Navigation – Plan du site

« Les conflits dans les mouvements sociaux », Raison présente, n° 186, 2e trimestre 2013

Lilian Mathieu
Les conflits dans les mouvements sociaux
Xavier Dunezat, Elsa Galerand (dir.), « Les conflits dans les mouvements sociaux », Raison présente, n° 186, 2013, Nouvelles éditions rationalistes, ISBN : 3780244415002.
Haut de page

Texte intégral

1Le « tous ensemble » scandé dans les manifestations ne doit pas faire illusion : les mouvements sociaux sont tramés et structurés par des rapports de force qui opposent en leur sein différentes catégories de militants et militantes. Certes engagés dans la contestation de rapports de domination ou d’exploitation, ils n’en constituent pas moins des sites où s’actualisent des relations inégalitaires fondées notamment sur le sexe, la race et la classe.

  • 1 « Les logiques patriarcales du militantisme », Nouvelles questions féministes, 24 (3), 2005 ; « Mil (...)
  • 2 Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute, 2012.

2Plusieurs ouvrages collectifs ou dossiers de revue ont ainsi décrit les logiques patriarcales du militantisme1, autrement dit la manière dont le genre — entendu comme rapport de catégorisation et de hiérarchisation entre le masculin et le féminin — traverse l’action collective protestataire en cantonnant les femmes à des positions subordonnées. Cette livraison de Raison présente poursuit cette réflexion en la complexifiant. Le genre n’est pas le seul rapport inégalitaire à l’œuvre dans l’action collective mais il s’entrecroise avec d’autres logiques de domination selon des configurations complexes et souvent paradoxales. S’inscrivant explicitement dans la continuité des réflexions de Danièle Kergoat sur l’articulation des rapports sociaux de sexe, de race et de classe2, Xavier Dunezat et Elsa Galerand ouvrent dans leur article introductif deux pistes d’analyses fructueuses pour penser la pluralité des dominations au sein des univers militants. La première consiste à envisager l’activité protestataire comme un travail spécifique soumis à un processus de division et de hiérarchisation. Cette focale a pour conséquence méthodologique l’adoption privilégiée de l’ethnographie, tant les discours des acteurs, et les rationalisations de leurs propres pratiques qu’ils sont susceptibles de livrer au sociologue, sont fréquemment aveugles aux logiques d’allocation différenciée et de hiérarchisation symbolique des tâches. La seconde piste se penche sur la manière dont les mouvements sociaux « font avec » la pluralité des dominations qui les traversent, en étudiant notamment les modalités par lesquelles certains groupes tentent d’en conjurer les effets.

  • 3 Jean-Gabriel Contamin, « Genre et modes d’entrée dans l’action collective », Politix, n° 78, 2007, (...)

3La suite du dossier est composée de huit études de cas, consacrées à des mouvements suffisamment divers pour attester la fécondité de la perspective esquissée par ses deux coordonnateurs. L’article de Renaud Charasse est consacré à la manière dont se sont instaurées au sein du Collectif rennais de soutien aux sans-papiers une division et une hiérarchisation du travail militant n’accordant aux sans-papiers eux-mêmes qu’un rôle passif de témoins tandis que les soutiens français de leur cause s’accaparaient la direction de la mobilisation. Cette partition des rôles et des responsabilités a été rendue visible par la création, par des étrangers exigeant leur régularisation, d’un Conseil des migrants prétendant relever d’une auto-organisation des premiers concernés par la lutte — mais sans être exempt lui-même de rapports de domination internes. Le chapitre de Jone Martinez Palacios, consacré à la contribution des femmes à des mobilisations environnementales basques, repère — dans la continuité de Jean-Gabriel Contamin, pourtant absent de la bibliographie3 — des registres respectivement masculins et féminins d’engagement et met en lumière les conditions de l’invisibilisation de la contribution des femmes à la conduite de la mobilisation. Suzy Bossard souligne les difficultés que rencontrent les auxiliaires de vie scolaire à faire reconnaître leurs compétences professionnelles du fait d’une activité perçue comme sollicitant des qualités spécifiquement (et donc « naturellement ») féminines. S’y ajoutent les effets de la précarité de l’emploi (qui implique un fort turn-over professionnel), la carence en dispositions à l’engagement revendicatif ainsi que l’atomisation entravant la constitution d’une véritable cohésion professionnelle pour entraver leur passage à l’action collective. Elles sont par conséquent condamnées à s’en remettre à des militants syndicaux davantage aguerris pour défendre leur cause, mais en entérinant leur dépossession de la conduite de leur lutte.

4L’étude des militant-e-s d’un collectif « transpédégouine féministe » menée par Sarah Nicaise permet d’aborder un mouvement réflexif, dont les membres sont attentives à ne pas reproduire en leur sein les rapports de domination auxquels elles se savent exposées. D’où l’instauration de dispositifs (tels que l’attribution aux hommes de tâches socialement définies comme « féminines ») explicitement dédiés au maintien d’un principe d’égalité, mais pas au point d’empêcher les inégalités de maîtrise de la parole publique d’exercer leurs effets lors des réunions. Consacré au « réseau de la gauche mouvementiste » en France, le texte d’Irène Pereira déploie une perspective pragmatiste pour rendre compte des épreuves par lesquelles s’évalue la légitimité des positions et des pratiques en son sein, basées selon l’auteure sur ces trois impératifs que sont les exigences de justice sociale, d’émancipation individuelle et de démocratie. L’article de Lena Catalan-Marcos porte sur une union locale FO dont les effectifs ont connu, suite à une stratégie de recrutement au sein de la catégorie C de la fonction publique territoriale, une nette féminisation. Celle-ci s’est cependant heurtée à l’emprise des comportements sexistes dans un bastion masculin, qui a contraint les femmes à développer des espaces de participation spécifiques pour pouvoir accéder à des postes de responsabilité.

  • 4 Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012

5Fanny Bugnon s’appuie sur l’exemple du passage de femmes à la lutte armée en RFA dans les années 1970 pour constater, dans la continuité de l’ouvrage pionner de Coline Cardi et Geneviève Pruvost4, comment la transgression des normes sexuées que représente la violence des femmes est généralement disqualifiée et dépolitisée par une interprétation privilégiant le registre de la déviance. Enfin, l’article d’Artemisia Flores Espinola revient sur la contribution du féminisme à une critique des fondements sexués de la production de la connaissance scientifique. Les épistémologues féministes ont ainsi rappelé que le sujet connaissant étant toujours « situé », la définition de l’objectivité scientifique est dépendante de la monopolisation par les hommes des positions dominantes du champ scientifique. On regrette cependant que l’article ne s’affronte pas au risque de relativisme que porte en germe l’invocation « d’une multiplicité et d’une diversité de points de vue » (p. 98) : si ces multiplicité et diversité sont évidentes, il n’est pas pour autant établi que tous les points de vue aient la même pertinence.

  • 5 Pierre Bourdieu, Choses dites, Paris, Minuit, 1987, p. 186.

6X. Dunezat et E. Galerand inscrivent explicitement leur réflexion dans une perspective d’émancipation, en pointant les logiques qui empêchent certains mouvements progressistes de se déployer de manière véritablement égalitaire. Que la normativité du propos soit assumée ne nuit en rien à la pertinence des analyses exposées dans ce dossier, mais on regrette que celui-ci ne livre pas de contrepoint comparatif avec des mouvements davantage conservateurs ou réactionnaires. Il y a fort à parier que les mécanismes d’articulation des rapports de dominations repérés dans les mouvements qui se veulent émancipateurs se retrouvent dans ceux qui défendent des positions opposées, ce qui tend à affaiblir, du point de vue analytique, la césure qui est ainsi posée. On peut également s’interroger sur la sorte d’« implicite basiste » qui paraît guider certaines analyses (celles de R. Charasse et de S. Bossard, spécialement) pointant la dépossession des premiers concernés (sans-papiers ou auxiliaires de vie scolaire) de la conduite de leur lutte par des soutiens (militants français ou syndicalistes) mieux à même de la mener. Ce ne sont sans doute pas seulement des « préjugés » (p. 18) condescendants qui président à ces dépossessions, mais également l’expérience du poids des inégalités des savoirs et savoir-faire contestataires. Autrement dit, la remise de soi à des soutiens plus aguerris peut aussi être le gage d’une plus grande efficacité dans la mobilisation, tout en exposant effectivement à la reconduction de rapports de pouvoir. Ainsi que le disait Bourdieu, « il faut toujours risquer l’aliénation politique pour échapper à l’aliénation politique »5.

Haut de page

Notes

1 « Les logiques patriarcales du militantisme », Nouvelles questions féministes, 24 (3), 2005 ; « Militantisme et hiérarchies de genre », Politix, n° 78, 2007 ; Olivier Fillieule, Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

2 Danièle Kergoat, Se battre, disent-elles…, Paris, La Dispute, 2012.

3 Jean-Gabriel Contamin, « Genre et modes d’entrée dans l’action collective », Politix, n° 78, 2007, p. 13-37.

4 Coline Cardi et Geneviève Pruvost (dir.), Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte, 2012.

5 Pierre Bourdieu, Choses dites, Paris, Minuit, 1987, p. 186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « « Les conflits dans les mouvements sociaux », Raison présente, n° 186, 2e trimestre 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 octobre 2013, consulté le 16 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12358

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page