Navigation – Plan du site

Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise. 1949-2009

Pascale-Marie Milan
Histoire de la société chinoise
Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise. 1949-2009, La Découverte, coll. « Repères Histoire », 2010, 126 p., EAN : 9782707156761.
Haut de page

Texte intégral

1Pays au passé millénaire, la Chine a longtemps été perçue au prisme d'un orientalisme qui en déformait les contours. L'idéologie culturaliste occidentale l'a soumise à de multiples projections de telle manière qu'elle nous est rapidement apparue étrange. Sa pensée unique et singulière, parce qu'essentialisée, nous laisse croire que la Chine s'est construite dans un isolat culturel. Aujourd'hui elle est l'objet de toutes les interrogations car paradoxalement à sa puissance émergeante et sa présence sur la scène internationale elle semble comme muette (Billeter, 2000). L'histoire de la société chinoise que nous présente la sociologue Tania Angeloff examine les différents plans de société, sous un angle macroscopique, l'histoire, les principales structures de cette société : familles, religion, éducation ; et les relations qui la composent : ethniques, sociodémographiques ou de genre. L'ouvrage est l'occasion de mettre en lumière les ruptures et les continuités qui se sont produites au cours des soixante dernières années. L'auteure propose une synthèse qui met en lumière les différentes périodes qui ont façonnées la modernité chinoise au prisme des dynamiques qui sous tendent la mémoire historique (Halbwachs). Entre l'avènement de la République populaire de Chine, le grand bond en avant, la révolution culturelle, les réformes sociales et économiques et son histoire récente. L'originalité de l'ouvrage de Tania Angeloff consiste à proposer une synthèse diachronique qui permet de lire l'histoire chinoise sous l'angle de la dimension sociale.

2Dans le premier chapitre, elle présente les différentes ruptures et réformes qui ont précédé la construction de la RPC. L'intérêt est porté particulièrement sur les bouleversements sociaux propres à donner du sens à ces changements. Entre surveillance et maîtrise on perçoit la volonté de se moderniser, l'intériorisation du fonctionnement du programme chinois pour expliquer le succès du système totalitaire permet de comprendre la singularité du cas chinois. Elle nous montre l'amorce des transformations visant avant tout à changer les dichotomies inégalitaires prégnantes comme celle entre les milieux ruraux et urbains.

3Trois chapitres suivent, consacrés chacun à une période marquante de l'Histoire chinoise : le grand bond en avant, la révolution culturelle, l'ouverture et l'ère du libéralisme économique. La progression chronologique nous permet de suivre le fil de l'Histoire Chinoise tout en réintroduisant la dimension sociale, un aspect quasi absent de l'histoire dominante chinoise. Fondée sur le modèle soviétique la politique chinoise entre en rupture avec celui-ci comme nous le montre Tania Angeloff dans le second chapitre et conduit à un culte de la personnalité donnant libre cours à Mao. Les concrétions idéologiques permettent d'introduire la politique collectiviste du grand bond qui n'est pas sans conséquences. Elle modifie par exemple les rapports de genre. Elle fut également une période désastreuse sur le plan humain tout comme elle provoqua de profondes blessures. Considérée par l'auteur comme une période de crise sociopolitique majeure, la révolution culturelle commence selon elle dès 1965 et se termine à la mort de Mao en 1976. Elle fut marquée par quatre moments clefs : la mésentente entre les cadres du PCC et Mao ; le déploiement des gardes rouges et l'endoctrinement ; la répression violente et enfin la régulation de la violence des gardes rouges par l'armée. C'est principalement le secteur de l'éducation qui se trouve perturbé, intellectuels et opposants au régime subissent un exode urbain forcé.

4Tania Angeloff s'attache à montrer comment aujourd'hui cette époque est considérée comme « perdue » (celle où régnait le « désespoir » selon les chinois eux-mêmes). Les débuts de l'ouverture montrent ensuite une lutte entre idées réformistes et conservatrices. Avec au pouvoir Deng Xiaoping, la Chine se lance dans un chantier de transformation qui marquera les débuts décisifs de l'essor de la Chine. Nombre de politiques neuves verront le jour sous cette ère, notamment la politique antinataliste de l'enfant unique. Mais l'accroissement des « laissés-pour-compte » (p.66) amorça une révolte sociale menée par de étudiants mais suivie par le pays tout entier qui terminera par cet évènement tragique de juin 1989.

5Les années 1990 marquent un tournant majeur dans l'histoire chinoise. Ainsi les deux derniers chapitres sont consacrés à une ouverture économique sans précédent qui ont engendré un changement radical dans la société chinoise. L'attention portée au développement économique et à ses conséquences sur la vie sociale permet de constater les bouleversements que provoquent l'ouverture au marché : Renversement des valeurs, nouvelles questions sociales. La dernière période qui englobe la dernière décennie retrace des problématiques similaires aux années 1990 mais qui paraissent beaucoup moins contrôlables. La dimension sociale y est particulièrement bien éclairée. La condition minoritaire en ressort comme le problème contemporain à résoudre.

6La conclusion de l'ouvrage témoigne d'une évolution faite d'invention, d'adaptation rendant la Chine hétérogène et complexe. Si ces problématiques actuelles se confondent avec les objets des sciences sociales occidentales (genre, migrations...), sa politique malgré son évolution n'en reste pas moins stable selon Tania Angeloff. L'intérêt et la force de cet ouvrage sont de ne pas s'en tenir à de simples considérations historiques. Il rend compte de l'impact de la politique chinoise sur la société en elle-même. L'un des constats principaux qui émane des différents chapitres est cette impression d'une histoire cyclique où chaque grande période retrouve des problèmes ayant mené au désordre social. Néanmoins il est intéressant de noter à quel point l'Histoire chinoise se lie de manière linéaire comme une irrémédiable évolution vers le progrès, une succession de modernités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale-Marie Milan, « Tania Angeloff, Histoire de la société chinoise. 1949-2009 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 30 avril 2010, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1008

Haut de page

Rédacteur

Pascale-Marie Milan

Doctorante en anthropologie à l'université Lyon 2 et Laval (Québec) et membre du Crea

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page