Navigation – Plan du site

Michèle Coquet, Claude Macherel (dir.), Enfances. Pratiques, croyances et inventions

Kevin Diter
Enfances
Michèle Coquet, Claude Macherel (dir.), Enfances. Pratiques, croyances et inventions, CNRS Éditions, 2013, 355 p., ISBN : 978-2-271-07350-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Hirschfield Lawrence A., « Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? », Terrai (...)
  • 2 Selon l’expression de Gérard Lenclud dans un article issu du même numéro de la revue Terrain. Cf. L (...)
  • 3 Les auteur-e-s de l’ouvrage ne présentent pas en détails les Childhood Studies et le concept de « c (...)

1L’ouvrage collectif dirigé par Michèle Coquet et Claude Macherel part d’un constat paradoxal. Alors que les ethnologues et anthropologues ont souvent mobilisé les enfants lorsqu’ils étaient sur le terrain, notamment comme informateurs, médiateurs ou gatekeepers, ils ne les ont quasiment jamais constitués en objet d’études, leur déniant ainsi le statut d’acteur à part entière du monde social. Cette invisibilisation est telle que la question provocante de Lawrence A. Hirschfeld, « Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? »1, posée il y a plus de dix ans, semble toujours être d’actualité. Les enfants conservent ainsi invariablement leur « figure de parents pauvres »2 des recherches anthropologiques. À partir de d’enquêtes de terrain variées, réalisées en Europe, en Afrique, en Amérique du Nord et en Asie, et à partir de matériaux diversifiés (ethnographies, analyses de contes ou de romans autobiographiques), les huit chercheur-e-s réuni-e-s dans ce recueil souhaitent pallier cette lacune. Plus précisément, chacune de leurs contributions entend montrer, d’une part, ce que la prise en compte des enfants, de leurs comportements et rites apporte à la compréhension des cultures des sociétés examinées – notamment leur relative stabilité – et, d’autre part, ce qu’une perspective anthropologique peut apporter aux études sur les enfances. Sur ce dernier point, tous les auteur-e-s proposent, de façon plus ou moins explicite, un cadre théorique original pour rendre compte des enfances. Celui-ci renvoie dos à dos les deux principales approches mises en œuvre en sciences sociales pour étudier cet objet, c'est-à-dire les sociologies de la socialisation et les Childhood Studies. Aux premières sont reprochées le fait de ne percevoir dans les enfants que « le produit d’une sculpture [sociale]», que le résultat d’un modelage effectué par les diverses institutions qu’ils fréquentent ; aux secondes, celui de ne les appréhender qu’à partir de leurs (sous)cultures spécifiques, qui apparaissent déconnectées de l’ensemble culturel plus large des adultes3. Ce faisant, les auteur-e-s en viennent à adopter une position intermédiaire. Ils s’appliquent ainsi à décrire les attitudes des enfants en tenant compte de ce qu’elles doivent ou non aux prescriptions, pratiques et comportements des adultes et/ou de leurs parents. Autrement dit, ils s’attachent à observer les gestes enfantins et leurs significations par rapport à ceux et celles des adultes et à prendre la mesure de ce que les enfants produisent, reproduisent ou braconnent : dans quelles conditions et avec quelles conséquences ou quels buts. Ainsi, sont susceptibles d’être mises en évidence les relations d’interdépendance entre les univers enfantins et ceux de leurs aînés. On comprend dès lors pourquoi l’expression qu’utilise Walter Benjamin pour caractériser l’enfance, à savoir « ce petit monde dans le grand », est citée à plusieurs reprises, dans le texte et sur la quatrième de couverture.

2Ce recueil est composé de huit chapitres qui sont, pour chacun d’entre eux, précédés d’un court texte autobiographique rédigé par leur auteur-e. Ces récits de vie enfantine semblent jouer le rôle d’un rappel, celui du titre de l’ouvrage, et en l’occurrence du terme « enfances » au pluriel. En relatant des expériences multiples et singulières, ils témoignent du fait que l’utilisation du pluriel ne signifie pas seulement que les conduites des enfants et les définitions de l’enfance varient selon les contextes culturels, historiques et politiques, mais aussi qu’elles diffèrent selon les milieux d’appartenance et les trajectoires individuelles et collectives.

3Les contributions rassemblées ici abordent la question des enfants et des enfances à partir de problématiques et de points de vue différents et avec des outils eux aussi différents. Toutefois, malgré leur relative hétérogénéité, elles peuvent être regroupées en deux grandes parties, composées de quatre chapitres chacune. La première partie s’appuie principalement sur des ethnographies. Elle s’efforce de mettre au jour les jeux et les rituels enfantins, d’en expliquer les origines ainsi que les usages qu’en font les enfants et les adultes. La seconde partie, quant à elle, prend pour support des matériaux écrits, comme des souvenirs d’enfance d’écrivains, des journaux intimes rédigés par des enfants ou encore des contes pour enfants dont les personnages principaux sont des enfants. Par ces biais, elle s’emploie à mettre en lumière le vécu émotionnel de ces jeunes gens et le sens et les significations qu’ils attachent à leurs activités – ludiques. Elle donne également à voir les représentations que les enfants ont des relations qu’ils entretiennent avec les adultes et des rôles qu’ils doivent respectivement jouer. Enfin, elle dessine en creux la définition de l’enfance véhiculée dans le contexte social dans lequel ces textes s’inscrivent.

  • 4 Cette tolérance parait principalement valoir pour la population T’ai Dam (du Nord Laos) présentée p (...)

4Les chapitres reposant sur les enquêtes de terrain accordent donc une grande place à l’analyse des jeux. Quelle que soit la population observée, les auteur-e-s insistent toutes et tous sur le fait que jouer est une caractéristique, si ce n’est une propriété, de l’enfance qui est entièrement dévolue à cette dernière. Les adultes ne jouent pas, ou alors dans le strict cadre de cérémonies ou de rituels4. Ils se doivent d’être « sérieux » et ne sont pas autorisés à « faire semblant », contrairement aux enfants. Cette mise à distance du monde enfantin ne signifie pas pour autant que les adultes en sont absents. D’une part, parce que les jeux des enfants imitent la plupart du temps les activités (de production ou rituelles) des adultes et sont pour certaines encadrées par ces derniers. C’est le cas par exemple des pratiques ludiques des enfants toungouses (Sibérie). Comme le note Alexandra Lavrillier, en raison de leurs pouvoirs résultant de leur position d’intermédiaire entre le monde des morts et celui des vivants, ces derniers n’ont le droit d’effectuer que des jeux renvoyant au côté positif de la vie, c’est-à-dire des jeux représentant une bonne chasse, un élevage faste, etc., sous peine d’être sanctionnés par leurs parents pour avoir pris le risque d’apporter le malheur. D’autre part, si les occupations enfantines ne sont pas totalement détachées de l’univers des adultes, c’est parce qu’elles sont susceptibles d’être utilisées à des fins cérémonielles et/ou comme prédiction ou divination. Ainsi en est-il par exemple des courses à pied des enfants dogons (Mali), qui constituent un moyen de rétablir les désordres pluviométriques, notamment si elles ont donné lieu à des exploits sportifs. Enfin, du côté des enfants, les jeux et jouets élaborés par et pour eux peuvent revêtir une teneur politique. C’est sur cette idée qu’insiste Nicolas Argenti en exposant les mascarades enfantines d’Oku (Cameroun). En fabriquant des masques à l’effigie du principal parti politique d’opposition et en raillant le parti au pouvoir par des jeux de mots et des chants, les enfants remettent en cause l’ordre politique des anciens, qui favorisent depuis plus d’une génération les professions libérales (francophones).

5Les contributions qui reposent sur des écrits autobiographiques ou des contes complètent, voire alimentent les constats ethnographiques précédents dans la mesure où elles se focalisent davantage sur la subjectivité des enfants, sur ce qu’ils pensent, ressentent et perçoivent quand ils s’amusent. Le chapitre de Martine Coquet, basé sur le journal intime d’une petite américaine de sept ans, Opal Whiteley, est à cet égard très riche. Il retrace les activités, les rencontres et les événements marquants de l’existence de cette jeune fille solitaire, ainsi que ses émotions et sentiments afférents. Il donne en outre accès au monde imaginaire enfantin d’Opal, à la manière dont il fonctionne, ainsi qu’à ses conditions de possibilité, et notamment le fait que deux adultes de son entourage encouragent sa créativité en lui achetant des crayons et en lui octroyant un soutien moral. Enfin, en s’appuyant sur un souvenir d’enfance de l’écrivain italien Fortunato Pasqualino, et plus particulièrement sur le récit du jour où, enfant, il a été choisi pour jouer Jésus à la Saint Joseph, Daniel Fabre confirme l’idée déjà énoncée que les enfants « imitent et défient » les comportements, attitudes et croyances des adultes.

6Pour conclure, cet ouvrage collectif présente de nombreux intérêts. Il vient tout d’abord combler une insuffisance des recherches ethnographiques sur les mondes enfantins en anthropologie. Il souligne ensuite, et peut-être surtout, l’importance de la prise en compte des enfants dans cette discipline. En relatant à la fois les pratiques, comportements et représentations des enfants et celles et ceux des adultes, et en relevant les liens qui les unissent ou non, ces chercheur-e-s offrent une représentation plus globale et plus complète des sociétés qu’ils étudient. Mieux, ils permettent de mettre en évidence les conditions sociales de reproduction et/ou de transformation des cultures considérées. Cependant deux limites sont à noter. La première est d’ordre méthodologique et concerne particulièrement les contributions utilisant les souvenirs d’enfance d’écrivains. Aucune d’elles ou presque ne s’interroge sur les biais que peut poser le recours à de tels matériaux, notamment le risque de rationalisation a posteriori et celui de présenter une vision adultocentrée de l’enfance. La seconde, quant à elle, est plutôt un regret, celui de ne pas voir adoptée plus systématiquement une perspective de genre dans les analyses proposées. Or, cette approche est réellement heuristique comme le montre Eric Jolly dans son chapitre sur les enfants dogons. Non seulement elle donne l’occasion de mettre en exergue le fait que les rituels enfantins sont sexués, et que ceux des filles sont moins mobilisés par les adultes/hommes que ceux des garçons puisque moins considérés (comme efficaces), mais elle laisse surtout entrevoir comment les enfants apprennent par corps, dès leur plus jeune âge, l’ordre genré du monde où le masculin est supérieur au féminin.

Haut de page

Notes

1 Cf. Hirschfield Lawrence A., « Pourquoi les anthropologues n’aiment-ils pas les enfants ? », Terrain, n° 40, 2003, p. 21-48.

2 Selon l’expression de Gérard Lenclud dans un article issu du même numéro de la revue Terrain. Cf. Lenclud Gérard, « Apprentissage culturel et nature humaine », Terrain, n°40, 2003, p. 5-20.

3 Les auteur-e-s de l’ouvrage ne présentent pas en détails les Childhood Studies et le concept de « cultures enfantines » qu’ils critiquent. Pour plus d’informations sur ces approches relativement méconnues en France, cf. Arleo Andy, Delalande Julie (dir.), Cultures enfantines. Universalité et diversité, Rennes, PUR, 2010 (http://lectures.revues.org/5469) ou encore Octobre Sylvie, Sirota Régine, L’enfant et ses cultures. Approches internationales, Paris, La Documentation Française, coll. « Questions de culture », 2013 (http://lectures.revues.org/12027).

4 Cette tolérance parait principalement valoir pour la population T’ai Dam (du Nord Laos) présentée par Natacha Collomb. Les adultes participent à des jeux une fois par an, au moment où ils rendent un culte à l’esprit tutélaire du village.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Diter, « Michèle Coquet, Claude Macherel (dir.), Enfances. Pratiques, croyances et inventions », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 janvier 2014, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13293

Haut de page

Rédacteur

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire du DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page