Navigation – Plan du site
L'enquête TRA, histoire d'un outil, outil pour l'histoire

L'enquête TRA, histoire d'un outil, outil pour l'histoire

Tome 1 (1793-1902)
Jérôme Bourdieu, Lionel Kesztenbaum, Gilles Postel-Vinay, L'enquête TRA, histoire d'un outil, outil pour l'histoire. Tome 1 (1793-1902), Paris, INED, coll. « Classiques de l'économie et de la population », 2014, 215 p., ISBN : 978-2-7332-1044-4.
Notice publiée le 20 mars 2014

Présentation de l'éditeur

Par la durée exceptionnellement longue de la période qu'elle couvre, par sa flexibilité et par l'universalité des sources qu'elle utilise, l'enquête TRA, qui concerne tous les individus dont le patronyme commence par les lettres "TRA", est sans équivalent à ce jour. L'objectif de ce livre est de décrire l'invenion de ce dispositif de recherche dont l'élément structurant est constitué de données historiques exceptionnelles.

Cette base constitue un échantillon, représentatif à l'échelle de la France, d'individus ayant vécu aux XIXe et XXe siècles avec une somme d'informations sur la profession, la résidence, l'éducation, l'état marital et la situation patrimoniale, ce qui en fait un instrument incomparable pour analyser les transformations considérables qui ont affecté la société française durant ces deux siècles et, plus généralement, l'histoire des sociétés contemporaines.

Véritable "création continuée", l'enquête TRA s'est élaborée par vagues successives. Le socle initial est constitué par l'enquête 3 000 familles, conçue et lancée il y a près de trente ans par le démographe Jacques Dupâquier. Son ambition était alors d'exploiter une source unique, l'état civil, pour tenter de reconstituer, à partir d'un échantillon patronymique de 3 000 couples, les généalogies de familles depuis le début du XIXe siècle.

Son projet fut ensuite étendu à la fin des années 1980 par l'adjonction des données produites par l'Enregistrement sur la fortune au décès. Cette seconde enquête, l'enquête TRA-patrimoine, complète l'enquête 3000 familles. Ce livre expose la manière dont ces informations ont été produites en les suivant depuis les sources jusqu'aux fichiers informatisés. Il soulève également quelques-uns des problèmes historiographiques que l'utilisation de ces données peut engendrer.

Il entend enfin montrer que cette enquête constitue une matrice commune qui porte en puissance d'autres usages. Ce premier tome couvre la période 1793-1902.

Haut de page