Navigation – Plan du site
Articles - Idazlanak

Manuscrits relatifs aux fables de La Fontaine et de Florian traduites et adaptées du français au basque labourdin par Martin Goyhetche (1791-1859)

Aurélie Arcocha-Scarcia
p. 25-83

Texte intégral

  • 1  Je remercie D. Albizu, R Andiazabal, R Arkotxa, R Charritton, M. et Mme Clerc, K.J. Garay, B. Oyha (...)

1Les prémisses de cette étude1 remontent au 20 octobre 2000 à Paris, au moment où je découvre sur place que les n° 162 et n° 163 du Fonds Celtique & Basque (FCB) du Département des manuscrits de la Bibliothèque nationale recèlent des documents très intéressants et cependant inexploités : les divers brouillons préparatoires des Fables de La Fontaine sélectionnées, traduites, adaptées en basque labourdin, puis disposées en six chapitres par Martin Goyhetche en vue d'une publication qui eut lieu en 1852, ainsi qu'un septième chapitre complémentaire dont l'existence était inconnue ; s'y ajoute un deuxième corpus signalé comme « manquant » par Pierre Lafitte dès 1941 : le manuscrit préparatoire de la traduction-adaptation en basque labourdin des Fables de Florian auquel sont adjoints également divers brouillons antérieurs. Ces deux corpus viennent d'être complétés récemment par la découverte de Cantiques de Martin Goyhetche au sein d'un troisième corpus (FCB n° 156). L'ensemble des manuscrits a dû être préservé de la dispersion et de la destruction grâce à la diligence d'Antoine d'Abbadie d'Arrast avec qui Martin Goyhetche était en relation.

  • 2  M. Goyhetche soumet parfois le texte à des variations importantes. Tout est fonction de la teneur (...)

2Je présenterai ultérieurement le FCB n° 162 et n° 163 de la Bibliothèque nationale en réservant une attention particulière au corpus des Fables de Florian adaptées en basque. Diverses informations figurant en annexes (Appendix I, II, III, IV, V), telles qu'une brève présentation de Florian, la transcription de 10 fables en basque avec le texte d'origine en regard, la liste complète (par chapitres et par ordre alphabétique) des Fables de Florian adaptées par Martin Goyhetche ainsi que celle regroupant les titres des Fables de La Fontaine du chapitre vii, non publié en 1852 offriront au lecteur un avant-goût de l'ampleur du travail de traduction et d'adaptation2mené par Martin Goyhetche.

3Les lignes suivantes permettront d'esquisser une première approche bio-bibliographique qui devra être complétée par des recherches ultérieures.

Martin Goyhetche : parcours bio-bibliographique revisité.

  • 3  L'entrée du dictionnaire bibliographique concernant notre auteur est « Goyhetche Léonce », on y tr (...)
  • 4  A. Arkotxa : « Florianen fableac Goyhetche apheçac franxesetic escoarara pherxutan itçuliac », Ike (...)
  • 5  Il est clair que L. Goyhetche et M. Goyhetche sont deux personnages distincts puique la réédition (...)
  • 6  Cf. J. Bilbao Eusko Bibliographia 1974 : 99, cf. également Enciclopedia General del Pais Vasco, Li (...)

4Aussi surprenant que cela paraisse, Martin Goyhetche n'a occupé que très peu d'espace dans les histoires de la littérature basque du xxe siècle. J'ai moi-même été victime du flou qui entoure sa fiche signalétique puisque, me fiant à la Bibliographie de Jon Bilbao3 souvent reprise, ainsi qu'aux informations données par la Enciclopedia General del País Vasco, Literatura I, j'ai établi une confusion, dans un article précédent4, entre Léonce Goyhetche, l'auteur de Saint-Jean-de-Luz Historique... (1856, 1883)5 et Martin Goyhetche attribuant ainsi la paternité des Fables au premier alors qu'elles étaient de la main du second. Les informations données par Jon Bilbao à la rubrique « Goyhetche Léonce » (Bilbao 1974 : 99)6 doivent donc être entièrement revues, de même que les diverses informations bibliographiques se rapportant à « Goyhetche Jean-Léonce » dans la « Liste de notices » du Catalogue Informatique de la Bibliothèque Municipale de Bayonne.

  • 7  Lorsque Martin Goyhetche appose sa signature autographe sur l'ouvrage de 1852, sur le registre par (...)
  • 8  La naissance de M. Goyhetche est en réalité répertoriée sur deux registres que j'ai appelés, « Reg (...)
  • 9  Les données suivantes figurant aux archives de l'Evêché de Bayonne m'ont été facilitées par P. And (...)
  • 10  Les premières joutes poétiques, apparaissent dès 1851 (Urkizu 1997 : 14) dans le cadre des « Eliça (...)
  • 11  Registre de l'État Civil de la Commune d'Urrugne, année 1859, n°33, à « Goyhetche Martin ». On peu (...)

5Fils du docteur Jean Goyhetche et de Marie Brat, né le 8 septembre 1791 dans la propriété Haristeguia sise sur les hauteurs d'Urrugne, Martin Goyhetche7 fut baptisé dans la paroisse le lendemain ainsi que j'ai pu le vérifier en consultant les archives paroissiales et les registres d'État Civil de la Mairie d'Urrugne8. Ordonné prêtre le 20 décembre 1817, il est vicaire à Urrugne à partir du 1er janvier 1818 puis ‘desservant’ (curé) du 1er mars 1831 au 19 juillet 1836. On le retrouve ensuite desservant à Aincille du 19 juillet au 15 décembre 1836, date à laquelle il démissionne à l'âge de 45 ans pour une raison inconnue9. Il prit part aux Jeux Floraux de 185310 organisés par Antoine d'Abbadie d'Arrast, en tant que membre du jury à Urrugne. On sait, par ailleurs, qu'il dut laisser cette charge le 27 octobre 1855 pour raisons de santé (Urkizu 1997 : 19). Depuis son retour d'Aincille en 1836, il résida à Urrugne où il mourut le 12 juin 1859 dans la maison Puchant Baita, proche du fronton11.

Les Cantiques de Martin Goyhetche :

  • 12  Traduction de J. Vinson (Vinson 1891 : 287). Les traductions dont l'auteur n'est pas indiqué m'inc (...)
  • 13  Traduction de J. Vinson (Vinson 1891 : 287).

6Martin Goyhetche, dit encore « l'abbé Goyhetche », est l'auteur selon Julien Vinson d'un petit in - 8 de 64 pages intitulé Mayatza edo Mariaren ilhabetea egun gucietaco cantikekin – [Mai, ou le mois de Marie, avec des cantiques pour tous les jours]12 (1856) qui se trouve à la Bibliothèque Municipale de Bayonne. La note ajoutée par Vinson dans Essai d'une Bibliographie de la langue basque, « Par M. l'abbé Goyhetche d'Urrugne. Je ne sais si cet article est une refonte des précédents. », (Vinson 1891 : 287), semble indiquer qu'il n'a tenu ni le livre de 1856 entre ses mains ni les ‘précédents’. Les autres ouvrages auquel se réfère Vinson ont un titre identique, Andredena Mariaren ilhabetea, edo Maihatza, Jaincoaren amaren loriacotz contsecratua... [Le mois de Madame Ste Marie, ou Mai consacré pour la gloire de la mère de Dieu]13, parus en 1838, 1842 et 1855. Après examen de Mayatza... ainsi que des trois autres ouvrages cités qui se trouvent tous à la Bibliothèque Municipale de Bayonne, un certain nombre de réponses peuvent être apportées à la question sous-jacente de Vinson :

7Mayatza... de 1856 n'est pas une ‘refonte’ de l'ouvrage de 1838. Ce petit livre, uniquement constitué de cantiques basques, a de plus été publié sans nom d'auteur, ce qui prouve bien que Vinson ne l'avait pas vu ;

8Les éditions de 1842 et de 1855, toutes intitulées Andredena Mariaren ilhabetea, edo Maihatza, Jaincoaren amaren loriacotz contsecratua..., sont des rééditions du livre de 1838 ;

9Le in-12 de 1842 est une réédition à l'identique, hormis le format, du in-8 de 1838, alors que le texte du in-8 de 1855 a été remanié au niveau de l'orthographe et de la disposition de certains chapitres. Je suppose que c'est la raison pour laquelle ce dernier ouvrage porte la mention « Bigarren edicionea » [Deuxième édition].

  • 14  Le FCB n°156 comprend plusieurs écrits dont également une partie des écrits philosophiques du rége (...)

10L'ouvrage imprimé de 1856, Mayatza edo Andredena Mariaren ilhabetea egun gucietaco cantikekin posait cependant un certain nombre de problèmes pour lesquels je n'avais pas de réponse claire. On l'a vu, Vinson n'avait pas dû consulter l'ouvrage mais le sachant par ailleurs peu suspect de fantaisie, il était raisonnable de supposer qu'il avait obtenu le nom de l'auteur (il écrit explicitement : « Par M. l'abbé Goyhetche d'Urrugne ») par d'autres voies, orales probablement. J'ai trouvé la solution en examinant le FCB n° 15614 dont une partie est regroupée sous le titre de Cantiques. Il suffit de comparer ce manuscrit préparatoire avec le FCB n° 162 et n° 163 pour se rendre immédiatement compte que la graphie est identique : les Cantiques, qui comprennent également le brouillon de Mayatza publié en 1856, sont bien de la main de Martin Goyhetche. On peut constater qu'il y a eu inversion au niveau du titre et que le début de celui figurant sur le manuscrit préparatoire ressemblait à s'y méprendre au livre de 1838 : AndredenaMariaren Ilhabetea, edo Mayatza, egun gucietaco cantikekiñ. Néanmoins, les variations orthographiques voire stylistiques entre l'ouvrage de 1838 et celui de 1856 sont telles que l'on ne peut, en l'état actuel de la question, apporter une réponse plausible au sujet de l'auteur qui se cache sous le titre paru en 1838 : Andredena Mariaren ilhabetea, edo Maihatza... [Le mois de Madame Ste Marie, ou Mai...].

Doc. 1 : FCB n° 152 (BNF) : avant texte de Mayatza... [Mai...], publié en 1856.

11Il suffit de comparer la graphie et la disposition du texte avec celui des Fables en basque de Florian (cf. Doc. 2), pour comprendre que l'auteur de Mayatza... n'est autre que Martin Goyhetche.

Martin Goyhetche, auteur-adaptateur en basque labourdin des Fables de La Fontaine et de Florian :

  • 15  Fableac edo aleguiac Lafontenetaric berechiz hartuac, eta Goyhetche apheçac franxesetic escoara- r (...)

12Le nom de « l'abbé Goyhetche » était jusqu'ici surtout associé à La Fontaine dont il fit publier un choix de 150 fables traduites en basque labourdin chez Foré & Lasserre à Bayonne (1852)15. Les vers laudatifs que lui dédia en 1853 Jean-Martin Hiribarren viennent contrebalancer une audience populaire restée semble-t-il mince :

« Jende hoberena da hango populua/Lumako ere badu seme bat hautua ;/Goietxen alegiek buru seinalatzen,/Damurik ez direla perla hoik prezatzen !/Eskalduna ez balitz den bezen gibela,/Hetan den gatza luke bilduren bertzela. » - [Les gens y sont de la meilleure trempe/Il [le village] a egalement un fils dote d'une belle plume ;/Les fables de Goietxe signalent qui il est,/Dommage que de telles perles soient tenues en pietre estime/Si le Basque n'etait pas aussi attarde/Il en recueillerait tout le sel. » ] (Hiribarren 1853 [1997] : 19)

13En saluant le fabuliste en Goyhetche, Jean-Martin Hiribarren met également en exergue l'effort fourni pour conférer un autre statut à la littérature d'expression basque. En somme, si les fables ne sont pas estimées à leur juste valeur par les récepteurs éventuels, c'est que ceux-ci n'ont pas les moyens de les comprendre, qu'ils sont « attardés » (gibela). Il y a également là, bien entendu, une allusion à la vertu opérative des fables.

  • 16  J. Vinson, qui qualifie l'ouvrage de « chef-d'œuvre de la typographie bayonnaise » (Vinson 1891 : (...)
  • 17  L. Michelena juge Iturriaga meilleur notamment que Goyhetche et Archu (Michelena 1960 [1988] : 21) (...)
  • 18  Choix de Fables de La Fontaine, traduites en vers basques, par J.-B. Archu, Instituteur à La Réole (...)

14Mais Martin Goyhetche n'est pas un cas isolé. En France, les premières fables traduites et adaptées en langues régionales apparaissent dès la fin du XVIIIe siècle avec, notamment, Fables causides de La Fontaine en bers gascouns publié à Bayonne en 1776 chez Paul Fauvet-Duhard16. Un manuscrit préparatoire antérieur de dix ans, resté inédit, s'intitule Fables chouasi-des de plusieurs autous francès et estrangès, trad. dou francès en gascoun per M. Darretche de Bayonne (Lesage 1995 : 216). Les premières fables en breton seront plus tardives : Pierre Désiré de Goësbriand en 1836 et Yves Louis Marie Combeau entre 1836 et 1838 (Le Doujet 2001) ; il faudra attendre 1879 pour la première traduction du français à l'alsacien (Lesage 1995 : 216-217). Goyhetche pouvait difficilement ignorer l'existence des auteurs-adaptateurs gascons bayonnais du xviiie siècle comme Darretche, Lesca ou Dubourg. Sa source principale lui vient néanmoins du Guipuzcoan Pascual Iturriaga (1842)17 et du Souletin Jean-Baptiste Archu (1848)18 auxquels il se réfère du reste implicitement dans la préface de Fableac edo aleguiac Lafontenetaric berechiz hartuac de 1852 :

« Duela cembait dembora eracurtcearekin bi fable multço, bata Suberotar Yaun batec, bertcea Guipuzcoaco Yaun Aphez batec berxutan publicatuac : ethorri citçaitan guti-cia Laphurdico hitzcuntçan lan beraren eguiteco ; ez hec baino hobeki eguin beharrez segurki ; baina bertcela, eta Laphurdico mintçoaren arabera. »

[Il y a quelque temps, a la lecture de deux corpus de fables versifiées, l'une faite par un Monsieur de Soule, l'autre par un Monsieur prêtre en Guipuzcoa, il me vint le désir d'en faire autant dans la langue du Labourd ; il ne s'agissait pas, bien entendu, de vouloir faire mieux qu'eux, mais de faire autrement, et selon la langue du Labourd.].

  • 19  V. Moguel a lu Esope dans une traduction latine, elle parle de « Esoporen ipui latiñez... »- [Les (...)
  • 20  Cf. Ipui onak. Zeintzuen arkituko dituzten euskaldun nekazari, ta gazte guziak erakasle ederrak be (...)
  • 21  El oso la mona y el cerdo [in Florian : La Fauvette et le Rossignol) ; El mono y el titeretero [in (...)

15Agustin Iturriaga, originaire d'Hernani et semble-t-il connu en Labourd (Orpustan 1996 : 176), fit paraître en 1842 à Saint-Sébastien Fábulas y otras composiciones en verso bascongado, dialecto guipuzcoano, con un diccionario vasco-castellano de las voces que son diferentes en los diversos dialectos. L'ouvrage comprend l'adaptation d'une cinquantaine de fables de l'Alavais Félix Maria de Samaniego (Biasteri, 1745 – 1801) choisies parmi les 152 Fábulas morales, accompagnées de plusieurs autres pièces, que ce dernier publia en 1781 en castillan pour les étudiants du Real Seminario Vascongado de los Amigos del País de Vergara. Goyhetche pouvait-il par ailleurs ignorer l'existence des premières fables publiées en 1804 en langue basque, les 50 fables en prose adaptées du latin au basque ou Ipui onac [Bons récits],19 publiées par la Biscayenne Vicenta Moguel y Elguezabal (Azkoitia, 1782- Markina, 1854)20 ? On ne sait pas non plus s'il connaissait une version manuscrite des 22 fables traduites en basque biscayen par le franciscain Juan Mateo Zavala (Bilbao, 1777 – Zarautz, 1840) qui resteront non-publiées jusqu'au début du xxe siècle. Quant au fabuliste Tomas de Iriarte (Tenerife 1750 – Madrid 1791) qui publie ses Fabulas literarias en 1782, qualifiées par lui-même de « primera colección de fabulas enteramente originales que se ha publicado en castellano » (Iriarte 1782 [1992] : 39), ce qui lui vaudra l'inimitié de Samaniego, on sait qu'il était très apprécié par Florian, mais Goyhetche l'avait-il lu ? La question reste posée. Il est cependant intéressant de constater que 9 fables de Yriarte adaptées par Florian21 se retrouvent ainsi en basque par fabuliste interposé : Chira eta charpota [Le Lierre et le Thym], Satorra eta Lapinac [La Taupe et les Lapins], Chiminoa lanterna – mayica escuetan [Le Singe qui montre la Lanterne magique], Soca dantzaria eta balantciera [Le Danseur de corde et le Balancier], Bipera eta chinchinbarea [La Vipère et la Sangsue], Torrota eta Rochinoleta [La Fauvette et le Rossignol], Oillar Fanfarruna [Le Coq Fanfarron], Astoa eta fluta [L'Âne et la Flûte], Marbaloa [La Chenille].

  • 22  Cf. J. Bilbao : Bibliographia in op. cit.

16Quelle audience ultérieure les Fableac ou Aleguiac [Fables] de Goyhetche ont-elles eue ? Malgré la publication de certaines d'entre elles dans des revues comme Revista Euskara (1879) ou Euskal Esnalea (1912, 1913, 1914, 1917)22, force est de constater qu'elles tomberont dans l'oubli quasi total au cours de la deuxième moitié du xxe siècle. La réponse réside peut-être dans une phrase de Lafitte datant de 1941 :

« A côté du barde écorché, auquel nul autre ne ressemble si ce n'est le guipuzcoan Bilinch, voici des poètes de bureau : l'instituteur Archu transpose, en souletin élégant et naturel, les Fables de La Fontaine ; l'abbé Goyhetche d'Urrugne, plus lourdement, en fait autant en labourdin ; » (Lafitte 1941 : 49-50). »

17Cette opinion de Lafitte, maintes fois reprise depuis, n'a pas facilité la réhabilitation du fabuliste labourdin... En réalité, Pierre Lafitte avait une idée beaucoup plus nuancée sur Goyhetche puisqu'il écrit également : « on admire l'étendue de son vocabulaire et sa connaissance des « verbes forts. » (Lafitte : 1941, 49-50).

Le corpus des Fables de La Fontaine traduites en basque par Goyhetche.

  • 23  Cf. Appendix II, III et IV.

18Ce corpus qui comprend deux catégories de manuscrits est réparti de la façon suivante :
FCB n° 162 et n° 16323 de la BNF : ce stock important est constitué par les divers avant-textes de l'édition de 1852 Fableac eta aleguiac Lafontenetaric berechiz hartuac - [Fables choisies parmi celles de La Fontaine] ;
FCB n° 163 de la BNF : le manuscrit d'un septième chapitre intitulé Lafontenen fableena. Liburu Çazpigarrena - [Livre Septième des Fables de La Fontaine], qui pour une raison inconnue, ne figure ni dans l'ouvrage imprimé de 1852 ni dans l'avant-texte de la Table des Matières ou Causi-bidea.

19L'ensemble, issu d'une sélection préalable des fables de La Fontaine par Goyhetche sera agencé en 7 livres, dont seuls 6 seront imprimés. Goyhetche indique à chaque fois le texte source de La Fontaine entre parenthèses, par exemple : « Fable VI. a/(6e du LIVRE VIII. e) Emaztekiac eta secretua ». (Goyhetche 1852 : 148-150).

  • 24  Goyhetche respecte la disposition des quatre Livres des Fables de Florian. Les neuf premières fabl (...)
  • 25  Soit : la « Fable 15 ».
  • 26  Soit : les fables 20, 21 et 22.

20La mention manuscrite la plus ancienne connue de l'existence des Fables en basque de Florian se trouve dans un cahier daté de 1890 qui fait partie du fonds Lacombe de la Bibliothèque Azkue. Y figure un échantillon de 13 fables portant le titre Florian suivi des lignes suivantes : Fables de florian traduites en langue basque par M. l'abbé Goyhetche. Copie terminée le 10 juillet 1890. Les neuf premières sont tirées du Quatrième Livre24(Laugarren Liburua), la dixième25 du Deuxième Livre (Bigarren Liburua), et les trois dernières du Livre Cinquième (Bortzgarren Liburua)26 :

« Fable 5Untza eta Usoa/Fable 6Bipera eta Chintchibareari/Fable 7 : Pacha eta Derbicha/Fable 8 : Castillaco Laboraria/Fable 9 : Torrota eta Rochinoleta/Fable 10 : Dirucoia eta bere Semea/Fable 11 : Cortesanoa eta Proteo yaincoa/Fable 12 : Chimino emea, Chiminoa eta eltchaurra./Fable 13 : Lapina eta Chartcheta/Fable 15 : Lehoinaren educacionea/Fable 20 : Autorea eta saguac/Fable 21 : Arranoa eta Untza/Fable 22 : Arrain hegalduna. »

  • 27  Une copie de la version en basque des Fables de Florian faite par Goyhetche et réalisée selon tout (...)

21Georges Lacombe y fera mention dans une lettre adressée à Martin Landeretche en 1914. Martin Landeretche a vraisemblablement eu accès à certaines versions manuscrites des Fables adaptées par Goyhetche sans que l'on puisse savoir au juste s'il s'agit de celles de La Fontaine, de celles de Florian ou des deux27 :

  • 28  « inédites », est souligné deux fois.
  • 29  Cf. le fonds Lacombe de la Bibliothèque Azkue de Bilbao : « Martin Landeretxeri gutunak 1911- 1919 (...)

« St Étienne le 26 Xème/14/(Loire)/Monsieur l'abbé et très honoré ami,/[...] Quant aux fables de la Fontaine traduites par Goyhetche est-ce le Ms. auto. de l'auteur ?/Ce serait intéressant à vérifier, quoique l'ouvrage ait été imprimé ? S'agit-il au contraire d'autres fables que celles-là ? Je me souviens d'avoir parcouru à la Bibliothèque Nationale un Ms de fables de Florian inédites28, traduites par le même Goyhetche/Lettre de Lacombe/Caporal au 102e régiment/Territor. D'inf [ante] rie/13e Cie/St Étienne. »29

22Une génération en aval, lorsque Pierre Lafitte y fait à son tour mention, le lieu où se trouvent les Fables de Florian traduites et adaptées par Goyhetche semble être oublié puisque les traductions sont qualifiées laconiquement de « manquantes ». On ne sait si Lafitte a eu accès à l'échantillon copié sur le cahier de 1890 :

« ... il a laissé en outre une traduction manquante en vers de Florian, et de nombreux cantiques : on admire l'étendue de son vocabulaire et sa connaissance des « verbes forts. » (Lafitte : 1941, 49-50)

23Par la suite, ni Luis Michelena (1960) ni Luis Villasante (1961) ne mentionnent plus la traduction des Fables de Florian lorsqu'ils se réfèrent à « Goyhetche » dans leurs Historia de la literatura vasca respectives :

« De las de La Fontaine publicaron traducciones el labortano Goyhetche (1852) y el suletino J.-B. Archu (1848) (...). » (Michelena 1960 [1988] : 21) « Otro de los traductores de las fabulas de La Fontaine fue Goyhetche, sacerdote labortano, de Urrugne, quien publicó Fableac edo aleguiac, Bayona 1852. Ambas traducciones, la de Archu y la de Goyhetche están en verso. » (Villasante 1961 : 161).

24Jon Bilbao n'en parle pas non plus dans Bibliographia (1974) source, par ailleurs, d'informations erronées à propos du même auteur, ainsi que je le signalais plus haut. Il reste tout de même un écho du corpus Goyhetche -Florian que Lafitte croyait perdu en 1941 puisque dans le volume I des quatre tomes de la Enciclopedia general del País Vasco on peut lire à l'entrée « Abbé Léonce Goyhetche (-1852-) : « Dejó inédito un manuscrito en versos traducción de Florian y un buen número de cánticos » (1978 : 703). Cette information bibliographique ne sera plus reprise par la suite.

Doc. 2 : FCB n° 162 (BNF) : Florianen fableac Goyhetche aphezac franxesetic escoarara pherxutan itçuliac
[Les Fables de Florian traduites en vers du français au basque par l'abbé Goyhetche].
Manuscrit autographe de Martin Goyhetche.

Le FCB n°162 de la BNF.

25Il s'agit d'un épais document numéroté jusqu'à la page 259 mais la numérotation ne concernant qu'un feuillet sur deux, le document comprend en réalité 533 pages. La date de 1851 qui est inscrite sur l'un des brouillons permet de situer grosso modo leur élaboration. On pourrait y voir deux ensembles :

26Un manuscrit préparatoire de 110 fables de Florian traduites et adaptées du français au basque, intitulé : Florianen Fableac Goyhetche apheçac franxesetic escoarara pherxutan itçuliac – [Les Fables de Florian traduites en vers du français au basque par l'abbé Goyhetche] dont le premier feuillet porte la mention : Liburu Lehena/Fable1a/Eguia eta aleguia edofablea -[Premier Livre/Fable lère/La vérité et la fable]. Goyhetche suit l'ordonnancement général de Florian qui a divisé son ouvrage en cinq « Livres ». Ce manuscrit destiné vraisemblablement à la publication s'achève à la page 125.

27L'autre ensemble est formé par une série de brouillons antérieurs aux manuscrits préparatoires de La Fontaine et de Florian. Ce corpus commence à la pagel26 où l'on peut lire les mots suivants : « Urrugne le 28 avril 1851./ » Monsieur (?)/vous aviez bien raison, (?) ». Si l'on compare les cinq premières fables du manuscrit préparatoire de Florian avec cette dernière catégorie de brouillons on peut observer que :

  • La graphie en est moins soignée, le rythme plus rapide ;

  • Les mots ou les vers qui sont adjoints ici in margine sont ensuite intégrés dans le ms préparatoire ;

  • Certains mots seront barrés ensuite dans le ms préparatoire ;

  • Certaines notes ne seront plus reprises dans le ms préparatoire ;

  • Le contenu de certaines notes peut varier si on les compare au ms préparatoire ;

  • La mention « Fin du Livre Second. Livre Troisième. » apparaît en français.

Doc. 3 : copie anonyme du corpus Goyhetche/Florian FCB n° 162 (BNF) datant probablement de la fin du XIXème siècle. Archives du Diocèse de Bayonne (Fonds Lafitte)

Les éditions – sources possibles.

28Parmi les trois versions des Fables de Florian que j'ai utilisées pour mener à bien cette étude, deux ont été publiées du vivant de Martin Goyhetche (F. 1803 et F. 1824). La troisième édition (F. 1874), est ultérieure à sa mort mais étant donné qu'il s'agit d'une réédition, il aurait pu la consulter dans l'une des éditions antérieures. Les références complètes des trois éditions consultées sont les suivantes :

29Œuvres Complettes de M. de Florian. Nouvelle Edition ; Augmentée de la Vie de l'Auteur, de Guillaume Telle, et autres ouvrages inédits, et ornée de figures, dessinées et gravées par les meilleurs Artistes de Paris, Tome septième. Fables et Pièces diverses. Chez Fr. Dufart, Imprimerie-Librairie. 1803. (F. 1803)

30Œuvres de Florian, de l'Académie Française, etc. Nouvelle Edition, ornée d'un portrait et de vingt-quatre gravures. Tome sixième. Fables, contes en vers, poésies diverses. A Paris, chez P. C. Briand, éditeur, rue des Fossés-s.-Germain-des-Prés, n° 21, de l'Imprimerie de Rignoux. 1824. (F. 1824)

31Fables de Florian, suivies de son Théatre, précédées d'un Jugement par la Harpe Et d'observations littéraires par M. de Sainte-Beuve De l'Académie française. Vignettes par Grandville. Paris. Garnier Frères, Libraires-Editeurs, rue des Saints-Pères, 6, et Palais Royal, 215, 1874. (F. 1874)

32Les trois éditions comportent toutes des variantes quant au nombre de fables (F. 1803 : 101 fables ; F. 1874 : 109 fables ; F. 1824 : 110 fables); il est néanmoins aisé de constater que le corpus Goyhetche/Florian est en tout point semblable à F. 1824 quant au nombre : 110 fables qui sont réparties chez Goyhetche comme chez Florian en 5 Livres de 22 fables chacune. Ni la préface ni l'épilogue de Florian n'ont été traduits ainsi que je le disais plus haut.

33D'autres travaux devraient venir compléter dans les années à venir une première approche forcément lacunaire. La transcription des adaptations inédites, en basque labourdin, de Florian et de La Fontaine devrait notamment pouvoir améliorer la visibilité de celui qui reste à ce jour le plus prolifique des fabulistes basques, auteur-adaptateur d'au moins 287 fables à présent répertoriées. Martin Goyhetche devrait ainsi occuper la place qui lui revient dans l'historiographie littéraire basque du XIXème siècle, ce qui n'est pas le cas actuellement. Sans exclure le fait qu'une étude scientifique systématique des fonds basques de la première moitié du XIXème siècle permettra peut-être d'exhumer encore d'autres textes dus à sa plume.

Haut de page

Bibliographie

AGIRREAZKUENAGA, M.; BALLANO, I., ACILLONA, M., ALTZIBAR, X.; UNAMUNO, M.; ETXEBARRIA, I. 1991. Euskal alegigintza. Gauontza sorta, Labayru ikastegia, Bilbao.

ALBIZU, D. 1989. « Urruñako euskal idazleak » in iUrrugne. Ekaina. Bayonne.

Andre-dena Mariaren Ilhabetea edo Maihatza Jaincoaren Amaren loriacotz contsecratua ; Ilhabetearen egun bakhotcheco Meditazionearekin, othoitz eta exemplu edificagarriarekin. Arima zuzenec maite zaituzte (Cant. 1). Bayonan, Cluzeau, Liburu eta paper Marchantaren baithan, Catedraleco Plaçan, 13 numeroan. 1838. (Anonyme).

Andre-dena Mariaren Ilhabetea, edo Maihatza Jaincoaren amaren loriacotz contsecratua, Ilhabetearen egun bakhotcheco Meditazionearekin, othoitz eta exemplu edificagarriekin. Arima zuzenec maite zaituzte. (Cant. 1). Bayonan. Cluzeau, Liburu eta paper Marchantaren baithan, catedraleco Plazan, 13 numeroan. 1842. (Anonyme).

Andre-dena Mariaren Ilhabetea, edo Maihatza Jaincoaren amaren loriacotz contsecratua, Ilhabetearen egun bakhotcheco Meditazionearekin, othoitz eta exemplu edificagarriekin. Arima zuzenec maite zaituzte. (Cant. 1). Bi garren edizionea. Saltzen da Bayonan. Cluzeau, Liburu eta paper Marchantaren baithan, Zilhargin karrikan, 12 numeroan. 1855. (Anonyme).

ARCHU, J.-B. 1990. La Fontainaren alegia berheziak. Edition de Rikardo Gomez. Klasikoak. Euskal Editoreen Elkartea. Oiartzun.

ARKOTXA, A. 2003. « Florianen fableac Goyhetche apheçac franxesetic escoarara pherxutan itçuliac. » Iker 14. Euskaltzaindia. Bilbo.

BESCHERELLE (Aîné), BESCHERELLE (Jeune), LITAIS DE GAUX. 1856 : Grammaire Nationale. A Paris, Garnier Freres, Libraires, 6 rue des Saint-Peres.

BILBAO, . 1974. Eusko Bibliographia. Enciclopedia general Ilustrada del Pais Vasco. Cuerpo C. Garrigou-Larrumbide. Editorial Auñamendi Hnos. San Sebastián.

Enciclopedia General Ilustrada del Pais Vasco. Cuerpo . Enciclopedia Sistematica Arte, Lengua y Literatura, vol.l Literatura. 1978. Editorial Auñamendi, Estornes Lasa Hnos. San Sebastián.

FLORIAN, J.-P. C. (de). 1803 : Œuvres complettes de M. de Florian. Nouvelle édition, Augmentée de la Vie de l'Auteur, de Guillaume Tell, et autres ouvrages inédits, et ornée de figures, dessinées et gravées par les meilleurs Artistes de Paris. Tome septième : Fables et Pièces diverses. A Paris, Chez Fr. Dufart, Imprimeur-Libraire.

FLORIAN, J.-P. C. (de). 1823 : Œuvres de Florian, de l'Académie Française etc. Nouvelle édition, ornée d'un portrait et de vingt-quatre gravures. Tome Premier. Vie et éloge de Florian.- Galatée.-Estelle. Chez P. C. Briand, Editeur, Paris.

FLORIAN, J.-P. C. (de). 1824 : Œuvres de Florian, de l'Académie Française etc. Nouvelle édition. Tome Quatrième : Jeunesse de Florian. Guillaume Tell- Eliézer. Mélanges de Littérature et de Poésies ; Tome Sixième : Fables, contes en vers, poésies diverses ; [Tome Treizième] : Œuvres diverses.-Correspondance. Chez P. C. Briand Editeur, Paris.

FLORIAN, J.-P. C. (de). 1874 : Fables de Florian, suivies de son Théatre, précédées d'un Jugement par la Harpe Et d'observations littéraires par M. Sainte-Beuve de l'Académie française. Vignettes par Grandville. Garnier Frères, Paris.

GOULEMOT, J.-M., MASSEAU, D., TATIN-GOURIER, J.-J. 1996 : Vocabulaire de la littérature du XVIIIe siècle. Minerve, Paris.

GOYHETCHE, M. 1852 [1978] Fableac edo Aleguiac. Hordago. Editions Lur. Donostia 1978. Edition facsimilé de Fableac edo Aleguiac Lafontenetaric berechiz hartuac, eta Goyhetche Apheçac franxesetic escoarara berxutan itçuliac. Forec eta Lasserrec Inprimatuac, Bayonan. 1852.

HIRIBARREN, J.-M. 1997. Eskaldunak. Iberia, Kantabria, Eskal Herriak, Eskal Herri Bakhotxa eta hari darraikona (2. zatia). Patxi Altuna, Gurutze Aldabaldetreki eta Amaia Bonetaren edizioa. Klasikoak. Euskal Editoreen elkartea. Zarautz.

IRIARTE, T. (de). 1992 : Fabulas literarias. Edición de A. L. Prieto de Paula. Cátedra, Madrid.

LA FONTAINE, J. (de). 1881 : Fables de La Fontaine avec des notes littéraires et grammaticales. Une vie de l'auteur et une notice sur la fable et les principaux fabulistes par M. Ch. Aubertin, Belin Frères, Paris.

LAFITTE, P. 1941 : Le Basque et la littérature d'expression basque en Labourd, Basse-Navarre et Soule. Conférence donnée au Musée Basque de Bayonne le 3 avril 1941. Collection Aintzina, Bayonne.

LHANDE, P. 1926 [2001]. Dictionnaire Basque-Français et Français-Basque (dialectes labourdin, bas-navarrais et souletin), d'après le Dictionnaire Basque – Espagnol – Français de l'abbé R. M. de Azkue et les Dictionnaires manuscrits des Abbés M. Harriet, M. Hiribarren et Pierre Foix. Tome I Dictionnaire Basque - Français. Gabriel Beauchesne, éditeur, Paris.

LE DOUJET, D. 2001. Combeau Yves Louis (1799-1870) Traducteur breton des fables de La Fontaine. Sa vie, son œuvre. Etude du manuscrit de la .M. de Rennes. Résumé en français de la thèse de Doctorat soutenue a l'Université de Rennes le 20 décembre 2001.

Mayatza edo Andredena Mariaren ilhabetea egun gucietaco cantikekin. Edicione berria. Bayonan. E. Lasserre, Yaun Aphezpicuaren imprimat-çailea baithan. 1856. (Anonyme).

MICHELENA, L. 1988 : Historia de la Literatura Vasca. Erein, Donostia-Saint-Sebastien.

MOGEL, J. A. 1995. Ipuinak. 1745 – 1995 Juan Antonio Mogelen 250. Jaiotza - Urteurrena. Eibarko Udala-Ego ibarra batzordea, Markina – Xemeingo udala, Labayru ikastegia, Bilbao Bizkaia Kutxa, Bilbao.

MOGUEL, V. A. 1804 [1991] : Ipui onak. Klasikoak, Euskal Editoreen Elkartea, Elkar, Donostia.

ONAINDIA, S. 1973. Euskal literatura (II). Etor Bilbao.

ORPUSTAN, J.-B. 1996 : Précis d'histoire littéraire basque 1545-1950. Cinq siècles de littérature en euskara. Editions Izpegi, St-Etienne-de-Baïgorry.

ORPUSTAN, J.-B. 1996 : « La fable dans la littérature basque ». Conférence donnée le 14 octobre 1995 a la Faculté Pluridisciplinaire de Bayonne. Lapurdum I, Bayonne.

URKIZU, P. 2000 : Historia de la literatura vasca. Lan kolektiboa, U.N.E.D., Madrid.

URKIZU, P. 1997 : Anton Abbadiaren koplarien guduak. Bertso eta aire zen-baiten bilduma 1851-1897. Eusko Ikaskuntza, Donostia ; Euskaltzaindia, Bilbo.

URIARTE, J. A. 1987. Poesia bascongada. Dialecto vizcaino. Jon Kortazar, Miren Billelabeitiak prestatutako edizioa. Bizkaiko Foru Aldundia, Zamudio.

VILLASANTE, L. 1961 : Historia de la literatura vasca. Editorial Sendo, Bilbao.

VINSON, J. 1891 : Essai d'une Bibliographie de la Langue Basque. T. I. Reprint en 1983, CAV, Bilbao.

VINSON, J. 1898 : Essai d'une bibliographie de la langue basque. T. II Reprint en 1983, C.A.V., Bilbao.

Manuscrits consultés : Fonds Celtique et Basque de la Bibliothèque nationale de France :

- FCB n° 162 (non daté) : Florianen Fableac Goyhetche Apheçac franxesetic escoara pherxutan itçuliac.

- FCB n° 163 (non daté) : Fables de Lafontaine en labourdinpar l'abbé Goyhetche.

- FCB n° 156 (anonyme) : Cantiques.

Registres paroissiaux et de l'Etat Civil consultés à la Mairie d'Urrugne :

- « Registre de l'État Civil/Naissances/Mariages. Décès./1788

- 1792» ;

- « Registre des Baptêmes de 1832 à 1836 » ;

- « Registre de l'État Civil/Décès/1853 - 1862. »

Archives du Diocèse de Bayonne (Fonds Lafitte) : copie du FCB 162.

Haut de page

Notes

1  Je remercie D. Albizu, R Andiazabal, R Arkotxa, R Charritton, M. et Mme Clerc, K.J. Garay, B. Oyharçabal, G. Parent, Ch. Videgain pour le concours qu'ils ont apporte a la realisation de cette recherche.

2  M. Goyhetche soumet parfois le texte à des variations importantes. Tout est fonction de la teneur pédagogique du texte traduit et adapté. Il en est ainsi, par exemple, de Biaya (Appendix II) qui n'est d'ailleurs pas une fable mais un poème lyrique élaboré à partir de la métaphore bien connue du voyage/existence. En un premier temps, Goyhetche traduit de façon littérale Le voyage, puis, dans un second temps, il s'évertue à redresser le point de vue pessimiste et désabusé de Florian en ajou tant une longue diatribe sur le salut christique afin de corriger le tir de la fable de Florian, jugée trop libertine. La morale est ainsi sauve... Autres variantes introduites par Goyhetche : les notes expli catives (Appendix II). Elles servent également à présenter le point de vue de la morale chrétienne la plus traditionnelle de l'époque (Filosofoa eta Gau-aiñhara) mais il s'agit le plus souvent d'éclairer le lecteur non-érudit, en lui donnant, par exemple, des précisions sur les personnages mythologiques de la Grèce ancienne (Sabanta eta Bordaria) ou sur des contrées orientales plus lointaines (Pacha eta Derbicha). (cf. in Appendix II)

3  L'entrée du dictionnaire bibliographique concernant notre auteur est « Goyhetche Léonce », on y trouve mentionnée la traduction des Fables de Lafontaine de 1852 Fableac edo aleguiac...

4  A. Arkotxa : « Florianen fableac Goyhetche apheçac franxesetic escoarara pherxutan itçuliac », Iker 14, Euskaltzaindia, Bilbo, 2003.

5  Il est clair que L. Goyhetche et M. Goyhetche sont deux personnages distincts puique la réédition de Saint-Jean-de-Luz historique... fut faite en 1883 du vivant de L. Goyhetche, soit 24 ans après la mort de M. Goyhetche : « La première édition de Saint-Jean-de-Luz historique et pittoresque publiée en 1856, est depuis longtemps épuisée. Personne, à partir de cette époque, n'ayant traité le sujet des Annales Saint-Jean-de-Luziennes, et l'absence d'une monographie locale étant par beaucoup de visiteurs signalée comme une lacune, je me décide à éditer une seconde fois mon opuscule, augmenté en appendice de quelques documents, inédits ou curieux, - remanié et retouché dans plusieurs chapitres. »(L. Goyhetche 1883 : vj-vij)

6  Cf. J. Bilbao Eusko Bibliographia 1974 : 99, cf. également Enciclopedia General del Pais Vasco, Literatura t. I 1978 : 703.

7  Lorsque Martin Goyhetche appose sa signature autographe sur l'ouvrage de 1852, sur le registre paroissial qui embrasse la période allant de 1832 à 1836 ou sur l'un des livres de sa Bibliothèque, il fait constamment figurer le graphème « h » après le « y », contrairement aux transcriptions établies par des tiers dans les divers registres consultés qui l'omettent systématiquent. Je m'en tiendrai en conséquence à la signature autographe de l'auteur et ferai toujours figurer « Goyhetche » de cette manière, avec adjonction du « h » après le « y ».

8  La naissance de M. Goyhetche est en réalité répertoriée sur deux registres que j'ai appelés, « Registre A » et « Registre ». Les premières pages du Registre A sont manquantes. La naissance et le baptême de « Martin Goyhetche » y sont enregistrés et transcrits par Dornaldeguy, vicaire de la paroisse à la page 56. La mention « docteur medecin » a été rajoutée par la suite en interligne après le nom du père, « Jean Goyhetche ». Le Registre est accolé au premier. Il s'agit manifestement d'un double dont les pages ont été intégralement préservées. Le titre en est : « Registre des baptèmes Et Mariages pour la parroisse durrugne pays de Labourt Contenant Cent une & deux pages Cotté Et paraphé En toutes pages Signé a la première Et derniere par nous Lieutenant general du sénéchal de bayonne le Cinq mars mil Sept Cens quatre vingt huit au dit Bayonne »  signé par « lèspès de bureaux Lieutenant générâl ». La naissance et le baptême de « Martin Goyhetche » y sont enregistrés à la page 39, la fonction du père (« docteur medecin ») figure ici intégrée au texte qui manifestement a été rédigé ultérieurement et copié par Lespès de Hureaux d'après le Registre A. Un cachet, por tant la mention « Bordeaux » avec trois fleurs de Lys et des caractères en partie illisibles, semble avoir été apposé par la suite. Il figure à toutes les pages du document.

9  Les données suivantes figurant aux archives de l'Evêché de Bayonne m'ont été facilitées par P. Andiazabal.

10  Les premières joutes poétiques, apparaissent dès 1851 (Urkizu 1997 : 14) dans le cadre des « Eliça Besta » - [Fêtes patronales] dont l'attraction centrale reste la partie de pelote, le tout organisé sous l'égide d'Antoine d'Abbadie d'Arrast.

11  Registre de l'État Civil de la Commune d'Urrugne, année 1859, n°33, à « Goyhetche Martin ». On peut y lire les lignes suivantes : « L'an mil huit cent cinquante neuf, le douze du mois de Juin (...), à quatre heures du matin MARTIN GOYETCHE, âgé de soixante huit ans, Prêtre, ancien Desservant, natif dudit Urrugne, fils de feu Jean Goyhetche et de feu Marie Brat, domicilié en la maison de Puchant baita de cette commune. »

12  Traduction de J. Vinson (Vinson 1891 : 287). Les traductions dont l'auteur n'est pas indiqué m'incombent.

13  Traduction de J. Vinson (Vinson 1891 : 287).

14  Le FCB n°156 comprend plusieurs écrits dont également une partie des écrits philosophiques du régent souletin Eguiatéguy (1785).

15  Fableac edo aleguiac Lafontenetaric berechiz hartuac, eta Goyhetche apheçac franxesetic escoara- ra berxutan itçuliac.

16  J. Vinson, qui qualifie l'ouvrage de « chef-d'œuvre de la typographie bayonnaise » (Vinson 1891 : 282), ajoute : « ... Mais outre la version paloise imprimée, on a plusieurs copies manuscrites anciennes de Fables causides, dans le patois de Bayonne, offrant avec le livre de 1776 des variantes souvent très considérables : la première datée de 1767, est à la Bibl. de Bayonne, la seconde, de 1769, est à la Bibl. de Rouen, la troisième, de 1773, est entre mes mains. Le ms de 1767 contient 93 fables, celui de 1769 en a 172 et le mien 33 seulement. On attribué cette traduction à MM. F. Batbedat de Vicq, Daretche et Lesca de Bayonne ; le ms de Rouen ajoute à ces noms celui de M. Dubourg maître écrivain à Bayonne ». Cf. également diverses autres publications de J. Vinson à ce propos (Vinson 1891 : 282).

17  L. Michelena juge Iturriaga meilleur notamment que Goyhetche et Archu (Michelena 1960 [1988] : 21). Cf. Fabulas y otras composiciones en verso bascongado, dialecto guipuzcoano, con un diccionario vasco-castellano de las voces que son diferentes en los diversos dialectos. San Sebastian impr. I.-R. Baroja, 1842. Cf. la réédition de l'ouvrage avec traduction en basque du titre : Ipuiac eta beste moldaera batzuec guipuzcoaco izqueran neurtubac euscal-erderazco itztegui labur batequin, itzic illunchoenac arguitzeco. E. Lopez. Tolosa (1884).

18  Choix de Fables de La Fontaine, traduites en vers basques, par J.-B. Archu, Instituteur à La Réole, impr. Pasquier, 1848. La Fontainaren aleghia-berheziak, neurthitzez franzesetic uskarara itzuliak ; J.-B. Archu, skolazaliak. La Reolen, Pasquieren moldizteghian, 1848. Archu traduira et adaptera 50 fables de La Fontaine en basque souletin. Une réédition partielle, qui ne comprend pas en regard l'é dition des Fables de La Fontaine en français, en a été réalisée en 1990 (série Klasikoak n°33).

19  V. Moguel a lu Esope dans une traduction latine, elle parle de « Esoporen ipui latiñez... »- [Les récits en latin d'Esope...]. D'une intelligence peu commune, V. Moguel débuta l'apprentissage du latin à l'âge de huit ans en imposant sa présence au cours particulier donné par son oncle J. A. Moguel à son jeune frère : « zortzi urte nituenean ekusirik nere neba edo anaia ikasten ari zala gure osabarekin latiñezko izkerea, jarri zaitzatan buruan ikasi bear nuela nik ere. » - [A l'âge de huit ans et voyant que mon frère était en train d'apprendre la langue latine avec mon oncle, je me mis en tête de l'apprendre moi-même.]. Cf. V. Moguel 1804, in série Klasikoak 1991 : 27. V. Moguel a des paroles douce-amères qui en disent long sur la discrimination sociale dont souffrent alors les femmes, systématiquement écartées des voies du savoir « Nola nik siniserazoko diet askori, euskeratu ditudala erdaldun jakitunak argitaratu dituzten Ipuiak ? Nolako arrotasuna berriz latiñezko itzkuntzarekin liburu honen asmoa agertzea ? Orretarako bear lit- zake jakitea euskera, gaztelania eta latiñezko iru izkuntzak. Zein gauza sinesgaitza neskatxa baten- gan ! » - [Comment faire croire à tous que c'est bien moi qui ai transposé en basque les Contes publiés par des érudits étrangers ? Quel toupet que de montrer la relation que ce livre entretient avec la langue latine ? Il faudrait pour cela savoir le basque, le castillan et le latin, les trois langues. Quelle chose impensable pour une jeune fille !] (V. Moguel 1804 [1991] : 27.

20  Cf. Ipui onak. Zeintzuen arkituko dituzten euskaldun nekazari, ta gazte guziak erakasle ederrak beren bizitza zuzentzeko. Ematen ditu Euskaraz argitara urne eta nekazarientzat Doña Bizenta Antonia Moguel ta Elgezabalek... comprend également 8 fables écrites par son oncle. J. A. Moguel (Eibar, 1745 - Marquina 1804), auteur du célèbre Peru Abarka achevé dès 1802 mais publié seule ment en 1881 à Durango en Biscaye, inclut d'ailleurs la fable des « deux souris » dans cet ouvrage.

21  El oso la mona y el cerdo [in Florian : La Fauvette et le Rossignol) ; El mono y el titeretero [in Florian : Le Singe qui montre la lanterne magique] ; El burro flautista [fable adaptée par Iriarte de Phèdre - Asinus ad Lyram -, puis adaptée à son tour par Florian sous le titre de L'Ane et la flûte] ; La parietaria y el tomillo [in Florian : Le Lierre et le Thym] ; La oruga y la zorra [in Florian : La Chenille] ; El pollo y los dos gallos [in Florian : Le Coq fanfarron] ; El topo y otros animales [in Florian : La Taupe et les Lapins] ; El volatín y el maestro [in Florian : Le danseur de corde et le balancier] ; La víbora y la sanguijuela [in Florian : La vipère et la sangsue]

22  Cf. J. Bilbao : Bibliographia in op. cit.

23  Cf. Appendix II, III et IV.

24  Goyhetche respecte la disposition des quatre Livres des Fables de Florian. Les neuf premières fables de la liste qui renvoient au 'Quatrième Livre' sont celles qui vont de la « Fable 5 » à la « Fable 13 ».

25  Soit : la « Fable 15 ».

26  Soit : les fables 20, 21 et 22.

27  Une copie de la version en basque des Fables de Florian faite par Goyhetche et réalisée selon toute vraisemblance d'après le manuscrit de la Bibliothèque nationale à la fin du XIXème siècle, vient d'être retrouvée par P. Andiazabal à l'heure où je termine cet article (cf. doc. 3). Il conviendrait de vérifier si ladite copie, réalisée sur plusieurs cahiers d'écoliers, a une quelconque relation avec le manuscrit de 1890 se trouvant dans le fonds Lacombe de la Bibliothèque Azkue ou avec celui dont parle Lacombe dans sa lettre. Il faudrait également cerner l'identité du copiste en comparant les graphies.

28  « inédites », est souligné deux fois.

29  Cf. le fonds Lacombe de la Bibliothèque Azkue de Bilbao : « Martin Landeretxeri gutunak 1911- 1919 » (Lacombe 507).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Arcocha-Scarcia, « Manuscrits relatifs aux fables de La Fontaine et de Florian traduites et adaptées du français au basque labourdin par Martin Goyhetche (1791-1859) », Lapurdum, 8 | 2003, 25-83.

Référence électronique

Aurélie Arcocha-Scarcia, « Manuscrits relatifs aux fables de La Fontaine et de Florian traduites et adaptées du français au basque labourdin par Martin Goyhetche (1791-1859) », Lapurdum [En ligne], 8 | 2003, mis en ligne le 01 juin 2009, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lapurdum/916 ; DOI : 10.4000/lapurdum.916

Haut de page

Droits d’auteur

Arcocha-Scarcia A. | IKER

Haut de page
  • Logo Iker
  • OpenEdition Journals