Navigation – Plan du site

Gérard Duménil, Dominique Lévy, La grande bifurcation. En finir avec le néolibéralisme

Simon Dawes
La grande bifurcation
Gérard Duménil, Dominique Lévy, La grande bifurcation. En finir avec le néolibéralisme, Paris, La Découverte, coll. « L'horizon des possibles », 2014, 200 p., ISBN : 978-2-7071-7815-2.
Haut de page

Texte intégral

1Ce livre met en avant un cadre analytique néomarxiste pour comprendre le néolibéralisme et prolonger la théorie marxiste des classes dans le capitalisme. Après avoir présenté les phases successives du capitalisme jusqu’au néolibéralisme, il se clôt avec la proposition d’une stratégie pour sortir de la crise économique et écologique contemporaine : « celle d’un nouveau compromis de classe à gauche en Europe ».

2Selon cette perspective néomarxiste, avant la Première Guerre mondiale il y avait aux États-Unis, mais aussi en Europe, un compromis à droite entre les cadres et la grande bourgeoisie capitaliste. Ce fut la « première hégémonie de la Finance ». Dans les années 1930, le New Deal de Roosevelt annoncé un dispositif de règlementation des pratiques financières, qui tendait la main aux syndicats et fut l’expression d’un nouveau compromis, à gauche cette fois, entre les cadres et les classes populaires. Cependant, ces voies du progrès social ont été fermées par les forces de droite anglo-saxonnes dans la période néolibérale du début des années 1980.

3Par contraste avec ces décennies néolibérales et cette « seconde hégémonie de la Finance », les traits favorables du compromis social-démocrate de Roosevelt sont révélés : moins d’inégalité sociale, un secteur financier régulé, une gestion cadriste autonome, des protections sociales. Mais avec le néolibéralisme, les inégalités de la Belle Époque du début du XXe siècle sont néanmoins rétablies.

4Même si il n’y a pas de cause unique à la crise de 2008, ses déterminants multiples sont quand même, selon les auteurs, les symptômes du néolibéralisme sous l’hégémonie des États-Unis. Ils font ressortir le contraste entre la forme accomplie de néolibéralisme du monde anglo-saxon et les formes hybrides qu’elle prend dans l’Europe continentale, où l’héritage du compromis de l’après-guerre fut plus profond. Malgré d’importantes différences, telles que le grand rôle toujours joué par les réseaux horizontaux de la gestion en Europe, et la position hiérarchiques des sociétés financières aux États-Unis, les auteurs insistent sur l’influence négative du néolibéralisme et l’hégémonie des États-Unis sur l’Europe, même s’ils suggèrent que cette hégémonie est une « domination partielle, peut-être en voie de régression ».

5Cependant, au lieu de formuler des recommandations pour un autre avenir ou d’écrire le programme d’un parti, le livre se concentre sur les « modalités de la bifurcation à laquelle nous sommes actuellement confronté ». Ses auteurs indiquent que, si les cadres contemporains ont envie d’agir ou de s’impliquer au plan politique, ils sont face à ces deux options : une alliance à droite avec les classes capitalistes ou une alliance à gauche avec les classes populaires. Pour encourager cette dernière, ils proposent la redéfinition du programme de construction européen. Selon eux, le projet social-démocrate initial du traité de Rome a été « profondément dénaturé » à Maastricht par le projet néolibéral. Pour le redéfinir, il ne faut pas attendre la formation « du » parti de gauche. Il faut plutôt trouver des orientations (économiques, sociales, environnementales et locales) communes dans les programmes des syndicats ouvriers, du mouvement altermondialiste et des autres gauches radicales.

6Pour les auteurs, en finir avec le néolibéralisme implique en priorité de « renverser l’hégémonie de la finance » et de « s’affranchir de l’hégémonie des États-Unis ». Pour ébranler ce pouvoir de la finance anglo-saxonne, ils affirment qu’il suffirait de créer un nouveau secteur financier européen au service de l’économie de production, puis de contrôler et de rendre plus coûteuse les transactions financières (avec une taxe Tobin, par exemple), sans nécessairement les interdire. Il s’agit de faire émerger un projet progressiste, où « cadres et classes populaires trouvent leur part », et de soumettre le libre-échange et la mobilité de capitaux aux objectifs sociaux, économiques et écologiques de gauche.

  • 1 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique : Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Haut (...)

7Bien qu’il n’y ait rien de nouveau dans ce livre en ce qui concerne la position bien établie de ces auteurs, il montre clairement le rôle clé des cadres dans un tel compromis à gauche. Cependant, même s’ils abordent le sujet de l’hétérogénéité de la néolibéralisation en Europe, ils présument son homogénéité dans le monde anglo-saxon. De plus, leur approche idéologique du néolibéralisme, vu comme projet de classe, et de l’influence des États-Unis, vue en termes d’hégémonie, néglige de distinguer les différents concepts de la théorie néolibérale, tels que le laisser-faire et la compétition – les détails et les nuances considérés par Michel Foucault1 dans sa lecture de l’histoire du néolibéralisme et sa critique de cette approche typique de gauche. Néanmoins, en tant qu’intervention néomarxiste dans le débat, et comme tentative d’explorer des réponses radicales et à la fois réalistes, cet ouvrage reste un livre important pour les lecteurs cherchant à formuler une alternative crédible à la pensée néolibérale dans une période d’après crise.

Haut de page

Notes

1 Foucault Michel, Naissance de la biopolitique : Cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Hautes Études et Gallimard-Seuil, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Dawes, « Gérard Duménil, Dominique Lévy, La grande bifurcation. En finir avec le néolibéralisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 04 avril 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/lectures/14274

Haut de page

Rédacteur

Simon Dawes

Doctorant à Nottingham Trent University (Royaume Uni), et assistant de rédaction des revues Theory, Culture & Society et Body & Society.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page