Navigation – Plan du site

Christine Barats (dir.), Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales

Benjamin Ducol
Manuel d'analyse du web en sciences humaines et sociales
Christine Barats (dir.), Manuel d'analyse du web en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, coll. « U Sciences humaines et sociales », 2013, 258 p., ISBN : 978-2-200-28627-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour des ouvrages similaires en langue anglaise, consulter notamment Christine Hine, Virtual Resear (...)
  • 2 Sur les ruptures et continuités des démarches d’enquête de terrain à l’ère numérique vis-à-vis des (...)

1Objet de recherche complexe, Internet est devenu en l’espace de quelques années un terrain d’investigation prisé par les chercheurs en sciences sociales. Qu’ils soient débutants ou confirmés, de plus en plus d’universitaires consacrent l’intégralité ou une partie de leurs travaux aux phénomènes sociaux, culturels, politiques ou anthropologiques médiatisés par le filtre des réseaux numériques. Au-delà du champ traditionnel des sciences de l’information et de la communication, la prolifération des concepts, des usages théoriques et des méthodes d’enquête appliquées au web confirme l’attrait et la vitalité certaine de ce terrain d’investigation dans le domaine des sciences humaines et sociales (SHS). Au moment où les méthodes numériques connaissent une expansion rapide en SHS, cet ouvrage collectif constitue une première éditoriale très salutaire dans l’espace francophone1. La révolution numérique a en effet considérablement fait évoluer le type des données produites par l'activité humaine, ainsi que leurs modalités d’accès et les traitements méthodologiques qui peuvent en découler. Protéiformes et complexes, les dispositifs numériques – sites web, forums de discussion, plateformes interactives, réseaux sociaux ou encore bases de données numériques – ainsi que les données qu’ils produisent – traces digitales, échanges textuels ou visuels, contenus multimédias – constituent autant de matériaux d’enquête, bruts ou agrégés, aujourd’hui accessibles aux chercheurs. Cette prolifération des données d’enquête n’est cependant pas sans soulever une série de problèmes épistémologiques, théoriques et méthodologiques. Multidisciplinaire par essence, l’étude des terrains et des phénomènes numériques implique, dans une certaine mesure2, le recours à des dispositifs d’enquête inédits tels que l’ethnographie virtuelle, la textométrie digitale, la cartographie du web ou encore l’analyse des réseaux sociaux en ligne. Des dispositifs d’investigation scientifique en élaboration constante, qui constituent la thématique centrale du manuel dirigé par Christine Barats.

2Ce manuel pédagogique offre un état des savoirs non exhaustif basé sur une série de travaux récents en matière d’analyse et d’observation du web en SHS. À ce titre, l’introduction souligne dès le départ que l’ouvrage collectif n’entend pas être un « catalogue de méthodes » visant à recenser les meilleures pratiques et méthodologies applicables à l’étude du web, ni même un « kit » plus ou moins détaillé de méthodes prêtes à l’emploi permettant d’étudier pas à pas tel ou tel aspect des dimensions numériques de notre monde social. À l’inverse, l’ouvrage se positionne davantage comme un manuel didactique visant à explorer, au côté du lecteur, les multiples enjeux et défis d’une démarche d’investigation du web en SHS. Réunissant vingt-deux contributeurs, l’ouvrage se subdivise en trois grandes sections thématiques abordant les multiples enjeux interdisciplinaires d’une démarche de recherché sur le web.

3Dans la première partie de l’ouvrage, les auteurs traitent successivement d’une série de problématiques transversales à l’étude du web en SHS. En premier lieu, c’est la définition même de l’objet étudié et sa complexité d’appréhension qui sont sujettes à discussion conceptuelle. Si le chapitre de Laurence Monnoyer-Smith revenant sur le web conceptualisé comme dispositif sociotechnique s’avère stimulant d’un point de vue théorique, ce sont plus particulièrement les chapitres abordant les enjeux éthiques de la recherche en ligne, ainsi que la mémoire et la traçabilité du numérique, qui retiennent ici notre attention. Dans le premier cas, le brouillage de ce qui constituait autrefois des lignes de démarcation entre les catégories du jugement éthique des chercheurs – par exemple, sphère publique vs. sphère privée – incite à repenser les limites et les modalités éthiques de la recherche sur le web. Comme le rappellent Guillaume Latzko-Toth et Serge Proulx : « L’éthique de la recherche en ligne est un domaine mouvant et hautement dépendant du contexte. Il n’existe pas de manuel “clés en main” » (p. 44-45). Dans le second cas, le chapitre éclaire la construction des « mémoires informatiques » que le web produit par l’action conjointe des internautes et des dispositifs techniques d’archivage et de catégorisation de leurs traces en ligne. À l’instar de n’importe quel corpus d’étude en SHS, ces traces numériques et leur sauvegarde doivent inviter les chercheurs à la prudence, et ce tant dans la collecte de données que dans le traitement méthodologique appliqué. Un dernier chapitre de Dominique Maingueneau portant sur la question des genres appliqués au web vient finalement clore cette première partie.

  • 3 Le terme de netnographie — issu de l’anglais netnography — est parfois utilisé pour désigner l’ethn (...)

4La seconde partie s’avère davantage orientée vers les objets – textes, images, contenus multimédias – et les cadres d’analyse du web. Qu’il s’agisse des approches textométriques visant à explorer les données lexicales et discursives des environnements numériques ou des approches sémiologiques visant à interroger l’hétérogénéité sémiotique des contenus circulant sur le web, les chapitres présentés s’inscrivent globalement dans l’héritage d’une analyse du discours à la française. Alors qu’un premier chapitre présente en détail les outils de la textométrie du web à travers les étapes successives depuis la constitution d’un corpus jusqu’à son interprétation et sa visualisation finale, le chapitre de Julia Bonaccorsi consacré à la sémiologie du web permet de rendre compte de la diversité des objets qui forment les environnements numériques. Parfois un peu arides à la compréhension pour un lecteur non familier de ces approches disciplinaires, ces deux chapitres offrent néanmoins des éléments didactiques tels qu’un petit vocabulaire d’analyse textométrique. À noter par ailleurs, la présence d’une courte présentation de plusieurs outils et logiciels textométriques avec pour chacun d’eux une description des possibilités techniques et des usages offerts pour le chercheur. Dans un autre chapitre, Josiane Jouët et Coralie Le Caroff s’intéressent pour leur part à l’observation ethnographique des mondes numériques. Face à « la plasticité de l’ethnographie en ligne dont les outils doivent être adaptés à chaque terrain » (p. 148), les auteurs évoquent une série de problèmes reliés tant à la construction de l’observation en elle-même qu’au consentement des individus observés en ligne. Pratique bricolée, l’ethnographie en ligne ou la netnographie3 conduit le chercheur à se saisir de nouveaux dispositifs d’observation et à renouveler, pour partie, les pratiques issues de méthodes traditionnelles d’observation dans le monde réel. Chapitre conclusif de cette seconde section, une étude de cas portant sur la participation politique en ligne permet de mieux saisir ces différents débats méthodologiques entourant objet(s) et cadre(s) d’analyse du web. Face à une logique d’enquête portant sur la participation en ligne en période de campagne électorale, les auteurs traitent de la difficulté à circonscrire un objet de recherche – qu’est-ce que participer en ligne ? – et des difficultés concrètes – questions d’accès et d’éthique – qui existent dans une telle démarche de recherche en SHS.

  • 4 Richard Rogers, « Mapping and the Politics of Web Space », Theory, Culture and Society, vol. 29, n˚ (...)

5La troisième partie de l’ouvrage se concentre plus spécifiquement sur la question de la mesure et de la quantification du web, sous l’angle à la fois des pratiques et des flux. Les chapitres traitent des outils et méthodes visant à mesurer, compter et catégoriser les pratiques et les flux numériques. Le chapitre de Thomas Beauvisage propose un panorama critique de ces outils de mesure du web en procédant à une revue des grandes approches, des outils disponibles, des usages effectués dans le champ des SHS. Derrière les promesses annoncées du Big data, la quantification du web invite néanmoins les chercheurs à assumer une prudence renouvelée face au déluge de données et autres « métriques » émanant des réseaux numériques. C’est d’ailleurs, cette problématique de la construction des métriques et audiences du web, ainsi que des usages qui en découlent, qui constitue l’objet du chapitre suivant. Le chapitre final de l’ouvrage est consacré à la cartographie du web dans sa dimension heuristique. La comparaison opérée par Jean-Christophe Plantin entre cartes du web – par exemple, graphe de sites reliés par des hyperliens – et cartes géographiques s’avère extrêmement intéressante puisqu’elle permet de mettre en relief le potentiel heuristique d’une approche cartographique du web sans pour autant occulter ses limites et ses dérives possibles. Alors que de nombreux travaux se revendiquent aujourd’hui d’une approche cartographique du web4, ce chapitre propose une base solide pour tout chercheur souhaitant s’engager dans ce type de démarche méthodologique.

  • 5 Sur ces problématiques de l’historiographie et de l’archivage du web, lire Niels Brügger, « Web his (...)

6En définitive, cet ouvrage collectif propose un état actuel des savoirs méthodologiques en matière d’analyse du web. Premier manuel en langue française, il vient combler avec succès un vide éditorial dans l’espace francophone. Si certains lecteurs pourront être déçus de ne pas trouver un guide plus pratique sur les modalités spécifiques et les manières concrètes d’opérationnaliser une démarche d’analyse du web en SHS, les autres se consoleront par la richesse des réflexions épistémologiques proposées. À noter, l’intérêt des « zooms », ces petites capsules explicatives proposées en complément de certains chapitres, qui traitent sous un angle plus pratique certaines problématiques de l’analyse du web : l’éthique des recherches numériques en France, la conception et les usages des systèmes d’étiquetage ou encore les méthodes et outils d’archivage du web5, etc. Au final, si ce manuel s’adresse prioritairement aux étudiants et jeunes chercheurs en SHS désirant faire du web un terrain d’enquête, il pourra être utile aux chercheurs déjà confirmés qui souhaitent pousser un peu plus loin des réflexions épistémologiques sur le web comme objet de recherche en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Pour des ouvrages similaires en langue anglaise, consulter notamment Christine Hine, Virtual Research Methods, London, Sage, 2013 et Richard Rogers, Digital Methods, Cambridge, MIT Press, 2013.

2 Sur les ruptures et continuités des démarches d’enquête de terrain à l’ère numérique vis-à-vis des démarches d’enquête traditionnelles, consulter Madeleine Pastinelli, « Pour en finir avec l’ethnographie du virtuel ! Des enjeux méthodologiques de l’enquête de terrain en ligne », Anthropologie et sociétés, 2011, vol. 35, n˚ 1/2, p. 35-52.

3 Le terme de netnographie — issu de l’anglais netnography — est parfois utilisé pour désigner l’ethnographie des mondes et communautés numériques. Voir Robert Kozinets, Netnography. Doing ethnography research online, Thousands Oaks, Sage Publications, 2010.

4 Richard Rogers, « Mapping and the Politics of Web Space », Theory, Culture and Society, vol. 29, n˚ 4-5, 2012, p. 193-219.

5 Sur ces problématiques de l’historiographie et de l’archivage du web, lire Niels Brügger, « Web historiography and Internet Studies : Challenges and perspectives », New Media and Society, vol. 15, n˚ 5, 2013, p. 752-764.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Ducol, « Christine Barats (dir.), Manuel d’analyse du web en sciences humaines et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13030

Haut de page

Rédacteur

Benjamin Ducol

Doctorant en science politique, université Laval, et auxiliaire de recherche à la Chaire de recherche du Canada sur les conflits et le terrorisme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page