Navigation – Plan du site

Gilbert Rist, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale

Vincent Enjalbert
Le développement
Gilbert Rist, Le développement. Histoire d'une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po, coll. « Monde et sociétés », 2013, 511 p., 1ère éd. 2007. 4ème édition revue et augmentée, ISBN : 978-2-7246-1279-0.
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de Gilbert Rist peut sembler ambitieux : en déroulant une analyse historique du concept ubiquitaire de développement depuis Aristote jusqu’à la crise de 2008, qu’il évoque notamment dans la préface à cette quatrième édition, il s’attache à nous livrer un libre et public examen de cette notion profondément inscrite dans l’imaginaire occidental. C’est en décortiquant ce concept qui fait relativement consensus et qui a colonisé toute une frange de la pensée qu’il entend éclairer ses présupposés et ses limites, ouvrant la voie à une critique originale qui tranche avec l’indifférence avec laquelle ce terme est habituellement employé. Qu’est-ce qui se cache derrière la grande idée de développement ? Voilà la question fondamentale qui occupe cet ouvrage.

2L’auteur appuie son analyse sur une méthodologie d’inspiration durkheimienne qui, si elle peut parfois alourdir la lecture, soutient rigoureusement sa démonstration. Son premier chapitre est ainsi dédié à une tentative de délimitation et de définition du développement, « mot fétiche », « mot-valise » et « mot plastique » selon ses expressions. L’analyse étymologique et sémantique du terme complète ici son approche socio-historique. Rist montre ainsi qu’il porte nombre d’implicites et d’affects : son usage fait référence à une métaphore organiciste qui affecte au développement une directionnalité positive, une continuité et une irréversibilité. En appliquant les principes naturels de la croissance organique à des institutions sociales et à l’Histoire à travers le concept de développement, force est de constater que celui-ci bascule dans le champ du mythe et du religieux : on incante plus qu’on ne prouve et ne pratique le développement. Comment alors l’examiner, le critiquer voire le remettre en question, puisqu’il est porteur d’idéaux et d’imaginaires que nous partageons tous ?

3Si le développement a pu servir de base à différentes pratiques et politiques économiques et sociales, Rist considère qu’il ne s’agit cependant que de variations sur un même thème, véhiculant les mêmes croyances, les mêmes mythologies, faisant appel aux mêmes rituels. Pour dépasser cette croyance occidentale au développement dont il constate le relatif échec, il construit une définition critique par segments, qui s’appuie plus sur les pratiques que sur les intentions des politiques de développement. Ainsi, en retirant tout ce qui appartient au champ de la croyance, Rist en vient à se demander s’il n’est « autre chose que l’extension planétaire du système de marché ». Le développement ne serait qu’une des composantes de l’idéologie de la croissance qu’il viendrait légitimer en portant un espoir collectif dont on ne questionne plus la pertinence : une croyance, nous rappelle-t-il, c’est précisément ce qui par nature ne peut pas être prouvé, ou remis en question. La crise de 2008 n’a-t-elle pas ainsi renforcé plus que questionné le modèle de développement que nous avons adopté ?

4Les chapitres suivants sont consacrés à l’analyse de l’évolution du concept, dans une approche historique génétique. Par l’étude et la critique des théories successives qui ont soutenu et se sont appuyées sur le concept de développement, Rist entreprend une véritable dissection de son champ idéologique et de sa structuration progressive. Les documents officiels (discours, résolutions...), dont il reproduit parfois des extraits, font l’objet d’une attention particulière et sont confrontés à la réalité des politiques qui sont mises en place et à leurs résultats, afin de mettre en évidence les décalages qui peuvent s’y faire jour. L’ordre chronologique adopté dans l’ouvrage se révèle efficace : nous sommes invités à nous attarder sur les grandes étapes de construction puis de mutation du concept, pour mieux en saisir les conditions de son succès continu.

5Si les civilisations latines et grecques nous fournissent les clés de compréhension du mythe du développement, si l’entreprise coloniale porte les prémices de son avènement, Rist situe son invention dans l’après deuxième guerre mondiale : le point IV du discours d’investiture du Président Truman le 20 janvier 1949, qui traite de la politique extérieure, fait l’objet d’une longue analyse puisqu’il conceptualise et met en mots une idéologie du développement qui, si elle préexistait, n’était jusque là pas clairement définie. Ainsi, on forge un pendant au développement, le sous-développement, qui « introduit l’idée d’une continuité substantielle entre les deux termes, qui ne diffèrent entre eux que de façon relative ». Les décennies suivantes forment une période d’incubation du développement qui colonise progressivement un ensemble d’institutions sociales, et notamment les grandes organisations internationales, véritable porte-paroles et fers de lance de ce concept sur lesquelles revient assez longuement l’ouvrage.

  • 1  Gilbert Rist refuse ainsi de séparer dans son analyse les pays dits développés et ceux qui seraien (...)

6Il est à ce propos intéressant de noter que Rist considère que l’idéologie du développement est portée par l’ensemble des acteurs internationaux, et par les pays du Nord comme par les pays du Sud : ainsi, les États-providence qui se constituent après-guerre et reposent sur des pratiques économiques tendant à favoriser la croissance et les stratégies de développement déployées dans les pays du Sud ne sont que deux modalités d’une même idéologie politique1. Il rappelle ainsi que la pauvreté n’est pas un signe de la maladie du capitalisme, mais la preuve de sa bonne santé. Dans cette perspective, lutter contre la pauvreté revient à en atténuer les effets les plus désastreux et non à transformer le système qui la produit : les Objectifs du millénaire, portés par l’Organisation des Nations Unies (ONU), et plus généralement l’aide au développement, remplissent parfaitement cette fonction et contribuent donc à soutenir le système de pensée dans lequel ils s’inscrivent.

  • 2  Pour prolonger la réflexion sur la décroissance, voir notamment Serge Latouche, Didier Harpagès, L (...)

7Les derniers chapitres de l’ouvrage sont particulièrement bienvenus, puisqu’ils présentent et questionnent des expériences ou des stratégies alternatives, sans cependant véritablement trancher. Le développement durable, qui se veut former une rupture, ne propose essentiellement selon Rist que des mesures palliatives sans proposer de changements paradigmatiques : il est ainsi le premier à être évacué lorsque viennent les crises, comme en témoignent les derniers sommets internationaux relatifs au climat. L’expérience du buen-vivir déployée en Bolivie ou encore les politiques de décroissance sont également évoquées, mais l’on peut regretter que des enseignements plus généraux et édifiants n’en soient pas clairement tirés2.

8La démonstration de Rist, au-delà des analyses plus détaillées de tel ou tel aspect du développement et des moments historiques qui y correspondent, qui sont autant de briques sur lesquelles il s’appuie, porte une cohérence d’ensemble assez solide : l’idée que le développement tel qu’il s’est structuré dans les discours et dans les pratiques est aujourd’hui plus un problème que la solution et empêche toute pensée alternative. Le développement a été érigé en modèle universel et nécessairement vertueux, dont on n’évalue pas les effets sur les sociétés du monde. Parce qu’il appartient au champ de la croyance et qu’il légitime une idéologie économique et sociale dominante, il ne saurait ainsi être remis en question sans que l’on ne soupçonne une démarche militante ; c’est pourtant ce que réussit à faire Rist à travers cet ouvrage aussi pédagogique et accessible que convainquant sur le plan de la rigueur intellectuelle. Dans la période de turbulence que nous connaissons actuellement, cette quatrième édition et le réveil des consciences auquel elle appelle se révèle donc d’une actualité particulièrement brûlante.

Haut de page

Notes

1  Gilbert Rist refuse ainsi de séparer dans son analyse les pays dits développés et ceux qui seraient en voie de développement puisqu’il cherche précisément à saisir le développement comme un phénomène global. Ce choix est relativement original et tranche avec les études qui pour la plupart ciblent l’un ou l’autre de ces groupes de pays. Concernant les pays du Sud, voir notamment Elsa Lafaye De Micheaux, Eric Mulot, Pepita Ould-Ahmed (dir.), Institutions et développement. La fabrique institutionnelle et politique des trajectoires de développement, PU Rennes, coll. « Des Sociétés », 2007.

2  Pour prolonger la réflexion sur la décroissance, voir notamment Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance, Le Bord de l'eau, coll. « Troisième culture », 2012 dont le compte rendu est disponible ici : http://lectures.revues.org/10375

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Enjalbert, « Gilbert Rist, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 juin 2013, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/11782

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page