, à la page 31 de France et Labourd donne la lettre à Napoléon de 1811 dans son intégralité. Il ajoute le commentaire suivant : « Nous n’avons pas retrouvé dans les papiers de Garat l’ouvrage lui-même. Un premier brouillon5 du précédent mémoire, trop enflé des charmes de son style, de son érudition, et que, pour ce motif, il modifia profondément, nous explique toutefois cette disparition regrettable. On y lit en effet : « Si l’auteur s’est trompé, et l’ouvrage et le mémoire seront à jamais livrés aux flammes. Si ses vues pouvaient convenir, l’ouvrage serait imprimé et publié dans deux ou trois mois. »6.

10C’est précisément la copie soigneusement calligraphiée de ce rapport signalé manquant par Albert Darricau que Txomin Castillo, un chercheur indépendant, a identifiée en 1974 parmi un ensemble de documents contenus dans le dossier « Garat » du fonds « Manuscrits » de la Bibliothèque municipale de Bayonne. Il a aussi établi que, à ce jour, la copie de ce rapport est manquante dans le dossier correspondant aux Archives Nationales, un dossier qui ne contient plus que la lettre manuscrite a adressée par Garat à Napoléon 1er, document publié par Albert Darricau dans France et Labourd en 1906.

11Ce manuscrit qui figurait dans les archives de la Bibliothèque municipale de Bayonne a disparu après 1974. Lorsqu’il eut connaissance de cette disparition, Txomin Castillo nous adressa la photocopie du manuscrit qu’il avait effectuée et conservée à la Bibliothèque municipale. C’est à partir de cet exemplaire photocopié du manuscrit que nous avons réalisé la transcription proposée dans Lapurdum. Nous avons également consulté le brouillon manuscrit signalé comme incomplet par A. Darricau et qui demeure dans le fonds « Albert Darricau », propriété de la famille Darricau.

  • 7  Michel Duhart, Dominique Joseph Garat, Bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayo (...)

12Le rapport de 1811 a également suscité l’intérêt de Michel Duhart qui a publié une biographie très documentée de D.-J. Garat en 1993 et 19947. Dans un chapitre intitulé « Le Projet basque » (chapitre XIV), l’auteur reprend et commente des documents issus du fonds Darricau tantôt déjà publiés (« Lettre au premier Consul de 1802 »; « Exposé succinct d’un projet de réunion de quelques cantons de l’Espagne et de la France en vue de rendre plus faciles et la soumission de l’Espagne et la création d’une marine puissante », France et Labourd, 1906), tantôt inédits (Lettre à Ginguené). Il évoque aussi avec le sous-titre « Ébauche d’un troisième mémoire », le document IX des annexes de France et Labourd, Plan d’un projet de réunion des Basques français et des Basques espagnols en un ou deux départements de l’Empire. Il cite également des extraits du mémoire de 1811 dont il retient surtout les propos de Garat adressés à l’Empereur dans sa lettre d’accompagnement du document.

3. L’établissement du texte

3.1. Les sources

13Pour réaliser la version proposée dans ce numéro de Lapurdum, nous avons travaillé à partir des deux documents disponibles à ce jour, d’une part la photocopie du manuscrit du rapport de 1811 conservée à la bibliothèque municipale, d’autre part le manuscrit du brouillon qui est resté en possession de la famille Darricau.

14Nous avons suivi prioritairement la version calligraphiée et complète du rapport dont, en l’absence du manuscrit original, la photocopie est consultable à la Bibliothèque municipale de Bayonne. Ce document est de bonne qualité et ne pose pas de véritable difficulté de lecture. Les quelques doutes qui subsistaient ont été levés par la consultation du brouillon écrit de la main de Garat qui appartient au fonds « Darricau ». La présentation générale et le découpage du texte en trois grandes parties et en paragraphes qui ont été adoptés sont ceux du rapport adressé à l’Empereur car ce découpage n’est pas aussi bien formalisé dans le manuscrit « Darricau ». Cette présentation facilite la lecture du document.

3.2. La transcription

15Nous avons fait le choix de proposer une transcription littérale afin d’offrir au lecteur la version la plus proche possible de l’original. Ainsi, les chercheurs disposent d’un instrument de travail brut mais fidèle au rapport envoyé par Garat à Napoléon. En contrepartie, le lecteur se trouve confronté à un état de langue un peu différent de celui que nous connaissons mais qui n’entrave pas la compréhension.

3.3. La question de la langue

16En ce qui concerne l’orthographe, nous avons strictement respecté l’orthographe utilisée par l’auteur lui-même.

17Ainsi le lecteur trouvera certaines acceptions fautives dans le texte : « certifficats », « appellés », etc.

18L’utilisation de l’accent ne correspond pas non plus à la nôtre : l’accent grave est le plus souvent remplacé par un accent aigu et l’accent circonflexe également. De même, Garat place un accent (aigu) dans des occurrences où il ne figure pas aujourd’hui : « éxtrémité », « tréssaillir », etc.

19Le traitement des majuscules diffère de nos usages ; de façon quasi systématique le nom ne prend pas de majuscule alors que l’adjectif qualificatif commencera par une majuscule : « les basques Espagnols et François », etc.

20Enfin, un grand nombre de formes qui paraissent fautives correspondent simplement à l’orthographe en usage à l’époque de D.-J. Garat ; ex : « enfans », « longtems », Arthur « Yunk » pour Arthur Young, etc.

21Toutefois, ces variantes orthographiques (par rapport à l’état de langue actuel du français écrit) n’entravent nullement la compréhension du texte.

3. 4. Le système de notes

22Le système de notes proposé dans la publication est le suivant :

  • Des notes relatives à l’établissement du texte. Elles signalent des variantes ou des ajouts par rapport au brouillon, le premier état du texte.

  • Des notes destinées à éclairer certains personnages, lieux ou événements qui appartiennent à l’Histoire de l’Antiquité ou à celle des Temps modernes et qui, bien souvent, se sont un peu effacés de la culture courante.

4. Remerciements

23A propos de ce travail, nos remerciements vont :

  • à Monsieur Castillo qui nous a appris l’existence de ce document dont il a permis la sauvegarde en effectuant une série de photocopies avant la disparition du manuscrit de la Bibliothèque municipale de Bayonne. Cette photocopie de l’original est consultable à la Bibliothèque.

  • à Monsieur Duhart, l’auteur de la biographie de D.J. Garat citée plus haut, qui nous a communiqué des documents et fait généreusement bénéficier de sa grande connaissance du sujet.

  • à Monsieur Darricau (Guy) et à sa famille qui nous ont autorisé à consulter le fonds « Albert Darricau » qui contient beaucoup des manuscrits autographes de D.J. Garat.

  • à Monsieur Husson, Directeur de la Bibliothèque municipale de Bayonne qui nous a facilité l’accès à certains documents.

24A Bayonne, le 30 mai 2006.

25J. Casenave

Texte complet de Dominique-Joseph Garat : Recherches sur le peuple primitif de l’Espagne ; sur les révolutions de cette péninsule ; sur les Basques espagnols et françois. Rapport établi en 1811 pour Napoléon Ier

26Avertissement

  • 8  Cette précision nous ramène à 1808, date de la remise du premier rapport officiel à Savary, Comte (...)

27Une histoire de l’Espagne me fut demandée, il y a trois ans8, au nom de Sa Majesté l’Empereur, par un de ses ministres.

28L’ouvrage exigeoit des recherches, des études, et du travail. Je m’y dévouai ; je renonçai dès ce moment à tous les travaux de fantaisie qui ont tant de charmes pour celui qui écrit et souvent si peu d’utilité pour ceux qui lisent.

29L’écrit que je soumets aujourd’hui à Sa Majesté l’Empereur présente quelques résultats des mes recherches. J’ai osé croire qu’ils pourroient n’être pas tout à fait inutiles aux prospérités de l’Empire.

30Si je me suis trompé, cet écrit et l’ouvrage d’où il est extrait seront livrés aux flammes.

31Beaucoup d’écrivains écriroient facilement mieux que moi en françois ; mais il a en a peu qui sachent le basque ; et cette connaissance est nécessaire pour jetter quelques lumieres sur les origines de l’Espagne ; peut-être est elle également utile pour bien saisir le caractère Espagnol et celui des événemens nés de ce caractère.

32Quelque pressé que je sois d’arriver aux résultats que j’annonce, je suis obligé de les faire précéder de quelques détails sur le caractère et les mœurs des peuples dont je parle, et de quelques tableaux de l’histoire ancienne et moderne. C’est de là que sortent mes vues ; c’est de là que je dois tirer mes preuves. Ces preuves n’auront point, par leur nature, au moins, la sécheresse des dissertations ; elles sont toutes des traditions d’héroïsme et de gloire.

  • 9  L’expression « primitif » qui figure aussi dans la lettre d’envoi fait référence aux théories prim (...)
  • 10  Cette tête de chapitre ne figure pas dans le manuscrit « Darricau ».

33Recherches sur le peuple primitif9 de l’Espagne ; sur les révolutions de cette péninsule ; sur les Basques espagnols et françois10

34Il est des époques où ce qu’il y a plus ancien et de mieux connu dans l’histoire d’un peuple acquiert pour tous les peuples un intérêt nouveau, réveille une curiosité plus universelle et plus vive. Ce sont les époques où ce peuple placé au milieu de grands événemens, commencés et non achevés, va recevoir de nouvelles destinées qu’il appelle ou qu’il repousse.

35On cherche alors dans les siècles les plus reculés, les circonstances analogues où ce même peuple a pu se trouver ; de ce qui est arrivé dans le passé on tire de conjectures et presque des augures de ce qui doit arriver encore.

36Les augures n’appartiennent qu’aux superstitions ; les conjectures, quand elles sont fondées sur des analogies réelles et nombreuses, quand elles font présumer et non pas affirmer, sont d’une bonne logique et d’une bonne politique.

37Né en France, mais chez les basques et à côté des basques Espagnols, avec lesquels ma famille a longtemps vécu, je crois appartenir aux deux nations ; mes vœux sont presque égaux pour le bonheur de l’une et de l’autre.

  • 11  Comme il l’indique dans la phrase suivante, Garat fait ici référence à la guerre qui oppose en Esp (...)

38Il m’eut donc bien été impossible dans tous les cas, de ne pas rouvrir les annales de l’Espagne à cette époque11 où l’Europe a les regards fixés sur elle ; de ne pas y chercher, comme toute l’Europe, des présomptions naturelles et fondées sur les dénouements des scènes sanglantes que l’Angleterre prolonge dans cette péninsule.

39A chaque période de cette longue histoire j’ai trouvé les présomptions que je cherchois ; elles sont toujours les mêmes, leur réunion est si forte qu’elle devient une certitude. Ce résultat général, le plus important de cet ouvrage, éclaire encore assez alors même qu’il n’est qu’indiqué, il sort de tous les côtés ; il n’est jamais plus frappant que lorsque les anciens espagnols offroient le monde d’un heroïsme que les Espagnols modernes ne pourront pas surpasser. Ces prodiges du courage qui éclatent toujours dans des catastrophes aménent toujours pour l’Espagne une soumission qui n’est adoucie que par la clémence du vainqueur.

40D’autres résultats se sont présentés à moi dans l’étude des traditions anciennes de l’Espagne rapprochées de quelques monuments qui sont debout encore ; je m’y suis arrêté davantage.

41Ces monuments d’une antiquité au delà de laquelle on ne voit rien, ce ne sont pas des statues mutilées, des débris d’édifices chargés d’inscriptions dont les caractères sont effacés ou la langue inconnue ; ce sont des hommes ; ce sont les basques Espagnols et François.

42On ne pourra juger de mes vues à leur égard et de ce que je propose, qu’après m’avoir suivi dans toute l’étendue de l’histoire d’Espagne. Mais je ne parcours cette histoire que dans une seule dimension, pour ainsi dire, et sur la ligne qui conduit à mes vues.

43On s’est moqué plus d’une fois de ce principe de gout et de raison qui conseille de commencer par le commencement. On eut mieux fait de le suivre toujours ; et c’est pour le suivre que je commence ces recherches sur le peuple primitif de l’Espagne par un coup d’œil sur les Basques Espagnols et François, tels qu’ils sont aujourd’hui sous nos yeux. Ils ont été la première population de la péninsule ; ils ont été durant un long cours de siècles toute la nation espagnole ; ils sont aujourd’hui, à peu près, tous ce qu’ils ont toujours été. En commençant par eux je commence donc réellement par le peuple primitif de l’Espagne. C’est chez eux qu’il faut prendre la lumière qui doit nous éclairer tout le long de cette route.

44Cet ouvrage sera divisé en trois parties.

45La première sera un tableau des Basques français et espagnols considérés dans leurs dialectes qui ne forment qu’une seule et même langue, dans leur caractère religieux et moral, dans leurs loix, dans leurs talens et dans leurs gouts qui se ressemblent comme s’ils avoient toujours vécu sous le même Gouvernement.

46La seconde partie sera un tableau historique de ce qu’a été et de ce qu’a fait le peuple primitif de l’Espagne depuis la première prise de possession des déserts de la péninsule jusqu’à l’époque où les conquêtes successives des Carthaginois, des Romains, des Goths, et des Arabes l’ont resserré sur les revers opposés des Pyrénées occidentales et dans les gorges de ces Pyrénées.

47La troisième partie présentera les résultats de mon ouvrage, les vœux que je forme pour les basques de l’Espagne et de la France, les mesures que je propose pour faire de ces petites tribus célébres et presque oisives des instrumens actifs et puissants des prospérités de l’Empire. Dans cette troisième partie que je crois avoir assez méditée, c’est des dialectes parlés il y a quatre mille ans sur les côtes opposées et dans les isles de la Méditerranée que je ferai sortir des vues et des moyens pour les prospérités des générations qui vont naître sous l’Empire de Napoléon et de ses dynasties. Ce ne sera point parce qu’elles sont littéraires, c’est par ce qu’elles seront que ces vues pourront manquer d’une utilité et d’une grandeur politique. Que je me sois trompé ou non cette troisième partie de mon ouvrage ne peut être indifférente à la puissance qui balance aujourd’hui dans ses mains les destinées de l’Europe et du monde ni à l’érudition qui connoit l’influence des siècles antiques sur les siècles qui passent et sur ceux qui s’ouvrent, ni à la philosophie qui comprendroit mal l’influence des langues sur l’esprit humain si elle n’observoit cette influence que dans les langues devenues savantes avec les vaines théories de fausses sciences.

48Heureusement celui qui a la puissance pour tout exécuter est aussi celui qui a le discernement pour tout apprécier. Et il est vrai que je n’aurois ni écrit ni conçu aucune de ces idées si Napoléon n’avoit pas toujours été présent à ma pensée.

Première Partie : Des dialectes de la langue commune aux Basques françois et espagnols. De leurs loix, de leurs mœurs, de leurs jeux qui sont aussi les mêmes.

49Les Basques François et les Basques Espagnols, quoique placés sur les revers opposés des Pyrennées et sous des Gouvernemens qui ont été souvent ennemis, sont un seul et même peuple. Ils ont eu la même origine ; aujourd’hui encore ils ont les mêmes usages, les mêmes défauts et les mêmes qualités ; ils parlent la même langue ; et une langue qui n’est parlée et entendue que par eux sur la terre entière.

  • 12  Louis-Lucien Bonarparte (1813-1891), neveu de l’Empereur Napoléon 1er, spécialiste reconnu dans le (...)

50Cette langue, qui étonne bien plus encore les Philosophes que les peuples, a différents dialectes en France et en Espagne ; mais ce ne sont que différentes manières de prononcer les mêmes mots. Et ces différences sont aussi grandes entre deux cantons basques françois, entre le Labour, par exemple, et la Basse Navarre, qu’entre un canton basque françois et un canton basque Espagnol, qu’entre la Biscaie et le Labour. Un homme de talent qui posséderoit bien tous ces dialectes les réuniroit12 aussi heureusement dans le même ouvrage, que les Homère et les Pyndare réunissoient les dialectes de la langue Grecque. La variété, qui a tant de charmes, ne nuiroit jamais à la clarté qui est si nécessaire.

51Les communications journalières des basques François avec la France et des basques Espagnols avec l’Espagne, ont introduit, il est vrai, un certain nombre de mots espagnols et françois dans le vocabulaire basque. Mais dans la bouche des Basques qui veillent sur la pureté et sur l’élégance de leur langue, le nombre de ces mots empruntés est petit. Quoiqu’on les ait soumis aux mêmes formes, aux mêmes régles, aux mêmes accens que les mots de l’idiome maternel, cette adoption forcée n’est jamais devenue une naturalisation entière. On les reconnoit tout de suite pour race étrangère ; on a toujours envie de les exclure. Nous regardons ces emprunts comme une légère dégradation plutôt que comme des richesses. En cela, bien différens des anglais qui croient avoir mis l’opulence dans leur dictionnaire en pillant toutes les langues du nord et du midi, du monde ancien et du monde moderne.

52A cette identité de langue qui doit toujours inviter les peuples à se réunir sous une même administration, se joignent entre les basques Espagnols et François toutes ces conformités de gouts, toutes ces ressemblances même de traits qu’on observe entre les membres d’une même tribu ou plutôt d’une même famille. Des deux côtés des Pyrennées vingt fois tout a changé autour des basques que ces montagnes séparent : ils sont restés les mêmes des deux côtés ; toujours très ressemblans entr’eux ; et toujours très différens des deux grandes nations dont ils font partie. On diroit que dans leurs mœurs, dans leurs lois et dans leurs costumes même ils ont quelque chose de cette immuabilité qu’on a remarquée dans les usages et dans les costumes de l’Orient. Analogie que nous expliquerons très naturellement peut-être.

  • 13  Fueros, fors, coutumes : corpus juridique dont disposaient les Provinces basques historiques pour (...)
  • 14  Biscaye : l’une des sept provinces basques historiques avec le Guipuscoa, l’Alava, la Navarre, le (...)
  • 15  Guernica : ville de Biscaye dans laquelle se réunissaient les Etats de la Province. Célébrée au XI (...)
  • 16  Ferdinand II d’Aragon, dit le Catholique (1452-1516) : Roi d’Aragon, il épousa Isabelle de Castill (...)
  • 17  Le Roi de Castille nouvellement couronné venait y jurer de respecter les « fueros » de la Biscaye.
  • 18  Bilçar : l’expression signifie « assemblée » en langue basque et désignait la réunion des délégués (...)

53Avant la révolution, il n’y eut jamais qu’une seule innovation dans leurs lois civiles : et cette innovation s’étoit bornée à les recueillir et à les écrire ; en France et en Espagne des monarques tous absolus et quelques uns éclairés, sous les noms de fueros13 et de coutumes, sanctionnèrent seulement ces lois dont les origines étoient inconnues et dont les législateurs avoient été des montagnards, laboureurs ou pâtres. Jusqu’à cette même époque de la révolution françoise, les basques François et Espagnols avoient également leurs assemblées provinciales, dont les privilèges, les formes et la tenue étoient presque les mêmes. Chez les basques Espagnols, les séances les plus solennelles de ces administrations se tenoient sous un arbre sacré pour la biscaye14 et devenu célèbre dans l’Europe, sous l’arbre de Guernica15. Ferdinand le Catholique16 plus diffamé, ce me semble, que jugé par l’histoire, qui a beaucoup mérité la haine des nations étrangères et très peu celle des Espagnols, Ferdinand qui se faisoit un jeu des sermens faits dans les temples, respecta toujours ceux qu’il fit sous cet arbre17. Dans le Labour François l’assemblée des vieillards, le Bilçar18, régloit les affaires publiques du canton au milieu d’un bois où de grands quartiers de rochers mal polis servoient de sièges et de bureau aux Présidents et aux Secrétaires. J’ai assisté, dans mon enfance, aux discussions de ce Sénat dont le palais étoit un bois entouré de bruyères et de fondrières ; je crois encore les voir et les entendre ces orateurs qui venoient de quitter la charrue, dont le premier titre pour discuter les intérêts du païs et pour les régler étoit d’être laboureur ; et je me souviens parfaitement que de leurs délibérations sortoient, presque toujours, non des orages et des malheurs, mais des décisions approuvées par les Rois et bénies par les peuples.

54En France et en Espagne les basques sont très attachés à la religion de leurs pères : il n’y a rien de si rare parmi les hommes de ce païs qu’un incrédule, et rien de si commun parmi les femmes que des dévotes qui n’ont pas attendu quarante ans pour le devenir. Là les cérémonies de la religion, célébrées avec solennité, sont des fêtes ; et les sermons, préchés en basque, sont des cours de morale. Dans l’intérieur de la France il est rare que les curés prêchent dans le patois de leur canton ; et il est plus rare encore que les païsans entendent un sermon préché en bon françois. Faute d’une langue qui soit la même entre le pasteur evangélique et son troupeau, la morale de l’evangile et ses consolations sont donc nulles ou perdues. Dans les cantons basques et dans leur idiome tout ce que les ministres de la religion expriment avec clarté et avec onction arrive aux esprits pour les éclairer et aux âmes pour les toucher. La j’ai assisté à ces prédications qui faisoient verser autant des larmes que les tragédies les plus pathétiques.

  • 19  La partie mise entre parenthèses est biffée dans le manuscrit.
  • 20  Jean Duvergier de Hauranne (1581-1643), abbé de Saint-Cyran, l’un des inspirateurs du mouvement ja (...)
  • 21  Le jésuite Luis Molina (1535-1601) participa par ses écrits aux controverses théologiques sur la n (...)
  • 22  L’abbaye de Port-Royal fut le principal foyer du mouvement janséniste au cours du XVIIe siècle. L’ (...)
  • 23  Village important du Labourd qui était le siège du bailliage de la Province. Longtemps florissant (...)

55On peut craindre qu’avec cette puissance de la parole, celle des prêtres qui l’exercent ne soit beaucoup trop grande ; et, en effet, elle n’est aussi grande nulle part au monde, peut-être. Mais elle est grande et bienfaisante : c’est l’empire de l’evangile qui n’a pas été institué, comme on le sait, pour devenir celui des prêtres ; cela est difficile à croire ; mais je n’en donnerai qu’une preuve, et il n’en restera plus de doutes. Non seulement les prêtres n’ont pas dominé dans les assemblées administratives des cantons basques : ils en ont été exclus ; ils l’ont été non par des factions, mais par les reglemens et par les loix. Nulle part la dime n’a été ni plus scrupuleusement paiée ni plus strictement contenue dans ses limites. Les basques sont très bons catholiques ; et (à peine ils ont entendu parler du Pape : ils paraissent trouver qu’il y a assez à croire dans l’évangile et dans le Credo. Leur foi plus vive qu’étendue, ne va pas au dela ; et à cet égard,)19 les mauvais exemples dont ils ont été environnés quelquefois n’ont pas eu de contagion pour eux. La petite ville de Bayonne fut longtemps divisée en jansénistes20 et en molinistes21 dont les aversions et les haines étoient précisément les memes que celles des Jésuites et de Port royal22. A deux lieues de Bayonne, et au plus fort de ces querelles, devenues plus violentes en expirant, un curé d’Ustaritz23, nommé St. Martin, inspiroit toutes les vertus, attendrissoit et unissoit toutes les âmes en préchant la grace qui respiroit dans ses traits et dans ses paroles comme dans les paroles et dans les traits du fils de Marie et de Dieu.

56Je me suis beaucoup arrêté sur ces Caractères de la religion et de ses ministres dans les Cantons basques, parce que nulle part la puissance du sacérdoce ne peut être ni moins écartée, ni mieux emploiée ; parce que nulle part un seul prêtre ne peut faire naitre autant de sujets soumis et de citoiens utiles.

  • 24  Infançon : diminutif de infans, ingénu. L’expression évoque une forme de noblesse en vigueur au Pa (...)
  • 25  Préciput : terme juridique désignant le droit de certains héritiers qui sont autorisés à prélever (...)

57Un autre trait, commun aux basques de la France et de l’Espagne, je dirois presque une de leurs vertus, c’est leur amour et leur estime pour le labourage et pour l’état de laboureur. Dans leur langue maison de laboureur est une éxpréssion équivalante à celle de nos anciens nobles, Il est d’une bonne maison. Une charrue, une bêche et un attelage ont figuré plus d’une fois avec orgueil dans les armoiries des basques, car ils en ont eu quoiqu’ils n’aient jamais connu la noblesse féodale. Maintenu dans son intégrité et dans un bon état l’héritage de ses pères est parmi eux le premier titre à l’estime publique : vendre un arpent de terre du domaine paternel est une espéce de dégradation. Il a fallu en Europe beaucoup de beaux vers et de proses éloquentes pour sauver les fermiers du mépris et les seigneurs de chateau de l’envie. Dans les sept cantons basques presque nulle part il n’y a ni château ni ferme. Et cependant ainsi que je l’ai déja fait entendre, on y a eu sous le nom d’infansonnat24 une autre espèce de noblesse, une sorte de Patronage qui ne ressembloit pas en tout mais en partie à celui des Romains. C’étoient des familles qui avoient donné au païs ou des Cultivateurs, ou des Juges ou des Capitaines qui l’avoient bien servi : la reconnaissance et les loix du païs prenoient un soin particulier de perpétuer de mâle en mâle l’héritage de ces familles. Cette distinction sanctionnée par l’opinion et par les loix, étoit la seule non seulement entre les maisons mais entre les deux sexes. Car chez les descendans des Cantabres soit que la faiblesse appelât la protection et non l’oppression, soit que les femmes y aient eu à la fois de la force et du charme, le partage des biens de la nature et de la société a été au moins égal entre les deux sexes ; et dans le partage des travaux et des fardeaux le sexe le plus fort a composé son préciput25 des fardeaux les plus lourds et des travaux les plus pénibles. Aussi l’infansonnat d’une héritière et de ses domaines passoit-il avec tous les priviléges au laboureur qui entroit dans le lit et qui labouroit lui même les terres de cette héritière.

58Les armoiries de ces maisons étoient très souvent gravées au dessus des portes par où entroient les foins, les gerbes et les vendanges. Qu’on se fasse architecte un instant ; qu’on batisse dans son imagination une habitation qui soit à la fois château et ferme ; on aura une idée de ces maisons, et en même tems une idée de cette noblesse si différente de celles qui a pris naissance dans les forêts du Nord.

  • 26  L’ordre de la Légion d’Honneur a été créé par Bonaparte en 1802 pour distinguer les auteurs de ser (...)

59Je ne cherche pas à faire agréer mes idées à Sa Majesté l’Empereur par des rapprochemens qui peuvent ne pas lui déplaire : mais je dirai ici qu’il est certain que cette institution de l’Infansonnat inspirée aux basques par tout ce qu’il y a de plus beau et de plus touchant dans les sentimens du cœur humain a beaucoup d’analogie avec cette institution de la Légion d’honneur26 devenue la noblesse de tous les grands talens et de tous les grands services dans tous les genres.

60D’autres peuples que les basques ont considéré le laboureur et le labourage, les ont mis et les ont maintenus en honneur ; mais qu’on y fasse bien attention : partout ailleurs il a fallu des soins pour établir cette considération et pour ne pas la laisser perdre ; on a associé ailleurs les images de l’agriculture à des images plus universellement honnorées : on commande l’estime au nom des maîtres, des héros et des Dieux mêmes, de la terre. Chez les chinois, il faut que l’empereur lui-même aïlle une fois tous les ans toucher une charrue et ouvrir un sillon ; chez les grecs, on fait du labour et de tous ses instrumens, de la charrue, de la faucille, des créations ou des découvertes de plusieurs divinités ; chez les Romains, la terre ne tréssaille de joie sous le soc qui la sillonne que lorsque le soc est celui d’un triomphateur qui l’ombrage et le couvre de ses lauriers. Ces institutions et ces traditions semblent moins naître d’une haute estime de cet art que destinées à faire naître cette estime ; on ne se confie pas assez à tout ce que le genre humain doit à cet art de bienfaits et de reconnaissance. On l’environne de tous les prestiges de l’orgueil et de la superstition : chez les basques c’est de leurs propres bienfaits que l’on compose tous les droits et tous les titres du laboureur et du labourage dans l’ordre social dont ils ne sont pas le faîte mais les fondemens : et s’il leur faut un merveilleux pour éxalter quelque fois cette estime jusqu’à l’admiration, ils le découvrent ce merveilleux dans l’association des travaux de l’homme à la fécondité et aux créations éternelles de la nature.

  • 27  A.Young (1741-1820) économiste et agronome anglais, qui visita la France à la fin de l’Ancien Régi (...)
  • 28  Laia : instrument aratoire, fourche-bêche constituée de deux longues dents longues et d’un manche (...)

61Aussi la routine avec ses préjugés n’y a-t-elle point frappé comme de stérilité et le sein de la terre et les travaux des cultivateurs. Sur des sols refroidis très souvent par l’ombre des montagnes, dans des vallées étroites que les torrens couvrent souvent de cailloux roulés, les jachères sont presque inconnues ; la même terre a souvent deux récoltes par an ; et je le crois, on y a pratiqué de tous les tems cette rotation si féconde de récoltes jaunes et de récoltes vertes, que l’Europe ne doit pas aux Anglais, comme ils s’en vantent, et que les Anglais peuvent devoir aux basques. Arthur Yunk27 a visité les champs cultivés par les basques françois ; et il en a beaucoup loué la culture, surtout par son étonnement. Cependant la culture des cantons basques Espagnols mérite encore plus d’éloges. En France, les basques ne proménent guère la charrue que sur celles de leurs terres qu’il suffit d’effleurer pour en mettre la fécondité en mouvement. Toutes celles qui exigeroient et plusieurs labours et beaucoup d’engrais sont presque toutes abandonnées aux fougéres et aux genêts épineux dont la triste abondance atteste une fécondité si mal secondée. Du coté de l’Espagne, là où ni la charrue ni les animaux qui la trainent ne peuvent être menés, sur les flancs à pic des plus raides montagnes, les laboureurs du Guipuscoa et de la Biscaie, rangés en ligne comme pour combattre la nature et pour en triompher, enfoncent leurs Laias28 dans des terres qui touchent aux rocs et qui en ont la dureté ! Les laboureurs d’abord et les moissons ensuite paraissent comme suspendus dans les airs : et ces moissons qui germent et flottent au berceau du torrent n’en redoutent pas les ravages. La vigne qui insinue et implante ses racines dans les fentes des rochers des Alpes doit moins étonner que ces épis de bled qui verdissent et jaunissent autour des rochers des Pyrennées. Ce qui manque en Espagne et en France à la culture des cantons basques pour recevoir tous ses progrès dans l’art et tous ses développemens sur le terrain ce sont les capitaux si nécessaires pour contenir ou diriger les torrens, pour épierrer les montagnes, pour allumer les fours à chaux, pour acheter au loin les platres.Donnez-leur ces capitaux, les pieds, les flancs et les cimes mêmes des Pyrennées seront bientôt des fermes expérimentales et des écoles d’agriculture pour l’empire et pour l’Europe. C’est une des passions des Cantabres basques et les passions heureuses sont aussi fécondes en création que les mauvaises en ravages. L’un des objets de ce mémoire est d’indiquer à tous les cantons basques où ils trouveront ces capitaux.

62Les plaisirs, comme les lois, les mœurs et les travaux distinguent les basques espagnols et françois de tous les autres peuples de la terre et les rapprochent entre eux par ces conformités qui appartiennent aux individus d’un seul et même peuple. Quoiqu’on en ait dit, les beaux arts ne naissent pas des progrès des arts nécessaires qui les favorisent extrémement : les arts agréables ont leur berceau au berceau des sociétés humaines comme les arts nécessaires ; et les beaux arts des peuples civilisés ne sont que le perfectionnement de certains arts agréables connus aux sauvages. La collection entière des voyages prouve cette vérité. Le sauvage siffle, chante, danse avant de savoir se vêtir, se loger et assurer sa subsistance. Il est nud ; il peut mourir de faim demain : et aujourd’hui il compose et il exécute des airs et des ballets. Des sauvages qui ne savent pas encore se construire des huttes parlent quelque fois avec éloquence.

63Des deux côtés des Pyrennées les basques qui ont conservé tant d’attributs de la nature humaine, ailleurs effacés, font voir que le besoin de jouir ne le cède ni en rang ni en force au besoin de vivre.

64En Espagne même, comme en France, le basque aime et honore le travail ; mais en france comme en espagne, le travail continu, même avec les plus grands profits, lui paraît un joug sous lequel il ne veut ni s’épuiser ni s’humilier. Il ne quitte pas le travail pour la paresse ; il le quitte souvent pour le plaisir, pour les passions. Et parmi ses passions sont ces exercices qui ne sont guère ailleurs que des amusements, le jeu de paume, la danse, les luttes du chant et des couplets improvisés. Ce qu'il y a de plus remarquable en cela c’est que ces gouts inspirés uniquement par la nature ont fait naitre presqu’au milieu des montagnes et des forêts des spectacles dont le dessein paroit conçu par des législateurs et dont l’ordre est surveillé par des espèces de magistratures. Tout en a été créé pour le plaisir, et tout en sert à l’ordre social.

  • 29  Le gant utilisé pouvait être en cuir ou en osier tressé (« Chistéra » de xistera, panier en langue (...)

65Ailleurs le jeu de paume consiste en une petite balle lancée et repoussée avec des raquettes dans des enceintes assez étroites et sous les yeux d’un petit nombre de témoins qui suivent rarement une partie jusqu’à ce que le vainqueur soit proclamé. Parmi les Basques et dans leurs jeux de paume, la balle est presque toujours grosse, pesante et dure : il faut la lancer ; la repousser, se la disputer à la main nue ou recouverte d’un gand29 : les enceintes où se livrent ces espéces de combats ne sont pas resserrées entre des murs qui se touchent et qui ont une toiture. Elles forment de tous les côtés un espace immense et en plein air : les défis, connus quelque fois plusieurs mois à l’avance, et devenus l’entretien de tous les cantons, deviennent aussi quelque fois un objet important pour l’orgueil des deux nations et pour la fortune de beaucoup de particuliers. Toutes les tribus envoient de nombreux spectateurs à ces joutes où les coups douteux sont jugés, en Espagne, par les alcaldes, en France, par les maire et échevins ou par des personnages considérés qui forment à l’instant même sur la place une espéce de jury ; et qui, des rameaux à la main délibèrent en secret et prononcent le jugement à haute voix au milieu de ces nombreuses assemblées où presque personne n’est désintéressé et où nul ne réclame et ne murmure contre les arrèts. Ni dans les gymnases de la Grèce, ni dans le champ de Mars à Rome tout ce que le corps humain peut acquérir de vigueur et de souplesse ne se déploia jamais avec plus d’éclat, jamais en se couvrant de poussière et de sueur la jeunesse la plus brillante ne se prépara mieux à devenir facilement héroïque. Nous rapporterons bientôt ce que faisait des ancétres des basques ce Sertorius qui transporta Rome sur les bords de l’Ebre et que Pompée fit assassiner, parce que, même à la tête des légions Romaines, il ne pouvait le vaincre.

  • 30  David : personnage de l’Ancien Testament, vainqueur du géant Goliath, Roi d’Israël, il fit install (...)
  • 31  Plutarque (v. 46/49 - 125), auteur grec originaire de Chéronnée, en Béotie.
  • 32  Chéronnée : Plutarque fut élu Archonte de sa ville natale et, à ce titre, il présidait les cérémon (...)
  • 33  Garat désigne ici les improvisations versifiées qui se sont maintenues aux siècles suivants sous l (...)

66Cet autre exercice qui n’auroit aucun rapport avec la force et ses mâles attributs si la légèreté n’étoit pas une manière de déploier la force et de s’en servir, la Danse qui, chez les peuples modernes n’exprime et n’inspire guére que les mouvemens et les gouts de le volupté, chez les basques, comme dans la plus haute antiquité, naguére encore, avoit tous les caractères, tantôt d’une solemnité religieuse ou politique, tantôt d’une marche guerrière, tantôt d’une pompe funébre. Des Magistrats nommés dans la langue du païs prêtres civils (aousso appessa), et dont la tête n’étoit couverte que de leurs cheveux blancs, menoient cette danse de tout un canton du temple à la place publique comme David30 marchoit en dansant devant l’arche, comme Plutarque31 déja plus que sexagénaire, l’olivier à la main, conduisoit à pas mesurés et cadencés les chœurs des jeunes vierges et des jeune garçons de Chéronné32 : les hommes seuls ouvroient leurs danses terribles au bruit du tambour et des fifres ; les femmes s’avançoient seules ensuite aux doux sons de la flute et du tambourin ; et les deux sexes réunis figuroient bientôt ensemble en mêlant leurs voix à leurs pas, en faisant retentir les airs de paroles improvisées33 qui peignoient le contraste et l’union de l’énergie de l’homme et des graces de la femme. Dans quelques cités et même dans quelques villages une fête étoit consacrée aux jeunes vierges ; et elle étoit célébrée aux premiers jours du Printems ; un mois après les jeunes adolescens avoient aussi leur fête ; et ces deux fêtes amenoient ensuite celle des jeunes époux.

67Avec quelle justesse et avec quelle grâce ces peuples si simples, si peu savans, ont saisi et associé les analogies les plus touchantes des périodes du cours de l’année et des périodes du cours de la vie humaine ! Quelle manière heureuse de transporter et de fondre dans l’ordre social et tous les charmes et toutes les forces de la nature ! De combien d’institutions puissantes ces fêtes pourroient être le germe et le modelle ! Combien surtout avec la puissance de l’Empereur, avec son génie, son nom et sa gloire, il seroit facile d’environner ces hommes si sensibles de spectacles qui feroient bientôt des loix de l’empire et de la personne de l’Empereur les objets des plus profondes passions et des plus exaltées !

68Entre toutes les manières de sentir et de penser communes aux basques Espagnols et François et qui les séparent de tous les peuples de la terre, il en est une plus singulière encore que les autres et qu’il entre dans les vues de ce mémoire de faire remarquer davantage ; il s’agit encore de noblesse ; il s’agit de cette institution qui n’a guère été totalement inconnue que dans des démocraties sans frein ; et dans des monarchies sans bornes, qui a deffendu plusieurs fois avec un égal bonheur et la liberté et la Puissance, en opposant à l’une et à l’autre des limites devant les quelles elles s’arrétent.

69Nous avons vu que l’Infansonnat ne pouvoit rompre l’égalité des hommes, ni même l’égalité des conditions puisque cette espéce de patriciat décoroit très souvent des maisons de laboureurs. Toute autre noblesse, celle surtout des suzerains et des vassaux surtout, ne leur a paru bonne qu’à faire des serfs, qu’à dégrader toute une nation par l’avilissement et les classes privilégiées par la vanité.

  • 34  Le brouillon du rapport (Mansucrit « Darricau ») présente la variante suivante : « tous les membre (...)

70Quelques basques, toutefois, mais en très petit nombre, en se distinguant dans les armes, dans les magistratures de la france et de l’espagne avoient mérité les titres de la noblesse féodale. La politesse de nos paysans, trop fiers pour n’être pas polis, honoroit convenablement ces Titres ; les coutumes du pays ne leur reconnoissoient aucune prérogative sociale. Un seul et même homme étoit considéré sous deux point de vue très différens. Comme Espagnol ou François, il était noble : comme basque, il n’étoit que Basque : et lui-même, il faut en convenir, ne croyoit pas dérroger : son orgueil étoit aussi flatté en rentrant dans cette égalité qu’en recevant des titres féodaux et gothiques. Cependant, et c’est ici la singularité que j’ai annoncée, ces mêmes basques si parfaitement égaux entr’eux, tous ensemble, dans leurs rapports avec la france et avec l’Espagne, se sont toujours prétendus, se sont toujours proclamés aussi nobles que les plus nobles François, aussi nobles que les plus nobles Espagnols : et toutes les tribus basques34, tous les individus des sept cantons, réclamoient les privilèges honorifiques et utiles comme les membres d’une même famille décorée comme les enfans d’un Baron ou d’un Comte.

71Quand on leur a demandé l’origine de cette noblesse, ils ont répondu qu’elle n’en a point ; qu’on ne l’a point vu commencer et qu’on ne la verra point finir. Quand on leur en a demandé les preuves et les titres, ils ont répondu : « nous sommes nobles mais nous ne sommes pas savans ; nous n’avons jamais rien écrit ; d’autres ont trouvé encore de l’illustration dans le soin de recueillir et dans le talent d’écrire ce que nous avons fait : vous nous voiés resserrés entre des rochers et des gorges de montagnes mais tous les siècles sont pleins de la gloire de nos ancêtres et nous ne l’avons pas abdiquée : l’antique Rome a été notre ennemie avant que nous ayons tant ajouté à ses vertus et à sa puissance : elle ne nous a point flattés. Lisez en les poètes, les orateurs, les historiens : ils vous diront ce que nous avons été contre Rome et pour elle. Vous trouverez quelques branches de nos arbres généalogiques, et quelques unes des lettres patentes de notre noblesse dans ces chefs d’œuvres d’éloquence, d’histoire et de poésie. »

72Je n’imite point ici ces historiens de l’antiquité qui prêtent à tous leurs héros des discours qu’aucun n’a jamais pu tenir. Je traduis presque mot à mot des discours tenus par des Basques qui ont enfin appris à écrire en latin, en François et en Espagnol.

  • 35  Chimène et Rodrigue : personnages du Cid , la pièce de théâtre de Pierre Corneille (1637).
  • 36  A une époque où l’explication de l’origine des langues et des peuples passe par le recours aux civ (...)
  • 37  Tyr : ancienne cité phénicienne, aujourd’hui Sûr au Liban.
  • 38  Sidon : ancienne cité phénicienne, aujourd’hui Saida, au Liban.
  • 39  Officier de fortune : l’expression –péjorative- désigne un officier sorti du rang. Cf. L’impôt du (...)

73La vanité blessée a pu faire semblant de rire de ces réponses faites très sérieusement et de ces discours qui ressemblent un peu a ceux des deux Peres de Chiméne et de Rodrigue35. Des monarques qui ont régné avec gloire sur l’Espagne et sur la France ont confronté ces réponses avec les témoignages des siécles ; et ils ont apposé leurs sceaux sur les sceaux du génie et des âges. Des lettres patentes des Rois de Castille, dans le seizième et dans le dixseptiéme siècles, ont reconnu une noblesse commencée36 il y a plus de quatre mille ans dans Tyr37 et dans Sidon38 : elles ont garanti à une noblesse de tribu toutes les prérogatives individuelles d’une noblesse de maison et de famille. En France, les Rois n’ont pas prononcé avec cette précision solennelle des loix ; mais les magistratures les plus hautes et les grades éminens du service militaire n’ont jamais été refusés aux basques françois quand ils les ont sollicités par leurs talens ; seul genre de sollicitations qui ait été à leurs usages. Un basque de soldat devenu colonel n'auroit jamais été appellé en France officier de fortune39 ; et cette sotte injure, il l’auroit acceptée comme un hommage parce qu’il auroit su que les favoris constans de la fortune sont ceux dont elle n’a pu faire ses victimes, sont ceux qui ont eu plus de talens et de vertus qu’elle n’a de caprices de puissance.

  • 40  Lusitaniens ou Lusitains : peuple qui occupait la partie ouest de la péninsule ibérique, le Portug (...)

74Que si je m’arrête si longtems sur cette prétention des basques à jouir en France et en Espagne des privilèges de cette même noblesse qu’ils ont toujours exclue de leurs propres cantons, on peut bien croire que ce n’est point par le désir de la voir ressusciter : les distinctions honorifiques établies par Napoléon dans l’ordre social de l’empire ont mieux détruit encore que les proclamations de la République cette noblesse féodale qui étoit ancienne plutôt qu’antique et vieille plutôt qu’ancienne. Au fonds cette noblesse des tribus, des familles et des individus basques n’étoit que la gloire de leurs ancêtres ; elle n’étoit que l’éclat réfléchi, accru ou conservé de siécle en siécle des noms des Phéniciens, des Luzitaniens40 et des Cantabres. Or chez les peuples, on le sait, la gloire des ancêtres par cela même qu’elle dégrade les descendans qui n’y ajoutent rien, est une obligation, et une garantie pour la succession non interrompue, pour la perpétuité des actions et des ouvrages où elle a pris son origine et ses progrès. En rappelant ce que les basques ont fait dans les temps les plus anciens et les plus modernes je puis indiquer à l’Empereur ce qu'ils peuvent faire encore et ce qu’ils feront s’il les réunit tous dans son empire et sous son trône.

Seconde Partie : Tableau historique de ce qu’a fait le Peuple Primitif de l’Espagne dans les diverses Révolutions de la Péninsule.

75Je vais donc ouvrir et parcourir très rapidement l’histoire du monde : les basques n’ont pas d’autres archives.

76Leur premier titre, non de gloire et de grandeur précisément, mais au moins, de noblesse Européenne c’est d’être un reste très bien conservé du peuple primitif de toutes les Espagnes ; de ce peuple premier occupant, qui fit retentir le premier des pas et des voix d’homme dans la vaste solitude de la péninsule non peuplée encore.

  • 41  « Zabal » selon l’orthographe basque moderne.
  • 42  Valencia, ville d’Espagne située sur la façade méditerranéenne.
  • 43  « Ziloa » selon l’orthographe basque moderne.

77Quelle histoire ou même quelle fable remonte à cette époque et en parle ? Aucune. Mais dans ce silence universel de la fable qui ment toujours et de l’histoire qui est si souvent fabuleuse, les montagnes, les mers, les rivières de la Péninsule, des cités et des tribus qui ne sont plus, premiéres en quelque sorte, la parole, à travers une foule de noms effacés les uns par les autres, elles nous montrent les noms qu’elles ont primitivement reçus et portés. Tous ces noms sont des mots basques ; des savans de toutes les nations en ont laborieusement cherché l’origine et la signification dans l’érudition la plus profonde ; mais elles ne pouvoient étre trouvées que par des ignorans qui ne les chercheroient pas. Tous ces noms sont des mots basques et notre langue les explique tous sans aucun effort comme sans aucun doute. Lorsqu’une montagne est distinguée par la largeur de ses flancs son nom primitif dans la péninsule a été le mot sabal41 ; et c’est le mot basque qui exprime l’idée de la largeur elle même. Lorsque les premiers habitans de Valence42 creusèrent des excavations profondes pour y recéler et pour y conserver probablement des grains et des fruits, ils les appelèrent siloa43 et siloa dans notre idiome veut dire trou profond, éxcavation. Ainsi des noms qui pour les autres langues ne signifient rien sont pour la notre des mots, qu’elle a choisis elle même pour en faire l’expression la plus fidèle des choses qu’ils dénomment. Je trouverois facilement dans ma mémoire cent exemples de la même évidence. Et qu’on le remarque ; je n’imite en rien les étymologistes qui font subir vingt métamorphoses à un mot pour le faire arriver à sa forme et à sa signification primitive. Je le prends, je le laisse tel qu’on me le donne : et au premier coup d’œil, comme au dernier, il me fait voir tout ce que j’ai besoin d’y découvrir. Nos mots n’ont besoin ni de dictionnaires ni d’interprétation ; ils se définissent eux mêmes ; ils sont nos interprètes. Ils ne nous menent pas trop loin, mais ils nous guident très bien : et dans cette question si importante de l’existence première et des droits du peuple dont ils sont la création ils font remonter avec sureté à travers les siécles au droit du premier occupant de toutes les Espagnes. Qui pourroit nier que ces noms primitifs au dela des quels il n’y a rien ont été et sont sur tout le globe, comme des inscriptions qui gravent et qui constatent la prise de possession, la prospérité du premier occupant ? Ceux qui les premiers ont imposé les noms et aux continens et aux iles en ont été les premiers maitres ; et, alors même qu’ils sont légalement dépossédés, il semble qu’ils ne soient jamais expropriés. Quand nos livres sacrés et un de nos poètes les plus philosophes, nomment Adam le grand nomenclateur, Adam est constitué presque propriétaire et du globe et de tous les êtres qu’il a nommés ! Religion et philosophie sur ce point tout doit être d’accord et tout l’est. Et en supposant qu’elle n’existat point cette loi de la prescription née de l’usurpation mais sanctionnée par la propriété, cette loi aussi sainte par ses résultats et par ses avantages pour le genre humain que peu honnorable pour l’homme par son origine et par sa nécessité ! Un aréopage de demi Dieux devant le quel on porteroit les titres des basques à la propriété de toutes les Espagnes les mettroient sur le champ en pleine possession et du domaine et de la souveraineté de la Péninsule.

  • 44  Cadix : ville portuaire située en Andalousie, sur la côte atlantique.
  • 45  Beroë : cité de Macédoine.
  • 46  Iruña est encore le nom qui désigne la ville en langue basque moderne.
  • 47  Sénèque (4 av JC - 65) : homme politique, philosophe et écrivain romain, né à Cordoue qui fut exil (...)

78On demande ce qu’étoient ces premiers occupans de l’Espagne, d’où ils venoient. Si on veut avoir vingt réponses différentes, toutes fort peu satisfaisantes et quinze ou seize au moins d’absurdes, il faut les chercher dans ceux qui ont disserté sur les origines du genre humain ; car c’est la surtout qu’on a cherché les origines du peuple primitif de l’Espagne. On alloit de ce qui étoit inconnu à ce qui étoit plus inconnu encore. Ce n’est point la route que suit la lumière ; ce n’étoit pas le moyen de sortir des ténébres. Ils ont pu espérer d’en sortir, ceux qui connoissant le vocabulaire de la langue des basques ont imaginé de le rapprocher des débris de plusieurs vocabulaires des langues les plus anciennes de l’asie mineure : un assez grand nombre de mots phéniciens et de mots basques sont identiques ou analogues. Est-ce par hazard que les mémes idées ont été attachées aux mêmes sons dans l’orient et dans l’occident à Tyr et à Cadix44, dans le temple de Beroë45 et dans les églises d’Iruna46, antique nom de Pampelune ? Je pourrois le croire si j’ignorois les antiques et fréquentes communications de l’orient et de l’occident par les routes si courtes et si faciles de la méditerranée : mais quand il est si bien établi que vingt colonies et vingt dialectes ont été portés et placés par les Phéniciens sur les deux bords opposés de cette mer et dans les iles qui s’élèvent du milieu de ses eaux : même avant que Sénéque47 me l’apprenne je suis porté à penser que c’est la langue des Phéniciens qui étoit également parlée il y a deux mille ans et dans les montagnes de la Corse et dans les montagnes des Pyrennées : et je ne puis plus me dispenser de conclure que le peuple primitif des Espagnes, ou les basques sont venus de la Phénicie comme leur langue. D’autres analogies fortifient celle-là : mais elle suffit pour résoudre la question.

79L’histoire, il est vrai, suppose l’Espagne déja peuplée lorsqu’elle parle pour la première fois du commerce des Phéniciens avec les Espagnols.

  • 48  Décius (200-251) : Garat fait peut-être allusion à cet empereur romain ((249-251) qui déclencha la (...)

80Mais en tout païs et en tout genre les premiers récits des historiens sont très postérieurs aux premiers événemens historiques. Les Phéniciens ne nous sont guère connus que par les Grecs venus longtemps après et par les hébreux qui les avoient exterminés en partie : beaucoup de peuples se sont plus occupés à cacher ce qu’ils avoient fait et ce qu’ils faisoient qu’à le publier. On connoit les voiles mystérieux dont se couvroit l’Egypte des Pharaons ; et la Phénicie n’étoit pas moins attentive à cacher les routes de son commerce et les sources de ses richesses. Sa jalousie à cet égard, étoit tour à tour infame et héroïque. Les vaisseaux phéniciens, des qu’ils pouvoient craindre d’être suivis et observés dans leurs échanges, tantôt fondoient sur les vaisseaux de leurs alliés pour les ensevelir dans les flots, tantôt s’y faisoient engloutir eux mêmes. Ces marchands avoient aussi leurs Décius48. Ils ont donc pu visiter, peupler, et dépouiller la Péninsule de ses inépuisables trésors plusieurs siècles avant que l’histoire célébrat ou révélat leurs navigations.

  • 49  Diodore de Sicile (90 av J.C - 20 av J.C) : historien grec originaire de la Sicile.

81J’observe ensuite qu’au premier instant où l’histoire montre les Phéniciens en Espagne on les voit reçus par les indigènes non comme des commerçants utiles et préférés, mais comme des amis et comme des frères. Entr’eux l’échange des biens ressemble à un échange de bienfaits ; le commerce ressemble à l’hospitalité qu’il a fait disparaître de la terre entière. Voilà ce qui, dans Diodore de Sicile49 même, qui n’est pas un grand peintre, donne à cette partie de l’histoire du commerce des Phéniciens l’air d’un morceau d’épopée plutôt que d’un morceau d’histoire.

82Les rapports de la consanguinité et ses affections expliqueroient ce merveilleux et le rendroient naturel.

83Il y auroit, il est vrai, une autre manière de l’expliquer plus simple encore peut être : c’est de supposer que les indigénes de l’Espagne appelés si souvent barbares par les Romains et par les Grecs étoient alors des peuplades aussi simples, aussi ignorantes que ces sauvages du nouveau monde qui, trois mille ans après, livroient si gratuitement aux Espagnols l’or et l’argent de leurs fleuves et de leurs mines.

84Mais si on écarte ce nom de barbares qui, sous la plume des historiens grecs ne signifie guère qu’étrangers et sous la plume des historiens romains qu’ennemis ; si on donne uniquement son attention aux portraits que ces mêmes historiens romains et grecs tracent des indigènes de l’antique Espagne ; ce dont on sera frappé c’est de tous les contrastes qu’ils présentent avec le peuple infortuné découvert par Colomb.

85Ces Espagnols primitifs tels qu’ils nous sont peints par leurs ennemis ne nous montrent, sans doute, aucun des grands progrès des arts et des sciences. Mais s’ils n’ont rien fait de tout ce qui sert à la gloire ou à l’ostentation, ils ont déja tout ce qui peut être sert le mieux au bonheur. Leurs arts qui sont très simples et qui ne sont pas du tout grossiers forcent autour d’eux la terre et les eaux à leur donner les alimens qu’ils préférent et les fruits qui flattent le plus leur gout ; ils ont l’abondance que donne la culture et ils ne négligent pas les dons gratuits de la nature. Dans leurs greniers, dans leurs siloa à côté des monceaux de froment s’élevoient des monceaux de glands doux, friandise encore aujourd’hui des sallons et des Dames de la Biscaye.

  • 50  Garat donne ici le nom par lequel les Basques se désignent eux-mêmes dans leur langue, littéraleme (...)
  • 51  Thémistocle (525 av J.C - 460 av J.C) : général et homme politique grec, vainqueur des Perses à Sa (...)
  • 52  Epaminondas (418 av JC – 362av JC) : général et homme politique grec, vainqueur des Spartiates à L (...)
  • 53  Cérès : divinité de la fertilité chez les Romains identifiée à Déméter, déesse de la terre cultivé (...)
  • 54  Dodone : cité grecque de l’Antiquité.

86Le nom même que nous nous donnons entre nous, seul nom qui soit le notre, le nom d’Escualdounac50 nous fait remonter à cette époque de civilisation où, dans la grèce, les ancêtres de Thémistocle51 et d’Epaminondas52 qui connoissoient déjà les dons de Céres53 se nourrissoient pourtant encore des glands de Dodone54. La terre prodiguoit le fer à leur courage et ils avoient su lui donner dans leurs forges des formes que les Romains imitèrent heureusement pour leurs conquêtes. L’Epée Espagnole a été l’effroi des légions avant qu’elles eussent appris à en faire une de leurs armes. Ils avoient su distinguer dans les végétaux les poisons les plus subtils et les remèdes les plus puissants ; et jamais on n’entendoit parler de poisons parmi eux que lorsqu’ils en prenoient dans des combats désespérés pour ne tomber aux mains de leurs ennemis que mourants d’une mort qu’ils s’étoient donnée eux-mêmes ; leurs empoisonnements même étoient héroïques.

  • 55  Rosset François (1570 - 1619) : poète français de la période dite « baroque », traducteur de la de (...)
  • 56  Delille Jacques (1738-1813) : poète français, auteur d’une célèbre traduction des Géorgiques (1770 (...)

87Sur cette terre de la Semtubalie (nom primitif de l’Espagne) plus élevée au dessus du niveau des mers que tout le reste de l’Europe, plus rapprochée du ciel, en quelque sorte, leurs regards souvent fixés sur le magnifique spectacle de l’armée céleste avoient observé et marqué avec précision les mouvements et les repos apparents des astres qu’il est si important à la terre de bien connoitre : les langues qu’on appelle si fastueusement savantes n’ont pas aussi heureusement que leur langue distingué et accordé les mois lunaires et les mois solaires. Aucun calendrier, pas même celui des Grecs, n’a fait des noms même des douze mois une description aussi exacte, et aussi poétique à la fois, de tous les phénomènes du ciel et de la terre qui varient de tant de manières le tableau mouvant de l’année. Ils ne sont vrais à la lettre que du calendrier des basques ces vers de Rosset55 qui semblent l'être de l’abbé Delisle56.

« Le ciel devient un livre où la terre étonnée,

lut en lettres de feu l’histoire de l’année. »

  • 57  Hipparque (IIe siècle av J.C) : astronome et mathématicien grec.
  • 58  Laplace Pierre-Simon (1749-1827) : astronome, mathématicien et physicien français.

88Ce n’est encore là que le berceau de l’astronomie, mais dans ce berceau, s’il n’avoit pas été si souvent couvert des ruines et des décombres de tant de peuples, auroient ouvert et auroient exercé leurs yeux à la lumière plus d’un Hipparque57 et plus d’un Laplace58.

89Ces peuples primitifs de l’Espagne paroissoient mieux organisés encore pour les beaux arts que pour les arts nécessaires et pour les sciences.

  • 59  Le Devin du village : cet opéra-comique créé en 1752 pour la première fois à Fontainebleau, en pré (...)

90On assure que ce nom de Cantabre que d’autres peuples leur donnèrent leur fut mérité dans l’origine par les chants perpétuels dont ils faisoient retentir les deux bords de l’Ebre. Et aujourd’hui encore ce fleuve qu’on diroit harmonieux retentit de tous côtés de chants d’amour ou de chants de guerre : aujourd’hui encore les basques chantent des airs qui ont peut-être une antiquité de trois mille ans et qui ont été copiés avec émotion par l’auteur du Devin du village59.

91Ce n’est pas seulement le chant qui est mélodieux chez ces peuples, c’est encore la parole : la parole mesurée par la quantité, et modulée par les accents, y est réellement comme un récitatif obligé qui va toujours être coupé et terminé par de grands airs.

  • 60  Habitants de la Cité grecque antique de Sparte, également appelée Lacédémone.

92Dans les guerres leur pas de charge étoit une danse, et rien ne seroit plus aisé que de les mener encore en dansant au plus fort d'une mêlée sanglante. On n'a eu jamais aucun besoin du tapage des tambours pour accélérer et précipiter leurs marches guerrières : mais, comme chez les Spartiates60, on a connu le besoin de les modérer et de les ralentir par les doux sons des flutes.

93Je ne diroi plus qu’un mot sur leurs dispositions aux beaux arts, sur leur aptitude à ces talens de l’imagination ou plutôt du cœur qui presque toujours chez les hommes prennent leur naissance et leur développement dans leur amour pour les femmes. Il n’y a rien heureusement de moins rare sur la terre que de voir les femmes aimées par les hommes. Mais pourtant l’amour des Espagnols pour les femmes est devenu célébre sur toute la terre. Cette passion universelle a eu chez eux dans tous les siécles ou des degrés ou des traits extrêmement distinctifs : et il faut le dire elle s’est distinguée moins encore par sa violence peu redoutée des femmes que par des caractères bien plus propres à les rendre heureuses. J'ai vu partout les femmes adorées par leurs amans et opprimées : nulle part, autant que chez les descendans du peuple primitif de l’Espagne, je n’ai vu les femmes chères à leurs maris et par eux honorées. La mère de famille n’y a pas un trône, mais elle y a une souveraineté.

  • 61  Lacédémone : autre nom de la cité grecque antique de Sparte.
  • 62  Lycurgue (IXe siècle av J.C) : législateur mythique de la cité grecque antique de Sparte.

94Non ; si les premiers Espagnols de la Péninsule, si les ancêtres des Cantabres et les Cantabres eux mêmes ont ressemblé à quelqu’autre peuple, ce ne peut être qu’à ces Grecs des temps héroïques et presque fabuleux si bien peints par le grand peintre, par Homère. Et chose vraie autant qu’elle est étonnante ou simple suivant les points de vue d’où on la considère, plus on s’enfonce dans les vallées et dans les gorges des Pyrennées, plus aujourd’hui encore cette ressemblance vous frappe en tout et partout : de là sont nés ces bruits qui ont tant circulé dans les siécles et qui pourtant n’ont pu s’accréditer ; de là cette supposition extraordinaire que le Législateur de Lacédémone61, que Licurgue62, dans les voyages qui le préparoient à donner des lois à sa patrie et tant d’étonnement au monde, descendit sur les cotes de l’océan Cantabrique à la tête d’une colonie qu’il y établit et qu’il y laissa après avoir créé pour elle non seulement ses lois et ses institutions mais sa langue même : on croiroit alors qu’un grand philosophe peut enfanter toute une langue comme un grand poëte un poëme épique : que tout un peuple peut l’apprendre par cœur comme on apprend quelques centaines de vers et la transmettre à ses descendans ainsi que l’éternel après avoir créé le monde l’a confié à la nature des choses et aux lois du mouvement.

95Ce sont là des fables, mais elles ne font tort ni aux peuples primitifs de l’Espagne, ni à Licurgue.

96Ce qui résulte de tout ce qui est prouvé et même de tout ce qui l’est si peu, c’est que les traits sous les quels ont été peints les Cantabres et leurs ancêtres soit par les poëtes soit par les historiens ne peuvent convenir qu’à une de ces colonies qui se transportant d’un Empire civilisé dans un désert, y portent les créations les plus nécessaires du Génie et de la Civilisation et y reprennent la simplicité et l’énergie de la nature, ses affections les plus tendres et ses passions les plus terribles. Les premiers Grecs reçurent précisément ces mêmes caractères des colonies phéniciennes dont l’établissement et l’influence chez eux ne sont pas contestés. Il faut en conclure que la première population de l’Espagne a été phénicienne comme la première civilisation de la grèce : et une autre conclusion tout aussi vraie, quoique moins immédiate et très générale c’est que si les espérances quelques fois conçues de l’amélioration des destinées humaines sur toute la terre ne sont pas totalement chimériques elles seront réalisées par les résultats très douteux et très lents de ces colonisations où la civilisation et la nature se corrigent l’une par l’autre.

  • 63  Colonies phéniciennes en Méditerranée : Chypre, Crète, Sicile, Malte notamment.
  • 64  Carthage (814 - 813 av J.C) : cité antique d’Afrique du Nord, fondée par les Phéniciens selon le p (...)

97Elles auroient pu se réaliser, je le crois, en grande partie dans la Péninsule de l’Espagne si ces colons de la Phénicie n’avoient eu des relations qu’avec leur Métropole ; mais la phénicie avoit un grand nombre d’autres colons sur toutes les côtes et dans toutes les iles63de la Méditerranée ; et les Carthaginois64 ceux de ses enfans devenus les plus célébres dans l’histoire avoient bientôt sinon perdu, au moins beaucoup altéré le génie de la métropole dans les déserts et dans les guerres de l’affrique.

  • 65  Alexandre le Grand (356 av JC - 323 av J.C) : Roi de Macédoine, vainqueur des Perses et fondateur (...)

98Les conquêtes ont plus d’une fois aggrandi le champ du commerce : et Alexandre65 en a donné un exemple dont les bienfaits durent encore. Mais un commerce fait les armes à la main est contre la nature des choses ; il est même contre la nature des conquêtes : et un Peuple qui commerce ainsi finit tôt ou tard par n’être ni conquérant, ni commerçant ; mais il est conquis.

99C’est ainsi que les Carthaginois faisoient le commerce.

100Ils ne tardèrent pas à se présenter sur les côtes si voisines d’eux de l’espagne, avec les insinuations du commerce et l’ardente ambition des conquêtes.

  • 66  Carthage : Carthage établit un empire économique en Méditerranée et s’opposa aux Grecs en Sicile e (...)

101A l’époque de leur première arrivée et même longtemps après il n’y avoit dans la Péninsule que trois peuples ; et ces trois peuples ne sont proprement qu’une seule famille. C’est une métropole entre deux de ses colonies ; c’est comme une mère entre deux enfants. Les trésors de l’asie, de l’affrique et de l’occident de l’Europe paroissoient être placés et partagés entre les mains de trois Peuples qui ont une seule et même origine pour être réunis plus facilement entre les mains de chacun des trois. Qui ne croiroit que les échanges si faciles de tant de biens vont rendre plus étroits entre eux les nœuds de la Paix et de l’amitié ? Les comptoirs se changent en forteresses, les places de commerce en places d’armes, les fleuves, les bords de l’océan et de la méditerranée sont couverts et traversés en tous sens par des navires qui se cherchent pour s’anéantir ; partout il y a des combats et nulle part de commerce, nulle part d'autres échanges que ceux des coups mortels qu’on se porte. C’est Carthage66 qui a allumé cette guerre parricide et si folle.

102Les indigènes ont prévu facilement que les vainqueurs, quels qu’ils soient, après tant de richesses et tant de sang perdus dans les combats, s’empareroient de la péninsule pour se payer des frais de la Guerre ; qu’ils se regarderoient comme les propriétaires et des champs de bataille où ils auront vaincu et des auxiliaires qui les auront servis dans leurs triomphes : ils en concluent que leur intéret est de prolonger la guerre parce qu’en se prolongeant elle peut détruire et elle doit épuiser et Phéniciens et Carthaginois. Ils se placent donc et se battent tour à tour sous les drapeaux et de Carthage et de Tyr ; ils sont toujours pour le vaincu et toujours contre le vainqueur : ce qui parait magnanime et ce qui n’est pourtant qu’une politique prévoyante aussi peu rare d’ailleurs dans les forêts que dans les cabinets.

  • 67  Igela : grenouille dans la langue basque moderne.

103Ce que je veux et ce que je dois remarquer dans cet écrit, c’est que dans ces guerres des Phéniciens et des Carthaginois, faites sur les deux élémens, les indigènes de l’Espagne ne se battent pas moins bien sur les eaux que les deux peuples qui ont été les créateurs de la Navigation. Dés cette Epoque les Espagnols primitifs prennent comme rang entre les premiers marins du globe. Ce rang leur est assigné et garanti par le nom qu’on leur donne alors et par le nom qu’on donne alors à l’Espagne toute entière. On nomme l’Espagne Igleta, c’est à dire, païs des eaux dans notre langue basque ; et les Espagnols iguelac67, c’est à dire habitans des eaux, grenouilles, loups de mer, marins et nageurs intrépides et audacieux.

104Les Carthaginois si près, en Espagne, de l’affrique et de toutes leurs forces, devoient triompher des Phéniciens, qui devoient traverser deux fois la méditerranée, dans toute sa longueur, pour faire venir des renforts de Tyr et de Sidon. Les Phéniciens vaincus allèrent donc renfermer leur commerce dans l’orient dont les aromates, les parfums, les perles et surtout les étoffes d’un tissu doux et éclatant, valoient bien les mines des Pyrennées et ne s’épuisoient pas de même : et les Carthaginois qui n’avoient guère que des ruines pour Trophées comprirent que des alliances seroient plus sures que la domination avec ces indigènes qui venoient de déployer tant de bravoure et de talens dans tous les genres de combats. Cette modération, d’abord forcée, leur devient si utile qu’ils la gardent assez longtems ou qu’ils en couvrent les violations avec assez d’adresse pour obtenir non la soumission de ces peuples mais leur dévouement : et elles ne tardèrent point à se présenter les occasions, ou les Carthaginois devoient apprendre de l’expérience combien les peuples qui se dévouent servent mieux que ceux qui se soumettent.

105Tandis que Carthage se croyoit déja la plus puissante des nations parce qu’elle en étoit la plus opulente, tandis qu’elle croyoit marcher à l’empire du monde par les routes et par les progrès de son commerce, Rome pauvre encore après cinq siècles de Triomphes, honoroit sa pauvreté comme une source inépuisable d’hommes, de vertus et de victoires ; fecunda vivorum. Déja depuis longtems Carthage avoit établi dans la Sicile ses comptoirs qu’elle protegeoit par ses flottes. Rome arrivée de victoire en victoire aux extrémités de l’Italie voyant la Sicile, qui en est si près, pensa qu’elle en avoit été détachée par quelque secousse des volcans et qu’elle appartenoit toujours à l’Italie et à ses vainqueurs. Ce raisonnement de soldat fondé sur une très bonne théorie du globe physique alluma la guerre non pas entre la Sicile et l’Italie mais entre Rome et Carthage : la Sicile d’abord et bientôt l’univers doivent être le prix du vainqueur.

  • 68  Florus (1er siècle) : Historien latin.

106Dans la première des trois guerres puniques, dit Florus68, la guerre commença, dans la seconde on la fit, dans la troisième on la termina.

107Ces abrégés de l’histoire en sont la mort : cette manière de l’écrire amuse les esprits et les rend puérils ; il faut chercher d’autres instructions dans ces expériences des siécles.

108Ces trois grandes luttes entre une nation qui achetoit ses soldats partout et une nation elle même de soldats ; entre une nation qui avoit toujours fait la guerre de terre et de mer, et une nation qui n’avoit jamais fait que la guerre de terre ; ces trois luttes sont terminées par des résultats devenus l’éternelle leçon et de ceux qui régnent sur les monarchies et de ceux qui gouvernent les républiques.

  • 69  Latium : région historique de l’Italie centrale dont Rome devint la Cité principale au cours du 1e (...)
  • 70  Sénat : nom de la principale assemblée de la vie politique romaine dans l’Antiquité.
  • 71  Consul : magistrat romain élu pour un an, détenteur du pouvoir suprême en compagnie d’un collègue (...)
  • 72  Escadre : force militaire navale.
  • 73  Légion : unité fondamentale de l’armée romaine.

109Dès la première guerre punique, Rome si novice dans la marine ne s’y montre pas très ignorante. Les forêts du Latium69 et de la Sicile ne se métamorphosent pas, sans doute, en vaisseaux à la voix du Sénat70 ou des Consuls71. Mais la hache de leurs charpentiers donne rapidement à tous les bois de construction toutes les formes des navires de Carthage ; mais presqu’aussitôt que Rome a des vaisseaux, elle a des pilotes : et presqu’aussitôt qu’elle a des escadres72, ses escadres victorieuses transportent les légions73 aux portes de Carthage.

110En général l’art même le plus difficile ne se traine lentement à sa perfection que chez ses premiers inventeurs : dès qu’il a fait chez un seul peuple tous les progrès qu’il peut faire, il est bientôt appris tout entier par tous les Peuples ; tous peuvent bientôt posséder et ses principes élémentaires et ses hauteurs les plus transcendantes.

111Les créations sont lentes parce que ceux qui créent ne savent où ils doivent diriger leurs observations et leurs essais, les imitations, quelque fois plus parfaites que les créations elles mêmes sont rapides, parce que l’œil, l’esprit, la main tout est guidé par les modèles.

112Un peuple qui a du génie et qui n’a pas le temps d’apprendre un art trouve quelquefois rapidement des moyens de s’en passer.

  • 74  Régulus : homme politique et général romain. Fait prisonnier par les Carthaginois en 255 av J.C, c (...)
  • 75  Xanthippos : général spartiate au service de Carthage, vainqueur de Régulus.
  • 76  Numides : peuple d’Afrique du nord dont certains rois comme Masinissa ou Jugurtha opposèrent une f (...)
  • 77  Les cités et les peuples de la Péninsule ibérique étaient pour la plupart les alliés des Carthagin (...)

113Rome qui, au premier instant de la première guerre punique, connoissoit si bien les manœuvres de terre et si peu les manœuvres de mer crée des machines qui lancées des vaisseaux Romains sur les vaisseaux Carthaginois qu’elles accrochent, rendent les flottes immobiles sur les flots agités et convertissent presque les combats de mer en combats de terre. Par là elle se remèt dans sa force et elle remèt Carthage dans sa faiblesse. Rome enfin dès cette première lutte triomphe plusieurs fois sur l’élément même de Carthage ; de son côté il est vrai, Carthage détruit plusieurs fois les légions Romaines sur terre : elle s’enorgueillit surtout de cette victoire remportée sur Régulus74 et que la magnanimité patriotique du consul vaincu et prisonnier a tant fait servir au talent des orateurs et des poëtes. Mais Rome fait tout par elle même : charpentiers, pilotes, soldats, tout est Romain. Carthage pour triompher de Régulus a tout emprunté : son général Xantippe75 à Sparte ; sa cavalerie aux Numides76 ; et la plus grande force de son armée, son infanterie aux Espagnols77.

114Je ne sors, comme on voit, ni de l’Espagne, ni de mon sujet : la seconde guerre punique va m’y ramener encore mieux.

  • 78  Tite-Live (64 ou 59 av J.C - 10) : historien latin.
  • 79  Hannon : nom de famille de plusieurs généraux carthaginois. Le plus connu est Hannon le Grand (III (...)
  • 80  Tacite (55 av JC - 120) : historien latin.
  • 81  Salluste (86 av JC - 35 av J.C) : historien latin.

115On ne voit presque plus Carthage dans cette Seconde guerre punique : on ne voit qu’une seule de ses familles, celle des Barcas, et dans cette famille on ne voit guerre qu’un seul homme : Annibal. Je ne juge pas le caractère d’Annibal par le portrait qu’en trace Tite Live78 : autant vaudrait le juger sur les actes d’accusation des Hannon79, de père en fils ennemis des Barcas. Tite live d’ailleurs toujours écrivain élégant et riche ne dessine pas une figure comme Tacite80 ni même comme Saluste81. Il est trop patriotique dans ses admirations et dans ses haines qui sont toujours celles de Rome. Où Tite Live est admirable c’est dans les grands tableaux des grands événements : et c’est dans ces tableaux que je cherche l’idée qu’on doit avoir d’Annibal.

116Tout ce qu’on nous dit de l’éducation d’Annibal nous feroit croire qu’il ne reçut que celle des camps ; quand on le voit agir, quand on l’entend parler au milieu des nations, dont, quelque part qu’il soit, son quartier général est toujours comme environné, on est porté à penser qu’il a été instruit à régir les peuples autant qu’à commander les armées, et que les richesses de Barcas ont tenu près de lui sous les tentes mêmes et sous les drapeaux quelques uns de ces philosophes de la Gréce et de l’orient qu’on appelait si souvent auprès du berceau des Princes héréditaires. Toujours grand et jamais enthousiaste, ce qui est utile il le préfére toujours à ce qui n’est que beau, mais ce qui est beau est souvent pour lui ce qu’il y a de plus utile. Né dans une ville de commerce, l’or est pour Annibal comme le fer, uniquement un instrument de victoires et de conquêtes. Sa cruauté dont on a tant parlé n’est jamais que celle de la guerre ; et plus d’une fois il rétablit ou il assure la discipline par le relachement même de ses loix. Les murmures les plus séditieux qui aient retenti autour de lui il les fit taire non par des supplices, mais par des congés. Aucun général de l’antiquité ne paroit avoir distingué avec plus de précision ce qu’il faut commander, ce qu’il faut acheter, ce qu’il faut inspirer. Il connoissoit assez les hommes pour savoir que les étonner c’est presque les soumettre ; et lorsque personne au monde ne pouvoit s’y attendre, tout à coup il transporte les champs de bataille loin des mers ou les Carthaginois passoient encore pour être invincibles, sur les continens où Rome comptoit presqu’autant de victoires que de batailles. Les historiens donnent pour origine à ses desseins un serment fait à son Père sur les autels des leurs Dieux et à l’âge de neuf ans. Mais c’est là une scène de drame ou d’Epopée. Ses desseins prirent naissance dans son génie vaste et précis, dans son caractère audacieux et mesuré, dans sa haine pour les Romains, dans une de ces haines qui n’ont ni fureur ni repos, qui paraissent des conceptions profondes plutôt que des passions, qui peuvent ébranler la terre et en changer la face sans troubler un instant l’âme qu’elles remplissent et qu’elles agrandissent. Voilà d’où sortirent ses vues, ses desseins.

  • 82  Sagunto : cité ibère de l’Antiquité, alliée de Rome ; elle fut assiégée et détruite par les Cartha (...)

117Ce qui le détermina à en tenter l’exécution qui devoit paroitre impossible, ce fut sa confiance dans les peuples de l’Espagne dont il alloit se servir ; dans ces peuples qu’il devoit si bien connoitre ; avec les quels durant quatorze ans il avoit fait la guerre pour eux ou contre eux. Les flammes mêmes de cet immense bucher de Sagunte82 que lui-meme pour ainsi dire avait allumées et dans les quelles la population de toute une ville se précipita sous ses yeux pour ne pas obéir à ses loix , lui avoient appris ce qu’il feroit avec de tels hommes.

  • 83  Lors de son expédition contre Rome, Hannibal choisit d’entrer en Italie par les Alpes, la voie d’a (...)

118Avant de faire un pas hors de l’Espagne Annibal avoit approfondi toutes les difficultés et toutes les ressources qu’il trouveroit des Pyrennées aux Alpes83, du pied des Alpes à leurs sommets, de leurs sommets aux extrémités de l’Italie.

  • 84  Silius Italicus (25 -101) : poète latin auteur d’une œuvre consacrée aux Guerres puniques.

119Lorsqu’Annibal met son armée en marche et le dénombrement et la marche commencent par ces tribus espagnoles si bien peintes dans Silius Italicus84 par ces Cantabres qces qur den par tère emitniée par de mniée par pasfmps ;iil traisoiene la vle non seulemens daglo fairns maisinenbjement isine: cm ses>Lorsqu; elen étoisinen combmps ;imensappaisoiene la têrs contreainscsts, de leuy mEspa pas autotrce que l’âsemblhnnoissode leurseje veux es dt hassode leu ébmps ;icloufixés snt dera vois par des vainqueynsce ils faisoient retentir lds a,vle nnt der bois dofaburmie, maiu de chants rs triomplie.

  • 75Te desium ivmanière de len Italue du Nenu près daes queme, Hannibre rempa de la premiède bataille de a (...)
  • 76Tresi ium ivmanière de len Italue du Neon quétomet s: nt là ute victoiur de, Hannibs pour les Roma l a (...)
  • (...)

80Canarlennantmpa rum

  • 78Catnd on lAnnic (234 59 av J.C 49323 av J.C): homme politiqal romire, jouaoit un grarôuille dans te e (...)

78xse prscution qrr deviere toujouis la mêms dans tos, seisau co,lit et qu’nl le pre seroit pas on tout êtge da émfre. ui effes et dans tout ce qu’il peis remarquet de l’énergie les Carthaginoi, dans la troisière guerre puniqu: on ne voit une de ces acteeles dspsavoirimenrsoiest adarlet assst souveie et qutge souvest jamarnic ;ans cetla troisière guerui n’est pour les Roma re que laisille dochesscation dns una dominatiocconqalie par les deua premiplie.

  • 8284
    • 80 thag(Tajo):les fleant de la Péninsule ibériqur qui grasaune sourn, en Esparts et trave et Pnspuge a (...)
    • 81De so (Dt go101)es fleant de la Péninsule ibériqur qui grasaune sourn, en Esparts et trave et Pnsp a (...)
    • 72 boitr( booJ.C)es fleant de la Péninsule ibériqur qui grasaune sourn, en Esparts s que ruii, dans M a (...)
    • 83Arrtonium : régiue du NeEsient de la péninsule ibéritin.
    • 84Bigo terre : régiue Sud-Ouesient de Frmercet dans lPyrn géeslie centrques.

    758289 jupresquux à ls vallses digo tedre86le c’est dant dcn peien tégée renfsurée pns cetsispagne par les Pyrennées ne par l’océds da an Cantae,pit une petrfaites tribit détvendeon sssarrle avrens duraes des siéc, de ces armée romasion qrr conoissoieie us sétodeviere vant savblfabins.

    • (...)
    • 76Srécnd on lAfricriva(2 - 35 a v J.18 813 av J.C) : homme politique et général romion qrrpsecoapar l a (...)

    96

    • (...)
    • 78Serhistlorus- 323 a v J. 72813 av J.C)et général romtir  dsavde la riodntde cux Guerrla cieainille e (...)

    68 ut demiurs Dque ; et fugrimitusion de cdie a chinofondrs Di,tusion de ces hosale doueC:eloit fase présté à l guerre graillel peiajeubtennt e’aassrene ceempires. spar les deus harohemen, mais miour les Roma la mêes et miour coues Consgne, t lne, t lut êtni set srument ds vainqueurt. spar les deset srumentsfut ut ancles.

    • (...)
    • 100PharsalrolePomEpopa; et Pe palus n quaiérluouvrens vaince 48323 av et pCs dt ale au cours de ruibe e n79">(...)
    • 71 s dt a(100 59 av J.C44813 av J.C) : homme politi, et général rom, : historien latin.

    69, du peupes ex du Sé n crée dmarqs celles et laa farépubli,qrdurn fait PomEpopaunetde partiieurs for ; avec es quellnt il allrcet daPharsalrdren n7r">109s dedrcher s dt dre79.

    99

    10a>de .

  • 83Ptoélminnat : nom de dynaspartiieust sorRoma l tédontorieux qui rposèren, egyptêd 32 813 av é 3e e (...)

8387.

  • 84Lucriva(Marainc’aeu cLucn urme39-65101) : poète latin.

8489.

  • 76Mfecunto : cité antiqnt de la Péninsule ibériqnt oCs dt are rempa à ute victoice militatin.

9673Lorsqué ls quiicoapar le tempeerle asserquet t. spon côs de ces armle doPomEpopaspavnt avoit toujouit et qu’n n’avoit jamome´s>Lorsqume enfas dt aon qla mté à la têdefà ses légi,tes les plfx ports et lelribit voufie isi nenloassère de len Ita,tdntre RomoePomEpopna> et de lOorie’oÙurempodeviere ouiaiteu mouvemrmesait la guerre poteceront compueres troimilre>AvsssePomEpopae, en Espaol; es dt auiicoapdie savoir amillpinsatins il avoa> et de ln Esparts de ces Espagnage ; maà sanspopars àmenla g ; nl laauiicoeent pasvine pas de ceux qui fes lhnnotiienil de l’rim que lue mêms ; lil a faiétoî êtnittpidement à tode ceux qltvendntojt ds fois unspo par sus proprit paillede .

99Avant en ppars ns vaières dt aCe qui d Grrconn sseaupa pas feroiccruins encode l’lé ds ss citccapr bien d Grrcurtao deeautens.

737073.

84

  • 83Té ibè(42 59 av J.C37J.C)emaeqaqueal romion qitccadRars Augallu (14J.C37Jtin.

83.

7678

71 xdafixultamrmesntji nnsvs desadarls, par les prabres qe douiicoonnéleslberccesrèlu t lls dhu rn: citeurohemear citur sque lnt queres Espagn.lAdni bcnt e mani,eTrajLorsquéslle dose

84

  • 71Suèvesoledu peupgétanantiqes qpt gése tes dal qu’empial romie 406 es>LtiieuGs gra cInsaségi,rre q e (...)
  • (...)
  • 83Gaecodfaeroc lui fe refianssea«n>Cagotsol»,a«n>agothsol»eon «n>agotesol»,a’uc: hAul fcite doue listgerla e (...)

79, lV graciban>109 eteuGothaoit saois -etes ouiaitst m,tvere des Pyrennnge daut presqunau epour les triblaa ennng, surujoureuniveo supuisenCr les tribal aen ptouit: foes à leea maniqnt de féli: citet génémée ar lEempreCs cettali: citeesasnn sds cinnge dale ls nt seroleaiujoujeexles m ; et leufnquêion qen éencere toujouiaites mê/ac'’eas si dire toujoure des granExercisai,tal aen pus t signé rujoumusiécqns tsqu leviginqueesté e leu’mqns tsqu leirtre , laccrors/a>, lus préccyaspu sn suponcere toujou; avux quelpdonhentesseafupa dfoinfluorcisqds d’uca ciispulatilotaieux. Lbarbarevet,i se chercheon des hommflfficsars ns vai/a> eteut guerrflfficsars de faiudtarerais ode ceerfaoit se refsevilu rs ot travvon is ode s tode les tribid es Cantabrns où te victoias feroberccouplcou citetut aprens is unspci. A toujle de, qui enconoribal sntes dalr lcanton lbasuelquf"pacos pnt des uuvevevivenfaes qompostèrenteour trè leetrfadénomant Gothaoon qrr iuirencees dacr lcanton lyrluouvrennemie ne sinrencees daon lbaassouvem es dit ncibna> eteuns vainan>87.

  • 76Astustoiolers légtes mEspausetue du n-ouesient de la Péninsule ibéritin.

78

  • (...)

80LorntreaiesrCarthagin euouvrefudraitujoul rétassouvemrmh, en Espa/a> les Espagnoan apcisenleteude , llaqfaisoencereje rur/a>.

83.

.

  • 71Boutier Pi guer(1698-1758101)s iroltme,qhydrous pheoet mathématctorf"paco. ntin.

74.

.

71 a dedanton lbasuel /acr ll grr leuBendua c/acr ldx evs relbs pe prerl ceux qul vuvreeo doroi>Avant goudmatire et qui n, dore do bcns plun graonté atignesannleeill utent litignes encore gra’lequee antmvnderaeu nsavvoy....

76 de

  • (...)

109

  • 71Papheeolebeorau eteudoté stin.

Avant foràitlaladnsanat c’euet guossimiocrux qfran aire et qt annsulnrs emquemece lcet ldel: es CantaeueSequluousieuilgouveaqqapennns dayanxpadarol; saitbalissabremiege les plre guluenmqeo donnet lan>79.

71.

Aveeit ccoreelho pli ll crivgsus qs lho pliatnt latpeuEe st dadr toaas ausit ccoreelho plss homebi bisquilresqinse ls des homneagt gartet qltiiouveus ficieicujouulssennnl qutlimmortalisulei avouxenM, macr lisieàe ee lanrmort,est prer lsu ausmortmnteols gn aves esdopulnanat c’eRs ausiou pielaborsquà dicuégnactoqe, de ee lanrf"pacos ei sment prer lsu ausn Grs esruia deF"pacos porsquà dicuégnactoqeudopulnaetenuaGn aeuEe ntobassimouvees encanct c’eiou pielaborelho pln natri stjamatroAucst assbo dicuégnactoqe, ootre se lanol: otaiyraoariho cipns plusieufs prr lcade minrf"pacos e. JebcrRici fortoresqu qeslui nilariho epns plusieufs pes enc/aa>.

.

.

.

109

109.

.

Analystdntdsillpopann t="teuHntuigral es D.-J. G="pv..) h2te" dir="lll" iheding15nude Psemie plnctbretr relccturu rn t="teuHntuigral..)

Domaeari-Joseph G="pv laem>(1749-1833)dn>