Navigation – Plan du site

Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle

Yann Calbérac
Le mouvement situationniste
Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle, L'Échappée, 2012, 337 p., ISBN : 978-2-915830-37-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’impact du mouvement situationniste est tel qu’il a durablement marqué l’histoire intellectuelle du XXe siècle, faisant ainsi oublier qu’il est animé par un petit groupe ‑ soixante-dix membres au total ‑ et que sa durée d’existence est finalement très limitée : il naît dans la lignée du mouvement lettriste en 1952 et est dissous en 1972. Il a connu de nombreuses évolutions pendant ses vingt années d’existence au point qu’il influence encore durablement les débats intellectuels et artistiques. Cet ouvrage ‑ tiré d’une thèse de philosophie récemment soutenue ‑ est organisé en deux grandes parties, de longueurs équivalentes, ce qui traduit bien l’ambition de cette histoire intellectuelle : la première traite du mouvement situationniste de sa création à sa dissolution, alors que la seconde explore la nébuleuse post-situationnisme. Le situationnisme ne s’éteint donc pas à sa disparition et continue d’infuser les débats et les réflexions : ne pas dissocier le situationnisme des mouvements qu’il a influencés, c’est tout l’intérêt et la richesse de la démarche mobilisée. L’auteur entend, par ses travaux, mettre ainsi fin à un paradoxe : alors que le situationnisme et ses principaux membres (notamment Guy Debord et sa Société du spectacle) sont régulièrement évoqués, les positions du mouvement et ses fondements théoriques restent finalement méconnus.

2Le situationnisme naît en 1952 dans le giron de l’Internationale lettriste menée par Isidore Isou, et dans la proximité du surréalisme et des différentes formes d’expression qui se développent après la Seconde Guerre mondiale pour contester les formes d’art académiques. Le but des jeunes auteurs rassemblés ‑ Guy Debord, Michèle Bernstein, Serge Berna, etc. ‑ est d’aller plus loin encore et de dépasser la forme même de l’œuvre d’art en faisant de la vie et du quotidien des œuvres d’art à part entière. Pour ce faire, les artistes expriment leur créativité à travers des situations, c’est-à-dire des moments de la vie quotidienne qui sont le cadre de multiples expériences et de performances : l’œuvre d’art se déploie donc dans les plis (temporels et spatiaux) du quotidien. L’espace urbain attire très vite l’attention des situationnistes qui donnent un nom et une fonction à son parcours : c’est la « dérive » qui fait de la ville un théâtre et de l’errance une situation à part entière, comme par exemple se déplacer dans Paris muni d’un seul plan de Berlin. Cet intérêt pour l’espace se formalise dans une nouvelle science, la « psychogéographie » que Guy Debord définit comme « l’étude des lois exactes et des effets précis du milieu géographique, consciemment aménagé ou non, agissant directement sur le comportement affectif des individus ». En anticipant sur les évolutions que la géographie connaîtra dans les années 1970 en s’ouvrant aux représentations et à l’espace vécu, les situationnistes entendent donc théoriser cette pratique artistique et à en faire non seulement un outil pour donner prise aux émotions, mais aussi un instrument politique à part entière destiné à contester les formes d’autorité qui s’exercent sur ces espaces.

3C’est ainsi que le situationnisme glisse de l’art à la politique et connaît un nouvel écho dans le contexte de 1968. Cette critique politique est formulée par Guy Debord grâce au concept de spectacle défini non pas comme « un ensemble d’images » dont on voudrait critiquer l’avalanche, mais plutôt comme le « rapport social entre des personnes, médiatisé par des images ». Le spectacle ‑ dont le vocabulaire s’inspire du théâtre brechtien ‑ décrit donc le stade ultime du mode de production capitaliste et reçoit un accueil favorable auprès des mouvements contestataires des années 1960 qui assurent le succès non seulement du concept mais aussi de leurs auteurs.

4En dépit de la vitalité du mouvement, celui-ci est finalement dissous en 1972. Mais son héritage se perpétue et est encore bien vivace aujourd’hui. La deuxième partie de l’ouvrage retrace la circulation et les transformations ‑ dans les courants artistiques et scientifiques ‑ des thèmes situationnistes. Dans les arts contemporains, il popularise la performance, une forme d’expression qui découle directement de la situation.Et dans les sciences humaines et sociales, le situationnisme joue un rôle décisif dans l’avènement du « tournant spatial », c’est-à-dire l’importance accrue de l’espace au détriment du temps dans le contexte de remise en cause de l’idée de progrès, ainsi que dans le renouveau des études sur la ville qui était le théâtre des dérives.

5Même si l’on peut déplorer le choix de ne proposer qu’une bibliographie sélective ainsi que l’absence d’un index des noms qui permettrait de se repérer plus facilement dans la nébuleuse situationniste, il faut souligner le soin apporté à l’édition : le format, la maquette et la typographie font de cet ouvrage de référence un objet particulièrement agréable à lire et à consulter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Calbérac, « Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10338

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page