Navigation – Plan du site
Scientisme(s) et communication

Scientisme(s) et communication

Aurélie Tavernier (dir.), « Scientisme(s) et communication », médiation et information, n° 35, 2012, 226 p., L'Harmattan, ISBN : 978-2-336-00619-2.
Notice publiée le 11 février 2013

Présentation de l'éditeur

Ce numéro propose d'ouvrir la boîte noire des fabriques du scientisme. Il rétablit un dialogue et une incertitude nécessaires, afin de questionner ces points de passage entre sciences exactes et sociales, savoir et pouvoir, usages et abus des sciences, politique et politisation du savoir. Les textes ici réunis réfutent l'opposition teintée d'immanence entre la « pureté » de la science et « l'impureté » scientiste.

SOMMAIRE

Présentation

Aurélie Tavernier

Entretiens

- À propos de l’engagement du savant dans le politique. Le métier d’historien – ou comment faire usage de l’histoire pour éviter d’en abuser. (Entretien avec Gérard Noiriel)

- De la normalisation des savoirs à l’imposture scientifique : retour et détours de l’idéologie scientiste. (Entretien avec Roland Gori)

Dossier

- Savoirs et scientisme saisis par le discours. Les liaisons discursives (Roselyne Ringoot)

- Positivisme ou scientisme ? Les enjeux politiques d’un point de vocabulaire (Frédéric Dupin) 

- Vous pouvez répéter la réponse ? L’expertise scientifique au risque de la certitude (Aurélie Tavernier)

- La démocratie participative ou l’impossible refus du scientisme (Magali Nonjon)

- La science sur le web. Numérisation des textes et dédifférenciation du savoir (Johannes Angermüller)

- Mesure et démesure de l’emballement médiatique. Réflexions sur l’expertise en milieu journalistique (Pascal Froissart)

- Mise en scène de la scientificité dans le débat citoyen. Le cas des OGM comme argument d’une lettre ouverte autour de la science (Nathalie Garric - Michel Goldberg)

- Fiction, idéologie et argumentation dans le débat sur les OGM (Michel Goldberg - Maryse Souchard) 

Hypothèses (parole aux jeunes chercheurs)

- Du scientisme à l’anti-scientisme ? L’utilisation du discours scientifique comme ressource militante par « Ni Putes Ni Soumises » (Zineb Benrahhal Serghini)

- Délinquance juvénile : les usages journalistiques des discours sociologique et criminologique (David Pichonnaz) 

Haut de page