Navigation – Plan du site

Michel Gollac (dir.), « Les risques psychosociaux au travail »

Anne Jacquelin
Les risques psychosociaux au travail : d'une "question de société" à des questions scientifiques
Michel Gollac (dir.), « Les risques psychosociaux au travail : d'une "question de société" à des questions scientifiques », Travail et emploi, n° 129, janvier-mars 2012, La Documentation Française, ISBN : 3303336101296.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Gollac Michel, Bodier Marceline (dir.), Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail po (...)

1Michel Gollac, qui a coordonné ce numéro de Travail et emploi, la revue éditée par la DARES (direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques), avait également copiloté la dernière commande gouvernementale autour des risques psychosociaux. Le rapport qui en avait rendu compte1, rappelle-t-il ici, avait bénéficié de la collaboration de très nombreux chercheurs, issus de l’ensemble des disciplines possiblement concernées par les réflexions que provoque l’évaluation de la santé en entreprise.

  • 2  Yves Clot, Le travail à coeur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, coll. (...)
  • 3  Dans le cadre de son obligation générale de prévention, l’employeur doit évaluer les risques profe (...)

2Beaucoup de chercheurs parlent du risque psychosocial comme d’un terme « fourre-tout ». Yves Clot a récemment publié une réflexion « pour en finir avec les risques psychosociaux »2 à cause du développement d’une conception et d’un agir qui tournent plus dans le sens de l’hygiénisme, utilisant des indicateurs qui confondent travail et santé. Dans l’introduction de ce numéro, Michel Gollac livre des éléments de l’histoire et de la construction de ce terme par les acteurs : s’il naît du côté du monde patronal, il est très vite repris par les instances représentatives des entreprises. C’est ensuite l’Etat et ses juridictions qui systématisent son usage au sein de l’entreprise, à travers l’évaluation des risques globaux dans le Document unique d’évaluation des risques (DUER)3. Enfin, les entreprises doivent donner des ressources juridiques, de méthode et de finance pour que leurs acteurs de santé, de sécurité, de ressources humaines et les acteurs syndicaux puissent contrôler et participer au traitement de cette question. C’est donc un sujet qui, à juste titre, fait débat parce que, souligne Michel Gollac, il « répond à une demande sociale ».

3Si le terme fait controverse dans le milieu scientifique, la discussion qui naît autour de sa critique enrichit le débat autour de la santé mentale. L’importance d’une telle mobilisation intellectuelle autour du sujet semble faire l’unanimité. Peu importe, nous dit Gollac, la reprise politique de ce terme, il est surtout essentiel de lui donner du sens. Pour cela son collège d’experts a retenu cette définition : les risques psychosociaux, ce sont les « risques pour la santé mentale physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental ».

4Dans le premier article, Nicolas Hatzfeld reprend des éléments historiques essentiels à la mise en perspective de la forme prise par le débat aujourd’hui. Pour lui, dès la fin du XIXe siècle émerge un enjeu autour de la responsabilisation des risques. Les conditions et modes de vie ouvriers sont alors mis en cause. L’auteur rappelle combien à cette période l’ouvrier dépend de son employeur, et si le travail comporte des risques, ils sont assumés a priori par le salarié. Peu à peu une démarche paternaliste se met cependant en place pour traiter le mode de vie des ouvriers, croyant ainsi prévenir des risques. La fin des années 1900 pose la question du surmenage, cette question étant portée à la fois par les syndicats et par la psychologie. D’autre part, l’intensification du travail est théorisée par des acteurs externes comme les ingénieurs. Le taylorisme est critiqué quant à sa réelle capacité à simplifier le travail. Mais cette période signe surtout une ouverture législative, des lois sont votées sur la prévention des risques liés travail en 1893 et 1898. En 1919, certaines maladies commencent à être indemnisées. Par la suite, la guerre et la reconstruction ont plusieurs effets sur le travail, comme l’entrée des femmes et le durcissement des conditions de travail. Entre alors en scène la psychologie du travail qui vise à anticiper les fragilités des travailleurs renforçant la responsabilité individuelle face aux risques.

  • 4  Comité d’hygiène, de sécurité, et des conditions de travail, constitué par des membres désignés du (...)

5Au fur et à mesure de l’analyse, Hatzfeld montre comment les acteurs tendent à rationnaliser le risque, avec l’épidémiologie pour objectivation et mesure. Dans les années 1980, c’est l’émergence des risques psychosociaux. Face à l’augmentation de la productivité, les organisations internationales proposent des mesures qui visent à protéger les travailleurs et c’est une directive cadre de l’Union européennes qui « donne une impulsion décisive à l’obligation générale de prévention de l’employeur ». Les instances syndicales sont mises à contribution avec des moyens plus ambitieux pour créer le CHSCT4, doté de moyens financiers et juridiques comme le droit d’alerte et le droit de retrait.

  • 5  On pense ici à l’enquête française SUMER qui additionne plusieurs modèles.

6Le second article, rédigé par Ruth Ndjaboué, Michel Vézina et Chantal Brisson, analyse les modèles inspirés par Karasek (analyse du lien entre la demande, la latitude et support au travail et leur impact sur la santé mentale) et Siegrist (l’impact du déséquilibre effort-reconnaissance sur la santé mentale). Pour chaque modèle, ils repèrent dans la littérature le nombre d’études réalisées, et comparent leurs résultats. Ils cherchent ainsi à évaluer leur pertinence en termes d’analyse des risques. On en retient l’importance de prendre en compte de nouveaux paramètres que les auteurs s’efforcent de présenter très pédagogiquement, comme la justice organisationnelle, le leadership et la prédictibilité du travail. Ces modèles sont encore peu développés, et comportent des limites puisque chaque questionnaire n’évalue que quelques indicateurs. Donc cet article montre surtout à voir que chacun de ces modèles a finalement bénéficié de peu d’études publiées, qu’ils sont séparément insuffisants mais que rassemblés dans chaque enquête, ils peuvent élargir le champ d’analyse épidémiologique de la santé mentale5.

7Dans le troisième article, Hélène Sultan-Taieb et Isabelle Niedhamer posent une question politiquement forte : Peut-on chiffrer les enjeux de santé pour leur donner un poids dans le débat ? Elles prennent ici le parti de limiter la portée des analyses quantitatives. Elles reconnaissent des limites d’exhaustivité à l’analyse épidémiologique, même si on reconnaît à cette méthode une vision internationale sur les problématiques de santé mentale au travail et une force d’argumentation synthétique facilement reprise dans le champ politique et social. Un enjeu fort, certes, mais qui implique, selon les auteures, de repérer l’ensemble des pathologies imputables au stress et elles sont très nombreuses à ne pas encore être reconnues. Elles ne manquent pas de rappeler à ce propos le contexte juridique ainsi que la mobilisation des acteurs en santé publique. Pour justifier leur critique, elles questionnent les « fractions attribuables » qui se résumeraient dans l’idée que toute maladie étant potentiellement multifactorielle, cela n’empêche pas de tenter d’y relever les facteurs principaux, stress y compris, de manière à pouvoir faire reconnaître ces pathologies comme liées aux conditions de travail. Et par conséquent, pouvoir y porter une action politique et sanitaire plus globale. Ainsi, les articles de leur revue de littérature soulignent le lien entre stress et pathologies comme les troubles musculo-squelettiques, les maladies cardio vasculaires, etc. Pour les auteures, les problématiques soulevées mériteraient d’être associées à de nouvelles études afin de pouvoir mieux qualifier l’impact du stress, notamment grâce aux nouveaux symptômes qui apparaissent grâce à une analyse de genre.

  • 6  Portée par Dejours, elle lie la santé à la souffrance à la subjectivité, « au collectif et règles (...)
  • 7  Portée par Clot, elle pense la santé liée à un pouvoir d’agir.

8Le quatrième article est une revue de la littérature élaborée par Pascale Molinier et Anne Flottès concernant les apports et les discussions entre la psychodynamique du travail6 et la clinique de l’activité7. Toutes deux sont nées de la psychopathologie du travail des années 1950. Elles analysent le cœur de l’activité de travail pour y saisir les enjeux imbriqués entre les individus et l’organisation dans laquelle ils sont pris. Au travers de nombreux articles cités de ces deux disciplines, les auteures rappellent combien ces approches sont simialaires, en ce sens qu’elles traitent des mêmes sujets et croient profondément l’une comme l’autre à l’existence d’une dimension sociale, humaine et organisationnelle à la santé pour « dépsychologiser » les approches. Ainsi, l’utilisation de la notion de risques psychosociaux permet d’aller au-delà de celles de stress, de harcèlement, etc., qui centrent les problématiques sur l’individu, ses ressorts et ses fragilités, au détriment de l’activité. Ce numéro donne à voir des liens entre santé physique et santé mentale par le biais d’analyses qualitatives approfondies. Ainsi des chercheurs révèlent un ensemble de symptômes physiques encore méconnus, portant une forte dimension genrée et dont l’origine est à la fois physique et psychique, liés à des conditions plus larges de travail : des Troubles Musculo Squelettiques, des pathologies liées à la surcharge de travail, des addictions, du harcèlement comme défense, de la violence et la gestion des émotions et même du suicide.

9Le cinquième article, intitulé « la perception d’un “désajustement” dans sa situation de travail : les enseignements d’une revue de littérature sur les risques psychosociaux » a été écrit par Damien Cartron et Catherine Guaspare. L’axe de cette revue de littérature pose la notion de désajustement comme étant potentiellement à l’origine d’une souffrance, et cette hypothèse est corroborée par de nombreuses études. Ici, le désajustement sert de base de réflexion pour creuser les écarts de projection, de perception, de vécu dans le monde du travail : tout d’abord l’écart entre poste et formation. Cela concerne les modes de transmissions de savoir, postures et informations pour la réalisation du travail comme les savoirs dont les salariés disposent a priori ou disponibles sur le terrain du travail. On peut mettre en lien le décalage entre le poste et la qualification, les tâches, la prescription et la réalisation opérationnelle, les savoirs locaux, et la reconnaissance. Plus loin, il s’agit de questionner ainsi la projection du salarié sur son poste, sur le bon travail, sur le service qui ne met pas en péril la santé et qui donc convient à l’éthique que l’on construit du travail, quelle qu’elle soit. Ainsi ces questions ont été prises en compte dans un ensemble de questionnaires et notamment dans l’enquête 2012 de la DARES Conditions de travail. Ces travauxincitent le chercheur à entrer dans le détail de l’activité pour repérer les problématiques liées à l’activité en elle-même ou aux contraintes matérielles qui sont souvent à l’origine du mal-être dans les organisations.

10Toutes les dimensions relevées dans cette revue - outils d’évaluation de la santé, explicitation des symptômes et des raisons de la souffrance ou les outils d’enquêtes et d’analyse - permettent de situer le champ de la recherche sur les risques psychosociaux. On retient qu’il n’existe aucune recension systématique des travaux, ni de véritables mises en communs des résultats pour border l’ensemble des facteurs qui agissent sur la santé mentale. Cependant, au regard de l’état de la question ainsi dressé, on s’aperçoit que de nombreuses pistes ont été lancées et mériteraient des approfondissements, et notamment sur le genre des risques qui permet de découvrir de nouveaux symptômes encore inexplorés.

Haut de page

Notes

1  Gollac Michel, Bodier Marceline (dir.), Mesurer les facteurs psychosociaux de risque au travail pour les maîtriser, DARES, Ministère du travail et de l’emploi, avril 2011 disponible en ligne : http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_SRPST_definitif_rectifie_11_05_10.pdf.

2  Yves Clot, Le travail à coeur. Pour en finir avec les risques psychosociaux, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2010, 190 p. ; http://lectures.revues.org/1064.

3  Dans le cadre de son obligation générale de prévention, l’employeur doit évaluer les risques professionnels dans un document mis à disposition des salariés. Il permet d’appréhender les dangers pour la santé et la sécurité des travailleurs dans tous les aspects liés à l’activité de l’entreprise, et vise l’identification et l’analyse des modalités d’exposition des salariés à des dangers (repérage d’un équipement, d’une installation ou d’une méthode de travail susceptible de causer un dommage pour la santé…) et à des facteurs de risques (conditions de travail, contraintes subies, marges de manœuvre pour exercer l’activité). Cf. http://travail-emploi.gouv.fr/informations-pratiques,89/fiches-pratiques,91/sante-conditions-de-travail,115/la-prevention-des-risques,1046.html.

4  Comité d’hygiène, de sécurité, et des conditions de travail, constitué par des membres désignés du comité d’entreprise et des délégués du personnel.

5  On pense ici à l’enquête française SUMER qui additionne plusieurs modèles.

6  Portée par Dejours, elle lie la santé à la souffrance à la subjectivité, « au collectif et règles de métiers ».

7  Portée par Clot, elle pense la santé liée à un pouvoir d’agir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Jacquelin, « Michel Gollac (dir.), « Les risques psychosociaux au travail » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 03 décembre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10191

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page