Navigation – Plan du site

Bourdieu Jérôme, Pinto Louis (dir.), « Pauvre consommateur » 

Joseph Cacciari
Pauvre consommateur
Jérôme Bourdieu, Louis Pinto (dir.), « Pauvre consommateur », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 199, septembre 2013, Seuil.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il faut ajouter un article hors dossier, Bodin Romuald, Orange Sophie, « La barrière ne fera pas le (...)

1Le dossier du dernier numéro en date d’Actes de la recherche en sciences sociales porte l’attention sur les formes d’encadrement, de régulation et de catégorisation des consommateurs, essentiellement des consommateurs pauvres (trois articles sur cinq1).

2Louis Pinto ouvre le numéro en revenant sur l’émergence politique et juridique de la figure du consommateur en France entre 1973 et 1993. L’enquête restitue la figure du consommateur dans une perspective attentive à de nombreuses dimensions, tant individuelles que structurales. L’auteur saisit les propriétés sociales de certains personnages ayant œuvré pour imposer un droit de la consommation. Il réinscrit ces figures sociologiques dans les luttes du champ juridique opposant conservateurs (pour qui le droit de la consommation est superflu) et réformateurs (qui estiment qu’il est d’impérieuse nécessité de promouvoir un nouveau « droit », en phase avec la révolution consumériste). Louis Pinto explicite comment cette figure du consommateur impose une manière d’envisager la relation marchande et opère une division entre consommateur (le profane qu’il s’agit d’informer) et professionnel (le « savant » qui détient les clés du savoir consommateur). L’auteur pointe, enfin, la manière dont l’émergence en droit et en fait de cette figure du consommateur participe à occulter les présupposés du marché libéral (la recherche d’utilité, l’intérêt bien compris, etc.) en échange d’une protection juridique. Comme il le souligne en creux, à travers cette figure et les débats qu’elle a suscités, c’est la politisation de la consommation (c’est-à-dire son absence de neutralité) qui est en jeu et qui est, en réalité, euphémisée.

  • 2 Comme le montre une littérature abondante, en France, depuis Maurice Halbwachs, en passant par Pier (...)

3Cette politisation fait écho à la contribution proposée par Martin Bruegel, qui a trait à l’historiographie et à l’analyse de la campagne scientifique et politique pour l’alimentation rationnelle du début du XXe siècle. Cette campagne, façonnée à partir d’une rationalité médicale, visait à promouvoir une alimentation strictement basée sur l’apport calorifique nécessaire à l’activité salariée et à la reproduction de la force de travail. Par là, elle devait également permettre d'encadrer la consommation alimentaire et le budget de la classe ouvrière. Bruegel retrace la carrière de cette campagne à partir de la recherche sur les habitudes alimentaires d’ouvriers et d’employés parisiens qui a été réalisée par Louis Landouzy (professeur de médecine et spécialiste de la tuberculose, 1845-1917) et ses collaborateurs. Cet article illustre bien l’inanité d’une approche prétendument scientifique de la consommation alimentaire niant les conditions sociales de production des choix de consommation et l’ancrage socio-historique des formes de rationalité2. Martin Bruegel expose aussi la manière dont la construction d’un problème social et politique, par la mise en forme scientifique, peut s’appuyer sur des généralisations abusives et participer, comme c’est souvent le cas, à créer de faux problèmes et de mauvaises solutions.

  • 3 Celle qui correspond à l’économie du quotidien et de l’entre soi, chargée de valeurs et d’histoire, (...)

4On peut regrouper les contributions d’Anna Perrin-Heredia et de Sébastien Plot, les deux auteurs s’intéressant principalement aux entreprises de normalisation budgétaire et à la morale économique qui tend à s’imposer aux ménages en difficulté, souvent issus des fractions les plus pauvres de la population. Perrin-Heredia focalise son attention sur des différends normatifs en matière de « choix économiques », opposant les travailleurs sociaux qui occupent une fonction d’accompagnateurs budgétaires et des ménages pauvres faisant l’objet d’un suivi socio-éducatif. Plot, quant à lui, analyse le fonctionnement d’une commission de surendettement chargée d’instruire des dossiers de particuliers dans le but de restructurer (ou d’annuler) le remboursement de leurs créances. Les deux articles mettent en évidence le rôle des street level bureaucrats et des agents intermédiaires de l’action publique dans les tentatives d’appariement entre l’approche économique dominante (celle du choix rationnel, de la prévision et de l’anticipation, de l’abstraction des contraintes budgétaire et sociale) et l’approche économique dominée (celle qui trouve son origine dans des conditions d’existence concrètes, dans le sens pratique). Ces deux contributions insistent sur les opérations de mise en conformité, de « domestication » budgétaire et d’apprentissage, qui animent le fonctionnement de l’appareil socio-administratif qui tente d’encadrer les pratiques des classes dominées économiquement ou de « redresser les habitus économiques déviants ». Ces deux articles soulignent les mécanismes de mise en forme et en ordre des « déviances économiques » ainsi que les multiples canaux qu’ils empruntent, tout en procédant d’une vision relativement homogène de ce que doit être l’économie domestique3.

5L’article d’Eva Barlösius montre d’ailleurs comment se fabriquent et se diffusent les visions dominantes de l’économie dans le champ politique. Elle étudie le cas des parlementaires allemands qui luttent pour l’imposition de la figure légitime du consommateur, à l’occasion de discussions sur la politique de consommation entre 2003 et 2012 au Bundestag. Son analyse souligne l’existence de consommateurs imaginaires dans la construction des politiques de consommation. Ces figures sont différentes d’un parti politique à l’autre, en termes de finalité ou d’encadrement, mais partagent certains invariants quant à l’idée de rationalité économique. On a ici un bon exemple de la manière dont se cristallise la pensée économique dominante dans des prescriptions ou des lois, dotant a priori « le consommateur d’équipements [cognitifs] et de qualités [de discernement] ». La science (économique) est appelée ici à jouer un rôle de répertoire d’arguments légitimes pour les décideurs politiques. Sa position privilégiée résultant notamment du « pouvoir de construire des images de “profanes” et d’en faciliter l’acceptation dans la société ».

6Dans la contribution d’Anne Lhuissier, l’approche « scientifique » de la consommation fait encore l’objet d’un examen critique à partir des premières données d’une enquête en cours sur la philanthropie londonienne de la fin du XIXe siècle. Elle y examine, notamment, la concurrence qui sévit dans le champ de la philanthropie anglaise à cette période ; entre la Charity Organisation Society, chargée de coordonner la charité « légale » et « scientifique », appuyée sur des enquêtes sociales au domicile, et les Soup Kitchen, restaurants de bienfaisance qui pratiquent une charité indiscriminée, sans sélection des bénéficiaires ni approche éducative. La contribution spécifique de cet article se situe principalement dans la mise en évidence des conflits de légitimité qui ont cours dans le domaine de l’aide sociale. L’auteur souligne aussi la façon dont les différentes conceptions de la charité, celle des institutions officiellement chargées de l’aide alimentaire, celle qui se situe plus aux marges de l’action publique et celle qui a cours chez des ménages orientés aussi bien par un sens des économies que par un sens pratique (notamment le rapport au temps) ; entrent en conflit jusqu’à déplacer les frontières de l’intervention publique par la réforme de l’aide alimentaire.

  • 4 Dont rendent bien compte Dufy Caroline, Weber Florence, L’ethnographie économique, Paris, La Découv (...)
  • 5 Gilles-Gaston Granger, « Les deux aspects de la rationalité économique », in Gérard Varret Louis-An (...)

7Ce numéro d’Actes contribue, en définitive, à alimenter le corpus de travaux récents se situant dans le renouveau français de la sociologie et de l’ethnologie économique4. On a là une variété d’enquêtes démontrant le caractère équivoque et l’historicité de la figure du consommateur, de ses usages (indigènes ou savants) ainsi que différentes modalités d’encadrement dont elle a pu faire l’objet. Le titre du dossier autorise finalement une double lecture. D’une part, celle d’une analyse des dominations économiques, politiques et symboliques qui pèsent sur les consommateurs les plus démunis en toute espèce de capitaux. Mais, d’autre part, « Pauvre consommateur » conduit aussi à s’alarmer du constat, maintes fois réitéré ici comme ailleurs, des dissonances manifestes qui existent entre les conceptions de ceux, scientifiques ou politiques, qui disposent du monopole de définition de la consommation légitime et cherchent à l’imposer, et les conditions économiques et sociales des pratiques consommatrices effectives des populations « dominées », c’est-à-dire ne disposant pas des moyens de légitimation de leurs modes de consommation ni de leurs modes de vie. Car les premiers ne comprennent pas, ou affectent de ne pas comprendre, l’incommensurabilité entre la « rationalité épistémique » (celle de la science, de l’abstraction) et la « rationalité pratique »5 (celle des agents sociaux concrets) en matière de choix de consommation.

Haut de page

Notes

1 Il faut ajouter un article hors dossier, Bodin Romuald, Orange Sophie, « La barrière ne fera pas le niveau : une fausse solution à un problème mal posé », p. 102-117, sur lequel je ne reviens pas malgré son intérêt.

2 Comme le montre une littérature abondante, en France, depuis Maurice Halbwachs, en passant par Pierre Bourdieu et la fabrique de l’habitus économique, ou les recherches récentes en sociologie ou ethnographie économique dans le sillage de Florence Weber.

3 Celle qui correspond à l’économie du quotidien et de l’entre soi, chargée de valeurs et d’histoire, pour reprendre la définition proposée par Gilles Lazuech, L’argent du quotidien, Rennes, PUR, 2012, 240 p.

4 Dont rendent bien compte Dufy Caroline, Weber Florence, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte, Repères, 2007, 122 p. et Vatin François, Steiner Philippe (dir.), Traité de sociologie économique, Paris, PUF, 2009, 848 p.

5 Gilles-Gaston Granger, « Les deux aspects de la rationalité économique », in Gérard Varret Louis-André, Passeron Jean-Claude (dir.), Le modèle et l’enquête. Les usages du principe de rationalité dans les sciences sociales, Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1995, p. 567-580.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Cacciari, « Bourdieu Jérôme, Pinto Louis (dir.), « Pauvre consommateur »  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 novembre 2013, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12768

Haut de page

Rédacteur

Joseph Cacciari

Doctorant en sociologie, Laboratoire méditerranéen de sociologie (UMR 7305, CNRS), Aix-Marseille Université

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page