Navigation – Plan du site

Constance De Gourcy, Paysage et Développement Durable. Marseille et sa région

Sylvette Denèfle
Paysage et développement durable
Constance de Gourcy, Paysage et développement durable. Marseille et sa région, Université de Provence, coll. « Espace & développement durable », 2012, 146 p., préf. Jean-Samuel Bordreuil, ISBN : 978-2-85399-842-0.
Haut de page

Texte intégral

1L’évolution de la profession de paysagistes, passant du jardinier d’après la seconde guerre mondiale à l’expert en gestion durable de territoires au XXIe siècle, en passant par le producteur d’espaces verts ou l’artiste créateur des parcs publics, est le propos central de cet ouvrage académique issu d’une recherche en collaboration avec l’École nationale de paysage de Marseille qui a été menée en deux vagues d’entretiens, doublées d’observations de cas exemplaires. Ce travail d’équipes qui s’est déroulé sur 4 années s’est inscrit dans un programme du Ministère de l’Écologie et du Développement Durable soutenu par la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, lieu du déroulement de l’enquête, choisi pour la qualité de ses paysages et la forte pression exercée par le développement urbain et touristique sur l’ensemble de ses territoires méditerranéens.

2La question initiale était de mesurer l’impact des orientations récentes des politiques publiques en termes de développement durable sur l’organisation d’une profession qui se caractérise par des changements importants dans les cinquante dernières années. La première partie de l’ouvrage rend compte de la façon dont la profession a construit ses compétences et son champ d’intervention. La deuxième partie analyse en quoi l’établissement d’une exigence publique du développement durable a façonné les missions de la profession qui a su s’y inscrire, la reprendre, l’intégrer tout en conservant une approche spécifique issue des acquis des métiers antérieurs du paysage. Enfin, la troisième partie montre comment les paysagistes contribuent à modeler les conceptions de la durabilité en inscrivant leurs pratiques dans la complémentarité des autres experts du développement durable que sont les biologistes, les architectes, les urbanistes ou les aménageurs.

3L’analyse de la notion de paysage, au vu d’un ensemble de textes réglementaires récents, conduit les chercheurs à dépasser l’évidence des liens entre les paysagistes et la dimension environnementale du développement durable pour souligner combien la profession a su jouer des dimensions économiques et sociales qui le définissent pour ouvrir des marchés, des exigences et des compétences spécifiques qui concernent les territoires bien plus que les seuls paysages. L’ouvrage tend donc à « apprécier l’impact que va avoir l’emprise de la problématique du développement durable sur l’exercice de la profession de paysagiste ».

4Partant de l’hypothèse de l’intérêt central des questions du développement durable pour les métiers du paysage qui développent des compétences en biologie végétale, en génie écologique ou en dessin, l’étude montre que le paysagiste passe progressivement de l’entretien des espaces verts à la participation au projet urbain ou territorial en collaboration avec les autres métiers de l’aménagement et tout particulièrement dans la ville en train de se recomposer, à sa périphérie ou dans son renouvellement. Cette mutation de la profession s’appuie sur les fondements des métiers de la terre avec les compétences pratiques qui y sont liées et, par l’art du dessin, du regard, de l’analyse des contextes, glisse vers une science du projet. Une histoire problématisée des métiers du paysage fait ressortir une dualité générationnelle dans cette profession qui rattache les plus anciens à des modèles plus techniques ou plus esthétiques du métier alors que les plus jeunes réalisent, par l’abstraction de l’analyse savante, la conception d’un territoire qui ne se pense qu’à venir, dans une temporalité longue qui intègre aussi bien un passé valorisé qu’un avenir consciemment envisagé. Passant de l’entretien des espaces végétalisés à la conception d’un territoire en devenir, « les paysagistes deviennent les traducteurs d’un projet de société dont l’horizon mobilisateur est celui du durable ». Petit à petit, le jardinier devient paysagiste-urbaniste.

5L’originalité de ce travail tient au fait que l’étude de ces évolutions est faite par une analyse très fine des discours recueillis qui montrent comment les modalités des actions publiques sont ré-agencées pour légitimer des compétences propres à ce nouveau champ professionnel, du point de vue de la formation, des métiers et des missions qui leur sont confiés. C’est parce que les paysagistes ont la capacité de voir la globalité des paysages mais aussi les éléments patrimoniaux invisibles au promeneur ou aux autres professionnels, parce qu’ils ont des savoirs historiques, techniques et prospectifs qu’ils peuvent, à l’intérieur des logiques triptyques du développement durable, être force de propositions pour des projets économes, écologiques et riches d’humanité. En établissant la niche professionnelle qu’ils construisent dans le marché de l’aménagement territorial, les paysagistes amènent une lecture spécifique de la durabilité qui, souvent s’écarte de celle des autres métiers mais qui parvient toujours à se positionner positivement dans l’évidence sociale actuelle de la durabilité.

6Cet ouvrage nous donne à voir l’évolution d’un champ professionnel dans son interaction avec les conceptions sociétales de son champ d’action. Il le fait par le truchement d’une argumentation méthodique et académique qui souvent en alourdit la lecture mais avec un souci constant d’asseoir chaque étape du raisonnement. On aurait aimé plus de matière, d’exemples, d’exposés de cas précis qui auraient servi la dynamique du texte et entraîné le lecteur dans les paysages méditerranées ou les réalités sociales de la région d’observation, ce que le titre de l’ouvrage pouvait laisser à penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvette Denèfle, « Constance De Gourcy, Paysage et Développement Durable. Marseille et sa région », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 05 avril 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11186

Haut de page

Rédacteur

Sylvette Denèfle

Professeure de sociologie à l’Université F. Rabelais de Tours, membre de l’UMR 7324 CITERES (Cités Territoires Environnement et Sociétés), membre du Conseil Scientifique du CNRS. Ses travaux actuels portent sur les problématiques croisées du genre et des études urbaines, notamment sur les pratiques sociales en lien avec l'architecture et l'urbanisme.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page