Navigation – Plan du site

Rachel Gasparini, La discipline au collège. Une analyse sociologique de la note de vie scolaire

Nathalie Jelen
La discipline au collège
Rachel Gasparini, La discipline au collège. Une analyse sociologique de la note de vie scolaire, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Education et société », 2013, 172 p., ISBN : 978-2-13-060640-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage analyse la réception et les conditions d’efficacité de l’instauration de la note de vie scolaire (NVS) au collège à différentes échelles (nationale, académique et locale). Les résultats présentés s’appuient sur une enquête qualitative débutée en septembre 2007 et achevée en juin 2010. Appliqué à la rentrée 2006, ce dispositif de notation répond à la volonté des pouvoirs publics de lutter contre les problèmes de discipline et de violence dans les établissements scolaires français. La note de vie scolaire, dont la suppression prochaine a été annoncée le 6 décembre 2013, vise à renforcer l’acquisition des compétences sociales et civiques et celles d’autonomie et d’initiatives, constitutives du socle commun. La NVS évalue l’assiduité, le respect du règlement intérieur, la participation à la vie de l’établissement et l’obtention des attestations de sécurité routière et des premiers soins. Attribuée par le chef d’établissement, sur proposition du professeur principal (après consultation des enseignants) et sur avis du conseiller principal d’éducation (CPE), la NVS implique un travail collaboratif et de concertation sur les critères évalués et les modalités de sa mise en place à partir des injonctions institutionnelles. L’analyse de ce dispositif en révèle les diverses réinterprétations, les conditions et les limites de son application selon les problématiques locales des établissements et les représentations et pratiques des différents corps de métier.

  • 1 De quatre académies aux établissements variés en termes d’origine sociale des élèves, de résultats (...)
  • 2 L’équipe de recherche est composée d’étudiants, d’enseignants du secondaire, de conseillers princip (...)

2L’originalité de cette étude repose sur son protocole d’enquête interrogeant une variété d’acteurs1 (2 inspecteurs de « vie scolaire », 16 chefs d’établissement, 29 conseillers principaux d’éducation, 35 professeurs principaux et 63 élèves de 3e) tout en combinant diverses techniques de recherche qualitative. L’étude de vingt grilles de note de vie scolaire de huit académies et les données ethnographiques issues de l’observation de cinq établissements scolaires d’une même académie renseignent sur l’élaboration des grilles et leur application concrète. Les entretiens dévoilent les pratiques ordinaires des acteurs, les dispositifs mis en place, l’état des relations entre professionnels dans l’établissement, les conditions d’un travail collaboratif et les perceptions des élèves. De plus, l’enquête est menée par une équipe de chercheurs aux statuts variés2 permettant ainsi d’accéder à d’autres discours rompant parfois la « langue de bois » de certains professionnels.

  • 3 Les chefs d’établissement et les CPE seraient plus favorables à ce dispositif que les enseignants.

3Après un premier chapitre resituant le problème de la discipline pour les professionnels de l’éducation, l’ouvrage s’organise autour des quatre hypothèses émises quant aux réalités, tensions professionnelles et perceptions des élèves de l’application d’une telle réforme. Les chapitres discutent successivement le risque d’inégalité de traitement des élèves en raison du texte « peu cadrant » de la circulaire présentant la NVS, l’appréciation et l’application différentes de ce dispositif3 et les tensions inhérentes à des principes de justice divergents selon les corps de métier. Enfin, l’auteur questionne la méfiance des collégiens envers la NVS.

  • 4 L’assiduité et le respect du règlement sont privilégiés par rapport à la participation à la vie dan (...)
  • 5 Cela dépend de la qualité des relations interprofessionnelles en termes de communication, de collab (...)
  • 6 Les enseignants ne reconnaissent pas le pilotage pédagogique comme faisant partie des fonctions des (...)
  • 7 Les enseignants donnent le change sans participer vraiment à l’évaluation tout en ne pénalisant pas (...)

4S’appuyant sur l’analyse des grilles de NVS et celle des données ethnographiques, le deuxième chapitre étudie le passage de l’injonction nationale aux applications locales. Le manque de précisions de cette circulaire amène des disparités entre les académies et les établissements d’une même académie tant dans les principes d’évaluation4 que dans les critères et modalités d’application retenus. Ces derniers sont liés aux contextes locaux et au profil des élèves scolarisés. Les collèges à public favorisé valorisent plutôt une éducation positive à la citoyenneté et les comportements reconnus socialement. Les collèges plus ségrégués insistent sur la limitation de la violence, la civilité et l’apprentissage du « métier d’élève ». Les disparités entre les grilles et la réalité de leur application révèlent le poids des qualités et compétences personnelles de « management » des chefs d’établissement, des relations interprofessionnelles antérieures au dispositif5 et de l’articulation à une politique d’établissement solide. Elles relèvent aussi de la croyance des professionnels dans l’efficacité de la NVS pour lutter contre les faits de discipline, de la réelle volonté de trouver des solutions ainsi que de coordonner une équipe face aux problèmes de discipline et d’apprentissages scolaires et de l’instauration d’un climat de confiance entre le personnel enseignant et l’équipe de direction. La mise en place de la NVS résulte aussi de l’histoire, des habitudes, des représentations et de l’évolution des missions de chaque corps de métier. Les appréciations et applications diversifiées de la NVS, selon la culture des corps professionnels, sont traitées spécifiquement dans le troisième chapitre, le plus long de l’ouvrage. Au-delà des obligations professionnelles, les chefs d’établissement sont les plus ardents défenseurs de la NVS. Pour eux, comme pour les CPE, la NVS, faute d’être une solution aux problèmes de discipline, permet l’adoption d’un point de vue positif, global de l’élève et la valorisation de ce dernier. Elle contribue aussi à clarifier la notation des enseignants en introduisant plus de justice. Les CPE comme les enseignants sont réticents à noter un comportement, au temps consacré à la NVS dont l’efficacité est jugée limitée. Les enseignants critiquent le fait de noter l’investissement des élèves dans l’établissement et l’objectivité de la NVS. Ils sont pour une évaluation axée sur les matières scolaires. Selon eux, pour être efficace, la gestion de la discipline doit rester une pratique personnelle. Elle n’est pas un objet de mesure collective. Apparaît le malentendu qui persiste chez les professionnels : la dissociation possible entre la dimension cognitive et la dimension comportementale dans l’acte d’apprentissage. Pour les chefs d’établissement et les CPE, la NVS permet une valorisation de leurs fonctions ; néanmoins leurs nouvelles missions ne sont pas reconnues par les enseignants6. Ces derniers, plus hostiles, adoptent souvent une attitude de résistance passive7. Face à ces tensions, les chefs d’établissement doivent user de stratégies de persuasion mobilisant des arguments auxquels sont sensibles les enseignants pour les amener à participer et à appliquer avec les CPE (« cheville ouvrière » de l’application pratique de la NVS) ce dispositif auquel ils n’adhérent pas forcément. L’analyse des diverses réappropriations de la NVS montre que les professionnels, en apparence davantage autonomes, fondent leurs actions dans un cadre idéologique, sémantique et conceptuel imposé et sur lequel ils ont peu de prise. L’application de la NVS est bien l’adaptation d’une politique nationale aux réalités locales et non une politique locale émancipée du cadre normatif national.

5De manière logique et dans la continuité du précédent, le quatrième chapitre aborde les problèmes et les arbitrages que pose l’évaluation. La difficulté pour les CPE est de noter tous les élèves, la collaboration des enseignants est essentielle. L’accord sur la note reste problématique car la tolérance et les principes d’évaluation varient entre les enseignants et les CPE. De plus, cette note unique recouvre des domaines de compétences aux registres différents impliquant une hiérarchisation des comportements à valoriser et/ou à sanctionner. Les arbitrages relatifs à l’évaluation renvoient à des choix relevant de principes de justice différents. Les enseignants sont proches de la justice méritocratique et de l’égalité de traitement des élèves. Les chefs d’établissement et les CPE sont plus soucieux d’une justice équitable et privilégient la possibilité d’un lien entre justice scolaire et justice sociale. S’expriment ainsi des conceptions divergentes de la relation pédagogique et du rôle de l’école dans la formation des adolescents, qui sont propres au corps de métier et à l’individu.

  • 8 Il s’agit avant tout de leurs perceptions. Elles sont dans une moindre mesure le reflet des pratiqu (...)

6Si la note de vie scolaire fait débat chez les professionnels, les élèves s’avèrent moins critiques. Le dernier chapitre, dédié aux perceptions8 des élèves, montre qu’ils conçoivent la NVS comme un moyen facile d’augmenter ou de stabiliser leur moyenne. Les notes étant favorables et n’affectant pas les carrières scolaires, le traitement inégalitaire est faiblement perçu. Il s’agit avant tout, pour les collégiens, de démontrer leur conformité aux normes scolaires de comportement, et non de s’investir dans l’organisation institutionnelle du collège, même s’ils soulèvent l’importance des compétences sociales. Ils estiment, comme les enseignants, que ces dernières ne doivent pas être évaluées par l’école. Les collégiens jugent la note de vie scolaire efficace pour améliorer les attitudes individuelles et non pour pacifier les relations conflictuelles entre élèves et instaurer une discipline collective.

  • 9 Max Weber, Économie et Société. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, 1995.

7L’analyse et l’interprétation des résultats se nourrissent des travaux incontournables de la sociologie de l’école. Ceux relatifs aux politiques locales éducatives, à la problématique de l’autonomie des établissements et de la division du travail, aux violences à l’école et à la culture juvénile. Si ce dispositif s’apparente au modèle bureaucratique de la domination légale-rationnelle de Weber9, l’auteur montre dans les faits l’incidence du manque d’accords préalables entre les professionnels autour de ce dispositif imposé, venant limiter son application et son efficacité. S’appuyant sur les travaux antérieurs, cette enquête, en identifiant à différentes échelles les mécanismes et tensions professionnelles en jeu, discute des difficultés des établissements scolaires pris entre une exigence d’autonomie et une exigence d’obéissance aux injonctions nationales. Dans ce contexte, cette étude est intéressante pour lire d’autres dispositifs car elle dévoile les différents points de résistance de l’application d’une réforme.

Haut de page

Notes

1 De quatre académies aux établissements variés en termes d’origine sociale des élèves, de résultats au diplôme national du brevet, de localisation géographique (rural/urbain), de classement en éducation prioritaire, de statut privé/public.

2 L’équipe de recherche est composée d’étudiants, d’enseignants du secondaire, de conseillers principaux d’éducation et d’enseignants-chercheurs.

3 Les chefs d’établissement et les CPE seraient plus favorables à ce dispositif que les enseignants.

4 L’assiduité et le respect du règlement sont privilégiés par rapport à la participation à la vie dans l’établissement, qui se voit souvent inclure la rubrique obtention des attestations de sécurité routière et de premiers soins.

5 Cela dépend de la qualité des relations interprofessionnelles en termes de communication, de collaboration et de solidarité face aux problèmes rencontrés.

6 Les enseignants ne reconnaissent pas le pilotage pédagogique comme faisant partie des fonctions des chefs d’établissement et cantonnent les CPE à leurs fonctions de surveillance et de gestion administrative.

7 Les enseignants donnent le change sans participer vraiment à l’évaluation tout en ne pénalisant pas les élèves.

8 Il s’agit avant tout de leurs perceptions. Elles sont dans une moindre mesure le reflet des pratiques concrètes des professionnels.

9 Max Weber, Économie et Société. Les catégories de la sociologie, Paris, Plon, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Jelen, « Rachel Gasparini, La discipline au collège. Une analyse sociologique de la note de vie scolaire  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 janvier 2014, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13110

Haut de page

Rédacteur

Nathalie Jelen

Maître de conférences, Université d’Artois, SHERPAS EA 4110

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page