Navigation – Plan du site

Jean-Pierre Devillers, La toile blanche d’Edward Hopper

Stéphane Courant
La toile blanche d'Edward Hopper
Jean-Pierre Devillers, La toile blanche d'Edward Hopper, Arte éditions, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que s’est tenu au Grand Palais d’octobre 2012 au 3 février dernier une rétrospective de l’artiste américain d’Eward Hopper (1882-1967), les éditions Arte permettent à ceux et celles qui l’ont manquée de se rattraper par le biais d’un documentaire de Jean-Pierre Devillers. La Toile Blanche d’Edward Hopper offre, dans une première partie d’un peu moins d’une heure, un regard critique sur la vie et l’œuvre d’Hopper, et propose en complément le témoignage de Win Wenders sur l’influence du peintre américain dans ses créations.

2Le film s’ouvre sur cette remarque d’Hopper : « il y a dans la peinture quelque choses d’essentiel, quelque chose de plus, qui ne s’explique pas », c’est ici tout le pari de Devillers, trouver des éléments pouvant illustrer et révéler le génie créatif de ce peintre reconnu par le plus grand nombre.

3Le réalisateur fait le choix judicieux de ne pas s’attarder longuement sur l’enfance et la jeunesse de l’artiste. Même si, ci et là, quelques éléments apparaissent essentiels pour saisir le personnage — tel que son projet initial de devenir architecte naval qui le mènera à l’École d’Art Appliqué de New York où il apprendra les techniques de l’illustration commerciale — le réalisateur préfère s’attarder, entre autre, sur les trois voyages de Hopper à Paris et sur son engouement pour certains peintres européens.

4Loin d’un ton pédagogique, Devillers permet au novice de s’interroger et de s’initier aux jeux des influences et des chuchotements artistiques que l’on pressent dans de nombreuses œuvres de Hopper, même si ce dernier n’en reconnait pas officiellement. En effet, comment saisir Soir Bleu (1914) ou bien encore Two Comedians (1965) sans penser au Gilles et la théâtralisation de Watteau ? Comment percevoir le travail sur la lumière d’Hopper en oubliant Rembrandt ou Manet ?

5Le réalisateur choisit également de faire valoir les multiples dissonances qui ont jalonné le début de carrière de Hopper, que ce soit sur la difficulté de le classer dans un courant artistique précis (fait-il de la peinture narrative ou de la peinture figurative ?), ou sur son appartenance claire au Ashcan School ou bien encore aux dissonances avec les attentes institutionnelles telles que celles du Museum of Modern Art (Moma).

6À côté de ces multiples interrogations, Devillers démontre comment le travail de Hopper s’affirme peu à peu comme une œuvre pleinement américaine, que ce soit par les sujets abordés en traitant notamment les dérives moralistes de son pays — par exemple, les trafiquants de whisky en pleine période de prohibition avec son tableau The Bootleggers, l’invasion des proxénètes français dans Soir Bleu, la condamnation et la fin du théâtre burlesque avec Girlie Show (1941) ou bien encore sur la question du maccartisme avec Conference at night (1949), ou que ce soit à travers le lien qui unit Hopper et le cinéma. Le peintre comme le cinéaste ont besoin d’une toile blanche pour s’exprimer et donner de soi : on comprend alors l’influence mutuelle qu’il y a entre ce peintre et de nombreux réalisateurs de cinéma.

7Sur ce point on pourra noter un paradoxe ou du moins une maladresse. Devillers illustre son propos grâce à de nombreux extraits de film de Wim Wenders ou d’Alfred Hitchcock — notamment en soulignant la similitude entre la célèbre maison de Psychose et le tableau House by the Railroad (1925) ou encore en faisant le lien entre un sujet cher à Hopper, les fenêtres, et le film Fenêtre sur cours, mais il omet que ces deux réalisateurs sont respectivement allemand et britannique. Il aurait été peut-être plus opportun de s’attarder sur des auteurs faisant partie pleinement de l’âge d’or du cinéma narratif classique américain. Sa démonstration est beaucoup plus probante quand il fait appel à la période précédant la Seconde guerre mondiale, période qui a une influence directe et va infléchir l’œuvre de Hopper. Les tensions et la montée de la guerre en Europe vont ainsi inspirer une série d’œuvres interrogeant cette Amérique qui hésite à rentrer en guerre, tels que Ground Swell (1939), le célèbre Nighthawks (1942) ou Summertime (1943).

8Sans aucun doute, le chapitre consacré à Cap Cod — lieu à la fois de villégiature Lighthouse hill (1927) et lieu destiné à la peinture du couple Hopper — est fort instructif et offre une certaine herméneutique sur le travail d’Hopper. Savoir par exemple que c’est là où ce dernier s’est consacré à l’observation des phénomènes naturels, comme le qualifie l’artiste, mais que c’est aussi le lieu que Hopper a choisi pour s’engager dans une milice de vigies scrutant ciel et mer dans l’attente des bombardements japonais, permet de comprendre pleinement la récurrence de certaines thématiques dans ses œuvres telles que la solitude, l’attente, la quiétude, l’espérance. Au-delà de Cap Cod, c’est l’atelier avec une lumière du nord, c’est aussi là que Hopper a travaillé un de ses tableaux les plus abstrait, Rooms by the sea (1951), qui résume à lui seul le dernier chapitre de son œuvre, « peindre un rayon de soleil découpant les formes d’une architecture ». On pense alors à la phrase de Goethe que cite Hopper en début de film : « La fin première et dernière de toute attractivité littéraire, c’est la reproduction du monde qui m’entoure via le monde qui est en moi, toute chose devant être saisie, reprise, recrée, assimilée et reconstruite sous une forme personnelle et originale ».

9Ce film d’un peu moins d’une heure autour de ce grand artiste issu du réalisme social des années 30, retrace et synthétise parfaitement la vie et l’œuvre de l’homme. Même si l’on aurait apprécié un développement plus important de la période de marginalisation de Hopper en raison de l’hégémonie de l’art abstrait jusqu’en 1967, Jean-Pierre Devillers offre des angles de lecture et d’interprétation pertinents. Par la qualité des textes, le choix de comédiens (Irène Jacob, Mathieu Amalric), la sélection musicale, les multiples extrait cinématographiques (David Lynch), ce film est loin de l’argumentation et la démonstration académique et laisse surtout place à une production sensible et intelligente.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Courant, « Jean-Pierre Devillers, La toile blanche d’Edward Hopper  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 mars 2013, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11036

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Courant

Docteur en anthropologie, membre associé au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Toulouse.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page