Navigation – Plan du site

Stéphane Giocanti, C’était les Daudet

Noémie Boeglin
C'était les Daudet
Stéphane Giocanti, C'était les Daudet, Paris, Flammarion, 2013, 391 p., ISBN : 9782081272286.
Haut de page

Texte intégral

1Deux générations entières de Daudet ont accompagné l’histoire littéraire de la France et l’évolution des mentalités. Si la mémoire collective a retenu le nom d’Alphonse, elle a généralement oublié les noms de son frère aîné Ernest, de son épouse Julia et de leurs fils Léon et Lucien. L’ouvrage de Stéphane Giocanti permet de retracer cette véritable saga familiale, traversant le XIXe et le XXe siècle.

  • 1  Alphonse Daudet, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1986-1994.
  • 2  Par exemple le Journal des frères Goncourt.

2Disposant de nombreuses sources, parfois de la main même des Daudet1 ou de leurs amis proches2, l’auteur nous restitue les petites histoires au sein de l’histoire officielle et publique, représentant la famille Daudet unie malgré les divergences d’opinion et de discours, notamment au moment de l’affaire Dreyfus. Ce livre s’attache particulièrement à raconter l’histoire personnelle d’une famille et de chacun de ses membres, illustres représentants des divers mouvements artistiques et littéraires d’un siècle changeant, ou au contraire, membres inconnus et oubliés.

3Alphonse Daudet compte parmi les romanciers le plus lus de son temps tout en étant reconnu des plus grands. Mais qui était vraiment cet auteur, plus connu pour ses fameuses Lettres que pour ses romans parisiens ? L’ouvrage, divisé en quatre grandes parties, explore la vie de cette famille qui a fréquenté la plupart des grands écrivains, artistes et hommes politiques de son temps : Zola, Cocteau, Renoir, Picasso, Bizet, Gambetta, Clémenceau,… Aucune autre famille ne s’est trouvée davantage au centre de la vie artistique, littéraire et politique d’un siècle sans égal.

4La vie d’Alphonse Daudet, de sa naissance dans une famille modeste de Nîmes à son décès entouré des siens, suite à des séquelles de la syphilis, est digne d’un roman. Pauvre, ayant quitté l’école sans diplôme mais féru de connaissances et de découvertes, le jeune Alphonse, rejoignant son frère à Paris, entre dans le monde, fréquente les artistes et les auteurs dans les salons mondains. Tout d’abord poète, dramaturge et conteur, il souhaite percer dans le roman, mais la concurrence est rude et le succès incertain.

5Comme il est difficile de se faire un prénom dans une famille qui compte autant d’écrivains contemporains les uns des autres. Julia (1844-1940), auteure de nombreux textes, signés de son nom ou sous pseudonymes, n’aura pas le destin éclatant pressenti par Edmond de Goncourt qui verra en elle une « grande artiste ». Elle publiera de très bons ouvrages, sans toutefois signer de chef-d’œuvre. Modestement, dans l’ombre, elle sera la seconde voix de son auteur de mari, Alphonse, tantôt par ses suggestions, tantôt par ses relectures. Ernest (1837-1921), cherchant à bénéficier de l’aura de son petit frère, essaya de gagner les faveurs d’un public qu’il n’atteint pas en tant qu’historien. Journaliste, auteur de monographies, de nombreuses études historiques, il a toutefois réussi sa carrière d’homme de lettres, et compte parmi les historiens français les plus en vue et les plus publiés même si son nom est lui aussi resté dans l’ombre du grand Alphonse.

6Léon (1867-1942), fils aîné de Julia et Alphonse, est un écrivain très prolixe dont la bibliographie est considérable : plus de trois cents notices dans le catalogue de la Bibliothèque Nationale de France. Journaliste, écrivain, critique littéraire, il s’est fait beaucoup d’ennemis à cause de ses positions politiques et de son engagement dans l’Action française, les menaces allant jusqu’à l’assassinat de son fils aîné Philippe en 1923. Son frère Lucien (1878-1946), un temps intéressé par la littérature, avant de se tourner vers la peinture, abandonna peu à peu ses vocations artistiques, mais conserva des relations avec nombre d’artistes et d’écrivains.

7La famille Daudet noue des alliances avec d’autres grands noms du XIXe siècle : Léon épouse Jeanne Hugo, petite fille de Victor Hugo, en première noce ; Lucien entretient une relation homosexuelle avec Marcel Proust, avant de fréquenter le jeune Jean Cocteau. Alphonse, Gustave Flaubert, Ivan Tourgueniev, Edmond de Goncourt, Émile Zola, après s’être rencontrés plusieurs fois les uns chez les autres se retrouvent une fois par mois autour d’une bonne table.

8L’héritage d’Alphonse Daudet est très contrasté. En Provence, sa terre natale, il apparaît, selon Stéphane Giocanti comme « un héritier paradoxal, qui a osé des caricatures de la Provence et de la provençalité comme s’il était devenu un prétentieux parisien. » Au contraire, à Paris, son œuvre impressionne son grand ami Émile Zola, qui ne tarit pas d’éloges à son propos, il est même lu par Charles Dickens, son modèle anglais, qui lui écrit : « un petit frère m’est né en France ».

  • 3  Le Félibrige est une association qui a pour objectifs la sauvegarde, l’illustration et la promotio (...)

9À l’heure actuelle, Alphonse Daudet est entré dans la mémoire collective comme un grand défenseur de la Provence, de ses traditions et de ses lettres, au même titre que Frédéric Mistral et les autres membres du Félibrige3. Son œuvre la plus connue reste Les lettres de mon moulin, publiées en 1869. Le reste de son œuvre, plus parisienne, est méconnue alors qu’il a fourni à la littérature française quelques uns de ses plus beaux contes et romans. Ernest, reste l’un des plus fameux historiens du XIXe siècle, au même titre que Jules Michelet.

  • 4  Marguerite Eymery, Mme Alfred Valette, dite Rachilde (1860-1953), écrivain français.

10Concluons avec les propos de la romancière Rachilde4, citée par Stéphane Giocanti : « nous comptons, si je sais compter sur mes doigts, cinq Daudet qui ont tous du talent comme un seul Alphonse Daudet et cela me semble vraiment extraordinaire. Dans la famille Daudet, tout le monde cherche à l’effacer, sans le vouloir d’ailleurs, tellement chacun a pris à cœur de faire le contraire ou autre chose que lui. Ernest est plus grave, Léon est moins tendre, quant à Lucien, le dernier, il est plus mystérieux ».

Haut de page

Notes

1  Alphonse Daudet, Œuvres, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade, 1986-1994.

2  Par exemple le Journal des frères Goncourt.

3  Le Félibrige est une association qui a pour objectifs la sauvegarde, l’illustration et la promotion de la langue et de la culture spécifiques des pays d’oc par l’intermédiaire de la littérature, du théâtre, de la chanson, du cinéma... http://www.felibrige.org

4  Marguerite Eymery, Mme Alfred Valette, dite Rachilde (1860-1953), écrivain français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Boeglin, « Stéphane Giocanti, C’était les Daudet », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 juin 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11704

Haut de page

Rédacteur

Noémie Boeglin

Doctorante en Histoire à l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne / ENSASE

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page