Navigation – Plan du site

Michel Gondry, L’épine dans le cœur

Stéphane Courant
L'épine dans le coeur
Michel Gondry, L'épine dans le coeur, Éditions Montparnasse, 2013.
Haut de page

Texte intégral

1Après les films, les clips vidéo et les spots de publicités, Michel Gondry ajoute une corde à son arc avec la réalisation d’un documentaire. Au premier abord loin de l’univers délirant de ses précédentes productions, L’épine dans le cœur nous fait découvrir Suzette Gondry, institutrice à la retraite et tante du réalisateur.

2Comme le confie Gondry « une des raisons qui m’ont poussé à enregistrer l’histoire de Suzette est, que dans ces montagnes du Cévenol, elle a marché le long d’un chemin tracé par l’Histoire de France du XXsiècle. L’exode rural provoquait par l’industrialisation de la France […] a vidé les campagnes de ses populations. Suzette a enseigné à ceux qui sont restés de moins en moins nombreux ».

3Si effectivement l’intention première était de retracer par l’intermédiaire de ce récit de vie, la vie professionnelle de sa tante, il n’en demeure pas moins qu’il éclaire d’une certaine manière le parcours de ces nombreuses institutrices dévouées à la noble cause de la transmission. De toutes ces femmes qui ont dû faire front à la charge de leur profession, mais aussi à la difficulté de s’adapter à des régions rurales et isolées, loin des agitations des ministères et des réformes à tout va.

4Mais les montagnes, la campagne n’isolent pas forcément de tout, et c’est ainsi que la jeune institutrice, suite à la fin de la guerre d’Algérie, va devoir passer d’une classe unique composée de quelques élèves, à une classe issue de cette nouvelle immigration que la France découvre, celle des harkis. Si la rencontre culturelle n’est pas chose évidente, Suzette par son exigence pédagogique – notamment en obligeant les pères de scolariser leurs filles – et surtout par sa profonde humanité ont permis tant bien que mal d’aider ces nouveaux arrivants à s’adapter à la dureté de leurs nouvelles conditions de vie.

5Mais Michel Gondry ne se contente pas de faire parler sa tante et d’illustrer ses dires avec des extraits de films familiaux en super 8, il convoque et interroge aussi les proches, les amis, les anciens collègues ou les anciens élèves afin de croiser les dires, les opinions et les souvenirs.

6Alors, de nombreuses langues se délient – est-ce l’effet caméra ? – et laissent entendre la difficulté du dire, que ce soit à la campagne ou simplement dans le cercle familial. Se révèlent alors peu à peu des non-dits, des secrets qui n’en sont pas forcément, des aveux sur ces obligations qui pèsent ou qui ont pesé au quotidien, bref de toute la difficulté du rapport à l’autre au sein même de la famille. Ce n’est donc pas tant un documentaire sur une institutrice, mais c’est aussi un tendre regard à la fois sur une mère qui avoue que son fils « c’est vraiment une épine dans [son] cœur », ou d’une épouse toujours aussi touchée par la mort de son mari, ou bien encore d’une femme retraité et qui se retourne sur le chemin déjà parcouru.

7C’est ici tout l’enjeu du récit de vie, faire dire, faire remémorer les grandes étapes de vie comme les petites anecdotes, ces petites histoires qui convoquent tout autant le rire avec ses blagues potaches que la mélancolie de cette jeunesse conjuguée au passé.

8Cependant le documentaire demeure une réalisation de Michel Gondry, et ce dernier laisse peu de place pour un quelconque pathos, et préfère saisir l’anecdote, celle qui permet d’attraper, comme l’aurait qualifié Perec, l’infra-ordinaire. À cela s’ajoute la touche créative de Gondry. Ainsi, on retrouve l’insertion de nombreuses animations que cela soit avec un petit train matérialisant toutes les mutations et déménagements qui ont ponctué la vie de Suzette, ou que cela soit avec le cercueil à pattes sur le chemin des morts, ou tout simplement le jeu optique avec les enfants aux capes invisibles. La créativité, l’invention ludique de Gondry semble alors faire écho à la débrouillardise de sa tante, qui de par son éloignement de grands centres urbains et du peu de moyen dont elle disposait pour enseigner, arriver à base de bric et de broc à élaborer des spectacles, à faire des sorties pédagogiques et sportives (initiation à la natation demandant des heures de taxis), etc. On comprend alors que la tante Suzette est bien plus qu’une simple parente, mais bien une des personnes qui ont sans doute le plus influencé Gondry dans cette volonté de créer cet univers si singulier qu’il a su présenter et valoriser dans ses nombreux films tels que La science des rêves.

9Si l’attention première est bien celui de s’attarder patiemment sur la vie de sa tante, on s’aperçoit aussi que Gondry délivre un regard admirateur à la fois sur ces petites gens qui ont porté le cinéma dans ces coins les plus reculés de l’hexagone – comme l’illustre parfaitement la scène où l’on remet en marche, le temps d’une soirée, le projecteur de l’ancienne école des harkis, une projection au milieu de ruine – mais aussi sur toutes ces personnes qui ont pris le cinéma comme un formidable terrain de jeu, de déambulations poétiques et d’inventions.

10Pour beaucoup Michel Gondry est un héritier du génie créatif d’un George Méliès, ou pour d’autre il est en quelque sorte le cousin du monde burlesque de l’inventif Pierrick Sorin, mais de fait, Gondry rappelle que bien souvent les principales influences sont essentiellement émises par le cercle le plus proche de soi, et que pour lui, sa tante, par sa vie, ses valeurs, son caractère obstiné, son appétence pour la transmission ont permis de révéler son âme cachée d’artiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Courant, « Michel Gondry, L’épine dans le cœur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 mai 2013, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11532

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Courant

Docteur en anthropologie, membre associé au Laboratoire d’Anthropologie Sociale de Toulouse

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page