Navigation – Plan du site

Aurélie Barjonet, Zola d'Ouest en Est. Le naturalisme en France et dans les deux Allemagnes

Frédérique Giraud
Zola d'Ouest en Est
Aurélie Barjonet, Zola d'Ouest en Est. Le naturalisme en France et dans les deux Allemagnes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2010, 280 p., EAN : 9782753511781.
Haut de page

Texte intégral

1Version remaniée d'une partie d'une thèse de doctorat soutenue en 2007 qui envisageait la réception d'Emile Zola sur plus d'un siècle, l'ouvrage Zola d'ouest en est. Le naturalisme en France et dans les deux Allemagnes propose de s'intéresser à la réception de l'œuvre zolienne et du projet naturaliste dans la période de l'après Seconde Guerre mondiale. Il n'est pas question de la réception par les lecteurs anonymes, mais de la réception critique et universitaire de Zola et du naturalisme zolien. L'accent est placé sur la réception est-allemande de Zola. Romancier du prolétariat, les œuvres d'Émile Zola trouvent des échos « naturels » en RDA. L’enjeu de cet ouvrage est de sonder cette réception au moment de la formation des deux blocs, de façon très pointue et fouillée, et de peindre les stratégies adoptées par les récepteurs en vue de réhabiliter Zola. C’est un pari réussi.

2Le coup d'envoi des stratégies de réhabilitation de la critique scientifique date des années 1950. Elles seront suivies depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, jusqu'en 1978, date à laquelle entre autres choses la réhabilitation de Zola semble acquise des deux côtés du Rhin. Aurélie Barjonet différencie la réception, qu'elle définit comme une réaction minimale, de la révision, lorsque la réception est approfondie et répétée et qu'elle vise à produire une nouvelle image de Zola, de la réhabilitation terme par lequel elle désigne une action de long terme qui vise à valoriser l'image de Zola.

3Le premier chapitre est une voie d'entrée salutaire dans l'ouvrage, qui dresse un état des lieux de la réception de Zola au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale en France, RDA et RFA. Dans les années quarante, Français et Allemands mobilisent Zola à des fins extra-littéraires : le combat du romancier en faveur d'Alfred Dreyfus est invoqué à des fins de récupération politique. Les communistes sont ainsi prompts à convoiter Zola. C’est aussi les premiers temps de l’exploration et de l'approfondissement universitaire de Zola. Il semble que l'Allemagne de l'Est soit plus intéressée par Zola que l'Allemagne de l'Ouest. Zola fait figure de patrimoine démocratique.

4Choisie pour éditer les Rougon-Macquart dans une nouvelle traduction allemande, Rita Schober est à la fois la réceptrice de l'oeuvre de Zola la plus précoce et dominante en RDA. Dans le chapitre deux, Aurélie Barjonet revient sur le parcours des deux premiers récepteurs de Zola en RDA : Victor Klemperer et Alfred Kantorowicz. L'auteure développe une vision attentive aux capitaux des traducteurs et au contexte historique et social de déploiement de leurs missions de traducteurs. Ce n’est cependant qu'avec Rita Schober que Zola est véritablement introduit en RDA comme un auteur légitime. Aurélie Barjonet retrace la genèse des traductions zoliennes, et dessine le parcours des travaux de Rita Schober, qui ont constitué une étape importante dans la réhabilitation de Zola. D'abord réhabilité en tant que romancier réaliste, Rita Schober voit progressivement en Zola un « novateur ». Elle est une des seules à analyser le style de Zola. Les analyses d’Aurélie Barjonet nous permettent d'analyser le parcours d'une traductrice, passée de la fidélité aux thèses de Lukacs à une progressive hétérodoxie. Hétérodoxie qui n'est pas sans lien avec l'évolution politique des deux Allemagnes.

5Zola d'ouest en est. Le naturalisme en France et dans les deux Allemagnes est un ouvrage destiné à un public éclairé sur Zola. Extrêmement fouillé, il n'est pas d'un abord facile, mais constitue une base de travail importante. S’appuyant sur des sources multiples (entretiens menés avec des témoins et des acteurs de la réception zolienne en particulier avec Rita Schober, éditions zoliennes, articles critiques (postfaces, préface et articles) mais aussi articles de presse) ce livre retrace une histoire intellectuelle et culturelle récente. Il possède les vertus d'une approche comparatiste, qui met en évidence des éléments saillants de la réception zolienne et partant le poids du contexte culturel pour la lecture. C’est le cas notamment du dernier chapitre consacré à une étude croisée de la réception zolienne dans les deux Allemagne et en France. Adoptant une perspective à la fois chronologique et géographique, l'analyse permet au lecteur de progresser pas à pas dans la compréhension de la réception zolienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Giraud, « Aurélie Barjonet, Zola d'Ouest en Est. Le naturalisme en France et dans les deux Allemagnes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 25 janvier 2011, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1213

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Giraud

Allocataire-monitrice à l’ENS de Lyon, doctorante au Centre Max Weber, équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations). Frédérique Giraud est rédactrice en chef de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page